Navigation – Plan du site
Varia

Littérature belge et recherche collective

Paul Aron, Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg
p. 90-97

Texte intégral

1Dans les disciplines de sciences humaines, et en particulier en Lettres, la recherche universitaire continue le plus souvent de reposer sur un modèle fortement individualisé, chacun travaillant en quelque sorte pour son propre compte et dans un relatif isolement au sein de l’institution qui l’accueille. Dans plusieurs pays européens, et en Flandre notamment, elle est toutefois de plus en plus souvent collective. Prenant modèle sur les sciences dites « dures », elle est alors menée par des équipes fondées autour d’un projet précis limité dans le temps (même s’il s’inscrit dans un programme à long terme), projet dont les résultats sont susceptibles d’être évalués par des experts indépendants.

2Nous voudrions ici interroger cette évolution, en l’appliquant au cas particulier de l’étude de la littérature belge, et à partir de l’expérience acquise sur ce terrain par les équipes de l’ULB et de l’ULg réunies depuis 2002 au sein du Collectif interuniversitaire d’Étude du Littéraire (CIEL). Avant d’en venir au cœur du sujet, il convient de faire trois remarques préalables pour préciser le cadre dans lequel s’inscrit cette réflexion.

3La première concerne le contexte institutionnel : la recherche collective ici envisagée est la recherche financée ou subventionnée, telle qu’elle conduit à la constitution de projets formalisés aux objectifs clairement définis. Il va de soi que, depuis longtemps, des chercheurs en Lettres ont pu se réunir sur base de préoccupations communes et mener des travaux de grand intérêt sans pour la cause créer des structures administratives vouées à l’obtention de financement ; on peut même poser que la réussite de certains projets collectifs tient parfois au fait que la recherche a pu se mettre à l’abri de ces normes contraignantes et d’une institutionnalisation productrice de lourdeurs (les membres du Groupe µ attribuent volontiers la longévité de leur travail collectif au fait qu’ils ne se sont jamais dotés de structures administratives susceptibles d’être contrôlées par des bailleurs de fonds). Ce qui est donc en cause ici, c’est le lien entre la définition d’un projet collectif de recherche et son financement institutionnel.

4En deuxième lieu, il faut noter que la différence entre recherche individuelle et recherche collective n’est pas nécessairement une différence de nature, mais parfois de degré. En ne considérant par exemple que la question névralgique de l’évaluation, on remarquera à juste titre que les équipes de recherche ne sont pas les seules à être périodiquement évaluées : statutairement, un chercheur du Fonds national de la Recherche scientifique est soumis à des procédures de contrôle et d’appréciation de son travail ; au niveau académique, le système des promotions requiert pareillement un examen des dossiers individuels par des commissions ad hoc. Dans le cas de la recherche collective cependant, ce processus d’évaluation est systématique, et porte sur le projet lui-même, plus que sur les personnes concernées (lesquelles ne peuvent être évaluées correctement qu’en prenant en compte des paramètres beaucoup plus nombreux et divers).

5Enfin, il est vrai que la constitution d’équipes atteignant un certaine « masse critique » et éligibles pour des subventions de recherche conséquentes représente un processus institutionnellement encouragé, et qu’il existe une pression en ce sens de plus en plus sensible à tous les niveaux de décision. Cette évolution suscite inévitablement des sentiments mitigés. Pour une part, il est clair que les protocoles requis par la recherche collective sont davantage normés, voire normatifs : parce qu’ils impliquent la définition d’objets de recherche évaluables par des tiers, ils ne permettent pas toujours la reconnaissance des projets potentiellement les plus novateurs, tout comme ils semblent condamner les recherches menées par ceux qu’on aura tôt fait d’appeler des « francs-tireurs ». Un Roland Barthes ou un Umberto Eco auraient-ils pu être soutenus par de gros laboratoires ? On peut en douter. Plus largement, c’est tout un habitus disciplinaire qui se trouve potentiellement mis en cause : l’obligation de résultat peut apparaître comme une servitude, voire comme un contresens éthique pour le chercheur en Lettres ; la limitation d’un projet dans le temps s’oppose à la maturation dans la longue durée souvent nécessaire à la production de travaux novateurs ; le travail en équipe tend à faire disparaître la relation privilégiée qui unissait le chercheur débutant à un promoteur de thèse souvent perçu comme un maître ; etc.

6Il est de fait qu’une part non négligeable des travaux en sciences humaines ne requiert pas de moyens financiers spectaculaires : la rencontre, souvent féconde, entre une œuvre et son analyste ne demande que du temps, des lectures et la disponibilité nécessaire à la réflexion : de telles pratiques risqueraient de se stériliser en s’inscrivant dans des protocoles de recherche contraignants. Il faut assurément plaider en faveur de canaux de subventionnement permettant le maintien de ce genre de recherche, somme toute peu onéreuse, et dont les résultats ne sont pas à négliger. De même faut-il permettre aux chercheurs d’évoluer souplement, au gré de leurs intérêts, en faisant confiance à ces modalités subjectives mais indispensables qu’on appelle le flair, l’intuition ou le désir. Travaillant sur des objets fluctuants et labiles comme les valeurs littéraires, investiguant du singulier et non pas du général, le chercheur en littérature ne peut être jugé à l’aune de son confrère en physique quantique.

7D’autre part, cependant, les chercheurs en sciences humaines auraient tort d’abandonner le terrain de la recherche collective aux seules équipes issues des sciences dures ou appliquées : il y va de leur capacité à faire reconnaître la nécessité et la valeur des recherches qu’ils mènent, comme à rendre les institutions subventionnantes sensibles aux besoins et critères d’excellence propres à nos disciplines. En refusant de se confronter à cette réalité actuelle de la recherche, les études de Lettres risquent de devenir un « village de Gaulois » qui certes « résiste », mais se prive des moyens de faire valoir ses spécificités. Il faut donc penser que les recherches collectives subventionnées en Lettres ne doivent pas s’opposer aux formes traditionnelles de la recherche, mais qu’elles ont aussi pour fonction de continuer à les faire exister.

8Il faut surtout reconnaître que la concentration de moyens en faveur d’une équipe réunie autour d’un projet concerté engendre une dynamique nouvelle de la recherche. Cet article voudrait montrer que cette dynamique touche autant l’objet même de la recherche que la façon de la mener, et qu’elle a des incidences directes sur le statut des personnes et sur les conceptions qu’elles se font de leur travail. Il s’inspire de l’expérience vécue par les signataires à la tête d’une ARC (Action de Recherche concertée) de la Communauté française réunissant des équipes des universités de Liège et de Bruxelles autour d’un projet sur « L’analyse des réseaux » littéraires (2002-2007). On expliquera ce projet après avoir présenté quelques réflexions générales sur les déterminations nouvelles que le cadre collectif fait peser sur la recherche en littérature en général, et sur celle-ci en particulier. De prochains articles feront état des résultats de la recherche et de ses prolongements possibles.

À nouvelles méthodes, nouveaux objets

9En toute rigueur épistémologique, nous savons que les sciences humaines – comme d’ailleurs aussi les sciences exactes – n’existent qu’en tant qu’elles forment des disciplines qui définissent leurs objets et leurs problématiques. Ni l’histoire, ni la psyché, ni la société ne sont des réalités « naturelles » : elles sont construites par les disciplines qui développent les modèles de leur intelligibilité. Les Lettres, de la même manière, sont diverses et multiples. Si pour l’écrivain, elles sont une pratique, pour l’observateur, elles constituent un champ de savoir qui demande à être cadastré de manière stricte. Il est ainsi possible de les appréhender tantôt comme une manifestation langagière (c’est ce que font le poéticien et le philologue), tantôt comme une production de sens (c’est ce que font le commentateur ou le sémioticien), tantôt encore comme une circulation de biens symboliques et économiques à la fois (c’est ce que font l’historien de l’édition ou le sociologue du champ littéraire).

10Le choix du chercheur est ici totalement libre : aucune approche n’est a priori illégitime, pourvu qu’elle soit cohérente et qu’elle respecte les règles de la pensée scientifique. Mais il faut noter que toutes ces approches ne se prêtent pas de la même manière à une investigation collective. Les orientations textualistes, ou les focalisations sur un auteur ou sur un usage déterminé de la langue seront de préférence servies par un financement individuel de la recherche. À l’inverse, la mise en série des phénomènes et la compréhension idéologique des productions littéraires s’ajustent aux critères d’une recherche collective.

11C’est bien plus qu’un simple problème d’adéquation entre les fins et les moyens que l’on pointe ici : nous postulons que ce sont des différences fondamentales dans les manières de concevoir l’objet « littérature », voire des oppositions radicales entre postures idéologiques.

12Le cadre individuel est celui du face-à-face entre deux solitudes – celle du texte et celle du chercheur – et un tel cadre privilégie des démarches comme celle de l’esthéticien, du critique, du philosophe. En revanche, il hypothèque les travaux historiques fondés sur l’examen de corpus importants de faits, les approches reposant sur des dénombrements ambitieux de phénomènes quantifiables ou les travaux de nature sociologique. De manière plus générale, le cadre individuel interdit la transdisciplinarité (entendue au sens fort), ou la rend malaisée, et empêche le chercheur de contextualiser les pratiques qu’il étudie. On peut donc dire que la recherche individuelle est liée à une idéologie de la littérature, puisqu’elle privilégie une conception individualisante de sa pratique. En revanche, certains thèmes de recherche ne sont aujourd’hui concevables que parce que la perspective collective existe. C’est le cas de toutes les études dans lesquelles la littérature est vue comme un phénomène social, arraché à sa pureté idéale. Y dépasser le stade de la simple hypothèse ou de la spéculation exige des moyens qui ne sont pas ceux d’un individu isolé.

13Au passage, on notera que, si un tel cadre collectif permet la description fine des phénomènes, il autorise aussi l’élaboration de schémas explicatifs dont la pertinence peut être mise à l’épreuve des faits. Ce qui contribue à rapprocher les disciplines littéraires des autres sciences humaines.

Dynamismes nouveaux

14Une telle recherche collective implique la réunion d’un ensemble de chercheurs débutants et confirmés autour d’un projet déterminé. On peut considérer qu’à l’échelle de la Communauté française de Belgique, un groupe d’une dizaine de personnes forme un ensemble suffisant. Il rassemble, par nécessité, des chercheurs relevant directement du projet, et donc financés par lui, et d’autres qui lui sont extérieurs. Parce que leur longévité professionnelle excède les limites d’un projet ponctuel, et qu’ils peuvent dès lors inscrire ce dernier dans la continuité d’une tradition de recherche, ce sont généralement ces derniers qui assument la mission de définir et de lancer le projet, et de le porter pendant le processus de sélection par les instances académiques.

15En s’inscrivant dans ce processus largement inspiré par des traditions étrangères aux sciences humaines (referii internationaux, mesure de facteurs d’impact de la recherche, classements internationaux des publications, etc.), un projet consacré aux Lettres, et singulièrement aux Lettres belges, subit une double contrainte, inédite dans le champ. Il doit être explicite et ses enjeux compréhensibles par des examinateurs dépourvus de culture dans le domaine – mais ceci est également valable dans d’autres disciplines – et, d’autre part, doit être évalué par des experts étrangers, alors que les meilleurs spécialistes du domaine travaillent en Belgique (et pas nécessairement dans des structures académiques) ou qu’ils appartiennent à des réseaux de recherche intimement liés aux structures existant en Belgique. L’examen des publications antérieures des demandeurs permet toutefois d’objectiver sérieusement la pertinence de la demande : il montre qu’elle s’inscrit dans un engagement de recherche à long terme.

16Une première difficulté porte sur l’objet du projet lui-même. Les budgets proposés permettent l’engagement d’un certain nombre de chercheurs et l’acquisition du matériel requis. Il importe donc de définir un cadre qui ait non seulement du sens pour la discipline, mais qui soit également réalisable, et pour cela circonscrit dans le temps et dans l’espace. Comme un strict découpage chronologique est imposé par les formulaires, définissant de six en six mois les objectifs et les résultats partiels, le projet lui-même doit anticiper sur ces contraintes et s’y plier. L’objectivation des étapes impose une révolution copernicienne dans les habitudes des chercheurs en littérature. Elle implique donc aussi de repenser leur objet.

17Les nouveaux paradigmes évoqués plus haut ne sont pas sans intervenir sur la représentation que le chercheur se fait de son objet, mutation renforcée par la manière dont une recherche collective organise les thèses de doctorat qu’elle finance. Au modèle de l’adhésion libre, où un chercheur définit seul son sujet et s’y attelle pendant quatre ans ou plus, la recherche collective oppose un modèle à la fois contraint et imbriqué. Contraint, parce que le doctorant est choisi pour sa capacité à mener à bien le travail qui lui est proposé ; et imbriqué, parce que sa thèse jouxtera inévitablement, par sa méthode autant que par son sujet, les autres thèses soutenues dans le cadre du projet d’ensemble. Le chevauchement des sujets implique un échange d’informations constant, et donc une relation de confiance entre les membres de l’équipe. Il va à l’encontre de l’habitus traditionnel du chercheur en Lettres qui cultivait seul son jardinet, non sans une certaine méfiance à l’égard des concurrents potentiels.

18Le régime des thèses dans un cadre collectif suscite aussi un nouveau regard sur le rythme des recherches et sur la carrière des chercheurs. Au cycle long (parfois très long) que couronnait l’accès au corps professoral de l’université d’avant 1968 a succédé un cycle de plus en plus court (quatre et même souvent trois ans). Les critères d’évaluation ont changé en conséquence. Ils portent désormais autant sur la compétence du chercheur que sur sa capacité à présenter un « monument » censé être définitif sur un sujet. En régime collectif, importe autant l’inflexion personnelle donnée au projet que la capacité du chercheur à faire avancer le travail des autres. Il importe aussi de penser à ce que le chercheur deviendra après la rédaction de sa thèse, tant en termes de reconversion éventuelle (ce qui implique que la thèse ait au moins contribué à lui donner un « plus » professionnel), qu’en termes de prolongements de mandats (postdoctoral par exemple). La cohésion et le dynamisme d’une équipe de recherche tiennent dans une large mesure à la conviction de chacun de ses membres (et spécialement les plus jeunes) d’avoir plus de chances de réussite en travaillant collectivement que seul ; cela requiert, de la part des promoteurs, une vue à moyen terme des parcours possibles pour les chercheurs engagés.

19Financée en première ligne par les universités, par les organismes de politique scientifique ensuite (FNRS et Communauté française), la recherche collective dans le domaine de la littérature patrimoniale implique une réflexion et des choix qui concernent aussi la politique culturelle. Parce qu’elle relève aussi de la promotion publique des lettres (dont les instances directrices constituent une troisième source, modeste, de financement), l’étude de la littérature belge se fait également en des lieux muséaux (Archives et Musée de la Littérature), dans des bibliothèques publiques, dans les services de promotion du livre, dans les villes et provinces de la Communauté française, à l’étranger aussi, dans des centres spécialisés. Pour l’heure, les cloisonnements institutionnels ne permettent pas d’organiser des recherches à l’échelle de tous les acteurs concernés. À terme, et au-delà de ce que Textyles s’efforce de réaliser, il est bien certain qu’il faudra faire évoluer les structures et les rendre d’avantage interactives.

20À ce stade, on peut déjà souligner quelques-uns des aspects positifs associés à cette dynamique de la recherche en équipe. D’abord, on fera remarquer que les résultats d’une recherche collective ne correspondent pas à la simple somme des travaux individuels des membres de l’équipe : le travail en commun à l’intérieur d’un projet coordonné a incontestablement un effet démultiplicateur et il devient possible d’atteindre des objectifs qu’un chercheur isolé ne pourrait pas même concevoir (et qui dépassent parfois les buts initialement fixés) ; à bien des égards, cet avantage compense la pesanteur normative évoquée au début : c’est une inventivité d’un autre type qui se trouve ici à l’œuvre et qui peut se révéler particulièrement exaltante et stimulante. Par ailleurs, on a indiqué précédemment combien le régime des thèses avait changé ces dernières années : réduction drastique du temps qui est alloué à la recherche doctorale et tendance à la spécialisation à outrance afin d’occuper un créneau, limité mais reconnaissable. La recherche collective tend à accuser cette double logique tout en la compensant : d’un côté, en effet, le chercheur engagé dans ce cadre doit produire sa thèse dans un délai fixé et non négociable, son objet lui est imposé par le projet d’ensemble et demande généralement une spécialisation accrue, chaque membre de l’équipe étant voué à prendre en charge une facette spécifique de la recherche ; d’autre part cependant, la mise en commun des résultats, l’interaction constante entre les membres de l’équipe, et donc, plus généralement, la nécessité constante de se comprendre et de discuter les questions abordées, tous ces éléments contrarient heureusement les effets centrifuges de la spécialisation et l’on peut observer chez les chercheurs les plus jeunes une véritable dynamique collective dans la formation à la recherche. Ceci se traduit notamment par une aptitude plus grande à l’interdisciplinarité, à la réflexion méthodologique et à l’identification des enjeux généraux d’une recherche parfois hyper-spécialisée.

Un objet privilégié : l’analyse des réseaux

21Venons-en à présent au projet que nous avons proposé dans le cadre de notre Action de recherche concertée.

22Intitulé Étude critique et historique du patrimoine littéraire francophone en Belgique, Corpus, méthodes et instruments d’analyse, ce projet réunit le Centre d’Études de la Littérature francophone de Belgique (CELIFRAB, ULg) et le Centre d’Histoire de la Littérature belge en langue française (ULB) au sein d’un Collectif Interuniversitaire d’Étude du Littéraire (CIEL). Il a bénéficié aussi du soutien de la Bibliographie des écrivains français de Belgique (Jacques Detemmerman, ARLLF), de Raymond Trousson, du Dictionnaire des œuvres des Lettres françaises de Belgique (éditions De Boeck-Duculot) et des collections des Archives et Musée de la Littérature.

23L’objectif général de ce projet, qui s’inscrit dans le nouveau paradigme décrit plus haut, est l’étude descriptive et explicative de l’Histoire de l’activité littéraire en Belgique francophone, des origines à nos jours. À terme, l’ambition des équipes ici associées est la rédaction d’une Histoire systématique des Lettres belges de langue française.

24Ce projet comporte deux volets principaux.

251˚) Le premier volet consiste dans la définition des fondements théoriques et méthodologiques d’une histoire systématique de l’activité littéraire en Belgique francophone. Par « activité littéraire », il faut entendre ici une approche d’inspiration sociologique, qui refuse de s’en tenir à la seule description interne des œuvres littéraires et des auteurs consacrés, mais envisage l’étude de la vie littéraire dans toute la complexité des relations qu’elle entretient avec l’univers social, qu’il s’agisse des espaces politiques et médiatiques ou des autres champs intellectuels, artistiques et culturels, dont la littérature n’est jamais indépendante.

262˚) Le deuxième volet, parallèle au premier, vise à la constitution d’un ensemble coordonné de bases de données sur l’activité littéraire en Belgique, ensemble qui sera décrit en détail ci-après et qui s’ordonnera autour de trois corpus : base « auteurs », base « œuvres » et base « revues ». Cet ensemble interconnecté de bases doit finalement aboutir à la création d’un Dictionnaire électronique de la vie littéraire en Belgique francophone disponible sur le web. L’un et l’autre volets sont liés à une réflexion globale sur la notion de réseau.

27La notion de réseau se situe au point d’interaction de l’histoire et de la sociologie de la littérature, qui sont les axes de recherches des membres de nos équipes depuis plus de dix ans, voire depuis plus de vingt ans pour les aînés. Elle se décline en plusieurs aspects.

  • 1 Voir : Marneffe (Daphné de) et Denis (Benoît) (éd.), Les Réseaux littéraires. Bruxelles, Le Cri-Tra (...)

28Au plan théorique, la recherche a fait le point sur les concepts mobilisés avec le concours des meilleurs spécialistes internationaux1. Cette réflexion est également destinée à articuler les volets théoriques et documentaires de manière cohérente. Elle se resserrera ensuite vers l’exploitation raisonnée des données antérieurement rassemblées et conduit à l’élaboration de travaux de doctorats.

  • 2 Voir : Klinkenberg (Jean-Marie) (dir.), Textyles, n˚15, L’institution littéraire, Le Cri, 1998.

29De ce point de vue, il convient de noter d’emblée que la discipline de l’histoire littéraire, qu’elle utilise des méthodes éprouvées et devenues classiques (le lansonisme) ou qu’elle bénéficie des apports théoriques les plus récents (la sociologie des champs de Pierre Bourdieu), a été conçue dans le cadre des grands ensembles littéraires nationaux – et en particulier, pour ce qui nous occupe, dans le cadre de la littérature française. À plus d’un titre, les concepts et méthodes ainsi élaborés s’appliquent mal aux corpus littéraires francophones, parmi lesquels le belge. En effet, la littérature française est un ensemble littéraire ancien, dont l’unité repose sur une tradition historiquement établie, et qui est, depuis le xviie siècle au moins, fortement institutionnalisé. Rien de semblable n’existe en Belgique : l’activité littéraire s’y déploie selon des modalités beaucoup plus floues et variables, parce que, précisément, cet ensemble littéraire présente un degré d’institutionnalisation relativement faible (plus faible qu’au Québec, mais moins faible qu’en Suisse romande et dans les littératures subsahariennes)2. Il en résulte que les grands schèmes d’organisation de la production littéraire française (autonomie de la sphère littéraire par rapport au pouvoir ; division en genres, en écoles, etc.) échouent souvent à rendre compte de la façon dont se structure la littérature en Belgique.

30Il convient donc d’adapter les modèles descriptifs et explicatifs actuellement disponibles au corpus des Lettres belges de langue française. Pour cette raison, les équipes associées dans le présent projet développent et exploitent une notion neuve dans le domaine de l’histoire littéraire : celle de réseau. Il s’agit à la fois de mener sur ce point une réflexion théorique approfondie, s’inspirant des acquis de l’histoire culturelle et de la sociologie de la littérature, et, parallèlement, de tester la validité du modèle ainsi constitué, à travers plusieurs recherches doctorales portant sur certains segments de l’activité littéraire en Belgique (voir ci-dessous).

31Schématiquement définie, la notion de réseau désigne l’ensemble complexe des relations qui s’établissent, au sein d’un espace culturel et social donné, entre divers acteurs, groupes ou institutions, relations qui assurent en outre l’unité et la cohérence de cet espace. De la sorte, la notion de réseau apparaît comme un outil d’analyse qui autorise une description à la fois souple, rigoureuse et totalisante de la manière dont un ensemble littéraire s’organise et se structure, aussi bien dans la multiplicité de ses relations internes (la vie littéraire au sens strict) que dans son rapport à d’autres secteurs d’activités (les autres arts, les sphères intellectuelle ou médiatique, les divisions socio-politiques, etc.).

  • 3 Ainsi que le font par exemple nos collègues du CrELIQ : Lemire (Maurice) (dir.), Dictionnaire des œ (...)

32Dans le cadre de ce volet de la recherche, l’équipe s’est fixé trois objectifs complémentaires3.

331˚) Élaborer le cadre théorique de la recherche, en soumettant la notion de réseau à une formalisation serrée, dans une perspective empruntée aux approches socio-historiques du fait littéraire. Cette dimension théorique de la recherche a été assumée par l’ensemble des équipes et a fait l’objet d’un colloque.

342˚) À partir de la notion de réseau et des outils d’analyse qu’elle permet de mettre au point, exploiter les bases de données constituées dans le cadre du 2e volet de ce projet. Concrètement, ces deux dimensions du travail sont étroitement articulées l’une à l’autre, la notion de réseau ne pouvant valablement être utilisée qu’appliquée à un corpus de données important et structuré. L’important travail d’encodage qui est consenti ici s’est d’ailleurs accompagné d’une constante réflexion méthodologique sur la structure des bases, destinée à optimiser leur présentation. Ces bases doivent en effet répondre à des objectifs apparemment contradictoires : d’un côté être aisément encodables et consultables, et de l’autre reposer sur un maillage très fin de critères et de catégories, rentabilisant intellectuellement ces consultations.

353˚) Appliquer le cadre théorique de la recherche à un certain nombre de segments représentatifs de l’activité littéraire en Belgique. Si elle se présente parfois sous la forme d’articles ponctuels, cette application se fait principalement dans le cadre de thèses de doctorat – dont certaines sont en voie d’achèvement –, ou de travaux post-doctoraux. Les travaux de ce type portent sur les quatre problématiques qui suivent, toutes orientées par l’axe principal de la recherche collective :

- les réseaux de formes et d’esthétiques : travail postodoctoral sur le processus d’adhésion, à la fois comme adhésion d’un individu ou d’un groupe à une organisation et comme forme d’accord avec ce qui est proposé dans une production culturelle ;

- les réseaux et les sociabilités au sein du personnel de la vie littéraire (structures institutionnelles, écrivains, critiques, éditeurs) : thèse sur les historiographies littéraires francophones, décrivant le fonctionnement socio-discursif de cette gamme particulière de textes et les conditions d’existence sociale des historiographes ; thèse sur la formation et le fonctionnement des revues modernistes et d’avant-garde et les réseaux de sociabilité qu’elles constituent au début des années vingt ; thèse sur les trajectoires sociales prototypiques et les configurations de sociabilité qui structurent le champ littéraire belge de l’entre-deux-guerres, utilisant des méthodes sociostatistiques (analyse factorielle des correspondances, étude de la structure des relations interpersonnelles au sein du personnel littéraire) ; thèse sur les réseaux éditoriaux dans la période de guerre (étude du personnel et stratégies de survie dans un contexte sur-idéologisé) ; thèse sur la carrière des femmes écrivains, décrivant l’émergence d’une catégorie particulière d’auteurs soumise à une double contrainte sociétale ;

- les réseaux interartistiques (arts plastiques, arts du spectacle, cinéma) : travail postodoctoral sur l’analyse institutionnelle du théâtre contemporain, éclairant sous un angle inédit les luttes pour le capital symbolique et les prises de position esthétiques ; travail postdoctoral sur le théâtre du Parc à Bruxelles, analyse institutionnelle de la rencontre entre les structures municipales, la constitution d’un public et un répertoire de spectacles et de formes théâtrales ;

- les réseaux littéraires-politiques : thèse sur la restructuration du champ littéraire belge francophone aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale.

36Le second volet de notre projet consiste, on l’a dit, en la mise sur pied d’un ensemble coordonné de bases de données sur l’activité littéraire en Belgique.

37L’urgence de cette mise sur pied est réelle. Même s’il n’est pas malaisé de regrouper les auteurs d’histoires de la littérature belge de langue française en familles de pensée, force est de constater que cette histoire s’est écrite au gré d’initiatives éparses. Elle n’a jamais pu bénéficier d’une organisation de fonds documentaires concertée et rationnelle, associant plusieurs institutions universitaires. Cette réalité historique a créé de grandes disparités dans la documentation disponible, en particulier en ce qui concerne les références bibliographiques, qui sont la base de toute approche scientifique du domaine. Le travail entrepris a donc tout naturellement consisté en une actualisation et une harmonisation des corpus de données existant sous des formes anciennes (format papier ou fiches).

38Mais l’originalité du projet tient précisément à ce que cette mise à jour ne consiste pas en un simple transfert des données sur des supports mieux ajustés à la recherche contemporaine. Le travail en cours vise en effet à articuler trois types de données : 1˚) un dictionnaire électronique des auteurs, réalisé sur un canevas scientifique moderne, qui présente des données de type biographique et sociologique en mettant en particulier l’accent sur les effets de réseau, 2˚) un dictionnaire électronique des œuvres qui existe pour partie, mais qu’il faut d’une part actualiser, et d’autre part surtout indexer de manière systématique, et 3˚) des bases documentaires (bibliographie, sources, archives, etc.) qu’il faut identifier et numériser (revues, fichiers divers, etc.). Une quatrième base croise ces ensembles de données sur l’objet précis qu’est le théâtre (celui-ci étant en effet un objet composite : spectacle visuel et rite social autant qu’œuvre littéraire). L’intérêt du projet tient donc principalement dans la nature de la mise en réseaux des données, à la critérisation analytique préalable à leur transfert mécanique. C’est pourquoi le volet documentaire est directement commandé par l’avancée du volet recherche.

39À la différence des instruments actuellement disponibles sur support papier, ces bases de données existeront uniquement sous forme électronique, ce qui garantira leur pérennité tout en permettant une mise à jour constante des informations. Cette forme garantit aussi la communicabilité de ces informations : l’outil ainsi constitué et mis à la disposition de la communauté scientifique fera autorité dans le domaine.

40Ce projet ne se signale pas seulement par son ampleur et son caractère novateur. Il a aussi une dimension citoyenne dans la mesure où il vise à mieux faire connaître le patrimoine culturel de la Communauté française de Belgique. Tant de ce point de vue que du point scientifique, il vient à son heure. En France, depuis une vingtaine d’années, des équipes importantes ont été financées pour répertorier et analyser de façon systématique et scientifique le patrimoine littéraire français. La Suisse a réalisé une première Histoire littéraire de la Suisse romande. Le Québec a, pour sa part, réalisé d’impressionnantes synthèses de la Vie littéraire (CrELIQ, Université Laval) et du patrimoine des xixe et xxe siècles, ainsi qu’un dictionnaire des œuvres que son caractère exhaustif rend unique au monde. Ces convergences spectaculaires résultent sans aucun doute du renouvellement qu’ont connu partout les études littéraires : il ne s’agit plus seulement d’étudier les grandes œuvres en vue de les aligner chronologiquement dans les histoires de la littérature, mais bien de prendre en compte le fait littéraire dans sa globalité et en tenant compte de son inscription sociale ; il s’agit en somme de restituer le contexte de la production littéraire (vie littéraire, rôle des institutions, éléments historiques déterminants, modèles formels disponibles, stratégies d’écriture, etc.) comme celui de sa réception à différentes époques (mécanismes de reconnaissance, horizons d’attente, etc.). Par ce projet, nous entendons donc combler notre retard sur nos homologues français, suisses et québécois, tout en choisissant un support technologique – l’informatique – qui, mieux que le support traditionnel du livre, assurera la pérennité de nos recherches, leur conservera longtemps leur adaptabilité et leur garantira une large divulgation dans la communauté scientifique.

Haut de page

Notes

1 Voir : Marneffe (Daphné de) et Denis (Benoît) (éd.), Les Réseaux littéraires. Bruxelles, Le Cri-Travaux du CIEL, sous presse (2006).

2 Voir : Klinkenberg (Jean-Marie) (dir.), Textyles, n˚15, L’institution littéraire, Le Cri, 1998.

3 Ainsi que le font par exemple nos collègues du CrELIQ : Lemire (Maurice) (dir.), Dictionnaire des œuvres littéraires du Québec. Montréal, Fides, 1980 et suiv.— Lemire (Maurice) et Saint-Jacques (Denis)(dir.), La Vie littéraire au Québec. Québec, Presses de l’Université Laval, 1991 et suiv.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, « Littérature belge et recherche collective », Textyles, 29 | 2006, 90-97.

Référence électronique

Paul Aron, Benoît Denis et Jean-Marie Klinkenberg, « Littérature belge et recherche collective », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/455 ; DOI : 10.4000/textyles.455

Haut de page

Auteurs

Paul Aron

Articles du même auteur

Benoît Denis

Articles du même auteur

Jean-Marie Klinkenberg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org