Navigation – Plan du site
Varia

Le théâtre de René Kalisky est-il si sérieux ?

Serge Goriely
p. 84-89

Texte intégral

  • 1 À titre d’exemple, voici comment Marc Quaghebeur résume l’objectif théâtral de Kalisky : « Immerger (...)

1Le théâtre de René Kalisky porte principalement sur l’horreur et les effets dévastateurs de la Shoah, la ruine des idéologies, le caractère ambigu des totalitarismes du xxe siècle. De manière générale, il met en scène la fatalité de l’histoire. Les quelques (trop) rares chercheurs qui l’ont étudié, dont Marc Quaghebeur1 en premier lieu, ont souligné avec justesse sa dimension tragique.

2Or, une idée reçue voudrait qu’une conception tragique est sérieuse et comme telle peu propice au jeu, qu’on entende par là une expression d’humour, de comique, d’ironie ou de parodie. C’est une idée évidemment fausse. Les plus grands auteurs ont prouvé que les pleurs ou l’effroi, la conscience d’un destin ou d’une absence de destin n’excluaient pas a priori le rire – ou à tout le moins le sourire. Pensons au fou du Roi Lear, à Vladimir et Estragon, à l’umorismo de Pirandello ou encore aux multiples bouffons de Ghelderode.

3À notre sens, il en va de même pour le théâtre Kalisky : au-delà des apparences, celui-ci est aussi et sous de multiples formes ludique.

Jim le téméraire, à la fois tragédie et comédie

  • 2 Kalisky(René), Jim le téméraire. Paris, Gallimard, coll. Le Manteau d’Arlequin, 1972.
  • 3 Kalisky(René), Aïda vaincue, dans Cahiers du Rideau, n˚13, mai 1982, pp. 13-79.
  • 4 Kalisky(René), Le Tiercé de Jack. Mise en scène de Berckmans (Jean-Pierre). Bruxelles, RTBF, 1975.

4Partons d’une œuvre majeure de Kalisky, Jim le téméraire2, à la structure relativement simple. Un quart de siècle après la fin de la guerre, Jim, un Juif rescapé de la Shoah, vit toujours à l’heure des persécutions nazies (même s’il n’a pas connu les camps). Dans ses hallucinations, il rencontre Hitler et sa clique, rejoue avec eux l’histoire du nazisme. Il est « téméraire » non seulement parce qu’il fraie avec ce triste monde, mais aussi parce qu’il éprouve en plus de la peur une admiration sincère pour le Führer. Ce qui s’explique peut-être par sa condition de paria. Il est colleur d’imperméables, à quarante ans vit toujours chez sa mère et parle d’une voix immature. On le retrouve sous le nom de Jack dans une autre pièce de Kalisky, Aïda vaincue3, et dans le scénario du téléfilm Le Tiercé de Jack4.

  • 5 Lettre de René Kalisky à Jacques Lemarchand, 17 octobre 1970, disponible aux AML.

5La pièce se révèle a priori très sérieuse puisqu’elle traite de la fascination maladive d’une victime pour son bourreau. Elle l’est sans doute, mais ne comporte-t-elle pas également une grande part d’ironie ? Après tout, Kalisky ne nous a-t-il pas prévenu que Jim le téméraire tenait « à la fois de la tragédie et de la comédie »5 ?

  • 6 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 34.
  • 7 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 80.
  • 8 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 76.
  • 9 Lanz von Liebenfells (1874-1954) était un idéologue du nazisme. Dans la pièce, son nom est orthogra (...)
  • 10 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 34.
  • 11 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 116.

6De fait, à un premier niveau, on peut constater que les personnages en tant qu’utilisateurs de langage se livrent à une ironie verbale : ils se moquent les uns des autres. La première victime en est évidemment Jim lui-même qui se voit harcelé, houspillé par les hauts dignitaires nazis : Morell, le médecin d’Hitler, voit en lui un « impuissant de la catégorie des onanistes et des refoulés »6, alors que Himmler le traite de « juif hideux »7 aux « yeux bovins »8, Lanz von Liebenfells9 de « singe de Sodome », d’« archétype d’une race inférieure »10, et qu’Eva Braun lui reproche de geindre tout le temps, de n’être « jamais tranquille que si on s’occupe de lui »11.

  • 12 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 73.
  • 13 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 78.
  • 14 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 78.

7Mais il ne faut pas se méprendre sur Jim, car lui aussi est capable d’ironie. Une ironie beaucoup plus subtile. Des courtisans qui cherchent à l’humilier, il dénonce l’argumentation boiteuse, les tentatives de manipulation, la servilité ostentatoire. Il se moque d’eux ouvertement. Une de ses victimes de choix est Himmler qu’il n’hésite pas à rabaisser (« Il ne paie pas de mine, votre Himmler12 ! ») ou dont il souligne le physique ingrat en opposition aux thèses de pureté de la race qu’il défend (« Le nez est petit… mais sans grâce. Sa lèvre supérieure… mais elle déborde ! La bouche dans son ensemble est plutôt oblique ! »13). Il le compare avec Heydrich, « le nordique accompli »14, ce qui oblige Himmler à se défendre – et d’une manière lamentable – contre ce dernier, et non contre Jim :

  • 15 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 81.

Himmler :J’en ai mon compte d’entendre autour de moi : il est beau, il est divinement tourné, c’est le Nordique idéal… (il rit mais avec un sanglot). Mais ce front, mon Führer, ce front anormalement haut, ce long nez de rapace, et cette bouche trop grande aux lèvres épaisses, on penserait plutôt à une femme15.

  • 16 « Au sens originel, l’alazon est un vantard, ridicule par l’excès de ses prétentions, et l’eiron, u (...)

8En ne considérant que ce duo Jim/Himmler (car Jim agit pareillement avec d’autres personnages), nous avons une relation classique de l’art de la satire : celle de l’alazon et de l’eiron16. Jim joue donc le rôle du dissimulateur. Il nie ses moyens, accepte le jeu de l’imposteur afin de révéler sa vacuité : ici, celle de Himmler qui exprime la suffisance et l’imbécillité du nazi convaincu.

  • 17 Geli Raubal (1908-1931) était la nièce d’Hitler. Elle s’est suicidée dans des conditions mystérieus (...)
  • 18 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 34.

9Cependant, la stratégie de Jim consiste aussi à provoquer des passes d’armes sur base de conflits existants, au sein même de l’entourage d’Hitler. Nous venons de voir comment il a monté Himmler contre Heydrich. Un autre exemple nous est donné dans une des scènes qui opposent Eva Braun à Geli Raubal17, toutes les deux aspirant à gagner le cœur du Führer. Un commentaire furtif de Jim sur le fait que l’idéologie nazie de Lanz von Liebenfells viserait à privilégier « les hommes blonds aux yeux bleus s’engageant à n’épouser que des blondes aux yeux bleus »18, suffit à déclencher une prise de bec entre les deux femmes dans un style comique des plus classiques :

Geli :C’est uniquement parce qu’elle est blonde que tu [Hitler] supportes cette bécasse à tes côtés.
Eva,au bord des larmes : Toi, toi… tu as l’air d’une bohémienne.
Hitler :Eva, ce que vous dites là est très mal.
Geli,avec dérision : Très mal. Une blonde platinée avec des yeux angéliques… et niais.
Eva :Esmeralda ! Souillon !
Geli :Petite dinde embourgeoisée !

  • 19 Kalisky(René), « La séduction pour tuer le mensonge », dans Sur les ruines de Carthage. Falsch. Bru (...)

10Ces considérations sur le langage permettent d’étendre l’aspect ironique des personnages à la situation. Celle-ci est aussi ironique. Nous nous serions attendus à ce qu’une rencontre entre un juif (ou leur porte-parole) et un nazi (a fortiori Hitler) se traduise par un débat d’idées ou par l’exposition d’une relation de torture ou encore par les deux en même temps. Des pièces comme Le Vicaire d’Hochhuth, An die Musik de Pips Simons ou plus récemment Limite de Manuel Pratt, pour ne citer qu’elles, font appel à ces schémas dramaturgiques. Or, par une ironie de situation, c’est le contraire qui arrive dans Jim le téméraire, où est mise en œuvre de la part de Jim comme d’Hitler une action de séduction incluant un apprentissage. Pour reprendre les termes de Kalisky, la pièce « tient davantage du ballet initiatique que de la confrontation »19. L’ironie socratique n’est pas loin. Aurions-nous pour autant à faire à une relation maître/disciple ? C’est à voir. Car du point de vue dramaturgique, c’est une relation différente qui apparaît : celle, archétypale, du roi avec son bouffon.

  • 20 Quaghebeur(Marc), « Ballet de la déception exaltée, Jim le Téméraire de René Kalisky », dans Lettre (...)

11Jim a en effet toutes les caractéristiques du bouffon. Il est, comme on l’a vu, un marginal. Ses origines juives et son histoire personnelle ne réussiraient pas à justifier à elles seules son état d’« avorton bégayeur »20. Même pour des yeux philosémites, il se présente pour le moins comme un parfait raté, un de ceux qu’on appellerait en yiddish un « schlimmazel ». En outre, il est affublé d’un costume inaccoutumé. Toute l’action se déroulant autour de son lit, il reste, même face aux nazis, habillé en pyjama (tenue qui bien sûr renvoie visuellement à celle des déportés). De plus, il ne remet jamais en question sa situation d’inférieur, quitte même à la radicaliser :

  • 21 Op. cit., p. 44. Au passage, on peut lire dans la réplique d’Hitler un clin d’œil ironique à Leibni (...)

Jim :Dans… dans mon lit je ne suis rien du tout.
Hitler :Pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien du tout ?
Jim :Mais j’accepte de n’être rien du tout21.

  • 22 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 32.
  • 23 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 63.
  • 24 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 77.
  • 25 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 66.

12Quant à son action, elle est caractéristique du bouffon : il provoque les courtisans sans vergogne, dénonce leurs mensonges, tout en restant fidèle au roi, c’est-à-dire à Hitler. Au péril de sa vie, car ceux-ci, exaspérés, se rendent compte qu’il représente un danger pour eux. Il est à leurs yeux un « idiot »22 « dangereusement informé », qui « a réponse à tout »23 et « prend plaisir à [les] narguer »24 et dont ils dénoncent les « mille démons » qu’il a « dans le corps »25. En conséquence, ils cherchent à le tuer, mais en vain, car comme tout bouffon authentique, Jim demeure jusqu’à la fin increvable.

  • 26 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 15.
  • 27 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 77.
  • 28 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 87.
  • 29 « [Jim] tient entre ses mains la plus prodigieuse liberté qui soit, celle qui lui permet d’admettre (...)
  • 30 Dans la pièce, le rapport entre Hitler et Jim est extrêmement complexe, dans la mesure où pour repr (...)

13Face à lui, Hitler se présente dans sa complexité : loin de l’objet grand-guignolesque ou ridicule auquel il est le plus souvent confiné, il apparaît « sous toutes les facettes de son caractère »26. Il accorde une certaine confiance à Jim (« Le Führer a dit qu’il fallait en rire »27, dit Heydrich). Il le choisit de fait comme confident. Il l’écoute (« Ce juif est une merveille »28). Jim devient ainsi porteur de vérité pour Hitler, vérité par rapport aux faussaires de l’histoire, aux courtisans comploteurs, aux égéries manipulatrices et aux médecins empoisonneurs. Les conséquences de ces jeux de cour et autres batailles de palais suscités en partie par Jim font qu’Hitler proclame haut et fort la vérité de son être et de sa pensée. L’action de Jim ne relève pas pour autant de la maïeutique, car ses valeurs de référence restent pour le moins floues. Jim n’a pas l’assurance de Socrate, mais celle du fou. Il est sous le charme d’Hitler et de la vision du monde qu’il atteint par son contact avec lui29. Dans cette mesure, il n’est pas sûr qu’il cherche vraiment à le confondre. Là réside entre autres l’ambiguïté du personnage de Jim ou si l’on préfère sa « témérité »30 qui expliquerait que la pièce se termine sur un non-lieu (Hitler voulant se suicider, Jim cherchant à l’en empêcher).

  • 31 Le Blanc(Guillaume), « Le premier étonnement », dans, Autrement, numéro spécial. L’Ironie, 1998, p. (...)

14Mais alors d’où vient le fait que la pièce relève de l’ironie et non de la propagande nazie camouflée, vu que l’ironie suppose que l’on puisse à un moment « démasquer la pensée véritable, tapie comme un négatif derrière la mince pellicule des mots »31 ?

15Il s’avère que le dévoilement de la dissimulation se trouve dans la distance du spectacle même, dans les signes qui sont donnés aux spectateurs que tout est joué. Par là, le discours redevient ironique, dénonciateur de fausses vérités.

16Le premier élément qui appuie la mise à distance est que l’apparition d’Hitler et de son entourage s’inscrit dans le regard de Jim. Ce qui la relativise et fait aussi de Jim un spectateur, et par projection, l’alter ego du spectateur.

17Ensuite, on remarque que la temporalité représentée s’étire sur un demi-siècle de nazisme, mais la didascalie précise que certains courtisans qui se succèdent doivent être joués par les mêmes acteurs :

  • 32 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 19.

LANZ, Eckart dans le 2e état, Himmler dans le 3e état.
HAUSHOFER, Heydrich dans le 2e état, Ohlendorf dans le 3e état32.

18Cette option renforce l’idée d’une vision subjective et fantasmée de Jim (qui n’exclut pas nécessairement le surnaturel). Elle renvoie aussi au jeu théâtral lui-même, par la recherche d’illusion qui le sous-tend.

  • 33 Un exemple de cette soudaine distanciation est à trouver dans les répliques de Heydrich à l’encontr (...)

19Enfin, les personnages sont confrontés avec leur propre histoire. Quand Hitler apparaît, il sait déjà comment son histoire va se terminer. C’est plus comme démon sorti des ténèbres que comme personnage historique qu’il intervient. Cette particularité se lit entre les lignes, à travers certaines répliques, dans le passage soudain du présent à l’imparfait33, car lui comme les autres (re)jouent leur histoire comme s’ils étaient réellement en situation. Il s’agit donc d’une ironie qu’on pourrait qualifier de dramatique : les personnages jouent leur histoire qu’ils connaissent, mais agissent comme s’ils ne la connaissaient pas.

Le jeu du surtexte

  • 34 Voir le détail de sa genèse dans Quaghebeur (Marc), « Ballet de la déception exaltée, Jim le Téméra (...)

20Cette dernière caractéristique – l’ironie dramatique – permet d’embrayer sur la distance ludique telle qu’elle apparaît dans les autres pièces de Kalisky, et en particulier celles qui ont suivi Jim le téméraire. Celle-ci a été terminée en 197234 et à cette époque Kalisky n’avait pas encore parlé du « surtexte », la touche originale qu’il a mise dans son écriture dramatique. Pourtant, en germe, le surtexte existe dans Jim, à travers l’inclusion du jeu théâtral dans le texte même, la liberté offerte aux acteurs de jouer des personnages qui jouent.

21Le surtexte n’est pas une notion aisée à définir. En résumé, il consiste pour Kalisky à inclure dans le texte même le jeu des personnages avec la représentation. Il se retrouve en particulier dans trois pièces.

  • 35 Kalisky(René), Dave au bord de la mer. Paris, L’Arche, 1992. Pour les détails de la transposition d (...)

22Il intervient d’abord dans Dave au bord de mer35 (1975). Les personnages bibliques de Saül et David sont propulsés depuis un hors-temps dans un cadre spatio-temporel déterminé : celui de l’Israël des années 1970. Ils s’incarnent dans des rôles actualisés, mais avec le souvenir de leur véritable histoire. Leur seul désir – surtout pour Saül – est d’en changer le cours. Car – c’est important – ils ont conscience de jouer.

23Ensuite, dans La Passion selon Pier Paolo Pasolini (1976), l’on découvre Pasolini mettre en scène sa propre mort à partir de l’image christique et dans le cadre du tournage tout à fait imaginaire d’un film. C’est à cette recherche de représentation par le principal intéressé – mais engageant d’autres personnages – à laquelle on assiste tout au long de la pièce. À la fin de celle-ci, on trouve la réplique très révélatrice de Pasolini sur l’action qu’il a menée :

  • 36 Kalisky(René), La Passion selon Pier Paolo Pasolini, dans La Passion selon Pier Paolo Pasolini. Dav (...)

P.P.P. : Je me suis rendu compte que ce n’est qu’un jeu. Comme j’ai eu raison de vous permettre de jouer, de vous amuser ! Je ne me suis pas servi de vous ragazzi ! J’ai tenté de saisir la joie que vous éprouviez tous à jouer… le plaisir, la douleur, la joie, la souffrance, car j’ai été pour vous une occasion de chute36.

  • 37 Kalisky(René), Falsch, dans Sur les ruines de Carthage. Falsch, op. cit., pp. 91-240. Pour plus de (...)

24Enfin dans la dernière pièce de Kalisky, Falsch37 (1981), on a à faire au dernier survivant d’une famille victime de la Shoah, Joe Falsch, qui se projette en pensée dans un espace entre la vie et la mort où il identifie son sort et celui de sa famille morte à celui de la famille biblique de Jacob, dont ils rejouent en conséquence un des épisodes (le moment des retrouvailles) en l’actualisant.

  • 38 Kalisky a été très fort marqué par Antoine Vitez dont il a découvert les spectacles avant même d’êt (...)
  • 39 Kalisky(René), « Du surjeu au surtexte », dans Dave au bord de la mer, op. cit., p. 103.

25Le surtexte est donc producteur de jeu. Un jeu autant pour le personnage (qui joue à être un autre ou le même mais dans d’autres circonstances) que pour l’acteur (puisqu’il doit jouer un personnage qui joue). L’idée sous-jacente et très vitézienne38 de Kalisky est de « libérer les comédiens du théâtre »39, leur permettre de ne plus dissimuler leur jeu, de montrer qu’ils jouent à être un autre sur scène.

  • 40 Voir à ce sujet Genette (Gérard), Métalepse. De la figure à la fiction. Paris, Seuil, 2004.
  • 41 Borges à qui Kalisky a justement dédié son roman L’Impossible Royaume !

26De plus, Kalisky cherche à développer un jeu avec le public. Le surtexte instaure une distance par laquelle, dans son esprit, le public à la fois se divertirait et réfléchirait. En filigrane, il lui serait dit : c’est de l’illusion théâtrale, mais elle vous dit des choses vraies. Par là, on peut penser à la figure de la métalepse40 dont un des plus fameux représentants est Borges41. Le jeu de l’auteur avec son lecteur qui caractérise la métalepse se lirait chez Kalisky à travers son jeu de dramaturge avec le spectateur.

27Enfin, on peut reconnaître dans le surtexte une idée de jeu avec l’Histoire : avec une ironie qu’on pourrait appeler tragique, l’idée est avancée par Kalisky que l’Histoire est aussi une ré-appropriation continuelle du passé et des modèles qu’elle a vu émerger et est donc en soi un jeu, dont éventuellement l’homme peut devenir l’esclave (comme en témoigne Jim) ou au contraire s’en servir avec profit (comme tendraient à le montrer Pasolini ou Joe Falsch).

Le jeu de Kalisky et le jeu des autres

28Nous pouvons également nous demander dans quelle mesure l’approche ludique de Kalisky peut trouver des échos dans la littérature belge francophone et peut-être par là contribuer à exprimer certains de ses traits dominants.

29Ainsi, le jeu « téméraire » de Jim avec le nazisme n’est-il pas un lointain écho à celui du jeu de provocation d’un Thyl Uylenspiegel avec les Espagnols ? On retrouverait là une caractéristique belge reconnue, celle de tourner en dérision le pouvoir en place, surtout quand il est d’origine étrangère. On peut ajouter qu’il s’agit tant pour Jim que pour Thyl d’une action vaine dans la mesure où le jeu ne débouche sur aucune transformation politique.

30Dans cette voie, on peut aller plus loin et reconnaître de l’auto-ironie chez Kalisky. Existerait-il un anti-héros belge, un type de raté spécifiquement belge ? De fait, l’ironie que Jim applique aux autres, donc au monde comme sujet, il l’applique aussi à lui-même. Son rapport ambigu avec Hitler est indissociable de sa tendance maladive à la prostration. Jim l’admet pleinement et, en ce sens, il se rapproche du Plume de Michaux, du Gilbert de Hunstad ou encore des personnages de Toussaint.

  • 42 Marc Quaghebeur a été très sensible à ce rapport de Kalisky avec la réalité historique. Rappelant q (...)

31En outre, bien que Kalisky tire son inspiration de l’événement historique, le monde qu’il représente sur scène ne prétend pas au réalisme : Jim fantasme, Joe Falsch rêve, Pasolini imagine le meurtre qui n’a pas encore eu lieu, Saül et David surgissent de l’éternité pour jouer… L’imaginaire s’impose sur le réel qui se voit transformé sans être dans ce cas-ci nié42. Cela passe par un jeu avec le discours lui-même et celui auquel il est destiné. C’est la métalepse, citée plus haut, à fonction dissolutive, et dont on retrouve des signes par exemple dans les écritures très contemporaines des spectacles de Transquinquennal (avec Zugzwang par exemple) ou de Charlie Degotte, en particulier quand il met en scène Et Dieu (dans tout ça) ?

  • 43 Kalisky(René), « Du surjeu au surtexte », op. cit., p. 103.
  • 44 Kalisky(René), « Du surjeu au surtexte », op. cit., p. 105.

32Là intervient une capacité, peut-être spécifiquement belge, celle de pousser le jeu jusqu’à transgresser les codes et faire surgir de nouvelles formes artistiques. On se souvient de ce qu’ont osé faire en leur temps les surréalistes et dadaïstes belges ou des écrivains comme Moerman et bien sûr Ghelderode. Des signes de ce rapport combatif avec les règles d’usage se retrouvent à de multiples occasions dans l’œuvre de Kalisky. Les reprendre en détails dépasserait le cadre de cette étude. Contentons-nous de rappeler les propres commentaires de Kalisky à ce propos. Dans « Du surjeu au surtexte », il exprime à loisir son intention de « dépasser au niveau du texte le jeu théâtral »43, « de surmonter la convention théâtrale, de jouer (surjouer) comme si elle n’existait pas » et aussi son défi de « libérer le théâtre de la psychologie du texte au profit d’une psychologie constamment critique », comme de « libérer le théâtre du comédien et du texte »44.

33Enfin, pour terminer cette ouverture sur la littérature belge francophone à partir du théâtre de Kalisky (qui n’est pas comme nous l’avons vu aussi sérieux que l’on aurait pu penser), voici une dernière proposition. L’idée est peut-être provocatrice ou, préférerons-nous dire, ludique. Kalisky était belge, mais il était aussi juif. La plupart de ses pièces parlent de « problèmes juifs ». On parle (ou tente de parler) d’humour belge. On parle aussi d’humour juif (sans doute avec plus de facilité). Dans cette mesure, pourquoi ne pourrait-on pas parler d’humour juif belge, comme l’on parle d’humour juif new-yorkais ? Il faudrait bien sûr reconnaître un corpus – on peut déjà penser aux côtés de Kalisky à Sojcher, Berenboom ou Blasband –, mais pourquoi ne pas l’envisager ?

Haut de page

Notes

1 À titre d’exemple, voici comment Marc Quaghebeur résume l’objectif théâtral de Kalisky : « Immerger lecteurs et spectateurs sans leur donner le loisir de l’identification ou de la distanciation, tel est l’objectif d’un art haletant conscient de la nécessité de transcender la vie pour en donner à vivre le tragique. » (Quaghebeur (Marc), Balises pour l’histoire des Lettres belges. Bruxelles, Éditions Labor, 1998 [1982], p. 353) On peut aussi signaler qu’à l’occasion du décès de Kalisky, Marc Quaghebeur – qui était aussi son ami – a écrit un article qu’il n’a pas hésité à titrer « René Kalisky : le sens tragique de la vie » (La Libre Belgique, 8 mai 1981).

2 Kalisky(René), Jim le téméraire. Paris, Gallimard, coll. Le Manteau d’Arlequin, 1972.

3 Kalisky(René), Aïda vaincue, dans Cahiers du Rideau, n˚13, mai 1982, pp. 13-79.

4 Kalisky(René), Le Tiercé de Jack. Mise en scène de Berckmans (Jean-Pierre). Bruxelles, RTBF, 1975.

5 Lettre de René Kalisky à Jacques Lemarchand, 17 octobre 1970, disponible aux AML.

6 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 34.

7 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 80.

8 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 76.

9 Lanz von Liebenfells (1874-1954) était un idéologue du nazisme. Dans la pièce, son nom est orthographié « von Lisbenfels ».

10 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 34.

11 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 116.

12 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 73.

13 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 78.

14 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 78.

15 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 81.

16 « Au sens originel, l’alazon est un vantard, ridicule par l’excès de ses prétentions, et l’eiron, un modeste qui se prétend inférieur à ce qu’il est réellement. » (Duval (Sophie) et Martinez (Marc), La Satire, Paris, Armand Colin, 2000, p. 213)

17 Geli Raubal (1908-1931) était la nièce d’Hitler. Elle s’est suicidée dans des conditions mystérieuses. Elle « fut sans doute la seule femme pour laquelle il éprouva jamais une passion amoureuse » (« Personnages », dans Kalisky (René), Jim le téméraire, op. cit., p. 16).

18 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 34.

19 Kalisky(René), « La séduction pour tuer le mensonge », dans Sur les ruines de Carthage. Falsch. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1991, p. 15.

20 Quaghebeur(Marc), « Ballet de la déception exaltée, Jim le Téméraire de René Kalisky », dans Lettres belges. Entre absence et magie. Bruxelles, Éditions Labor, 1990, p. 254.

21 Op. cit., p. 44. Au passage, on peut lire dans la réplique d’Hitler un clin d’œil ironique à Leibniz et à sa fameuse question.

22 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 32.

23 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 63.

24 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 77.

25 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 66.

26 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 15.

27 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 77.

28 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 87.

29 « [Jim] tient entre ses mains la plus prodigieuse liberté qui soit, celle qui lui permet d’admettre joyeusement le potentiel épouvantable à force d’être malfaisant du Führer et de danser dans la ‘‘joie objective ’’ d’un monde qu’il a totalement compris. » (Kalisky (René), Commentaire sur « Jim le téméraire », février 1971, disponible aux AML)

30 Dans la pièce, le rapport entre Hitler et Jim est extrêmement complexe, dans la mesure où pour reprendre les termes de Kalisky il s’agit de « la confrontation de deux élections » (Kalisky (René), « La renaissance de la tragédie », entretien avec Jacques De Decker, dans Clés pour le spectacle, n˚41, mars 1974, p. 9). Nous nous sommes limités ici à traiter de la dimension ludique de cette relation, mais nos travaux actuels (voir thèse en cours) en élargissent l’étude à d’autres aspects (notamment à ce qui se rapporte à l’identité juive).

31 Le Blanc(Guillaume), « Le premier étonnement », dans, Autrement, numéro spécial. L’Ironie, 1998, p. 23.

32 Kalisky(René), Jim le téméraire, op. cit., p. 19.

33 Un exemple de cette soudaine distanciation est à trouver dans les répliques de Heydrich à l’encontre de Himmler : « N’ayez pas honte à l’avouer Himmler, il est notoire que les questions sexuelles vous préoccupaient de plus en plus » (Kalisky (René), Jim le téméraire, op. cit., p. 77). Le futur peut aussi être utilisé. Ainsi quand Himmler s’exprime sur le futur de l’Allemagne. À ce moment, il est à cheval entre la figure métahistorique qui a la connaissance du présent (ou du futur antérieur, de « ce qui aura été ») et celle du personnage qu’il joue et qui aurait eu le bénéficie d’une vision : « De plus, la guerre aérienne provoquera une décentralisation des grandes villes, et le Bon dieu va nous chasser peu à peu vers la campagne. C’est excellent pour le devenir de la race. » (Kalisky (René), Jim le téméraire, op. cit., pp. 95-96)

34 Voir le détail de sa genèse dans Quaghebeur (Marc), « Ballet de la déception exaltée, Jim le Téméraire de René Kalisky », art. cit., pp. 291-292.

35 Kalisky(René), Dave au bord de la mer. Paris, L’Arche, 1992. Pour les détails de la transposition de l’épisode biblique, nous renvoyons à notre étude (non publiée) : « David et Saül en scène – Le surtexte dans Dave au bord de mer de René Kalisky ».

36 Kalisky(René), La Passion selon Pier Paolo Pasolini, dans La Passion selon Pier Paolo Pasolini. Dave au bord de la mer. Paris, Stock, coll. Théâtre Ouvert, 1978, pp. 103-104.

37 Kalisky(René), Falsch, dans Sur les ruines de Carthage. Falsch, op. cit., pp. 91-240. Pour plus de détails sur le surtexte dans Falsch, nous renvoyons à notre article (en voie de publication) : « Et si ce n’était qu’un rêve ? – Éléments pour une nouvelle interprétation de Falsch de René Kalisky », 2002.

38 Kalisky a été très fort marqué par Antoine Vitez dont il a découvert les spectacles avant même d’être monté pour la première fois par lui (voir par exemple leur correspondance : « Lettres inédites », dans Prospéro, n˚1, juillet 1981, pp. 2-7). C’est en grande partie à son approche de la scène qu’il pense quand il écrit « Du surjeu au surtexte ».

39 Kalisky(René), « Du surjeu au surtexte », dans Dave au bord de la mer, op. cit., p. 103.

40 Voir à ce sujet Genette (Gérard), Métalepse. De la figure à la fiction. Paris, Seuil, 2004.

41 Borges à qui Kalisky a justement dédié son roman L’Impossible Royaume !

42 Marc Quaghebeur a été très sensible à ce rapport de Kalisky avec la réalité historique. Rappelant que Kalisky a tiré une grande partie sa documentation du livre Hitler et l’ordre noir d’André Brissaud, il écrit : « L’étude comparée de cette somme et du texte de la pièce laisse le chercheur stupéfait tant les réparties, qui paraissent sorties de l’imagination endiablée du dramaturge, s’avèrent toutes avoir un fondement historique. » (Quaghebeur (Marc), « Ballet de la déception exaltée », op. cit., p. 242)

43 Kalisky(René), « Du surjeu au surtexte », op. cit., p. 103.

44 Kalisky(René), « Du surjeu au surtexte », op. cit., p. 105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Serge Goriely, « Le théâtre de René Kalisky est-il si sérieux ? », Textyles, 29 | 2006, 84-89.

Référence électronique

Serge Goriely, « Le théâtre de René Kalisky est-il si sérieux ? », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 25 juillet 2017. URL : http://textyles.revues.org/453 ; DOI : 10.4000/textyles.453

Haut de page

Auteur

Serge Goriely

Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org