Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Aron (Paul) & Chatelain (Françoise), Manuel et anthologie de littérature belge à l’usage des classes terminales de l’enseignement secondaire

Bruxelles, Le Cri, 2009
Jean-Louis Dufays
p. 177-179
Référence(s) :

Aron (Paul) & Chatelain (Françoise), Manuel et anthologie de littérature belge à l’usage des classes terminales de l’enseignement secondaire, Bruxelles, Le Cri, 2009, 276 p.

Texte intégral

1Constituer une anthologie de la littérature belge d’expression française à l’usage des classes du secondaire est une entreprise courageuse, qui a connu déjà quelques précédents. On se souvient des versions belges du « Lagarde et Michard » (Bordas) et du « Chassang et Seninger » (Hachette) publiées respectivement par Robert Guiette aux alentours de 1960 et par Jacques De Caluwé en 1974, puis du volume de la non moins célèbre collection « Littérature et langage » des éditions Nathan publiée en 1980 par Robert Frickx et Jean-Marie Klinkenberg. Plus récemment, le projet anthologique fit l’objet d’un volume de la collection Espace Nord composé par Jean-Marie Klinkenberg en 1994, puis d’un manuel richement illustré publié par Marie-Ange Bernard et Michel Joiret (Littérature belge de langue française, Didier Hatier, 1999) et enfin d’un ouvrage ambitieux dû à Marc Quaghebeur (Anthologie de la littérature française de Belgique. Entre réel et surréel, Racines, 2006).

2Ces ouvrages se sont-ils vendus, et ont-ils été utilisés effectivement par des élèves? Quand on voit les difficultés qu’ont les manuels scolaires en général à se faire admettre par les professeurs de français du secondaire supérieur, il y a lieu d’en douter, mais il est très probable en revanche que les professeurs, du moins, ne se privent pas de les consulter et d’y puiser matière à leur enseignement.

3Le volume que publient aujourd’hui les éditions Le Cri vise manifestement les élèves autant que les professeurs. Du côté des élèves, la présentation modeste du livre, sa mise en page rudimentaire, dépourvue de couleurs, lui assurent un prix de vente particulièrement démocratique (10 e). Du côté des enseignants, l’éditeur s’est assuré une légiti mité maximale en faisant appel à deux spécialistes incontestés. Le premier est Paul Aron, que l’on ne présente plus, mais dont il faut saluer l’engagement, assez nouveau dans son chef, sur le terrain pédagogique. La seconde est Françoise Chatelain, naguère professeur de français à l’athénée royal de La Louvière, qui s’est fait connaitre par des articles (publiés notamment dans Français 2000), par des formations continuées et par son site internet « Littérature ». Elle est actuellement chargée de mission auprès du Ministère de l’éducation et poursuit depuis quelques années une thèse à l’Université libre de Bruxelles sur l’enseignement des lettres belges sous la direction, justement, de Paul Aron.

4Il n’est pas sûr que l’aspect matériel du livre convainque les enseignants de le faire acquérir par leurs élèves: l’absence de toute couleur et de toute illustration, et surtout le caractère rébarbatif de la mise en page des textes littéraires (présentés dans une typographie très serrée) le font davantage apparaitre comme un outil de travail pour professionnels que comme un livre de lecture attrayant. On peut s’étonner par ailleurs du nombre relativement important de coquilles (comme « etc.. » à la p. 12, un changement de police incongru dans la note n° 1, « la positon » à la p. 35, « ceux-même » à la p. 39, « a partiellement repris par » à la p. 44, etc.) et de l’ignorance totale des recommandations orthographiques, qu’un décret ministériel de 2008 demande pourtant aux enseignants belges d’enseigner prioritairement.

5Sur le plan proprement pédagogique, l’ouvrage pourrait également laisser sur sa faim l’enseignant désireux de traiter la littérature belge selon les axes d’une didactique moderne, ancrée à la fois dans la nécessaire transmission des savoirs et le non moins nécessaire développement de compétences. Si les auteurs ont certes soin de se situer par rapport aux prescriptions des programmes, ils le font sur le mode un p eu convenu de la déploration (les programmes, que d’autres trouvent surchargés, sont accusés ici de ne pas en faire assez), en s’abstenant de dialoguer finement avec ces textes. Rien n’est dit des compétences précises qu’il s’agirait de développer (en lien avec quels objectifs, quels apprentissages?) ni des années où cela serait envisageable.

6Quant aux propositions didactiques, elles se signalent par leur classicisme et la grande confiance qu’elles font dans l’autonomie des élèves comme dans celle des enseignants. En effet, si le discours d’escorte des textes fait la part belle à d’utiles informations historiques, la plupart des questions qui sont posées à leur suite sont dépourvues de tout « mode d’emploi » et les propositions de prolongements invitent les élèves à de multiples recherches dont la complexité peut sembler excessive: à la page 59, les questions portent sur des textes et sur des tableaux que les élèves sont priés d’aller consulter par eux-mêmes sur Internet; à la page 68, ils sont invités à « tente[r] de repérer, dans les œuvres et les biographies, (a) la liste des écrivains dits “symbolistes”; (b) les informations permettant d’expliquer l’appartenance à ce courant de chacun des membres du groupe symboliste belge ». On voit mal comment des adolescents pourraient tirer profit de consignes comme celles-là 0 s’ils n’ont pas reçu une solide formation préalable.

7Les auteurs se montrent également fort optimistes quand ils affichent leur ambition de faire lire par les élèves du secondaire « deux livres par mois au moins ». Si un tel objectif semble légitime dans les classes socioculturellement favorisées, que vaut-il dans la majorité des situations qu’ont aujourd’hui à affronter les professeurs de français? L’impression de décalage par rapport aux situations effectives des écoles d’aujourd’hui se confirme lorsqu’on lit les justifications qu’Aron et Chatelain donnent à leur entreprise: pour eux, la culture intertextuelle est « indispensable » à la compréhension d’auteurs comme Hugo, Stendhal ou Proust. On ne peut certes leur donner tort dans l’absolu, mais à nouveau, un tel objectif est-il a dapté au temps et aux capacités des élèves du secondaire? Cet élitisme de fait contraste avec l’illustration qui sert de couverture au livre, en l’occurrence une phrase « taguée » sur un mur, qui affirme « je fait [sic] des graffiti et jai [sic] plein d’amis! ». S’agirait-il de suggérer que tels sont désormais les modes d’expression incontournables de la littérature belge? Mais dans ce cas, quelle relation y a-t-il entre ces manifestations spontanées de la culture hip-hop et les intertextes indispensables pour lire Proust?

8On l’a compris, les aspects éditoriaux et didactiques ne sont pas les points forts du livre. C’est d’autant plus dommage que, sur le plan du contenu, en revanche, sa structure et sa conception sont originales et stimulantes.

9Un premier chapitre « Connaitre sa langue » pose avec pe rtinence la question du rapport des écrivains belges à « la norme » et au « bon usage », puis à la « créativité linguistique ». Des textes de Marc Wilmet, de Jean Muno, de Paul Willems, de Charles De Coster, de Roger Kervyn, de Louis Scutenaire, de Francis Walder et de Jean-Philippe Toussaint servent ici de guides à un parcours réflexif aussi stimulant que contrasté. On s’étonne seulement du traitement polémique de la notion d’« irréguliers du langage », qui amène les auteurs à qualifier de « billevesées » l’identification de critères de belgitude chez Ghelderode, Ray, Willems ou Magritte.

10Suit un chapitre intitulé « Connaitre les grands courants littéraires », qui sera précieux pour aider les enseignants à intégrer la littérature belge dans les cadres historiques de la littérature. Sont ici présentées les incarnations belges du réalisme, du naturalisme, du symbolisme, du surréalisme, mais aussi – et l’on quitte alors les courants stricto sensu – « les littératures du peuple », « le théâtre », « le fantastique – la science-fiction », « le roman policier » et « la poésie expérimentale », qui est abordée à travers des textes de Neuhuys, Norge, Nougé, Dotremont, Cliff, Jacqmin (orthographié « Jacqumin » dans la table des matières) et Cold Wan.

11Le troisième et dernier chapitre enfin, qui aborde la littérature comme « instrument de connaissance du monde », propose d’intéressants parcours thématiques autour d’une diversité d’objets qui ont abondamment inspiré nos écrivains: les communautés linguistiques, les arts plastiques, l’immigration, le colonialisme, le travail, la vie et les conflits politiques, les « rapports sociaux de sexe », la connaissance de soi et les passions humaines, et enfin l’esthétique.

12Le livre s’achève par d’utiles propositions de « sujets de dissertation », par une « bio-bibliographie des auteurs cités », par des « suggestions de lectures » et par une présentation des « ressources du Ministère de la Communauté française » et des « Archives et Musée de la littérature ». Autant d’informations bienvenues qui feront de ce livre un outil de travail précieux pour les enseignants.

13Un mot pour conclure sur la sélection des auteurs. Comme toute anthologie, celle-ci n’échappe pas à la subjectivité et il serait vain d’en faire grief aux maitres d’œuvre, d’autant plus que les 83 auteurs retenus représentent de manière assez équilibr

14‘e9e une diversité d’époques, de tendances et de genres des lettres belges. On s’étonne seulement de voir que Simenon – qui se prête pourtant à bien des exploitations didactiques – n’apparait (aux pages 49 et 50) que pour illustrer l’« effet de réel », sans être présenté ni même nommé. En ce qui concerne la littérature proprement contemporaine, il faut souligner la part belle qui a été faite non seulement au roman – représenté par Pierre Mertens, Jean-Luc Outers, Jean-Philippe Toussaint, Jacqueline Harpman, Philippe Blasband, Patrick Roegiers, Malika Madi et Nicole Malinconi –, mais également au théâtre (Louvet, Emond, Piemme, Pourveur, Fabien), à la poésie (Lambersy, Verheggen, Cliff) et même à la bédé (qui est toutefois évoquée plus que représentée). On peut certes regretter l ote absence d’auteurs généralement prisés par les enseignants, voire par les élèves, comme Amélie Nothomb, Vincent Engel, Xavier Deutsch, Xavier Hanotte ou Grégoire Polet, mais il était sans doute inévitable que des anthologistes ancrés à l’ulb se montrent plus ouverts aux « Bruxellois » qu’aux écrivains issus d’autres origines.

15Signalons enfin, sans y insister, la présence plaisante du Français Benoît Peeters (qui est régulièrement pris pour le Belge qu’il n’est pas) et l’absence de toute allusion à Hergé alors qu’une place est réservée à Franquin, Greg et Jidéhem. Mais, on le sait, toute anthologie est vouée à révéler autant qu’à occulter, et à stimuler autant qu’à décevoir: gageons qu’il en viendra d’autres, tout aussi discutables, et partant, tout aussi passionnantes. Puissent-elles trouver des maitres d’œuvre aussi compétents... et des éditeurs un peu plus soigneux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Louis Dufays, « Aron (Paul) & Chatelain (Françoise), Manuel et anthologie de littérature belge à l’usage des classes terminales de l’enseignement secondaire », Textyles, 38 | 2010, 177-179.

Référence électronique

Jean-Louis Dufays, « Aron (Paul) & Chatelain (Françoise), Manuel et anthologie de littérature belge à l’usage des classes terminales de l’enseignement secondaire », Textyles [En ligne], 38 | 2010, mis en ligne le 04 juin 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/431

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org