Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Marchetti (Adriano) (éd.), Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, n˚42, anno XXII, Henry Bauchau. Voix et vocation de l’écriture

Firenze, L. Olschki Editore, Primavera 2002
Pierre Halen
p. 116-117
Référence(s) :

Marchetti (Adriano) (éd.), Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, n˚42, anno XXII, Henry Bauchau. Voix et vocation de l’écriture. Firenze, L. Olschki Editore, Primavera 2002, 179 p., pp. 1-136.

Texte intégral

1Cette livraison de Francofonia, revue élaborée à l’Université de Bologne (à ne pas confondre avec celle de Cadix qui porte le même titre et dont il est question plus haut), est l’un des nombreux hommages rendus par la critique, ces derniers temps, à l’auteur d’Œdipe sur la route. Adriano Marchetti, par ailleurs directeur de la revue, a voulu que ce numéro soit essentiellement orienté vers la création littéraire chez Bauchau, vers sa poétique donc, sans prétendre étudier de manière systématique une œuvre devenue il est vrai assez vaste. Quant au sommaire, « le hasard, le bonheur des rencontres nous a paru la plus heureuse des justifications », assure-t-il, présentant ainsi des « analyses textuelles précises » mais aussi des « témoignages, des visions ».

2Certaines contributions sont les deux à la fois, dans la mesure où elles entendent témoigner de « la fragilité fondamentale de l’acte critique », comme cette lecture de cinq poèmes de Bauchau par Gabriel Marian (« Mystiques du corps »). L’objet qu’étudie Geneviève Henrot est moins aléatoire puisqu’il s’agit d’un poème particulier : « Mélopée viking. Récit, prophétie, allégorie », dont elle suit attentivement le développement des isotopies, puis des thèmes : ils nous conduisent vers les figures, récurrentes dans l’œuvre, du guerrier, de l’eau et de la pierre ; Geneviève Henrot s’interroge ensuite sur le sens que Bauchau lui-même a cru pouvoir donner à son texte, et sur l’écart entre ce sens et l’interprétation à laquelle peut parvenir de son côté le lecteur attentif. D’où une nouvelle interrogation sur l’acte critique, interrogation qui relève d’une théorie de la lecture, mais à laquelle il n’est pas donné de réponse ici. Elle se pose encore, d’une autre façon, dans l’analyse que construit Myriam Watthee-Delmotte à propos d’une « figure mythique » qui apparaît « en filigrane » dans l’œuvre, « c’est-à-dire sans aucune mention explicite » : celle du Graal. Cette hypothèse de lecture a le mérite d’attirer l’attention sur la dimension épique, sur des motifs comme celui des chevaux (aussi mis en évidence par Geneviève Henrot), des armes et des arbres, sur des personnages comme les « seconds », sur des éléments structurants comme l’espace « en miroir », le rapport au féminin, la difficulté de parler enfin. Le Graal n’apparaît finalement que comme un « centre absent », formule qui ne peut que renvoyer à la question spirituelle qui ne cesse de se poser dans l’œuvre.

3La contribution, plus brève, d’Anne Neuschäfer, s’attache à relever, dans la poésie de Bauchau, les éléments mythologiques qui se retrouveront ensuite, autrement développés, dans le théâtre et surtout dans les romans et récits de la « matière thébaine ». De l’Œdipe des tragédies grecques à l’Œdipe contemporain, revisité entre-temps par la psychanalyse, le trajet inclut aussi un passage par le christianisme, et singulièrement par l’imagerie de la lumière et de l’obscurité où le critique voit un écho de l’évangile de Luc et des lettres de Paul.

4Anna Soncini Fratta s’attache quant à elle à l’adaptation que donne Bauchau du Prométhée enchaîné d’Eschyle en 1998, montrant bien, en reproduisant notamment les variantes apportées par l’écrivain sur les premières épreuves du texte définitif, que ce dernier est bien une recréation attentive de l’écrivain, qui y souligne la dimension psychologique du drame, en particulier celle de l’opposition au pôle paternel, fût-il divin.

5Marc Quaghebeur s’interroge de son côté à propos des deux versions publiées de La Dogana, la première dans un volume illustré paru en 1967, la seconde, refondue, dans l’édition des Poésies chez Actes Sud en 1987, édition reprise ensuite chez Labor en 1995 (Heureux les déliants). Des poèmes ont été supprimés, des titres ont été modifiés, l’ordre surtout a été bousculé. Une « sagesse faite de renoncement et de sublimation » apparaît ainsi comme la leçon la seconde version, qui ne s’est pas seulement éloignée de l’anecdote personnelle, mais aussi d’un certain rapport au présent et à la « gloire de la chair ». Le critique y décèle la concurrence qu’Antigone fait déjà à Ismène, figure qui, néanmoins, sera développée comme on le sait dans Antigone, bien plus tard.

6Une problématique récurrente, à travers ces diverses approches, vise la parole, et singulièrement la difficulté, mais aussi la nécessité de dire, malgré tout ce qui s’oppose à l’énonciation, à l’écoute ou à la mise en forme. Un essai de Marie-Claire Boons (« H.B. le rêveur, le poète ») prend cette question de front à partir d’un point de vue psychanalytique, et en l’occurrence à partir du travail premier auquel se livre Bauchau, celui d’une « écoute » de l’inconscient ; le second travail, ensuite, est celui d’une formalisation qui serait une manière de vaincre le monstre ou, selon Lacan, d’échafauder une « barrière » devant l’horreur, de se séparer momentanément du « champ central du désir ». Isabelle Gabolde reprend autrement l’interrogation sur la parole, « l’appel à se dire », en parcourant l’œuvre à partir du poème L’Enfant bleu (dans Exercice du matin, 1999) : les essais et réflexions, mais aussi les personnages des fictions et les figures du poème font notamment apparaître le lien entre vie et parole, sous le signe d’une vérité difficile et douloureuse même, mais nécessaire : « vraie vie », « véritable son » de la voix.

7Le témoignage de Nancy Huston, qui ouvre le sommaire de cette belle livraison, procède de l’amitié littéraire et s’exprime sous la forme d’une longue lettre attentive. Ici aussi, c’est la création qui est au centre : « assumer la sauvagerie, admettre que l’on porte en soi ce qu’avec sa raison l’on désapprouve, le laisser advenir, être… ». La disparité des objets et des approches de ce recueil d’études n’empêche nullement, on le voit, une certaine unité dans le questionnement.

8Ce volume comporte également deux textes (alors) inédits de Bauchau : le poème « Les eaux vives » et un chapitre (« Pasiphaé ») du roman publié depuis sous le titre L’Enfant bleu. Il propose aussi une bibliographie assez détaillée de l’œuvre (mais la formulation des références est malheureusement peu précise). La rubrique des Recensioni est à signaler particulièrement : elle est en grande partie consacrée à l’œuvre de Bauchau et au corpus critique y afférent, avec un attention toute spéciale pour les traductions en italien et en allemand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Halen, « Marchetti (Adriano) (éd.), Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, n˚42, anno XXII, Henry Bauchau. Voix et vocation de l’écriture », Textyles, 29 | 2006, 116-117.

Référence électronique

Pierre Halen, « Marchetti (Adriano) (éd.), Francofonia. Studi e ricerche sulle letterature di lingua francese, n˚42, anno XXII, Henry Bauchau. Voix et vocation de l’écriture », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/499

Haut de page

Auteur

Pierre Halen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org