Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Ghelderode (Michel de), Correspondance, tome 8 : 1954-1957

Édition établie, présentée et annotée par Roland Beyen, Bruxelles, Luc Pire/ Archives et Musée de la Littérature Éditions, 2008
Michel Otten
p. 182-183
Référence(s) :

Ghelderode (Michel de), Correspondance, tome 8 : 1954-1957, édition établie, présentée et annotée par Roland Beyen, Bruxelles, Luc Pire/ Archives et Musée de la Littérature Éditions, 2008, 720 p.

Texte intégral

1Les 336 lettres de et à Michel de Ghelderode que rassemble ce tome 8 de sa Correspondance permettent principalement de suivre l’histoire du rayonnement de son théâtre. Après sa révélation éclatante à Paris, en 1947, Bruxelles le découvre enfin en 1953. Pantagleize est monté avec un énorme succès au Théâtre de Poche, fin 1953 ; l’excellent Roland Ravez y campe un Pantagleize lunaire, farfelu à souhait. (Nous étions alors étudiants et ce spectacle, inoubliable, révéla Ghelderode à notre génération.) Puis le Théâtre National monte Barabbas de mars à avril 1954 ; la pièce sera ensuite représentée dans dix-huit villes belges.

2Alors qu’il n’est plus guère joué à Paris, Ghelderode commence une carrière internationale ; en 1954, Stockholm monte Le Grand Macabre et Escurial ; en 1955, Barabbas est joué en Amérique Latine (par le Théâtre National de Belgique) ; Magie Rouge triomphe en octobre et en novembre au Nederlands Kamertoneel d’Anvers.

3En 1956, le rayonnement international du théâtre de Ghelderode s’intensifie : on le joue en Grande-Bretagne, en Allemagne, aux États-Unis, en Argentine.

4En 1957, on ne le joue plus à Paris, mais il est traduit dans de nombreuses langues : polonais, anglais, néerlandais. Et surtout, les plus marquantes de ses œuvres sont mises en musique : par Rosenthal, Louis De Meester, Ivan Semenoff et surtout György Ligeti (Le Grand Macabre).

5Telle est la toile de fond sur laquelle viennent se situer les 336 lettres de ce tome 8. Notons que le volume ne retient qu’une lettre sur quatre (du corpus rassemblé par Roland Beyen) et une lettre sur six émanant des correspondants de Ghelderode. Mais les notes et les notices finales permettent de suppléer, à l’occasion, aux documents sacrifiés.

6Parmi cette suite de lettres très diverses, on retiendra d’abord celles qui émanent d’amis français dont on ne s’attendrait pas toujours, a priori, à ce qu’ils soient des admirateurs de Ghelderode : Jean Dutourd, qui écrira à propos de Fastes d’Enfer : « Je crois bien que j’ai eu la plus forte émotion théâtrale de ma vie. » Barjavel qui, comme critique dramatique de Carrefour, fut l’un des défenseurs les plus acharnés de Ghelderode dès sa percée parisienne et qui envisagea de tirer un film de Barabbas. Enfin, il faut mettre hors pair la fidélité et l’enthousiasme d’Alain Bosquet qui, en février 1954, se proposa de lancer une campagne de presse pour l’attribution du Prix Nobel à Ghelderode. (Roland Beyen résume aux pages 482-483 la question de ce fiasco du Nobel.) Son enthousiasme à l’égard de l’œuvre de Ghelderode restera total. Il lui écrit le 8 juillet 1956 (lettre 203) : « Votre œuvre, de toutes les œuvres théâtrales contemporaines, me paraît saisir l’homme totalement, avec une profondeur et un tragique inconnus depuis Molière ; elle est universelle. » Et Bosquet de le placer bien au-dessus de Sartre et de Beckett.

7Les rapports avec ses grands metteurs en scène et ses acteurs sont aussi remarquables : seuls quelques-uns échappent à toute critique : Lupovici, Le Po ulain ; avec André Reybaz et son épouse Catherine Toth, qui ont révélé son théâtre à Paris en 1947, une brouille temporaire survient, de 1950 à 1952. Puis ce fut le beau fixe. Le cas de notre compatriote Pierre Debauche est un peu particulier : ses lettres exaltées révèlent son admiration inconditionnelle pour l’homme et l’œuvre de Ghelderode ; malgré certaines faiblesses dans son jeu d’acteur, il a servi, durant toute son existence, l’œuvre de Ghelderode avec la ferveur et l’intelligence qui s’imposaient (notamment comme metteur en scène).

8Il reste une question à aborder, qui occupe une grande place dans le volume. Il s’agit de la polémique relative à la publication des Entretiens d’Ostende, qui opposa Iglésis et Trutat à Ghelderode. On peut suivre l’évolution de ce conflit, lettre par lettre.

9En juillet 1951, Alain Trutat enregistre pour France iv les « entretiens » à partir de questions préparées par Roger Iglésis. Nous avons conservé l’enregistrement des entretiens réalisés à Ostende.

10Il était prévu que, pour la publication en volume, Ghelderode répondrait à quelques questions supplémentaires proposées par écrit. Finalement, Ghelderode remania profondément certains passages, en supprima d’autres et marqua son désaccord vis-à-vis de plusieurs questions posées. On le lui reprocha.

11Lorsqu’on écoute l’enregistrement conservé, on peut émettre certaines hypothèses. Ghelderode a dû être déçu par plusieurs échanges où il répondait mal (à son gré) ; il a souhaité améliorer ses répliques et se défendre contre des questions qui avaient un tour déplaisant, voire inquisitorial. Et surtout, on constate que la perspective souvent scolaire ou moralisatrice du questionnaire a dû, à la relecture, l’irriter profondément. On peut sérieusement se demander si Iglésis et Trutat avaient le niveau littéraire suffisant pour aborder l’œuvre de Ghelderode ; ils se limitent trop souvent à des questions d’ordre biographique ou à des considérations morales. D’où la réplique du dramaturge à Alain Trutat : « je me refuse à des interrogations inutiles et parfois déplaisantes » (lettre 79 de 1955).

12Il n’en reste pas moins que les Entretiens d’Ostende, « revus et corrigés » par Ghelderode, restent un document exceptionnel sur sa personnalité et sur son œuvre.

13Il reste à souligner le soin extrême apporté par Roland Beyen à cette édition. Les lettres sont commentées minutieusement dans 150 pages de notes érudites rejetées en fin de volume. Puis un répertoire des correspondants fournit toutes les précisions souhaitables en de riches notices. Celles-ci complètent les notices qui accompagnaient déjà les sept volumes précédents et l’ensemble constitue une formidable source de renseignements sur la vie littéraire et théâtrale du xxe siècle.

14Cette édition fait honneur à l’extraordinaire épistolier que fut Ghelderode, sans doute un des plus grands du xxe siècle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Otten, « Ghelderode (Michel de), Correspondance, tome 8 : 1954-1957 », Textyles, 38 | 2010, 182-183.

Référence électronique

Michel Otten, « Ghelderode (Michel de), Correspondance, tome 8 : 1954-1957 », Textyles [En ligne], 38 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/436

Haut de page

Auteur

Michel Otten

Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org