Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Bauchau (Henry), La Grande Muraille. Journal (1960-1965)

Arles, Actes Sud, coll. Babel n˚684, 2005
Pierre Halen
p. 117-118
Référence(s) :

Bauchau (Henry), La Grande Muraille. Journal (1960-1965). Arles, Actes Sud, coll. Babel n˚684, 2005, 413 p., index — ISBN 2-7427-5479-2

Texte intégral

1Jour après jour, le journal de la période 1983-1989, avait initialement été publié par les Éperonniers à Bruxelles ; il est aujourd’hui repris au catalogue d’Actes Sud, de même que le Journal d’Antigone pour la période 1989-1997. Aujourd’hui paraît, sous le titre de La Grande Muraille qui avait d’abord été retenu pour le roman La Déchirure (1966), le journal de la période 1960-1965. À lire ce troisième tome, relatif à l’époque décisive où Bauchau devient véritablement écrivain en composant son premier roman, on comprend davantage que ce Journal n’a rien d’une pièce secondaire : il existe par lui-même, offrant de saisissantes perspectives sur la création littéraire. Ce qui se livre en effet ici, c’est un auteur aux prises avec lui-même, avec ses doutes, ses lassitudes, son espérance, sa détermination aussi, non seulement à trouver dans l’écriture une activité à même de lui donner une forme de sens vital, mais également à être reconnu comme écrivain et à s’inscrire comme créateur dans le champ littéraire. D’où l’importance de ses relations, d’amitié, d’encouragement critique, de conseil : Ariane Mnouchkine, notamment, Blanche Reverchon sa première analyste, et son mari Pierre-Jean Jouve, Jean Amrouche surtout, dont on connaissait déjà l’influence par les essais de L’Écriture à l’écoute (Actes Sud, 2000, reprise de L’Écriture et la Circonstance), mais dont on comprend ici encore mieux l’apport décisif. Cet apport concerne notamment un aspect essentiel de l’œuvre, qui apparaît avec évidence dans ce troisième volume publié : l’extrême sensibilité de l’écrivain à son temps, aux évènements majeurs de l’histoire dans ses dimensions littéraire et culturelle, bien sûr, mais aussi politique. On voit ainsi Bauchau chercher sa voie personnelle par rapport à ce qu’il perçoit du Nouveau Roman, de l’art contemporain, des évènements comme la guerre d’Algérie, dont l’influence semble avoir été déterminante : la « déchirure », ce n’est pas seulement la séparation d’avec la mère à l’agonie, épisode central dans la fiction du roman, mais la rupture toujours à assumer avec le monde social dont l’écrivain est issu, avec les drames de l’enfance dont la blessure ne se referme pas bien, avec la mélancolie qui guette, avec la « dépression » au jour le jour. Cette « déchirure », c’est d’abord Amrouche qui l’assume, lui le poète kabyle amoureux de la France mais choisissant de prendre parti contre la Métropole et sa politique algérienne.

2Les lectures que fait Bauchau, celle de Jaccottet notamment, les pages extrêmement éclairantes consacrées à Rimbaud qui le fascine, à Mallarmé dont il se sent moins proche, mais aussi de tant d’autres ouvrages de toute sorte, montrent un auteur attentif, ouvert, critique, et participent ainsi à construire l’horizon humain de l’œuvre en cours de rédaction. De composition, plutôt, car ce ne sont pas seulement les processus de correction inlassable, de réécriture, d’essais formels, qui laissent ici une trace, mais aussi la nature presque musicale de la création romanesque, dans l’attention aux équilibres, aux tonalités, aux structures.

3Transparait aussi, de page en page, un itinéraire plus intime ; bien moins marquées par la psychanalyse qu’on aurait pu s’y attendre, ces réflexions font souvent le point dans un parcours spirituel et religieux, mais surtout s’ouvrent à l’émotion poétique d’un être-là, et vibrent devant un paysage souvent perçu à travers un filtre oriental. Si les allusions à la poésie et aux arts plastiques extrême-orientaux sont présentes pour en témoigner, il n’est sûrement pas indifférent que le cadre géographique de cette période, outre les déplacements à Paris et en Italie, soit essentiellement celui des montagnes suisses. Bauchau est alors responsable d’une institution d’enseignement privée à Gstaad, travail absorbant dont il cherche à sauver l’espace et le temps nécessaires à l’écriture de son roman. Cela passe par beaucoup de moments consacrés à la poésie, qui sont comme autant de sas de décompression, dirait-on, et par d’autres moments d’arrêt, comme ces nombreux passages où l’écrivain contemple les mélèzes sur la pente des montagnes, au fil des saisons. Ce ne sont pas les passages les moins émouvants d’un livre où les références à la Belgique sont discrètes, comme elles le sont dans La Déchirure.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Bauchau (Henry), La Grande Muraille. Journal (1960-1965) », Textyles, 29 | 2006, 117-118.

Référence électronique

Pierre Halen, « Bauchau (Henry), La Grande Muraille. Journal (1960-1965) », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/501

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org