Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Leclercq (Nicole) et Pint (Frédérique), éd., Un Siècle en cinq actes. Les grandes tendances du théâtre belge francophone au xxe siècle. Actes du colloque de Bruxelles (17 février 2001)

Bruxelles, Le Cri, coll. Histoire, 2003
Pierre Piret
p. 121-122
Référence(s) :

Leclercq (Nicole) et Pint (Frédérique), éd., Un Siècle en cinq actes. Les grandes tendances du théâtre belge francophone au xxe siècle. Actes du colloque de Bruxelles (17 février 2001), Bruxelles, Le Cri, coll. Histoire, 2003, 156 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage rassemble les conférences – et les discussions auxquelles elles ont donné lieu – qui ont été prononcées à la Bellone le 17 février 2001, lors d’une journée organisée à l’initiative de l’Institut International du Théâtre. Les actes font notamment état d’une intéressante discussion qui a clos la journée, concernant le statut de la critique théâtrale aujourd’hui et la difficulté qu’elle a à prendre du recul pour dégager les tendances essentielles et livrer à la mémoire du futur ce qu’aura été le théâtre d’une époque, quand bien même cet art est par nature voué à l’éphémère. Qu’une telle discussion vienne en conclusion semble occulter le travail fourni, dès lors que cette journée avait précisément pour objectif de prendre le temps de retracer, comme le dit le sous-titre du volume, les grandes tendances du théâtre belge francophone au xxe siècle.

2Disons-le d’emblée : l’ouvrage manque de cohérence. Organisé de façon chronologique, par le biais d’un découpage en cinq tranches de vingt ans, il recouvre des périodes très différentes et irréductibles à un seul modèle historiographique (puisqu’on part d’une période déjà lointaine pour aboutir au tout contemporain). D’autre part, les orientations théoriques et méthodologiques des intervenants sont très diverses, au point qu’ils ne parlent pas tous du même objet. Considérant que la période 1900-1914 ne présente guère d’innovations, Paul Aron s’intéresse à la vie théâtrale de la période et s’attache à circonscrire l’offre faite aux spectateurs, dans une perspective socio-économique. Il se concentre essentiellement sur le théâtre de divertissement, qui se développe dans un contexte de concurrence très forte et dans le cadre de l’initiative privée. Cécile Michel choisit au contraire de ne se pencher, dans la production théâtrale de l’entre-deux-guerres, que sur deux types de théâtre légitimes qui se définissent contre le théâtre commercial de divertissement, à savoir l’avant-garde (avec Delacre, Adrien Mayer, Raymond Rouleau, Albert Lepage) et le théâtre populaire (avec les Compagnons de Saint-Lambert et le Théâtre prolétarien de Fernand Piette). Pour appréhender les années 1940-1960, Philippe Tirard se plaît plutôt, quant à lui, à évoquer une série de figures marquantes – auteurs (Willems, Sigrid, Lilar, Bertin, Mogin, Lacour), acteurs, metteurs en scène – et de foyers de création (le Rideau de Bruxelles, le Théâtre National, le Théâtre de Poche, le Théâtre de l’Étuve…). Jacques De Decker aborde la période 1960-1980 de manière plus systématique, en s’attachant à dégager les facteurs contextuels déterminants (l’Expo 58, la télévision), les personnalités qui ont dynamisé la vie théâtrale de l’époque (Lanc, Lucas, Anrieu, Chanal), puis en se risquant à proposer un repérage, année après année, des événements théâtraux les plus marquants. Enfin, Nancy Delhalle se concentre pour l’essentiel sur l’émergence d’une nouvelle écriture théâtrale dans les années 1980-2000 (de Louvet, De Decker, Émond, Fabien, Piemme jusqu’à Blasband et Kribus), mouvement corollaire à l’institutionnalisation du jeune théâtre.

3L’ouvrage ne propose donc pas une analyse exhaustive et raisonnée d’un objet bien défini, fondée sur des critères établis à l’avance par les intervenants. Il a cependant d’autres qualités, dont la moindre n’est pas d’apporter une série d’informations encore inédites. Il comptera sans aucun doute dans la mémoire du théâtre belge, en particulier grâce aux informations de première main qu’il fournit, notamment au travers des témoignages de Jacques De Decker, dans sa conférence, de Suzy Falk et René Hainaux, dans les discussions.

4On notera d’autre part que chacune des conférences a le mérite de souligner une cohérence particulière à la période étudiée. De ce point de vue, le volume répond fort bien à son objectif de déterminer des « grandes tendances » de notre théâtre. Paul Aron met ainsi en lumière les ressorts et les effets d’un théâtre qui repose pour l’essentiel sur l’initiative privée, dans un contexte de capitalisme florissant ; il montre notamment qu’un tel contexte n’exclut pas le théâtre d’art, au travers des tentatives d’Edmond Picard et Gaston Mouru de Lacotte. Cécile Michel présente une synthèse des grands idéaux esthétiques qui s’affirment dans l’entre-deux-guerres et seront le terreau dans lequel s’enracinera l’essor des années d’après-guerre (ce qui me semble avoir été déjà souligné à plusieurs reprises, quoi qu’elle en dise). Au travers d’une évocation impressionniste, Philippe Tirard met le doigt sur quelques aspects cruciaux des débats qui animeront la vie théâtrale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, en particulier ceux de la décentralisation et de l’autonomie – dans les deux sens du terme, géographique (autonomie par rapport à Paris) et institutionnelle (autonomie par rapport au champ politique). Jacques De Decker repère une série d’effets capitaux qu’aura eu le conflit entre le Jeune Théâtre et l’institution, notamment le passage au premier plan des questions idéologiques et la création d’écoles de théâtre (INSAS et IAD), qui vont transformer le marché du théâtre belge francophone. Nancy Delhalle dégage les facteurs qui ont conduit à rendre à l’écriture une place essentielle dans le processus dramatique, mais au travers d’une transformation radicale de la poétique théâtrale et de la conception de la relation entre texte et représentation. Contre le mouvement du siècle, c’est par le biais de l’écriture que le théâtre des années 1980-2000 est ainsi parvenu à innover. Toutes ces tendances propres aux périodes étudiées permettront au lecteur de mesurer combien l’activité théâtrale en Belgique fut régulièrement en phase avec ce qui se passait au niveau européen.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Piret, « Leclercq (Nicole) et Pint (Frédérique), éd., Un Siècle en cinq actes. Les grandes tendances du théâtre belge francophone au xxe siècle. Actes du colloque de Bruxelles (17 février 2001) », Textyles, 28 | 2005, 121-122.

Référence électronique

Pierre Piret, « Leclercq (Nicole) et Pint (Frédérique), éd., Un Siècle en cinq actes. Les grandes tendances du théâtre belge francophone au xxe siècle. Actes du colloque de Bruxelles (17 février 2001) », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/610

Haut de page

Auteur

Pierre Piret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org