Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Sartorius (Francis), Tirs croisés. La petite presse bruxelloise des années 1860

Tusson, Du Lérot, 2004
Olivier Isaac
p. 114-115
Référence(s) :

Sartorius (Francis), Tirs croisés. La petite presse bruxelloise des années 1860. Tusson, Du Lérot, 2004, 431 p.

Texte intégral

1Que la couverture de l’imposant volume consacré par Francis Sartorius à la petite presse bruxelloise des années 1860 soit ornée d’une caricature d’Henri Rochefort (célèbre directeur de La Lanterne, un temps éditée en Belgique) rappelle d’entrée de jeu à la mémoire un pan important du contexte politique et journalistique de l’époque. Tandis que la presse hexagonale bouillonne, trop à l’étroit, dans la marmite vacillante de l’autorité impériale, nombre de littérateurs et publicistes plus ou moins obscurs trouvent refuge en Belgique. Havre de tolérance dans une Europe encore largement en délicatesse avec la liberté de la presse, Bruxelles voit alors proliférer les feuilles combatives. Certaines sont le fait d’immigrés français de passage dans la capitale ; d’autres sont animées par des progressistes belges jamais avares de critiques à l’encontre de Napoléon III. Encore arrive-t-il à l’Empire de répliquer, en usant parfois de ses « fonds secrets », pour allumer, hors de ses frontières, des contre-feux éditoriaux destinés à contrer la contestation. À travers cette région méconnue du champ journalistique belge, c’est tout un réseau d’échanges franco-belges qui se laisse entrevoir et, au-delà, l’étendue des entreprises politiques et propagandistes transnationales.

2Le foisonnement de cette « petite presse » éphémère et volontiers cosmopolite que recense avec méticulosité Francis Sartorius est loin de se laisser tout entier gouverner par l’agenda politique parisien. Littéraires, anecdotiques, satiriques, pamphlétaires ou politiques, ces feuilles périodiques traduisent dans leur étonnante diversité le contexte culturel ou les tensions politiques et sociales de toute une époque. À côté de productions plus littéraires, souvent dédiées au théâtre, les organes combatifs pullulent, tantôt limités à quelques occurrences dont certaines sont aujourd’hui introuvables, tantôts appelés à une relative pérennité ou à une diffusion hors frontières. Y sont défendues, avec plus ou moins de verve et d’éclat, des utopies politiques, combattues les grandes figures politiques du temps et fustigées, parfois, les pratiques de la « grande presse ».

3Devant l’immensité de ce champ d’investigations à défricher, Francis Sartorius a pris le parti, légitime, de la cartographie. Et c’est en ce point que se situent tout à la fois les qualités et les limites de ce voyage dans l’intimité de cette petite presse oubliée, sous la forme d’un ouvrage qui tient à la fois du dictionnaire et de l’essai. Au premier, il emprunte la logique du recensement, sans pouvoir la mener à son terme, en raison de compréhensibles impératifs éditoriaux – l’auteur a dû s’imposer des restrictions. Du second, il se rapproche par le paratexte et le découpage en chapitres, sans toutefois que soient menés à bien un découpage thématique ou une mise en perspective systématique. L’abondante moisson de l’auteur se voit dès lors restituée trop linéairement. Longue succession de monographies caractérisant des dizaines de titres, la somme ainsi composée vaut surtout pour l’impressionnante matière première qu’elle met à la disposition des chercheurs. L’index est ici un précieux outil, dont on regrettera qu’il ne reprenne pas la totalité des imprimeurs concernés.

4Brillant fouineur d’archives, Francis Sartorius traque inlassablement les pseudonymes, révèle des accointances, retrace nombre de parcours sociaux, cerne aussi les va-et-vient entre France et Belgique des périodiques ou de leurs auteurs. Mine d’or, certes, mais qui manque par moments d’une ligne directrice ou, plus exactement, d’une prise de recul panoramique – l’absence de conclusion en fin d’ouvrage en étant le signe le plus évident.

5Mais ces lacunes se résorbent à considérer ces Tirs Croisés, ainsi que l’auteur y invite dans son avant-propos, comme le point de départ rigoureusement documenté de recherches et réflexions à venir. Le littéraire y glanera nombre d’informations sur les publicistes de l’époque et leurs noms d’emprunts, ainsi que sur des franges peu connues du champ culturel ; l’historien y glanera nombre d’indications et de sources parfois inédites, intéressant notamment l’histoire sociale et politique, le domaine de prédilection de Francis Sartorius – la lecture de l’ouvrage s’en ressent d’ailleurs fortement. Quant à l’analyste de la presse, par instants déçu par la focalisation biographique de l’ouvrage, il y trouvera pléthore d’indications qui ne demandent qu’à être creusées. Et une confirmation : la nécessité qu’il y a d’intégrer dans le champ d’investigation d’une histoire culturelle et littéraire de la presse le territoire de cette « petite presse » proliférante et féconde, trop souvent délaissée au profit de l’étude des grands titres de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Isaac, « Sartorius (Francis), Tirs croisés. La petite presse bruxelloise des années 1860 », Textyles, 29 | 2006, 114-115.

Référence électronique

Olivier Isaac, « Sartorius (Francis), Tirs croisés. La petite presse bruxelloise des années 1860 », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 27 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/481

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org