Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Revue internationale Henry Bauchau, n° 1. L’écriture à l’écoute. Textes réunis par Myriam Watthee-Delmotte & Catherine Mayaux

Presses Universitaires de Louvain, 2008
Michel Otten
p. 183-185
Référence(s) :

Revue internationale Henry Bauchau, n° 1. L’écriture à l’écoute. Textes réunis par Myriam Watthee-Delmotte & Catherine Mayaux, Presses Universitaires de Louvain, 2008, 122 p.

Texte intégral

1C’est avec un très grand plaisir que nous saluons la naissance de la Revue internationale Henry Bauchau qui paraîtra annuellement et dont le premier numéro, L’Écriture à l’écoute, vient de sortir. C’est un très riche volume de 122 pages, dû au partenariat entre l’Université catholique de Louvain et l’Université de Cergy-Pontoise. La revue souhaite exploiter le Fonds Henry Bauchau confié à l’Université de Louvain, qui est une mine d’inédits, et promouvoir des travaux critiques de haut niveau sur l’œuvre du grand écrivain belge.

2Le cahier s’ouvre sur une section consacrée à divers inédits : trois brefs poèmes raffinés d’Henry Bauchau, suivis d’un échange de correspondance : quatorze lettres choisies parmi les quelque quarante qu’ont échangées Henry Bauchau et Marc Dugardin. Cette correspondance est commentée et annotée par Catherine Mayaux. Ces lettres sont d’une grande sensibilité et fourmillent d ’échanges intéressants : notamment sur Ernst Jünger (que Bauchau a « particulièrement » recommandé à Marc Dugardin…). La lettre du 27 janvier 2008 de M. Dugardin sur Le Boulevard périphérique est remarquable.

3La seconde partie de la revue est consacrée aux Actes de la journée d’études du 7 mars 2008 qui s’est tenue à l’Université catholique de Louvain. Cinq communications y sont résumées.

4Les deux premières concernent la mise en scène de Gengis Khan. Eric Pellet aborde « les problèmes de la dramaturgie », à propos de la représentation à Paris en 2007 de Gengis Khan par le Théâtre de l’Estrade. Son article très fouillé montre à quel travail d’analyse se livre un dramaturge. Selon Pellet, la pièce relève non du tragique, mais du genre épique. La grande difficulté de la pièce réside dans la complexité du personnage principal, nœud de contradictions : à la fois monstrueux et humain ; il doit susciter l’enthousiasme et la répulsion. Eric Pellet conclut que ce qui devait être préservé était le souffle épique, le rythme de la langue, la complexité du personnage de Gengis Khan.

5Myriam Watthee-Delmotte poursuit l’analyse d’Eric Pellet. Elle rend compte des « premières mises en voix » de Gengis Khan par la troupe de Benoît Weiler. Spectacle à mi-chemin entre représentation et lecture, celui-ci visait à réa liser un équilibre entre l’épique et le lyrique. Elle conclut que le travail du Théâtre de l’Estrade faisait sentir ce qui en l’humain saigne et cicatrise.

6Anne Begenat-Neuschäfer, de son côté, entreprend une relecture d’Œdipe sur la route. Elle rappelle que, dans ce roman, Bauchau s’est insurgé à la fois contre l’Œdipe Roi de Sophocle, qui abandonne son protagoniste tragique dans une aporie, et contre Freud qui enferme l’Œdipe antique « dans la constellation du nœud originel ». Bauchau refuse d’admettre la situation tragique comme inexorable.

7Le moment important de cette recherche sera la découverte de l’image du labyrinthe. La forme polymorphe du roman, illimitée, est un labyrinthe dans lequel le poète peut s’égarer. Dans son Journal, Bauchau note ce vers : « Le corps vertigineux des anciens labyrinthes » et commente : « ce qui est évoqué ici c’est le corps de la mère, les labyrinthes du parcours enfantin, suivis plus tard par ceux du parcours amoureux » (Jour après jour. Journal 1983-1989, Bruxelles, Les Éperonniers, 1992, p. 124).

8Le boulevard périphérique suscite deux importantes études, dont celle très longue et très fouillée de Pierre Halen : « Aspects du monde ancien ». Pierre Halen considère que le roman est une sorte de méditation sur ce xxe siècle que l’auteur a traversé de part en part, avec une insistance particulière sur la Seconde Guerre mondiale. Bauchau essaie de tout dire, notamment à propos des choses dont il ne parlait jamais : la guerre, les chantiers des Volontaires du Travail. Il faut rappeler que l’acquittement prononcé par le tribunal militaire était resté, pour beaucoup, sans signification. Le roman témoigne d’une forte conscience de l’Histoire, de ses mutations, de ses ruptures. L’auteur a pris conscience que la guerre est au centre de sa vie.

9Autre grand thème du roman : le souvenir de l’autrefois où « il y avait des familles ». Le changement dans les rapports familiaux se traduit dans un paysage désolé ; la ville est devenue « une Babylone de béton ». Le narrateur souffre d’une coupure historique : « Quelque chose fait défaut qui y était encore il y a peu d’années ».

10Régis Lefort aborde le même roman sous d’autres angles dans « Une danse dans le silence ténu sur le boulevard périphérique ». Il montre d’abord que ce dernier roman « revisite l’œuvre dans sa totalité » : il revient sur La déchirure, mais aussi sur Le régiment noir, L’enfant bleu, Œdipe sur la route et Antigone.

11Avec ce roman, Bauchau écrit une forme nouvelle de poème épique, une Odyssée de la Mort. Mais le roman est aussi une quête de liberté, de la vérité. Il atteint à l’indicible de la danse : « J’écris pour approcher l’indicible et ainsi survivre », reconnaît l’auteur.

12La troisième partie de la revue est consacrée à « L’actualité ».

13Isabelle Gabolde résume la teneur de sa thèse de doctorat, défendue à l’Université d’Aix-la-Chapelle le 11 juillet 2008. Celle-ci porte sur « une forme du roman débordant le cadre esthétique ». La réflexion théorique et la pratique romanesque d’Hermann Broch y sont mises en relation avec celles d’Henry Bauchau.

14Régis Le fort présente (en quelques pages) les « travaux en cours ». Enfin, une « Bibliographie critique » qui couvre quatre années (2005-2008) clôture cette partie documentaire.

15Il reste à présenter « L’atelier d’Henry Bauchau » qui détaille en trois pages l’exposition du Fonds Henry Bauchau qui a eu lieu au Musée de l’Université de Louvain de mars à juin 2008.

16On le voit, la revue Henry Bauchau est d’une grande richesse et contribue pour beaucoup à l’approfondissement de son œuvre. On lui souhaite une longue et féconde existence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Otten, « Revue internationale Henry Bauchau, n° 1. L’écriture à l’écoute. Textes réunis par Myriam Watthee-Delmotte & Catherine Mayaux », Textyles, 38 | 2010, 183-185.

Référence électronique

Michel Otten, « Revue internationale Henry Bauchau, n° 1. L’écriture à l’écoute. Textes réunis par Myriam Watthee-Delmotte & Catherine Mayaux », Textyles [En ligne], 38 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/433

Haut de page

Auteur

Michel Otten

Université catholique de Louvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org