Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., avec la collaboration de Blanckhaert (Gina). Littératures en Belgique / Literaturen in België. Diversités culturelles et dynamiques littéraires. Actes du colloque de Leuven

Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt a.M., New York, Oxford, Wien, Peter Lang, coll. Nouvelle poétique comparatiste, n˚ 13, 2004
Isabelle Melis
p. 119-121
Référence(s) :

De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., avec la collaboration de Blanckhaert (Gina). Littératures en Belgique / Literaturen in België. Diversités culturelles et dynamiques littéraires. Actes du colloque de Leuven, Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt a.M., New York, Oxford, Wien, Peter Lang, coll. Nouvelle poétique comparatiste, n˚ 13, 2004, 444 p.

Texte intégral

1La Belgique, pays « jeune » situé au carrefour de nations nettement plus grandes et anciennes, est, de l’opinion générale, un pays de croisements, de contrastes et de métissages linguistiques et culturels. Ce caractère « pluriel », qui dérive en particulier de la non-superposition entre langue, littérature et nation va de pair avec une littérature nationale polyphone, multilingue et multiculturelle, littérature en butte à diverses influences liées, entres autres, aux domaines de la traduction, de l’édition ou encore de l’enseignement. Il n’est donc guère étonnant que cette littérature se profile comme un objet d’étude indispensable pour tous ceux qui désirent mettre en lumière les dynamiques culturelles et plurilingues actives dans la constitution et dans la légitimation d’un sentiment identitaire belge.

2Le volume Littératures en Belgique se veut le centre de résonance de l’intérêt croissant et de l’actualité que suscitent les lettres belges. Les auteurs des diverses contributions, qui lors d’un colloque tenu en 2001 à l’Université Catholique de Leuven ont laissé libre cours à des interrogations proches sur la réalité mouvante de la vie culturelle belge, ont centré leurs réflexions sur quatre aspects d’importance fondamentale, à savoir Littératures, langues, les langues de la littérature (partie I), Littératures, traduction, le marché de la traduction (partie II), La question des genres (partie III) et, finalement, Les institutions littéraires (parties IV et V). L’ouvrage ne prétend pas à l’exhaustivité : des multiples interrogations émerge une vue d’ensemble particulièrement motivante et novatrice qui n’est que la partie visible de l’iceberg des questionnements conjoints.

3Le volume est ouvert par un texte programmatique (Reine Meylaerts, Dirk De Geest) qui interroge de façon critique le titre du volume, Littératures en Belgique, titre qui, de par l’opposition, constitutive des lettres belges, entre singulier et pluriel et de par les multiples connotations contenues dans la préposition en, renvoie déjà à l’éventail d’acceptions, de querelles et de discussions que la littérature belge a continuellement alimentées.

4Les études regroupées dans la première partie ont comme commun dénominateur le souci de la langue dans ses différentes configurations : elles se proposent de sonder le fragile équilibre, en Belgique, entre langue, littérature et nation ou prennent en considération la langue de la littérature et de l’historiographie littéraire. Une étude rigoureuse des littératures en Belgique nécessite une prise en compte adéquate des concepts de spécificité et de singularité, c’est-à-dire des différentes façons dont les écrivains belges s’approprient chacun l’identité spécifique qui les détermine (Pierre Piret, Ginette Michaux). La question linguistique a joué un rôle de grande envergure dans la construction, au xixe siècle, d’une littérature nationale belge, littérature qui d’abord fit le choix du monolinguisme — en l’occurrence du français — qui s’imposa au détriment de la diversité linguistique. La mise en place définitive d’une littérature nationale ne se fit que par le biais d’une transaction, que l’on peut situer dans le dernier tiers du xixe siècle, transaction consistant à proposer des ouvrages d’inspiration flamande, mais rédigés en français (Rainier Grutman). La question de la langue se pose également avec insistance au sein des institutions à caractère national, comme l’Académie royale de Belgique, académie dont les membres ont voulu créer une littérature nationale, aussi bien du côté flamand — en affirmant la valeur de son patrimoine littéraire — que du côté wallon (Daniel Droixhe, M. De Smedt).

5Il va de soi qu’une littérature nationale plurilingue accorde un rôle de première importance à la traduction, sujet unificateur de la deuxième section. Dans l’émergence et dans l’affirmation de la traductologie, le CETRA (Leuven Research Centre for translation, communication and cultures) a joué et continue d’exercer un rôle de première importance ; partant de quelques traductions françaises frappantes de romans flamands, les membres fondateurs du Centre tentent d’ouvrir une perspective systémique quant aux stratégies adoptées, aux positions et aux évolutions de la traduction dans les deux siècles derniers. De telles interrogations sont indispensables dans la mesure ou l’étude de la traduction au xixe siècle en est encore à ses débuts. Une analyse approfondie de la traduction de la poésie flamande dans la période 1830-1880 (Lieven D’hulst) montre ainsi que celle-ci est sujette à un processus d’assimilation, processus qui semble donc aller dans une direction contraire à celle d’un renouvellement du répertoire poétique national. La traduction intra-belge, c’est-à-dire celle qui va de la communauté flamande à la communauté wallonne et vice-versa, ne peut pas être pensée en dehors d’un contexte international prenant en compte les contacts interculturels d’autres littératures avec la Belgique. Une dernière contribution (Rosario Gennaro) met ainsi en lumière la médiation française dans les relations interculturelles entre la Belgique et les écrivains italiens, comme par exemple Giuseppe Ungaretti ou Marino Moretti.

6Un troisième volet est consacré à la question des genres. Une comparaison méticuleuse du système des genres permet de considérer la littérature fantastique comme un moment-clé dans la dynamique des systèmes littéraires et de distinguer une série de caractéristiques originelles d’extraction belge (Éric Lysøe). La diffusion d’un genre peut varier selon plusieurs facteurs, comme la localisation géographique ou une infrastructure culturelle différente, ceci est notamment le cas d’un genre souvent méprisé, celui du roman-photo, ancré de façon plus solide dans la partie méridionale du pays (Jan Baetens).

7Ces deux dernières décennies, la recherche scientifique a mis en valeur le rôle des institutions dans la diffusion de la littérature. Une première contribution se propose de sonder la tension entre la vie politique – en Belgique aucune décision institutionnelle n’échappe à son emprise – et la littérature, littérature dont les praticiens ne reçoivent aucune reconnaissance publique du rôle qu’ils exercent (Paul Aron). L’anthologie est un instrument important pour tous ceux qui souhaitent infléchir le contexte discursif ou rendre manifeste leur adhésion aux ou leur désaccord avec les courants ou goûts dominants : ceci est notamment le cas de l’anthologie À la gloire de la Belgique, une anthologie d’écrivains francophones, composée par le poète et critique néerlandais Jan Grashoff, anthologie conçue non seulement comme un instrument de protestation contre les calomnies des journaux allemands, qui avaient prétendu que la Belgique n’avait pas de culture, mais également comme un instrument d’« auto-glorification » (L. Misinne). La littérature ne fonctionne pas à l’intérieur d’un vase clos, bien au contraire, elle évolue à l’intérieur d’un programme discursif plus large, comme le montre l’analyse du discours littéraire et critique dans divers journaux et revues flamandes durant la Deuxième Guerre mondiale, revues dont le discours est au service d’une cause, celui de la réalisation du peuple flamand (Eveline Vanfraussen). L’éditeur joue également un rôle-clé dans les mécanismes culturels : l’édition littéraire belge semble refléter assez fidèlement les pratiques et l’histoire du champ culturel belge. Le champ de l’édition, de part en part structurée par la position dominante de Paris, a des difficultés à émerger et à se faire la promotrice d’innovation littéraire ; face à un bilan parfois décourageant, plusieurs scénarios restent toutefois ouverts (Pascal Durand). Le rôle capital de l’édition est ensuite illustré par l’exemple des maisons de la Toison d’or et De Lage Landen qui, pendant la guerre, furent soutenues par les Allemands soucieux de répandre la culture allemande (Michel Fincoeur).

8Arrivés au terme de la lecture, ayant pris connaissance des nombreux parallélismes, distinctions, glissements et chevauchements actifs dans la vie culturelle belge, une conclusion semble s’imposer. Celle-ci est constituée par l’article final (José Lambert) qui esquisse de façon très efficace un panorama global des différentes contributions.

9Les mérites du présent volume sont multiples : ils résident, entres autres, dans sa caractérisation comme une plate-forme ouverte à toutes les interrogations concernant la réalité instable de la vie culturelle belge. Notons toutefois l’absence – regrettable – de contributions centrées sur l’enseignement de la littérature, sur la littérature dialectale ou sur la troisième langue officielle du pays, l’allemand. Dans la société plurielle qu’est la Belgique, les voix excentriques – quelque peu éloignées du « centre » – contribuent à enrichir de façon constante la vie culturelle : la production littéraire des immigrants italiens du xxe siècle ou celle, inattendue, des Russes mériteraient ainsi d’être traitées de façon plus approfondie. Finissons par constater que, malgré les titres, beaucoup de contributions restent « enfermées » dans la culture du nord, ou celle du sud.

10D’autres aspects, tout aussi passionnants que ceux qui ont déjà fait l’objet de recherches, semblent donc prêts à être creusés. Le volume, qui constitue déjà une source d’inspiration particulièrement riche pour tous ceux –chercheurs, étudiants, ou passionnés de littérature belge – qui souhaitent connaître de plus près les vicissitudes littéraires de la Belgique, finit d’ailleurs par indiquer quelques pistes à explorer et à approfondir. Le dernier mot, en ce qui concerne la vie culturelle belge, semble, heureusement, très loin d’être dit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Melis, « De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., avec la collaboration de Blanckhaert (Gina). Littératures en Belgique / Literaturen in België. Diversités culturelles et dynamiques littéraires. Actes du colloque de Leuven », Textyles, 28 | 2005, 119-121.

Référence électronique

Isabelle Melis, « De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., avec la collaboration de Blanckhaert (Gina). Littératures en Belgique / Literaturen in België. Diversités culturelles et dynamiques littéraires. Actes du colloque de Leuven », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/606

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org