Navigation – Plan du site

Le xvie siècle : un mythe fondateur de la Belgique

Marc Quaghebeur
p. 30-45

Texte intégral

  • 1 Je me permets de renvoyer à mon étude : Quaghebeur (Marc), « La Légende de l’Espagne noire et le my (...)
  • 2 Cette figure, célébrée aussi bien par Picard ou Sion que par Kalisky ou Compère, et que l’on peut c (...)

1L’évocation des xve-xvie siècles tient en Belgique une position privilégiée dans le corpus littéraire francophone des deux derniers siècles et se trouve au cœur de ce que l’on peut qualifier de mythe national1. La place qu’y occupe un personnage aussi important que Charles Quint y est tout aussi singulière. Elle se situe en effet entre la mythification qui s’attache à certaines figures, généralement liées à une forme d’échec – c’est le cas de son arrière-grand-père Charles-le-Hardy, plus connu sous le nom de Charles le Téméraire2 – et l’indexation, sans que l’imaginaire s’en empare au point d’y fabuler, d’un nom propre comme référent glorieux du passé (Philippe le Bon, par exemple).

2C’est que l’histoire du xvie siècle vit à la fois l’apogée des anciens Pays-Bas auxquels l’empereur donna, par la Pragmatique Sanction et la Transaction d’Augsbourg, une autonomisation définitive avec des constitutions que l’on qualifierait aujourd’hui de fédérales et un système de succession dynastique unifié, mais aussi l’éclatement du Cercle de Bourgogne en Pays-Bas septentrionaux et méridionaux. Cet éclatement d’un ensemble politique et humain, qui comptait parmi les plus avancés en Europe et qui avait résisté aux ambitions de la monarchie française, a laissé plus que des traces dans la mémoire – et d’autant plus que le conflit dont il procède dressa l’un contre l’autre Philippe ii, le fils légitime du vieil empereur, élevé en Espagne, et Guillaume d’Orange, prince qu’il forma dans ses pays, dits « de par deçà », durant les douze dernières années de son règne, et sur l’épaule duquel Charles Quint s’avança dans l’antique salle du palais de Bruxelles, pour abdiquer.

  • 3 Dès 1988, Jean Stengers fait remonter à 1585 (victoire d’Alexandre Farnèse dans les Pays-Bas du Sud (...)
  • 4 Elle comprend alors l’actuel grand-duché de Luxembourg et le Limbourg catholique hollandais.
  • 5 Sans les parties arrachées par la France au xviie siècle (Flandre – Artois – Franche-Comté, notamme (...)

3À l’heure des romantismes nationaux du xixe siècle, c’est au cœur même de cette mémoire historique, en effet décisive3, que l’imagination littéraire belge, l’imaginaire collectif, et une bonne part des études historiques nationales, se plongent pour en tirer un des mythes – si pas le mythe essentiel – de la constitution du soi. Cela se passe avant et après les journées révolutionnaires d’août-septembre 1830 qui voient la Belgique4 mettre à mal la tentative du Traité de Vienne de reconstituer plus ou moins5, entre France et Allemagne, l’espace des États patrimoniaux du septième Duc de Bourgogne que fut Charles Quint.

La mythification du xvie siècle

4Le mythe qui se forge dès avant 1830 se doit, d’une part, de véhiculer les idéaux de liberté et d’ancrage populaire et, de l’autre, de fonctionner sur une logique globalement manichéenne. Très rapidement, s’adjoint au mythe du Siècle d’Or mis à mal par des étrangers bornés celui de la Flandre mythique et de son passé pictural par lequel les romantiques français, très vite relayés par les écrivains belges, entendaient dire, sans la définir, une différence dans la proximité qui les eût forcés à bien des remises en cause si elle avait débouché sur le plan conceptuel. Cette fusion débouchera sur le mythe de Breughelande chez Ghelderode, mais aussi sur l’imaginaire de Brel. À travers la métaphore de la Flandre (pars pro toto ; et exotisation à partir du lieu où le français n’est pas la langue de tous), elle alimente l’image de la Belgique sensuelle et mystique, paillarde et mystérieuse.

  • 6 Celui-ci est le nom censé avoir été donné, dans une cinglante boutade, par le comte de Berlaymont a (...)

5Vivace jusqu’à nos jours, ce mythe exalte parfois, à l’égal d’une forme de paradis terrestre, les anciens Pays d’en Bas du tournant des xve et xvie siècles. Il est vrai que c’étaient des pays d’abondance densément peuplés et de grand développement économique, social et artistique. Sous le vocable de Gueux6, le mythe fait en outre émerger la figure du Belge. Du fait de la contrainte d’autrui, celui-ci est un révolté intrépide et intraitable. Il a l’âme noble et généreuse. Il est rétif aux moyens de la répression et soucieux de la liberté des siens. En face, et très logiquement, le même mythe dresse la figure du tyran et de ses séides contre lesquels se soulèvent un peuple et ses héroïques hérauts. L’objet de l’exécration n’est autre que le prince sous le règne duquel eurent lieu la révolte et la partition des anciens Pays-Bas, Philippe ii d’Espagne, et son illustre bras séculier, Ferdinand Alvarez de Tolède, duc d’Albe.

  • 7 La naissance du futur Léopold ii en 1835.
  • 8 Capitale politique et lieu du pouvoir répressif exercé notamment par Albe, Bruxelles devient, dans (...)
  • 9 Perez (Joseph), L’Espagne de Philippe ii. Paris, Fayard, 1999.

6La figure de Charles Quint se trouve en contrepoint de ce complexe d’images puisque l’empereur est non seulement – et cela, avant longtemps7 – le dernier prince naturel né au pays mais aussi celui sous le règne duquel les anciens Pays-Bas – et leurs symboles, Anvers et Bruxelles8 – connurent leur plus grande splendeur, mais aussi le père de Philippe ii et le défenseur de cette foi catholique au nom de laquelle ce dernier entendit sévir. Au xixe siècle, l’exaltation de l’indépendance, dans un pays qui se hisse très tôt au rang des premières puissances industrielles du globe, amène bien évidemment ses élites à se projeter dans une autre ère d’expansion, de développement et d’abondance : celle dont l’empereur est le symbole. Ces élites sont, en revanche, amenées à lire les conflits politiques et religieux du xvie siècle à l’aune des combats du xixe siècle pour ou contre les libertés démocratiques et la liberté de pensée. Si cette problématique nuance certains traits de la figure de l’empereur chez les uns et chez les autres, chez tous les Belges, l’image de Philippe ii ressortit de manière univoque aux récits et aux poncifs de la légende noire9.

  • 10 Maeterlinck (Maurice), Les Débris de la guerre. Paris, Charpentier, 1916, p. 130.

7Dans cette restitution mythique du passé, le Belge apparaît comme la victime accablée par l’injustice et le fanatisme d’un grand pays étranger. Une image qu’à sa façon, le premier conflit mondial réutilisera abondamment, parfois en reprenant purement et simplement textes et images issus de la tragédie du xvie siècle. Un des premiers écrits de Maeterlinck, Le Massacre des innocents (1886), est ainsi réinséré, en 1916, par le prix Nobel de 1911 dans Les Débris de la guerre. L’introduction affirme qu’« il n’est que trop vraisemblable que des scènes analogues ont dû se répéter dans plus d’un de nos malheureux villages de Flandres ou de Wallonie »10.

Les images des historiens du xixe siècle

8L’Espagne est devenue l’Autre ; l’Autre négatif – ce qui évite de devoir toucher la France –, l’incarnation du désastre, de l’oppression et de la tyrannie infligées à un peuple qui ne demande qu’à vivre et à jouir. Un peuple qui n’a que faire d’enjeux historiques dans lesquels il se trouve pris comme par-devers lui. Ces représentations, au sein desquelles les fictions puiseront – souvent, en exacerbant à l’extrême leur dualisme –, se retrouvent pour l’essentiel sous la plume des historiens, catholiques ou libéraux, du xixe siècle.

9La convergence profonde entre le discours savant et la fable s’y révèle. Elle prouve l’emprise profonde de ces représentations dans l’imaginaire collectif – un imaginaire collectif qui en a gardé les traces jusqu’à aujourd’hui.

  • 11 Arnould (Maurice-A.), Historiographie de la Belgique. Bruxelles, Office de Publicité, 1947, p. 56. (...)
  • 12 Ibid., p. 57.

10Passé le temps des mémoires issus des partisans de Guillaume d’Orange et de Philippe ii, puis celui de la synthèse issue de la Contre-Réforme du père jésuite Farminiano Strada (1572-1649), la protohistoire de ces représentations populaires et savantes remonte au règne de l’impératrice Marie-Thérèse et aux historiens en qui le professeur Maurice Arnould a vu les précurseurs de l’École historique belge. À cette époque apparaît, « plus nette qu’aux époques antérieures, une conscience collective qu’illustre l’adaptation, en français, du nom de “Belgie”, puis de “Belgique” destiné à concurrencer, enfin à remplacer l’appellation traditionnelle de “Pays-Bas” »11. Cette « conscience nationale belge » s’est superposée à « un particularisme régional profond »12 d’à peu près un millénaire qui s’est subtilement tissé au fil des gouvernements et régimes qui vont du milieu du xviiie siècle au milieu du xixe siècle. Non contente de mettre sur pied à Bruxelles, en 1772, une Académie impériale et royale des Sciences et Lettres, qui devait réserver une attention toute particulière à l’histoire des Pays-Bas, la cour de Vienne avait fait rédiger, pour l’instruction de ses enfants, des Mémoires historiques et politiques sur ces pays et avait même commandé au conseiller Van Der Vynckt une Histoire des troubles des Pays-Bas, assez médiocre, qui ne sera révélée au public qu’en 1822.

11Le terrain sur lequel vont se déployer les historiens belges de l’indépendance est donc tout sauf vierge – ce qui ne diminue en rien le bond qualitatif et quantitatif qu’ils font subir aux recherches. Celles-ci narrent par ailleurs, en un faisceau bien plus spécifique, les prodromes de l’histoire des pays Belgique, réalisés sous les périodes autrichienne, française et hollandaise.

  • 13 Juste (Théodore), Les Pays-Bas sous Philippe ii. Bruxelles, Méline, Cans et Cie, 1855. Juste fut co (...)

12Dans l’introduction à son monumental ouvrage consacré aux Pays-Bas sous Philippe ii13, Théodore Juste (1818-1888) commence par rappeler la situation du pays à l’heure de l’abdication de Charles Quint et dessine une nette opposition entre père et fils. Parlant de l’abdication, il écrit :

  • 14 Ibid., pp. v-vi (c’est moi qui souligne).

Cet événement extraordinaire ouvre une perspective nouvelle. L’Espagne, après la paix de Cateau-Cambrésis, est à l’apogée de sa puissance ; les Pays-Bas éclipsent toutes les nations voisines par l’éclat de leur prospérité. Pour quelques temps, Philippe ii est réellement le maître de l’Europe. Il la domine jusqu’au moment où sa suprématie intolérante et cruelle finit par lasser la patience des peuples belges et détermine leur soulèvement. La monarchie espagnole, trop orgueilleuse pour transiger, lorsqu’il en était temps encore, avec une grande et légitime révolution, essaye de la dompter. Elle ne fait que préparer le triomphe de ses adversaires en même temps que sa propre décadence14.

13Cette révolution qui, pour l’historien, n’a d’égale que celle des Anglais sous Charles ier et des Français sous Louis xvi, est le fruit d’« un pacte national » qui eut « raison de se former pour raffermir les privilèges du pays et veiller sur son indépendance intérieure ». Et Juste d’ajouter que s’élever contre ces méthodes répressives de l’absolutisme, c’était « préserver le catholicisme, et conserver, avec la paix intérieure, la prospérité et l’union des provinces, alors les plus florissantes de l’Europe » (pp. xiv-xv). Pour Juste, Charles Quint est un prince dont les desseins étaient certes trop grands pour l’époque, dont la grandeur culmine dans l’abdication du Palais de Bruxelles, et dont la force se lit dans « ce mélange de gravité et de douceur, cet air méditatif et ce calme profond, qui caractérisait le chef de tant d’États » (p. 19). Son portrait de Philippe ii insiste en revanche sur les signes de sévérité et d’intolérance manifestés par le futur monarque dès son voyage de 1549-1550 dans les Pays-Bas – signes qui inquiétèrent, et l’empereur, et sa sœur bien-aimée, Marie de Hongrie, et qui se confirment en 1559 :

Il n’y avait rien d’ouvert, de franc, de sympathique, dans l’attitude froide et compassée du nouveau souverain. Sa réserve excessive et constante cachait cette dissimulation qui, en se perfectionnant, devint comme un point d’appui pour son esprit irrésolu et comme un glaive à deux tranchants avec lequel il frappait ses ennemis avoués en même temps qu’il renversait soudainement les ministres et les courtisans qui, souvent à leur insu, avaient éveillé les soupçons d’un maître ombrageux. (p. 123)

14La description des rapports du roi avec son fils don Carlos est tout aussi négative. Les Don Carlos de Michaël ou de Verhaeren reprendront nombre d’éléments de ces portraits dont le roi prudent sort à chaque fois défait.

15Le comportement de Philippe ii contraste avec celui de l’empereur qui « ne se bornait point à écouter avec bienveillance tous ceux, les pauvres comme les riches, qui voulaient lui exposer leurs griefs ou réclamer sa protection » mais qui « répondait si précisément, et avec tant de gravité, de prudence et de douceur à ce qu’on lui exposait que chacun, en le quittant, devait, dit un contemporain, être tout à fait content de lui, car ses raisons ayant été bien écoutées, il pouvait espérer tôt ou tard une décision telle qu’on la devait attendre d’un prince si juste et si bon » (p. 124).

16Le portrait du duc d’Albe est tout aussi significatif de l’incompatibilité entre ce qu’il représente de l’Espagne et ce qu’il en est de la mentalité des Pays-Bas. L’historien belge ne manque toutefois pas de montrer qu’une application inflexible des ordres du roi ne va pas sans certaines tensions, notamment dans l’affaire qui salira à jamais son image dans la mémoire des Belges : l’exécution des comtes d’Egmont et de Hornes. Selon Juste, on vit même des « larmes dans [l]es yeux » du duc ordinairement porté « au dédain et à la cruauté » (p. 400). Busschmann ou Moke y feront aussi allusion.

  • 15 Godefroid Kurth fut professeur à l’Université de Liège, directeur de l’Institut historique belge de (...)
  • 16 Kurth (Godefroid), Manuel d’histoire de Belgique à l’usage de l’enseignement. Namur, Lambert – De R (...)

17Le portrait du duc, « homme de fer et de sang », comme l’appelle Godefroid Kurth15 (1817-1916) dans son très catholique Manuel d’histoire de Belgique à l’usage de l’enseignement publié au début du xxe siècle, est très tôt définitivement tracé, comme celui du pays « le plus florissant de l’Europe », de Philippe ii et de ses successeurs, « fixés en Espagne et devenus Espagnols de cœur », qui subordonneront « les intérêts de la Belgique à ceux de la péninsule ibérique », oubliant que « c’est nous qui avions donné [cette] dynastie à l’Espagne »16. Tout au contraire, Charles Quint savait « se montrer digne de l’empire du monde par celui qu’il savait exercer sur lui-même » (p. 115). Et, bien qu’il n’eût « pas le temps de se consacrer entièrement à son pays natal », il y fit cependant « de grandes choses » (p. 114).

  • 17 Henne (Alexandre), Histoire de la Belgique sous le règne de Charles Quint. Bruxelles-Paris, Rozez-B (...)
  • 18 Je l’ai commentée aux pages 45 à 48 de mon article : Quaghebeur (Marc), « Autoportrait d’un prince (...)
  • 19 On notera, à propos d’un autre registre de l’histoire littéraire, que, quelques décennies plus tard (...)

18Dans la préface qu’il donne aux quatre tomes de son Histoire de la Belgique sous le règne de Charles Quint, l’historien combattant de 1830 qu’est Alexandre Henne (1812-1896) insiste lui aussi sur le fait que, « dans ce xvie siècle qui substitue les vives lumières de la Renaissance aux lueurs crépusculaires du Moyen Âge, Charles Quint dépasse encore de haut ses plus illustres contemporains »17. L’étude fouillée de la vie des Pays-Bas qu’il entreprend voit dans le xvie siècle le moment où « le principe du libre examen, substitué à celui de l’autorité, en s’étendant dans toutes les sphères intellectuelles, devait graduellement faire aboutir à l’égalité civile » (p. ix). Le rapport de Henne avec la figure de l’empereur, s’il est en partie d’une autre nature que celui de Juste18, n’empêche pas cet historien de voir également dans l’empereur un des politiques les plus complets de son temps, un soldat infatigable et un législateur avisé pour les Pays-Bas. Henne pense en revanche que Charles Quint eût atteint à plus de grandeur s’il avait embrassé la Réforme et anéanti l’influence gallo-romaine, source de tant de tyrannies. L’Allemagne entière et les Pays-Bas, unis par les liens puissants d’une religion commune, eussent formé une confédération indissoluble dominant l’Europe et y jetant les germes de la paix universelle, qui ne peuvent éclore que sur le terrain de la liberté (p. 297)19.

19Autre historien lié aux idées libérales, Jean-Jacques Altmeyer (1804-1877), le maître bruxellois de Charles De Coster, publie en 1855, soit douze ans avant la parution de La Légende d’Ulenspiegel, un bref récit intitulé Une Succursale du Tribunal de Sang. Celui-ci relate la répression qu’exerça, au mépris de la parole donnée, le duc d’Albe à Mons, en 1572-1573, après que les troupes fidèles au roi d’Espagne eurent repris la ville un temps occupée par Louis de Nassau. Altmeyer entend ainsi combler une lacune constatée dans la plupart des récits faisant état de ce qui s’était passé après la capitulation du 19 août 1572.

  • 20 Altmeyer (Jean-Jacques), Une succursale du Tribunal de Sang. Bruxelles, Ch. Vanderrauwera, 1855. p. (...)

20Son récit synthétise par ailleurs les éléments que l’on retrouve un peu partout dans le corpus autour des figures d’Albe et de son Roi. Pour l’historien, à l’abdication de Charles Quint, les Belges « étaient un des peuples les plus instruits de l’Europe. Quoiqu’ils fussent très sérieux et très graves, ils aimaient, cependant, beaucoup les nouveautés en toute chose et les acceptaient même avec beaucoup de légèreté. Les femmes surtout contribuèrent aux innovations religieuses : elles lisaient et discutaient les textes de l’Écriture comme des docteurs de Louvain »20. L’échec de la « Confédération des Nobles » fait en outre écrire à l’historien qu’« il eût été facile à un pouvoir modéré, intelligent et ferme, de dominer la situation, et d’éteindre l’incendie allumé par le protestantisme. On obtint le résultat contraire par l’envoi du duc d’Albe, qui mit la nation entre la vie et la mort, et qui, nourri dans l’orgueil, n’avait rien de ce jugement héroïque dont le principal usage est de distinguer l’extraordinaire de l’impossible » (p. 13). Et Altmeyer d’ajouter que « si le rétablissement du catholicisme avait été la vraie fin de la politique de Philippe ii, plus que jamais l’occasion s’était présentée de l’atteindre » (p. 15). Mais, selon l’historien, le roi d’Espagne « n’était qu’une âme vulgaire » qui préférait « la vengeance » à la générosité. En la personne d’Albe, il s’était choisi un lieutenant pour lequel « un langage franc et sincère était qualifié d’insolence et de suggestion dangereuse » et la réserve « une réticence pleine d’audace » (p. 21). Cet homme commit en outre « l’infraction la plus flagrante aux libertés du pays, qui stipulaient expressément qu’aucun citoyen ne pouvait être jugé que par ses juges naturels » (p. 22).

21Et Altmeyer de conclure qu’on ne peut qu’être « profondément indigné lorsqu’on voit un peuple si florissant par ses arts et ses richesses, une noblesse si fière de sa bravoure, des communes si fortes de leurs droits, livrés à de misérables étrangers qui disposent, comme il leur plaît, de la vie des hommes les plus honorables » (p. 23). Un tel discours résume admirablement ce que les fictions ne cesseront de délivrer.

  • 21 Je l’ai évoquée dans : Quaghebeur (Marc), « Le mythe de l’Espagne dans l’imaginaire littéraire belg (...)

22L’image de l’Espagne, dans nos lettres, ne sera dès lors qu’une image dominée par « la légende noire »21. Cette image domine alors la perception européenne de la péninsule ibérique. Elle se spécifie toutefois en Belgique avec l’exaltation du pays de cocagne, de l’opposition entre les temps de Charles Quint et de Philippe ii, et de la croissance exponentielle de l’image des Gueux.

Avant l’indépendance, un historien crée la fiction constitutive

23On se trouve alors au sein d’une dynamique collective, européenne pour ses tenants les plus larges, belges pour les spécifications susmentionnées. Or l’époque est au roman historique. Alors qu’un peu partout en Europe, on débat de Walter Scott, en France, Alfred de Vigny publie Cinq-Mars en 1826. En Belgique, après la léthargie de l’époque de l’annexion française, l’historiographie des Pays-Bas méridionaux a repris. D’une part, avec la réouverture à Bruxelles de l’Académie des Sciences et des Belles-Lettres en 1816. D’autre part, avec l’arrêté royal du 23 décembre 1826 relatif aux archives.

24En outre, une nouvelle génération d’intellectuels – celle qui prendra les rênes de la recherche et du savoir dans les années qui suivent la proclamation de l’indépendance de la Belgique – émerge à l’intérieur de cette dynamique. Elle occupe déjà des sièges à l’Académie. Parmi ces étoiles montantes, le baron Frédéric-Auguste de Reiffenberg (1795-1850), futur recteur de l’Université de Louvain. Dès 1822, il entame la publication des chroniques des anciens Pays-Bas. Paraît aussi, en 1822, l’Histoire des troubles des Pays-Bas de Van der Vynckt (1690-1779), commandée par Marie-Thérèse pour ses enfants, livre qui plonge en plein dans ce xvie siècle dont Louis-Prosper Gachard (1800-1885) se fera, au fil des ans, le révélateur le plus fécond. C’est par ailleurs en 1821 que le texte de Schiller, Histoire du soulèvement des Pays-Bas contre la domination espagnole, a été traduit et adapté par J.-J. De Cloet. Et c’est en 1823 – ce qui montre bien qu’il y a, dès avant les journées de septembre 1830, une dynamique intellectuelle qui les prépare –, qu’Édouard Smits (1789-1852), par ailleurs auteur d’une Statistique du mouvement de la population dans le Royaume des Pays-Bas de 1815 à 1824, voit créée à La Monnaie, le 5 mars 1823, sa pièce Marie de Bourgogne, avec madame Charles dans le rôle titulaire.

  • 22 Elle est publiée à Bruxelles chez A. Stopleaux, imprimeur-libraire, sis Marché aux herbes.

25L’édition de cette pièce22 est précédée d’une introduction À ma patrie, clairement identifiée comme « cette noble Belgique, si riche de souvenirs et de gloire » que l’auteur ne confond pas avec « l’antique Batavie ». Cette « patrie absente », qu’il n’a trouvée nulle part ailleurs, et même pas « sur les bords du Zuiderzée » ni sur « les épitaphes inscrites sur les tombeaux des générations étrangères », lesquels ne sont pas ceux de ses « parents », « identifie » pour lui « le passé, le présent et l’avenir » et l’amène à lui consacrer toutes ses forces d’écrivain. D’où le choix du sujet de sa pièce, certes « ingrat parce que l’intérêt y est partagé » par d’autres peuples, mais qui est pourtant, et par excellence, un « sujet […] national ». Un sujet qui l’est d’autant plus aux yeux de Smits que l’adversaire, cette fois, n’est pas l’Espagne mais la France, et que les descriptions de Louis xi valent celles qui seront appliquées à Philippe ii.

26L’opposition culturelle et politique met en présence l’ambassadeur du roi de France, le traître Tristan, et le défenseur des libertés de la Belgique, le seigneur de Ravenstein. Le premier essaie de suborner le second en lui faisant miroiter les honneurs accordés par son pays aux vainqueurs, un pays qui est celui des arts et « de brillantes mœurs » (p. 24) – « ce pays enchanteur, cette célèbre France / À qui vous méritiez de devoir la naissance ». Son interlocuteur, piqué au vif par le constat et le contraste dressé par Tristan, qui trouve « un aspect trop sauvage » aux mœurs des Belges, répond :

  • 23 La Brabançonne y est comme esquissée : Le Roi, la Loi, la Liberté. Ravenstein dira encore : « Enfin (...)

Rarement l’échafaud est dressé dans ces lieux ;
Mais des tombeaux français élevés à nos haines
Les voix vous rediront quel sang coule en nos veines.
[…]
Le Belge, je le sais, dédaigne l’art de plaire,
Dans ses affections en est-il moins sincère ?
Si tous les malheureux ont droit à sa piété,
Il ne prodigue pas sa banale amitié ;
Constant dans son mépris autant qu’en son estime,
Il ne pressa jamais la main que souille un crime.
[…]
Notre sol au malheur offre un abri tranquille,
Tout proscrit, quel qu’il soit, ici trouve un asyle,
[…]
Voulez-vous détacher mon cœur de ma patrie ?
Connaissez mieux le Belge : il adore à la fois,
Son pays et son Dieu, ses princes et ses lois23.
J’estime les Français en méprisant leur maître,
Et son ambassadeur, à ses cliques peut-être,
Renoncera bientôt au chimérique espoir
De détourner jamais un Belge du devoir (p. 25).

27Cette hantise de la patrie Belgique n’est pas un cas isolé. L’atteste ainsi le fait que surgit, presque sans décalage par rapport au tempo parisien, la fiction historique qui produit et propulse le mythe du xvie siècle tel que des générations ne vont cesser de le reprendre et de le moduler.

  • 24 Il publiera notamment une Histoire de la Belgique en 1839-1841.

28Dès 1827 – c’est-à-dire trois ans avant les journées de l’indépendance –, sort des mains d’Henri Moke (1803-1862), lui-même professeur et historien24, un roman, Le Gueux de mer, qui apporte d’autres éléments à l’imaginaire national en voie de constitution. Ce récit propulse, dans toute sa spécificité belge, ce xvie siècle que le romantisme remet alors à l’honneur et qui s’épanouira notamment dans Hernani (1829). Il le fait en esquissant à la fois le contraste entre le temps de la répression du duc d’Albe et ceux de l’empereur-soldat, et en faisant surgir en plénitude la figure d’identification qui servira d’assise au mythe national, celui du Gueux. Le sous-titre de ce bon roman historique est à lui seul tout un programme : ou la Belgique sous le duc d’Albe.

29L’année suivante, l’auteur récidive avec un récit de facture moins enlevée mais qui s’attache à une autre facette de la révolte, celle qui se déroula dans les bois où se réfugiaient notamment les protestants : Le Gueux des bois ou les Patriotes belges de 1566. Difficile, à la lecture de tels symptômes textuels, d’affirmer, comme le font parfois certains polygraphes, plus soucieux de visées rattachistes ou séparatistes que de vérité historique, que l’indépendance de 1830 est le fruit de la seule volonté des Puissances et qu’elle mit en place un État entièrement artificiel. Très intéressant, en revanche, est le fait que l’essentiel des ingrédients du mythe du xvie siècle se trouve déjà rassemblé dans ce diptyque.

  • 25 Moke (Henri), Le Gueux de mer. Bruxelles, Office de Publicité, 1827, pp. v-vi. L’ouvrage a été rééd (...)

30Dans ses préfaces, Moke demeure assez discret. Son introduction au Gueux de mer affirme son dessein d’offrir aux lecteurs un ouvrage consacré à une « époque glorieuse pour la Belgique » ; de leur rappeler ou de leur apprendre « quel fut l’excès de l’oppression sous laquelle un gouvernement étranger fit gémir ces malheureuses provinces » ; et d’exalter la figure de Guillaume d’Orange, ancêtre éclairé de la dynastie régnante, qui « donna la liberté à une partie des Pays-Bas et rendit moins insupportable le joug qui pesait sur l’autre ». Soucieux de ce qu’il appelle « la probabilité historique » lorsqu’il met en scène de « grands personnages », Moke ne se veut pas outrageusement partisan. Il considère qu’il y eut des excès dans chaque parti et les désavoue avec une égale vigueur. Il entend en revanche rendre justice « aux hommes vertueux de toutes les opinions et de toutes les croyances »25. Les portraits qu’il trace de Philippe ii, du duc d’Albe et de Guillaume d’Orange n’en sont que plus intéressants.

  • 26 Moke (Henri), Le Gueux des bois. Bruxelles, Lebègue, 1898, p. 11.

31L’Introduction au Gueux des bois se fait plus savante. Elle donne en outre – déjà – des indications sur la difficulté pour les Belges de se faire entendre dans le concert des nations européennes. Moke rappelle que les Pays-Bas offraient, au xvie siècle, « un spectacle unique dans l’Univers : celui d’un État libre, opulent, pacifique et respecté. Quand un souverain, dont le nom sera à jamais odieux, et qui ensanglanta la moitié de l’Europe, voulut substituer son despotisme aux lois nationales, il trouva chez les Belges une résistance inattendue, d’abord respectueuse et modérée, et toujours légale. L’Europe ne comprit qu’imparfaitement cette marche lente et mesurée d’un peuple libre. On avait bien l’idée de la révolte à main armée ; mais on ne concevait pas une opposition singulière, procédant par des représentations, agissant par l’immobilité, et se fondant sur le patriotisme »26.

32Cela fait que cette révolution, pré-libérale, reste « couverte d’un voile impénétrable » et qu’un Schiller lui-même, pourtant libéral , « a méconnu entièrement le caractère des héros belges » (p. 12). Ces Belges d’antan, Moke en rappelle la grandeur en partant des écrits d’un de leurs adversaires, le jésuite italien Strada. Dans la foulée de cette mise en valeur des qualités du peuple des anciens Pays-Bas, Moke entend également rendre justice aux iconoclastes – autre sujet récurrent des textes belges consacrés au xvie siècle – « qui, déclarant la guerre aux statues des saints, ne faisaient aucun mal à ceux qui les adoraient ». Fait surprenant pour l’époque et par rapport à la mémoire collective du pays, il s’attache enfin à déboulonner le personnage mythique du comte d’Egmont, « soldat sans courage moral » qu’il juge indigne de placer sur le même pied que Guillaume d’Orange, « le héros citoyen qui délivra la patrie » (p. 16).

La première grande occurrence du mythe

33L’histoire du Gueux de mer met en scène un vieux seigneur, bien sûr compagnon d’armes de Charles Quint, et descendant d’une des plus grandes familles au service de la maison de Bourgogne : Jean de Bruges, seigneur de Gruthuyzen. Celui-ci, lors des campagnes impériales, avait tiré du péril le duc d’Albe et l’empereur. Son petit-fils, Louis de Winchestre, le futur Gueux de mer, est épris, depuis sa tendre enfance, de Marguerite de Waldhegem que son père, compagnon d’armes du seigneur de Gruthuyzen, lui a confiée à l’heure où il décide de quitter le pays pour oublier la disparition de sa femme, morte en couches.

  • 27 Dans les récits consacrés au xvie siècle, le nom des de Berghes est associé à une attitude très amb (...)

34Au moment où le récit se met en marche, Marguerite est dans sa vingtième année. Elle vit auprès de sa tante, la baronne de Berghes27, une catholique conservatrice et royaliste, compassée et conformiste, mais foncièrement bonne, que le récit mènera par monts et par vaux afin de lui ouvrir peu à peu les yeux sur les tours et détours de Philippe ii à l’égard des pays de par deçà.

  • 28 C’est-à-dire à Sluis, aujourd’hui ville du royaume des Pays-Bas.
  • 29 Moke (Henri), Le Gueux de mer, op. cit.

35À l’Écluse28, où ces dames sont reçues par un bourgmestre gros et joufflu, elles sont prises en charge par deux militaires espagnols qui « se croyaient faits pour dicter les lois au reste de l’assemblée »29. Ceux-ci les conduisent à leur chef, don Christophe de Sandoval, lequel se présente lui-même comme « el castigador de los viellacos Flamingos lutheranos » (p. 24). Au moment où ce lieutenant du duc d’Albe porte un toast à « la prise de Flessingue (et) à l’humiliation du prince d’Orange » (id.), une main saisit son verre et l’envoie par la fenêtre. Le jeune homme qui ose poser cet acte, et que dissimule un accoutrement de marin, n’est autre que Louis de Winchestre. Loin de décliner son identité, il affirme : « Je suis Belge […], et ce mot suffit pour justifier ma conduite. » (p. 25) Après son départ, c’est à un vieux soldat allemand qu’il appartient de qualifier le futur héros : « ce jeune homme a le cœur d’un brave. » (p. 27)

  • 30 Allusifs et discrets chez Moke, ces redoublements, et phonétiques, et sémantiques, tournent autour (...)

36Moke ne dérogera plus aux topoï que révèlent ces scènes liminaires et qu’exemplarise le chapitre v, dans lequel le jeune homme, accompagné d’une autre figure tutélaire que celle de son aïeul, le vieux marin Dick Dickensen30, abandonne les repérages qu’il est en train d’effectuer pour déterminer les passages que doit emprunter la flotte du duc de Medina Coeli. C’est qu’il s’agit de sauver Marguerite et sa tante, entr’aperçues sur la dune, des bras de quatre soudards espagnols. Si la bravoure leur est reconnue, ces sbires ne peuvent toutefois rien devant cet archange du bien, « ce jeune inconnu, dont les formes athlétiques, la démarche assurée et l’œil étincelant semblaient présager leur défaite » (p. 45).

  • 31 Moke (Henri), op. cit., p. 97. Dans Le Gueux des bois, Moke affirme que « les Belges modernes ont v (...)

37Défaite anecdotique, mais significative, qui précède celle de l’armada espagnole vaincue par la ruse et l’habilité des gueux de mer. C’est seulement après cet épisode héroïque auquel ont été mêlées, bien malgré elles, les deux dames, que Louis de Winchestre se rend chez son grand-père pour y faire à la fois amende honorable d’un épisode de sa jeunesse qui l’amena à quitter le pays, et pour l’entretenir de ses combats du jour. Fidèle au sang noble de Gruthuyzen, il expédia jadis ad patres, peu de temps après l’exécution des comtes d’Egmont et de Hornes, deux soldats espagnols qui tentaient d’arracher un vieillard d’un asile inviolable, la chapelle où reposent ses aïeux. Pour fuir les reproches de Jean de Bruges et de Marguerite, il prit alors le chemin du nouveau monde afin de vivre « loin des hommes et de l’oppression »31. Il y retrouva les Espagnols et découvrit leur cruauté à l’égard des indigènes. Il punit dès lors « ces lâches meurtriers », vécut « tranquille au milieu des Indiens qui [le] regardaient comme leur père » mais finit par se faire capturer par les Espagnols qui le ramenèrent en Europe, couvert de chaînes. Une tempête l’en sauva.

38De retour dans sa patrie, il ne la reconnut point : « je cherchai vainement dans nos malheureuses cités ce peuple si franc, si gai, si bienveillant ; vainement je cherchai cette noblesse si fière et si généreuse ; ce clergé plein de douceur, de charité, de zèle apostolique. Le duc d’Albe avait tout changé. Une multitude triste et méfiante, des gentilshommes appauvris et humiliés, des prêtres fanatiques ou dépouillés de toute influence, voilà ce que je vis en Flandre, et je n’eus pas la force de supporter plus longtemps un pareil spectacle. » (pp. 98-99)

39S’ensuivent un bref exposé sur les tensions issues de la « double loyauté », à la patrie et au roi – dont la figure d’Egmont sera souvent le symbole dans les lettres belges – ainsi que l’appel à la sagesse du vieux compagnon d’armes de Charles Quint :

J’ose invoquer votre justice ; je sais que le reste de mes actions va choquer les principes que vous avez adoptés ; je sais que jamais un Gruthuyzen n’a marché sous l’étendard de la rébellion, mais je sais aussi que jamais tyran ne fut comparable au duc d’Albe. Je voyais mon pays opprimé par celui qui devait le défendre, et je connaissais trop le caractère du Roi pour attendre de lui le terme de nos malheurs. Guillaume de Nassau et une foule de braves avaient déjà donné l’exemple, justifié par nos constitutions, d’opposer la force à la violence (pp. 98-99).

40Dans cette écriture pleine de demi-teintes que l’on retrouvera jusqu’à la fin des années 1870, la netteté de la dénonciation ne bascule pas dans la puissance fantasmagorique qui caractérisera le style de De Coster. Le texte de Moke se montre donc capable de nuances. Le personnage du duc d’Albe, que le récit présente par ailleurs comme un homme dont les traits « révélaient l’orgueil, l’ambition et la soif de sang », et dont la « lèvre saillante avait quelque chose de livide et de hideux » (p. 148), revêt ainsi quelque forme d’humanité à travers l’affection qu’il porte à son bâtard, Don Alonzo, né de ses amours avec une femme noire chrétienne. Capitaine des Albanais du duc de fer dans les Pays-Bas, Don Alonzo échappe à un traquenard – où l’on retrouve Sandoval – grâce au chevaleresque Louis de Winchestre et à son double populaire Dick Dickensen. Les deux comparses réapparaissent à l’occasion du sac de Malines, auquel Alonzo est parvenu à soustraire Marguerite et la baronne de Berghes, mais, cette fois, sans pouvoir sauver le jeune mulâtre qui défendait âprement les deux femmes contre une bande de soldats ivres.

41Aussi assiste-t-on, à la fin du roman, à une scène surprenante. Alors que Louis et Marguerite sont sur le point de s’unir par les liens du mariage, dans une petite église de Bruxelles, en présence du vieux comte et de la vieille baronne, surgit le duc d’Albe qui vit ses derniers jours de gouverneur des Pays-Bas. Il interroge Louis sur les derniers moments de Don Alonzo et se voit répondre qu’il « plaignait son père et ne l’accusait pas » (p. 225). Albe précise qu’il sait que Louis est à la fois un rebelle et l’être qui fut cher à son fils ; il lui accorde en conséquence la liberté, mais en exigeant toutefois qu’il cesse de porter les armes contre Philippe ii. Peu après, les jeunes époux rencontreront, en Hainaut, le duc en route vers l’Italie. Il leur souhaite de demeurer dans la « belle patrie » qu’il n’a pu conserver à son roi et qu’aucun autre ne lui gardera si son plus grand général n’y est pas parvenu. Moke peut alors entonner un finale orangiste en faveur d’un roi libéral et patriote auquel l’ironie et les aléas de l’histoire, trois ans plus tard, réserveront toutefois, de la part des Belges, un sort comparable à celui de Philippe ii.

42En ce qui concerne la lecture des formations mythiques, l’essentiel ne réside toutefois pas là. Si Albe, l’exécuteur des basses œuvres, a révélé quelques traits d’humanité, sous la plume de Moke, son commanditaire, Philippe ii, est présenté sous un angle absolument révulsif et veule. Ce trait accompagnera la mémoire du roi dans toute la tradition littéraire. Il est tracé à l’heure où prend corps ce que l’on peut appeler une conscience nationale.

  • 32 Par une note du chapitre xxx, Moke tient à préciser que la plupart des paroles prononcées par Phili (...)
  • 33 Ce sort, déjà attribué à Isabelle de Valois, constitue un thème qu’amplifieront des textes ultérieu (...)

43Hautes en couleurs, toutes les scènes où apparaît le roi32 concourent à son dénigrement. Qu’il s’agisse de la scène avec la reine d’Espagne sauvée par Louis de Winchestre des mains de sbires venus l’assassiner pour de supposées connivences avec les hérétiques33 ; de l’entretien qui s’ensuit entre Philippe et Louis ; ou de la descente dans les caves de l’Inquisition et de la séance de torture à laquelle est soumis, en présence du roi, un vieux moine innocent, c’est toujours le trait accusé de la légende noire – et lui seul – qui définit le roi d’Espagne et dégage, en contrepoint, la noblesse du (des) Belge(s).

Premiers bourgeons du mythe

44En rêvant à la Belgique, à la fois dans l’acception que lui donnait le terme latin du xvie siècle, et dans la configuration qu’il prit dans les Pays-Bas de 1815 à 1830, Le Gueux de mer élabore les épisodes, les figures et les topoï du mythe du xvie siècle dont va se gaver la Belgique indépendante, ce qui conduira, quarante ans plus tard, au chef-d’œuvre de De Coster. Moke le fait dans la perspective libérale et nationale qui est la sienne. Avec, pour les grands personnages, le souci d’un renvoi constant à ce qu’il considère comme la vérité historique ; mais avec l’usage, dans la trame même du récit, d’épisodes romanesques qui touchent alors les cœurs (la jeune fille est pure mais vive ; le jeune homme, audacieux et authentique). La présence de personnages plus âgés, qui témoignent du monde carolin et du temps du bonheur mais ne sont dépourvus ni de courage ni de lucidité, apporte une touche supplémentaire à la double trame de Moke. Ainsi, dans Le Gueux des bois, le père Corneille est un vieux moine anti-espagnol qui, à l’instar du Dick Dickensen du Gueux de mer, sauve le héros de plus d’une situation périlleuse. Frédéric le retrouve à Bruges, comme Louis son grand-père. Il est devenu prieur des Capucins. C’est lui qui signa, en 1577, la Pacification de Gand.

45Ces ingrédients apparaissent encore sous la plume du baron Jules de Saint-Genois (1813-1867), dont Hembyse, roman en trois tomes publié chez Méline en 1835, constitua un des succès littéraires des premières années de l’indépendance. L’histoire s’y déroule à Gand entre 1577 et 1584 et met en scène l’époque troublée qui va de la Pacification de Gand et de la Paix de religion à la reprise de la ville par Alexandre Farnèse. Elle suit le destin du premier magistrat de Gand, Joncker-Jan Hembyse, que l’auteur considère comme un démagogue.

  • 34 Saint-Genois (Jules de), Hembyse, t. i. Bruxelles, J. P. Méline, 1835, p. xvii.

46Dans sa préface, l’auteur tient à préciser que son sujet consacré à un « tribun, traître » plonge dans une époque « éminemment nationale » où les violences religieuses ne se définissaient pas uniquement par elles-mêmes mais agitaient « la question vitale, la question de principe de nationalité ou de domination étrangère pour nos provinces »34. Que les siècles qui suivirent la défaite du pays aient, de chaque domination étrangère, conservé une « réminiscence qui s’est incrustée dans ses habitudes » n’a toutefois jamais pu « radicalement changer » leurs mœurs. Et le baron d’affirmer, bien avant les élaborations fin de siècle sur l’âme belge ou le mythe des brumes nordiques, mais dans la foulée des questions de Moke, que « c’est ce mélange bizarre de caractère aborigène, autochtone, national, avec ce qui nous est demeuré du caractère étranger, qui donne aux Belges une physionomie vague et insaisissable pour ceux qui ne les ont pas étudiés » (t. i, p. viii). Et de s’étonner ensuite « qu’aucun écrivain étranger ne soit encore venu puiser dans notre histoire un sujet de drame ou une intrigue de roman », comme d’affirmer qu’il est temps de s’insurger contre la propension à regarder « la Belgique comme la paria intellectuelle et littéraire des états européens » (t. i, p. xi).

47Cette carence, le récit de de Saint-Genois entend la pallier en se donnant l’assise et l’appui de la véracité historique. Cinquante-cinq pages de notes et de reproductions de documents historiques figurent dans le troisième tome d’Hembyse. Elles justifient le choix de placer le roman dans l’histoire, la « fiction dans la réalité, l’invention dans le vrai » à la suite de « Walter Scott » et du « bibliophile Jacob » (p. xi). À l’instar de Moke ou de Scott, ce récit, dont les fondements historiques sont réels, recourt à la fiction par l’évocation d’une pure histoire d’amour. Elle lie Adrien Roelandt, dont le père a été victime des agissements d’Hembyse, et Marguerite Van den Kethulle, nièce du seigneur de Ryhove, capitaine cruel qui finit ses jours dans la folie.

  • 35 Busschmann (Ernest), L’Écuelle et la Besace. Anvers, Imprimerie de L. J. de Cort, 1839, p. i.

48C’est à nouveau en se donnant l’appui de la véracité historique qu’Ernest Busschmann (1814-1853) donne L’Écuelle et la besace35, suite de six scènes historiques dialoguées relatant le festin du Compromis des Nobles à l’hôtel de Cuilembourg ; le supplice de G. Fabrice à Anvers ; l’entrevue de Willebroek où se séparent les chemins du prince d’Orange et du comte d’Egmont ; le dernier Conseil auquel assistent les comtes d’Egmont et de Hornes arrêtés à la sortie ; la bataille d’Heiligerlée où les Gueux triomphent de troupes fidèles au duc d’Albe et où meurt d’Arenberg ; l’exécution des deux comtes sur la grand-place de Bruxelles et le désespoir du duc d’Albe. Chacune de ces séquences est suivie de notes fondant la vérité des situations et les dialogues, formule à laquelle Busschmann recourt dans un souci de véracité alors qu’il tient la matière d’un récit, comme le démontrera brillamment De Coster. À nouveau, la partie liminaire du texte est très indicative de ce à quoi se confrontent, jusqu’à De Coster, les auteurs belges hantés par l’histoire.

Les troubles des Pays-Bas au seizième siècle ont fait éclore dans deux littératures, des œuvres qui imposent à celui qui se hasarde à peindre derechef les événements et les personnages de cette époque, la condition de construire un nouvel édifice avec les mêmes matériaux, de faire un tableau différent avec le même sujet. Quelle nécessité y aurait-il, par exemple, de jeter dans le moule creusé par Goethe, une imitation de son comte d’Egmont ? Et qui l’oserait d’ailleurs ? Nous disons plus : un drame véritable, reposant sur ces données historiques, nous paraît à peu près impossible aujourd’hui, en Belgique du moins. Le souvenir de ce qui s’est passé de 1566 à 1569 a été transmis de génération en génération avec une fidélité trop scrupuleuse, pour que la fable, d’invention nécessaire au drame puisse produire l’intrigue qu’il recherche, lorsque tous les esprits ont la conscience d’une réalité qui démentirait à chaque instant la création du poète (p. i, c’est moi qui souligne).

49Busschmann se donne donc comme tâche – il n’est point ici question de s’appesantir sur son échec mais de montrer ce qui prépare De Coster et révèle son génie – de rendre par la littérature plus vivantes des scènes capitales d’une histoire tragique et fondatrice, et de « compléter ou de rectifier certaines physionomies inachevées ou poussées par les historiens » (p. ii). « Fils humble et dévoué de cette Belgique calomniée souvent et rarement défendue » (p. iii), il entend contribuer à doter son pays d’une littérature bien qu’« aucune sympathie ne s’éveille en Belgique aux efforts tentés depuis huit à neuf ans par ceux qui voulurent la doter d’une littérature » (ibid., p. vi) et qu’à l’indifférence stimulante du public se joint l’indigence de la contrefaçon.

  • 36 El Maestro del Campo s’appelle Don Alonzo Ulloa. Historiquement, les quatre régiments d’infanterie (...)
  • 37 La chanson préférée de l’empereur était Mille regrets.
  • 38 Bogaerts (Félix), El Maestro del campo. Anvers, Jos-M. Jacobs fils, 1839, pp. 12-13.

50Ces façons de faire rêver le public national se retrouvent avec une dimension fictionnelle accrue, dans le roman que Felix Bogaerts (1805-1851) fait paraître en 1839 sous le titre El Maestro del campo. Le récit se déroule à nouveau à Gand, mais à la fin de cette année charnière retenue également par Busschmann, 1567, c’est-à-dire en pleine répression du duc d’Albe. L’ambiguïté relative de son représentant, dont le surnom36 donne son titre au récit, tient à son affection pour un fils secret, qui sert sous ses ordres et s’éprend d’une jeune fille spécialiste des complaintes chères à Marguerite d’Autriche, et donc en un sens à Charles Quint37. Elle est la fille d’un excellent vieillard d’origine aragonaise établi à Gand après avoir vécu à Anvers, « la Corinthe de la Belgique »38, où cet aristocrate dépouillé de ses biens s’était refait une fortune en reniant le principe des hidalgos leur interdisant de se livrer au négoce. Cette opposition de mentalité permet de mettre en valeur le bon sens belge. Hernandez est par ailleurs lié de longue date au comte d’Egmont et avait adopté les mêmes principes que celui-ci à l’heure des troubles. Car, « quoique Espagnol, il ne pouvait souffrir le despotisme que la cour de Madrid exerçait et voulait maintenir dans notre pays ; il désirait vivement pour tous le droit de liberté de conscience et condamnait hautement les absurdes et cruelles rigueurs de Philippe ii » (pp. 13-14).

51Roman de poète et non d’historien, la fiction de Bogaerts ne s’appuie plus sur des faits et des personnages dont il prendrait soin de délivrer les preuves d’authenticité. Sur un fond de vraisemblance historique plus souple que celle de ses prédécesseurs, il entend aller jusqu’au bout des pouvoirs de la fiction et se livrer à une évocation fantasmatique corsée de ce que la tradition appellera, à l’occasion d’un autre épisode de l’histoire des Flandres, « la furie espagnole ». Son roman met pour la première fois en scène un processus dévorateur dépourvu de tout « happy end », où même les meilleurs sont emportés. En revanche, son livre continue d’accorder une réelle complexité à des personnages espagnols importants ; de mettre en exergue la sagesse, la force d’âme et la faiblesse physique de ces vieillards dont Maeterlinck, quelque cinquante ans plus tard, autonomisera le mythe. Il fait en outre resurgir, positivement, la figure du comte d’Egmont dans un pas de deux avec celle du Taciturne, dont la lointaine descendance a été boutée hors de Belgique suite aux journées de septembre 1830.

Une élaboration continue

52Durant la période qui suit, celle qui verra peu à peu l’unionisme faire place au bipartisme, après la reconnaissance par la Hollande en 1839 de l’indépendance de la Belgique au prix de la rétrocession du futur grand-duché de Luxembourg et du Limbourg hollandais, le mythe du xvie siècle poursuit non seulement son chemin mais va trouver son premier grand accomplissement littéraire. Le chef-d’œuvre de De Coster, La Légende d’Ulenspiegel, est toutefois précédé d’autres textes qui puisent dans cette matière et lui donnent certains accents que l’on retrouvera dans La Légende. Ainsi Une nuit de Noël sous Philippe ii, une des trois nouvelles que Victor Joly (1811-1870) publie en 1842 sous le titre générique de Jean de Weert, récit qui se passe, lui, au xviie siècle tandis que la dernière nouvelle s’attache au xve siècle avec Louis xi à Genappe. Le second récit de Joly puise à nouveau explicitement dans l’histoire puisque la note introductive annonce que « les historiens et chroniqueurs belges paraissent avoir été muets sur la conspiration […] qui faillit délivrer la Belgique de la puissance espagnole en écrasant son formidable chef » venu écouter la messe de Noël dans un prieuré de la région de Mons où l’attendaient des conjurés déguisés en moines. Albe y échappa presque miraculeusement. Ce court récit indique, comme les autres, le vaste mouvement qui emmène à l’époque les élites nationales vers cette période qu’historiens et créateurs mettent en exergue dans un subtil jeu de renvois.

  • 39 Busschmann y fait aussi allusion.
  • 40 74 pages de Notes historiques accompagnent l’ouvrage. Elles renvoient, page après page, aux fondeme (...)
  • 41 Michaëls fils (Charles), Philippe ii et Don Carlos. Bruxelles-Paris, Ve Parent-Jules Lecuir, 1863, (...)

53En matière de théâtre, deux pièces voient le jour dans les années qui précèdent la publication de La Légende d’Ulenspiegel. L’une, Philippe ii et Don Carlos de Clément Michaëls fils (1821-1887), plonge, dès 1863, dans le thème de la mort du fils de Philippe ii popularisé par Schiller, et que Verdi immortalisera quatre ans plus tard à l’opéra, avant que Verhaeren n’en fasse la matière de son Philippe ii en 1901. La pièce de Michaëls est précédée d’une brève Préface. Elle relate l’arrestation de l’infant d’Espagne en janvier 1568 et sa mort en juillet39. L’auteur poursuit en rappelant que cette « énigme historique […] pèse encore comme un crime sur la mémoire » de Philippe ii. Il signale qu’il s’appuie sur les récits des écrivains40 pour soutenir « les éléments les plus tragiques » de son drame consacré à « la mort du petit-fils de Charles Quint ». Il précise enfin qu’il n’a pas à exprimer d’opinion personnelle mais termine en répondant de la sorte à la question potentielle du lecteur ou du spectateur (« Ce drame est-il vrai ? ») : « Qui sait ? »41 La figure de Philippe ii qui se dégage de cette pièce confirme les traits déjà repérés chez d’autres auteurs : indécision profonde, suspicion perpétuelle, vanité, volonté d’omnipotence et soumission à l’Église comme aux conseillers les plus néfastes.

54À travers les récits que Perez, son conseiller, lui fait de la vie des Pays-Bas, le Roi est incité à ne camper que sur sa volonté : « Le lion brabançon / Ose montrer sa griffe au lion d’Aragon. / La gouvernante écrit que, déjà, dans Bruxelles, / Sans cacher leurs desseins, s’assemblent les rebelles : / Ils ont pour chefs Nassau, Brederode, d’Asbourg, / Et tiennent leurs conseils à l’hôtel Culembourg » (p. 126). Dès lors, tout s’accélère : envoi d’Albe, arrestation des seigneurs de Bergh et de Montigny, empoisonnement de la reine et assassinat de l’infant. Son jeu ayant été dévoilé, Perez est arrêté tandis que le roi se courbe devant l’inquisiteur : « Mon père, l’Esprit saint t’éclaire et t’accompagne. Désormais sois mon guide… ». Don Diego Spinosa marmonne à part lui : « À mes pieds est l’Espagne. » (p. 155)

55Trop soucieuse d’assembler sur la scène les divers partenaires historiques des drames des années 1566-1569 et de répondre à une forme de probabilité historique, la pièce, comme celle de Busschmann, manque totalement de la puissance visionnaire, de la fantasmagorie personnelle et de la langue qui feront la force d’un De Coster ou d’un Ghelderode et, à un moindre degré, d’un Verhaeren. À la même époque, avec des lacunes comparables, l’autre face du mythe est traitée par Charles Potvin (1818-1902), qui met en œuvre des éléments dont se souviendra De Coster. Les Gueux est une pièce faite de tableaux – au double sens du terme – qui correspondent à des épisodes historiques. Le prologue s’ouvre ainsi par un lever de rideau qui découvre la reproduction du célèbre tableau de Louis Gallait, L’Abdication de Charles Quint. Puis vient la représentation de la mort à Yuste de l’empereur entouré de deux moines, d’un officier et de son majordome, Luis Quijada.

  • 42 Potvin (Charles), « Les Gueux », dans La Revue trimestrielle, janvier 1864, pp. 7-8.

56Les deux scènes qui précèdent le trépas voient l’empereur s’intéresser, d’une part à la poursuite des hérétiques en Galice et, de l’autre, au sort victorieux de ses armées à Gravelines. Ce qui permet au dramaturge de dresser, par la bouche même du père de Philippe ii, le portrait de sa victime par excellence : « Qui commandait ? // D’Egmont // Un de nos plus grands cœurs ! / Ah mes Belges toujours sont de hardis vainqueurs ! / Saint-Quentin ! Gravelines ! Orgueil de ma vieillesse ! / Beaux fruits que j’ai semés et qu’à mon fils je laisse ! / Ma gloire, qui survit, prend pied dans l’avenir / Et mon règne après moi n’est pas près de finir / Victoire ! »42 Illustration des propos de Juste (Potvin lui a consacré un opuscule en 1852) dans son introduction aux Pays-Bas sous Philippe ii, le prologue de la pièce évoque donc brièvement l’état de gloire dans lequel Philippe ii accède au trône après l’événement majeur que constitua l’abdication de Charles Quint.

57Les tableaux qui suivent relatent l’histoire des Pays-Bas entre 1566 et 1572. Ils le font à travers l’évocation du « Compromis des Nobles » (tableau d’après Debiefve ou Van Bedarff) ; « Les derniers honneurs rendus aux comtes d’Egmont et de Hornes » (tableau de Gallait) ; « La prise de La Brille » (plusieurs gravures du temps existent) et le siège de Mons (aucune indication picturale) ; la Saint-Barthélemy (tableau d’après Comte). Comme chez Moke, les scènes mêlent des personnages historiques (Noircarmes, Lamarck, Orange, Egmont, Albe…) et des personnages fictifs qui soutiennent la trame amoureuse contrariée par les événements et les passions politico-religieuses qui les génèrent. L’objectif de Potvin est de rendre compte d’une nation en révolte face à l’arbitraire idéologico-religieux ; de présenter des chefs tels qu’Egmont, a priori fidèles, mais aussi des non-patriotes sans foi ni loi, comme Noircarmes – prémices du collaborateur –, qui se font complices de l’asservissement et de l’assassinat.

58Dans son drame patriotique, Potvin entend par ailleurs synthétiser les thèmes des Gueux de mer et des bois jadis illustrés par Moke, que représente ici Lamarck, et qu’évoquent surtout des chœurs. Les Gueux de mer entonnent ainsi un hymne, assez typique du siècle et très logique sous la plume du libéral qu’est Potvin :

Dieu fit la conscience libre
Les prêtres sont nos ennemis !
Chassons les bourreaux du pays
À nous le front qui pense, à nous le cœur qui vibre
Dieu fit la conscience libre 
L’homme au pape n’est pas soumis,
Le ciel n’est pas soumis au Tibre ! (p. 57)

59Cette technique des chansons constitue, sous forme de cantate, l’intégralité de l’Épilogue, lequel concerne l’avenir et se déroule comme un « monument élevé aux martyrs du xvie siècle » d’après Wiertz. Elle est dévoilée en présence du roi des Belges, ayant à ses côtés de lui le roi de Hollande, au terme du discours de celui-là et au milieu des vivats qui le saluent. Deux coryphées, porteurs des drapeaux belge et hollandais, entonnent un hymne aux deux peuples communalistes, « soldats des mêmes libertés » : « Souvent unis, aujourd’hui frères, / Nous fêtons les mêmes martyrs. » Le chœur peut alors célébrer les Gueux qui ont « délivré l’âme », et « affranchir Dieu » ; et le coryphée hollandais rappeler la victoire du Nord par son « courage » et la défaite du Sud par sa « fidélité » (pp. 90-92). Quant au coryphée belge, avant de conclure positivement par l’affirmation que le Belge a inscrit la liberté de conscience à ses frontons dès les premiers cris d’éveil de la raison dix-neuviémiste, il résume comme suit les 300 ans d’histoire écoulés par :

Et, vainqueurs ou vaincus, dans la mort ou la gloire,
Rayonnant dans le Nord ou courant au Midi,
Le feu sacré de notre histoire,
L’amour du droit en nous ne s’est pas refroidi (p. 93).

La Légende

  • 43 Le titre définitif du livre est : De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeu (...)
  • 44 J’en parle notamment dans la préface à la partie Literatura francófona de Bélgica, rédigée par Ana (...)

60Les éléments de ce finale sont loin d’être étrangers aux chansons, certes nettement plus poétiques et plus clairement ésotériques, que l’on trouve dans l’avant-dernier chapitre du maître-livre qu’est La Légende d’Ulenspiegel (1867)43. Charles De Coster (1827-1879) y lie la résolution de l’énigme et de la quête des Sept à celle du destin, à inventer, des parties septentrionales et méridionales de l’héritage direct de Charles Quint. Chez De Coster, le mythe, à la fois, s’accomplit et s’autonomise. Au point de devenir presque entièrement littérature et de connaître sa vie propre. De devenir légendaire et d’indiquer, premier roman francophone de l’histoire d’une langue, que la collectivité qu’il incarne ne peut se réduire aux critères de perception des États-Nations44.

  • 45 Vu l’histoire des anciens Pays-Bas méridionaux, il ne peut être seulement historique.

61Or, les Sept correspondent au rebrassage par la pensée bourgeoise, laïque et progressiste, au terme d’un processus de maturation à la fois cosmique et historique45, des figures de vie corrompues par l’absolutisme. Aussi, les chansons de De Coster ne scandent-elles pas impunément : « Dans les fumiers germent les sèves ; / Sept est mauvais, mais sept est bon. » L’action des feux follets réduit en effet en cendres les Sept, un fleuve de sang coule ; et sept autres figures surgissent. Orgueil devient Fierté noble ; Avarice, Économie ; Colère, Vivacité ou Luxure, Amour. Ulenspiegel et Nele, sa mie, peuvent donc entendre un chœur d’hommes et de femmes moduler :

  • 46 De Coster (Charles), op. cit., p. 450.

Quand sur la terre et quand sur l’onde
Ces sept transformés règneront,
Hommes, alors levez le front :
Ce sera le bonheur du monde46.

  • 47 De Coster, à travers les milieux maçonniques et libéraux, fréquentait entre autres Potvin, qui reçu (...)

62Dans la foulée, les esprits entonnent un autre hymne, tout aussi significatif, et dont les idées ne sont pas sans renvoyer à ce que l’on a repéré dans Les Gueux de Potvin47, l’évocation poétique en sus :

Quand le septentrion
Baisera le couchant,
Ce sera fin de ruines :
Cherche la ceinture.
[…]
Septentrion, c’est Neerlande ;
Belgique, c’est le couchant ;
Ceinture, c’est alliance ;
Ceinture, c’est amitié ;
[…]
Alliance de conseil
Et d’action,
De mort
Et de sang
S’il le fallait
N’était l’Escaut
Pauvret, n’était l’Escaut (p. 451-52).

63Ces extraits font percevoir aussi bien l’originalité littéraire de De Coster, que l’insertion de son œuvre maîtresse dans une continuité culturelle. Une telle constatation n’ôte rien à l’acte par lequel De Coster fait du mythe du xvie siècle en Belgique à la fois un mythe personnel et un mythe suffisamment fort, collectivement, pour qu’il dessine définitivement un avant et un après de La Légende.

  • 48 Le finale de la Préface du Hibou, qui décrit la situation du « poète provincial », est à cet égard (...)
  • 49 De Coster est beaucoup moins discret sur ce qui se trouve, certes sous une forme non métamorphosée, (...)
  • 50 J’ai étudié ces spécificités de La Légende dans : Quaghebeur (Marc), « L’Invention en français d’un (...)

64Dite « du Hibou », la préface du livre vaut, elle aussi, d’être interrogée dans la perspective de cette étude. Elle ne se contente pas, en effet, de commenter sous la forme burlesque distanciée et dédoublée qui spécifie le livre et ouvre une voix majeure de réalisation pour les œuvres francophones48 non françaises, le jeu des illustrations, le pseudonyme Ulenspiegel, ou les vingt chapitres du livre repris à la tradition populaire49, mais aussi l’affectation de jouer de « l’opposition constante » entre un roi étranger, « détesté » et cruel, et un peuple « héroïque, jovial, honnête et travailleur » (p. 3). Ce faisant, De Coster s’écarte de la vérité historique qu’ont recherchée ses prédécesseurs et fait basculer l’histoire dans le mythe. La matière qu’il prend, ses prédécesseurs n’ont cessé de la brasser, mais lui la métamorphose pour lui donner non seulement une forme adaptée à son génie mais aussi une forme capable d’exprimer – certes au prix de distorsions avec la vérité historique – l’histoire d’un vieux pays qui ne connaît pas le destin spécifique des États-Nations issus des xve-xvie siècles européens. Un pays qui n’a pas de langue propre et s’exprime pour une part dans la langue de l’État-Nation par excellence qu’est la France50.

  • 51 Un mois avant sa mort, De Coster écrit à son vieil ami, le plasticien Félicien Rops, qu’il remercie (...)

65Parallèlement à son travail spécifique de création, qui laisse perplexes ou jaloux ses pairs51 et pantois le public, De Coster trace un tableau du xvie siècle qui s’inspire des traditions historiques et littéraires mais radicalise ces dernières à travers le système d’opposition peuple-tyran. Mieux, il donne un récit à réminiscences historiques et non un roman historique, récit foncièrement picaresque, carnavalesque, farcesque et poétique. La rencontre du père d’Ulenspiegel avec son frère devenu ermite à Notre-Dame de Rindsbibels, lieu pieux quelque peu grotesque où les pèlerins sont amenés à se battre, est à cet égard exemplaire. N’avoue-t-il pas à Claes que la différence entre lui et l’empereur est minime car l’un et l’autre font « s’entretuer » ou « s’entrebattre des hommes pour [leur] profit et plaisir »(p. 21) ? Les portraits de Charles Quint ou du comte d’Egmont sont à l’avenant. Pour ne pas parler de celui de Philippe ii. Au chapitre 24 du livre iii – chapitre qui fait suite à une scène dans laquelle Ulenspiegel berne d’Albe –, Philippe ii, que ne parviennent à réchauffer ni le vin ni le feu, est évoqué à l’heure des derniers mois de la vie de Don Carlos. À la différence de la plupart des autres textes, La Légende met le père et le fils dans le même sac puisqu’elle affirme que « Ceux qui servaient le roi Philippe et son fils Don Carlos ne savaient lequel des deux il fallait craindre le plus, ou du fils agile, meurtrier, déchirant à coup d’ongles ses serviteurs, ou du père couard et sournois, se servant des autres pour frapper, et comme une hyène vivant de cadavres » (p. 268). La scène est en outre censée se passer dans le lieu mythique qu’est l’Escurial, alors que les événements tragiques de la fin de Don Carlos ne s’y sont point passés. De même, la mère censée pleurer Don Carlos, Isabelle de Valois, est en fait sa belle-mère.

  • 52 En 1968, Roland Mortier a considéré La Légende comme le seul exemple d’épopée à l’époque romantique (...)

66On le voit, La Légende – titre qui autorise l’auteur à prendre bien des libertés à l’égard de l’histoire – reprend des traits qui se trouvent dans les écrits antérieurs, mais les exacerbe et les autonomise dans une dialectique, à la fois morale et cocasse, que l’on peut qualifier de manichéiste ou/et de duale. Elle fait donc œuvre au sein de ce qui constitue déjà une réelle tradition historique mais se donne d’autant plus les libertés de la fiction que les personnages centraux du livre ne sont pas des acteurs historiques réels mais des êtres de légende qui échappent aux lois du temps52.

67Cette trouvaille permet à De Coster d’emblématiser l’existence étrange des Pays-Bas méridionaux – deux cent cinquante ans durant – au sein des États européens, et de donner du Belge une image mythique plausible – quelle qu’en soit la difficulté à l’heure du triomphe des États-Nations censés être homogènes. Elle prend bien sûr, et avec l’histoire – même mythifiée par les décennies qui précèdent –, comme avec la langue codifiée par les normes françaises, des libertés qui constituèrent pour l’auteur de sérieux handicaps mais lui valurent la reconnaissance à l’heure du triomphe de la génération fin de siècle.

Haut de page

Notes

1 Je me permets de renvoyer à mon étude : Quaghebeur (Marc), « La Légende de l’Espagne noire et le mythe national belge dans les lettres belges de langue française », dans Geens (C.), éd., Hazânas bélicas y legendo negra / Hauts faits de guerre et légende noire. Bethune — Madrid, La Comédie de Béthune — Fondation Carlos de Amberes, 2005, pp. 46-75.

2 Cette figure, célébrée aussi bien par Picard ou Sion que par Kalisky ou Compère, et que l’on peut considérer à plusieurs égards comme le Hamlet belge, est évidemment celle du vaincu de Nancy (1477) mais aussi celle de l’échec du projet de reconstitution du grand royaume lotharingien d’entre-deux ; celle aussi de cette Europe médiane (du Pô aux deltas du Rhin, de la Meuse et de l’Escaut) dont Léon Leclère retraça l’histoire mouvementée, déjetée et déniée, sous le titre La Question d’Occident (Bruxelles, Lamertin, 1921), à une époque où le Traité de Versailles paraissait en sonner à tout jamais le glas. Une (des) histoire(s) sur laquelle Emmanuel Le Roy Ladurie revient dans Histoire de France des régions (Paris, Seuil, 2001). Avec un discours qui n’est plus celui de leur droit à l’– ou de leur devoir d’ – inexistence…

3 Dès 1988, Jean Stengers fait remonter à 1585 (victoire d’Alexandre Farnèse dans les Pays-Bas du Sud) la naissance du sentiment national belge moderne (cf. aussi Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. T. I, Les racines de la Belgique jusqu’à la révolution de 1830. Bruxelles, Racine, 2000).

4 Elle comprend alors l’actuel grand-duché de Luxembourg et le Limbourg catholique hollandais.

5 Sans les parties arrachées par la France au xviie siècle (Flandre – Artois – Franche-Comté, notamment).

6 Celui-ci est le nom censé avoir été donné, dans une cinglante boutade, par le comte de Berlaymont aux Nobles venus remettre à la gouvernante des Pays-Bas, Marguerite de Parme, première fille de Charles Quint, une pétition connue sous le nom de Compromis des Nobles, et visant l’Inquisition. Ce sigle, qu’ils s’attachent dès lors, est en outre celui qui désigne les héros des combats qui se dérouleront plus tard, sur mer et sur terre, contre l’armée espagnole et conduiront à l’indépendance des Pays-Bas du Nord.

7 La naissance du futur Léopold ii en 1835.

8 Capitale politique et lieu du pouvoir répressif exercé notamment par Albe, Bruxelles devient, dans l’imaginaire, le lieu des exécutions d’Egmont et de Hornes, et du Tribunal du sang. Cette image l’emporte sur celle de métropole culturelle qui fut aussi la sienne. Anvers, dernière ville à être reconquise par Farnèse au terme d’un siège passé dans les annales, devient ainsi la ville où se conjuguent richesse, création et liberté. Son destin de port emblématise les Pays-Bas en tant que tels, mais aussi comme au-delà d’eux-mêmes. Pour paraphraser le sous-titre qu’Eugène Baie donne à un des tomes de son Siècle des Gueux, elle est « la métropole de l’Occident ».

9 Perez (Joseph), L’Espagne de Philippe ii. Paris, Fayard, 1999.

10 Maeterlinck (Maurice), Les Débris de la guerre. Paris, Charpentier, 1916, p. 130.

11 Arnould (Maurice-A.), Historiographie de la Belgique. Bruxelles, Office de Publicité, 1947, p. 56. On se reportera par ailleurs aux développements de Jean Stengers (op. cit.).

12 Ibid., p. 57.

13 Juste (Théodore), Les Pays-Bas sous Philippe ii. Bruxelles, Méline, Cans et Cie, 1855. Juste fut conservateur du Musée royal d’Armures et d’Antiquités et d’Artillerie et professeur à l’École militaire. Ce libéral admirait Joseph ii.

14 Ibid., pp. v-vi (c’est moi qui souligne).

15 Godefroid Kurth fut professeur à l’Université de Liège, directeur de l’Institut historique belge de Rome et membre de l’Académie. Il s’est, entre autres, intéressé aux origines de la frontière linguistique et à la nationalité belge.

16 Kurth (Godefroid), Manuel d’histoire de Belgique à l’usage de l’enseignement. Namur, Lambert – De Roisin, s.d., p. 121.

17 Henne (Alexandre), Histoire de la Belgique sous le règne de Charles Quint. Bruxelles-Paris, Rozez-Barrani, 1866. p. viii.

18 Je l’ai commentée aux pages 45 à 48 de mon article : Quaghebeur (Marc), « Autoportrait d’un prince francophone », dans Correspondance, n° spécial Carlos v y la noción de Europa, 1994.

19 On notera, à propos d’un autre registre de l’histoire littéraire, que, quelques décennies plus tard, les potentialités du monde germanique seront valorisées par Maeterlinck pour sortir des carcans esthétiques des héritages latins et renaissants (cf. Le Cahier bleu) et qu’elles font très tôt partie des théories des critiques et auteurs de 1830 (Saint-Genois, etc.).

20 Altmeyer (Jean-Jacques), Une succursale du Tribunal de Sang. Bruxelles, Ch. Vanderrauwera, 1855. p. 10.

21 Je l’ai évoquée dans : Quaghebeur (Marc), « Le mythe de l’Espagne dans l’imaginaire littéraire belge », dans Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît), Grutman (Rainier), dir., Histoire de la littérature belge 1830-2000. Paris, Fayard, 2003, pp. 203-216.

22 Elle est publiée à Bruxelles chez A. Stopleaux, imprimeur-libraire, sis Marché aux herbes.

23 La Brabançonne y est comme esquissée : Le Roi, la Loi, la Liberté. Ravenstein dira encore : « Enfin lorsqu’aux états la puissance le donne, les états veulent-ils en priver la couronne ? Par l’accord des pouvoirs on les voit s’affermir. Et leurs divisions les peut seule affaiblir. » (Smits (Édouard), Marie de Bourgogne, op. cit., p. 39)

24 Il publiera notamment une Histoire de la Belgique en 1839-1841.

25 Moke (Henri), Le Gueux de mer. Bruxelles, Office de Publicité, 1827, pp. v-vi. L’ouvrage a été réédité en 2001 par l’ARLLF sous un titre erroné (Les Gueux de mer).

26 Moke (Henri), Le Gueux des bois. Bruxelles, Lebègue, 1898, p. 11.

27 Dans les récits consacrés au xvie siècle, le nom des de Berghes est associé à une attitude très ambiguë dans le conflit. Ainsi du comte de Berghes, jouet de l’espion de Philippe ii, dans le texte de Busschmann (Ernest), L’Écuelle et la Besace, 1839.

28 C’est-à-dire à Sluis, aujourd’hui ville du royaume des Pays-Bas.

29 Moke (Henri), Le Gueux de mer, op. cit.

30 Allusifs et discrets chez Moke, ces redoublements, et phonétiques, et sémantiques, tournent autour d’une figure tout en rondeur, mais aussi en force et en sagesse. On en retrouve des traces chez De Coster avec Lamme Goedzak, par exemple.

31 Moke (Henri), op. cit., p. 97. Dans Le Gueux des bois, Moke affirme que « les Belges modernes ont vu les troupes de vingt nations étrangères passer, tantôt en amies, tantôt en ennemies sur leur territoire. Mais rien ne peut leur donner une idée de l’impression d’horreur, de haine et d’indignation, que produisait sur leurs aïeux l’aspect des soldats du roi Philippe. » (p. 72)

32 Par une note du chapitre xxx, Moke tient à préciser que la plupart des paroles prononcées par Philippe ii dans son roman sont tirées des historiens, et notamment de La Vie de Philippe ii de Gregorio Leti.

33 Ce sort, déjà attribué à Isabelle de Valois, constitue un thème qu’amplifieront des textes ultérieurs. Ici, Philippe ii, pris de remords et qui sait qu’on l’a dupé, accourt, la figure « plus horrible mille fois que l’image de la mort la plus horrible » (p. 240).

34 Saint-Genois (Jules de), Hembyse, t. i. Bruxelles, J. P. Méline, 1835, p. xvii.

35 Busschmann (Ernest), L’Écuelle et la Besace. Anvers, Imprimerie de L. J. de Cort, 1839, p. i.

36 El Maestro del Campo s’appelle Don Alonzo Ulloa. Historiquement, les quatre régiments d’infanterie que le duc d’Albe amène d’Italie dans les Pays-Bas sont commandés par des mestres de camps. Celui qui commande le régiment de Naples, fort de dix-neuf enseignes et de trois mille deux cent trente hommes, est Alphonse d’Ulloa. À leur arrivée dans les Pays-Bas, les dix-neuf enseignes du régiment furent envoyés à Gand.

37 La chanson préférée de l’empereur était Mille regrets.

38 Bogaerts (Félix), El Maestro del campo. Anvers, Jos-M. Jacobs fils, 1839, pp. 12-13.

39 Busschmann y fait aussi allusion.

40 74 pages de Notes historiques accompagnent l’ouvrage. Elles renvoient, page après page, aux fondements historiques présumés des tirades de Michaëls. Sont ensuite données les Opinions de différents auteurs au sujet de Don Carlos, fils de Philippe ii.

41 Michaëls fils (Charles), Philippe ii et Don Carlos. Bruxelles-Paris, Ve Parent-Jules Lecuir, 1863, pp. 5-6.

42 Potvin (Charles), « Les Gueux », dans La Revue trimestrielle, janvier 1864, pp. 7-8.

43 Le titre définitif du livre est : De Coster (Charles), La Légende et les aventures héroïques, joyeuses et glorieuses d’Ulenspiegel et de Lamme Goedzak au pays de Flandre et ailleurs (édition établie par Joseph Hanse). Bruxelles, La Renaissance du Livre, 1965.

44 J’en parle notamment dans la préface à la partie Literatura francófona de Bélgica, rédigée par Ana Gonzalez Salvador dans le livre qu’elle a coordonné chez Cátedra (Gonzalez Salvador (Ana), Historia de las literaturas francófonas, intitulée Una historicidad que pone en tela de juicio los modelos franceses. Madrid, Cátedra, 2003).

45 Vu l’histoire des anciens Pays-Bas méridionaux, il ne peut être seulement historique.

46 De Coster (Charles), op. cit., p. 450.

47 De Coster, à travers les milieux maçonniques et libéraux, fréquentait entre autres Potvin, qui reçut le prix quinquennal que De Coster espérait obtenir pour La Légende. Il prononça son éloge funèbre en 1879.

48 Le finale de la Préface du Hibou, qui décrit la situation du « poète provincial », est à cet égard exemplaire et prophétique. Elle ne manque pas de se référer à Rabelais et à la vieille langue française pour rappeler que la tradition classique n’a rien d’ontologique mais est le fruit d’une politique qui a réussi, mais ne convient pas forcément aux cousins des Français.

49 De Coster est beaucoup moins discret sur ce qui se trouve, certes sous une forme non métamorphosée, chez ses collègues du xixe siècle.

50 J’ai étudié ces spécificités de La Légende dans : Quaghebeur (Marc), « L’Invention en français d’une forme non française », dans Letterature di Frontiera, Anno ii, n˚ 2, Bulzoni, 1992, pp. 65-75 ; et « Pour transcender la nation impossible, la Légende », dans La Légende de Thyl Ulenspiegel. Bologna, Clueb, coll. Belœil, n°2, 1991, pp. 211-242.

51 Un mois avant sa mort, De Coster écrit à son vieil ami, le plasticien Félicien Rops, qu’il remercie d’une de ses « bonnes lettres » qui le « réconfortent » et qui lui donnent l’illusion de pouvoir devenir ce qu’il a rêvé d’être, sans déplaire aux gens en place, c’est-à-dire le grand écrivain belge : « Ah, si j’avais été Théodore Juste !! », dans Zeno (Thierry), Les Muses sataniques. Bruxelles, Les Éperonniers, 1985, p. 103.

52 En 1968, Roland Mortier a considéré La Légende comme le seul exemple d’épopée à l’époque romantique dans son article : Mortier (Roland), « La Légende d’Ulenspiegel, une épopée de la liberté », dans La Revue de l’Université libre de Bruxelles, n˚ 21, 1968-1969, pp. 35-46.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Quaghebeur, « Le xvie siècle : un mythe fondateur de la Belgique », Textyles, 28 | 2005, 30-45.

Référence électronique

Marc Quaghebeur, « Le xvie siècle : un mythe fondateur de la Belgique », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 28 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/429 ; DOI : 10.4000/textyles.429

Haut de page

Auteur

Marc Quaghebeur

Archives et Musée de la Littérature

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org