Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960)

Bruxelles, Le CRI/CIEL-ULB-Ulg, 2009
Michel Biron
p. 179-182
Référence(s) :

Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960), Bruxelles, Le CRI/CIEL-ULB-Ulg, 2009, 381 p.

Texte intégral

1Période mal connue et mal aimée de l’histoire littéraire en Belgique francophone, le milieu du xxe siècle est associé le plus souvent au néoclassicisme pratiqué par des auteurs qui ont tout fait pour élever la littérature à la hauteur d’un universalisme abstrait qui est vite passé de mode. La critique a plutôt tourné son regard du côté des « irréguliers du langage », selon l’expression de Marc Quaghebeur. Mais la littérature qui se fait entre la Libération et les Golden Sixties, selon la thèse centrale de cet ouvrage de Bibiane Fréché, est loin de se réduire au seul néoclassicisme. À la lumière d’une enquête approfondie portant sur l’ensemble des réseaux d’écrivains belges, l’auteure montre que la vie littéraire durant cette période est plus complexe et moins homogène qu’on ne le dit habituellement. Si elle ne remet pas en cause la prédominance du néoclassicisme, elle situe ce dernier dans un tableau général des positions littéraires occupées ou revendiquées en Belgique entre 1944 et 1960.

2Ce livre tiré d’une thèse de doctorat s’adresse avant tout à des spécialistes de la littérature belge. Il dépasse toutefois le cadre de la littérature et situe celle-ci dans un horizon culturel, poli tique et social qui, à bien des égards, se distingue du contexte qui prévaut au même moment en France. Ni l’existentialisme ni le Nouveau Roman n’occupent le devant de la scène littéraire en Belgique, même si ces courants ont eu leurs représentants à Bruxelles ou à Liège. Le livre de Bibiane Fréché n’insiste pas trop sur ces différences, mais il montre bien, par la richesse et la rigueur de son enquête, comment se fait la chose littéraire au nord du Quiévrain. La qualité de son travail tient d’abord à l’ampleur et à la variété des sources consultées. Au-delà des œuvres elles-mêmes, Bibiane Fréché est en effet allée voir du côté des périodiques (elle en a dépouillé cent quarante-cinq), des principaux quotidiens, des anthologies parues de 1944 à 1959, des publications officiell es et des archives (publiques et privées) en plus d’interviewer quatorze témoins importants. Personne ne s’était livré à un tel travail de sociologie littéraire jusqu’ici, mené de surcroît avec autant de patience que de prudence. Le résultat est tout à fait utile et servira très certainement d’ouvrage de référence pour quiconque s’intéresse à la littérature belge de cette période.

3Sur le plan théorique, Bibiane Fréché prend ses distances par rapport à la notion bourdieusienne de champ littéraire. Elle préfère la notion de « réseau », qui s’impose de plus en plus dans le domaine de la sociologie littéraire, afin de montrer les nombreuses configurations d’écrivains qui remodèlent après la Seconde Guerre l’espace littéraire en Belgique francophone. C ette perspective théorique a l’avantage d’éviter le réductionnisme auquel les travaux sur le champ littéraire prêtent flanc et permet de suivre de près les trajectoires d’écrivains en fonction de leur contexte immédiat. Une telle approche – c’est le revers de la médaille – tend toutefois à coller de si près aux singularités des trajectoires qu’on perd parfois de vue la logique d’ensemble, sans parler de la littérature elle-même qui n’est abordée ici que de façon à illustrer chacun des réseaux. Ceux-ci sont décrits minutieusement, mais l’articulation des réseaux demeure quant à elle incertaine, de sorte que le lecteur garde l’impression de lire une série d’enquêtes juxtaposées portant sur des institutions, sur les politiques culturelles de chaque région de Belgiq ue, sur la fortune relative de chacun des principaux genres littéraires et sur l’influence plus ou moins forte de certaines revues littéraires ou de certains théâtres. De telles études « sectorielles » sont extrêmement précieuses, certes, mais les conclusions qui auraient permis de proposer une interprétation plus générale demeurent à peine esquissées.

4La première partie de l’ouvrage analyse la vie littéraire en lien avec les pouvoirs publics au lendemain de la Libération. L’instauration du Fonds national de littérature en 1947 constitue sans doute l’événement le plus représentatif des changements qui s’opèrent alors à la faveur de la reconstruction du pays. Bibiane Fréché parle de « révolution » (p. 45) dans la mesure où c’est le véritable point de départ d’un financement public des lettres, conformément à un vœu maintes fois exprimé par les écrivains belges depuis la fin du xixe siècle. Les montants disponibles demeurent modestes au début, mais ce Fonds jette les bases d’un mécénat d’État qui aboutira à celui que l’on connaît aujourd’hui. À noter le rôle important et paradoxal de l’Académie Royale de langue et littérature françaises qui veut jouer un rôle clef dans les organismes culturels nationaux tout en répétant que la littérature ne connaît pas de frontières politiques. Grâce au nouveau Fonds national, l’Académie (qui a obtenu de gérer ce Fonds) va orienter l’octroi de prix littéraires et de subventions (aux revues et à l’édition), ce qui explique peut-être le rayonnement exceptionnel du néoclassicisme en Belgique.

5D’autres institutions contribuent à modifier l’espace littéraire, en particulier du côté du théâtre, avec la création du Théâtre national de Belgique en 1945, et du côté de la poésie, avec une série d’activités soutenues grâce à un étonnant mécénat privé. Le cas de Roger Bodart est révélateur en ce sens. Ami de Charles Plisnier et de Marcel Thiry, ce docteur en Droit qui avait refusé de collaborer à Radio-Bruxelles durant l’Occupation occupe une position privilégiée au Ministère de l’Instruction publique, dont il sera le premier conseiller littéraire en 1951. C’est lui qui lance de jeunes écrivains néoclassiques comme Charles Bertin, Jean Tordeur et Jean Mogin, et plus tard la poète Liliane Wouters et le romancier Pierre Mertens. On lui doit aussi les Midis de la poésie, dont la première séance a eu lieu le 11 janvier 1949 devant pas moins de 1 300 personnes! La formule à succès était simple: on organisait de courtes conférences-lectures présentées dans un langage très accessible susceptible d’attirer également des classes d’élèves. À côté d’institutions comme l’Académie Royale ou l’Association des écrivains belges de langue française, on voit ainsi se constituer un réseau davantage personnel, gravitant autour de cette figure aujourd’hui oubliée de Roger Bodart. Comme quoi, dans un petit milieu comme celui de la Belgique littéraire francophone, un seul homme doté d’une fortune matérielle peut parfois jouer un rôle de « monarque absolu » (p. 142).

6La seconde partie du livre porte sur les écrivains davantage que sur les institutions littéraires, même s’il était déjà question dans la première partie des auteurs et même s’il sera encore question, dans cette seconde partie, des structures institutionnelles. La différence entre les deux parties tient davantage à la perspective adoptée: dans la première partie, Bibiane Fréché partait des institutions pour situer les écrivains alors que, dans la seconde partie, elle part des écrivains pour construire les logiques déterminant la vie littéraire. Ces logiques se situent toutefois à des niveaux très différents selon qu’elles touchent au choix d’un genre littéraire, à l’identification à la France ou à la Belgique ou à l’engagement de l’écrivain dans la société. Le premier chapitre aborde la question des choix esthétiques tandis que les deux autre s portent sur une certaine vision du monde propre aux écrivains belges de cette période. Entre les choix esthétiques et les positions idéologiques des écrivains, on voit bien se dessiner des correspondances ou des corrélations, mais elles demeurent presque toujours implicites de sorte qu’on se demande ce qu’il faut retenir de cette présentation par ailleurs extrêmement riche en détails de toutes sortes.

7En plus des pages attendues consacrées au théâtre, à la poésie et à la paralittérature qui connaissent un succès remarquable en Belgique au cours de cette période, on trouvera dans cette partie un tableau circonstancié des positions identitaires des écrivains en regard de la Belgique et de la France. La francophilie exprimée déjà dans le Manifeste du Lundi en 1937 se confirme après la Seconde Guerre mondiale et donne lieu à des st ratégies souvent efficaces (c’est le cas notamment du romancier néoclassique Alexis Curvers) pour dépasser le milieu belge, abandonné aux écrivains régionalistes. Le roman fantastique, le roman policier et la bande dessinée s’imposent sur la scène nationale et internationale, avec notamment Jean Ray, Thomas Owen, Marcel Thiry, Paul Willems, Guy Vaes, Franz Hellens et bien sûr Simenon et Hergé. Un lecteur étranger ne peut que s’étonner devant ce succès présenté ici comme presque banal, mais qui pourrait faire envie aux écrivains francophones d’aujourd’hui. Il faudrait rappeler aux auteurs du récent manifeste « Pour une littérature-monde » qu’en 1958 trois des prix littéraires français les plus prestigieux sont allés à deux Belges (Francis Walder pour le Goncourt, Françoise Mallet-Joris pour le Femin a) et à un Martiniquais (Édouard Glissant pour le Renaudot).

8Les pages les plus neuves sont toutefois celles que Bibiane Fréché consacrent dans son dernier chapitre à la littérature de témoignage et à l’épuration des intellectuels belges après la Libération. C’est là qu’elle parvient le mieux à se donner une certaine hauteur et à dégager un mouvement général tendant vers le « désengagement massif des hommes de lettres » (p. 250). Rares sont les écrivains qui occupent un rôle majeur sur la scène politique et sociale, comme le diront (avec reproche) plusieurs critiques belges par la suite. Il y a bien quelques exceptions, mais l’exemple d’Arthur Haulot montre bien a contrario les limites qui sont celles de l’intellectuel belge, puisque cet ancien prisonnier de guerre, qui est un des rares à jouir en Belgique d’une véritable aura médiatique, n’occupe le devant de la scène nationale qu’en vertu de son statut de prisonnier de guerre, non en tant qu’écrivain. On comprend mieux, lisant le livre de Bibiane Fréché, pourquoi il n’y a pas eu d’équivalent de Sartre en Belgique.

9À souligner, en terminant, le fait que l’ouvrage comprend un index fort utile permettant de trouver rapidement des informations précises qui ne se trouvent nulle part ailleurs. On consultera également avec profit la bibliographie très complète qui fait véritablement le tour de la question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Biron, « Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960) », Textyles, 38 | 2010, 179-182.

Référence électronique

Michel Biron, « Fréché (Bibiane), Littérature et société en Belgique francophone (1944-1960) », Textyles [En ligne], 38 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 16 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/444

Haut de page

Auteur

Michel Biron

Université McGill

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org