Navigation – Plan du site

Avant-propos

André Guyaux
p. 7-8

Texte intégral

1Poète de la translucidité secrète, de l’évidence allusive, de l’heureuse inadaptation, de la discordance harmonieuse, de la dissidence muette, prosodiste exempt de lourdeur comme de légèreté, captif de la chambre intérieure qui s’évade dans la ville : quels paradoxes définiront l’indéfinissable Périer ? Quelle histoire, intellectuelle et littéraire, quelles ascendances, quelles doctrines poétiques, quelles écoles situeront l’insituable Périer ?

2Né en 1901, à l’« aube blanche » du siècle, à Bruxelles où il a essentiellement vécu, Odilon-Jean Périer a publié ses premiers textes en 1919, dans La Patrie belge. Il écrira comme s’il n’était rien resté des désastres de la guerre. Il tourne aussi bien la page des combats poéticiens, et pratique toutes les formes, anciennes ou moins anciennes, vers libres ou mesurés, sonnets, haïkaïs ou « petits airs ». Il meurt en 1928, à vingt-sept ans. « La maison de verre », premier texte posthume, paraît dans la NRF en avril :

Au bord de l’ombre
Où tu te tais
Je viens me taire

3Dix ans de publications dans des revues — d’abord aux Signaux de France et de Belgique, puis au Disque vert, fondé en 1922, à la NRF à partir de 1923 —, de poèmes réunis ensuite dans de petits recueils marquant les étapes d’une carrière, du Combat de la Neige et du Poète (1920) au Promeneur (1927).

4Dix ans de collaborations diverses, d’activisme élitaire et de fraternités poétiques, et d’appels vers Paris : la correspondance avec Paulhan, que nous sommes heureux de publier, en témoigne. Périer l’autonome n’est nullement à l’écart de la vie littéraire. Il lit Breton, Desnos, rend compte des nouveaux romans dans la revue qu’il dirige avec Franz Hellens.

5Installons le prisme de ses affinités : Apollinaire et l’esprit nouveau ; l’idéalisme symboliste ; Mallarmé, avec lequel il partage le goût de l’hiver lucide, comme l’observe Gisèle Vanhese ; Segalen, qui a connu comme lui le sens de l’exil intérieur et de l’évasion, comme le signale Yves-Alain Favre qui distingue aussi l’influence de Cendrars dans les rythmes discontinus du Combat de la Neige et du Poète ; Cocteau, qui mêle, comme lui, les anges à la vie des hommes : le roman de Périer, Le Passage des anges, paraît en 1926. Christian Berg le comprend dans la généalogie des poètes belges urbanistes. Geneviève Michel lit Une soirée au Théâtre de l’Étrille (1927) au croisement, refondateur d’une critique du lieu commun par le théâtre, des Mariés de la tour Eiffel de Cocteau (1921) et du Dessous des cartes de Nougé (1926). Mais ces subtils exégètes savent aussi que la voix de Périer n’est pas celle des autres, et tous se confrontent ensuite à l’unicité de Périer.

6Périer est unique dans notre patrimoine littéraire, celui des littératures de langue française, il est unique dans l’histoire de la poésie française, il est singulier dans la littérature et la poésie belges. Sa ville ne ressemble pas à la même ville telle que d’autres l’ont vue : Christian Berg le montre en décrivant les métamorphoses du « citadin » dans les trois recueils « bruxellois ». Mais poète unique, « poète de la poésie », selon la belle formule de Christian Angelet, poète souvent proche du réel, et nous parlant de choses familières, Périer n’est pas univoque : Michel Otten a choisi de poser, à propos d’un poème au titre baudelairien, « L’Étranger », une question d’interprétation, d’identification même d’une référence personnelle, dans le texte. Il défend, à cette occasion, la possibilité d’une lecture infixe, libre du sens contextuel.

7Que ce volume soit un hommage à l’auteur du grand livre sur Périer, Madeleine Defrenne, qui, avec la compétence et la sensibilité qu’on lui connaît, retrace ici les « itinéraires » d’une voix poétique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

André Guyaux, « Avant-propos », Textyles, 25 | 2004, 7-8.

Référence électronique

André Guyaux, « Avant-propos », Textyles [En ligne], 25 | 2004, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 27 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/496

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org