Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

Pierre Halen
p. 126-130

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

Le n˚25 du Bulletin (1er trimestre 2006) propose, pour l’essentiel, des extraits du journal personnel tenu par Paul Neuhuys. Ils sont tirés du cahier xxiiii et datent de 1950. Quelques fac-similés partiels permettent de mesurer la difficulté de l’exercice : l’écriture est difficile à déchiffrer. Comme, en outre, ces notes sont plutôt elliptiques et décousues, cela donne une idée du travail qui attend celui qui entamerait une édition plus large… Les observations érudites sont abondantes, mais pas systématiques. On y retrouve l’éclectisme de Neuhuys, son ouverture, son amour de la liberté (« la poésie a toujours été pour moi un état de liberté absolue »), la préférence qu’il donne à l’« exquis » sur le « violent », son ironie : « Un graffiti existentialiste : si vous ne vous sentez pas bien, faites-vous sentir par un autre », ses jeux poétiques nombreux. Tout cela, sur fond d’Affaire royale… Cette livraison comporte aussi une section consacrée à Édouard Léon Théodore Mesens, ainsi que divers échos et notes de lecture, où l’on s’attarde un tant soit peu sur des figures comme celles de Paul Colinet ou de Paul Fierens, qui fut poète avant de se consacrer à la peinture.

Le n˚26 (2e trimestre 2006) débute par un hommage rendu à Édouard Jaguer, décédé le 9 mai : poète, essayiste, critique d’art, animateur de revues, Jaguer fut aussi le témoin attentif et érudit de la mouvance surréaliste internationale. Le Bulletin reproduit ensuite deux courts textes de 1954, un de Jaguer et de Neuhuys, à propos de Pansaers et à l’occasion de la publication de Bar Nicanor dans Phases. Les amateurs de belgitude feront ensuite leur miel d’un bref texte inédit de Neuhuys, « Anvers et les lettres françaises » (1927-1930), où le poète se situe avec précision dans une certaine résistance à la domination envahissante des « redoutables voisins : les Français » ; reste alors à « puiser dans un salutaire contact avec l’élément flamand du pays quelques belgicismes indispensables » (Neuhuys souligne). Vient ensuite, nourri par la lecture d’une correspondance entre Neuhuys et Willy Koninckx, un substantiel article sur les débuts de Ça Ira !, groupe auquel se joindra Neuhuys à son retour de Paris mais dont il n’est pas l’initiateur et dont il ne partage pas, du moins au départ, certaine inclination communisante. Cette livraison comporte encore des notes sur Maurice van Essche et sur Neuhuys, avec en prime un texte de Neuhuys datant de 1935 et évoquant la Suisse, l’un des « petits pays » qu’il préférait aux grands…

Le Bulletin n˚27 (3e trimestre 2006) exploite le filon que constitue la correspondance qui s’est échangée entre Neuhuys et Koninckx, l’un en séjour d’études à Paris, l’autre resté à Anvers. Belle correspondance, citée ici sous la forme de larges extraits bien choisis, qui nous en dit long, non seulement sur un point d’histoire à certains égards mineur, à savoir le fait que c’est revenu ensuite à Anvers que Neuhuys se « convertira » aux avant-gardes, mais surtout sur les états d’esprit qui régnaient à l’époque, juste après la guerre, tant dans le « village » que serait Anvers que dans une capitale française où la misère se fait sentir. Belle occasion pour évoquer le rêve du bolchevisme, le nationalisme ambiant, l’identité belge et flamande, les images, en somme, à ce moment fort secouées, des constructions identitaires et des tentations politiques.

Le Bulletin n˚28 (4e trimestre 2006) donne d’abord la parole à Henri Chopin, poète français qui a fait de l’internationalisme avant-gardiste et par ailleurs de la « poésie sonore » son cheval de bataille contre les idéologies et autres discours sociaux lénifiants ; savoir si le salut viendra de la « voix animale » est une autre affaire, mais on retiendra de ce témoignage biographique, où le politique s’accorde au poétique, une vue plongeante sur xxe siècle (Chopin est né en 1922) et sur le carrefour qu’ont constitué les milieux anversois. La double question des langues et celle des nations paraît bien impertinente et désuète dans pareille perspective. Si Chopin nous emmène du côté du sonore, l’évocation par Henri-Floris Jespers d’un livre de Pierre Garnier, Le Poète Yu, nous promène ensuite du côté de l’espace graphique et d’une poésie « visuelle » qui a bien sûr des affinités avec le travail de Michel Seuphor. Vient ensuite, entre autres notes et comptes rendus, une recension plutôt critique, consacrée à la publication, par Agnès Caers, d’un livre intitulé Seuphor et Alice Nahon chez Archipel en 2006. Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles).
<ca.ira@belgacom.net>

Echinox

La 10e livraison (2006) d’Echinox, cahier du centre de recherche sur l’imaginaire de l’Université de Cluj en Roumanie, a pour titre Les Imaginaires européens et constitue les actes d’un important colloque international de 2005. La couverture reproduit un tableau de Paul Delvaux, attribution qui n’est malheureusement pas précisée aux endroits où on l’attendrait. C’est un fort volume, regroupant une quarantaine de contributions qui sont réparties en quatre ensembles : « L’Europe, du mythe au projet politique », « Questions d’imagologie », « Imaginaires sociaux », « Imaginaires culturels ». Le premier s’intéresse à ce qu’on pourrait appeler le rêve efficient d’une construction politique européenne, aux idées de Hugo et de Rougemont, mais aussi à la discussion sur l’existence d’une littérature qui serait européenne (Curtius etc.). La deuxième section étudie diverses imageries historiques concernant l’Europe et ses « autres », africains, américains etc., depuis l’époque médiévale et, bien sûr, en incluant des points de vue d’Europe centrale. Dans la troisième partie, on épinglera notamment deux contributions concernant la Belgique : une étude de Laurence van Ypersele sur la répression des inciviques lors du premier conflit mondial et une autre de Myriam Watthee sur Henry Bauchau ; les deux portent sur « les figures du traître ». La dernière partie regroupe des objets d’études très variés, de l’Atlantide au motif du Monstre en passant par le Pays de Cocagne et l’utopie. Les articles sont proposés soit en français soit en anglais et forment « une fresque en raccourci », comme l’écrit l’éditeur Corin Braga, de « notre grande famille européenne ».

Nouveauté : les cahiers d’Echinox sont à présent disponibles aux Presses universitaires de Valenciennes (diffusion Les Belles Lettres). Abonnement (2 numéros : 50 euros). Renseignements : <corinbraga@yahoo.com>. Voir aussi les sites : <www.lett.ubbcluj.ro/~phantasma> et <www.lett.ubbcluj.ro/~echinox>

Verbum

Là où Echinox a choisi, pour afficher sa vocation internationale, de se présenter en plusieurs langues dont la langue nationale (le roumain en l’occurrence), la revue hongroise de l’Université Peter Pázmany, née dans le même contexte des années 1990 en Europe centrale, a d’emblée tranché en faveur du latin : Verbum. Annalecta neolatina. La première livraison de 2006 (Tomus viii, fasciculus 1, Junius), sous la direction d’Anikó Ádám, a bénéficié du soutien de l’Institut français de Budapest, et c’est une très belle réalisation. On y peut lire, après plusieurs études consacrées, entre autres, à la littérature provençale, à des questions de traduction littéraire français-espagnol, à des auteurs comme Nerval ou Calvino, un important ensemble d’approches critiques sur les rapports entre français écrit et français parlé, notamment dans la littérature ; on y retrouve évoqués des corpus comme celui de la littérature québécoise, des œuvres comme celles de Céline ou de Houellebecq, ainsi que d’autres problématiques que l’analyse littéraire : la traduction, la didactique des langues, le langage de la presse. Tout cela forme un ensemble à la fois ouvert et cohérent. Le volume se termine par des comptes rendus, dont un, assez détaillé, est consacré par Éva Martonyi au volume Henry Bauchau. Une poétique de l’espérance (2004). Verbum est une revue ouverte aux collaborations. Entre autres, il s’indique particulièrement de lui adresser des ouvrages scientifiques à recenser (Rens. : Pázmány Péter Katolikus Egyetem, Bölcsészettudományi kar, Piliscsaba 2087, PF1. Rédaction : <domokos@btk.ppke.hu>). Édition/distribution : Akadémiai Kiadó, Budapest <www.akademiai.com>.

Archipel

Le n˚24 de la revue Archipel, « Cahier international de littérature » publié à Anvers, est une belle livraison, fidèle à la ligne que s’était tracée Alain Germoz : poèmes, nouvelles, proses et vers de diverses manières. On y trouve des contributions, entre autres, de Willem Roggeman, de Jean-Baptiste Baronian, de Vincent Malacor, de Pierre Lexert. Y sont évoquées aussi des figures récemment disparues, comme l’Italien Tullio Restori, dont on lit ici les Écrits avant l’ultime voyage. Alain Germoz y célèbre aussi ses 85 ans… à sa manière. Plusieurs contributions sont proposées en version bilingue, ce qui n’est pas le moindre mérite de cette revue singulière. Correspondance : Alain Germoz, Jan Van Rijswijcklaan, 7, bte 2. B-2018 Antwerpen. Archipel mérite qu’on la soutienne : les deux numéros, 25 euros (320-0831782-77).

Francofonía

Le n˚14 de la revue « francophone » de l’Université de Cadix est consacré à René Maran, figure majeure de l’histoire des lettres africaines. C’est, à plus d’un titre, un écrivain « de l’ère coloniale », dont le prix Goncourt, en 1921, pour Batouala, véritable roman nègre, ne cesse d’alimenter la discussion et la recherche. Ce riche dossier dirigé par Lourdes Rubiales comporte quelques éclairages historiques nouveaux et des points de vue inédits sur l’ensemble d’une carrière caractéristique, celle d’un auteur noir partisan de l’assimilation, décédé en même temps que l’Empire, en 1960. À noter que s’y trouve reproduit le texte de la plaquette poétique « Ode à Bass Bassina Boulou », publiée par Franz Hellens en 1962 : l’auteur du roman Bass-bassina-boulou (1922) fait partie de la postérité maranienne (ou faut-il dire comme certains : maranesque ?). On s’abonne : Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádiz. Apartado de Correos 439. E-11002 Cadiz. Rédaction : <francofonia@uca.es>

Nord’

La Revue de critique et de création littéraires du Nord / Pas-de-Calais ne nous avait plus fait parvenir ses livraisons depuis quelque temps : c’est qu’il ne s’y trouvait rien qui intéressât directement les lettres belges. Le n˚47 (avril 2006) est consacré à la figure de Georges Hyvernaud, écrivain natif du Centre de la France mais que les aléas de l’existence amèneront à vivre dans le Nord et à s’attacher à cette région. Hyvernaud fait partie des auteurs qui n’auront pas réussi à imposer leur nom dans la mémoire collective, ce qui ne signifie pas qu’ils manquent d’intérêt. Un relatif insuccès en librairie l’amena en tout cas à publier peu, soit, pour l’essentiel, La Peau et les Os, inspiré par l’expérience des camps (paru d’abord dans Les Temps modernes en 1946), et Le Wagon à vaches (1953).

Outre ce dossier, on trouve dans cette livraison un article de Paul Renard à propos de « La réception de la poésie belge de langue française dans une enquête de la revue Le Beffroi en 1904 » ; cette revue lilloise, dirigée par Léon Bocquet, est tournée vers les jeunes auteurs du Nord de la France et de la Belgique ; elle a notamment des « secrétaires régionaux » comme Isi Collin pour Liège et la Wallonie. On appréciera la formulation de l’enquête en question, lorsqu’elle demande : « Quels seraient, selon vous, les dix nouveaux immortels à élire ? (Les femmes sont admises et aussi les poètes français de Belgique) ». C’est Verhaeren qui remporte le plus de suffrages, devant Henri de Régnier ; mais le second palmarès, qui porte sur les meilleurs ouvrages, voit arriver en tête La Chanson d’Ève de Van Lerberghe. Paul Renard analyse finement ces résultats, montrant l’ambiguïté de ce succès, surtout dû au vote très national des Belges consultés, et ne reflétant pas les orientations en réalité surtout hexagonales des collaborateurs les plus proches de la revue. On peut s’adresser à la rédaction : <christine.aubry@univ-lille3.fr>. Ou : Société de Littérature du Nord, Rue Caumartin, 73, F-59000 Lille).

L’Arbre à Paroles

« Autour d’Anne-Marie Smal » est le titre du n˚128 de la revue mosane (avril-mai-juin 2005). Cet hommage à une poétesse trop peu connue, née en 1929, est dû à l’initiative d’un autre poète, Michel Defgnée. Avec notamment des contributions de Roger Brucher et de Pierre Schroven, et des textes d’amis : Éric Brogniet, Fernand Verhesen, le regretté Marcel Hennart. Poétesse mystique, mais « authentique » et « actuelle », Anne-Marie Smal (alias Scheyven) a publié six recueils étalés de 1947 à 1997 et n’a guère fait jusqu’ici l’objet de commentaires, au-delà du « Dossier L » qui lui a été consacré. La petite anthologie composée ici permet de rencontrer une sensibilité tournée vers le monde naturel et, effectivement, le mystère religieux d’exister : le simple langage des questions humaines. À noter dans cette livraison, une note de Georges Thinès sur « Jean de Boschère : le paria couronné », annonçant une anthologie à paraître à l’enseigne de l’Arbre à paroles.

Le n˚129 de L’Arbre à paroles (juillet-septembre 2005) est une de ces livraisons dont le titre même annonce la diversité : « épines de prose et rosée de sens ». Comme l’explique Francis Chenot, la revue doit de temps à autre réserver un espace à ne serait-ce qu’un échantillon des nombreux textes qu’on lui envoie pour publication, spécialement s’il s’agit de fidèles abonnés. Relevons, entre autres, les belles contributions de Robert Nédélec et de Serge Wellens, ainsi que la plus longue suite due au peintre et dessinateur ardennais André Sprumont, qui illustre aussi ce numéro. Deux intéressantes notes sont par ailleurs consacrées par André Doms à Pierre Tréfois, d’une part, au poète italien Mario Luzi, d’autre part, avec dans ce cas une suite de poèmes en version juxtaposée : c’est l’apport le plus consistant de cette livraison.

La revue de la maison de la Poésie d’Amay change sa présentation avec un n˚131-132 (printemps-été 2006) de belle facture : le format est devenu plus vertical, la qualité du papier est meilleure et la couverture comporte une illustration en couleur… mais son propos est fidèle à lui-même. Cette livraison double fait écho au festival mondial de poésie à Trois-Rivières (Québec), qui accueillait une centaine d’auteurs des cinq continents, et s’efforce d’en prolonger le « souffle » autant que l’« utopie » au moyen d’une sélection anthologique. Pierre Schroven, qui la présente, et Francis Chenot, alors en résidence d’auteur au bord du Saint-Laurent, y représentent la Belgique. Pas d’étude dans ce numéro qui s’achève par la rubrique des comptes rendus, L’un d’eux étant consacré à un recueil de Luc Norin. L’Arbre à paroles garde ainsi sa vocation internationale. (Abonnement ordinaire : 1000-fb pour 4 numéros – m.poesie.amay@skynet.be)

Yourcenar

La vingt-sixième livraison du Bulletin de la Société Internationale des Études Yourcenariennes (décembre 2005) fait une nouvelle fois mentir un titre décidément trop modeste. Ce volume de 250 pages de texte serré comporte en effet bien davantage que les informations périodiques de la SIEY ; on y trouve, outre les informations adressées aux membres, la bibliographie courante et la rubrique des comptes rendus, deux contributions isolées, l’une sur Alexis, l’autre sur le bouddhisme dans l’œuvre de Yourcenar et surtout un important dossier réuni par Maurice Delcroix à propos de Denier du rêve. Il comporte à lui seul une quinzaine de contributions, que la place manque pour détailler ici. Rappelons néanmoins que Denier du rêve, s’il n’a pas la célébrité des grandes œuvres de l’après-guerre, est l’un des textes les plus novateurs de Yourcenar, qui recourt à la forme de la narration circulaire pour évoquer l’Italie fasciste des années 1930. L’écriture éprouve ici ses limites dans l’exercice qui consiste à rendre compte d’une société déterminée et de l’idéologie qui l’imprègne. On notera les rapprochements avec le roman ultérieur d’Alexis Curvers (1957), mais aussi avec D’Annunzio ou, pour d’autres raisons, avec Camus.

La SIEY, désormais domiciliée à Clermont-Ferrand, publie en même temps les actes d’un colloque qui s’est tenu à Baeza (Jaén) en 2002 : Marguerite Yourcenar. La femme, les femmes, une écriture-femme ? Rens. : Rémy Poignault, SIEY, Rue Couchot, 7 – F–72200 La Flèche ou <http://www.artsci.wustl.edu/~siey>

Maurice Carême

Sous le titre Fondation Maurice Carême, un bulletin informe régulièrement les amateurs, dispersés de par le monde, des actualités diverses concernant la postérité de l’œuvre. Dans chaque livraison, Jeannine Burny a coutume de présenter, au moyen de longs extraits significatifs, un recueil particulier, sous le titre général de « L’humanisme dans l’œuvre de Maurice Carême » ; cette fois, il s’agit du recueil Complaintes (1975). Le n˚52, de septembre 2006, signale aussi les parutions, divers échos et des éphémérides nationaux et internationaux. (On s’abonne : avenue Nellie Melba, 14, B–1070 Bruxelles. <jeannine.burny@coditel.net>)

Estudios de Lengua y Literatura Francesas

Les Estudios publiés par le département de langue et littérature françaises de Cadix consacrent leur 16e livraison (2005) aux problèmes théoriques de la lecture, donc aux interactions entre texte et lecteur, avec un dossier intitulé La Lecture dialogique. On y trouve une dizaine d’articles de sujet général, — par exemple sur le « pacte autobiographique », les « simulacres du lecteur » ou sur la nouvelle de langue française —, ou particulier (sur Céline, Albert Cohen, Pierre Gripari, Annie Ernaux, Michel Tournier…). La revue Estudios souhaite à la fois des abonnés, des partenaires pour des échanges avec d’autres périodiques semblables (Servicio de Publicaciones de la Universidad de Cádix, Apartado de Correos 439, E–11002 Cádiz) et bien sûr des collaborations scientifiques (Fac. De Filosofia y Letras. C/e Bartlomé Llompart, s/n. E–11071 Cádiz – <luisa.mora@uca.es>)

Études françaises

La troisième livraison, pour 2005 (vol. 41, n˚3) de la revue montréalaise est consacrée à « Poésie, enseignement, société », sous la direction de Madeleine Frédéric. La poésie peut donc s’enseigner, comme le montrent Jean-Pierre Bertrand et ses pairs. On y retrouve même des poètes belges, puisque Achille Chavée est longuement cité dans un article sur « La poésie à l’école buissonnière ». Il le méritait bien. Le volume se termine par une étude (hors dossier) sur un poète plus « sérieux » : Philippe Jaccottet. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal <pum@umontreal.ca>. Mais elle est à présent disponible également au format électronique, via le site <www.dgtic.umontreal.ca> ou <www.erudit.org/erudit/revues.html> ; à long terme, l’archivage des numéros anciens devrait également être assuré de cette manière.

  • Revues.org