Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Herman (Jan), Engels (Steven) et Demeulenaere (Alex) (éd.), Littératures en contact. Mélanges offerts à Vic Nachtergaele

Leuven, Presses Universitaires de Louvain, 2003
Hubert Roland
p. 109-112
Référence(s) :

Herman (Jan), Engels (Steven) et Demeulenaere (Alex) (éd.), Littératures en contact. Mélanges offerts à Vic Nachtergaele. Leuven, Presses Universitaires de Louvain, 2003, 406 p., ISBN 90 5867 288 3.

Texte intégral

1Le substantiel volume d’hommage offert à Vic Nachtergaele, le « père fondateur » du campus universitaire de la KULAK de Courtrai, antenne ouest-flamande de l’Université catholique de Louvain (KULeuven), contient trois parties qui reflètent les enjeux qui sont chers à l’intéressé : la « Littérature FRANÇAISE de Belgique », les « Parcours croisés » et la « Littérature FRANÇAISE (de France) », comme le soulignent avec la même double emphase les éditeurs dans leur avant-propos. Les vingt-huit articles qui composent l’ouvrage forment bien entendu un contenu relativement hétérogène, comme l’impose souvent la loi du genre, mais sont en général d’une fort bonne tenue. Plusieurs d’entre eux ont cherché à baliser de nouvelles pistes de recherche, à faire le point sur l’évolution de domaines récemment ouverts ou à se distinguer par le souci d’une érudition originale. Je me limiterai ici à passer en revue les sujets qui touchent de près aux Lettres belges, également dans leur dimension comparatiste.

2Dans un article au ton fort personnel intitulé « Fallait-il brûler la littérature coloniale ? », Pierre Halen revient sur sa propre pratique de chercheur depuis les débuts de celle-ci, le moment où la curiosité le poussa, lui qui était né en Afrique, à vouloir débroussailler un corpus colonial que l’institution universitaire préférait à l’époque ignorer. Question de changement générationnel sans doute, Halen eut la chance qu’à un niveau international, on commença à s’intéresser de manière convergente à l’ensemble du discours littéraire « européen » sur l’Afrique. Il explique les difficultés méthodologiques auxquelles les chercheurs concernés ont dû faire face pour se distancier des jugements normatifs de circonstance (qu’il appelle la condamnation-valorisation et la récupération sélective). Pour se défaire des catégories dualistes qui ont caractérisé la pensée coloniale, puis par réaction le discours anti-colonial, il importe de continuer à renforcer la connaissance des données positives mais aussi de réfléchir à un cadre épistémologique « largement ouvert, à la fois sur les sciences sociales et sur les enjeux sociétaires des concepts mobilisés pour la recherche » (p. 255).

3Dans un tout autre registre, Paul Aron fait œuvre d’historien de la littérature et analyse un des plus grands succès éditoriaux de langue française de l’entre-deux-guerres (149 éditions en 1938), que les histoires récentes de la littérature belge ne mentionnent qu’en marge. Il s’agit du récit Mes Cloîtres dans la tempête du révérend père Martial Lekeux, paru chez Plon en 1922 et qui raconte vingt mois de guerre d’août 1914 à mai 1916. Propagandiste de l’unité nationale et défenseur des valeurs morales d’héroïsme et de sacrifice, Lekeux allie l’intention du témoignage réaliste et l’exaltation de l’esprit patriotique, qui justifie les horreurs infligées aux hommes, devenues des épreuves mystiques élevant ainsi les soldats au rang de martyrs. Aron suggère de comprendre le texte de Lekeux en rapport avec les hagiographies qu’il publia à partir de 1938, afin de saisir la cohérence globale de sa pensée. Le succès de l’œuvre de ce commandant franciscain est à comprendre dans sa dimension populaire et, en adéquation avec son époque, dans le contexte de l’aura unitaire et patriotique de l’Église insufflée par le cardinal Mercier.

4Dans son article bref mais d’une grande perspicacité, Michel Otten analyse un scénario récurrent dans plusieurs romans et récits qui ont marqué l’espace francophone belge dans les années 1980 (des œuvres de Marcel Moreau, François Weyergans, Paul Emond, Jean-Claude Pirotte, Georges Thinès, Gaston Compère, Jean-Pierre Otte, Pierre Mertens, toutes parues entre 1980 et 1987) : « un homme, un être parfois quelconque jusqu’à l’anonymat, rompt avec les siens, avec sa communauté, avec son passé. Il part, il fuit même et s’avance dans un espace inconnu, un espace vide […] » (p. 121) comme une campagne désertique, une île déserte ou une ville étrangère et dès lors, il ne se passe rien… La dépersonnalisation du héros et son effacement complet ne surviendra qu’après un moment d’extase, une illumination contenant l’intuition d’une plénitude retrouvée (Otten aurait aussi pu reprendre le terme d’« épiphanie »). Si le retour aléatoire de ces motifs chez des auteurs qui ne se sont pas concertés pourrait être partiellement expliqué par la sociologie littéraire de ces années en Belgique francophone (crise d’identité et « belgitude » obligent), il faudrait toutefois mener une étude comparative à ce propos dans la littérature des autres pays européens. On suggèrera par exemple un rapprochement tout à fait saisissant par rapport au propos d’Otten dans deux œuvres autrichiennes (une autre culture en mal d’identité ?), Le Dernier des Mondes de Christoph Ransmayer (1988) et L’Absence de Peter Handke (1987).

5Reprenons à présent globalement un ensemble d’articles suivant une logique thématique chronologique. Lieven D’Hulst balise le terrain de la poésie belge antérieure à 1880, celle dont on connaît peu de choses au-delà de sa valeur édifiante destinée à consolider les mythes fondateurs de la nation. Il présente ici la constitution d’un répertoire des œuvres, préalable à une véritable étude systémique de la poésie belge du xixe siècle encore à accomplir – et qui ferait également une place aux échanges intersystémiques entre la littérature et les autres arts.

6Trois contributions complètent utilement les recherches sur La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster. Rik van Gorp analyse la Légende au regard de la tradition du roman picaresque espagnol et de sa formidable diffusion dans l’Europe du xviie siècle, partant du constat que, dans la préface à la seconde édition de l’œuvre en 1869, De Coster se place explicitement dans la suite de cette tradition. Dans un rapprochement intéressant fondé sur la comparaison avec le Simplicius Simplicissimus de Grimmelshausen (1669), van Gorp met en évidence le fait que l’influence du roman picaresque s’y trouve mélangée avec celle de la littérature didactique du Moyen Âge et de la Renaissance, tout comme on le verra à travers le genre du Bildungsroman. Marnix Beyen étudie les ressemblances qui donnent à penser qu’un pamphlet du député libéral Louis Defré alias Joseph Boniface, Tiel Uylenspiegel patriote (1860) – destiné à conjurer le danger d’une invasion de la frontière rhénane par Napoléon III – joua un rôle déterminant dans la genèse de la Légende car il aurait pu contribuer à ce que De Coster transforme son conte folklorique en véritable épopée. La germanophilie appuyée de Defré, qui considérait la Belgique comme étant porteuse de liberté et de progrès parce qu’elle aurait été d’origine germanique – même si les influences latines dans l’histoire avaient « abâtardi » ce caractère originel – montre à quel point le rapport à l’Allemagne structurait la compréhension de soi de la nation belge en plein xixe siècle. Jean Robaey revient enfin sur le rapport de De Coster à la langue à travers les archaïsmes du texte et la présence de nombreux mots flamands dans celui-ci, suggérant que le flamand apparaîtrait comme la langue poétique et idéale de la Légende.

7Comme il se doit, plusieurs contributions permettent d’approfondir les connaissances relatives aux représentants éminents de la génération « l’âge d’or » des Lettres belges, la période symboliste. Jacques Detemmerman se penche sur le sujet original des préoccupations de Charles Van Lerberghe pour la pédagogie, préoccupations tout à fait exceptionnelles dans le milieu littéraire qui est le sien. Le programme des humanités utopiste qu’il confia à son Journal lors de son séjour à Berlin en avril 1900 était d’inspiration évolutionniste et devait suivre les étapes intellectuelles du développement historique de l’humanité (une 6e orientale, une 5e grecque, une 4e romaine, une 3e médiévale, une 2e moderne et une 1e contemporaine) ; il se distinguait en outre par une présentation « dépassionnée » des systèmes philosophique et religieux somme toute fort inédite pour la Belgique de l’époque. Paul Gorceix étudie la réponse de Maurice Maeterlinck à l’enquête qu’Edmond Picard mena au début de l’année 1890 pour L’Art moderne et qui fut publiée, en même temps que les réponses de Van Lerberghe et de Verhaeren, sous le titre « Confession de poète ». Il s’agit là d’un véritable manifeste sur la conception de la création littéraire par les symbolistes, car les idées maîtresses de cette esthétique ne changeront plus guère par la suite.

8David Gullentops vient enrichir les recherches sur Verhaeren de matériaux inédits, la correspondance avec Marinetti, conservée aux Archives et Musée de la Littérature et à la Beinecke Rare Book and Manuscript Library de l’Université de Yale. Elle montre, s’il en était encore besoin, que le poète belge fut un important précurseur de différents mouvements d’avant-garde européens ; son ascendant fut d’ailleurs reconnu comme tel par les expressionnistes et par les futuristes. Gullentops ne manque pas de souligner que ces affinités sont également fondées sur des malentendus, la célébration du monde moderne par Verhaeren différant par exemple fondamentalement du culte futuriste de l’homme fort, qui sera à l’origine de la dérive nationaliste et fasciste chez Marinetti. Christian De Paepe entreprend pour sa part un essai de révision des relations entre Verhaeren et le monde hispanique, partant du constat faussé de la double histoire de l’image de l’Espagne chez Verhaeren et de la réception de l’œuvre du poète dans le monde hispanique. Il y est question du compte rendu du voyage que Verhaeren fit en 1888 dans le nord et le centre de l’Espagne en compagnie de son ami Darío de Regoyos. Ce texte fut publié la même année dans L’Art moderne et son adaptation en espagnol, publiée dix ans plus tard sous le titre España negra, véhicula de lourds sous-entendus à cause de la proximité inévitable de son titre avec la vision historiquement noire de la leyenda negra. Ce titre ne se trouve pourtant nulle part dans les notes de voyage mais fut introduit dans le commentaire du texte par Darío de Regoyos. Dans l’évolution de l’image de Verhaeren dans le monde hispanique, De Paepe esquisse un penchant espagnol pour l’essai philosophique, artistique et historique et un penchant plutôt latino-américain pour la veine lyrique moderniste ; la veine intimiste des Heures fut rarement mise en valeur, à l’exception notable de Pedro Salinas et d’un nouveau projet de traduction du cycle complet de cette œuvre. Victor Martin-Schmets consacre enfin un bref article aux relations de Verhaeren avec les fondateurs de L’Art jeune et à quelques comptes rendus parus à l’époque ; il reproduit la traduction d’une étude anonyme parue dans le Daily Chronicle et publiée en français dans Le Coq rouge.

9Deux contributions du volume sont consacrées à Franz Hellens. Raphaël de Smedt présente dans le détail les lettres de refus de Hellens aux diverses sollicitations officielles et officieuses de l’Académie, qui lui proposa un siège dans la seconde moitié de sa vie. Et dans un texte en italien, Rosario Gennaro et Franco Musarra font le récit commenté de l’amitié littéraire entre Hellens et Ungaretti, à partir de la correspondance inédite des deux auteurs (conservée à Paris et auprès de la fille d’Ungaretti en Italie), complétée par les textes disponibles des auteurs et la correspondance éditée entre Paulhan et Ungaretti.

10Paul Pelckmans essaie de nous convaincre qu’il convient de sauver le récit Débonnaire Milaine, repris en 1975 dans l’anthologie du fantastique belge de Jean-Baptiste Baronian, de l’œuvre de second plan du conteur et essayiste Pol Demade, adepte d’un catholicisme doloriste à l’époque des lendemains du premier concile du Vatican. Et dans un tout autre registre, Victor Valembois traite dans son article en espagnol du séjour en Belgique de l’écrivain nicaraguayen Azarías H. Pallais (1884-1954) et surtout de la pérennité de l’imaginaire de la Flandre lyrique et gothique dans son œuvre. Pallais étudia (en même temps que d’autres condisciples costaricains) de 1907 à 1910 à l’Université de Louvain, où on venait de créer l’Institut Supérieur de Philosophie et fut profondément marqué par le charisme du cardinal Mercier. Le poème « Yo soy flamenco », publié en 1924, est reproduit à la fin de l’article.

11Enfin, trois ultimes « parcours croisés » témoignent de la vitalité renouvelée des études d’inspiration systémique sur les relations et autres transferts culturels (ce terme n’étant toutefois pas utilisé explicitement) entre la Belgique francophone et, d’une part la Belgique néerlandophone, de l’autre le « grand voisin » français. Dans les deux cas, on le devine, ces échanges furent marqués du sceau de la plus grande ambivalence. Raymond Vervliet étiquette les littératures francophone et néerlandophone en Belgique à la fin du xixe siècle comme un « couple non-cohabitant ». Plaidant pour une étude comparative de l’histoire de la littérature francophone et néerlandophone en Belgique, il met l’accent sur la césure du début des années 1880, lorsque la nouvelle génération se mit à contester les fonctions nationaliste et didactique de la littérature au service de l’État et observe dès lors un parallélisme frappant entre les revues littéraires francophones et néerlandophones. Celles-ci constituèrent ensemble un système littéraire parallèle, en concurrence avec le système national officiel. Cet article est le seul de l’ouvrage dont la présentation est peu soignée, car il y subsiste quelques malheureuses coquilles : « Baderborn » pour Paderborn (p. 209) ; « 1939 » pour 1839 (p. 214) ; Iwan « Gilkan » pour Gilkin (p. 218). Reine Meylaerts revient sur un cas de « parisianisme belge » assez en vogue dans le contexte socio-culturel et institutionnel de l’entre-deux-guerres, celui de Pierre Goemaere et de sa Revue Belge. Bien établi dans la capitale, où il est en position pour relayer les ambitions de ses compatriotes restés au pays, Goemaere offre en contrepartie aux agents littéraires français une extension de leurs débouchés littéraires via le marché belge, de même qu’il se fait également complice du dominant en postulant le principe de l’infériorité esthétique du livre belge d’expression française. Dans une très utile complémentarité avec ce propos, Paul Dirkx étudie enfin le « gommage » de la Belgique dans la presse littéraire française à travers la contribution de Constant Burniaux aux Nouvelles Littéraires, dans leur rubrique sur l’actualité littéraire internationale à partir de 1951. Les « ruses de l’autodomination » substituent à l’idée d’une littérature nationale belge celle d’un « accent original » (dans les termes de Burniaux) que les Belges apporteraient à la culture française via une mosaïque de réalités régionales ; la thèse sous-jacente du dualisme des deux peuples flamand et wallon, qui auraient préexisté avant d’apprendre la culture de compromis en terre brabançonne est en adéquation avec celles d’August Vermeylen et de Herman Teirlinck, que Burniaux eut pour maître.

12De ce volume découle donc somme toute un fort joli panorama, offrant des synergies relatives aux différentes tendances de la recherche récente dans le domaine de la littérature belge, notamment dans l’ouverture de celle-ci aux études comparées intra et extra muros.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hubert Roland, « Herman (Jan), Engels (Steven) et Demeulenaere (Alex) (éd.), Littératures en contact. Mélanges offerts à Vic Nachtergaele », Textyles, 29 | 2006, 109-112.

Référence électronique

Hubert Roland, « Herman (Jan), Engels (Steven) et Demeulenaere (Alex) (éd.), Littératures en contact. Mélanges offerts à Vic Nachtergaele », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/469

Haut de page

Auteur

Hubert Roland

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org