Navigation – Plan du site

Un Autrichien à Paris. Quelques réflexions sur les singularités « belges » du prince de Ligne

Manuel Couvreur
p. 53-62

Texte intégral

1De ne pas avoir connu la Belgique n’empêchait pas Ligne de se reconnaître pour Belge. Mais quel sens donnait-il à ce mot, c’est ce que nous nous attacherons tout d’abord à cerner. Il semble même que le prince se soit parfois ressenti comme un écrivain belge, soit un écrivain qui écrit en français, sans être pour autant un écrivain français. Distinguo au premier abord curieux, mais qui était nécessaire à une époque où ses amis Potocki ou Casanova écrivaient leurs chefs-d’œuvre en français, langue apprise, parfois dès le plus jeune âge, dans le cas du premier, soit bien plus tard, pour le second. Ligne se sentirait, en quelque sorte, plus proche de la Suisse Germaine de Staël :

  • 1 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Germaine de Staël, [1810], dans Ullrichová (Maria), Let (...)

Vous avez trop fait [d’]honneur à la France, pour donner la supériorité à un autre pays. Ce qu’il y a de singulier, c’est que vous qui n’y êtes point née en [soyez] un modèle de style, comme de forme, et d’imagination : et que Vaugelas Savoyard et Rousseau Suisse aient appris aux Français leur langue1.

2C’est la quête des éventuelles spécificités « belges » de l’écriture du prince qui nous retiendra dans la seconde partie de cette étude. Il va de soi que nous mesurons parfaitement le caractère anachronique d’une démarche peu scientifique et qui s’apparente plutôt à celle de l’ancienne typologie qui tendait à prouver la véracité de l’Ancien Testament par son accomplissement dans le Nouveau, et réciproquement.

Appartenance nationale de la famille de Ligne

  • 2 Voir le premier volume de Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines (...)

3Il ne fait aucun doute qu’au xviiie siècle, le sentiment d’une appartenance nationale existait, même s’il était moins lié à la réalité géographique d’un territoire qu’à l’appartenance politique de celui-ci2. L’accession de la famille de Ligne, aujourd’hui millénaire ou presque, au titre princier a reposé sur une politique familiale d’une remarquable constance : le respect des souverains dont dépendaient leurs terres, qu’ils fussent espagnols, autrichiens, français, hollandais ou belges. Ce trait qui montre l’attachement des Ligne aux fondements de l’Ancien Régime a sans doute trouvé son expression la plus limpide après l’indépendance de la Belgique. Le prince Eugène de Ligne se voit alors proposer le trône qu’il se sentira contraint de refuser : comme, après de longs atermoiements, il s’était résolu à reconnaître l’autorité du roi Guillaume des Pays-Bas, il était devenu inimaginable qu’il pût ainsi usurper la place de son souverain. Le seul à avoir dérogé à la règle est le baron Antoine ier de Ligne, reconnu d’ailleurs, dans la mythologie dynastique des Ligne, comme le « Grand Diable » :

  • 3 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i. Vercruysse (Jeroom), éd (...)

C’était un vrai diable, car il avait un sérail dont les restes existent encore à une lieue de Belœil, où il mettait les femmes, et les filles de ses voisins. Ces manières-là ne plurent point à la cour, quoique Charles v ne fût pas fort scrupuleux. Il demande la Toison. On ne la lui donne pas […]. Il attacha un loup à une corde en or, et alla ainsi à la Cour. Qu’est-ce que cela veut dire, lui dit-on quand il parut ? C’est, répondit-il, un loup destiné à manger les moutons. Il sortit. Bien vite après cette déclaration-là, comme on peut s’en douter, […] leva des troupes dans ses terres, se mit au service de Henri viii, prit Tournai pour lui, et on reçut le nom, et la principauté de Mortagne3.

4À travers les révolutions, Charles-Joseph de Ligne conservera une fidélité intacte à l’Autriche. En 1794, les troupes françaises s’étaient emparées de ses terres et Ligne, avec toute sa famille, avait quitté les Pays-Bas pour s’installer en Empire. Lorsqu’en 1804, Napoléon lèvera le séquestre, Ligne choisira d’abandonner ses biens à son fils Louis et, bien qu’il en eût toute liberté, ne rentrera jamais à Belœil. Il souhaitera même que son corps n’y soit pas ramené, alors qu’y reposait pourtant celui de son fils chéri Charles.

5La spécificité de ce sentiment national se révèle encore à travers la situation très particulière des deux fils du prince Charles-Joseph : comme il se doit, Charles, l’aîné, était attaché à l’Autriche et mourra, dans les armées coalisées, à la veille de Valmy. Son cadet, Louis, devint alors premier dans l’ordre de succession. Or, profitant du renversement des alliances qui, en 1757, avait vu le rapprochement de l’Autriche et de la France, Ligne avait, à la demande de Marie-Antoinette, fait entrer son cadet au service de celle-ci : la chose était d’autant plus naturelle que certaines des terres des Ligne – celles de Dormans, notamment – relevaient de l’autorité du roi de France. C’est cette « nationalité française » de Louis devenu « officier d’Empire » qui permit la levée du séquestre des terres situées dans les anciens Pays-Bas autrichiens. Comme on le voit, un sentiment national totalement conforme à ce qu’il était au xviiie siècle, c’est-à-dire strictement féodal encore. Pour Charles-Joseph, la situation avait été plus complexe encore puisqu’à ses terres des Pays-Bas ou de France, s’ajoutait le territoire souverain de Fagnolles qui, relevant directement de l’Empire germanique, permettait au prince de siéger à la Diète. Un temps, Ligne put même porter l’habit d’officier russe et, pour les terres de Tauride que lui avait offertes Catherine ii, devenir sujet de la tzarine.

6La gestion de ces territoires dispersés exigeait une grande mobilité :

  • 4 Id., pp. 124-126.

Quelle belle existence était la mienne à mon superbe Belœil ! Dans 24 heures à Paris, Londres, La Haye, Spa, etc. J’ai été à Paris une fois, pour y passer une heure […]. J’ai fait plus de quarante fois le chemin de Vienne, et de Paris ou de Bruxelles ou de l’armée à Vienne. Deux cents fois sûrement de plus de Bruxelles à Paris. Deux fois la Russie, deux fois la Pologne, une fois la Moldavie, la Crimée, la Provence4.

7Ce passage doit nous rappeler une réalité : le caractère central de la Belgique dans l’espace européen. La nécessité donc, mais aussi le plaisir, imposaient ces voyages. En cela, Ligne se sent très différent des Français : le voyage de Lauzun en Angleterre avait suffit à lui assurer une réputation de grand voyageur… C’est dans ce contexte historique et géographique qu’il convient de resituer le « cosmopolitisme » du prince :

  • 5 Id., p. 116.

Il a toujours été à la mode de bien me traiter partout. Et j’ai éprouvé des choses agréables de plusieurs pays. J’ai six ou sept patries, Empire, Flandre, Espagne, Autriche, Pologne, Russie et presque Hongrie : car on est obligé d’y donner l’indigénat aux généraux qui ont fait la guerre aux Turcs : et je l’aurai à la première Diète5.

  • 6 Cité dans Delsemme (Paul), Les Écrivains francs-maçons de Belgique. Bruxelles, Bibliothèque de l’Un (...)

8Ligne éprouve la sensation d’être, dans le même temps, cosmopolite et apatride : « J’aime mon état d’étranger partout : Français en Autriche, Autrichien en France, l’un et l’autre en Russie ; j’ai cinq ou six patries, c’est le moyen de se plaire en tout lieu. »6 Comme, pour lui, la patrie n’a rien à voir avec le sol, il se moque du sens nouveau que le mot a pris dans la France impériale, ainsi qu’il l’écrit au chevalier de Boufflers :

  • 7 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettres au chevalier Stanislas de Boufflers, Vienne, 1er juin [1 (...)

Vous avez eu raison de quitter le pays où vos soldats disent peut-être encore à présent ce qu’ennuyés de la boue, ils disaient, il y a six ans : « Ils appellent cela une patrie ! » Je m’aperçois qu’on vit très bien après en avoir perdu cinq ou six. Un peu Français, Belge, détrôné en Empire où je ne suis pas de la confédération, Grand d’Espagne, gentilhomme polonais, Mourza tartare de la Tauride, – et plus rien de tout cela. Je me porte à merveille. On ne peut pas m’exiler dans mes terres, car je ne possède que deux pointes de rochers. Je ne suis pas pic… de la Mirandole, mais pic du Leopoldsberg et pic de Schœnau, près de Tœplitz7.

Son rapport à la France et à sa culture

9Quoi qu’il en soit, Ligne se sentait avant tout Autrichien. Il a raconté dans ses Fragments de l’histoire de ma vie qu’il avait été élevé dans la haine de la France par son père et son oncle. Durant la guerre de succession d’Espagne, ceux-ci s’étaient illustrés dans les armées impériales qui s’étaient opposées victorieusement à Louis xiv :

  • 8 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. ii, op. cit., p. 60 et 515 (...)

Le prince Ferdinand, mon oncle, était maréchal comme lui, et s’était distingué aussi à Ramillies, Oudenard et Malplaquet. […] Il m’avait si bien inspiré sa haine pour les Français, que j’ai été bien longtemps à les abhorrer. <Le duc de Croy fut le premier militaire de cette nation, qui vint chez nous, après la prise de Bruxelles. Je ne le vis pas de sens froid>. Elle [ma haine] avait un peu passé. Mais assurément elle est revenue plus forte que jamais. C’était un pauvre Amilcar, et je suis un pauvre Annibal : car je ne prévois pas pouvoir leur faire du mal8.

  • 9 Ce sentiment d’être devenu très brièvement français se ressent encore dans son récit Vie du chevali (...)

10En retraçant l’histoire de son sentiment pour la France, Ligne retrace simplement l’histoire de Bruxelles et de nos régions : devenues autrichiennes en 1714 après les victoires de Marlborough et du prince Eugène de Savoie contre Louis xiv, reprises par les Français avec les victoires du maréchal de Saxe en 17469, rendues à l’Autriche en 1748. Amitié après le renversement des alliances qui vit la France combattre aux côtés de l’Autriche contre les armées coalisées autour de la Prusse ; retour de la haine après 1792, lorsque les armées françaises auront tué son fils, mais une haine impuissante et, somme toute, assez douce.

11Ligne analyse aussi le sentiment national de ses sujets « wallons ». Sa spécificité résulterait d’un mélange complexe d’esprit français, germanique et « austro-hongrois » :

J’ose assurer que les Wallons joignent à l’enthousiasme des Français, dont la tête se monte si aisément, la soumission et la fermeté des Allemands, la patience des Bohêmes, la vivacité des Hongrois et la fidélité des Croates.

  • 10 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mémoire sur les Pays-Bas autrichiens que je donnai à Joseph ii q (...)

12Comme lui, les « Wallons » se sentiraient Autrichiens. Comme eux, il partage « l’antipathie de ce peuple à l’égard de ses voisins, jointe au bonheur qu’il ressent à être sous la domination présente, et le danger cependant qu’il court de tomber entre des mains étrangères » : « Pour la France, elle est notre alliée, et si elle cessait de l’être, par une antipathie de voisin, on donnerait son dernier homme et son dernier sou plutôt que de passer sous sa domination. »10 Si Ligne assure ainsi l’Empereur de la fidélité de ses sujets, c’est pour l’inciter à veiller à la pérennité de territoires convoités en raison de leur richesse financière et de leur isolement géographique.

  • 11 Leuridant (Félicien), Une éducation de prince au xviiie siècle : Charles-Joseph de Ligne. Documents (...)

13Si le jeune Ligne éprouve de la haine pour les Français, ennemis héréditaires de la maison des Habsbourg, il a toujours admiré leur littérature : il est intéressant de noter que Ligne prend ainsi ses distances avec une littérature qu’il ne considère pas comme étant totalement la sienne. À l’instar de tout aristocrate de son rang, Ligne a étudié avec des précepteurs. Après en avoir essayé de plus ineptes les uns que les autres11, il bénéficia, de 1748 à 1755, des remarquables leçons d’Étienne de La Porte :

  • 12 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., p. 54.

Il m’apporta du collège Louis-le-Grand, toute cette fleur d’humanités, de littérature et d’urbanité qui fait le charme de ma vie ; et formant mon âme en même temps que mon esprit, il acquit d’autant plus droit à ma reconnaissance, que je crois que si je valais quelque chose, ce serait à lui que je le devrais12.

  • 13 Voir Fumaroli (Marc), Quand l’Europe parlait français. Paris, De Fallois, 2001. De manière prémonit (...)

14Découverte de la littérature latine et française, et plus encore, on le voit, découverte du modèle de l’urbanité française dont il deviendra une des incarnations les plus resplendissantes : brillant de l’esprit, délicatesse des manières, respect de l’autre, etc. À la fin de sa vie, dans ses Contes immoraux, le bilan demeurera inchangé, même si entre-temps, il avait découvert d’autres littératures et d’autres modèles de sociabilité – encore que le modèle français, tant dans la sociabilité que dans la langue, eût alors régné sans partage à travers toutes les cours d’Europe13. Ainsi se met-il en scène dans une discussion avec l’Anglaise Sara :

  • 14 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Œuvres romanesques, t. i, Mortier (Roland), Couvreur (Manuel), é (...)

Je combattis quelques mauvais principes qu’elle avait en philosophie, en politique et en littérature, égarée par des ouvrages à la mode dans son pays. Elle combattait la légèreté de celui où j’ai puisé dans tant de charmants auteurs l’instruction que j’ai. Elle me reprochait drôlement notre superficiel, et me corrigeait en histoire qu’elle savait bien mieux que moi14.

  • 15 Id., p. 349.
  • 16 Trousson (Raymond), « Les curiosités littéraires du prince de Ligne », dans Nouvelles annales princ (...)

15Comme pour tous les petits francophones, ses livres de chevet avaient été les Fables de La Fontaine et, en prose, le Télémaque de Fénelon, dont il maîtrisait le style au point de pouvoir le pasticher dans son Histoire trop véritable15. Le catalogue que l’on peut dresser de ses lectures montre que, devenu adulte, presque rien ne lui a échappé, depuis Montaigne jusqu’à Sade16.

  • 17 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., p. 82.

16Son admiration pour le modèle français se trouva parfois prise de court face à la réalité. Il est certain que son premier séjour prolongé à Paris en 1759 fut, par bien des aspects, une déconvenue : déception d’une cour morose où Louis xv n’interroge que sur le temps qu’il fait, où la reine n’est qu’une grosse dondon et la maîtresse en titre, un bas-bleu17. La ville ne sera pas non plus sans le désappointer : clairement, il ne s’y sent pas chez lui et, significativement, il rapportera son expérience sous le masque d’un Anglais à Paris. La médiocrité du monde littéraire l’effare ; la vanité et la superficialité des lecteurs et des spectateurs le choquent :

  • 18 Ligne (Charles-Joseph, prince de), L’Anglais à Paris, dans Œuvres romanesques, t. ii., op. cit., pp (...)

[Duppincourt] lui conseilla de faire venir des livres pour se désennuyer. Il lut deux catalogues où il ne trouva rien qui lui plut. Il pensa même de jeter au nez de Duchesne tous les siens. Qu’est-ce que c’est que ces comédies, ces opéras, ces almanachs ? Peuple frivole, serez-vous donc toujours occupé de bagatelles ? Quand Englifax avait fini cette apostrophe qu’il répétait souvent, il ne pouvait concevoir qu’il eût pu être fait prisonnier. Des comédies, il n’en revenait pas ; encore si elles étaient comiques ; des opéras, s’ils étaient en musique, je passerais. Des almanachs, oh pour les almanachs ; je l’avoue, on y excelle ici. Mais j’aime pourtant mieux ceux de mon pays. […] On m’avait dit les Français si polis, si prévenants. Les uns me rient au nez, les autres me font servir de ce que nous ne portons que pour la forme, et de ce que nous ne portons pas même toujours, d’autres me marchent sur les membres, Ah ! Mr. ne jugez pas de nous, sur ceux que vous avez rencontrés. La nation, sans avoir cette aménité de mœurs que les arts, les spectacles, les talents encouragés par le règne précédent avaient donnée, existe encore dans quelques particuliers. Ils estiment l’étranger, ont du goût pour tout ce qui est solide et sortent les matins pour s’instruire. Ah vous me ravissez. Que je me rétablisse bientôt, et vous verrez comme je me promène. Je veux qu’il n’y ait pas un atelier dans Paris, que je n’aie visité18.

  • 19 Trousson (Raymond), « Un visiteur de la rue Plâtrière : le prince Charles-Joseph de Ligne », dans B (...)

17Ce n’est qu’après la mort de son père, en 1766, que Ligne séjournera régulièrement à Paris ou à Versailles, plusieurs mois par an. Autant l’ancienne cour l’avait ennuyé, autant la nouvelle, du moins sa compatriote Marie-Antoinette, et le frère du roi, le comte d’Artois, le raviront. Il fera alors partie du Tout-Paris aristocratique. Sa pénétration dans les milieux intellectuels fut également réelle, même s’il semble que Ligne l’ait quelque peu exagérée19 : il fréquente Voltaire, Rousseau, Diderot ou Beaumarchais, et des astres moins éclatants comme Crébillon fils, Dorat, Boufflers, Delille, etc.

  • 20 Mouriau de Meulenacker (Pierre), « À propos des Lettres à Eugénie du prince Charles-Joseph de Ligne (...)
  • 21 Bárdos (Miklós), « Le comte János Fekete de Galántha (1741-1803), disciple hongrois du prince de Li (...)

18C’est à Paris qu’il publie anonymement ses premiers ouvrages, dont certains recueilleront un certain succès dans la presse parisienne, les Lettres à Eugénie sur les spectacles, en particulier. On peut cependant penser qu’il n’y a pas là transaction commerciale, mais plutôt que les volumes, imprimés à Liège, sont mis en vente chez des libraires parisiens20. Par la suite, Ligne éditera surtout sur ses presses personnelles de Bruxelles : cela lui permettait d’éviter la censure, d’être taxé d’être homme de lettres – et, donc, de déroger en vivant de sa plume –, et aussi de surveiller et de corriger ses textes jusqu’au bout. Ces éditions connurent une diffusion européenne, mais limitée à certains cénacles aristocratiques auxquels le prince en faisait présent21. Par la suite, Ligne éditera à Dresde et à Weimar : la diffusion en restera, généralement, confinée à l’aristocratie d’Europe centrale, souvent francophone, et aux émigrés français.

Son rapport aux autres cultures

  • 22 Soares (Gabriela), « Les écarts d’un traducteur. Ligne et ses tragédies d’après Don Carlos de Schil (...)
  • 23 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Nouveau recueil de lettres, op. cit., pp. 251-253.

19Force est de constater que l’intérêt de Ligne pour d’autres littératures modernes – sans qu’il soit totalement unique – est singulier. Parmi ses fréquentations, on trouve aussi bien Alfieri – dont il sera l’un des premiers traducteurs – que Goethe qui lui dédiera son célèbre Requiem pour l’homme le plus joyeux du siècle. Ligne sera l’un des premiers à traduire Schiller et d’autres dramaturges allemands : même si ces « imitations » d’auteurs particulièrement novateurs, chacun dans leur domaine culturel respectif, tendent à franciser, et donc à « classiciser » des ouvrages dont se nourrira le romantisme, elles prouvent à l’évidence une volonté de faire découvrir au monde francophone des réalités esthétiques nouvelles22. Forgé à l’aune de Montaigne, de Molière, de La Fontaine et de Lesage, Ligne n’en demeure pas pour autant replié sur ces modèles classiques. Que l’on se souvienne qu’il écrivit au duc Charles-Auguste de Saxe-Weimar, protecteur de Goethe, une lettre admirable où il proclamait que les Affinités électives étaient un chef-d’œuvre. Quand on sait combien ce roman échappa aux contemporains, on comprend que l’enthousiasme singulier du prince frappa Goethe, et le flatta23.

  • 24 Sur cet éclectisme, voir notre lecture à Ligne (Charles-Joseph, prince de), Coup d’œil sur Belœil. (...)

20Dans un siècle qui voit se multiplier les querelles esthétiques nationales, Ligne opte pour l’hédonisme de la mouche à miel, prenant son bien partout où il se trouve. Cela induit une approche éclectique plutôt que synthétique : aucun goût n’est, en soi, mauvais ; tout dépend de l’usage que l’artiste en fait. À Belœil, il hérite d’un chef-d’œuvre du jardin à la française : il en aura le plus grand soin et se bornera à l’angliciser discrètement en semant du gazon dans les allées ou en faisant serpenter un « rieu d’amour » derrière les charmilles en espalier : le charme s’ajoute à la grandeur. La partie du jardin qu’il se réservera deviendra l’un des plus jolis jardins anglo-chinois du continent24. En musique, même éclectisme : Ligne conserve une admiration intacte pour le Miserere que Lalande avait écrit sous Louis xiv, au moment où, à la fin de sa vie, il court les petits théâtres des faubourgs de Vienne pour y entendre La flûte enchantée et autres singspiels. À Paris, il sait apprécier aussi bien les opéras-comiques de Grétry et de Monsigny, que les opéras italiens de Sarti ou Paisiello : cela ne l’empêcha pas d’orchestrer la colonisation de Paris par la tragédie lyrique que Gluck avait initiée à Vienne.

21Comment interpréter cet éclectisme cosmopolite ? Cette fois, il est sans doute unique et nous serions bien en peine de lui comparer un autre écrivain français contemporain. Peut-être peut-on considérer qu’il résulte de la formation et du statut spécifiques du prince, marginal par rapport à ces divers univers culturels, ce qui dès lors lui aurait permis d’acquérir une sorte de perméabilité : que celle-ci relève d’une dimension « belge », il ne m’appartient pas d’en décider.

Son rapport aux langues

22Sa langue maternelle est incontestablement le français. Mais que veut dire langue maternelle, alors que pour sa mère, née princesse de Salm, le français doit avoir été une langue sinon apprise, du moins artificielle. En outre, sa mère est morte alors qu’il n’avait que cinq ans. Le français est donc plutôt sa langue paternelle, mais les rapports de Ligne avec son père furent presque inexistants. En fait, sa première langue est sans doute celle des femmes qui l’ont élevé durant son enfance :

  • 25 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., pp. 50-51.

Il me semble, en vérité, avant cela, que j’ai été amoureux de ma nourrice, et que ma gouvernante a été amoureuse de moi. Melle du Corron, c’était son nom, me faisait coucher toujours avec elle, me promenait sur toute sa grosse personne, jouait avec moi de bien des façons, et me faisait danser tout nu25.

23Que parlaient-elles ? Plus que vraisemblablement, le dialecte local, ou l’un des deux dialectes locaux en concurrence sur ces terres hennuyères : le picard et le wallon. Ligne n’en fait guère mention, sauf une fois, mais quelle fois :

Écrire des misères comme tout ceci, pour écrire seulement n’en vaudrait pas la peine, si ce n’était pas souvent un texte pour des réflexions. Par exemple, j’éprouvais du plaisir, et une sorte de mélancolie, en entendant dans les déserts de la Tartarie, mes petits postillons de Belœil parler wallon. Ils avaient une manière de crier, les uns aux autres d’un son de voix glapissant et trivial qui me rappelait le jeu de balle, où je jouais avec les polissons de mon âge allons mener nos quevaux à la mer. Ce patois, cet organe très jeune et cet accent me faisaient toujours un singulier effet. Ce mot de mer me rappelait celui qu’on donne à mon grand étang de la bruyère d’Estambruges.

  • 26 Id., p. 209.

J’en étais à 2 000 lieues, séparé peut-être pour toute la vie, ainsi qu’il m’est arrivé. […] Je me dis est-ce amour de la patrie ? Et ces pensées moitié gaies, moitié sombres, en souvenirs, en regrets dégénéreraient-elles en ce qu’on appelle maladie du pays ? Non, bientôt, me dis-je ensuite, c’est le temps de sa jeunesse, et des plaisirs qu’on avait au lieu de sa naissance qui est la source de l’état où l’on se trouve, quand on en est si éloigné. On croit de même regretter beaucoup ses anciens soi-disant amis qu’on a vus disparaître avec assez de sens froid. C’est soi-même qu’on regrette26.

24Le processus de la réminiscence et le scalpel d’une analyse cruelle rappelle bien moins Rousseau que Proust qui, d’ailleurs, goûtait l’œuvre de Ligne.

  • 27 Cité par Roland Mortier dans sa lecture de Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts. Bruxelles (...)

25Que reste-t-il de ce dialecte initial dans la langue écrite du prince ? Cela n’est pas très aisé à préciser. Il est certain que la langue de Ligne est volontiers archaïque, tant dans son lexique que dans sa syntaxe : faut-il y voir la trace d’un parler marginal ou plutôt de réminiscences littéraires ? Nous ne pouvons en effet affirmer que ces tours curieux soient wallons, ou français de Belgique, car tous sont attestés chez Montaigne ou La Fontaine… Il est certain, en tout cas, que Ligne ne manifeste aucune volonté de renoncer à ce que nous appellerions aujourd’hui des belgicismes, et qui, vus de France, seraient plutôt des archaïsmes ou des emplois littéraires : « je m’en vas » pour « je m’en vais », la fréquence des mots « craque », « maison de ville », etc. Cela suffit-il à expliquer une déclaration particulièrement intéressante ? Ligne affirme éprouver des craintes à manier une langue dont il se sent, ou du moins, se dit « indigne, [étant] demi-Germain, Batave, Belge, Tudesque et barbare »27. Ne s’agirait-il pas ici d’une pose et d’une révérence à la Montaigne qui, lui aussi, s’affirmait coincé entre son gascon maternel et « effoiré », son latin appris, et son mauvais français ? Quoi qu’il en soit, il ne semble pas que la langue du prince soit un français mâtiné de néerlandais ou d’allemand. Tous les témoignages concordent pour dire qu’il ne parlait pas du tout la première et très mal la seconde, qu’il n’avait apprise qu’à la tête de ses troupes : un Allemand de caserne qui scandalisait ses filles, elles-mêmes, en revanche, excellentes bilingues. Sa petite-fille Titine de Ligne sera l’une des égéries de Goethe, qui lui dédiera son célèbre West-östlicher Divan.

  • 28 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Casanova, Töplitz, s.d., dans Uzanne (Octave), « Les re (...)

26Peut-être finalement, est-ce cette relation complexe à la langue française qui témoignerait le plus d’une spécificité « belge » de Ligne. Ligne admire les auteurs du Siècle de Louis le Grand, mais il leur reproche une langue raréfiée et appauvrie. Au moment où La Harpe impose avec vigueur ces modèles, Ligne, le premier peut-être, appelle à en secouer le joug. À Casanova qui lui avait demandé de relire les manuscrits de son Histoire de ma vie, Ligne répond : « Ne vous repentez pas de vos italianismes : ils ont plus de force que la sotte grammaire française, vieille radoteuse, qui a perdu ses règles »28. Archaïsmes, emplois littéraires, emprunts aux dialectes ou aux langues étrangères, tout lui paraît bon pour recolorer la langue et lui rendre sa saveur :

  • 29 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts, dans Mélanges militaires, littéraires et sentimentai (...)

Les étrangers hasardent souvent des mots excellents dans notre langue, qui valent mieux que ce que nous disons à la place. Il faudrait les garder. Qu’on cherche aussi dans le jargon des provinces. Cela joint à Montaigne, Monluc, Amyot, les fabliaux et les vieilles romances, rendrait la langue plus riche des trois quarts. Il y a dans les patois, des mots inventés par la nature et qui la peignent à merveille, par une sorte d’imitation de la chose qu’ils expriment29.

  • 30 Cité par Mor (Antonio), « Le prince de Ligne prosateur », dans Les Lettres romanes, t. ix, 1955, p. (...)

27Si une inversion, ou une construction, ou une expression étrangère, soit allemande, soit latine, soit italienne, contribue à plus de clarté, qu’on la prenne30.

28Il goûte ce qu’il appelle « le jargon », même s’il se montre sensible au fait qu’il pourrait ne s’agir que d’un simple travestissement et non d’une réelle revivification :

  • 31 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts, op. cit., pp. 36-37.

J’ai vanté plus d’une fois la naïveté, la bonhomie de l’ancien français ; mais il était pourtant bien familier. Tous ces petits diminutifs, ces petits mots de convention dont se servent Montaigne et Amyot, ne sont pas dignes de la majesté de l’histoire : ils pouvaient aller à la conversation. Qu’on renouvelle les chevaucher, les ramentevoir, servage, cauteleux etc., et tout ce qui ne se dit à présent que par plusieurs mots, ou très faiblement : mais nous aurons beau faire ; nos mœurs sont si changées, que nos romances n’auront pas plus l’air de ce temps-là, que les cœurs de ces dames. La naïveté ne revient plus dès qu’elle est partie ; et malgré quelques expressions qu’on lui volera peut-être, son jargon est perdu31.

  • 32 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Les deux amis, dans Mélanges militaires, littéraires et sentimen (...)
  • 33 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Talleyrand, [1814], dans Annales prince de Ligne, t. ii(...)
  • 34 ligne (Charles-Joseph, prince de), Le Parfait Égoïste, dans Œuvres romanesques, t. ii, op. cit., p. (...)

29En fait, c’est de l’intérieur même de la langue qu’il faut en opérer la révolution. En classique, il aime à limiter au maximum les mots inutiles. L’un de ses procédés chéris est de livrer un mot, en lui permettant, dans le contexte, de libérer tous ses sens potentiels. Un exemple, parmi tant d’autres, dans Les deux amis : « il était comme partie des jeunes gens de ce temps-ci, avec beaucoup plus de goût pour les histoires que pour l’histoire. – Eh bien, je vous en ferai, lui dit un jour Zerbin. »32 Ou bien encore, l’un de ses mots les plus illustres, quelques jours avant sa mort : « On dit que j’ai dit que le Congrès danse et ne marche pas. Ce qui fait que rien ne transpire que ces messieurs. »33 Il aime à laisser glisser ces sens les uns sur les autres, au sein même du mot. Ses réflexions sur le substantif, encore récent, d’« égoïsme » le conduisent à s’insurger : « Que m’importe le dictionnaire reçu. »34

Réception dans le domaine français

  • 35 Staël-Holstein (Germaine Necker, baronne de), Lettre au baron de Barante. Vienne, janvier 1808, dan (...)
  • 36 Propos rapporté par Ouvaroff (Serge, comte), Études de philosophie et de critique. Paris, Didot, 18 (...)

30Rendre visite au prince de Ligne, dans sa minuscule demeure sur les remparts de Vienne, était devenu, après 1794, une sorte de nouveau pèlerinage, comme l’avait été autrefois celui de Ferney. C’était bien au disciple de Voltaire à qui l’on rendait visite, et non au feld-maréchal des armées autrichiennes. Pour Germaine de Staël, Ligne était à Vienne « comme une île française dans la mer germanique »35. Lui-même s’était résolu à être considéré ainsi. En 1805, il écrit à Talleyrand : « À tout prendre, il n’y a plus que vous et moi de Français. »36

  • 37 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Germaine de Staël, Töplitz, 1er juillet [1809], dans No (...)
  • 38 Golovkine (Fédor, comte), La Cour et le Règne de Paul ier, éd. par S. Bonnet. Paris, Plon, 1905, pp (...)

31Autant l’homme continuait à éblouir, autant l’œuvre demeurait dans l’ombre : « On me voyait écrire et on ne me lisait point, on me comprenait peu. »37 Même ses amis les plus proches ne considéraient son œuvre qu’avec dédain, que ce soit le comte Fédor Golovkine – « Une écritoire renversée, des manuscrits illisibles et surchargés de ratures, avertissaient qu’il avait écrit, ce qui, soit en prose, soit en vers, était d’une profonde médiocrité »38 –, ou le jeune comte Serge Ouvaroff :

  • 39 Ouvaroff (Serge, comte), op. cit., p. 383.

Comme écrivain, le prince de Ligne n’avait aucun mérite, excepté celui d’une facilité extrême. Presque toujours ses lettres étaient piquantes, mais le noir de l’imprimerie n’allait pas bien à son style. Il avait ruiné son libraire de Dresde, obligé par contrat d’imprimer tout ce qui sortait de sa plume. Le prince a écrit au hasard et sur toute sorte de sujets de trente à quarante volumes […] de ce fatras illisible et que lui-même reconnaissait pour tel39.

32Le prince s’en amusait, d’autant que les livres qu’il avait signés sous un autre que nom que le sien recueillaient le plus vif succès :

  • 40 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., pp. 370-371.

Je reviens de Dresde aujourd’hui 1er octobre [1810] […] J’ai passé toute la journée d’hier à la Cour. […] On m’a accablé d’éloges de mes ouvrages dans mes deux voyages de Dresde, et ici par toutes les étrangères surtout, car on ne me lit guère je crois. Jamais dans nos pays : mais quand, par hasard, on m’en parle ici, je dis aux uns, et aux autres, je suis imprimé chez vous, ou près de chez vous depuis 15 ans, et vous ne vous êtes pas donné la peine de me lire. […] Voyez ce que c’est que le jugement, et les jugements. Mes Mémoires du prince Eugène vrais pour le fonds et mystifiés pour les conversations ont aussi la plus grande vogue40.

33Parus à Weimar en 1809, les Mémoires du prince Eugène de Savoie écrits par lui-même avaient été aussitôt réédités à Paris et à Londres. Il fallut attendre l’anthologie de madame de Staël pour que la France découvre l’œuvre du prince de Ligne. Le succès devait dépasser toutes les espérances : en quelques mois, cinq éditions furent épuisées et deux autres anthologies leur emboîtèrent le pas.

  • 41 Pichois (Claude), « La mystérieuse madame Panam ou Amour, police et diplomatie », dans Revue d’hist (...)

34Ligne jouit alors d’une vogue qui incita même à en à réaliser des pastiches, des supercheries destinées à augmenter la vente de certains livres. C’est le cas de Philarète Chasles qui composa une fausse épître de Ligne en tête des Mémoires d’une jeune Grecque de madame Panam, mémoires suivis par ailleurs de lettres, en revanche, authentiques41. Stendhal tomba dans le piège :

  • 42 Stendhal (Henri Beyle, dit), Chroniques pour l’Angleterre. Contributions à la presse britannique, t (...)

Ces Mémoires commencent par une lettre du prince de Ligne qui a un succès fou. Elle est digne de Voltaire. C’est un coup d’œil rapide sur l’histoire des cours, depuis Cyrus et Héliogabale jusqu’à Louis xv et Mme de Pompadour42.

35Ce n’était donc pas l’exotisme qui avait séduit le public. Au contraire, c’est même la sensation d’une sorte de quintessence de l’esprit français que Stendhal perçoit ici et que Barbey d’Aurevilly vantera à son tour :

  • 43 Barbey d’Aurevilly (Jules-Amédée), L’Esprit, cité dans Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mémoires, (...)
  • 44 Barbey d’Aurevilly (Jules-Amédée), « Henri Rochefort », dans Le Nain jaune, mars 1866 ; rééd. dans (...)

Cette toute petite chose qu’avait Voltaire, qu’avait Beaumarchais, qu’avait le prince de Ligne, et qui nous fait trouver une volupté si particulière jusque dans une anecdote de trois lignes contée par Chamfort ou un mot lancé par Rivarol43.
Le prince de Ligne, le plus français des hommes par le génie, était Belge44.

36La singularité du style de Ligne, que tous ressentent, n’a rien de belge : elle était aristocratique. Ligne, dans la singularité de son écriture, inscrit le naturel et le décousu de la conversation. Élève de Montaigne, de Sévigné et de La Fontaine, il s’efforce, par une feinte négligence, de cacher l’art par l’art. C’est ce qu’avait parfaitement compris madame de Staël :

  • 45 Staël (Germaine de), Préface aux Lettres et pensées du maréchal prince de Ligne. Paris-Genève, Pasc (...)

Le maréchal prince de Ligne a été reconnu par tous les Français pour l’un des plus aimables homme de France, et rarement ils accordaient ce suffrage à ceux qui n’étaient pas nés parmi eux. Peut-être même le prince de Ligne est-il le seul étranger qui, dans le genre français, soit devenu modèle, au lieu d’être imitateur. […] Il y a toujours de l’esprit et de l’originalité dans tout ce qui vient de lui, mais son style est souvent du style parlé, si l’on peut s’exprimer ainsi. Il faut se représenter l’expression de sa belle physionomie, la gaîté caractéristique de ses contes, la simplicité avec laquelle il s’abandonne à la plaisanterie, pour aimer jusqu’aux négligences de sa manière d’écrire. Mais ceux qui ne sont pas sous le charme de sa présence analysent comme un auteur celui qu’il faut écouter en le lisant ; car les défauts mêmes de son style sont une grâce dans sa conversation. Ce qui n’est pas toujours bien clair grammaticalement le devient par l’à-propos de la conversation45.

  • 46 Sur la spécificité stylistique de ce texte, voir notre article « Orient rêvé, Orient vécu dans l’œu (...)
  • 47 Ligne (Charles-Joseph, prince de), [Portrait de Chateaubriand], dans Acke (Daniel), éd., Caractères (...)

37Cette proximité soigneusement entretenue de l’écrit avec l’oral était spécifiquement française. S’il arrive à Ligne d’arrondir ses périodes –comme dans la célèbre lettre dite « de Parthenizza »46 –, il préfère, le plus souvent, un style bref et irrégulier. Ligne affirme sans ambages sa prédilection pour celui-ci et rejette, avec admiration, celui de Chateaubriand : « Il serait plus riche, s’il n’avait pas trop de luxe, il sème trop pour pouvoir recueillir. »47 Mais Ligne, dans le même temps, mesure parfaitement les risques qu’il court à pratiquer ce style négligé :

  • 48 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts, dans Mélanges militaires, littéraires et sentimentai (...)

Cela fait que j’ai un grand défaut. Il y a tout plein de gens, à qui je ne dois paraître ni clair, ni agréable, ni profond. Si je l’étais, ce serait seulement pour les pays et les gens avec qui j’ai le plus vécu, et qui ont appris à peu près les mêmes choses que moi ; ayant été élevés de même, et s’étant trouvés, à peu près, dans les mêmes circonstances48.

38En se faisant ainsi plus français que les Français mêmes, Ligne n’incarne-t-il pas – mais à sa façon qui est aussi celle de son siècle –, ce complexe que trahissent tant d’auteurs belges ?

Haut de page

Notes

1 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Germaine de Staël, [1810], dans Ullrichová (Maria), Lettres de madame de Staël en Bohême. Prague, Académie tchécoslovaque des sciences, 1959, p. 17.

2 Voir le premier volume de Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. Bruxelles, Racine, 2000, et Dubois (Sébastien), L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-nation (1648-1830). Bruxelles, Racine, 2005.

3 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i. Vercruysse (Jeroom), éd., Paris, Champion, 2000-2001, pp. 154-155.

4 Id., pp. 124-126.

5 Id., p. 116.

6 Cité dans Delsemme (Paul), Les Écrivains francs-maçons de Belgique. Bruxelles, Bibliothèque de l’Université libre de Bruxelles, 2004, p. 64.

7 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettres au chevalier Stanislas de Boufflers, Vienne, 1er juin [1810 ?], dans Lebasteur (Henri), éd., Nouveau recueil de lettres. Paris, Champion, 1928, pp. 411-412.

8 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. ii, op. cit., p. 60 et 515 (3e cahier, variante au).

9 Ce sentiment d’être devenu très brièvement français se ressent encore dans son récit Vie du chevalier de Macare (Œuvres romanesques, t. ii, Couvreur (Manuel), éd., Paris, Champion, 2005).

10 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mémoire sur les Pays-Bas autrichiens que je donnai à Joseph ii qui devait y séjourner, dans Annales prince de Ligne, t. i, 1920, pp. 166-168 ; t. ii, 1921, p. 216.

11 Leuridant (Félicien), Une éducation de prince au xviiie siècle : Charles-Joseph de Ligne. Documents inédits. Bruxelles, Lamertin, 1923.

12 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., p. 54.

13 Voir Fumaroli (Marc), Quand l’Europe parlait français. Paris, De Fallois, 2001. De manière prémonitoire, Ligne a parfaitement perçu l’affaiblissement du modèle français en Europe centrale au début du xixe siècle : « Comme il n’y a presque personne, je n’entends pas parler allemand, comme cela arrive souvent à présent, dans la société de Vienne, où autrefois, on croyait le français, la langue générale ; ce qui contribuait beaucoup à l’urbanité. » (Fédor et Alphonsine, 2e Lettre, dans Ligne (Charles-Joseph, prince de), Œuvres romanesques, t. ii, op. cit., p. 305)

14 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Œuvres romanesques, t. i, Mortier (Roland), Couvreur (Manuel), éd., Paris, Champion, 2000, p. 213.

15 Id., p. 349.

16 Trousson (Raymond), « Les curiosités littéraires du prince de Ligne », dans Nouvelles annales prince de Ligne, t. iv, 1989, pp. 91-124.

17 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., p. 82.

18 Ligne (Charles-Joseph, prince de), L’Anglais à Paris, dans Œuvres romanesques, t. ii., op. cit., pp. 41-43.

19 Trousson (Raymond), « Un visiteur de la rue Plâtrière : le prince Charles-Joseph de Ligne », dans Berchtold (Jacques) et Porret (Michel), éd., Rousseau visité, Rousseau visiteur. Les dernières années (1770-1778). Annales de la Société Jean-Jacques Rousseau, t. xlii, 1999, pp. 237-250.

20 Mouriau de Meulenacker (Pierre), « À propos des Lettres à Eugénie du prince Charles-Joseph de Ligne », dans Le Livre et l’Estampe, n°153, 2000, pp. 7-52.

21 Bárdos (Miklós), « Le comte János Fekete de Galántha (1741-1803), disciple hongrois du prince de Ligne », dans Nouvelles annales prince de Ligne, t. xiii, 1999, pp. 189-214.

22 Soares (Gabriela), « Les écarts d’un traducteur. Ligne et ses tragédies d’après Don Carlos de Schiller et Saül d’Alfieri », dans Nouvelles annales prince de Ligne, t. xvi, 2003, pp. 181-228.

23 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Nouveau recueil de lettres, op. cit., pp. 251-253.

24 Sur cet éclectisme, voir notre lecture à Ligne (Charles-Joseph, prince de), Coup d’œil sur Belœil. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2003, pp. 192-195.

25 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., pp. 50-51.

26 Id., p. 209.

27 Cité par Roland Mortier dans sa lecture de Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2003, p. 136. 

28 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Casanova, Töplitz, s.d., dans Uzanne (Octave), « Les relations de Ligne et de Casanova », dans Annales prince de Ligne, i, 1920, p. 338.

29 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts, dans Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires, t. xiii, Dresde, Walther, 1796, p. 252.

30 Cité par Mor (Antonio), « Le prince de Ligne prosateur », dans Les Lettres romanes, t. ix, 1955, p. 29.

31 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts, op. cit., pp. 36-37.

32 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Les deux amis, dans Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires, t. xxi, op. cit., p. 153. Sur ce point, voir les nombreux exemples donnés par Mor, op. cit., pp. 30-34.

33 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Talleyrand, [1814], dans Annales prince de Ligne, t. ii, 1922, p. 68.

34 ligne (Charles-Joseph, prince de), Le Parfait Égoïste, dans Œuvres romanesques, t. ii, op. cit., p. 247.

35 Staël-Holstein (Germaine Necker, baronne de), Lettre au baron de Barante. Vienne, janvier 1808, dans Pange (comtesse Jean de), « Madame de Staël et le prince de Ligne », dans Annales prince de Ligne, t. xvi, 1935, p. 111.

36 Propos rapporté par Ouvaroff (Serge, comte), Études de philosophie et de critique. Paris, Didot, 1845, p. 375. Il se retrouve en 1807 dans une lettre de Ligne au comte de La Marck (dans Annales prince de Ligne, t. ii, 1921, p. 18).

37 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Lettre à Germaine de Staël, Töplitz, 1er juillet [1809], dans Nouveau recueil de lettres, op. cit., pp. 52-53.

38 Golovkine (Fédor, comte), La Cour et le Règne de Paul ier, éd. par S. Bonnet. Paris, Plon, 1905, pp. 217-218. Lorsqu’il écrit au prince, Golovkine se montre, on s’en doute, moins sévère pour les « enfant[s] de cette verve toujours si abondante et brillante dont les négligences mêmes sont originales » (Annales prince de Ligne, t. iv, 1923, p. 71).

39 Ouvaroff (Serge, comte), op. cit., p. 383.

40 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Fragments de l’histoire de ma vie, t. i, op. cit., pp. 370-371.

41 Pichois (Claude), « La mystérieuse madame Panam ou Amour, police et diplomatie », dans Revue d’histoire diplomatique, n°71, 1957, pp. 155-174.

42 Stendhal (Henri Beyle, dit), Chroniques pour l’Angleterre. Contributions à la presse britannique, t. ii, 1823-1824. Grenoble, Publications de l’Université Stendhal, 1982, p. 126.

43 Barbey d’Aurevilly (Jules-Amédée), L’Esprit, cité dans Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mémoires, lettres et pensées. Paris, Bourin, 1989, p. 816.

44 Barbey d’Aurevilly (Jules-Amédée), « Henri Rochefort », dans Le Nain jaune, mars 1866 ; rééd. dans Femmes et Moralistes. Paris, Lemerre, 1906, p. 275.

45 Staël (Germaine de), Préface aux Lettres et pensées du maréchal prince de Ligne. Paris-Genève, Paschoud, 1809, pp. v-vi.

46 Sur la spécificité stylistique de ce texte, voir notre article « Orient rêvé, Orient vécu dans l’œuvre du prince de Ligne », dans Basch (Sophie), Guyaux (André) et Salmon (Gilbert), éd., Orients littéraires. Mélanges offerts à Jacques Huré. Paris, Champion, 2004, pp. 106-109.

47 Ligne (Charles-Joseph, prince de), [Portrait de Chateaubriand], dans Acke (Daniel), éd., Caractères et portraits. Paris, Champion, 2003, p. 437.

48 Ligne (Charles-Joseph, prince de), Mes écarts, dans Mélanges militaires, littéraires et sentimentaires, t. xx, 1797, p. 180.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Manuel Couvreur, « Un Autrichien à Paris. Quelques réflexions sur les singularités « belges » du prince de Ligne », Textyles, 28 | 2005, 53-62.

Référence électronique

Manuel Couvreur, « Un Autrichien à Paris. Quelques réflexions sur les singularités « belges » du prince de Ligne », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/451 ; DOI : 10.4000/textyles.451

Haut de page

Auteur

Manuel Couvreur

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org