Navigation – Plan du site

La poésie en « Belgique » durant la période hollandaise

Lieven D’Hulst
p. 63-71

Texte intégral

Préalables historiographiques

La Belgique : un objet fuyant

  • 1 Busekist (Astrid von), La Belgique. Politique des langues et construction de l’État, de 1780 à nos (...)
  • 2 Voir Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. T. I, Les Rac (...)

1Quel est au juste le statut de la « Belgique » entre 1815 et 1830 ? L’Acte des huit articles, tel qu’élaboré par les puissances alliées en juillet 1814 et confirmé par le Congrès de Vienne en juin 1815 précise que la « réunion » de la Belgique et de la Hollande « devra être intime et complète, de façon à ce que les deux pays ne forment qu’un seul et même État, régi par la constitution en Hollande »1. Or, qu’est-ce qu’un « pays » relevant d’un « État » régi par une constitution en place dans l’autre « pays » ? Et qu’en est-il de la « nation », concept qui l’emportera après 18302 ? Ensuite, la « réunion intime et complète » de deux entités territoriales en une seule structure politique suppose un vaste programme d’actions : lesquelles ? Prises en charge par quelles instances, avec quels effets ? Ces actions sont sans doute censées s’étendre à la sphère culturelle au sens large et aux sphères linguistique et littéraire en particulier. Or, chacune de celles-ci possède des caractéristiques et des traditions plus ou moins élaborées, qui conditionnent les chances et les modalités d’exécution de ce programme. Ainsi, par exemple, la situation diglossique modifiée du nouvel État engendre une panoplie de nouvelles attitudes sociolinguistiques, sur une échelle qui va de l’adhésion à la résistance à une politique active de néerlandisation, surtout dans la partie Nord des provinces belgiques.

Questions de méthode

  • 3 D’hulst (Lieven), « Pour une histoire de la poésie belge antérieure à 1880 », dans Herman (Jan), En (...)

2Il est bon de s’interroger sur les présupposés à l’œuvre dans la tradition historiographique belge : de manière générale, celle-ci n’accorde qu’un faible intérêt à la littérature qui date de la première moitié du siècle, et à plus forte raison à celle d’avant l’indépendance3. En restreignant ci-après le propos au domaine de la poésie, on peut avancer deux grands types d’explication.

3Le premier est esthétique : l’histoire littéraire met généralement en œuvre une critériologie romantique ou post-romantique française, d’après laquelle les œuvres concernées sont jugées à peu près « illisibles », simples imitations d’exemples étrangers, latins et français, sans rapport avec l’actualité littéraire, surtout française.

4Le second est idéologique : l’histoire littéraire adopte des postures nationalistes selon lesquelles les quinze années d’irrésolution politique qui précèdent la naissance véritable de la Belgique n’ont pas d’existence par elles-mêmes. Elles sont coincées entre deux repères massifs : entre deux dates politiques, qui forment au surplus des repères aisés à des fins de comparaison avec les autres littératures européennes.

  • 4 De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., Littératures en Belgique – Literaturen in België. Divers (...)
  • 5 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierr (...)

5De telles représentations privilégient la continuité d’une perspective belgo-française, laissant dans l’ombre les autres relations littéraires, « intrabelges »4, ainsi que celles que les provinces belgiques nouent avec d’autres littératures, au Nord comme à l’Est. S’ajoute le fait que l’analyse du système littéraire (œuvres, auteurs, genres, relations littéraires, interdiscursives et intersémiotiques) cède le pas à celle des institutions, du marché éditorial ou des fonctions idéologiques de la littérature. Le point de vue du sociologue vient, pour ainsi dire par procuration, combler la place laissée vacante par l’historien des lettres, du fait des « rapports originaux noués sur le sol national entre le champ littéraire et le champ politique », et de la « surdétermination constante de la sphère culturelle par celle du pouvoir »5.

6La divergence des perspectives ainsi que l’absence d’un modèle historiographique englobant invite à reprendre le dossier en lui donnant une base élargie, constituée de deux séries de dispositifs corrélés : d’une part, les dispositifs formels et génériques de la littérature ainsi que le réseau des relations interlittéraires ; de l’autre, les dispositifs institutionnels (critique littéraire, maisons d’édition, revues, etc.). Il n’y a donc pas lieu de réduire l’univers de la poésie à ce qui en elle paraît compatible avec d’autres discours (historiques, idéologiques, etc.), quitte à laisser dans l’ombre un nombre considérable de genres et de formes à première vue hétérogènes : imitations ou reproductions de poésies françaises, poésies traduites des langues anciennes et modernes, poésies populaires, souvent anonymes, dialectales, orales et chantées, etc. Une meilleure prise en considération de pareils « corps étrangers » au sein d’une « littérature nationale » permettrait sans doute de corriger le simple alignement de la poésie sur les idéologies dominantes, inlassablement reproduites par les histoires littéraires.

7Cela étant, est-il loisible de parler d’une poésie ou d’une littérature « à part entière » dans le cas qui nous occupe ? Selon Jean-Marie Klinkenberg, tout système littéraire viable doit remplir un ensemble d’exigences de base :

  • 6 Klinkenberg (Jean-Marie), « Introduction. L’analyse institutionnelle de la littérature en Belgique (...)

(1) Il faut un lectorat ayant atteint une masse critique, un tissu social susceptible de s’investir en groupe dans l’activité littéraire soit comme producteur soit comme consommateur. […] (2) Ce public doit accepter de se voir dans une relative homogénéité ; autrement dit, doit partager un ensemble suffisamment consistant de normes et de valeurs idéologiques et esthétiques. (3) La masse de textes doit aussi avoir atteint un seuil critique : pas plus qu’une hirondelle ne fait le printemps, un texte isolé ne fait une littérature. (4) […] Les textes s’inscrivant dans la littérature doivent présenter une homogénéité repérable. Autrement dit, elle doit pouvoir faire l’objet d’une lecture telle que ses différences spécifiques avec d’autres masses apparaisse. […] (5) Dans ce stock de textes, certains doivent pouvoir être désignés comme « œuvre(s) fondatrice(s) ». (6) Les textes constituant la masse critique doivent apparaître comme légitimes6.

8Et de poursuivre : « […] s’agissant de littérature belge, ces conditions n’ont été, à certaines époques, que faiblement satisfaites, ou pauvrement réunies. » (p. 9) La remarque s’applique tout naturellement aux quinze années qui séparent la fin de la période française et les débuts de l’État belge. Or, s’il est difficile de parler d’un « système » national ou proto-national, comment qualifier alors la situation de la poésie, sinon comme celle d’un système non constitué ou en voie de constitution ? Tant les modélisations discursives, les attitudes d’auteurs ou de critiques influents, que la naissance de groupes littéraires, semblent témoigner d’une sorte de principe téléologique à l’œuvre dans le champ culturel belge. Nous reviendrons là-dessus.

Présentation du répertoire

  • 7 Ainsi, la Bibliographie de la Belgique, ou Catalogue général des livres belges, publiée par la libr (...)

9L’on sait que la France a instauré en 1810 le dépôt obligatoire des ouvrages imprimés, accompagné d’une publication cumulative connue sous le titre de Bibliographie de la France. En l’absence d’un instrument comparable en Belgique à l’époque qui nous intéresse, toute tentative de reconstituer le marché littéraire dans nos provinces se heurte à des difficultés de taille : nous ne disposons pas de répertoires exhaustifs, ni courants, ni récapitulatifs de la poésie, qu’elle soit de langue française ou non, qu’elle soit originale ou contrefaite7. Ce constat obligera à bien préciser les limites de toute analyse.

La « Bibliographie nationale »

  • 8 Bibliographie Nationale — Dictionnaire des écrivains belges et catalogue de leurs publications, 183 (...)

10Voyons le seul répertoire qui fasse autorité, même s’il ne semble pas couvrir la période qui nous intéresse ici : la Bibliographie nationale de 1830 à 1880 (1886-1910)8. Or, si l’on se fie aux critères retenus par les auteurs (p. xii), les premières décennies du siècle ne sont pas laissées pour compte :

  1. La nomenclature des ouvrages publiés en Belgique et à l’étranger, dus à des auteurs nés Belges ou naturalisés et à des auteurs étrangers ayant habité ou habitant la Belgique et y ayant obtenu, par des fonctions, par une longue résidence, ou par d’autres motifs, une sorte d’indigénat littéraire ; pourvu que ces auteurs aient publié au moins un ouvrage pendant la période de 1830 à 1880 inclusivement.

  2. Les ouvrages publiés par ces auteurs avant 1830, soit en Belgique, soit à l’étranger.

  3. La notice des traductions de tous les ouvrages ci-dessus, publiées en Belgique ou à l’étranger, pendant la même période.

  4. Les traductions, faites par des auteurs belges ou considérés comme tels, d’ouvrages anciens et modernes d’auteurs étrangers.

  5. Les ouvrages anciens édités pendant la même période par les soins de Belges ou de régnicoles considérés comme Belges.

  6. La collaboration des auteurs aux recueils périodiques ou aux publications de collectivités.

  7. Les ouvrages anonymes pour lesquels il existe une certitude ou de fortes présomptions qu’ils sont dus à des auteurs nationaux ou considérés comme tels.

  • 9 En l’occurrence, il faudra tenir compte d’une marge de correction, étant donné que l’analyse repose (...)
  • 10 « En 1841, sur les 800 titres que comporte le catalogue de Wahlen, il y en a 5 seulement d’auteurs (...)

11Indéniablement, et malgré tout le soin qui a été apporté à la collecte des matériaux, cette Bibliographie est à son tour un document d’époque9, ce que les auteurs précisent au demeurant : « Le but de la Bibliographie est de faire connaître la part prise par les Belges dans le mouvement intellectuel général ; nous ne pouvions dès lors restreindre cette part à son opération sur notre seul territoire ; nous avons dû l’étendre à son expansion au dehors. » (p. xiii) Il s’agissait naturellement de combattre la suspicion bien connue : qu’il n’était simplement pas question de littérature produite par des auteurs belges à l’ère de la contrefaçon10.

Le répertoire de la poésie

  • 11 L’importance des deux types de publications est peut-être révélatrice du mode d’existence de la poé (...)
  • 12 Deprez (Ada), Bouwstoffen voor de geschiedenis van de Vlaamse literatuur in de negentiende eeuw : 1 (...)

12Au sein de ce répertoire somme toute appréciable (près d’un millier de recueils pour le premier cinquantenaire couvert par la Bibliographie), nous avons retenu les poésies publiées en volume entre 1815 et 1830, y compris les brochures de quelques feuillets ou les tirés à part publiés séparément11 : moisson sans doute maigre (voir l’annexe, qui répertorie près de 80 recueils), compte tenu du second principe de sélection aligné par les rédacteurs de la Bibliographie : « Les ouvrages publiés […] avant 1830, soit en Belgique, soit à l’étranger. » S’imposerait parallèlement un travail de dépouillement dans les revues et dans les quotidiens. Nous avons également restreint l’analyse aux poésies en français, qu’elles soient originales, traduites ou rééditées, les textes en flamand ayant déjà fait l’objet de bibliographies systématiques12. Bien entendu, si l’on disposait d’un répertoire cohérent « belge », nous pourrions en de meilleures conditions aborder le domaine longtemps négligé des échanges intralittéraires belges.

  • 13 Charlier (Gustave), Le Mouvement romantique en Belgique. Bruxelles, Palais des Académies, 1948-1959 (...)

13Enfin, il faudrait déterminer, si la chose était possible, les pratiques lectoriales en Belgique, non seulement à partir des livres qui s’y trouvent imprimés, mais également (avant la contrefaçon) à partir de l’importation (surtout de textes originaux français ou de traductions françaises imprimées à Paris). Les témoignages parus dans la presse et recensés par Gustave Charlier (1948-1959)13 montrent assez le magistère durable exercé par les références françaises.

  • 14 Rappelons que ce répertoire ne couvre que les recueils en français, non ceux en néerlandais ou en d (...)

14Les grandes lignes du répertoire14 se présentent comme suit : (1) Il se publie moins de dix recueils annuels entre 1815 et 1830. (2) Les genres classiques (poèmes, satires, fables, odes, épîtres, poésies fugitives) dominent les recueils endogènes et traduits. (3) Avant 1830, on enregistre une assez forte proportion de traductions du latin et du hollandais (après 1830, ces dernières langues seront dans une certaine mesure relayées par le flamand). (4) 1830 marque un léger tournant thématique et générique, qui se traduit notamment par la popularité croissante des odes et des épîtres, et par des références plus nettes à l’actualité politique.

Premières balises : une poésie mimétique ?

15Au cours de la période hollandaise, la poésie demeure fortement attachée aux conventions littéraires héritées des générations précédentes. Ce rapport est forcément mimétique à une époque où la littérature ne peut guère se concevoir indépendamment du support constitué par la langue : toute littérature en langue française est française, appartient au patrimoine littéraire français, conformément à la tradition de l’Europe française des Lumières prolongée et affermie par la Révolution française.

  • 15 Ainsi cette note des Belges (1810), poème de Lesbroussart : « […] un Belge ne doit qu’avec beaucoup (...)

16Cette relation de dépendance se manifeste de manière assez nette au sein des genres mineurs canoniques : poésies de circonstance, épîtres, etc. Les poètes pratiquent peu les grands genres, l’épopée et le poème, plus exigeants du point de vue du sujet (et de la forme15) :

  • 16 Clavareau (Antoine), Les Harmonies de la nature, poème en cinq chants, suivi de l’Amour de la patri (...)

Je n’offre pas au lecteur un sujet neuf ; mais un sujet varié, infini, et qui, pareil au champ de la fable, laisse toujours, aux derniers venus, quelque chose à glaner. Plusieurs écrivains l’ont traité, et en diverses langues ; leurs idées se retrouveront quelquefois sous ma plume : j’ai tâché de les orner des charmes de la poésie16.

  • 17 Angenot (Thomas), Amusements poétiques ou recueil de pièces de poésie amusantes sur divers sujets. (...)

17En contrepartie, la zone non canonique peuplée d’almanachs, de chansons populaires et dialectales, semble échapper davantage aux contraintes mimétiques, en accentuant en particulier d’autres fonctions littéraires. Ainsi, Thomas Angenot s’excuse auprès de ses lecteurs d’avoir introduit dans ses pièces en style badin « quelques mots wallons, non que je ne fusse capable de les énoncer en français, mais parce qu’ils m’ont paru plus propres à divertir »17. Soit la première strophe d’une « Ode à la gloire de la perruque » :

Muse, alerte, reprends ta lyre,
Écoute la voix d’Apollon,
Chante les refrains qu’il t’inspire,
Moitié français, moitié wallon,
Surtout ici pas de finesse,
Encor moins de délicatesse ;
Que la rime coule au hasard.
Point de ruse, point d’artifice ;
Pourvu que l’on se divertisse,
Moquons-nous du tiers et du quart.

18Une nuance significative est apportée par la référence hollandaise, qui est mise en scène de telle manière qu’elle se trouve acclimatée au sein des structures génériques convenues. Il s’agit notamment de traductions libres de poésies hollandaises (Antoine Clavareau, Louis Raoul), et de narrations en vers, voire de poèmes épiques, qui exaltent les faits et gestes des grands hommes du passé hollandais et belge (Clavareau, Philippe Lesbroussart). À part le désir de fournir un contrepoids national à la France, on n’y repère nulle intention de modifier les codes solidement établis du genre :

  • 18 Frémolle (François), Inspiration sur les fastes belge. Ode nationale, dédiée aux Belges. Bruxelles, (...)

Des rives de l’Amstel, de l’Escaut, de la Dyle,
Les enfants pénétrés me chargent de leurs vœux :
Jouissant, sage Roi ! du fruit d’un sort tranquille,
Ils lèvent de leurs bords un front pur, radieux !
Achevant tes travaux, puisse ton existence,
Offrir à la patrie une autre Providence !18

19Ce n’est réellement qu’à l’approche et surtout à partir de 1830 que la poésie cherche à penser son rapport à l’histoire. Or, de quels modèles dispose-t-elle pour dire ce rapport ? On peut estimer que les odes hugoliennes, le genre élégiaque de Millevoye, les poèmes épiques modernes (sur le modèle des Messéniennes de Delavigne), ainsi que la chanson selon Béranger offrent des ressources expressives importantes, en même temps qu’elles proposent un type d’articulation de la poésie belge avec ses nouvelles situations d’énonciation, celle du poète national, par exemple, ou celle du poète exilé (d’auteurs français, après 1830 d’auteurs hollandais). Ou encore celle du poète républicain marqué par la nostalgie de l’épopée napoléonienne, ainsi que l’atteste l’ode suivante d’Adolphe Mathieu :

  • 19 La France et la Belgique. 1830-1831. Mons, Typographie de Hoyois-Derely, [1831], p. 35.

Eh bien, malgré la ruse oblique,
Malgré d’impuissantes clameurs,
Prouvons-leur que la république
Ne répugne point à nos mœurs.
Soyons Nous ! C’est en vain que gronde
La tempête qui sur le monde
Menace encore de retentir,
Soyons Nous ! des coups de l’orage
Nos vertus et notre courage
Suffiront pour nous garantir.
Surtout restons unis ! – De nos haines civiles
Calmons les levains insensés19.

  • 20 Voir notamment l’œuvre poétique d’André Van Hasselt : D’hulst (Lieven), « Erlkönig en Belgique : un (...)

20Parallèlement, on voit apparaître des tentatives pour étendre le répertoire des topoï et des formes de la poésie, par l’investissement de genres en vogue (ballades et romances), par l’imitation de poésies étrangères, ou encore par l’ouverture à d’autres arts, tels que la musique20.

Perspectives futures : comment décrire une littérature « émergente » ?

21Plusieurs lignes d’évolution semblent ainsi se conjuguer au sein de la poésie belge des années 1815-1830, sans que l’on soit déjà en mesure de dégager les relations structurales entre la poésie endogène, les littératures voisines traduites ou importées en langue originale (néerlandaise ou française) ou le contexte idéologique environnant. Voici quelques orientations de recherche récentes, qui dépassent au demeurant, en amont comme en aval, la période hollandaise :

– étude de la « structuration » du champ littéraire : formation de groupes d’écrivains et de critiques, création de revues ; émergence de la notion d’écrivain ; partage de niveaux littéraires doués de fonctions littéraires (didactiques, idéologiques, esthétiques), de zones géolittéraires (Nord/Sud, villes littéraires ayant des maisons d’édition, des académies, etc. : Mons, Liège, Bruxelles, Anvers, etc.) ;

  • 21 Vermote (Lobke), L’Enseignement de la littérature en Belgique au xixe siècle : une analyse des manu (...)

– étude des structures de transmission culturelle, notamment celles qui relèvent de l’enseignement21 et des sociétés littéraires ;

  • 22 Van Eenoo (Evy), Les Femmes poètes en Belgique au xixe siècle : une voix lyrique en sourdine ? Leuv (...)
  • 23 Draulans (Sophie), La Chanson populaire en Belgique au xixe siècle : balises pour une étude thémati (...)

–étude du répertoire de la poésie : mise en place d’une poésie endogène de type périphérique véhiculant des topoï, formes et genres particuliers, en partie hérités de modèles français d’une période légèrement antérieure ; naissance d’une poésie féminine, à son tour mimétique22 ; échanges et tensions entre la chanson populaire et la chanson littéraire23 ;

  • 24 Swiggers (Pierre). « L’antagonisme linguistique en Belgique 1830-1850 : tensions et conflits politi (...)

– étude de la régulation des rapports de la littérature avec le discours social. La prégnance nationale devenant plus forte après 1830, on peut penser aussi que la littérature perd une part de son autonomie à mesure qu’elle s’assujettit au discours national – avant de la reconquérir tard dans le siècle. Une place importante doit être réservée aux relations entre tensions intralinguistiques et intralittéraires24 ;

  • 25 D’hulst (Lieven), « Traduire la poésie entre 1830 et 1880 : quelques observations liminaires », dan (...)

– étude des relations intralittéraires belges, et notamment celles qui passent par la traduction25, et des relations interlittéraires entre la Belgique, la Hollande et la France ;

  • 26 Tollebeek (Jo), Verschaffel (Tom), « Group Portraits with National Heroes. The Pantheon as Historic (...)

– étude des relations entre la littérature et d’autres productions culturelles, telles que l’histoire26, les arts, la religion, etc.

22De manière plus générale, force est de s’interroger sur les méthodes appropriées pour étudier la littérature belge en tant que littérature « émergente », d’autant que l’intérêt d’une telle approche n’est pas seulement historique mais également théorique : comme toute littérature francophone, la littérature belge invite à repenser la notion de littérature, tant les nombreux critères qu’elle appelle à la rescousse pour se donner une définition sont au cœur de la définition même de toute littérature. Ainsi, R. Fayolle, pour qui il s’agit de :

  • 27 Cité dans Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire : essai pour une théorie. Paris, L’Harmatt (...)

[…] littératures dont l’apparition, l’histoire, les transformations successives représentent, comme dans une expérience de laboratoire, le fonctionnement du phénomène littéraire. [Cette étude] offre donc d’abord un grand intérêt historique et scientifique car elle permet de mieux saisir les relations des phénomènes littéraires avec leur contexte socioculturel et de percevoir aussi quelles peuvent être les « lois » ou, du moins, les orientations et les étapes du développement de la littérature vers une plus grande autonomie27.

23En d’autres termes, c’est assigner à l’étude de la littérature belge une fonction critique ou même épistémologique, au sens où celle-ci nous pousserait constamment à penser ou à repenser les structures fondatrices de la littérature.

Haut de page

Annexe

Répertoire des recueils (1815-1830)28

Alvin (François), Épître à Monsieur V. G. (van Gobbelschroy). Bruxelles, 1821.

Angenot (Thomas), Amusements poétiques ou recueil de pièces de poésie amusantes sur divers sujets. Verviers, Loxhay, 1815.

Bergeron (Pierre), L’Heure du supplice ou les remords du crime, scène tragi-lyrique, en vers. Bruges, 1819.

Bergeron (Pierre), Sur la révolution belge, poème. Bruxelles, 1830.

Carmoly (Eliacin), Ode en l’honneur de S.M. Louis-Philippe Ier, roi des Français, à son avènement au trône. Metz, Wittersheim, 1830.

Caroli (Jean-Baptiste), Chant belge. Hymne patriotique. Fragment d’un poème inédit. Bruxelles, 1830.

Clavareau (Antoine), La Mort du comte d’Egmont, poème. Mons, Leroux, 1821.

Clavareau (Antoine), Poésies. Gand, Houdin, 1821.

Clavareau (Antoine), La Fiancée d’Abydos, poème en deux chants, avec notes; imité de Lord Byron. Gand, Houdin, 1823.

Clavareau (Antoine), Soupir vers l’Italie, poème imité du hollandais. Gand, Impr. J.-N. Houdin, 1824.

Clavareau (Antoine), Études poétiques, imitées de divers auteurs hollandais. Gand, De Busscher, 1824.

Clavareau (Antoine), La Nation hollandaise, poème en six chants, avec des notes, traduit de Helmers, d’après la sixième édition. Bruxelles, De Mat, 1825.

Clavareau (Antoine), Les Harmonies de la nature, poème en cinq chants, suivi de l’Amour de la patrie, poème. Bruxelles, Galand et Lejeune, 1826.

Clavareau (Antoine), Le Tombeau, poème en quatre chants de Rhynvis Feith, traduit en vers français. Bruxelles, Galand, 1827.

Clavareau (Antoine), Les Bataves à la Nouvelle-Zemble, poème en deux chants, traduit de Tollens, suivi de poésies diverses de Tollens, de Bilderdijk et du traducteur. Bruxelles, H. Tarlier, 1828.

Clavareau (Antoine), Le Tombeau, poème en iv chants, traduit de Feith. Deuxième édition. Suivi de l’Espérance de se revoir, poème en ii chants, traduit de De Kruyff et d’une traduction de quelques poésies de Feith. Amsterdam, Diederichs frères, 1829.

Clavareau (Antoine), Les Bataves à la Nouvelle-Zemble, poème en deux chants, traduit de Tollens, suivi de poésies diverses de Tollens, de Bilderdijk et du traducteur. Nouvelle édition. Amsterdam, Diederichs, 1829.

Clavareau (Antoine), La Fiancée d’Abydos, poème en deux chants, et les Bataves à la Nouvelle-Zemble, poème en deux chants, 2e édition. Bruxelles, Voglet, 1829.

Collectif, Recueil de chants patriotiques belges composés pour célébrer le règne de la liberté. 4e partie, Bruxelles, J.-A. Lelong, 1830.

Colson (F.-J. Henri), Traduction interlinéaire de l’Art poétique d’Horace. Liège, Collardin, 1826.

de Frenne (Joseph), Quelques essais poétiques d’un Belge. Bruxelles, Dumont, 1829.

de Reiffenberg (Frédéric-Auguste), La Victoire, l’hymen et la naissance, dithyrambe dédié à S.A.R. le prince héréditaire d’Orange, par F.-A. de Reiffenberg, ier lieutenant au bataillon d’infanterie de ligne n˚ 1. Bruxelles, De Mat, 1817.

de Reiffenberg (Frédéric-Auguste), La Lune incendiaire, poème héroïcomique du père Meyère. Bruxelles, Weissenbruch, 1819.

de Reiffenberg (Frédéric-Auguste), Épître à M. Arnault. 1821.

de Reiffenberg (Frédéric-Auguste), Le Champ-Frédéric, poème. Bruxelles, Hayez, 1823.

de Reiffenberg (Frédéric-Auguste), Poésies diverses, suivies d’épîtres et de discours en vers. Paris, Dondey-Dupré, 1825.

de Stassart (Goswin), Fables. Paris, Fain, 1818.

de Stassart (Goswin), Fables, 2e édition. Bruxelles, Wahlen, 1818.

de Stassart (Goswin), Fables, 3e édition. Paris, Didot, 1819.

de Stassart (Goswin), Épître à M. Arnault, 4e édition. Gand, 1821.

de Stassart (Goswin), Épître à M. Arnault, 5e édition. Bruxelles, Lacrosse, 1823.

de Wolff (Léopold), Poésies diverses, Ypres, Gambart-Dujardin, 1820.

Delepierre (Joseph), Heures de loisir, essais poétiques. Gand-Mons, Leroux, 1829.

Delmotte (Henri-Florent), Le Réveil. Dithyrambe de 103 vers sur la révolution de septembre, par un Belge. Mons, Hoyois-Derely, 1830.

Duvivier (Charles), Penser et oublier, 2e édition. Bruxelles, Kiessling.

Duvivier (Charles), Nouveau recueil de cantiques à l’usage des écoles et des paroisses. Liège, Ve Duvirier, 1827.

Duvivier (Charles), Recueil de cantiques notés en plain-chant, avec les cantiques de la mission. Méthode pour apprendre et enseigner le plain-chant. Choix de motets mis en plain-chant. Liège, Lemarié, 1830.

Frémolle (François), Les Loisirs d’un artisan, mélanges en vers et en prose. Bruxelles, Hublou, 1823.

Frémolle (François), Inspiration sur les fastes belge. Ode nationale, dédiée aux Belges. Bruxelles, Beugnies, 1827.

Frémolle (François), Portrait de Guillaume ier, ou la Belgique régénérée, ode. Bruxelles, Librairie belge, 1828.

Frémolle (François), La Belgique. Hommage déposé au pied de son autel. Ode dédiée au Congrès national. Bruxelles, Berthot, 1830.

Froment (Charles), Ode sur la mort du comte Regnault de St-Jean-d’Angely. Précédée du discours prononcé à ses funérailles par A. Jouy, de l’Académie française. Bruxelles, Bols-Wittouck, 1819.

Froment (Charles), Poésies. Bruxelles, Galaud, 1826.

Giron (Auguste), Le Siège de Corinthe, traduit librement de l’anglais de lord Byron. Bruxelles, Weissenbruch, 1827.

Lebègue (Alphonse), Poésies patriotiques. Les trois journées, etc. Paris, Impr. Lebègue, 1830.

Lesbroussart (Philippe), Poésies. Bruxelles, Impr. P.-M. De Vroom, 1827.

Mathieu (Adolphe), Le Lumçon, chant lyrique, pindarique et dithyrambique, dédié aux riverains de la Trouille; par un élève de l’école moderne. Mons, Impr. Hoyois-Dercly, 1825.

Mathieu (Adolphe), Les Flatteurs, dithyrambe, dédié à un jeune prince. Bruxelles, Mons, Impr. N.-J. Capront, 1825.

Mathieu (Adolphe), Fragment d’un poëme sur la régénération de la nation hellénique. Mons, Impr. A. Piérart, 1826.

Mathieu (Adolphe), Chant de la garde communale belgique, paroles de A. Mathieu, musique de J.-B. Stevens. 1828, Mons, Typ. Hoyois-Derely, 1829.

Mathieu (Adolphe), Poésies fugitives. Mons, Hoyois-Derely, 1830.

Raingo (Germain), Chrestomathie hollandaise. Recueil de morceaux en prose et en vers extraits des meilleurs auteurs et contenant des leçons de morale et de littérature à l’usage de la jeunesse. Mons, Hoyois-Derely, 1829.

Raoul (Louis), Satires de Perse, traduites en vers français. 2e édition (sans texte), 1815.

Raoul (Louis), Ode à Son Altesse Royale le Prince d’Orange, sur la naissance de son fils, duc de Brabant, Tournay, Impr. D. Casterman, 1817.

Raoul (Louis), Ode à Son Altesse Royale le Prince d’Orange, sur la naissance de son auguste fils, Tournay, Impr. D. Casterman, 1817.

Raoul (Louis), Satires d’Horace, traduites en vers français. Gand, 1818.

Raoul (Louis), Ode à Son Altesse Royale le Prince d’Orange, sur la naissance de son auguste fils. Tournay, Casterman père, 1818.

Raoul (Louis), Satires d’Horace, traduites en vers français. 3e édition, 1819.

Raoul (Louis), Les Poètes anglais et les auteurs de l’Edinburg Review, satire, traduite de l’anglais de lord Byron. Gand, Impr. A.-J. Bounin, 1821.

Raoul (Louis), Œuvres diverses. Tome deuxième. Poésies. Bruges, Impr. Bogaert-Dumortier, 1826.

Raoul (Louis), Œuvres diverses. Tome premier (faux titre). Satires de Juvénal, traduites en vers français. 4e édition. Bruges, Impr. Bogaert-Dumortier, 1826.

Raoul (Louis), Œuvres diverses. Tome troisième. Poésies, tome deuxième, Bruges, Impr. Bogaert-Dumortier, 1827.

Raoul (Louis), Leçons de littérature hollandaise, traduites en français. Bruxelles, Tarlier, 1828.

Raoul (Louis), Satires d’Horace et de Perse, traduites en vers français, 2e édition. Bruges, Impr. Bogaert-Dumortier, 1829.

Raoul (Louis), Satires d’Horace et de Perse, traduites en vers français, 2e édition. Gand, Vanryckegem, 1830.

Remacle (Jean), Chansons. Liège, Jeunehomme frères, 1830.

Reveil (Aug.-Théod.), Réveil (le) de la liberté, ou la grande semaine de Bruxelles, du 25 août au 2 septembre 1830, poëme dédié aux Bruxellois, par A.M., Bruxelles, 1830.

Roland-Marchot (François), Les Grecs. Ode. Mons, Ve Tahon, 1825.

Rouveroy (Frédéric), Fables. Liège, Latour, 1822.

Rouveroy (Frédéric), Fables choisies. Recueil publié, avec l’approbation de M. l’inspecteur en chef dans le Royaume des Pays-Bas, comme livre de lecture à l’usage des écoles des provinces méridionales, contenant 62 fables. Seconde édition, Liège, J.-A. Latour, 1826.

Rouveroy (Frédéric), Fables choisies. Contenant 64 fables, avec figures, 4e édition, Liège, Latour, 1827.

Smits (Eduard), Épître à Sa Sainteté le Pape Pie vii. Bruxelles, Impr. A. Wahlen et Cie, 1821.

Stassart (Hubert), Élégie dédiée à l’amité, sur la mort prématurée de Mlle Ida-Joséphine Arnotte, enfant unique de M. M. Arnotte, bourgmestre et de Mme C.-A. Hennet, décédée à Wegnez, province de Liège, le 1er septembre 1825, à l’âge de 22 ans, par son dévoué cousin. Verviers, 1825.

Thomeret (Anathase), Les Deux Lyres, ou les odes d’Horace et d’Anacréon, traduites en vers. Paris-Mons, Alexandre Mesnier, M.-J. Leroux (typ. Hoyois-Derely), 1830.

Van Langendonck (Marie), Épître aux Belges. Au profit des blessés belges. Anvers, F. Van Langendonck, 1830.

Vautier (Jean-Baptiste), Chants patriotiques et autres publiés à Bruxelles, en 1830, Vervier, Charles, Dichtstukjes van C.-A. Vervier. Eerste deel. – Imitation libre des Poésies de M.C. Vervier, Gend, J.-N. Houdin, 1820.

Würth (Jean-François), Traduction interlinéaire de l’Art poétique d’Horace, par MM. Neujean, Dejaer, Colson, Truillet, Denis et autres. Liège, Impr. Collardin, 1826.

Haut de page

Notes

1 Busekist (Astrid von), La Belgique. Politique des langues et construction de l’État, de 1780 à nos jours. Paris-Bruxelles, Duculot, 1998, p. 41.

2 Voir Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. T. I, Les Racines de la Belgique jusqu’à la Révolution de 1830. Bruxelles, Racine, 2000.

3 D’hulst (Lieven), « Pour une histoire de la poésie belge antérieure à 1880 », dans Herman (Jan), Engels (Steven), Demeulenaere (Alex), éd., Littératures en contact. Mélanges offerts à Vic Nachtergaele. Leuven, Presses universitaires de Louvain, 2003, pp. 15-30.

4 De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., Littératures en Belgique – Literaturen in België. Diversités culturelles et dynamiques littéraires – Culturele diversiteit en literaire dynamiek. Bruxelles, P.I.E.-Peter Lang, 2004.

5 Michaux (Marianne), « La difficile conquête de l’autonomie », dans Berg (Christian) et Halen (Pierre), éd., Littératures belges de langue française. Histoire et perspectives. Bruxelles, Le Cri Édition, 2000, p. 17.

6 Klinkenberg (Jean-Marie), « Introduction. L’analyse institutionnelle de la littérature en Belgique francophone : où en est-on ? », dans Textyles, n˚ 15, 1999, p. 8.

7 Ainsi, la Bibliographie de la Belgique, ou Catalogue général des livres belges, publiée par la librairie allemande et étrangère de C. Muquardt (1838-1863), « principal répertoire » des livres belges, qui comprend aussi les contrefaçons, est « cependant encore extrêmement incomplète » (Dopp (Herman), Catalogue de la contrefaçon belge ou Bibliographie des ouvrages de propriété française réimprimés en Belgique depuis 1815 jusqu’à la mise en vigueur de la Convention littéraire franco-belge de 1852. Bruxelles [s.n., s.d.], p. 12.)

8 Bibliographie Nationale — Dictionnaire des écrivains belges et catalogue de leurs publications, 1830-1880. Bruxelles, P. Weissenbruch, 1886-1910 ; Nendeln, Kraus Reprint, 1974, 4 vol.

9 En l’occurrence, il faudra tenir compte d’une marge de correction, étant donné que l’analyse repose sur les seules entrées bibliographiques, qui ne semblent pas toujours reproduire fidèlement, comme la Bibliographie de la France, par exemple, la couverture ou la page de titre des recueils.

10 « En 1841, sur les 800 titres que comporte le catalogue de Wahlen, il y en a 5 seulement d’auteurs belges. Et sur les 1300 titres du catalogue de Méline, il n’y en a pas un seul. » (Liebrecht (Henri), Le Livre et l’Imprimerie en Belgique de 1800 à 1930. Bruxelles, Musée du livre, 1934, p. 31) Les chiffres concernent tous les genres.

11 L’importance des deux types de publications est peut-être révélatrice du mode d’existence de la poésie en Belgique au xixe siècle. – La Bibliographie de Jean-Marie Culot (1958-1988) procède d’ailleurs de même pour la période qui va de 1881 à 1960 (voir t. iii, p. xi) (Culot (Jean-Marie) et al., Bibliographie des écrivains français de Belgique. Bruxelles, Palais des Académies, 5 vol. parus).

12 Deprez (Ada), Bouwstoffen voor de geschiedenis van de Vlaamse literatuur in de negentiende eeuw : 1. Bibliografie van de Vlaamse literatuur in de negentiende eeuw. Gent, RUG, Cultureel documentatiecentrum, 1981.

13 Charlier (Gustave), Le Mouvement romantique en Belgique. Bruxelles, Palais des Académies, 1948-1959, 2 vol.

14 Rappelons que ce répertoire ne couvre que les recueils en français, non ceux en néerlandais ou en dialecte wallon.

15 Ainsi cette note des Belges (1810), poème de Lesbroussart : « […] un Belge ne doit qu’avec beaucoup de réserve se permettre de donner une nouvelle acception à des mots français. » (cité d’après Lesbroussart (Philippe), Poèmes, épîtres, fables et poésies diverses. Bruxelles, Langlet et Cie, 1837, p. 27)

16 Clavareau (Antoine), Les Harmonies de la nature, poème en cinq chants, suivi de l’Amour de la patrie, poème. Bruxelles, Galand et Lejeune, 1826, p. 6.

17 Angenot (Thomas), Amusements poétiques ou recueil de pièces de poésie amusantes sur divers sujets. Verviers, Loxhay, 1815, p. iii.

18 Frémolle (François), Inspiration sur les fastes belge. Ode nationale, dédiée aux Belges. Bruxelles, Beugnies, 1827.

19 La France et la Belgique. 1830-1831. Mons, Typographie de Hoyois-Derely, [1831], p. 35.

20 Voir notamment l’œuvre poétique d’André Van Hasselt : D’hulst (Lieven), « Erlkönig en Belgique : une traduction intersémiotique par A. Van Hasselt et J.-B. Rongé », Textyles, n˚17-18, 2000, pp. 126-138.

21 Vermote (Lobke), L’Enseignement de la littérature en Belgique au xixe siècle : une analyse des manuels. Leuven, Katholieke Universiteit Leuven, 2004 [mémoire de licence inédit].

22 Van Eenoo (Evy), Les Femmes poètes en Belgique au xixe siècle : une voix lyrique en sourdine ? Leuven, Katholieke Universiteit Leuven, 2004 [mémoire de licence inédit].

23 Draulans (Sophie), La Chanson populaire en Belgique au xixe siècle : balises pour une étude thématique. Leuven, Katholieke Universiteit Leuven, 2004 [mémoire de licence inédit].

24 Swiggers (Pierre). « L’antagonisme linguistique en Belgique 1830-1850 : tensions et conflits politico-linguistiques », dans Kok Escalle (Marie-Christine), Melka (Francine), éd., Changements politiques et statut des langues. Histoire et épistémologie 1780-1945. Amsterdam-Atlanta, Rodopi, 2001, pp. 325-370.

25 D’hulst (Lieven), « Traduire la poésie entre 1830 et 1880 : quelques observations liminaires », dans De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., Littératures en Belgique – Literaturen in België, op. cit., pp. 137-151.

26 Tollebeek (Jo), Verschaffel (Tom), « Group Portraits with National Heroes. The Pantheon as Historical Genre in Nineteenth-Century Belgium », dans National Identities, n˚ 6/2, 2004, pp. 91-106.

27 Cité dans Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire : essai pour une théorie. Paris, L’Harmattan, 1999, p. 11.

28 Source : Bibliographie Nationale. Les recueils non datés n’ont pas été repris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lieven D’Hulst, « La poésie en « Belgique » durant la période hollandaise », Textyles, 28 | 2005, 63-71.

Référence électronique

Lieven D’Hulst, « La poésie en « Belgique » durant la période hollandaise », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 24 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/458 ; DOI : 10.4000/textyles.458

Haut de page

Auteur

Lieven D’Hulst

Katholieke Universiteit Leuven, Campus Kortrijk

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org