Navigation – Plan du site
Interprétation

Norge mis en chansons

Daniel Laroche
p. 126-129

Texte intégral

  • 1 letondal (Lucienne), avec le concours de rollan (Henri), Norge et Georges Brassens. Paris, Phonogra (...)
  • 2 François Mairet dit Norge. Les Noëls inédits. Bruxelles, Ermitage, 1984.

1Lecteurs, commentateurs ou interprètes de Norge, tous s’accordent à souligner la forte et constante oralité de sa poésie, même si cette oralité revêt diverses formes et s’affirme plus dans certains recueils que dans d’autres : par son élaboration rythmique, sa phonétique sonore, sa dimension verboludique, son caractère fréquemment allocutif ou interpellatif, cette poésie est véritablement un appel à la mise en voix. Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que de nombreux comédiens ou récitants s’en soient un jour ou l’autre emparés pour la présenter au public. Citons, entre beaucoup d’autres, Robert Delieu, Daniel Génicot, le trio formé par Suzanne Philippe, Jules-Henri Marchant et Jean Tordeur, le spectacle de David Butler au Théâtre-Poème en 1979, un disque de Lucienne Letondal en 19831, un autre de François Mairet2, un récital de Francis Besson en 1985 avec accompagnements musicaux, sans oublier l’excellent Charles Kleinberg.

  • 3 Texte de Norge au dos de la pochette du disque 33T Poètes belges d’aujourd’hui [dits par] Robert De (...)
  • 4 erken (Geneviève), « Conte, fable et fait divers : l’ambiguïté générique dans quelques textes de No (...)

2« J’ai beaucoup milité pour que la poésie sorte souvent de ses châteaux de papier, vienne respirer “le plein air” et vive davantage parmi les hommes. Certes, son existence livresque importe, car la confidence solitaire nourrit les cœurs à longueur de silence. Mais la poésie, sœur de la musique, est née de la voix haute et cette “haute voix” lui confère sa perpétuelle renaissance et son sacre »3. Ainsi Norge lui-même cautionne-t-il la récitation publique du poème, tout en rappelant sa profonde parenté avec la pratique musicale. On ne s’en étonne guère si l’on se rappelle la place importante que, au gré de ses recueils, le poète fait à la musique en général et à la chanson en particulier, que ce soit à titre de thème, de métaphore ou de forme textuelle. C’est ce que rappelle Geneviève Erken, entre autres, dans un précédent numéro de Textyles4.

  • 5 Barclay, 33T, réf. 07.100.010. Source : mercier (Jacques), « Le poète Norge mis en chansons », dans (...)
  • 6 La moisson de Janine — Janine Disenhaus chante Norge. 22 poèmes chantés par Janine Disenhaus, musiq (...)

3Parmi les interprètes de Norge figurent donc plusieurs chanteurs et chanteuses, belges ou français pour l’essentiel, tous n’ayant pas procédé à l’enregistrement sur disque, tant s’en faut. Si l’on suit l’ordre chronologique, le premier semble être Michel Ardan en 1960, suivi par Paul Louka, qui choisit le poème Une chanson, extrait des Râpes : « Une chanson bonne à mâcher / Dure à la dent et douce au cœur »5. Vient ensuite Janine Disenhaus, épouse du musicologue Isaïe Disenhaus bien connu des auditeurs de la Radiodiffusion-télévision belge ; rappelons que Jean Mogin, le fils de Norge, occupait lui-même un poste de directeur au sein de la R.T.B., ce qui éclaire sans doute l’origine de la rencontre. C’est ainsi que prend naissance La moisson de Janine6, titre inventé par Norge lui-même qui, de plus, écrit un texte pour le dos de la pochette :

Janine se promène dans la poésie de Norge
Comme dans un champ de blé.
Et les épis sont en fleur. Janine se promène
parmi les rimes, les cris, les racontars de Norge.
Une alouette monte et la voix juvénile de
la promeneuse veut la joindre, dirait-on.
Les épis, les chansons se balancent.
Comment résister à la cueillette ?
Janine mêle quelques bleuets à la gerbe de froment.
Elle va musant, cueillant et fredonnant.
De musardise en musique n’y a qu’un pas,
un pas qu’Isaïe Disenhaus franchit d’une foulée souveraine.

  • 7 ferlay (Jacques), Norge. Marseille, Le Temps Parallèle, coll. Rencontres, 1990, p. 77.

4Voici que la chanson s’élève comme l’alouette sur la moisson de Janine.
Cette interprétation recueillera de nombreux éloges. Pour Jacques Mercier, « la variété du décor sonore répond à la diversité des couleurs du texte. On frôle les réminiscences folkloriques ou l’impressionnisme, la tendresse musicale ou le swing d’un Charles Trenet. Toute la gamme des sentiments mais avec toujours une étonnante profondeur, même dans les sourires, même dans le clin d’œil [...]. La voix de Janine Disenhaus a le côté intemporel qui convient. Ses nuances vocales ont parfois des reflets “barbara-esques” mais avec l’intelligibilité en plus ». Quant à Jacques Ferlay, il parle d’une « heureuse initiative » et conclut, évoquant le disque : « s’il est difficile à trouver, la quête vaut la peine. Les textes y acquièrent encore plus de malice, de miroitement et de profondeur »7.

  • 8 Citation tirée de l’article de Jean Tordeur « Jeanne Moreau chante le poète Norge », dans Le Soir d (...)

5Plus inattendue, à première vue, est l’intervention de Jeanne Moreau, mieux connue comme comédienne que comme chanteuse. Entre l’écrivain et elle, la rencontre est pourtant fulgurante. « Ses poèmes m’ont paru simples, évidents, avec des mots qui allaient droit au cœur... J’ai eu envie de les dire puis d’en faire des chansons pour un disque. Certaines sont drôles ou cruelles, d’autres tendres, agressives, humoristiques »8, dira-t-elle. C’est vers 1979 qu’un projet de disque voit le jour avec le producteur Jacques Canetti, lequel avait contribué à révéler des artistes tels que Boris Vian, Léo Ferré, Georges Brassens ou Raymond Devos. Convaincus par l’intérêt du projet et la certitude de trouver un public, Jeanne Moreau et Canetti décident de se prêter à l’entreprise.

  • 9 Jeanne Moreau chante Norge. Paris, Éditions Majestic, 1981. Deux disques 33T, réf. DISC’AZ 48 887/8 (...)
  • 10 L’émission a été diffusée en première sur France 3, le 30 décembre 1981 à 20h30.

6C’est alors un travail de deux ans qui commence. Vingt-deux poèmes sont choisis, dont Gai carnivore, Chanson à tuer, Le Tueur et la Tuée, etc. Les partitions musicales sont demandées à M. Philippe-Gérard, auteur de près de mille chansons pour Édith Piaf, Frank Sinatra, Marlène Dietrich, Nat King Cole, Maurice Chevalier et autres célébrités du music-hall. Jeanne Moreau enregistre les vingt-deux chansons en trois semaines de studio, et le disque est commercialisé sous le titre Jeanne Moreau chante Norge9. La télévision s’en mêle aussitôt. Sous le titre Fille d’amour, Jean-Christophe Averty réalise pour France 3 une émission entièrement consacrée à la rencontre du poète et de l’actrice, dont c’est la première apparition en tant que chanteuse sur le petit écran, et au cours de laquelle deux des poèmes sont dansés10...

  • 11 baronian (Jean-Baptiste), « La Poésie de tous les jours », dans Le Vif du 25 avril 1985.

7« Norge est d’abord un merveilleux écrivain de la voix et tout ce qu’il a publié depuis 1968 semble être fait pour être dit, au besoin pour être dit en musique. On pourrait même avancer que la plupart de ses poèmes sont de vraies chansons, des complaintes, des ritournelles et qu’à la limite ils contiennent leur propre musique, au point qu’une partition ne leur apporterait pas grand-chose. Jeanne Moreau en a interprété quelques-uns et on n’a pas l’impression qu’elle les a transcendés... »11 Ce jugement parait un peu sévère. Les partitions de Philippe-Gérard témoignent d’une excellente compréhension des poèmes, qu’elles mettent en relief avec beaucoup de justesse. Les mélodies sont inventives, l’orchestration sans lourdeur aucune donne une impression de vivacité un peu acidulée. Et au gré de ses tonalités tantôt fraîches, tantôt mélancoliques, tantôt malicieuses, l’interprétation enjouée de Jeanne Moreau a l’immense mérite de ne pas forcer le texte dans un sens ou dans un autre, de mettre en évidence ses qualités intrinsèques, de s’accorder à lui sans rien d’envahissant ou de sophistiqué. La voix de la comédienne, bien entendu, est pour beaucoup dans le charme des vingt-deux chansons : très légèrement voilée, avec des pointes d’impertinence et de fausse ingénuité, elle épouse la prosodie des textes avec une grande intelligence musicale.

  • 12 Les Partitions Norge. Spectacles Yola Her et Jacques Lecomte. Spectacle présenté au Studio Appia (B (...)

8Une interprétation moins connue est celle de Yola Her, qui à la fin des années quatre-vingt conçoit et crée le spectacle musical Les Partitions Norge. Professeur de diction et de déclamation au Conservatoire de Musique de Tournai, Yola Her sélectionne dans l’œuvre de Norge pas moins de quarante-six textes, dont certains seront dits et les autres chantés : Cœur de beurre, Chanson à tuer, Le lombric, Monsieur, etc. Elle s’assure le concours du claviériste Philippe De Smet, qui compose et interprète au piano et au synthétiseur l’illustration musicale — sobre mais non pauvre — du spectacle12. Avant tout récitante et comédienne, Yola Her est moins convaincante dans le chant, où sa voix paraît un peu grêle. Sachant jouer des variations de rythme et des silences, son interprétation n’en est pas moins sensible, chaleureuse, avec tantôt une légère tendance à la dramatisation, tantôt une bouffée de drôlerie, le tout évoquant un peu une ambiance « cabaret ».

  • 13 La Poésie dans un jardin – Le poète Norge. Maison du Livre et des Mots, 4-6, rue Figuière, Avignon, (...)

9Plus au sud, c’est en Avignon que, en novembre 1989, l’Association de la Maison du Livre et des Mots présente sous le titre La Poésie dans un jardin — Le poète Norge, un ensemble de manifestations dont le spectacle-cabaret Du Coq-à-l’âne et autres textes de Norge, avec la chanteuse Mina Small13.

  • 14 Entretien de Jacques De Decker avec Christian Labeau, dans Le Soir du 20 mars 1991.
  • 15 Les Mat’las d’étoiles. Spectacle conçu et présenté par Christian Labeau. Décor d’Anne Labeau. Bruxe (...)
  • 16 norin (Luc), « Le Mat’las d’étoiles de Norge », dans La Libre Belgique, mars 1991.

10En 1991, Christian Labeau adapte à son tour quelques textes de Norge, qu’il a découvert durant ses études au Conservatoire grâce à son professeur Georges Génicot. « C’est vrai que Norge est terriblement chantant, sa métrique est impeccable. Il maîtrise parfaitement le vers court, l’hepta (sic), l’octosyllabe, l’alexandrin aussi, ses rimes sont extrêmement riches »14. Les musiques sont composées par Serge Clément, Jean-Louis Plouvier, Bernard Wrincq. Labeau les chante dans le cadre du spectacle d’une heure et demie qu’il a conçu pour la salle de la Samaritaine sous le titre Les Mat’las d’étoiles15. Un critique de l’époque, toutefois, estime qu’il ne s’agit pas d’une grande réussite : « là, on s’interroge. La poésie de Norge a-t-elle vraiment besoin d’une mise en chanson ? Et puis, on les comprend mal [...]. Le spectacle, à vrai dire, tiendrait sans doute debout sans elles »16.

11La poésie de Norge, sans aucun doute, a connu bien d’autres interprétations chantées, mais leur repérage est malaisé dans la mesure où elles n’ont pas donné lieu à une édition en disque. Notre bref historique n’a donc nulle prétention à l’exhaustivité. Il permet néanmoins de mesurer le remarquable engouement que cette poésie a suscité chez les récitants, les comédiens et les chanteurs, plusieurs de ces textes étant devenus de véritables classiques scolaires dans nos conservatoires. Autre chose est de discerner ce que les interprétations musicales apportent aux poèmes initiaux. Ceux-ci, quoi qu’on en dise, ne sont pas des textes de chansons, n’ayant pas été écrits dans ce but et selon les règles du genre. Un (bon) texte de chanson est par nature plus simple, plus linéaire, et surtout marqué par un taux de redondance lexicale et sémantique plus élevé, car il s’agit de séduire rapidement et de ne pas accaparer l’attention de l’auditeur au détriment de la musique.

12Les poèmes de Norge, au contraire, se caractérisent par une grande densité et une élaboration textuelle complexe, de sorte que leur appréhension demande du lecteur ou de l’auditeur une attention soutenue. Parce qu’ils sont sonores, cadencés, ludiques, ils ont certes pu sembler « faciles » — faciles à comprendre, à dire, à mémoriser. La réalité est tout autre. Aussi leur mise en chansons constitue-t-elle, pour les artistes qui s’y risquent, un redoutable défi que seuls les plus grands semblent de taille à relever avec succès.

Haut de page

Notes

1 letondal (Lucienne), avec le concours de rollan (Henri), Norge et Georges Brassens. Paris, Phonogram (Philips), s.d. (1983), réf. 811349-1.

2 François Mairet dit Norge. Les Noëls inédits. Bruxelles, Ermitage, 1984.

3 Texte de Norge au dos de la pochette du disque 33T Poètes belges d’aujourd’hui [dits par] Robert Delieu. Improvisations musicales (de) François Glorieux.

4 erken (Geneviève), « Conte, fable et fait divers : l’ambiguïté générique dans quelques textes de Norge », dans Textyles, n˚ 21, 2002, pp. 94-100.

5 Barclay, 33T, réf. 07.100.010. Source : mercier (Jacques), « Le poète Norge mis en chansons », dans La Libre Belgique, 29 septembre 1980.

6 La moisson de Janine — Janine Disenhaus chante Norge. 22 poèmes chantés par Janine Disenhaus, musique d’Isaïe Disenhaus. La face A est intitulée « Première gerbe », la face B « Seconde gerbe ». Bruxelles, DDF Recording, 1980, réf. LZ 01380. Parmi les poèmes interprétés : « Mes statues », « Lits d’amour », « Annabelle », « La petite Anna »...

7 ferlay (Jacques), Norge. Marseille, Le Temps Parallèle, coll. Rencontres, 1990, p. 77.

8 Citation tirée de l’article de Jean Tordeur « Jeanne Moreau chante le poète Norge », dans Le Soir du 30 décembre 1981.

9 Jeanne Moreau chante Norge. Paris, Éditions Majestic, 1981. Deux disques 33T, réf. DISC’AZ 48 887/88. Réédité sur CD en 1989. Paris, Disques Jacques Canetti, réf. 101822 (distribution Musidisc).

10 L’émission a été diffusée en première sur France 3, le 30 décembre 1981 à 20h30.

11 baronian (Jean-Baptiste), « La Poésie de tous les jours », dans Le Vif du 25 avril 1985.

12 Les Partitions Norge. Spectacles Yola Her et Jacques Lecomte. Spectacle présenté au Studio Appia (Bruxelles) en septembre-octobre 1988, au Conservatoire de Tournai en novembre.

13 La Poésie dans un jardin – Le poète Norge. Maison du Livre et des Mots, 4-6, rue Figuière, Avignon, du 7 au 30 novembre 1989. Exposition, lectures par Jean Tordeur et Jean-Claude Bologne, spectacle-cabaret par les « Rencontres pour lire » (Caen), avec Martial Pardo (pianiste), Yvon Poirrier (comédien), Mina Small (chanteuse) et Francis de Cornière (récitant).

14 Entretien de Jacques De Decker avec Christian Labeau, dans Le Soir du 20 mars 1991.

15 Les Mat’las d’étoiles. Spectacle conçu et présenté par Christian Labeau. Décor d’Anne Labeau. Bruxelles, la Samaritaine, mars-avril 1991.

16 norin (Luc), « Le Mat’las d’étoiles de Norge », dans La Libre Belgique, mars 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Laroche, « Norge mis en chansons », Textyles, 26-27 | 2005, 126-129.

Référence électronique

Daniel Laroche, « Norge mis en chansons », Textyles [En ligne], 26-27 | 2005, mis en ligne le 15 avril 2009, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/601 ; DOI : 10.4000/textyles.601

Haut de page

Auteur

Daniel Laroche

Maison de la Francité

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org