Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

p. 114-118

Bulletin de la Fondation “Ça Ira”

Dans le n˚20 (4e trimestre 2004) du Bulletin, Henri-Floris Jespers rappelle le contexte d’après-guerre, quand Neuhuys publia sans nom d’auteur L’Herbier magique d’Uphysaulune, recueil dont l’anonymat était cependant transparent. Les fleurs y sont surtout des noms de fleurs sans doute, avec toute la poésie dont sont chargés les mots rares, mais aussi des motifs où se cristallise une certaine position du poète, légère, un peu précieuse, toujours émouvante. Uphysaulune et cette poétique l’accompagneront longtemps encore, comme le montrent les documents postérieurs qui sont cités. Vient ensuite un In memoriam Freddy de Vree, consacré au poète, musicologue et critique d’art, bien connu des auditeurs de Radio 3. Après avoir évoqué le décès du photographe André Janssens, la revue fête son 20e numéro en citant longuement les commentaires qui lui ont été réservés en divers lieux, notamment en ces colonnes : c’est peut-être faire beaucoup d’honneur à ces dernières, où l’espace manque pour dire plus complètement le plaisir que procure, à chaque fois, la lecture du Bulletin.

Le n°21 (1er trimestre 2005) est l’occasion pour le Bulletin de se proclamer majeur… et de poursuivre sur sa lancée. Il débute par une intéressante évocation du jeune Paul Neuhuys, exclu de l’Athénée d’Anvers pour avoir publié un premier recueil, illustré par Joostens, de vers qui pour être réguliers ne se ressentaient pas moins « d’un climat érotique parfois exacerbé et de l’atmosphère quelque peu moite des serres chaudes ». La Source et l’Infini s’insérait ainsi dans l’agitation estudiantine anversoise qui a précédé immédiatement la déclaration de guerre de 1914. Ensuite nous est proposée une note de lecture de Neuhuys à propos d’un recueil de Cocteau, note publiée dans La Nervie en 1922 : cette recension a le mérite d’exhiber, outre l’acuité du commentateur, l’une des sources sans doute de son propre art poétique, à la recherche d’un classicisme qui soit moderne et n’exclue pas la fantaisie. Vient ensuite une lettre inédite de Pansaers à Cocteau, datant de la même année et qui semble le seul document (outre certaine déclaration du second) attestant des relations entre les deux hommes. Enfin, toujours appuyée sur la reproduction de documents peu connus, une manifestation littéraire et artistique de 1937, animée par Roger Avermaete, est évoquée par Henri-Floris Jespers avec l’aide des souvenirs qu’en a gardés Alain Germoz.

Pour célébrer sa « majorité », le Bulletin s’est adjoint la collaboration de Christian Berg pour un petit discours de circonstance, célébrant les vertus de l’érudition, d’une certaine érudition tout au moins, celle qui caractérise l’esprit de la revue. « Petite revue », en un sens, comme le souligne l’avant-propos du n°22 où se retrouve cet éloge de l’érudition ; mais bien entendu cette modestie est aussi une sorte de ruse et d’ironie, dans la tradition des avant-gardes, spécialement en Belgique et pour la période de l’entre-deux-guerres qui est le terrain de prédilection de ses rédacteurs. On continue donc à l’arpenter, et à s’y ébattre. Ce n˚22 est consacré presque entièrement à la figure de Maurice Van Essche, représentant caractéristique de ces acteurs essentiels de l’histoire littéraire qui, n’ayant pas eux-mêmes laissé d’œuvre marquante dans la mémoire, n’en ont pas moins à la fois joué un rôle déterminant, à partir duquel les œuvres marquantes s’éclairent davantage. Il n’y a donc pas de « petite » histoire : tout est dans la manière de la raconter. On recommandera à nouveau cet aperçu « érudit » – charriant maints noms, dates, titres, anecdotes parlantes – pour ce qu’il révèle d’essentiel dans l’esprit du temps, à partir de ses « marges », certes, mais ce mot ne désigne qu’une habitude un peu arbitraire dans nos découpages mémoriels.

Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). ca.ira@belgacom.net

Echinox

Le n°6 (2004) des Cahiers de l’Echinox / Echinox Journal, publiés par le Centre de recherches sur l’Imaginaire Phantasma de l’université Babes-Bolyai de Cluj en Roumanie, est un volume composé en hommage à la personnalité de Hugo Meltzl, qui a notamment enseigné dans cette université la littérature comparée et la germanistique. Ce n’est toutefois que la première partie d’un ensemble où se succèdent ensuite diverses contributions aux débats de théorie littéraire, une série d’études comparatistes portant notamment sur le donjuanisme, sur Casanova, sur l’érotisme, enfin un groupe d’études monographiques où l’on retrouve des œuvres aussi différentes que celles de Luther, de Borges, de Nietzsche etc. On y relèvera un article consacré à René Magritte et au poète Gellu Naum par Mara Stanca Rafan (en roumain). Comme les autres livraisons, ce n°6 est plurilingue (anglais, allemand, roumain, français) ; il arrive qu’un résumé en anglais accompagne un article dans une autre langue, mais ce n’est malheureusement pas systématique. – Abonnement (2 numéros : 50 euros)

Renseignements : corinbraga@yahoo.com. Voir aussi les sites : www.lett.ubbcluj.ro/~phantasma et www.lett.ubbcluj.ro/~echinox

Francofonía

Le dossier du n˚13 (2004) de la revue Francofonia (réalisée à l’Université de Cadix) est, une fois n’est pas coutume, entièrement consacré à la Belgique. Il a été dirigé par Estrella della Torre et Martine Renouprez, et s’intitule Langue, corps et identité dans la littérature belge de langue française. C’est évidemment tout un programme, où sont conviées tour à tour les œuvres de Sternberg, de Norge, de Nougé, de Pascal de Duve, de Thomas Owen, de Michel Seuphor et d’Achille Chavée. Des varias sont ensuite proposés, qui concernent la littérature de l’immigration au Québec et les littératures africaines. Une douzaine de comptes rendus, s’attachant tantôt à des ouvrages de création tantôt à des ouvrages critiques (notamment sur une réédition d’un livre de Marcel Thiry), enrichit encore cette copieuse livraison. – On s’abonne : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de Correos 439. E-11002 Cadiz. Rédaction : francofonia@uca.es

L’Arbre à Paroles

La revue de la Maison de la Poésie d’Amay consacre son n˚126 (octobre-novembre-décembre 2004) à une petite anthologie helvétique (Écrire en Suisse), anthologie de fait, non d’intention, car, nous dit-on, les douze poètes rassemblés ne le doivent qu’au hasard des rencontres et des affinités. On y trouve tout de même de grands noms, comme Pierre Chappuis ou Anne Perrier. On trouve aussi dans ce numéro, outre les rubriques habituelles, une brève approche de René Char, « sous le signe de la rupture ».

Le titre du n˚127 (janvier-février-mars 2005) : Des îles, semble annoncer un sommaire estival et, le souvenir de Baudelaire aidant, tropical ; mais les poèmes rassemblés dans cette petite suite îlienne nous entraînent surtout vers l’Ouest, la Bretagne, le pays de Galles, les récifs agités de l’Atlantique. Peu de poètes belges (les animateurs de la Maison : Francis Chenot, Francis Tessa), dans cet ensemble où la note de voyage, l’impression paysagère, se fondent parfois avec l’écriture poétique, comme dans la contribution de Jacques Lacarrière. Une « approche » du poète Antoine Émaz leste cette livraison d’un propos critique, en plus de l’habituelle rubrique des comptes rendus –  m.poesie.amay@skynet.be

Études francophones

« Après un bref hiatus » (le vol. 19, de 2004, n’a ainsi comporté qu’une seule livraison), nous disent ses nouveaux responsables, Fabrice Leroy et Abdelhak Serhane, la revue Études francophones reparaît avec un premier numéro pour 2005 (vol. 20, n˚1, printemps 2005). La revue, fondée à Lafayette en 1986 et émanant de l’Université de Louisiane, s’était d’abord appelée Revue francophone de Louisiane, ensuite Revue francophone. Une table des articles publiés depuis 1986 figure utilement à la fin de cette livraison, qui permet ainsi de mesurer le travail important accompli par ce périodique en Amérique du Nord depuis bientôt vingt ans.

Par rapport à la ligne suivie auparavant, ce numéro présente deux changements majeurs, sans qu’on sache s’il s’agit d’une nouvelle formule rédactionnelle ou seulement d’un numéro exceptionnel, conçu dans le cadre d’une manifestation ponctuelle organisée en mars 2004 à Lafayette avec le soutien du Centre Wallonie-Bruxelles en Louisiane. Premier changement (outre le côté un peu rétro de la couverture) : la traditionnelle rubrique d’actualités littéraires a quasiment disparu et se réduit dans ce numéro à des « Comptes rendus » ne comportant qu’une seule recension, en rapport avec le dossier. Second changement : les articles de sujet varié font place à un dossier thématique assez consistant, consacré à la Bande dessinée belge. Si on y évoque aussi des créateurs comme Bernard Hislaire ou Jean-Philippe Stassen, Edgar P. Jacobs ou Franquin, l’essentiel de l’attention porte sur l’œuvre de Hergé, d’une part, sur celle de François Schuiten et de Benoît Peeters, d’autre part (un assez long entretien avec ce dernier clôture le dossier). D’une très bonne tenue, ce portefeuille d’études figurera désormais dans la bibliothèque des bédéphiles et surtout des bédélogues. On peut néanmoins craindre que disparaisse ainsi une « revue » au profit d’une « série » de volumes thématiques, selon une évolution qu’on a pu observer ailleurs depuis longtemps. Sans doute escompte-t-on ainsi favoriser les ventes à l’exemplaire ; mais le principe d’une revue avait un sens, celui de témoigner de l’état du champ à un moment donné dans sa variété, sens que ne possède forcément pas ce genre de volume, aussi riche qu’il soit. –Études francophones : B.P. 43331 Lafayette, LA 70504-3331. Courriel : abdelserane@hotmail.com, fleroy@louisiana.edu (rédaction), revue-ef@louisiana.edu (abonnements : 45 U$D pour 2 numéros par an)

Cahiers internationaux de symbolisme

La précédente livraison (2003) des CIS était un numéro triple, intitulé Théories et pratiques de la création (sous-titre : « Le génie de la différence nous délivrera-t-il de la tyrannie de l’identité ? »). Sur la lancée, le CIEPHUM publie un second dossier d’études sur le même thème, centré cette fois sur « La création au féminin ». Danielle Bajomée et Claire Lejeune entendent y dresser un « état des lieux » – dans un contexte de « féminisme régressant » –, de « la pensée de l’art des femmes », non sans inviter aussi quelques hommes au débat. De Christine de Pizan à Chantal Ackerman en passant par Georges Sand et Marguerite Yourcenar, mais avec une attention soutenue pour le temps présent, les approches variées se succèdent : contributions éventuel-lement très brèves, entretiens, essais et témoignages ; lectures de tableaux, de photographies, de tatouages ou d’œuvres littéraires. Une livraison très vivante, en somme, que clôture un beau texte de Véronique Bergen sur « La création comme dissolution de tout “en tant que” ». – Abonnements : 16 euros (Belgique), 23 euros (autres pays). (Rens. http://www.umh.ac.be/ciephum).

Yourcenar

La vingt-cinquième livraison du Bulletin de la Société Internationale des Études Yourcenariennes (SIEY) comporte, outre les rubriques courantes de bibliographie et de comptes rendus, différents articles consacrés aux rapports de l’écrivain avec le taoïsme, Michel-Ange, les sources grecques, entre autres. Ce volume est par ailleurs lesté d’un dossier d’études : Marguerite Yourcenar entre allégeance et rébellion, présenté par Bérengère Deprez, Agnès Fayet et Alexandre Terneuil. On y trouve diverses approches des relations entre l’auteur des Mémoires d’Hadrien et, tour à tour, Maeterlinck, Chateaubriand, Proust, Nietzsche, Nicolas Poussin, avec en outre une approche de « M. Yourcenar sous influence politique » (à propos des « Emmurés du Kremlin » et des rapports de l’auteur avec la Russie soviétique) et de « M. Yourcenar face à ses prédécesseurs », où l’on s’intéresse notamment au déni, chez Yourcenar, de l’influence de Gide et de Giraudoux. – Cotisation : 22 euros. Rens. : Rémy Poignault, SIEY, Rue Couchot, 7 - F-72200 La Flèche ou http://www.artsci.wustl.edu/~siey

Maurice Carême

Le petit bulletin de la Fondation Maurice Carême (n˚50, septembre 2004) est tout joyeux d’annoncer la publication d’un CD : Poèmes de Maurice Carême (1899-1978), chez Frémeaux et associés, ainsi que celle d’un troisième recueil posthume, chez Arfuyen : Et puis après. On y trouve aussi, avant un bref hommage, bien mérité, à Andrée Sodenkamp, et les habituelles rubriques d’échos divers, une nouvelle présentation, par Jeannine Burny, de « L’humanisme chez Maurice Carême », cette fois tournée vers « Le miracle de l’enfance ». –On s’abonne : Av. Nellie Melba, 14, B-1070 Bruxelles. jeannine.burny@coditel.net.

Ponti / Ponts

La quatrième livraison de la belle revue milanaise Ponti / Ponts est un lourd volume de plus de 620 pages : elle contient les communications du Colloque international de langues, littératures et civilisations francophones qui s’est tenu à Milan, du 8 au 11 juin 2004 avec pour thème Astres et désastres. Dans la mesure où le programme de cette manifestation avait inclus à la fois des réflexions sur la langue et sur la littérature, et qu’il a réservé une part à chaque zone géographico-culturelle de la francophonie, l’ampleur de ce volume s’explique facilement. On ajoutera que, pour chaque zone, un créateur était invité en plus des critiques. Après des approches comparatistes sur le thème et des études linguistiques, une section est réservée à la francophonie européenne, où l’on trouvera, en compagnie d’une contribution sur la Suisse, une réflexion poétique de Jacqueline De Clercq, une approche du désastre chez Verhaeren par Ruggero Campagnoli, et une étude de la Balade du Grand Macabre de Ghelderode par Éric Lysøe, qui ouvre largement le propos sur le discours ésotérique et ne craint pas de reprendre une analyse à base formelle. Le reste du volume, pour ne pas concerner les lettres belges, n’en est pas moins d’un grand intérêt, ne serait-ce que par sa diversité. Il se termine par environ 200 pages de notes de lecture, où, bien entendu, la Belgique a sa place (pp. 458-489). – Le courrier concernant la rédaction peut être adressé à liana.nissim@unimi.it ; les commandes et abonnements : aux éditions Cisalpino, via B. Eustachi, 12, - I-20129 Milano, cisalpino@monduzzi.com ; réduction aux abonnements pour cinq ans).

Études françaises

Le troisième et dernier numéro d’Études françaises pour l’année 2004 est consacré à des « Lectures de Jean Tortel », sous le titre Le Corps des mots. Corps imaginés, en couverture, par une photographie de baies d’un rouge éclatant : c’est que, nous rappelle-t-on, le poète, romancier et critique Jean Tortel, décédé en 1993, était mû par un projet d’appréhension de l’espace et du visible. Ce dossier, surtout consacré au poète, rend donc hommage, au Québec, à un auteur français relativement méconnu en France. Albertine Sarrazin (pour une analyse de L’Astragale), Assia Djebar (sur la dimension autobiographie de L’Amour, la fantasia) et Diderot (sur la peinture) font ensuite l’objet d’intéressants varias.

La revue montréalaise consacre son premier numéro de l’année 2005 (vol. 41, n˚1) à un dossier sur « Le personnage de roman », dont l’ambition est de formuler une nouvelle approche du roman lui-même, comme « espace de la pensée ». Les classiques sont dès lors revisités, de Balzac à Kafka, les contributeurs s’interrogeant notamment sur la perspective de la mort du personnage (chez Houellebecq), sur le personnage « secondaire », ou sur la virtualité narrative des silhouettes, des profils, des ébauches de « caractères » mis en scène. Le numéro comporte aussi des varias, notamment une étude de Corps du roi de Pierre Michon, par David Vrydaghs. – On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal pum@umontreal.ca. Mais elle est à présent disponible également au format électronique, via le site www.dgtic.umontreal.ca ou www.erudit.org/erudit/revues.html ; à long terme, l’archivage des numéros anciens devrait également être assuré de cette manière.

Nouveaux Cahiers André Baillon

L’association Présence d’André Baillon, dont nous avions salué la création en même temps que la parution d’un premier numéro de ces Nouveaux Cahiers, poursuit son entreprise avec un n˚2 (2004, 64 p.), qui garde comme objectif non seulement de faire connaître l’œuvre en général, mais aussi de « dévoiler un Baillon moins connu, parfois inattendu ». La revue est bilingue (français/néerlandais, même si la première de ces langues est prépondérante), ce qui augmente bien sûr son intérêt. Cette deuxième livraison « se concentre sur la période particulièrement prometteuse de l’installation de Baillon à Paris au début des années 1920 », et effectivement, nous découvrons l’auteur de Délires sous un angle assez éloigné de l’image d’écrivain maudit, aussi génial qu’incompris et solitaire, qui a parfois circulé. En réalité, Baillon, qui publie à Paris ses premiers livres, joue comme il peut son rôle de « passeur » entre la Belgique et la France, publiant des comptes rendus, essayant parfois avec plus ou moins de conviction de « placer » les manuscrits qu’on lui confie. Ce numéro comprend notamment quelques recensions publiées à cette époque dans Les Nouvelles littéraires (mais aussi dans La Renaissance d’Occident et dans Le Mardi gras), des lettres (à Pol Stiévenart), une réédition du fameux Traité de littérature, en plus des rubriques bibliographiques et des apports divers, comme cette présentation de Marie de Vivier ou cette évocation des relations entre Baillon et le xylographe Henri Van Straten. – On peut rejoindre l’association en s’adressant à Jean-Pierre Canon, Librairie La Borgne Agasse, Rue Anoul, 30, B-1050 Bruxelles – info@andrebaillon.net. À visiter : http://www.andrebaillon.net

Interculturel Francophonies

Créée en 2001 à Lecce, où elle est patronnée par l’Alliance française du lieu, la revue Interculturel Francophonies a belle allure et propose de copieuses livraisons selon une périodicité devenue semestrielle. Elle paraît en juin-juillet et en novembre-décembre. Plutôt que d’une revue, il s’agit en réalité d’une collection de dossiers, tantôt consacrés à une personnalité, comme Amadou Hampaté Bâ (n˚3) ou Ahmadou Kourouma (n˚6), tantôt à une thématique, comme la littérature malgache (n˚1) ou les nouveaux voyageurs (n˚5).

Le n˚5 (juin-juillet 2004) a pour titre Nouvelles mobilités, nouveaux voyageurs et rejoint par certains aspects la réflexion publiée quelques mois auparavant dans le n˚153 de Notre librairie. C’est que la configuration tant du voyage que de l’émigration et de l’exil ont changé dans le contexte de ce qu’on appelle la mondialisation. Rien n’y évoque la Belgique, et la plupart des contributions ont d’ailleurs davantage à voir avec l’interculturalité qu’avec la littérature : marins philippins, expatriés français en Suisse, communauté vietnamienne en Irlande, immigrés au Québec, etc. Mais bien entendu les études littéraires sont indirectement concernées par ces horizons qui mettent directement en jeu les représentations et les identités ; et la Belgique n’est pas en dehors des mouvances globales ici traitées.

Le n˚7, daté de juin-juillet 2005, est dévolu aux « écrivains francophones d’Europe » et il est coordonné par Robert Jouanny, auquel on doit un livre de synthèse en la matière. Il ne concerne pas directement la Belgique francophone, exclue a priori avec la Suisse, même si la question de ces écrivains « convertis » à la langue française s’y pose également (le français n’y est pas forcément une pratique due à une « tradition historique » ; il peut aussi y « faire l’objet d’un choix »). C’est un ensemble de bonne tenue, plutôt varié dans ses composantes : études, entretiens ; provenances diverses des écrivains traités, de Julia Kristeva à Agustin Gomez-Arcos, avec une attention marquée pour les Balkans. – Interculturel Francophonies est disponible chez Servédit, 15 rue Victor Cousin, 75005 Paris servedit1@wanadoo.fr (36 euros/an). Pour la rédaction, s’adresser à Andrea Cali : calibox@tin.it

  • Revues.org