Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres

Bruxelles, CEGES/Éditions Complexe, coll. « Histoires contemporaines », 2004
Jérôme Ceccon
p. 136-137
Référence(s) :

Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres. Bruxelles, CEGES/Éditions Complexe, coll. « Histoires contemporaines », novembre 2004, 318 p., ISBN 2-8048-0025-3.

Texte intégral

1Cécile Vanderpelen-Diagre a eu l’heureuse idée de nous faire profiter des recherches qui lui ont permis de soutenir sa thèse de doctorat. Elle a choisi de travailler à la reconstitution de l’histoire de la littérature catholique belge dont elle fait apparaître les diverses tendances, sans négliger d’en souligner l’originalité. C’est dans le dernier quart du xixe siècle que sont nées des revues littéraires vouées à la foi, telle Durendal, soutenue par le charisme de Carton de Wiart qui cherchera à contrer la littérature socialiste. Le « clan » catholique s’impose, désireux de préserver ou de forger son identité toute particulière. Ces hommes sont, selon notre auteur, des progressistes. Cette effervescence ne cache toutefois pas le fait qu’il s’agit de la fin d’un monde. L’établissement du suffrage universel et la création de la Ligue des travailleurs chrétiens pousseront les chrétiens à se réfugier dans la droite de l’échiquier politique.

2Au début du xxe siècle, ils veilleront à s’ouvrir à la modernité et s’exprimeront dans ce sens lors du congrès de Malines de 1910, souhaitant l’étude de la littérature moderne avec le rigoriste chanoine Halflants. La Première Guerre mondiale ressuscite les sentiments de loyauté, de courage et de sacrifice. Pierre Nothomb sera le chantre de ce nationalisme lyrique, conciliant envers les idées de Barrès et Maurras, soutenues par de nombreux jésuites, grands défenseurs des vertus de la civilisation gréco-latine. Au sortir de la Première Guerre mondiale, ils opteront, sous l’impulsion de l’Action catholique et d’une hiérarchie assez conservatrice, pour l’ordre moral dont la critique littéraire – gardienne de la doctrine – maintiendra et rappellera l’obligation. Toutefois, en 1926, Yvan Lenain lance la revue La Nouvelle Équipe, revue littéraire de jeunes proches de la pensée de Maritain, penseur ouvert à la démocratie et au pluralisme. En 1934, dans un désir de rassemblement des forces intellectuelles du pays, naît l’association des Scriptores Catholici. C’est l’époque qui voit l’écrivain catholique admis et heureux qui n’hésite nullement à s’emparer des problèmes qui traversent son pays. Le congrès de Malines de 1936 soulignera la responsabilité de la littérature comme instrument de redressement. Soulignant les tensions entre travailleurs chrétiens, rexistes et autres familles, Cécile Vanderpelen-Diagre fait toucher du doigt la complexité de cette vie intellectuelle d’entre-deux-guerres et se détache de toute version officielle qui s’attarderait trop aux seuls intellectuels catholiques insérés dans les sphères du pouvoir.

3Minoritaire au niveau parlementaire, le catholique défend l’ordre moral plus qu’il ne s’intéresse, à cette époque, aux problèmes de la société sous leur aspect social, exception faite d’un Émile Schwartz proche des mouvements ouvriers. Cécile Vanderpelen-Diagre aborde enfin les responsabilités de l’écrivain catholique qui se sait investi d’une mission et accepte d’en rester sur le plan temporel, laissant au clerc le rôle de guide. Elle souligne avec justesse combien les intellectuels catholiques belges – invités à prêcher la conversion – ressentent la contradiction entre art et propagande, amenant Charles de Trooz à parler des deux devoirs qui troublent ces auteurs : « devoir d’être chrétien… et devoir de créer… ». Toutefois, il n’est pas suffisant d’en rester à un respect des canons mis en place par l’Église pour expliquer cette soumission. Ces auteurs se fondent quelque peu dans ce moule de la collectivité. C’est alors que surgit un conflit entre action collective et personnelle. L’écrivain catholique ressent cette nécessité de l’originalité en tant que critère de valeur dans la création littéraire et rencontre une difficulté à concilier art et croyance. Mais, et c’est là un paradoxe mis en lumière par Cécile Vanderpelen-Diagre, nombreux sont ces intellectuels qui, tout en étant les fruits de cette société de l’argent, prônent l’immobilité sociale et n’acceptent que difficilement le monde moderne.

4Le travail livré par Cécile Vanderperlen-Diagre pâtit de l’énumération d’œuvres et d’auteurs – nécessaire dans un travail universitaire – qui peut en rendre quelque peu difficile la lecture. Toutefois, l’effort fait pour nous faire découvrir les écrivains catholiques belges permet de mieux comprendre cette histoire, pleine de nuances, qu’elle tente de reconstruire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Ceccon, « Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres », Textyles, 30 | 2007, 136-137.

Référence électronique

Jérôme Ceccon, « Vanderpelen-Diagre (Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. La littérature catholique belge dans l’entre-deux-guerres », Textyles [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/514

Haut de page

Auteur

Jérôme Ceccon

Universiteit Antwerpen

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org