Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

La Belgique : un jeu de cartes ? De Rosny aîné à Jacques Brel. Dossier établi par Arnaud Huftier

Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, coll. Lez Valenciennes n˚33
Björn-Olav Dozo
p. 122-123
Référence(s) :

La Belgique : un jeu de cartes ? De Rosny aîné à Jacques Brel. Dossier établi par Arnaud Huftier. Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, coll. Lez Valenciennes n˚33, 293 p.

Texte intégral

1Lez Valenciennes, collection qui a pour objectif de « donner une image valorisante de la recherche valenciennoise », propose un numéro qui met la Belgique en avant. Constitué d’un dossier sur Rosny aîné, et de varias concernant Roubaix (par Chantal Pétillon), Jacques Sternberg (par Delphine Plouchart) et Jacques Brel (par Stéphane Hirschi), ce numéro entend apporter un éclairage décalé sur certaines problématiques belges.

2Arnaud Huftier, responsable du dossier, retrace dans son premier article l’évolution de la réception de Rosny aîné, avant de présenter les enjeux du volume et les textes des différents participants. Il s’interroge ainsi sur une possible continuité dans l’œuvre protéiforme de Rosny aîné.

3Roger Bozzetto s’intéresse à une constante dans les récits de Rosny : il part de l’hypothèse que celui-ci prend pour paradigme narratif la « rencontre » avec l’« autre », et qu’il en étudie les conséquences. Il souligne les situations « expérimentales » ainsi créées, la présence de thèmes propres à l’idéologie de la colonisation et les solutions chimériques à ces rencontres imaginées par Rosny.

4Éric Lysøe met en évidence l’« impureté » inhérente aux nouvelles de l’auteur : impureté générique tout d’abord, avec un continuum caractérisant les appartenances génériques possibles de ses récits ; impureté formelle ensuite, avec la continuité existant entre le roman et la nouvelle ; impureté narrative enfin, avec le métissage comme caractéristique définitoire des personnages mis en scène.

5Guy Costes (avec Joseph Altairac) présente une très courte nouvelle de Rosny, intitulée La Résurrection de mon oncle Jérôme, retrouvée dans une revue de médecine datant de juillet 1933.

6Les deux articles qui suivent abordent une question identique – l’impossible autonomisation de la « science-fiction » en France dans la première moitié du xxe siècle –, mais à partir de points de départ différents. Huftier analyse le parcours générique de trois auteurs dans l’entre-deux-guerres (Maurice Renard, André Couvreur et Rosny aîné), en montrant les enjeux symboliques de l’étiquetage de leur production. Il conclut en analysant le transfert des stratégies éditoriales et thématiques qu’opèrent ces auteurs, exclus de « l’orchestration générique parisienne », vers la Belgique. Gérard Klein revient quant à lui sur l’ébauche de taxinomie mise en place par Rosny lui-même pour qualifier sa production romanesque, et analyse un de ses romans, Dans les rues, qualifié par Rosny de « roman de mœurs apaches et bourgeoises ». En conclusion, Klein suggère que les fictions fondées sur l’hypothèse et l’imagerie scientifiques s’inscrivent à l’époque dans le prolongement du naturalisme « scientifique », et sont vues par certains actuellement (et ironiquement !) comme un dépassement de ce même naturalisme.

7Daniel Compère met en avant la polysémie de l’étiquette « roman d’aventures » chez Rosny, en étudiant, un peu à la manière de Klein dans l’article précédent, les sous-titres et la trame des romans qui ont trait à ce genre.

8Le roman L’Étonnant Voyage de Hareton Ironcastle bénéficie d’une double analyse : l’une est due à Hubert Desmarets, l’autre à Jean-Pierre Picot. Dans la première, Desmarets se livre à une lecture érudite et explicative des référents culturels et littéraires qui parsèment le texte : le substrat classique et la culture scolaire et académique du début sont rapidement doublés d’un univers de référence très anglo-saxon : Wells, Conan Doyle, Burroughs… La contribution de Desmarets aboutit à une réflexion sur la poétique de ce roman, qui mêle constamment différents horizons d’attente. Picot souligne aussi les multiples références du roman, principalement du côté du roman d’aventures, et explique comment le texte renouvelle les codes de ce type de production « en l’hybridant avec le récit utopique, le récit d’anticipation, le roman préhistorique et l’Exode biblique » (p. 191).

9Jean-Michel Pottier montre comment le dernier roman de Rosny aîné, Les Instincts, donne une interprétation sociale de la philosophie de l’auteur fondée sur l’association de temporalités différentes et hétérogènes quoique contemporaines, comme l’illustre la structure de son œuvre romanesque. Un article de Rosny aîné, intitulé « Hommes et choses. Le monde contemporain et les instincts primitifs », est reproduit en fin de dossier.

10Si cet ensemble de textes met bien en évidence l’exploitation possible et utile que les chercheurs en littérature peuvent faire de l’œuvre foisonnante de Rosny aîné, il n’aborde néanmoins que très peu la trajectoire sociale de l’écrivain, et ne permet pas de comprendre complètement son inscription dans son époque. Il n’empêche que ce dossier constitue une bonne introduction à sa production placée sous le signe de l’hybridité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Björn-Olav Dozo, « La Belgique : un jeu de cartes ? De Rosny aîné à Jacques Brel. Dossier établi par Arnaud Huftier », Textyles, 28 | 2005, 122-123.

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « La Belgique : un jeu de cartes ? De Rosny aîné à Jacques Brel. Dossier établi par Arnaud Huftier », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/613

Haut de page

Auteur

Björn-Olav Dozo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org