Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Van den Heede (Philippe), Réalisme et vérité dans la littérature. Réponses catholiques : Léopold Levaux et Jacques Maritain

[Fribourg], Academic Press Fribourg, Sudia Fribugensia 98, 2006
Cécile Vanderpelen-Diagre
p. 137-138
Référence(s) :

Van den Heede (Philippe), Réalisme et vérité dans la littérature. Réponses catholiques : Léopold Levaux et Jacques Maritain. [Fribourg], Academic Press Fribourg, Sudia Fribugensia 98, 2006, 480 p.

Texte intégral

1On le sait, constamment, le champ littéraire se divise et se structure autour de la définition de la littérature. Depuis le début du xixe siècle, l’un des nœuds du débat concerne le roman et sa prétention au réalisme. Parmi les protagonistes des discussions, il y a les écrivains se revendiquant du catholicisme, particulièrement concernés par les conséquences morales du roman réaliste. Dans l’entre-deux-guerres, la plupart des représentants du sous-champ littéraire catholique s’accordent pour promouvoir le « réalisme intégral ». L’écrivain catholique maurassien français Henri Massis le définit comme la reproduction de « la nature informée par la Grâce, et non seulement cette réalité courte et toute matérielle qui n’intéresse que la sensibilité, mais ce réel divin, vivant, autonome, qui s’impose à notre esprit et comble notre cœur » (cité page 91).

2En Belgique, cette conception trouve un vibrant défenseur en la personne de Léopold Levaux (1892-1956), critique littéraire prolifique, professeur de littérature à l’Université de Liège et intellectuel engagé dans la cause catholique, fort écouté par la jeunesse. L’une des particularités de cet auteur est d’avoir été très bien introduit dans les milieux littéraires français. C’est d’ailleurs Léon Bloy qui le convertit à la foi. Chez lui, il rencontre le philosophe Jacques Maritain et son épouse Raïssa. De cette rencontre naît une longue amitié entretenue par une correspondance abondante. Le philosophe thomiste est une sorte de maître pour Levaux qui le lit attentivement et s’en inspire dans ses critiques littéraires et ses essais. C’est à cette relation que Philippe Van den Heede a choisi de consacrer sa thèse de doctorat en études romanes à l’Université catholique de Louvain. Pour ce faire, il s’est appuyé sur les archives de Léopold Levaux déposées à l’Université et auxquelles, jusqu’à présent, lui seul a pu avoir accès.

3Sa méthode d’approche consiste à pénétrer au plus profond de l’œuvre des deux auteurs afin de découvrir leur position concernant les grands problèmes philosophiques et religieux posés par des notions telles que la morale, la responsabilité de l’écrivain, l’intuition créatrice ou encore la vérité. En plus des œuvres et des archives susmentionnées, il a étudié les textes des critiques, commentateurs et écrivains s’étant exprimés en même temps que les deux hommes auxquels il s’est intéressé. L’abondante bibliographie proposée, et qui nourrit les plus de mille cinq cents notes de bas de pages que compte le volume, démontre que l’auteur a été minutieux dans sa démarche heuristique.

4La méticulosité de l’analyse permet à Philippe Van den Heede de connaître intimement la pensée de Levaux et Maritain. Grâce à son travail, il est possible de rencontrer le point de vue de chacun d’eux sur les grands thèmes qui les ont préoccupés sans en passer par leurs livres et articles. Mais, faisant corps avec eux, et sans doute submergé par leurs apories théoriques, l’auteur hésite à prendre la distance nécessaire pour une remise en contexte littéraire et historique à vocation scientifique. Il se fait leur porte-parole, l’exégète de leur discours et, malheureusement, du discours ambiant en général. Ainsi, par exemple, dressant un panorama du roman français dans l’entre-deux-guerres, il se limite à présenter l’opinion des observateurs de l’époque sur la supposée « crise du roman » sans s’interroger sur la nature même de ce postulat ni sur les mobiles sociologiques et littéraires qui animent ses énonciateurs. Or, tous les auteurs qu’il cite appartiennent à la frange conservatrice, voire réactionnaire du champ littéraire français. À dire vrai, ce sont souvent les idéologues de la querelle des « mauvais maîtres », fondamentalement morale et politique qui trouvera son paroxysme pendant la Seconde Guerre mondiale. La « crise du roman », symptôme de la « crise » ou de la « fin » de la littérature, est un lieu commun qui date du début du xixe siècle et qui, à l’heure actuelle, est toujours formulé et débattu. Révéler cette crise et prouver qu’on possède les compétences pour en sortir est un moyen de reconnaissance pour les écrivains. Pour un observateur scientifique, cette « crise » est une voie d’accès qui permet de dévoiler les enjeux littéraires et sociologiques qui cristallisent les prises de positions de ses dénonciateurs.

5Malheureusement, ce manque de distance critique et de remise en contexte se révèle tout au long de l’argumentaire. Dès lors, l’analyse sort très rarement de l’emphase. Les grandes questions que se pose toute personne confrontée à la notion de réalisme intégral restent en suspens : les problèmes génériques (que nous enseigne en terme de fonctionnement littéraire le fait que Maritain se soit concentré, lui, sur la poésie ?), les réalisations (le réalisme intégral est-il possible ?) et la réception, la compénétration, dans/avec les autres sous-champs littéraires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Van den Heede (Philippe), Réalisme et vérité dans la littérature. Réponses catholiques : Léopold Levaux et Jacques Maritain », Textyles, 30 | 2007, 137-138.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « Van den Heede (Philippe), Réalisme et vérité dans la littérature. Réponses catholiques : Léopold Levaux et Jacques Maritain », Textyles [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/516

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

ULB/FNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org