Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Francofonía, n˚13, Langue, corps, et identité dans la littérature belge de langue française

2004
Anne-Laure Hick
p. 112-114
Référence(s) :

Francofonía, n˚13, Langue, corps, et identité dans la littérature belge de langue française, 2004, 328 p.

Texte intégral

1Créée en 1992 par le groupe de recherches de l’Université de Cadix « Estudios de Francofonía », la revue annuelle Francofonía diffuse – et prolonge – les résultats d’une année de recherches autour d’un thème précis touchant aux littératures de la francophonie. Ainsi, après avoir déjà consacré deux numéros aux auteurs belges (n˚5 et n˚6 : « La espeficidad belga », 1997-1998), la revue s’y intéresse à nouveau dans sa 13e publication, sortie en 2004 : « Langue, corps, et identité dans la littérature belge de langue française ». Sous la direction de Estrella de la Torre et de Martine Renouprez, ce numéro propose huit études critiques sur le sujet. Celles-ci sont précédées d’un texte inédit de Michel Zumkir. Suivent les miscellanées qui élargissent le thème aux territoires africains et québécois et une douzaine de comptes rendus d’ouvrages critiques et littéraires.

2La revue s’ouvre sur un texte très personnel, inédit, de Michel Zumkir. Le fils y partage un dernier moment d’intimité avec son défunt père, corps gisant, amputé et presque étranger. Les souvenirs du fils se mélangent au présent de la veillée funèbre, les paroles se perdent dans ses pensées, des pensées dites plutôt qu’écrites. Ce récit bref et fragmentaire, hommage touchant d’un fils à celui qui n’a pas été géniteur, mais bien père, célèbre l’intimité – l’identité ? – du cœur, celle qui se transmet de père en fils.

3De Norge à Achille Chavée, les huit études suivantes s’attachent à développer le thème central. Les approches sont très diversifiées, et ne développent souvent que l’une ou l’autre facette de celui-ci. Sans présentation globale ni synthèse, cet ensemble critique apparaît comme un collage d’articles, sans lien entre eux, sinon l’exploitation plus ou moins précise qu’ils font de la thématique de l’ouvrage. Ces études sont dès lors à aborder comme des unités plutôt que comme un ensemble.

4André Bénit propose une réflexion sur « L’hommage norgien à la poésie et à la langue française ». Comme son titre l’indique, cet article retrace la relation privilégiée entretenue par Norge avec la langue française, cette langue qui ne l’a jamais « insécurisé », contrairement à nombre de ses contemporains (les irréguliers du langage). Cette relation privilégiée se double d’une foi en la « vertu bienfaisante car profondément libératrice de la poésie ». André Bénit propose de cerner ce double hommage de l’auteur à travers toute son œuvre, mais aussi dans ses entretiens. Il en ressort un Norge « Donneur de joie », qui s’est forgé une langue personnelle, imprégnée de son histoire, mais toujours empreinte d’un certain sourire, tantôt gai et stimulant, tantôt porteur d’interrogations quant à « l’énigmatique, merveilleuse et monstrueuse création ».

5Il est moins question de langue que d’identité dans l’article suivant : « L’employé de Jacques Sternberg – ou la recherche d’une identité ». Estrella de la Torre y étudie la façon dont Sternberg fond deux genres antithétiques (l’autobiographie et le roman fantastique) pour raconter et revisiter une minute de la vie d’un modeste employé. Qualifiant ce récit d’autofiction, de la Torre observe comment le protagoniste – qui n’est autre que le sosie de l’auteur et qui se confond avec lui à la fin du récit – échappe à l’ennui du quotidien pour plonger dans un univers mythique où il se transforme en mutant, « image idéale de l’homme qui s’abolit ». Cet univers mythique, qui aide le héros à supporter l’absurdité de son univers, finit par s’incliner face à une réalité oppressante où l’ennui est synonyme de prison.

6Les deux articles suivants sont consacrés à Nougé. Dans « Nougé et l’objet photographié, la pensée faite corps », Ana González Salvador s’attache à étudier la façon dont le surréaliste belge va donner corps à sa pensée sous la forme de photographies. En le confrontant à divers écrits du surréaliste, elle sonde un recueil de photographies de Nougé publié à l’initiative de Marcel Mariën en 1968 : Subversion des images – notes illustrées de 19 photographies. D’entrée de jeu, elle précise que ce titre, choisi par Mariën, fausse les pistes, tout comme l’ensemble des notes – descriptives – qu’il a ajoutées à certaines photos. Il s’avère que les images, selon Nougé, ont leur autonomie propre, tout comme le texte, qui s’éloigne de la simple description. Ce recours aux images aide à réduire le prestige des mots, mais images et mots sont d’égale importance. Toujours selon González Salvador, les photographies de Nougé mettent en œuvre sa théorie des objets bouleversants, car photographier – tout comme écrire – constitue un acte de manipulation de la réalité qui revient à couper une partie de celle-ci par le cadrage. Cette idée de coupure rejoint la notion d’isolement, chère au surréalisme, un isolement qui, dans les photographies de Nougé, est mis en évidence par la figure de l’angle, cloisonnement dans le cadre.

7L’article « Nougé et Maupassant, mots passant par L’URSS » de Geneviève Michel est quant à lui consacré à l’étude d’une expérience de réécriture de Nougé en 1953, Un miroir exemplaire de Maupassant, résultat du découpage de citations de Maupassant ayant servi d’exemples dans un dictionnaire franco-russe. En comparant minutieusement le texte de Nougé et son hypotexte, ce qui n’avait jamais été fait auparavant, Michel s’attache à démontrer que Nougé ne s’est pas contenté de recopier ces exemples en y introduisant des divisions numériques, comme a pu le prétendre Mariën. L’étude approfondie de la sélection des exemples, de leur ordre d’apparition, des modifications et du découpage du texte apporte un éclairage sur ce poème-miroir de Nougé : d’infimes changements permettent de deviner que les mots de Maupassant, cités par Ganchina (la linguiste russe) révèlent le désarroi, la désillusion du surréaliste Bruxellois, sans pour autant verser dans le travers de l’expression de soi, contraire à ses principes.

8Dans « Izo ou l’évangile selon Pascal de Duve », Isabelle Moreels suit la quête existentielle d’Izo, le héros candide de Pascal de Duve qui débarque un beau jour sur la planète sous les traits d’un parangon magrittien. Elle observe comment le protagoniste, être fantaisiste parfaitement libre d’idées reçues – car orphelin de passé –, boulimique de savoir et profondément social, va construire son identité, puis se fondre littéralement dans la société de consommation une fois le sens de l’existence humaine élucidé. Selon Moreels, cette quête identitaire et philosophique accélérée n’est autre que celle de l’auteur, condamné par la maladie, à la recherche d’un sens à la vie, à la mort. Cette recherche aboutit à un « agnosticisme sereinement certain de l’incertitude » : Izo, « l’invention de l’artiste », revêt les traits d’un « Messie souriant », non religieux, ayant foi en la communication entre les hommes et qui prône l’observation émerveillée du monde environnant. Avec ce livre, De Duve aurait laissé « un humble évangile à l’usage de ses contemporains désabusés ».

9« Le jeu et la quête d’identité dans les romans policiers de Thomas Owen » sont abordés par Ana Palamo Alamán dans l’article suivant. Jeu et identité, car alliant règles du roman, énigme traditionnelle et formules du fantastique, ces récits datés entre 1941 et 1944 sont parsemés de pièges, les identités des personnages y sont sans cesse brouillées par la confusion des rôles, la complexité constante des relations. Palamo Alamán montre comment, à l’instar de Stanislas-André Steeman, Thomas Owen utilise les règles du roman policier pour les transgresser et sonder ainsi les multiples zones d’ombre de chaque individu. Ainsi, l’enquêteur, le narrateur, tantôt identiques, tantôt opposés ne sont pas construits en une seule pièce. Ils deviennent des personnages énigmatiques, torturés, aux multiples facettes dont l’identité se clarifie au fil du récit, la résolution de l’énigme venant à bout de la confusion identitaire.

10Martine Renouprez, quant à elle, s’intéresse à un écrivain surréaliste dans « Langue, corps et identité dans l’œuvre de Michel Seuphor ». Elle retrace le parcours identitaire (intellectuel et littéraire) de celui-ci en quatre grandes étapes. Celle de la revue flamande Het Overzicht, tout d’abord, qui participera à la conversion d’Anvers en véritable plaque tournante des avant-gardes. Fernand Berckelaers y troque son nom pour ce pseudonyme à consonance très française de Michel Seuphor. Les nombreuses rencontres lui font prendre conscience de sa dualité, et développent en lui une attirance pour Paris. C’est ainsi que Seuphor étend ensuite sa revue au champ littéraire parisien, deuxième étape de son parcours. La revue évolue alors vers une facture dada : bilingue, elle propose un manifeste, et Seuphor tourne en dérision son nom, sa famille et sa patrie, se débarrasse de son identité flamande par deux poèmes en vis-à-vis : « mariages et divorces ». C’est la création de la revue Cercle et carré, troisième étape pointée par Renouprez, qui marque clairement l’engagement de Seuphor dans le champ littéraire parisien. Fondée en 1930 avec Piet Mondrian, cette revue tente de réunir toutes les tendances de l’art abstrait pour contrecarrer la mainmise du surréalisme sur tous les champs artistiques. Dans le troisième numéro, Seuphor publie un manifeste de la « Poétique nouvelle », faisant de la poésie un genre privilégié. Et c’est à celle-ci qu’il recourt lorsque, quelque temps plus tard, après avoir été éloigné de la scène parisienne par la maladie, il se retrouve écarté, dépossédé de la revue. Commence alors la dernière étape cernée par Renouprez, celle du déracinement et de l’exil, dont elle choisit d’étudier les marques dans l’œuvre poétique de Seuphor. L’« Esprit », opposé au corps, à la chair, à la procréation, au quotidien, au monde, incarne l’idéal du poète, dont l’échafaudage intellectuel s’écroule régulièrement sous le coup d’un jeu de mots ou d’une plaisanterie. Il rejette aussi tout enracinement, tout ancrage dans un lieu. Et Renouprez de conclure que cette thématique récurrente rejoint les images de l’apatride, de l’errance, de l’exil, qui ont marqué les termes de la belgitude. La Belgique est un pays qui n’existe pas, le seul enracinement envisageable est celui qui s’enfoncerait « dans les étoiles ».

11Lourdes Terrón Barbosa propose enfin d’étudier la langue et l’identité de Chavée dans son œuvre poétique en centrant sa recherche sur le symbolisme et le lexique lié à l’hermétisme et à la botanique (« Le règne végétal, source et champ analogique dans la poésie d’Achille Chavée »). Se penchant sur la poétique du végétal de l’écrivain surréaliste, elle en détaille les diverses inspirations lexicales : le lexique alchimique – qui contribue au mystère des poèmes –, la fleur dans toutes ses variétés, les herbiers – à la fois cimetières et synthèses de l’existence –, les plantes du potager et les fleurs comestibles, les plantes marines, l’arbre – dont la richesse symbolique se retrouve dans ses composants : racines, tronc, branches, feuilles –, l’image du végétal et la botanique en général. Terrón Barbosa montre combien ce vaste répertoire lexical revêt l’œuvre poétique de l’écrivain d’une dimension mythico-symbolique, créant un monde atemporel, sans début ni fin où la progression temporelle s’annule dans la spirale sans fin de la vie végétale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Hick, « Francofonía, n˚13, Langue, corps, et identité dans la littérature belge de langue française », Textyles, 29 | 2006, 112-114.

Référence électronique

Anne-Laure Hick, « Francofonía, n˚13, Langue, corps, et identité dans la littérature belge de langue française », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/474

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org