Navigation – Plan du site

Un Belge récalcitrant. La difficile entrée de Marnix de Sainte-Aldegonde dans l’historiographie littéraire de la Belgique francophone

Marnix Beyen
p. 46-52

Texte intégral

1Je n’ai pas l’habitude de profiter des contributions académiques telles que celle-ci pour parler de moi. Dans le cas présent, cependant, je me sens presque obligé de le faire. Si vous comparez le titre de cet article et le nom de son auteur, vous comprendrez aisément pourquoi. Et vous le comprendrez d’autant mieux en sachant que l’ouvrage principal de Marnix de Sainte-Aldegonde, en néerlandais, s’appelle De Bijencorf der roomsch-katholycke kercke, c’est-à-dire La Ruche aux abeilles de la Sainte Église romaine. Mon prénom, mais également mon nom de famille semblent donc renvoyer à celui qui fera l’objet de cette étude et, en l’occurrence, il ne s’agit pas d’une simple coïncidence.

  • 1 Verschaffel (Hilde), « Marnix van Sint-Aldegonde, een symbool in de clerico-liberale strijd (1830-1 (...)

2En effet, mes parents n’ont pas choisi le nom de Marnix pour des raisons purement esthétiques, même si celles-ci furent déterminantes. Si je porte le nom de Marnix, c’est aussi parce que mes parents étaient des admirateurs de l’intellectuel et politicien polyvalent du xvie siècle Marnix de Sainte-Aldegonde. J’ai toujours cru que cette admiration allait d’abord à l’anticléricalisme et à la « libre-pensée » du « Gueux » Marnix – un anticléricalisme que mon père n’a jamais cherché à cacher. Ce n’est que très récemment que j’ai appris que, par ce choix, mes parents avaient suivi l’exemple des libéraux flamands de la fin du xixe siècle, qui affichaient leur anticléricalisme en donnant à leurs fils le prénom de Marnix1. Quoi qu’il en soit, l’idée que mon prénom avait été choisi en référence à ce célèbre libre-penseur m’a toujours rempli d’une certaine fierté et, pendant mon adolescence, j’avais même tendance à considérer que ce nom impliquait une sorte de mission anticléricale et d’athéisme. Cette association entre Marnix et athéisme prouve d’ailleurs que je n’avais pas lu, à cette époque, les ouvrages du pieux calviniste que fut notre auteur.

3Plus tard, mon parcours d’historien m’a fait prendre conscience que, dans l’histoire de la Belgique et des Pays-Bas, le nom de Marnix n’avait pas toujours été porteur de cette connotation d’anticléricalisme ou de libre-pensée. La mémoire collective des deux pays conserve, au contraire, des images contrastées de cette figure, de nature, pour certaines d’entre elles, à relativiser la fierté que j’éprouvais à l’égard de mon nom.

  • 2 Voir, entre autres, Colin (Paul), « Marnix de Sainte-Aldegonde ou l’extrémiste malgré lui », dans C (...)

4Mes recherches sur les représentations du passé national en Belgique et aux Pays-Bas dans les années 1930 et 1940 m’ont d’abord mis en contact avec l’image d’un Marnix de Sainte-Aldegonde considéré comme l’un des pères fondateurs de la République des Pays-Bas réunis, père fondateur qui pouvait être revendiqué aussi bien par les calvinistes que par les libéraux néerlandais. Puis, je découvris la figure iconique qu’il représentait au sein d’un certain courant « grand-néerlandais » du mouvement flamand. Cette utilisation de la figure de Marnix se reflète encore aujourd’hui dans la nomenclature du « service-club flamingant », le Marnixring. Cet usage flamingant et « grand-néerlandais » ne doit pas faire oublier que Marnix joua aussi un rôle dans la résurgence du patriotisme belge qui se manifesta, surtout dans des milieux francophones, au seuil de la Seconde Guerre mondiale2.

  • 3 Voir Schöffer (Ivo), Het nationaal-socialistische beeld van de geschiedenis der Nederlanden. Een hi (...)
  • 4 Voir la correspondance entre Himmler et le commissaire de l’Empire Allemand aux Pays-Bas, Seyss-Inq (...)

5Encore plus étonnant fut le fait que je me heurtai même à un Marnix avocat de la parenté germanique entre l’Allemagne et les pays thiois, et donc prédécesseur du national-socialisme. Cette dernière interprétation repose sur une lecture très biaisée de l’allocution que Marnix avait faite devant la Diète de Worms en 15783. Le dirigeant des SS, Heinrich Himmler proposa, pour cette raison, de donner le nom de Marnix à une école de formation des cadres SS aux Pays-Bas – une proposition rejetée par d’autres nazis possédant un peu plus de sens historique4. Quant à moi, je ne pouvais qu’espérer que ce n’était pas ce Marnix-là qui avait inspiré mes parents dans le choix de mon prénom.

  • 5 Voir le résultat de ces recherches dans mon ouvrage Held voor alle werk. De vele gedaanten van Tijl (...)

6Par une voie « secondaire » dans mes recherches, j’ai rencontré encore une autre image de Marnix : elle n’était pas moins surprenante pour moi, mais elle avait certainement aussi joué un rôle capital dans la décision de mes parents. Cette recherche concernait la figure de Thyl Ulenspiegel. En étudiant la littérature qui avait paru en Belgique pendant la Seconde Guerre mondiale, j’ai été frappé par la fréquence des apparitions de cette figure légendaire, aussi bien du côté des résistants que de celui des collaborateurs flamands. Cette constatation m’a poussé à approfondir mes recherches sur l’évolution de la figure de Thyl dans l’histoire culturelle et politique belge5. Ceci m’a évidemment conduit sur les traces de Charles De Coster. Et c’est là que j’ai retrouvé Philippe de Marnix, seigneur de Sainte-Aldegonde, qui peut être considéré comme une figure significative de l’imaginaire de l’auteur de la Légende.

  • 6 Voir mon étude « 1867. Parution de La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster. Autour de la diff (...)

7On peut aisément comprendre pourquoi le Marnix anticlérical et avocat de la tolérance religieuse faisait partie du bagage culturel du libéral progressiste qu’était De Coster. Jusque-là, rien de surprenant. De plus grandes surprises m’attendaient lorsque je me mis à faire des recherches sur la réception littéraire de La Légende d’Ulenspiegel et sur l’émergence de l’idée selon laquelle la littérature belge était née avec la parution de cet ouvrage6.

  • 7 Vandervelde (Émile), « Le centenaire de Charles De Coster », dans Revue de Paris, t. i, pp. 310-324
  • 8 Delmelle (Joseph), Histoire de la littérature belge d’expression française, coll. La Nation n°35. B (...)

8Dans un article que le patron du parti socialiste, Émile Vandervelde, avait consacré à la Légende à l’occasion du 50e anniversaire de sa publication, je lus, par exemple, que ce livre était « le premier ouvrage digne d’être sauvé de l’oubli, qui ait paru en Belgique depuis l’époque où Marnix de Sainte Aldegonde écrivait, en flamand, le Bijencorf, et, en français, le célèbre Tableaux des différends de la Religion. Entre ces deux moments, en effet, il n’y a rien. »7 Je découvris, en d’autres termes, que Marnix n’était pas seulement considéré comme une figure politique, mais aussi comme un écrivain, voire comme l’un des pères fondateurs de la littérature belge et, plus spécifiquement encore, de la littérature francophone de Belgique : dans presque toutes les synthèses qui lui sont consacrées, Marnix joue un rôle important ; une photo de sa statue au Sablon illustre même la couverture du livret que Joseph Delmelle a publié sur le sujet en 1950 à la demande du ministère de la Défense8.

9Ainsi, je compris que mon propre nom ne renvoyait pas seulement au grand défenseur de la tolérance religieuse, mais également au non moins grand écrivain belge d’expression française que Marnix aurait été. Cette intuition était très plausible puisque mon père – à quoi bon le dissimuler plus longtemps ? – a précisément donné cours sur la littérature francophone de Belgique. Par la suite, il devait me confirmer la justesse de cette intuition en précisant qu’au début de sa carrière, il commençait ses cours en étudiant Marnix, expliquant ce choix par le fait que son promoteur et prédécesseur, Joseph Hanse, avait fait de même avant lui.

10La découverte de ce Marnix écrivain belge ne m’intéressait pas seulement parce qu’elle illuminait une partie de ma propre existence : elle m’intriguait également en tant qu’historien préoccupé par le rôle que jouent les représentations historiques, littéraires et scientifiques dans la formation des identités nationales. Comment cet écrivain qui avait vécu plusieurs siècles avant la naissance des États-Nations modernes avait-il bien pu être honoré pendant la première moitié du xxe siècle comme une icône, aussi bien en Belgique qu’aux Pays-Bas ? Comme presque tous les participants aux débats académiques sur l’identité nationale, je me méfie de toute forme d’essentialisme ou de primordialisme, c’est-à-dire d’une manière de penser les nations et les identités nationales comme des entités éternelles, antérieures aux États nationaux ou aux mouvements nationalistes. Jusqu’à un certain point, la nation est toujours, à mon avis, le résultat d’un travail de construction, qu’elle soit le fait d’un État ou d’un mouvement national. Cependant, je ne me range pas aux côtés des constructivistes radicaux, qui considèrent toutes les nations comme des inventions soudaines du xixe siècle et donc, tous les récits d’histoire nationale remontant avant le xixe siècle comme de simples inventions. Ma position est la suivante : la nation est moins le résultat nécessaire d’une évolution historique que le produit du récit que les élites nationales ont élaboré – et ne cessent de reformuler – en ayant recours à l’histoire et à d’autres données culturelles et sociologiques. Les discours sur l’histoire nationale ne sont pas, dans cette perspective, de pures et simples inventions, mais des tentatives d’organiser les données de l’histoire de manière telle qu’elles correspondent aux aspirations actuelles d’une nation.

11En adoptant ce point de vue, je ne pouvais accepter les affirmations selon lesquelles Marnix de Sainte-Aldegonde aurait tout simplement été un Belge « par essence », ou que son œuvre littéraire aurait eu un caractère intrinsèquement belge. Le véritable enjeu d’une recherche sur Marnix était de savoir depuis quand l’écrivain figurait au panthéon de la littérature francophone de Belgique et de comprendre comment on l’avait représenté afin de l’y intégrer. J’essaierai de donner un début de réponse à ces deux questions.

12Une chose est certaine : on ne rencontre guère Marnix dans les synthèses sur la littérature francophone de Belgique parues avant 1880. Bien évidemment, il est absent des Mémoires pour servir à l’histoire littéraire des dix-sept provinces des Pays-Bas que le bibliographe et exégète biblique Jean-Noël Paquot a écrits à la fin du xviiie siècle, ainsi que des Caractères de l’ancienne littérature belge que le jeune avocat catholique Henry Carton de Wiart a fait paraître un siècle plus tard. Pour les catholiques belges des xviiie et xixe siècles, l’hérétique Marnix était presque aussi diabolique que son maître, Guillaume le Taciturne.

  • 9 Van Hasselt (André), Essai sur l’histoire de la poésie française en Belgique. Bruxelles, Hayez, 186 (...)
  • 10 Pirenne (Henri), Histoire de Belgique, t. III, 2e éd., 1912, pp. 326-327. Sur l’attitude négative d (...)

13André Van Hasselt ne lui réserve pas non plus de place dans son Essai sur l’histoire de la poésie française en Belgique en 1838. Le xvie siècle tout entier était d’ailleurs, selon Van Hasselt, « le tombeau du génie poétique en Belgique »9 : les turbulences politiques et militaires de cette époque auraient rendu impossible toute forme d’expression littéraire. Durant la plus grande partie du xixe siècle a régné une sorte de consensus sur cette thèse, qui sera encore reprise en 1907 par le grand historien Henri Pirenne, d’après lequel le talent extraordinaire de Marnix aurait été absorbé par « la passion religieuse et politique »10.

  • 11 Tout d’abord d’une manière peu élaborée dans son « Aperçu général de l’histoire des lettres en Belg (...)
  • 12 Potvin (Charles), Cinquante ans de liberté, t. iv, Histoire des lettres en Belgique. Bruxelles, Wei (...)
  • 13 Chot (Joseph), Dethier (René), Histoire des lettres françaises de Belgique depuis le Moyen Âge jusq (...)

14Le polygraphe bruxellois Charles Potvin semble, dès 1865, avoir été le premier à exhumer Marnix du tombeau littéraire qu’aurait été le xvie siècle11. Pour Potvin, Marnix était la plus pure incarnation du « génie belge » au xvie siècle – un génie qui se serait épanoui de façon plus brillante encore au xviie siècle dans la figure de Rubens12. Bien que cette valorisation positive de Marnix trouve place dans le contexte de l’histoire littéraire, on n’y entend pas moins l’écho de la lutte clérico-libérale dans laquelle elle s’inscrit. En présentant Marnix comme une figure nationale, Potvin, à l’instar d’autres libres-penseurs de son temps, essaie d’identifier le patriotisme au libéralisme anticlérical. La même lecture s’applique à l’Histoire des lettres françaises de Belgique de Joseph Chot et René Dethier – un livre dédié à l’avocat et intellectuel socialiste Edmond Picard – où Marnix apparaît en premier lieu comme un personnage politique dont « la voix fut, pour la littérature, perdue dans la tempête »13.

  • 14 Liebrecht (Henri), Rency (Georges), Histoire illustrée de la littérature belge de langue française. (...)
  • 15 Hamélius (Paul), Introduction à la littérature française et flamande de Belgique. Bruxelles, Office (...)
  • 16 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours. Bruxelles, (...)
  • 17 Charlier (Gustave), « La littérature militante et Marnix de Sainte-Aldegonde », dans Charlier (Gust (...)

15Ce n’est qu’après la Première Guerre mondiale que Marnix écrivain deviendra un auteur incontournable dans l’historiographie littéraire de la Belgique francophone. Il occupe une place relativement importante dans les ouvrages d’Henri Liebrecht et Georges Rency 14, de Paul Hamélius15 et de Maurice Gauchez16. Enfin, Gustave Charlier et Joseph Hanse lui consacreront un article dans leur prestigieuse Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique parue en 195817.

16Comment peut-on expliquer cette découverte assez soudaine de Marnix écrivain ? Il faut se rappeler que l’historiographie littéraire belge d’après 1880 est le produit de la « Renaissance des lettres » engendrée par la génération de La Jeune Belgique. Ce n’est qu’à partir du moment où cette génération tente de prouver l’existence d’une littérature belge qu’une quête des origines de cette littérature s’impose. L’histoire de la littérature francophone de Belgique apparaît, dans cette perspective, comme fortement imprégnée par les paradigmes mis en place par les Jeune Belgique. Cette génération se présentait d’ailleurs volontiers comme l’héritière spirituelle de la génération libérale-progressiste à laquelle avait appartenu Charles De Coster, génération parmi laquelle certains vouaient un véritable culte à la lutte du xvie siècle et, plus particulièrement, à Marnix de Sainte-Aldegonde. En faisant de la Légende d’Ulenspiegel la bible de la littérature nationale, La Jeune Belgique intégrait presque automatiquement les sources de cette Légende dans la mémoire littéraire de la Belgique francophone. Parmi ces sources, Marnix occupait l’un des premiers rangs.

  • 18 Doutrepont (Georges), Histoire illustrée de la littérature française de Belgique. Précis méthodique(...)

17Le capital symbolique acquis par La Jeune Belgique dans le champ littéraire belge fut tel qu’elle parvint à imposer sa version de l’histoire littéraire nationale, jusqu’auprès des critiques littéraires issus du monde catholique. Cela explique comment Marnix put faire son apparition dans les cours que Georges Doutrepont18, Joseph Hanse et, finalement, mon père, donnèrent à l’Université catholique de Louvain.

  • 19 Oosterhof (Gosselinus), La Vie littéraire de Marnix de Sainte-Aldegonde et son « Tableau des Differ (...)

18C’est donc la force du paradigme de La Jeune Belgique qui a créé les conditions de l’introduction de Marnix au sein du panthéon littéraire belge. Or, cette introduction pouvait se moduler en fonction des différentes représentations de l’œuvre de Marnix. Tout d’abord, il était possible d’attirer l’attention sur la virtuosité de son style ou sur la vivacité et l’originalité de sa langue, beaucoup plus que sur le contenu de ses écrits. Ce fut la voie que suivirent, entre autres, Gosselinus Oosterhof, Lazare Sainéan, Gustave Charlier et Marcel Govaert, qui mirent tous l’accent sur la créativité de Marnix dans son assimilation des influences rabelaisiennes19. Une telle approche pouvait renforcer un certain orgueil national, sans pour autant attribuer une spécificité belge aux ouvrages de Marnix.

19Or, l’aspiration de la génération littéraire de la fin du xixe siècle consistait justement à prouver l’existence d’une littérature spécifiquement belge, dans le passé comme dans le présent. Bien que cette génération se fût efforcée de se démarquer du romantisme, sa conception de la relation entre littérature et nation était foncièrement romantique : une littérature ne pouvait être nationale que si elle était l’expression organique du « génie » national, que si le cœur de toute la nation palpitait en elle. Dans le cas de la Belgique, cela revenait à dire, selon les tropes fixes de cette époque, que la littérature nationale devait refléter ce mélange d’influences germaniques et latines et ce mariage heureux entre mysticisme et réalisme qui étaient alors jugés typiques de la culture belge.

  • 20 Wilmotte (Maurice), La Culture française en Belgique. Paris, Champion, 1912, p. 38.

20Si on voulait faire de Marnix un auteur réellement belge, il fallait l’inscrire dans cette image stéréotypée. Considérée sous cet angle, la figure de Marnix avait quelques atouts importants. Tout d’abord, il écrivait dans les deux langues nationales, et sa connaissance du néerlandais était même tellement développée que certains le traitèrent comme un Flamand – ou, dans les termes de Maurice Wilmotte, comme un « Flamand d’adoption » –, même s’il était le fils d’une mère wallonne et d’un père franc-comtois20. Selon les normes de la fin du xixe siècle, c’étaient précisément les Flamands s’exprimant en français qui étaient considérés comme les plus parfaites incarnations de la culture belge.

  • 21 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique, op. cit., p. 135 ; Charlier (Gustav (...)
  • 22 Voir Beyen (Marnix), « 1867. Parution de la Légende d’Ulenspiegel », art. cit.

21Second atout : Marnix avait toujours été ignoré par la critique littéraire française. Cette méconnaissance, remarquée par Maurice Gauchez et Gustave Charlier21, entre autres, pouvait servir d’argument à une littérature désireuse de s’affranchir des modèles français. Dans le cadre de la « canonisation » de Charles De Coster, ce même reproche, répété d’une manière presque rituelle, a joué un rôle très similaire22.

  • 23 Hamélius (Paul), Introduction à la littérature française et flamande de Belgique, op. cit., p. 6.

22Ces atouts mis à part, le profil littéraire de Marnix se montrait cependant assez rebelle aux tentatives de nationalisation a posteriori. Son calvinisme austère cadrait mal avec l’image stéréotypée du caractère national belge. Le critique littéraire liégeois Paul Hamélius contournait cette difficulté en insistant sur le fait que, malgré son calvinisme, Marnix était resté tout à fait attaché au catholicisme romain. « Il ne constitue donc pas » – tel était le raisonnement de Paul Hamélius – « une exception à la règle qui fait de la littérature belge celle d’un peuple catholique. »23 Ce même argument sera utilisé beaucoup plus tard pour qualifier presque tous les écrivains flamands d’après la Seconde Guerre mondiale. Une autre manière de parer l’argument religieux consistera à souligner le fait que ce calvinisme n’était que l’expression contingente de l’esprit séculaire de liberté qui marquait les Belges.

  • 24 Febvre (Lucien), « Les Marnix de Frans Van Kalken », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisatio (...)
  • 25 Dans l’introduction à son livre Les Premiers Romanciers nationaux de Belgique (Paris, La Renaissanc (...)
  • 26 Liégeois (Camille), Les Lettres belges au Moyen Âge. Louvain, Peeters, 1909, p. 6.

23Mais plus encore que par son calvinisme, la « nationalisation » de Marnix fut rendue difficile par le fait qu’il était ce que Lucien Febvre appelait un « déraciné »24. Par cette expression qu’il voulait flatteuse, le grand historien de l’école des Annales ne se référait pas en premier lieu aux origines françaises de Marnix. Il soulignait plutôt que ce dernier avait été avant tout un intellectuel universel, plaidant pour des causes qui concernaient l’humanité tout entière plutôt qu’une nation spécifique. Son plurilinguisme semblait même suffire à l’auteur régionaliste Maurice Des Ombiaux pour refuser à Marnix le titre d’« auteur belge »25. En outre, le genre qui rendit Marnix célèbre, le pamphlet, se prêtait très mal à la fonction « expressive » et « organique » que les théoriciens nationalistes attribuaient à la littérature. Avec Maurice Des Ombiaux, d’autres auteurs comme Camille Liégeois ont pour cette raison continué à exclure Marnix, non pas de la littérature française de Belgique, mais du moins de la littérature belge d’expression française. Pour eux, le génie national belge aurait quitté les lettres à la fin du xve siècle pour s’exprimer dans la peinture et la sculpture ; il ne serait revenu vers la littérature qu’à la fin du xixe siècle26.

24Aux défenseurs les plus radicaux d’une démarcation nette entre la littérature française et la littérature belge, Marnix semblait donc rendre de mauvais services. D’une façon assez surprenante, il servait beaucoup mieux la cause des intellectuels qui voulaient intégrer la culture francophone de Belgique dans la culture française. En proposant cet écrivain de culture universelle et de renom international comme ancêtre de la littérature française de Belgique, on évitait que cette littérature soit taxée de provincialisme. D’autre part, ce même auteur pouvait donner à cette littérature sa physionomie propre au sein de l’ensemble littéraire français.

  • 27 Wilmotte (Maurice), La Culture française de Belgique, op. cit., p. 39.
  • 28 Ibid., p. 40.

25Dans ce contexte, il n’est donc pas étonnant que le rapprochement de Marnix avec les stéréotypes belges ait été surtout effectué par des intellectuels qui se proclamaient adversaires d’une identité littéraire belge distincte de celle de la France. Dans ce contexte, le rôle du romaniste liégeois Maurice Wilmotte, grand admirateur de la culture latine en même temps que grand patriote belge et grand wallingant, a été déterminant. Dans son livre La Culture française en Belgique (1912), tout en considérant Marnix comme un écrivain français, il soulignait les aspects populaires de son langage, empruntant nombre de tournures et de métaphores au « parler patrial » et « au trésor naïf de la sagesse populaire »27 – constatations que devaient corroborer plus tard les recherches de Charlier et de Govaert. Considéré sous cet angle, Marnix apparaissait à Wilmotte comme « l’ancêtre vigoureux des Charles De Coster, des Eekhoud et des Virrès, de ces trois générations de coloristes, possesseurs d’un art dont le contraste est frappant avec celui des écrivains de France »28.

  • 29 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique, op. cit., p. 138.
  • 30 Hellens (Franz), « Introduction », dans Bindelle (Raymond), État présent des lettres françaises de (...)

26Après la Première Guerre mondiale, Maurice Gauchez, dans son Histoire des lettres françaises de Belgique, ira même plus loin en affirmant que Marnix évoque « la verve satirique d’un Pierre Breughel l’ancien, d’un Jordaens » : « […] à la veine d’un Ruysbroeck l’Admirable il fait s’unir à son abondante truculence la veine mystique et allégorisante. »29 Marnix devenait dans cette perspective un « écrivain peintre », trouvant ainsi sa place dans l’histoire séculaire du génie belge grâce à des admirateurs de la culture française. Pour eux, son exemple devrait démontrer ce qui deviendrait, à la fin des années 1930, la thèse principale du Groupe du lundi – mais qui n’était pas moins celle de la Jeune Belgique – c’est-à-dire que « dans la géographie littéraire, la Belgique forme une province au même titre que les autres provinces françaises »30. De cette manière, les lundistes projetaient dans la figure de Marnix leur vœu de participer à une culture internationale tout en se construisant une identité nationale distincte. On pourrait à juste titre se demander si Marnix, dont l’œuvre était tellement liée à un contexte historique spécifique, mais qui en même temps se prêtait à des identifications aussi variées, était le bon choix pour la réalisation de ce programme ambitieux.

Haut de page

Notes

1 Verschaffel (Hilde), « Marnix van Sint-Aldegonde, een symbool in de clerico-liberale strijd (1830-1885) », dans Spiegel Historiael, n°20, 1985, pp. 190-195.

2 Voir, entre autres, Colin (Paul), « Marnix de Sainte-Aldegonde ou l’extrémiste malgré lui », dans Cassandre, n°6 mars, 27 mars, 1er mai et 29 mai 1937, et Neuhuys (Paul), Le Seizième Siècle et Marnix de Sainte-Aldegonde. Anvers, Ça Ira, 1938.

3 Voir Schöffer (Ivo), Het nationaal-socialistische beeld van de geschiedenis der Nederlanden. Een historiografische en bibliografische studie. Utrecht, Van Loghem Slaterus - J.M. Meulenhoff, 1956, pp. 192-194.

4 Voir la correspondance entre Himmler et le commissaire de l’Empire Allemand aux Pays-Bas, Seyss-Inquart, publiée dans : NKCA in’t veld, éd., De SS en Nederland. Documenten uit SS-archieven, 1935-1945. Den Haag, 1976, pp. 694-695 et 729 ; voir aussi la correspondance entre le responsable allemand des archives aux Pays-Bas, Vollmer, et le médiéviste allemand (mais enseignant à Utrecht) A. O. Oppermann à ce même sujet, à Amsterdam, Nederlands Instituut voor Oorlogsdocumentatie, 24 (archives de l’Abteilung Archivwesen), H 7-a.

5 Voir le résultat de ces recherches dans mon ouvrage Held voor alle werk. De vele gedaanten van Tijl Uilenspiegel. Antwerpen-Baarn, Houtekiet, 1997.

6 Voir mon étude « 1867. Parution de La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster. Autour de la difficile naissance d’une littérature nationale », dans Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît), Grutman (Rainier), dir., Histoire de la littérature belge francophone 1830-2000. Paris, Fayard, 2003, pp. 107-116.

7 Vandervelde (Émile), « Le centenaire de Charles De Coster », dans Revue de Paris, t. i, pp. 310-324.

8 Delmelle (Joseph), Histoire de la littérature belge d’expression française, coll. La Nation n°35. Bruxelles, Institut géographique militaire, 1950.

9 Van Hasselt (André), Essai sur l’histoire de la poésie française en Belgique. Bruxelles, Hayez, 1869, p. 169.

10 Pirenne (Henri), Histoire de Belgique, t. III, 2e éd., 1912, pp. 326-327. Sur l’attitude négative de Pirenne envers la littérature francophone de Belgique jusqu’au xixe siècle, voir : Kies (Albert), « Les lettres françaises de Belgique et le discours des historiens », dans Otten (Michel), éd., Études de littérature française en Belgique offertes à Joseph Hanse pour son 75e anniversaire. Bruxelles, Jacques Antoine, 1978, pp. 35-41.

11 Tout d’abord d’une manière peu élaborée dans son « Aperçu général de l’histoire des lettres en Belgique », dans Nos premier siècles littéraires. Choix de conférences données à l’Hôtel de Ville de Bruxelles dans les années 1865-1868. Bruxelles, Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1870, t. i, pp. 3-24.

12 Potvin (Charles), Cinquante ans de liberté, t. iv, Histoire des lettres en Belgique. Bruxelles, Weissenbruch, 1882, p. 45 ; à l’occasion des célébrations de l’anniversaire de l’indépendance belge, ce même Potvin glorifia Marnix moins comme « génie belge » que comme « l’homme qui résume l’époque » (« Histoire de la littérature en langue française », dans Van Bemmel (Eugène), éd., Patria Belgica. Encyclopédie nationale ou exposé de toutes les connaissances relatives à la Belgique ancienne et moderne, physique, sociale et intellectuelle. Bruxelles, Bruylant-Christophe, 1875, p. 446).

13 Chot (Joseph), Dethier (René), Histoire des lettres françaises de Belgique depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours. Charleroi, Impr. D. Hallet, 1910, p. 33.

14 Liebrecht (Henri), Rency (Georges), Histoire illustrée de la littérature belge de langue française. Bruxelles, Vanderlinden, 1931, pp. 224-228.

15 Hamélius (Paul), Introduction à la littérature française et flamande de Belgique. Bruxelles, Office de Publicité, 1921, pp. 144-150.

16 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours. Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 4e éd., 1922, pp. 135-138.

17 Charlier (Gustave), « La littérature militante et Marnix de Sainte-Aldegonde », dans Charlier (Gustave), Hanse (Joseph), éd., Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique. Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1958, pp. 175-182.

18 Doutrepont (Georges), Histoire illustrée de la littérature française de Belgique. Précis méthodique. Bruxelles, M. Didier, 1939.

19 Oosterhof (Gosselinus), La Vie littéraire de Marnix de Sainte-Aldegonde et son « Tableau des Differens de la Religion ». Thèse de doctorat de l’Université de Lille, Kampen, 1909 ; Sainéan (Lazare), L’Influence et la réputation de Rabelais. Paris, J. Gamber, 1930, pp. 261-265 ; Charlier (Gustave), « Marnix, écrivain de langue française », dans Marnix van Sint Aldegonde. Officieel Gedenkboek. Bruxelles, Onze Tijd/Wereldbibliotheek, 1938, pp. 203-226 ; Charlier (Gustave), « La littérature militante et Marnix de Sainte-Aldegonde » dans Charlier (Gustave) et Hanse (Joseph), Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique, Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1958 ; Govaert (Marcel), La Langue et le Style de Marnix de Sainte Aldegonde dans son « Tableau des Differens de la Religion ». Bruxelles, Palais des Académies, 1953.

20 Wilmotte (Maurice), La Culture française en Belgique. Paris, Champion, 1912, p. 38.

21 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique, op. cit., p. 135 ; Charlier (Gustave) « Marnix, écrivain de langue française », op. cit., pp. 203-204.

22 Voir Beyen (Marnix), « 1867. Parution de la Légende d’Ulenspiegel », art. cit.

23 Hamélius (Paul), Introduction à la littérature française et flamande de Belgique, op. cit., p. 6.

24 Febvre (Lucien), « Les Marnix de Frans Van Kalken », dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, n°9, 1954, pp. 208-209.

25 Dans l’introduction à son livre Les Premiers Romanciers nationaux de Belgique (Paris, La Renaissance du Livre, 1919), il suggère qu’entre la fin de l’ère bourguignonne et l’indépendance belge, il n’y avait guère de littérature spécifiquement belge.

26 Liégeois (Camille), Les Lettres belges au Moyen Âge. Louvain, Peeters, 1909, p. 6.

27 Wilmotte (Maurice), La Culture française de Belgique, op. cit., p. 39.

28 Ibid., p. 40.

29 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique, op. cit., p. 138.

30 Hellens (Franz), « Introduction », dans Bindelle (Raymond), État présent des lettres françaises de Belgique, vol. i. Dison, Epf, 1949, p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marnix Beyen, « Un Belge récalcitrant. La difficile entrée de Marnix de Sainte-Aldegonde dans l’historiographie littéraire de la Belgique francophone », Textyles, 28 | 2005, 46-52.

Référence électronique

Marnix Beyen, « Un Belge récalcitrant. La difficile entrée de Marnix de Sainte-Aldegonde dans l’historiographie littéraire de la Belgique francophone », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/442 ; DOI : 10.4000/textyles.442

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org