Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

p. 105-108

Bulletin de la Fondation « Ça Ira »

Continuant d’ouvrir pour nous le coffre à bonnes surprises de l’histoire littéraire de l’entre-deux-guerres, Henri-Floris Jespers nous invite à redécouvrir d’autres figures à demi-oubliées du modernisme européen, tel qu’il apparaît sur la plaque tournante que constitue la Belgique, dans le n˚23 du Bulletin (3e trimestre 2005). Cette fois, celui-ci s’intéresse à l’auteur néerlandais Eddy du Perron, ami d’André Malraux, de Pascal Pia et de plusieurs auteurs belges : Odilon-Jean Périer, notamment, Franz Hellens et bien sûr aussi Paul Neuhuys et Paul van Ostaijen. Le Manuscrit trouvé dans une poche de Du Perron fut critiqué par Michaux dans Le Disque vert, mais il avait trouvé auprès de Hellens lui-même un accueil plus favorable, qui déboucha sur une relation littéraire semble-t-il un peu réservée mais durable. C’est du côté d’Odilon-Jean Périer que l’enquête se poursuit, basée sur de nombreuses investigations dans les correspondances conservées. L’étude de Kees Snoek sur Du Perron et Périer fait apparaître le fond autobiographique de E poi muori, œuvre de Du Perron publiée après le décès de Périer : « comme Le Passage des anges, …E poi muori est un produit typique des années folles, mais aucun personnage dans ce récit n’est descendu du ciel ». Ce n˚23 se termine par des informations et des recensions, avec notamment un renvoi à la revue Infosurr, dont le n˚61 rappelle certaines publications « belges » de l’époque de l’Occupation, et les contacts que Neuhuys avait alors avec les surréalistes bruxellois et hennuyer.

Le n˚24 (4e trimestre 2005) revient longuement sur la figure de Maurice Van Essche, déjà croisée dans le n˚22, entre autres ; c’est l’un de ces acteurs essentiels de l’histoire littéraire, que cependant cette histoire néglige parce qu’elle se focalise sur les œuvres. Le sommaire s’intéresse d’abord à Charles Plisnier, dont Van Essche publie la brochure Réformisme ou révolution (1921) ; ensuite, à un autre auteur publié par les éditions Ça Ira !, l’anarchisant Han Ryner. Van Essche, qui s’occupe de la revue et des éditions, s’occupe aussi des Éditions du Bourg, enseigne qui pratique le compte d’auteur et publie des ouvrages de Paul Bay, de Constant Burniaux, de Marcel De Corte. Au début des années 1930, Van Essche est à Luxembourg et n’est pas associé par Neuhuys à la renaissance de Ça Ira !, qu’il soutient de loin néanmoins. Les deux amis se retrouveront plus tard, à partir de la fin de la guerre, les bombes ayant fait fuir quelques Anversois vers la campagne. Ce numéro évoque encore la figure de Georges Marlier, ex avant-gardiste qui sera condamné après la guerre pour sa collaboration au « Soir volé ».

Rappelons qu’on peut adhérer à la Fondation comme membre adhérent ou protecteur, ou comme institution (50, chaussée de Vleurgat, 1050 Bruxelles). <ca.ira@belgacom.net>

Echinox

Faute de l’avoir reçu immédiatement, nous n’avions pu présenter en son temps le n˚4 (non daté) de la revue roumaine Echinox (Cahiers de l’Echinox / Echinox Journal, publiés par le Centre de recherches sur l’Imaginaire Phantasma de l’université Babes-Bolyai de Cluj). Il s’agit d’un numéro spécial consacré à la Censure (Restrictii si Cenzura), thème qui réveille inévitablement la mémoire locale du contrôle étatique sur l’écrit. D’où un certain nombre de contributions, en roumain, sur la Roumanie et notamment sur la problématique des minorités et de la Transylvanie. Mais les ouvertures internationales restent larges : le maccarthysme, l’Afganistan pour les dimensions sociétaires, l’Italie (Pasolini), la Serbie, le nazisme pour les dimensions médiatiques. Dans une troisième partie du dossier (la censure et les arts), deux études en français évoquent les utopies : « La censure de l’imaginaire aux xviie-xviiie siècles », « L’ambiguïté utopique : temple de Dieu ou prison de verre ? » ; mais bien d’autres thèmes sont évoqués, de l’Inde ancienne au Frankenstein de Mary Shelley, la musique, le théâtre, la parole féminine…

Le n˚7 (2004) est consacré aux rapports entre Littérature et totalitarisme. La couverture, dont le graphisme est, comme toujours dans cette série, assez violent et original, présente une assemblée de femmes massées dans une attitude de religiosité dont on ne connaît pas l’objet. De même que pour le n˚4, le thème retenu pour cette livraison ouvrait la porte à nombre de réflexions sur le passé politique de la Roumanie et de l’Europe centrale : le réalisme socialiste, la concurrence entre culture populaire et prolétarienne, la question des minorités, etc. Mais ici aussi les ouvertures internationales sont nombreuses, de la représentation littéraire des discours imputés à des dictateurs africains au puritanisme américain (Nathaniel Hawthorne), en passant par le théâtre de Ionesco à Paris. Les contributions de ce volume sont nombreuses et souvent assez courtes ; à noter que deux ensembles spécifiques sont consacrés d’une part au festival mondial de Bucarest en 1953, d’autre part à la Yougoslavie de Tito.

Le n˚8 de la revue comparatiste de Cluj est, une fois n’est pas coutume, entièrement rédigé en roumain. Il est consacré au « chamanisme postmoderne », et en particulier à Carlos Castaneda. Le n˚9, plus volumineux puisqu’il comporte pas moins de 325 pages bien serrées, a pour titre Jules Verne dans les Carpates. L’orthographe « Carpathes » est par contre de mise à l’intérieur du volume. Un premier ensemble de contributions est centré sur Le Château des Carpathes, avec les ouvertures qu’on imagine vers le fantastique et, inévitablement, la figure littéraire de Dracula. Les deux autres ensembles analysent « Le monde de Jules Verne » et se proposent de « Lire Jules Verne aujourd’hui ». Ces très nombreuses études, toutes proposées en français, rassemblent notamment des contributions de divers spécialistes, et prendront forcément rang dans toute bibliothèque vernienne. Signalons l’importante rubrique de comptes rendus sur des sujets certes très variés, mais où l’on retrouve notamment des publications récentes d’Arnaud Huftier (La Belgique, un jeu de cartes ?, et Les Frontières du fantastique), ainsi que le n˚25 de la revue Textyles, consacré à Odilon-Jean Périer.

Abonnement (2 numéros : 50- euros). Renseignements : <corinbraga@yahoo.com>. Voir aussi les sites : <www.lett.ubbcluj.ro/~phantasma> et <www.lett.ubbcluj.ro/~echinox>

Verbum

La revue hongroise Verbum en est, pour 2005, à sa septième année. Nous n’avons pu rendre compte des livraisons parues en 2003 et 2004, qui ne nous sont pas parvenues. Mais voici le premier numéro de l’année 2005, publié chez Akadémiai Kiadò à Budapest, éditeur scientifique connu depuis longtemps. Ce numéro, comme toujours plurilingue, comporte 335 pages aussi denses que bien présentées, et une petite vingtaine d’articles en plus des comptes rendus. Une première section – « Artes » – évoque beaucoup l’œuvre de Thomas d’Aquin, mais c’est au risque de la confronter avec l’art d’aujourd’hui. Une autre section importante, avec des articles en italien surtout, est consacrée à Pétrarque et à son contexte. Dans les comptes rendus, on trouve notamment la recension attentive d’un essai publié en hongrois sur l’énonciation autobiographique chez Rousseau et chez Gide.

Un second numéro pour 2005 (VII/2) a paru avec le soutien de l’Institut français de Budapest, ce qui est vraisemblablement à corréler avec le fait que la majorité des contributions non seulement soient en français, mais concernent aussi la langue et/ou la littérature « françaises ». On s’y attache notamment aux normes du français oral et écrit, avant d’envisager plusieurs œuvres littéraires sous le même angle. Eva Martonyi consacre une belle étude de synthèse à la problématique de la langue et de l’identité chez l’Antillais Patrick Chamoiseau et le Marocain Fouad Laroui. D’autres analyses sont vouées à la question de l’« écrit parlé » chez Marguerite Duras, à l’importance de la voix oralisant éventuellement le poème (La Ralentie d’Henri Michaux), aux « romans téléphoniques » de Marguerite Cassan et de Lucie Faure, qui déplacent vers le téléphone les conventions du roman épistolaire, enfin au « français prononcé », tel que la poésie dite cubiste de Max Jacob peut en rendre compte.

Verbum est une revue ouverte aux collaborations. Entre autres, il s’indique particulièrement de lui adresser des ouvrages scientifiques à recenser (Rens. : Pázmány Péter Katolikus Egyetem, Bölcsészettudományi kar, Piliscsaba 2087, PF1. Rédaction : <domokos@btk.ppke.hu>).

Maurice Carême

Le Bulletin de la Fondation Maurice Carême continue de paraître régulièrement, se faisant l’écho de tout ce qui touche de loin ou de près à la postérité du poète : son musée, les éditions et rééditions, les prix institués, diverses notices nécrologiques. Signalons que, si le prix de poésie 2005 est allé à Roger Foulon pour Paroles du feuillage, le prix d’études littéraires 2003 ( ?) a été décerné à un essai d’Andrès Bansart : Maurice Carême : la quête du temps présent, dont on nous donne un compte rendu mais dont on ne nous dit pas s’il a été publié ou non. Dans le même n˚51 (septembre 2005), Jeannine Burny poursuit la présentation de « L’humanisme dans l’œuvre de Maurice Carême » en relisant un recueil des dernières années de la vie du poète : De feu et de cendre (1974). (On s’abonne : Av. Nellie Melba, 14, B-1070 Bruxelles. <jeannine.burny@coditel.net>)

Ponti / Ponts

Après le volumineux n˚4, qui comportait les actes du colloque « Astres / désastres », la revue Ponti / Ponts, réalisée l’Universià degli Studi di Milano, reprend son format habituel. Cette cinquième livraison, parue fin 2005, comporte un dossier de quatre articles placés à l’enseigne des « Enfances ». On y évoque en particulier les œuvres d’Assia Djébar et de Gaétan Soucy, mais aussi, d’un point de vue plus général, la représentation des « filles – petites et grandes » dans la littérature africaine récente, et le roman québécois de la Révolution tranquille. Suivent, après une étude linguistique sur Madagascar et divers inédits littéraires, les riches « notes de lecture » qui sont l’un des intérêts de la revue ; ces comptes rendus multiples, de longueur très variable, sont répartis par zones géographico-culturelles, la section réservée à la Belgique étant relativement importante. Une autre caractéristique de cette rubrique est qu’elle comporte des comptes rendus d’articles isolés aussi bien que d’ouvrages, et qu’elle ne craint pas non plus de s’ouvrir aux sciences connexes du « littéraire ».

Le courrier concernant la rédaction peut être adressé à <liana.nissim@unimi.it> ; les commandes et abonnements aux éditions Cisalpino, via B. Eustachi, 12, – I-20129 Milano, <cisalpino@monduzzi.com> ; réduction aux abonnements pour cinq ans.

Études françaises

La revue de l’Université de Montréal s’ouvre, dans son deuxième numéro pour 2005 (vol. 41, n˚2), à la question du « Corps dans les littératures francophones ». Le corps est, sinon un thème à la mode, du moins un objet assez régulièrement interrogé ces dernières années par les études littéraires, comme si celles-ci étaient à la poursuite d’une sorte de motivation concrète et même tangible. Cette fois, ce sont les littératures francophones qui sont interrogées, le domaine excluant toutefois de fait, et même a priori si l’on en croit une première note infrapaginale, les francophonies européennes ; c’est là un choix discutable, le Québec ayant évidemment plus de points communs avec les autres pays « industrialisés » qu’avec le monde véritablement post-colonial, auquel s’intéresse d’ailleurs de manière privilégiée le coordinateur de ce dossier, Isaac Bazié, qui signe aussi une très solide et très claire situation du sujet dans une première étude (« Corps perçu et corps figuré »). Il est vrai que le Québec est surtout présent ici pour la « représentation du corps de la femme noire » par des « écrivaines issues de l’univers caribéen », ce qui rétablit une cohérence de type « post-colonial » ; mais alors, il devenait possible aussi de convoquer des parallèles dans les francophonies européennes et en France : le questionnement du corps a certes un sens particulier dans le cas des anciennes terres d’esclavage, ou dans celui des pays toujours soumis à des lectures en quelque sorte ethnologiques – on lira ici une étude de la représentation de l’initiation dans le roman africain –, mais il déborde aussi du côté d’une culture et d’une histoire désormais planétaires, ce que manifeste à sa manière l’analyse générale que propose Justin Bisanswa, travaillant l’intertextualité et la rhétorique dans la représentation littéraire du corps, soumise au double mouvement problématique de la fragmentation et de la reconstruction. On trouve aussi des analyses d’œuvres particulières, comme celles de René Depestre, Magloire-Saint-Aude, Gisèle Pineau et Marie-Cécile Agnant, Sony Labou Tansi. En fin de volume, on trouve une approche de la grossesse et de la maternité chez trois auteurs suisses romands ; cette dernière analyse, qu’il aurait été possible de repenser à la lumière de la question du corps, est séparée du dossier par une étude du hasard dans les romans de Milan Kundera…

On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal <pum@umontreal.ca>.

  • Revues.org