Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Malherbe (Jean-Yves), Lœuvre de fiction en prose de Marcel Thiry : une lecture d’inaboutissements

Jyväskylä, Jyväskylän Yliopisto, 2004
Björn-Olav Dozo
p. 126-127
Référence(s) :

Malherbe (Jean-Yves), Lœuvre de fiction en prose de Marcel Thiry : une lecture d’inaboutissements. Jyväskylä, Jyväskylän Yliopisto, 2004, 356 p.

Texte intégral

1La thèse de Jean-Yves Malherbe, consacrée à une lecture de l’œuvre de fiction en prose de Marcel Thiry, se compose d’une introduction méthodologique, de quatre parties très construites et d’une conclusion synthétique et interprétative, à partir de la notion mise en avant, l’inaboutissement.

2Au-delà des raisons personnelles qui ont poussé l’auteur à s’intéresser à l’œuvre de Thiry, il y a sa volonté de trouver une « clé ou un code qui permettrait l’intégration et la cohésion d’un corpus composé d’une quarantaine d’unités » (p. 16). Comme « clé », Malherbe propose le concept d’« inaboutissement », synthèse des « déviances » et « anormalités » de l’auteur. Ce concept va lui permettre d’approcher le corpus selon quatre grands axes, qui forment le squelette des chapitres de la thèse.

3Selon la méthodologie mise en place dans l’introduction, Malherbe propose une utilisation de la biographie de Thiry pour expliquer deux entités distinctes : « l’auteur réel » et « l’auteur modélisé ». L’« auteur réel » est approché grâce à divers témoignages de familiers de Thiry, et les différentes facettes de sa vie (littéraire, politique, militaire, professionnelle, privée) y sont rappelées. Ensuite, Malherbe interroge l’inscription de l’auteur dans ses textes, grâce à l’étude de l’« auteur modélisé », construction du lecteur lors de la réception de ces textes. Cet « auteur modélisé » sert sa démonstration par la suite.

4L’attention aux marques morphosyntaxiques et lexicales, méthode de la deuxième partie, vise à mettre en évidence une « grammaire de l’inachèvement », c’est-à-dire un ensemble de faits textuels qui aurait pour effet le « refus d’achèvement du propos » (p. 82). Cette « grammaire » permet de servir à la construction de l’« auteur modélisé » mis en évidence dans la première partie. Malherbe repère cinq types d’inachevé dans le texte de Thiry : l’aspectuel (utilisation de l’imparfait), le modal (adverbes et semi-auxiliaires), celui par expansion (incises et rôle des connecteurs), celui par suppression (ellipses et points de suspension) et le lexical (inchoatif et non-accompli). De nombreux exemples et des tableaux récapitulatifs illustrent le propos théorique. Malherbe conclut cette partie en insistant sur le fait que l’inachèvement n’est « qu’un pan de l’inaboutissement », problématique générale de la thèse.

5« La duplicité de l’énonciation thyrienne » constitue un autre pan de cette problématique : Malherbe s’attache dans cette troisième partie aux marques implicites ou explicites de la production du récit, « marques dues à un glissement de la prise en charge des dires du personnage vers une instance autre composée du narrateur et de l’auteur modélisé » (p. 153). Il s’attarde sur trois lieux privilégiés pour mettre ces marques en évidence : l’incipit, la « clausule » et les endroits où les marques du récit renvoient à l’effort nécessaire pour mener à bien l’acte d’écriture. Il s’agit de lieux privilégiés où l’on retrouve « l’écho ironique de la voix de l’auteur modélisé derrière celle du narrateur ».

6Une lecture thématique vient clôturer les quatre axes d’exploration mis en avant par Malherbe. Il se focalise uniquement sur l’univers diégétique des fictions, et étudie la récurrence de trois « thématiques » : le doute, le recul et l’évasion.

7La synthèse de ces inaboutissements, traversés par les trois thématiques mises en évidence, permettent à Malherbe d’expliquer dans quelles conditions le lecteur construit l’auteur modélisé, au moyen de deux décalages contenus dans les textes de Thiry, à savoir « l’humour et l’ironie », et « la poésie ».

8Cette lecture, fondée sur une analyse attentive et rigoureuse d’un corpus clairement défini, offre une clé d’interprétation possible de l’œuvre mais aussi de la personnalité de Marcel Thiry.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Björn-Olav Dozo, « Malherbe (Jean-Yves), Lœuvre de fiction en prose de Marcel Thiry : une lecture d’inaboutissements », Textyles, 28 | 2005, 126-127.

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « Malherbe (Jean-Yves), Lœuvre de fiction en prose de Marcel Thiry : une lecture d’inaboutissements », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/620

Haut de page

Auteur

Björn-Olav Dozo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org