Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Laserra (Annamaria) (dir.), Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle. L’exemple belge. Actes du colloque de Salerne organisé par Annamaria Laserra et Marc Quaghebeur (novembre 2004)

Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. « Documents pour l’Histoire des Francophonies/Théorie » n˚7, 2005
Lisbeth Verstraete Hansen
p. 142-143
Référence(s) :

Laserra (Annamaria) (dir.), Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle. L’exemple belge. Actes du colloque de Salerne organisé par Annamaria Laserra et Marc Quaghebeur (novembre 2004). Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. « Documents pour l’Histoire des Francophonies/Théorie » n˚7, 2005, 309 p.

Texte intégral

1Ce volume réunit les actes d’un colloque organisé en 2004 par Annamaria Laserra et Marc Quaghebeur. Concentré sur la « littérature non fictionnelle » du champ littéraire belge francophone des cent cinquante dernières années, le colloque avait pour objectif d’analyser le rapport à l’Histoire, ou sa représentation, à travers la mémoire historico-culturelle.

2Précédées de l’avant-propos où Annamaria Laserra soulève la question du statut ambigu de la notion de « non fictionnel » et de sa relation complexe avec le fictionnel aussi bien du point de vue épistémologique (vérité/fiction) et psychologique (souvenir/imaginaire) qu’esthétique (rapport vie/œuvre), les dix-sept études se divisent en trois parties thématiques intitulées « mémoire et engagement », « mémoire des temps de guerre » et « mémoire culturelle et identité de l’artiste ».

3La première partie étudie les positions prises par des intellectuels engagés depuis la mobilisation vigoureuse en faveur d’Émile Zola dans l’Affaire Dreyfus (Jean-Max Guieu), jusqu’aux avatars contemporains du « J’accuse » zolien.

4L’exploration d’un vaste matériau composé d’entretiens et d’écrits judiciaires de Pierre Mertens permet à Annamaria Laserra de soutenir que c’est dans le travail littéraire que cet écrivain a trouvé la façon la plus adéquate pour dire la mémoire. Conrad Detrez, de son côté, a opté pour le genre de l’essai pour transmettre la mémoire de l’expérience révolutionnaire en Amérique latine. Écrites sur une période de dix ans, ces chroniques historiques volontairement subjectives scandent l’évolution de la conscience historique de l’écrivain, faisant apparaître ce que Maria Clara Pellegrini propose de lire comme une « mémoire altérée des événements » (p. 108).

5C’est plutôt un manque de recul par rapport aux enjeux décrits qui oriente les stratégies rhétoriques déployées par Raymond de Becker, reconstruisant son parcours intellectuel à la lumière d’une victoire possible de l’Allemagne nazie ; horizon qui explique plusieurs faux-fuyants significatifs dévoilés par l’étude signée conjointement par Paul Aron et Cécile Vanderpelen-Diagre. Il y a moins d’implicite dans les Carnets de Victor Serge qui, selon Marc Quaghebeur, constituent un véritable laboratoire d’un intellectuel lucide capable de va-et-vient précis entre l’objectif et le subjectif, entre la réalité et le sujet, et dont les analyses de la réalité politique forment un tout cohérent avec les positions esthétiques.

6Autre parcours intellectuel caractérisé par une sorte de nécessité d’élaborer une œuvre reliant convictions politiques et exigences esthétiques, celui de Jean Louvet que Rosalba Gasparro reconstitue à partir de l’essai paru dans le cadre de la Chaire de poétique en 1991. Enfin, cette première partie comporte une étude de Lénia Marques, qui a lu la correspondance des surréalistes bruxellois en vue d’esquisser les contours de la formation d’une mémoire historique.

7La deuxième partie cerne l’impact de la guerre sur les consciences et sur les œuvres. Initialement conçus comme témoignage objectif des conditions de vie de l’arrière, les Cahiers 1915-1918 de Marie Gevers se transforment progressivement en journal intime dont l’intérêt, selon Agnes Silvestri, est avant tout d’ordre historique et sentimental, puisque le journal n’accueille pas de réflexions esthétiques ou d’autres considérations en rapport avec l’œuvre à venir.

8C’est précisément l’œuvre à venir, l’œuvre en gestation, qui retient l’attention dans la contribution sur les sources secrètes du Grand feu de Madeleine Ley. Ginette Michaux évoque avec délicatesse la fragilité du personnage et soulève, par la mise en regard d’extraits de lettres et de livres, la question essentielle du passage d’« avant-textes » vers l’œuvre.

9Glissement de registre désignant une frontière mouvante également mise en évidence par Francesco Cardelicchio qui juxtapose extraits de lettres et citations de l’autobiographie de Constant Malva, sans que le lecteur perçoive la moindre différence formelle ou stylistique. Comme d’autres contributions de cette deuxième partie, celle-ci se situe donc sur le fil étroit qui sépare le fictionnel du non-fictionnel.

10La perspective se renverse avec Maurice Delcroix, avouant au seuil de son analyse de la mémoire de la guerre dans l’œuvre de Robert Vivier, qu’il n’est pas sûr que toute littérature ne soit fiction… Homme-poète persuadé que l’homme « n’est rien que la réputation qu’il laisse après lui » (p. 163), Robert Goffin a laissé deux volumes de souvenirs permettant à Domenica Iaria de brosser le portrait d’un personnage qui a pris l’Histoire, l’amour et l’art à bras-le-corps.

11Mis à part le journal d’Henry Bauchau, dont les considérations sur la synthèse temporelle de l’éphémère et du pérenne sont finement analysées par Beïda Chikhi dans la contribution finale, le corpus analysé dans la troisième partie du volume est exclusivement constitué de correspondances.

12Dans son analyse des derniers trois mois d’écriture de Charles Baudelaire, Giovanni Dotoli soulève une question générale de méthode concernant la pertinence analytique des péritextes de l’écrivain auxquels, selon lui, il faut conférer un statut équivalent à celui l’œuvre. Conception qui ne susciterait peut-être pas l’adhésion totale de Jean Robaey qui se propose de reconstruire le rapport de Verhaeren avec l’Allemagne à partir des lettres échangées avec Stefan Zweig, plus riches en considérations sur les aspects symboliques et matériels de la réception de l’œuvre qu’en réflexions proprement poétiques.

13Enfin, deux articles se penchent sur le cas de correspondances échelonnées sur une longue période ; Paola Salerni montre comment, pendant dix ans, Ghelderode construit sa propre légende dans les lettres à Gianni Nicoletti, tandis que Marina Geat s’appuie sur trente ans de correspondance entre Simenon et Fellini pour montrer comment ces lettres, proches de l’autobiographie, cherchent à percer le secret des corrélations entre le passé et sa transposition artistique.

14L’ouvrage s’inscrit dans un vaste courant de recherches qui, depuis la fin des années 1970, a vu se multiplier des études diversifiées sur la « mémoire » – tout comme se sont multipliés les sens accordés aux principales notions concernées. Il est donc essentiel de bien définir l’objet et les méthodes quand on se propose d’étudier le problème des rapports complexes entre mémoire, histoire et identité.

15Certains articles du volume semblent s’inscrire dans une problématique de saisie et de décryptage d’une mémoire entendue comme conscience ou reconstitution du passé (tantôt collectif, tantôt individuel), tandis que d’autres glissent vers une analyse des processus par lesquels se construit une mémoire. Ceci s’explique sans doute par le fait que, partagées entre une sorte de fidélité envers le passé pour lutter contre l’oubli et un souci d’objectivité afin de mieux comprendre le passé, les différentes pratiques scriptuaires traitées (souvenirs, carnets, cahiers, journaux intimes, essais, témoignages, correspondances) n’ont pas les mêmes prétentions par rapport à la prise en compte de l’« histoire ».

16Il est vrai que l’avant-propos indique clairement que la prise en compte des ouvrages étudiés s’est faite sans finalité théorique, mais une théorisation plus consistante des enjeux traités aurait sans doute permis de mieux saisir la problématique commune du volume où des approches d’une rigueur scientifique incontestable voisinent avec des résumés qui frôlent l’anecdotique.

17Nul doute cependant que l’ouvrage constitue une mine d’informations et de réflexions propres à inspirer des discussions fécondes sur l’intérêt, pour l’histoire littéraire contemporaine, de la littérature non fictionnelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisbeth Verstraete Hansen, « Laserra (Annamaria) (dir.), Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle. L’exemple belge. Actes du colloque de Salerne organisé par Annamaria Laserra et Marc Quaghebeur (novembre 2004) », Textyles, 30 | 2007, 142-143.

Référence électronique

Lisbeth Verstraete Hansen, « Laserra (Annamaria) (dir.), Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle. L’exemple belge. Actes du colloque de Salerne organisé par Annamaria Laserra et Marc Quaghebeur (novembre 2004) », Textyles [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 26 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/523

Haut de page

Auteur

Lisbeth Verstraete Hansen

Université de Copenhague

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org