Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Martinez-Raposo (Diana) et Vella (Rosalia) (dir.), Mélanges de Littérature française, belge et comparée offerts au professeur Jean-Paul de Nola à l’occasion de sa retraite

Castelvetrano, Edizioni Mazzotta, 2004
Björn-Olav Dozo
p. 138-139
Référence(s) :

Martinez-Raposo (Diana) et Vella (Rosalia) (dir.), Mélanges de Littérature française, belge et comparée offerts au professeur Jean-Paul de Nola à l’occasion de sa retraite. Castelvetrano, Edizioni Mazzotta, 2004.

Texte intégral

1Le volume contient neuf études sur la littérature belge, dont trois concernent Paul Willems. La première étude, due à Josette Gousseau, reprend les principales raisons qui, pour elle, font de La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster le texte fondateur de la littérature nationale belge : personnage populaire, métissage linguistique, choix d’une culture locale non française comme identité nationale, autant de traits qui peuvent, d’après l’auteur, « constituer un modèle pour toutes les littératures en langue française qui se posent le problème de leur identité ».

2Raphaël de Smedt souligne l’évolution du jugement de Franz Hellens toujours à propos de La Légende d’Ulenspiegel. Il analyse l’étude que Franz Hellens lui a consacrée en 1960, en pointant certaines contradictions avec d’autres écrits rédigés antérieurement.

3Paul Aron dresse un bilan des pastiches de Verhaeren : il les passe en revue, les analyse finement, tant au niveau métrique que thématique et lexical, et conclut que la qualité générale est évidemment fort variable, avec l’une ou l’autre belles pièces tout de même (notamment le poème intitulé Les Sardiniers d’Albert Kies). La plupart des pastiches ou des parodies concernent les poèmes de l’auteur sur la vie moderne et non son activité critique ou théâtrale. Enfin, les pièces à tomber dans le grivois sont peu nombreuses : « tout se passe comme si les audaces formelles du poète dispensaient le pasticheur d’en “rajouter” ». Ce qu’ils y perdent en drôlerie les fait ainsi parfois gagner en finesse.

4Estrella De la Torre Gimenez, pour sa part, s’intéresse aux deux recueils posthumes de contes de Charles Van Lerberghe, Contes d’après minuit (1913) et Contes hors du temps (1931). Elle les résume avant de les commenter, notamment concernant leurs conditions d’écriture.

5Michèle Langford évoque le Jean Ray des années 1930 : elle revient sur l’intérêt de celui-ci pour l’architecture et dresse un parallèle entre le style de Ray et le style architectural qui se développe dans ces années-là.

6Suit enfin le « petit dossier » sur Paul Willems : Christian Angelet parcourt rapidement les pièces les plus marquantes de l’auteur pour en dégager les constantes thématiques et formelles. Il revient aussi sur la division traditionnelle de l’œuvre de Willems en deux périodes : d’après lui, celle-ci peut être maintenue, mais « avec des réserves », car rien n’est tranché, il faut procéder par degrés dans l’évaluation des critères qui permettent cette périodisation.

7Paul Gorceix livre une lecture du conte La Cathédrale de brume de Willems. Il déconstruit le récit, en s’aidant des concepts de fantastique et de merveilleux, pour comprendre comment Willems mène le lecteur tout au long du conte. Mais plus que ces concepts, c’est la catégorie du « récit initiatique » qui constitue finalement, d’après Gorceix, la désignation rendant le mieux compte de la volonté de Willems de faire voir « par delà la séparation rêve et réalité », et ainsi de se défaire des classements conventionnels pré-établis.

8Rosalia Vella analyse Le Pays noyé (1990) et repère des thématiques récurrentes chez Willems, qui permettent de jeter des ponts avec l’œuvre précédente de l’auteur, Un arrière-pays (1989). Elle tente aussi quelques rapprochements avec des éléments biographiques épars, qu’elle repère dans les deux œuvres.

9Enfin, Marc Quaghebeur établit un parallèle entre la trajectoire de Henry Bauchau, jalonnée d’épreuves, et la vie du héros d’Œdipe sur la route, publié par Bauchau en 1990.

10Ce recueil constitue donc une intéressante collection de monographies sur la littérature belge, livrées par des spécialistes internationaux, et rassemblées en hommage à Jean-Paul de Nola pour sa retraite. Deux autres sections sont présentes dans ces mélanges : l’une concerne la littérature française du xviiie au xxe siècles, l’autre la littérature italienne et comparée et la traductologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Björn-Olav Dozo, « Martinez-Raposo (Diana) et Vella (Rosalia) (dir.), Mélanges de Littérature française, belge et comparée offerts au professeur Jean-Paul de Nola à l’occasion de sa retraite », Textyles, 30 | 2007, 138-139.

Référence électronique

Björn-Olav Dozo, « Martinez-Raposo (Diana) et Vella (Rosalia) (dir.), Mélanges de Littérature française, belge et comparée offerts au professeur Jean-Paul de Nola à l’occasion de sa retraite », Textyles [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/518

Haut de page

Auteur

Björn-Olav Dozo

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org