Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-Nation (1648-1830)

Bruxelles, Éditions Racine, 2005
Lieven D’Hulst
p. 131-132
Référence(s) :

Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-Nation (1648-1830). Bruxelles, Éditions Racine, 2005, 446 p. ISBN 2-87386-402-8.

Texte intégral

1Depuis une bonne décennie, nous assistons à un regain d’intérêt de la part des historiens pour la période assez longtemps négligée qui entoure l’avènement de la Belgique. N’y sont pas étrangers, bien entendu, les commémorations ainsi que les débats communautaires qui les ont accompagnées et suivies. Sans doute faut-il aussi, sinon davantage, se référer à une sorte de renversement de perspective historique plus ample, sous la poussée combinée d’une revalorisation de productions culturelles relevant d’espaces frontaliers et de périodes de transition, et d’une extension des champs de recherche occasionnée par la « glocalisation » qui interroge ouvertement les repères identitaires des sociétés modernes. D’où la recherche de parallèles transnationaux, ainsi que les tentatives de synthèse qui englobent jusqu’à un continent entier, comme l’Europe ou les Amériques, mais qui soulignent également le caractère complexe, culturel, des nations émergentes. Des exemples patents d’une telle historiographie large nous sont procurés par les travaux bien connus d’Eric Hobsbawm et de Benedict Anderson.

2Parmi les impliqués d’une historiographie culturelle, il faudrait compter au moins les suivants : (1) la nécessaire distinction entre les pratiques, les discours contemporains sur ces pratiques et l’historiographie de ces discours ; (2) l’élaboration de dialogues interdisciplinaires qui prennent en compte l’apport méthodologique de chaque discipline concernée, – au-delà, par conséquent, de la découverte ou redécouverte d’une panoplie de convergences entre diverses pratiques culturelles, verbales et autres, entre les institutions culturelles nationales, régionales ou locales, entre les dispositifs de transmission scolaires, sociaux ou politiques, etc.

3Le fort ouvrage de Sébastien Dubois (446 p.) a le mérite d’aborder la lente naissance et construction d’une identité belge, au long des deux siècles étudiés, à partir d’un ensemble d’angles liés ; son approche est attentive à la diversité des manifestations culturelles contemporaines des discours officiels émanant des élites et portées par de larges couches de la population. Il se compose de quatre parties. La première se penche sur les mots et les notions : les nombreuses variantes lexicales et leurs corrélats (nation, patrie, flamand, province, etc.) attestent l’existence d’une conception géographique forte de la « Belgique » depuis le xvie siècle. La deuxième partie, sans doute plus familière des historiens, examine le rôle joué par l’État sur son territoire. L’apprentissage complexe de la géographie et de l’histoire nationales constitue l’objet de la troisième partie, tandis que la dernière partie s’attache à l’émergence de stéréotypes identitaires (emblèmes, paysages, mœurs et habitudes) appliqués à l’espace belge.

4Quelle est la place qui revient à la littérature dans une telle historiographie ? Il est difficile d’en juger à partir de l’ouvrage de Dubois, qui restreint le propos aux récits de voyage, naturellement porteurs de modèles culturels à base géographique. Mais l’on est en droit de penser qu’une modélisation spatiale est également opérée par d’autres genres, de la poésie au roman en passant par la chanson ou le théâtre, couvrant une palette de fonctions qui oscillent entre la représentation mimétique de l’espace perçu et la symbolisation des relations institutionnelles qui structurent le champ de la littérature. Celles-ci, en particulier, opposent, au cours des siècles, un faisceau de centres et de périphéries sur le territoire belge, les uns et les autres mettant en scène ces tensions au sein de productions verbales variées.

5À quoi s’ajoute que l’étude des dispositifs institutionnels propres à telle ou telle ville (sociétés, académies, théâtres, revues, journaux, etc.) devrait pouvoir inclure une perspective interculturelle, puisque la délimitation historique d’un espace culturel donné définit aussi les types de contacts que ce dernier noue avec d’autres espaces, à fort coefficient périphérique ou central, voire avec des espaces « étrangers ». L’idée de frontière n’est pas abordée, en effet, par un biais comparatiste qui s’intéresse aux modalités des échanges interculturels, et notamment aux traductions qui assurent le va-et-vient entre les langues, y compris entre les langues « belgiques ».

6Pour les historiens de la culture belge, cet ouvrage constitue plus qu’une base solide et très bien documentée : il s’agit d’une mise en perspective courageuse et riche d’analyses inédites. On peut désormais espérer qu’il invitera également les historiens de la littérature en Belgique à relever le défi : il incombe à ces derniers de montrer le rôle des pratiques verbales, écrites et orales, dans la construction identitaire belge et de montrer parallèlement en quoi peut résider l’apport propre de leurs méthodes, singulièrement celles qui s’appuient sur l’analyse institutionnelle et discursive du fait littéraire en Belgique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lieven D’Hulst, « Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-Nation (1648-1830) », Textyles, 30 | 2007, 131-132.

Référence électronique

Lieven D’Hulst, « Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-Nation (1648-1830) », Textyles [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/507

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org