Navigation – Plan du site
Chroniques
La Chronique des Archives et Musée de la Littérature

Conservation, restauration et numérisation

Paul-Étienne Kisters
p. 98-99

Texte intégral

1Longtemps, on s’est gaussé des déformations de la mémoire orale et confié à la seule vérité de l’archive. Celle-ci, toutefois, est également soumise à des aléas. C’est pourquoi la question de la numérisation patrimoniale, de la sauvegarde des archives tant papier qu’audio-visuelles, est aujourd’hui sur bien des lèvres et interpelle les responsables politiques comme les conservateurs des lieux d’archives ou les directeurs de collections muséales. La numérisation des archives photographiques des AML en est une illustration concrète.

2Il faut savoir que l’archive photo subit une dégradation irréversible due au vieillissement du support et à de mauvaises conditions de stockage mais aussi à des réactions chimiques progressives qui se caractérisent par le jaunissement des photos, la perte de contrastes ou de la définition, le virement des couleurs, l’apparition de champignons ou de traces d’hyposulfite causées par un mauvais rinçage, provoquant l’apparition de petits points blanchâtres qui peuvent s’agrandir au fil des années. Par ailleurs, certains clichés sont entreposés par leurs propriétaires dans des endroits peu propices.

  • 1 L’Atelier de l’Imagier est le partenaire des musées et fonds d’archives photographiques ou visuelle (...)

3Conservation se met alors à rimer avec restauration. Ainsi viennent d’être rafraîchis et numérisés quelque 5 000 clichés de nos fonds photographiques, les plus abîmés par l’usure du temps. Ce travail a été confié à L’Atelier de l’Imagier11, à la suite du déblocage des crédits ad hoc par la Ministre de la Culture, de l’Audiovisuel et de la Jeunesse à la Communauté française, Madame Fadila Laanan.

4Le travail de numérisation, qui s’est déroulé de mars à octobre 2005, a commencé par la capture du document au moyen d’un appareil photo numérique équipé d’objectifs spécifiques. Classifiés et répertoriés selon les critères de la base de données des AML, « Plume FX », les documents ont été numérisés en format DNG. Ce format permet la création d’un négatif digital inaliénable de l’original papier, dont les copies pourront, par contre, être retravaillées en studio en fonction de l’évolution de la technologie, mais aussi de l’esthétique et de la sensibilité. Sans qu’il n’y ait de transport d’originaux « extra muros », le traitement effectué dans les studios de L’Imagier a consisté ensuite en une correction chromatique de la copie suivant un étalonnage bien précis, avec suppression des points blancs et, suivant la nécessité, une restauration. Le transfert a été réalisé sous 5 formats de DVD aux destinations multiples (format natif, édition, impression papier, consultation sur ordinateur et base de données). On précisera que si le DVD n’est pas un support inaltérable (il doit être renouvelé en moyenne tous les cinq ans), l’avantage du numérique est qu’il n’y a ni dégradation du signal ni perte de qualité au fil des copies.

Un premier corpus

5Vingt petits fonds d’archives consacrés aux lettres et au théâtre belges francophones ont déjà été traités.

6Outre le fonds René Lyr lié à La Belgique Centenaire 1830-1930 ainsi qu’un ensemble de portraits d’auteurs belges francophones provenant d’Inbel (citons par exemple Thomas Owen, Suzanne Lilar, Alexis Curvers, Robert Goffin ou encore Stanislas-André Steeman), de nombreuses photos d’écrivains issues des archives Franz Hellens, Georges Eekhoud et Émile Verhaeren ont pu être sauvées. Pointons les figures de Théo Hannon, Max Waller, Albert Giraud, Iwan Gilkin, Jean Tousseul, Maxime Gorki, Edmond Vandercammen, Albert Ayguesparse, Paul Neuhuys ou encore Marcel Lecomte. Sans compter des tirages inédits de Paul Willems et Marie Gevers avec des vues de Missembourg, du Rupel et de l’Escaut, photos récemment reçues des mains de Christine Traey.

7Le théâtre est tout aussi présent, avec, en premier lieu, les archives-photos des dramaturges Michel de Ghelderode, Fernand Crommelynck, Herman Closson, qu’il s’agisse des mises en scène de leurs œuvres ou de leurs portraits. Signalons ainsi, pour Michel de Ghelderode, des photos, tirées des archives de l’écrivain, concernant les mises en scène, principalement parisiennes, de Barabbas, Christophe Colomb, Images de la Vie de Saint François d’Assise, Le Voleur d’étoiles, La Balade du Grand Macabre, Le Ménage de Caroline, Les Femmes au tombeau, Sortie de l’acteur, Marie-la-Misérable, Pantagleize, Mademoiselle Jaïre, Sire Halewijn, Escurial ou encore de La Mort du Docteur Faust.

8Les Comédiens Routiers ont figuré également au programme avec des images des représentations des Quatre fils Aymon. Parallèlement aux peintures de son mari, Pierre Thévenet, le travail théâtral de Madeleine Renaud est quant à lui représenté par des photos des Renaudins, de Déluge de Charles Plisnier ou de L’Otage de Paul Claudel. Jules Delacre et son Théâtre du Marais se trouvent également repris dans les photos sélectionnées. Il en va de même d’Albert Lepage, du comédien André Frère ou de Georgette Leblanc dont les archives arrivées aux AML comportaient des photos de et sur Maeterlinck, notamment Pelléas et Mélisande joué dans les jardins de l’Abbaye à Saint-Wandrille.

9À cette énumération sommaire s’ajoutent des photographies, signées Roger Viollet, de mises en scène d’auteurs belges à Paris, et de très belles images du Théâtre Laboratoire Vicinal de Frédéric Baal avec Ann West dans I. Quelques photographies du théâtre belge de marionnettes créé à Londres pendant la guerre par Sarah Huysmans apportent, par ailleurs, un éclairage intéressant sur un aspect peu connu de notre vie culturelle et de la personnalité de la fille de Camille Huysmans. Pour finir, des témoignages photographiques sur le folklore et sur le théâtre bruxellois, constitués à partir des cartes postales truculentes de Gaston Raume, rappellent le temps où Bruxelles « brussellait ».

10On notera qu’un ensemble de 250 photos de Willy Kessels a fait également partie de l’opération ainsi que 1 500 clichés relatifs à l’Afrique Centrale (Congo belge, Ruanda-Urundi) qui fut jadis sous tutelle belge. Différents aspects de la vie de la colonie des années 1950 y apparaissent, au regard de photos plus anciennes, des années 1930 entre autres…

11Alors qu’un travail de restauration particulièrement ardu et exemplaire s’est imposé sur les clichés anciens atteints par divers types de détérioration dus à l’humidité, l’époque contemporaine n’a pas été négligée puisque des photographies d’écrivains ou de mises en scènes d’aujourd’hui ont également été numérisées.

12Enfin, la consultation de ces documents avec leur description textuelle peut se faire en ligne via le site Internet propre des AML : [ http://www.aml.cfwb.be ].

Haut de page

Notes

1 L’Atelier de l’Imagier est le partenaire des musées et fonds d’archives photographiques ou visuelles en vue de préserver, mettre en consultation et diffuser leur patrimoine culturel. Pour tout renseignement : http://www.imagier.be

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Étienne Kisters, « Conservation, restauration et numérisation », Textyles, 29 | 2006, 98-99.

Référence électronique

Paul-Étienne Kisters, « Conservation, restauration et numérisation », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://textyles.revues.org/459

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org