Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Meuris (Jacques), Un poète au miroir de l’art. Textes réunis et présentés par Martin (Hugo)

Bruxelles, A.M.L. Éditions – Éditions Labor, coll. Archives du futur, 2004
Charlyne Audin
p. 118-119
Référence(s) :

Meuris (Jacques), Un poète au miroir de l’art. Textes réunis et présentés par Martin (Hugo). Bruxelles, A.M.L. Éditions – Éditions Labor, coll. Archives du futur, 2004, 476 p.

Texte intégral

1Hugo Martin retrace dans cet ouvrage la trajectoire d’une figure atypique du monde culturel belge d’après-guerre : Jacques Meuris (1923-1993). Économiste, critique d’art, essayiste, photographe, éditeur et poète, Meuris est l’auteur de nombreux textes dont l’apparente diversité converge ici en une œuvre singulière, témoignage unique d’un regard avide de progrès et de transcendance de – et par – l’art.

2La première partie du volume, consacrée à l’œuvre critique de Meuris, présente divers articles et essais sur l’art. Deux textes de jeunesse, Van Gogh ou la misère ne finira jamais (1949), Le Diable est toujours dans le bénitier (1949), interrogent les rapports complexes entre l’artiste et la société, thème central que l’écrivain ne cessera de développer dans son approche de l’art par la suite. Dès cette époque, en effet, apparaît chez Meuris une conception de l’art plastique comme « miroir de l’homme social », un art de la signification dont l’esthétique est envisagée comme un langage à part entière. Dans Liberté de la peinture (1961), Meuris relate ses premières intuitions sur le développement de l’art moderne. À ses yeux, le propre de l’art moderne est de s’être détaché de sa condition esthétique pour entrer en adéquation avec les progrès de l’histoire et se faire « visionnaire ». L’art selon lui est un « médium » qui relie l’être humain à sa condition historique et, par là même, à sa condition ontologique. Ces intuitions sur l’art seront prolongées dans un essai sur le design industriel, La Machine et le Monde des formes (1973), un autre sur la photographie, Le Photographe et ses Modèles (1983), et dans un hommage à René Magritte, Le Temps des apocalypses (1992), texte qui clôt la première partie.

3Cette conception de l’art comme médium trouvera son équivalent dans la création littéraire de Jacques Meuris. C’est ce que Hugo Martin tend à démontrer dans la seconde partie de l’ouvrage avec la présentation de poèmes tels que Jazz (1951), Les Paysages immobiles (1955), Le Miroir fidèle (1856), Elpénor (1963) ou Keepsake (1966) : « Ici comme là, l’écriture devient l’espace et le temps d’une transcription, d’une rencontre, entre le moi et le réel. »

4Les lieux et l’espace tiennent une place de choix dans l’œuvre poétique de Meuris. Pour le poète, « l’horizon incarcère » et toute la force de l’écriture et de pouvoir « dématérialiser » le monde visible pour accéder au monde des images, symboles de liberté. L’acte créateur et l’écriture procèdent, selon lui, d’un mouvement de lente déréalisation et permettent un dépaysement, une déportation vers le lieu de croisement des mondes visible et caché.

5C’est dans cet espace d’« entre-deux » empreint d’images et de sensations que Meuris intériorise un regard posé sur le monde et rencontre ainsi sa personnalité littéraire. C’est par le détour d’une vision essentielle, mêlant monde de l’art et monde réel, qu’il parvient à faire, selon Martin, l’expérience d’une écriture « métaréaliste », quasi métaphysique, ouvrant l’accès à un « au-delà » des choses sensibles.

6On pourrait s’étonner du choix de textes critiques proposé par Hugo Martin (lequel reprend, pour la plupart, des titres déjà publiés sous forme d’ouvrage de synthèse), de l’absence des célèbres monographies et entretiens consacrés à des artistes comme Delvaux ou Magritte et de la présentation volontairement fragmentaire de certains textes poétiques, mais le caractère apparemment subjectif de la sélection s’avère pleinement justifié par la démarche de l’auteur qui n’a d’autre visée que de rendre perceptibles les lignes de force d’une œuvre souvent envisagée de façon cloisonnée. « Je n’est pas forcément un autre… », écrivait Meuris. Respectant la volonté de l’écrivain, Hugo Martin invite le lecteur à ne pas dissocier le critique de l’écrivain. Cela donne à lire pour la première fois une œuvre « en miroir » où se rencontrent divers talents envisagés jusqu’alors comme « contradictoires ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlyne Audin, « Meuris (Jacques), Un poète au miroir de l’art. Textes réunis et présentés par Martin (Hugo) », Textyles, 29 | 2006, 118-119.

Référence électronique

Charlyne Audin, « Meuris (Jacques), Un poète au miroir de l’art. Textes réunis et présentés par Martin (Hugo) », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 23 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/503

Haut de page

Auteur

Charlyne Audin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org