Navigation – Plan du site

La protohistoire de la littérature belge. Construire / décrire le passé

Jean-Marie Klinkenberg et François Provenzano
p. 7-18

Texte intégral

Quelle Belgique avant la Belgique ?

« Les titres sont toujours de fieffés imposteurs » (Balzac)

  • 1 Voir, par exemple, la synthèse de Hasquin (Hervé), Historiographie et politique. Essai sur l’histoi (...)
  • 2 Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. T. i, Les racines (...)

1Le titre du présent dossier – la Belgique avant la Belgique – peut recevoir plusieurs interprétations. Comme il en va dans tous les énoncés où un terme identique revient à deux reprises (du genre « un sou est un sou »), le principe de coopération impose d’affecter un sens distinct à chacune des occurrences. Ici, le titre peut se gloser par « existe-t-il quelque chose que l’on puisse qualifier de belge – un espace économique, une structure politique, une culture, etc. – avant la création de l’État belge en 1830 ? » Vaste question, largement discutée par les historiens1, partagés entre « pirenniens » (pour qui l’unité nationale a précédé l’unité de gouvernement, la création du royaume de Belgique étant alors la consécration ultime d’une cohérence dont les sources remontent au Moyen Âge) et « antipirenniens ». Ces derniers reprochent son finalisme à la première perspective historique, mettent en évidence le caractère contingent des facteurs qui ont permis la réussite de l’aventure belge de 1830, soulignent l’absence d’unité du territoire comme aussi la vigueur des forces centrifuges à l’œuvre dès les débuts de l’indépendance belge. Des tentatives de synthèse ont récemment vu le jour, comme celle de Jean Stengers2. Elles insistent sur les processus de représentations collectives à travers lesquels la conviction d’une identité propre commence à animer une partie au moins du corps social au xve siècle, et sur le rôle de l’État et de ses institutions dans ce processus : c’est bien lui qui, ici comme ailleurs, suscite et conditionne le processus d’adhésion nationale.

2Il ne s’agit pas ici de prendre position dans le débat historique, puisque, dans une revue traitant de littérature, l’énoncé « La Belgique avant la Belgique » ne peut que viser à particulariser l’objet de la question « existe-t-il quelque chose que l’on puisse qualifier de belge… ? » La question qui se pose à nous est bien : « Existe-t-il une littérature belge avant la Belgique ? » Il n’empêche que cette seconde question s’adosse à la première, l’historique, dans la mesure où sa formulation souligne de manière implicite qu’il n’y a pas de littérature sans un cadre historico-social. La question devient donc : « une production littéraire francophone s’est-elle développée antérieurement à 1830 et dans les territoires qui composent aujourd’hui la Belgique, production qu’il serait légitime de qualifier de belge ? » Ou encore : « quel sens y a-t-il à envisager cette production à partir du lieu d’observation qu’est une littérature belge, dont le statut est lui-même discuté ? »

Une double tradition historiographique

3Cette question a rarement été posée de manière explicite. Elle a toutefois reçu des réponses implicites tout au long de l’histoire des pratiques d’historiographie littéraire belge francophone.

4En schématisant fort, nous distinguons une double tradition historiographique, qu’on ne pourrait ramener à l’opposition entre pirenniens et antipirenniens sans les caricaturer. Il y a d’une part (A) ceux qui, pour examiner la littérature de Belgique, se fondent sur un corpus commençant à la même date que celui de la littérature française – en gros, à la Séquence de sainte Eulalie, au ixe siècle – et (B) ceux pour qui le terminus ab quo d’un tel examen ne saurait être que 1830.

5Ces deux traditions ne sont pas homogènes. Elles connaissent chacune une ligne de partage de nature méthodologique, ou idéologique. En schématisant à nouveau, nous distinguons dans l’une et l’autre tantôt une tendance à l’essentialisme (1), tantôt un refus de cette posture (2).

6On a ainsi une première réponse implicite, ou une première posture A1. Pour ceux qui l’assument, il existe depuis des temps immémoriaux un atavisme culturel belge, consacré par la construction de 1830, et cet atavisme a déterminé les traits saillants de la littérature produite dans les Pays-Bas méridionaux avant cette date. Cette posture est manifeste dans l’Essai sur l’histoire de la poésie française en Belgique d’André Van Hasselt (1838) ; on la retrouve chez Francis Nautet, auteur de la première Histoire des lettres belges d’expression française (1892-1893), qui recherche lui aussi longuement dans le passé « les sources du sentiment littéraire en Belgique ». Cette tradition téléologique est en principe éteinte aujourd’hui. Nous disons « en principe » dans la mesure où, comme on va le voir, il peut en subsister de très nombreuses traces dans les travaux les plus contemporains, et notamment dans ceux qui sont ici réunis.

7La posture A2 est celle que manifestent les études menées dans une perspective à la fois patrimoniale et scientifique. L’exemple achevé en est l’Histoire illustrée des lettres françaises de Belgique, somme dirigée par Charlier et Hanse (1958). Cette production n’est pas tout à fait à l’abri du reproche d’essentialisme, dans la mesure où son objectif est parfois de mieux inscrire la production belge dans la tradition française, elle-même essentialisée, et dans la mesure où elle relève souvent d’une méthodologie empirique et positiviste qui lui interdit d’interroger ses propres présupposés idéologiques.

  • 3 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1939) », dans Lope (...)

8Pour les tenants de B1, la construction politique de 1830 se complète nécessairement par la mise sur pied d’une culture autonome par rapport au centre parisien3. Ces travaux peuvent apparaître comme l’avatar de ceux qui ont été décrits en A1 : ils ne s’en tiennent d’ailleurs pas très éloignés, dans la mesure où ils connaissent fatalement la tentation de la téléologie, donc celle d’instrumentaliser le passé.

  • 4 Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît), Grutman (Rainier), dir., Histoire de la lit (...)

9La posture B2 se donne une justification de type sociologique. Elle part en effet du principe que la littérature est une pratique sociale, et qu’elle s’inscrit comme telle dans un ensemble de contextes. De ce point de vue, « la littérature belge constitue un ensemble cohérent qui, depuis 1830, s’est développé dans un espace social, politique, institutionnel, culturel et linguistique singulier, qui a partiellement conditionné la nature et les modalités de la pratique littéraire »4.

  • 5 Cf. Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale. Brux (...)

10Une telle perspective semble à première vue interdire toute considération des faits littéraires antérieurs à 1830, puisqu’elle insiste sur le rôle matriciel de l’État et des structures d’institution littéraire qu’il a rendues possibles. L’interdiction n’est toutefois pas totale, dans la mesure où l’État n’est pas le seul facteur intervenant pour conditionner la pratique littéraire : la constitution des publics, la mise sur pied de réseaux d’agents, l’élaboration d’une doxa culturelle sont autant d’autres facteurs intervenant dans la définition d’une littérature5. Or, théoriquement, rien n’interdit à ces facteurs d’être intervenus antérieurement à 1830, pour contribuer à constituer le cadre homogène dont il vient d’être question. De sorte qu’on peut rejoindre ici la posture A2. Et c’est bien ce que nous tenterons de faire dans la présente contribution, dont l’objectif est de fournir les clés méthodologiques et épistémologiques permettant de traiter adéquatement du thème « La Belgique avant la Belgique ». Mais si ceux qui s’inscrivent dans la perspective B2 semblent rejoindre la posture A2, c’est avec des travaux relevant d’une méthodologie radicalement différente. En effet, s’il s’agit de refuser l’essentialisme, il s’agit aussi de ne pas se réfugier derrière le prétexte de l’empirisme. Tantôt sociologique, tantôt – et on s’en expliquera – sociosémiotique, la méthode exposée ici vise, finalement, à se libérer des hypothèques idéologiques inhérentes à toute entreprise d’histoire littéraire.

Deux objets

11Le présent travail s’appuiera sur le corpus d’études réuni dans la présente livraison de Textyles, études auxquelles nous reprendrons l’essentiel de nos exemples. Si ces études s’accordent toutes sur le refus de l’essentialisme, elles indiquent néanmoins que la recherche sur « La Belgique avant la Belgique » est susceptible de s’orienter dans deux directions.

1. Recherches sur les traits récurrents

12On peut en effet partir en quête de traits de la littérature – traits de la production textuelle autant que traits de l’institution – à retrouver au long de son existence, ou à tout le moins à certains moments qui, rétrospectivement, apparaîtraient comme particulièrement pertinents. Ainsi posés comme définitoires, de tels traits peuvent être stylistiques, thématiques, mais surtout institutionnels. Ce premier chapitre de la recherche pourrait s’intituler « Les lettres en terres belgiques avant la “littérature belge” ». Il implique plusieurs perspectives méthodologiques : histoire des styles, histoire des thèmes, mais surtout une sociologie historique, dont le rôle est d’examiner la mise en place, sur la longue durée, des structures qui définiront la Belgique littéraire.

2. Recherches sur la construction du passé

13Mais un second objet d’étude s’offre à l’observateur : les modalités de la construction du passé. Comment les commentateurs (écrivains, historiens, critiques, chercheurs) parlent-ils de « La Belgique avant la Belgique » ? Il s’agit ici d’examiner comment et pourquoi, après 1830 et jusqu’à nos jours, ont pu être proposées diverses relectures du passé. Le point de départ de l’étude est donc cette littérature belge dans le cadre de laquelle s’élaborent ces commentaires, lesquels doivent être lus à partir de ce cadre. Ce deuxième chapitre de la recherche pourrait s’intituler « Les lettres en terres belgiques à partir de – au sens de « vues depuis » – la “littérature belge” ». Dans la mesure où ces études doivent déboucher sur des explications d’ensemble, la méthode relèvera, comme la première, d’une sociologie historique. Mais pas exclusivement : puisqu’elle doit se fonder sur une analyse des discours constructeurs du passé et examiner les débats sur la belgicité littéraire, la démarche doit d’abord être sociosémiotique.

  • 6 Déjà ébauchées dans ibid.

14On s’attardera surtout à étayer la méthodologie relative au second type d’études, mieux représenté dans les articles ici rassemblés que le premier. On se contentera de tracer les lignes de faîte de cette recherche6 et d’en indiquer les limites.

Les traits récurrents

Thèmes et styles

15Aussi longtemps qu’elle adopte le point de vue « interne » caractéristique des études littéraires françaises, l’étude des formes littéraires mises en œuvre en terres belgiques avant 1830 semble difficilement échapper à l’alternative du pur mimétisme ou de la géniale exception. Telle pratique poétique sera évaluée à l’aune des productions françaises, telles caractéristiques de l’œuvre d’un homme de lettres, isolées miraculeusement d’un fond de médiocrité généralisée.

  • 7 Voir Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire. Essai pour une théorie. Paris, L’Harmattan, co (...)

16Pour se donner les moyens de sortir de cette alternative et saisir, à grande échelle, le système des occurrences littéraires proto-belges, il convient de repenser certains héritages méthodologiques de la recherche sur la littérature belge. À l’heure où les études littéraires francophones cherchent à fonder une épistémologie spécifique7, la question de la relativité des catégories de la description littéraire est plus que jamais d’actualité. L’étude des récurrences thématiques et stylistiques qui caractérisent le corpus proto-belge s’inscrit pleinement dans ce débat, visant au dépassement des clôtures imposées par l’étude littéraire traditionnelle.

  • 8 Voir De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., Littératures en Belgique – Literaturen in België. D (...)

17Clôture du texte littéraire, avant tout : comme le démontrent plusieurs des articles ici rassemblés, le chercheur en littérature belge gagne à inclure parmi ses objets le discours social dans son ensemble, non seulement en tant que donné contextuel, mais aussi en tant que répertoire de formes. La clôture du texte est évidemment liée à celles qu’impose la figure de l’écrivain. Or il n’est guère besoin de rappeler ici que la pratique littéraire au Nord de la France est majoritairement l’affaire de polygraphes. L’abandon de cette première (double) clôture amène un autre dépassement : celui de la division générique. La lisibilité d’un trait thématique ou stylistique étant largement dépendante de son inscription dans un genre, il convient de réévaluer la hiérarchie traditionnelle, au profit de catégories plus soucieuses de la répartition des productions effectives. Enfin, la clôture de la langue empêche souvent de mesurer l’importance des relations littéraires intra-belges et internationales dans la stabilisation progressive des traits constitutifs de la littérature nationale8.

18À titre d’exemple, l’étude proposée par Lieven D’hulst dans le présent dossier permet de raffiner l’une de ces étiquettes historiographiques dont l’hyper-lisibilité tend à faire oublier ce qui a pu éventuellement la fonder. Le « mimétisme » évoqué pour qualifier la production poétique belge d’avant 1830 gagne ainsi à être décliné selon toutes les dimensions de l’objet auquel il s’applique (formes canoniques/formes non canoniques, situation d’énonciation, rapport à l’Histoire, rapport aux autres arts).

Structures sociologiques

  • 9 Pour une critique du couple conceptuel centre vs périphérie, voir D’hulst (Lieven), 2003, « Quel(s) (...)

19En réalité, ce dernier exemple indique assez que l’étude des traits thématiques et stylistiques ne prend véritablement son sens que si ses résultats sont confrontés aux conditions sociologiques dans lesquelles ces différents traits ont pu se manifester et revêtir une certaine pertinence historique. Ici encore, il s’agit d’élargir la gamme des phénomènes à observer, sans s’en tenir à une perspective belgo-française9, ni à une description des instances les plus canoniques du modèle de l’institution littéraire. En effet, jusqu’à la fin du xixe siècle, d’une part l’institution littéraire belge se caractérise par une extrême faiblesse si on la compare à la française, d’autre part nombre de manifestations sociales du littéraire en terres belgiques ne se laissent pas encore décrire et expliquer en fonction d’un rapport de domination à l’égard de la métropole parisienne.

  • 10 Ces voies de recherche sont déjà tracées dans Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), op. cit., (...)

20Si la sociologie de la littérature a un rôle à jouer, il est alors de mettre au jour des structures de sociabilité spécifiques qui ont pu influencer durablement les conditions de la production et de la consommation littéraires. On songe ici à certaines traditions pédagogiques ou à des institutions telles que les « chambres de rhétorique »10, mais aussi aux modes de réception des littératures étrangères déjà constituées.

Dangers de ces démarches

  • 11 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « Les littératures francophones : un modèle gravitationnel », dans Ca (...)

21Ces différentes précautions méthodologiques sont, en pratique, assez périlleuses à mettre en place. En effet, menée sur la longue durée, la recherche de traits récurrents, ensuite posés comme définitoires, ne peut guère être valide qu’à un très haut niveau d’abstraction. Sous peine de retomber dans le finalisme et la téléologie, seules des caractéristiques très générales pourront être retenues, caractéristiques qu’il est commode de lier au statut périphérique de la littérature belge11. Par exemple, le concept d’archaïsme des zones périphériques se révèle adéquat, tant pour expliquer certains traits stylistiques de l’idiolecte du Prince de Ligne, ou certaines caractéristiques de la production poétique des années 1815-1830 (voir ici même les articles de Manuel Couvreur et de Lieven D’hulst). De tels traits définitoires sont régulièrement convoqués dans tous les articles rassemblés : défiance vis-à-vis de Paris, cosmopolitisme provincial, irrégularité langagière…

22Les dangers de la recherche de tels traits définitoires sont au nombre de trois :

23L’atomisation. Dégageant des traits d’un haut degré de généralité, l’analyse ne peut en retenir qu’un nombre très restreint, que l’on isole. Or de telles caractéristiques sont insuffisantes, tant en nombre qu’en consistance, à fonder un corpus littéraire homogène.

24L’anachronisme. Il consiste à projeter sur le passé des caractéristiques qui appartiennent au système littéraire moderne. Par exemple, la dynamique centre-périphérie, qui se met en place dès le xviie siècle, et qui prend tout son sens à l’âge de la modernité, n’a guère de sens aux époques antérieures. La recherche doit donc s’accompagner d’un effort de critique historique sur lequel on va revenir.

25L’essentialisation. L’anachronisme, qui surévalue le point où se situe l’observateur, et l’atomisation, qui isole les traits au risque d’en dénaturer le sens (point sur lequel on va revenir plus loin), conjuguent leurs effets pour essentialiser les traits retenus. Mobiliser, comme le font parfois les travaux ici rassemblés, les thèmes de la Belgique comme terre d’entre-deux, du métissage culturel, de la méconnaissance parisienne ou de l’occupation étrangère, ce n’est bien souvent que ressasser des topoï historiques foisonnant dans les travaux menés selon la perspective A1.

26Parer à ces dangers, c’est précisément étudier comment fonctionnent l’atomisation, l’anachronisme et l’essentialisation, comment ces pratiques se mettent en place comme procédures discursives, comment elles transcrivent ou produisent des significations sociales imaginaires. Ce qui nous amène au deuxième type d’études.

La construction du passé : formalisations et enjeux

La formalisation

27Lire une production ou examiner une institution littéraire en les ramenant à soi – dans notre cas, étudier « les lettres en terres belgiques à partir de la “littérature belge” » –, c’est fournir un travail qui confère une identité à cette production ou à cette institution.

1. Formalisation et identité

28On peut s’interroger sur les mécanismes qui amènent à formuler une identité collective. Celle-ci est l’aboutissement d’un processus symbolique complexe, que nous pouvons schématiser en trois phases :

291) Il faut tout d’abord un substrat objectif, condition nécessaire, mais non suffisante : ce peut être un cadre de vie commun, un ensemble de comportements descriptibles (allant du culinaire et du vestimentaire au religieux ou au politique), certaines situations sociales, etc.

  • 12 Bernier (Bernard), « L’apparition du nationalisme en Occident : les contextes historiques », dans A (...)

302) Il faut ensuite une sélection de certains de ces traits, dès lors assumés comme autant de signes de démarcation. Ce que Bernier, parlant du nationalisme, nomme la « mobilisation de la trame de la vie quotidienne12 ». Ce processus de mobilisation relativise le substrat objectif, lequel peut être flou et largement diversifié (sans cependant pouvoir être inexistant).

  • 13 Bourdieu (Pierre), « L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’id (...)

313) Mais cette définition – qui fait monter à la conscience les traits du substrat qui pouvaient jusque-là rester inconscients – ne suffit pas encore. Pour que l’identité puisse orienter collectivement l’action, elle doit se manifester largement aux yeux de cette collectivité ; autrement dit, elle doit être communicable, ce qui suppose une certaine forme d’institutionnalisation. Bourdieu note ainsi que, dans la pratique, les traits objectifs de l’habitus « sont l’objet de représentations mentales, c’est-à-dire d’actes de perception et d’appréciation, de connaissance et de reconnaissance, où les agents investissent leurs intérêts et leurs présupposés, et de représentations objectales, dans des choses (emblèmes, drapeaux, insignes, etc.) ou des actes, stratégies intéressées de manipulation symbolique qui visent à déterminer la représentation (mentale) que les autres peuvent se faire de ces propriétés et de leurs porteurs. Autrement dit, les traits que recensent les ethnologues ou les sociologues objectivistes dès qu’ils sont perçus et appréciés comme ils le sont dans la pratique, fonctionnent comme des signes, des emblèmes et des stigmates »13.

32C’est l’ensemble des mécanismes (2) et (3) que nous nommerons ci-après « formalisation ».

  • 14 Cf. Lapierre (Jean-William), « L’identité collective, objet paradoxal : d’où nous vient-il ? », dan (...)

33Il faut noter que ce travail de formalisation s’appréhende à travers un ensemble de manifestations discursives14, propres aux poètes et aux chanteurs, aux cinéastes, aux écrivains, aux historiens mais aussi, plus récemment, aux ethnologues, aux politologues et aux sociologues : depuis le xixe siècle et singulièrement depuis le romantisme, c’est aux écrivants qu’a incombé la plus grosse part du travail de définition des identités en Europe ; la réinterprétation de la vie et de l’histoire qu’est l’énonciation d’une identité est un travail que l’on doit aux « élites », ou plus exactement à leur frange intellectuelle.

34La spécificité du second objet de recherche réside donc en ceci que la recherche ne porte pas sur le référent du discours historiographique – son substrat objectif – mais sur le discours lui-même. C’est le discours qui, grâce à ses procédures de sélection et de sémiotisation, que l’on examinera à loisir ci-après, homogénéise et finalise des faits qui n’ont peut-être pas d’homogénéité aux yeux de la critique historique.

2. Le réel historique et ses distorsions

  • 15 Cf. Abastado (Claude), Mythes et rituels de l’écriture. Bruxelles, Complexe, 1979.

35Être conscient de cette spécificité met à l’abri du danger d’adopter la posture du « correcteur historique ». La tentation est grande pour le chercheur, en effet, de dénoncer les distorsions que la formalisation fait nécessairement subir au réel historique. Or l’intérêt d’une étude de « La Belgique avant la Belgique » se situe précisément, selon nous, dans la description des distorsions observées et dans l’explication de ce qui les a déterminées. Par exemple, dans l’étude de la réception littéraire de Ruusbroec, il est hautement significatif de souligner que les acteurs du xixe siècle insistent sur sa prétendue ignorance et sur son prétendu isolement : ce sont là autant de gages de sa compatibilité avec la figure du créateur pur, spontané et hors du siècle, qui domine à l’époque où ces images s’élaborent15.

36Renoncer à la posture du « correcteur historique » ne veut pas dire pour autant qu’on renonce à toute perspective critique, ni qu’on tient nécessairement pour suspect tout discours à visée objectivante. La critique historique demeure un outil indispensable pour l’étude de ce que nous avons nommé plus haut le substrat objectif. Pour saisir la portée d’une sélection ou d’une homogénéisation, il convient en effet de connaître la diversité et la complexité de la trame historique sur laquelle ces processus sont opérés.

3. Formalisation littéraire et formalisation savante

37Revenons au travail de formalisation. Il comporte donc trois niveaux d’élaboration, qui sont : 1) le substrat, 2) la mobilisation, 3) la mise en discours ou formulation.

  • 16 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « L’Ulenspiegel de Charles De Coster fut-il le témoin d’une époque ?  (...)

38Un exemple pourra être celui des luttes religieuses et politiques du xvie siècle aux Pays-Bas : (1) dans une circonstance historique donnée16, elles font l’objet d’une lecture (2) qui manifeste des oppositions comme progrès vs démocratie, liberté vs esclavage, etc. Cette lecture peut s’inscrire dans une œuvre (3) comme La Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster. On a donc une construction à trois étages :

X3

formulation

X2

mobilisation

X1

substrat

39Mais si, dans le corpus qui permet d’étudier la construction du passé, on choisit d’inclure les ouvrages historiographiques – et on va voir que c’est obligatoire –, le schéma se complique en se dédoublant. En effet, les trois niveaux d’élaboration qui viennent d’être décrits constituent ensemble ce que l’on pourrait appeler un « discours-objet ». Objet : nous l’appelons ainsi parce que ce discours est à son tour le référent d’autres discours, d’un niveau supérieur Y ; les études sur La Légende d’Ulenspiegel, sur ses significations et sur sa réception par exemple. X1, X2 et X3 constituent donc le substrat (Y1) de ce second discours, qui comporte lui aussi les niveaux Y2 (les sélections des lectures possibles de La Légende d’Ulenspiegel) et Y3 (la formulation de ces discours, débouchant sur une doxa historiographique : De Coster comme démiurge, la Légende comme texte fondateur, l’épopée comme matrice, etc.). On a donc une construction non plus à trois mais à deux fois trois étages emboîtés :

40Ce jeu d’emboîtement indique que des contaminations sont inévitables entre les différents niveaux qui y interviennent. Ce qui crée assurément des difficultés d’interprétation supplémentaires. En effet, pour qui s’intéresse à « la Belgique avant la Belgique », ce qui est censé avoir le statut d’outil de référence à un niveau donné – par exemple la Bibliographie nationale de 1830 à 1880, publiée de 1886 à 1910 – est aussi, à un autre niveau, un document d’époque, qui doit être étudié comme un élément d’une formalisation dans la construction du passé (voir ci-après l’article de Lieven D’hulst). C’est que les ouvrages d’historiens et historiens de la littérature livrant des vues d’ensemble sur ces périodes sont nourris de présupposés idéologiques et/ou esthétiques ; autrement dit, ils sont aussi – et peut-être même avant tout –, des témoignages des enjeux propres à leur contexte de rédaction. Et c’est ce qui imposait de les inclure dans le corpus.

  • 17 Lapierre (Jean-William), op. cit., p. 205. Particulièrement attentif à ce paradoxe, Pierre Bourdieu (...)

41À bien y regarder, ces difficultés d’interprétation ne sont pas le lot de la seule historiographie littéraire, mais se retrouvent dans toutes les sciences humaines : « En prenant pour objet ce qui lui vient de la demande sociale, en cherchant à le définir et l’expliquer, la recherche en sciences sociales contribue aussi à le façonner. Il faut d’ailleurs souligner le paradoxe des sciences humaines, paradoxe auquel nous participons ici : observatrices des faits sociaux, elles contribuent elles-mêmes à les modeler, devenant ainsi, avec toutes les difficultés que cela suscite, objet de leur propre observation. »17 Dès lors, ce qui apparaît d’emblée comme une difficulté méthodologique, comme un problème insoluble ou même comme une question vaine (distinguer, dans un travail historique, ce qui serait proprement historique et ce qui relèverait de l’air du temps…) se convertit en problématique potentielle : montrer ce qui passe d’un niveau de formalisation à un autre – de l’histoire à la littérature, et vice versa, car rien n’empêche les faits historiques de se situer au bas de l’édifice et les faits littéraires à son sommet – et se demander pourquoi. Nous reviendrons plus loin à ces problèmes de contamination, d’échange ou de transfert entre niveaux.

42Que les différents niveaux soient inévitablement intriqués ne dispense pas de tenter d’en identifier les composantes avec le plus grand soin et de leur assigner un statut clair. C’est même à cette seule condition qu’on pourra examiner avec fruit les processus de contamination et de transfert.

43Ainsi, nous distinguons d’une part les ensembles de faits d’ordre historique (par exemple : la domination espagnole sur les Pays-Bas méridionaux au xvie siècle, l’existence de courants mystiques en Europe septentrionale au xive siècle, la diffusion du français dans l’espace européen au xviiie siècle) et d’autre part les ensembles de faits littéraires (par exemple : la publication de La Légende d’Ulenspiegel, la traduction par Maeterlinck de L’Ornement des noces spirituelles, la diffusion des lettres du Prince de Ligne). « Faits littéraires » sera évidemment pris au sens large : cette catégorie inclut par exemple la personnalité littéraire du Prince de Ligne. Une seconde distinction peut encore être faite. D’un côté les formalisations de type « savant » (travaux d’historiens ou d’historiens de la littérature), de l’autre les formalisations de type « non savant » (œuvres d’imagination ou discours polémiques). On obtient ainsi la matrice à double entrée qui suit, et qui permet de donner un statut aux différents éléments entrant dans le processus de formalisation :

Formalisation

Formalisation

savante

non-savante

Série historique

Série littéraire

44Le partage entre formalisations savantes et formalisations non-savantes n’est évidemment pas tranché, mais doit être conçu comme un continuum. D’une part, comme on l’a déjà dit, les échanges sont fréquents d’un type de formalisation à l’autre : La Légende d’Ulenspiegel est précédée par des travaux historiques qui l’inspirent (par exemple La Fondation de la République des Provinces-Unies de John Lothrop Motley, 1859-1860), et a pu à son tour être le substrat d’une autre formalisation dans le cadre d’une histoire de la littérature belge, comme monument fondateur de cette littérature. D’autre part, la frontière entre les deux types de pratiques est variable selon les époques. On sait par exemple que le mouvement de renaissance des cultures régionales au début du xixe siècle est le fait d’une catégorie d’acteurs qui sont en même temps des écrivains et des érudits. Ces écrivains associent, même s’ils les distinguent soigneusement, leur travail de créateur et leur quête philologique. En France, cette association caractérise le travail linguistique du Félibrige. Il en va de même en Belgique, où la renaissance littéraire wallonne s’est accompagnée d’une intense activité philologique – publication de dictionnaires, édition de textes –, et où s’est créée, en 1856, la Société de langue et de littérature wallonnes. Si le partage entre « formalisation savante » et « formalisation non-savante » est difficile à opérer dans les faits, la distinction conserve tout son intérêt : il s’agit notamment de pouvoir distinguer entre un usage de la formalisation à prétention prioritairement scientifique (livrer un tableau historique ou historico-littéraire fidèle et intelligible), et un usage de la formalisation à prétention prioritairement polémique (opposer sa vision de l’histoire [littéraire] à d’autres).

4. Donner du sens : le travail de la formalisation

45Il importe à présent de voir comment, dans les faits, opère le travail de la formalisation. C’est cette phase de l’analyse qui donne son statut sémiotique à la méthode que nous proposons.

46On peut poser que le travail de formalisation se constitue de trois opérations. Pour la clarté de l’exposé, nous les distinguons comme si elles se succédaient, mais, dans la réalité, elles sont simultanées et étroitement intriquées. Il s’agit des opérations de sélection, de sémiotisation explicite et d’intégration.

471) La sélection. Le premier moment du processus consiste à extraire de la série historique ou littéraire une unité de sens, dont les dimensions peuvent être évidemment très variables : par exemple, le retrait de Ruusbroec à Groenendael, la personnalité de Charles Quint, le bilinguisme de Marnix de Sainte-Aldegonde, etc. Ce mouvement de sélection d’une unité est une extraction : on coupe l’unité du système contextuel et conceptuel dans lequel elle prenait sa valeur spécifique : c’est pourquoi son effet constitue une « déshisto-ricisation ». Mais l’extraction est aussi, déjà, une authentique sémiotisation : retirer un sens, c’est encore conférer du sens. Nous parlerons ici de sémiotisation implicite.

482) La sémiotisation explicite. La deuxième opération consiste à donner – mais cette fois explicitement – un sens à l’unité extraite.

49Ce mécanisme est fréquemment guidé par l’existence de matrices sémiotiques. Certaines unités ou certains agrégats d’unités peuvent en effet s’être déjà vu doter d’un sens stable, voire figé, dans une série donnée ; de sorte qu’il n’est pas malaisé de transférer ce sens dans la nouvelle série où elles vont s’intégrer. Il en va ainsi de l’unité « Gueux », dont Marc Quaghebeur étudie le destin. Le complexe de significations attachées à cette unité (loyauté, vaillance, etc.) a déjà été stabilisé au début du xixe siècle par le discours historien, et a pu passer de manière massive dans le roman ou le théâtre. De manière plus générale, les dispositions sociologiques de l’élite intellectuelle du début du xixe siècle, qui la poussent à la polygraphie (à côté des poètes-dialectologues, on a la catégorie massive des historiens-romanciers), l’amènent à adopter les codes de l’écriture littéraire pour plaider la reconnaissance de la spécificité nationale belge.

503) L’intégration. La troisième opération consiste à réarticuler l’unité de sens extraite à d’autres unités formalisées elles aussi, dans un nouvel ensemble relevant ou non d’une série distincte. Cette opération d’intégration est de nature syntagmatique : elle consiste par exemple à se servir d’une unité pour établir des filiations dans une histoire littéraire, ou comme fil conducteur entre les personnages d’un récit de fiction. Cette opération peut donc être appréhendée comme une « mise en récit », ou comme une « historicisation mythifiée ».

51Opérant sur l’axe syntagmatique, l’opération d’intégration a des répercussions sur l’axe paradigmatique : elle permet en effet de compléter ou de nuancer la valeur jusque-là attribuée à une unité, et de contribuer ainsi à la formation d’un nouveau système de valeurs.

  • 18 Maeterlinck (Maurice), « Ruysbroeck l’Admirable », dans Revue générale, octobre-novembre 1889. On n (...)
  • 19 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours. Bruxelles, (...)

52L’exemple de Ruusbroec, étudié ci-après par Benoît Beyer de Ryke, met en lumière certains aspects de cette triple opération. Soit, au xive siècle, le substrat qu’est Ruusbroec et sa pensée, les contacts qu’il entretient, ses polémiques avec les frères et sœurs du Libre Esprit, etc. Au risque d’une déshistoricisation, certaines de ces unités sont extraites de la série plusieurs siècles après, grâce à la traduction de L’Ornement des noces spirituelles par Maeterlinck et au commentaire qu’il fait lui-même sur Ruusbroec et sa pensée. Il y a là une sémiotisation qui prend tout son sens grâce à l’intégration des unités extraites à un nouvel ensemble : Maeterlinck souligne en effet la place que Ruusbroec et sa pensée occupent à l’égard de la culture belge : « Il nous a donné des racines. »18 En 1897, nouvelle intégration. Maeterlinck, encore lui, publie son article sur « La mystique flamande » dans le numéro spécial que La Revue encyclopédique consacre à la Belgique : il y établit clairement un lien syntagmatique entre le mysticisme et la Flandre, celle-ci renvoyant par synecdoque au pays dans son ensemble (ce que suggère notamment l’insertion de l’article dans un numéro consacré à la Belgique). À partir de là, la matrice sémiotique « Flandre mystique » se fera particulièrement active. Elle permettra à Maurice Gauchez de rédiger en 1922 une Histoire des lettres françaises de Belgique19 où Ruusbroec est non seulement présenté comme auteur littéraire à part entière, mais où il est surtout utilisé comme une référence permettant de caractériser à la fois Marnix (p. 138 : « à la manière d’un Ruysbroeck l’Admirable, il fait s’unir à son abondante truculence la veine mystique et allégorisante »), Maeterlinck (p. 216 : « L’époque où il se nourrit du mysticisme du grand solitaire flamand [Ruysbroeck] marque comme une transition dans l’évolution de sa pensée »), Verhaeren (p. 249 : « Son sensualisme, quoique miné et bridé peu à peu, demeure une sorte d’obsession atavique qui, si elle fait songer à Breughel l’Ancien, Jordaens, Ruysbroeck et Marnix, n’empêche point pourtant de penser à Zola ») et Rodenbach (p. 260 : « On retrouve en lui cette caractéristique de la race flamande qui, dès le xive siècle, avec Sainte Lidwine, Sœur Hadewijck et Ruysbroeck, communique aisément et passionnément avec les puissances d’En-Haut ») : l’unité « mys-ticisme », combinée à d’autres unités de sens formalisées (parmi lesquelles on retiendra surtout le « sensualisme »), participe dès lors au récit – « historicisation mythifiée » – par lequel la « littérature belge » se définit et se rend lisible. Chez Gauchez, ce Ruusbroec nouvelle manière s’intègre de surcroît parfaitement à la matrice sémiotique « latinité + germanité » qui caractérise ce grand récit fondé sur ce que nous avons appelé ailleurs le « mythe nordique ».

53Cet exemple est particulièrement éclairant dans la mesure où il met en évidence l’extrême puissance de la formalisation. Les travaux des historiens – dont témoigne la contribution de Benoît Beyer de Ryke – nous restituent la complexité originelle de la réalité à quoi renvoie une étiquette comme celle de « mysticisme ». Ils nous donnent dès lors, par contraste, la mesure de l’ampleur du geste déshistoricisant dont elle a pu faire l’objet au cours du travail de formalisation. Par ailleurs, l’écart chronologique qui sépare le substrat premier du cadre « littérature belge » à partir duquel il est observé est considérable : près de sept siècles. Malgré cette distance, la réarticulation de certaines unités extraites de ce substrat dans un nouveau récit est parvenue à compacter les couches chronologiques, si nombreuses fussent-elles, pour donner à l’unité formalisée une pertinence désormais perçue comme intemporelle.

Les enjeux

1. Contraintes, profils, paradigmes

54Les différents processus qui viennent d’être décrits ne se s’actualisent évidemment pas au hasard. Si l’examen des opérations de formalisation vise à répondre à la question : « Comment la Belgique littéraire a pu se construire un univers de références mobilisables dans de grands récits ? », une autre question, double, se pose : celle de l’origine des processus et celle de leurs fins. Autrement dit : « Par qui ces univers de référence ont-ils été construits et pourquoi ? » Il n’aura par exemple échappé à personne que la figure de Ruusbroec, qui fait l’objet du travail de formalisation qu’on a décrit plus haut, constitue un enjeu capital dans la légitimation des pratiques de Maeterlinck. In fine, il s’agit donc d’une part de distinguer les types de contraintes qui pèsent sur la construction des grands récits, et d’autre part de dégager les principaux profils énonciatifs qui ont cherché à y répondre.

  • 20 Cf. Castoriadis (Cornelius), L’Institution imaginaire de la société. Paris, Seuil, coll. Esprit, 19 (...)

55Vaste programme, qui déborde à coup sûr le cadre de la présente contribution, mais dont le premier volet bénéficie cependant déjà des nombreux résultats engrangés par la sociologie de l’institution littéraire. Aux descriptions qu’elle propose, il convient d’intégrer l’ensemble des mécanismes discursifs qui participent, eux aussi, au fonctionnement institutionnel. Écrire une histoire littéraire n’est jamais un geste purement gratuit, ni animé du seul désir de servir la science, dans un pays qui n’a cessé de déplorer sa propre indigence institutionnelle. C’est ici que sociologie du champ littéraire et sociologie de la représentation20 doivent pouvoir conjuguer leurs méthodes.

56Quant au second volet, il permettrait sans doute d’affiner le classement du personnel littéraire et de faire émerger plus clairement certaines de ses spécificités. Compris comme l’ajustement d’un ensemble de dispositions sociologiques à une situation d’énonciation donnée, le « profil énonciatif » peut s’avérer un outil adapté à l’étude de ce vaste ensemble de métadiscours qu’est, aussi, la Belgique littéraire. Il ne s’agirait pas tant de considérer les thèmes traités par telle ou telle catégorie d’agents que d’envisager la gamme des stratégies rhétoriques mobilisées. Centré sur des indices tels que les marqueurs de registre, le ton du message, sa densité informative, ses éventuels présupposés épistémologiques, l’examen des profils énonciatifs privilégie ainsi la structure signifiante des énoncés. Peut-être est-ce là l’un des moyens d’atteindre un niveau de généralité moins suspect d’essentialisme que les constantes trans-historiques critiquées plus haut.

  • 21 Nous écrivons bien, nuançant ici l’affirmation de Marnix Beyen : « sources supposées ». En effet, s (...)

57L’étude des enjeux ne peut pas, pour autant, faire l’économie d’un examen des contenus véhiculés. En effet, les conditions qui suscitent la formalisation s’énoncent de manière idéologique. Les différentes matrices sémiotiques s’articulent en paradigmes, le mot étant pris ici non pas au sens d’ensemble d’unités commutables, mais au sens de modèle explicatif global reposant sur un système de valeurs. Ces paradigmes surdéterminent les formalisations, et les transferts d’une série de formalisations à une autre. Marnix Beyen souligne ainsi que « […] la force du paradigme de La Jeune Belgique […] a créé les conditions de l’introduction de Marnix [de Sainte-Aldegonde] au sein du panthéon littéraire belge » : La Jeune Belgique se posait volontiers en héritière de la génération libérale progressiste à laquelle appartenait De Coster et, en faisant de La Légende d’Ulenspiegel une œuvre fondatrice, elle devait du coup assumer les sources supposées du texte, parmi lesquelles Marnix21 ; le capital symbolique acquis par les Jeune Belgique devait ainsi forcer la légitimité du polémiste réformé, y compris chez les représentants du monde catholique, au prix d’une extraction sémiotisante. Le mécanisme décrit plus haut ne prend ainsi tout son sens que lorsque l’objet auquel il s’applique est replacé dans un complexe idéologique qui en détermine l’efficace. De nature originairement « non savante », la formalisation opérée par le discours Jeune Belgique sur le personnage de Marnix a pu faire office de doxa historiographique dès lors qu’elle prenait sa place dans un paradigme plus large (liant, par exemple, valeur littéraire et anticonformisme institutionnel), imposé dans son ensemble par la canonisation des Jeune Belgique.

2. Conflits

  • 22 Cf. Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), op. cit., p. 71.

58Ceci n’empêche évidemment pas que des paradigmes distincts puissent coexister et entrer en conflit. Les différentes formalisations possibles, énoncées à partir de positions distinctes, peuvent ainsi construire des passés distincts, et déboucher sur des conflits entre mémoires historiques22. Cette conflictualité mémorielle peut se laisser décrire selon deux points de vue. Soit on se centre sur le substrat historique, soit sur les opérations de formalisation elles-mêmes.

59Dans le premier cas, on balaie l’ensemble du substrat en utilisant les armes de la critique historique, mais en évaluant chacune des unités constituant ce substrat à l’aune du récit obtenu au terme de la formalisation. Le cas de Marnix de Sainte-Aldegonde est à cet égard exemplaire : certains des éléments de sa biographie peuvent être considérés comme des « atouts » pour la formalisation de la figure de Marnix par l’histoire littéraire belge, d’autres étant présentés comme des points de résistance à cette intégration.

  • 23 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” (1937) », dans Lettres d (...)

60Si on se centre sur les opérations de formalisation, on observera avec intérêt les différences entre les formalisations savantes et les non savantes. Une des caractéristiques majeures des formalisations savantes est précisément de tenter d’élaborer une vision consensuelle du passé littéraire, tendant à gommer les conflits mémoriels. Par exemple en faisant se combiner, magiquement, « mysticisme » et « sensualisme ». Les formalisations non savantes, par contre, entrent plus souvent ouvertement en compétition l’une avec l’autre, dès lors que le récit qu’elles proposent ne se donne pas pour source une nébuleuse collectivité, mais est explicitement assumé par des énonciateurs précis. Le conflit de mémoires peut alors prendre une dimension institutionnelle. On invoquera ici l’exemple des signataires du Manifeste du Groupe du lundi : au nom de la position qu’ils défendent, ces derniers s’opposent vigoureusement à des entreprises historiographiques qu’ils jugent trop œcuméniques23. Les deux types de forma-lisation n’étant pas indépendantes, comme on n’a cessé de le souligner, les conflits observés du côté des formalisations non savantes peuvent déboucher sur des changements de paradigme.

  • 24 Cf. Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), op. cit., pp. 83-90.

61C’est presque inévitable, serait-on tenté de dire. En effet, l’exemple du texte de 1937 indique clairement que les stratégies déployées par l’énonciateur dans un registre « non savant » visent précisément à mimer la rhétorique de la formalisation savante. Posture définitoire et interprétative, opérations de classement et de périodisation : plutôt que de créer une rupture fracassante dans le champ littéraire national, l’énonciateur métalittéraire belge cherche, semble-t-il, avant tout à s’arroger le monopole de l’énonciation historiographique. C’est que celle-ci a pu être considérée comme pourvoyeuse de légitimité au moins aussi fiable qu’un siège académique. La perspective lundiste a ainsi, et pour longtemps, pénétré l’historiographie dominante, universitaire ou non. Ce sont ces changements de paradigmes qui permettent de déterminer les grandes phases de l’historiographie littéraire24.

62Loin d’être un jeu pour amateurs de paradoxes, l’examen de la « Belgique avant la Belgique » a pu permettre la mise au point d’outils conceptuels tels que la formalisation (et ses différentes étapes), le profil énonciatif ou le paradigme. Ceux-ci se révèlent assurément féconds pour appréhender, de manière générale, tant l’historiographie que la production littéraires, dans leurs dimensions tant institutionnelles que discursives.

Haut de page

Notes

1 Voir, par exemple, la synthèse de Hasquin (Hervé), Historiographie et politique. Essai sur l’histoire de Belgique et la Wallonie. Charleroi, Institut Jules Destrée, 1981.

2 Stengers (Jean), Histoire du sentiment national en Belgique des origines à 1918. T. i, Les racines de la Belgique. Jusqu’à la révolution de 1830. Bruxelles, Racine, 2000. T. ii (avec É. Gubin), Le grand siècle de la nationalité belge. De 1830 à 1918. Bruxelles, Racine, 2002.

3 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « L’idéologie de la “littérature nationale” (1830-1939) », dans Lope (Hans-Joachim), éd., Studia Belgica. Universität Marburg, 1980, pp. 135-153.

4 Bertrand (Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît), Grutman (Rainier), dir., Histoire de la littérature belge. 1830-2000. Paris, Fayard, 2003, p. 14.

5 Cf. Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord Références, 2005, pp. 40-43.

6 Déjà ébauchées dans ibid.

7 Voir Beniamino (Michel), La Francophonie littéraire. Essai pour une théorie. Paris, L’Harmattan, coll. Espaces francophones, 1999 ; D’hulst (Lieven), Moura (Jean-Marc), éd., Les Études littéraires francophones : état des lieux. Lille, Travaux du Conseil scientifique de l’Université Charles-de-Gaulle-Lille 3, 2003.

8 Voir De Geest (Dirk) et Meylaerts (Reine), éd., Littératures en Belgique – Literaturen in België. Diversités culturelles et dynamiques littéraires – Culturele diversiteit en literaire dynamiek. Bruxelles, P.I.E./Peter Lang, 2004.

9 Pour une critique du couple conceptuel centre vs périphérie, voir D’hulst (Lieven), 2003, « Quel(s) centre(s) et quelle(s) périphérie(s) ? », dans D’hulst (Lieven), Moura (Jean-Marc), éd., op. cit., pp. 85-98 ; Meylaerts (Reine), « “Enfin de nulle part et de partout”. Pour une historiographie belge qui ne va plus de soi ? », dans D’hulst (L.), Moura (J.-M.), éd., op. cit., pp. 185-195.

10 Ces voies de recherche sont déjà tracées dans Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), op. cit., pp. 74-75.

11 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « Les littératures francophones : un modèle gravitationnel », dans Canvat (Karl), Monballin (Michèle), Van der Brempt (Myriam), éd., Convergences aventureuses. Littérature, langue, didactique. Pour Georges Legros. Namur, Presses universitaires de Namur, 2004, pp. 175-192.

12 Bernier (Bernard), « L’apparition du nationalisme en Occident : les contextes historiques », dans Anthropologie et sociétés, t. VII, n°2, 1983, pp. 111-129 ; p. 120.

13 Bourdieu (Pierre), « L’identité et la représentation. Éléments pour une réflexion critique sur l’idée de région », dans Actes de la recherche en sciences sociales, n°35, novembre 1980, pp. 63-72 ; p. 65.

14 Cf. Lapierre (Jean-William), « L’identité collective, objet paradoxal : d’où nous vient-il ? », dans Recherches sociologiques, t. xv, nos2-3, 1984, pp. 195-205 ; p. 205.

15 Cf. Abastado (Claude), Mythes et rituels de l’écriture. Bruxelles, Complexe, 1979.

16 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « L’Ulenspiegel de Charles De Coster fut-il le témoin d’une époque ? », dans Bulletin de 1’Académie royale de Langue et Littérature françaises de Belgique, t. xlvi, no1, 1968, pp. 16-39.

17 Lapierre (Jean-William), op. cit., p. 205. Particulièrement attentif à ce paradoxe, Pierre Bourdieu s’explique ainsi sur cette nécessité de la réflexivité dans la pratique sociologique : « On peut se demander pourquoi, étant sociologue, je fais […] le philosophe. […] c’est […] parce que j’y suis obligé. Je pense que cela fait partie du travail scientifique de poser ces questions sur la nature même du regard scientifique. Ces questions se sont imposées à moi, en dehors de toute intention de pure spéculation, dans un certain nombre de situations de recherche où il m’a fallu réfléchir sur le mode de connaissance savant pour comprendre mes stratégies ou mon matériel. […] Le savant qui ne sait pas ce qui le définit en tant que savant, c’est-à-dire le “point de vue scolastique”, s’expose à mettre dans la tête des agents sa propre vision scolastique ; à imputer à son objet ce qui appartient à la manière de l’appréhender, au mode de connaissance. » (Pierre Bourdieu, Raisons pratiques. Sur la théorie de l’action. Paris, Seuil, coll. Points Essais, 1994, pp. 218-219)

18 Maeterlinck (Maurice), « Ruysbroeck l’Admirable », dans Revue générale, octobre-novembre 1889. On notera que ce type d’intégration a pu être conditionné par la lisibilité de la référence à Ruusbroec dans le champ français. Traduit par Ernest Hello et popularisé par le Des Esseintes de Huysmans, le mystique flamand sert déjà d’appoint à un commentaire de Camille Mauclair à propos d’un autre écrivain belge, Henri Maubel (voir Nautet (Francis), Histoire des lettres belges d’expression française, t. II. Bruxelles, Charles Rozez, s.d. [1893], pp. 150-151). Cet exemple indique assez que la description d’une formalisation ne peut ignorer le poids d’enjeux symboliques (cf. infra), tels que, ici, la reconnaissance d’un écrivain périphérique par les instances de consécration légitimes.

19 Gauchez (Maurice), Histoire des lettres françaises de Belgique des origines à nos jours. Bruxelles, La Renaissance d’Occident, 1922.

20 Cf. Castoriadis (Cornelius), L’Institution imaginaire de la société. Paris, Seuil, coll. Esprit, 1975 ; Amossy (Ruth), Herschberg-Pierrot (Anne), Stéréotypes et clichés. Langue, discours, société. Paris, Nathan, coll. Nathan université, Lettres et sciences sociales, 1997.

21 Nous écrivons bien, nuançant ici l’affirmation de Marnix Beyen : « sources supposées ». En effet, si le nom de De Coster figure bien au 12e rang dans la liste des souscripteurs à la réédition des œuvres de Marnix publiée en 1857, au plus fort d’une « épidémie de marnixisme » (t. iv, p. 1 du cahier final), on peut tomber d’accord avec Joseph Hanse lorsqu’il écrit : « De Coster a sans doute lu [Marnix], mais sans rien en retenir, sinon une passion plus vive. » (Hanse (Joseph), Charles De Coster. Bruxelles, La Renaissance du livre, Palais des Académies / Louvain, Librairie universitaire, 1928, p. 225 ; cf. aussi Klinkenberg (Jean-Marie), Style et archaïsme dans la Légende d’Ulenspiegel de Charles De Coster. Bruxelles, Palais des Académies, 1973, t. I, pp. 23-24) Autre exemple de distorsion, autre intégration sémiotisante, par la mise en relation syntagmatique de Marnix et de De Coster.

22 Cf. Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), op. cit., p. 71.

23 Cf. Klinkenberg (Jean-Marie), « Lectures du “Manifeste du Groupe du lundi” (1937) », dans Lettres de Belgique. En hommage à Robert Frickx. Köln, Janus Verlaggesellschaft, 1992, pp. 98-124 ; Provenzano (François), « Des enquêtes littéraires au Manifeste : postures discursives et stratégies rhétoriques », dans Le Groupe du lundi, mythe ou réalité ?, Actes du colloque tenu à Mulhouse du 23 au 25 octobre 2003, à paraître.

24 Cf. Denis (Benoît), Klinkenberg (Jean-Marie), op. cit., pp. 83-90.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/422/img-1.png
Fichier image/png, 4,6k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Klinkenberg et François Provenzano, « La protohistoire de la littérature belge. Construire / décrire le passé », Textyles, 28 | 2005, 7-18.

Référence électronique

Jean-Marie Klinkenberg et François Provenzano, « La protohistoire de la littérature belge. Construire / décrire le passé », Textyles [En ligne], 28 | 2005, mis en ligne le 08 juin 2012, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/422 ; DOI : 10.4000/textyles.422

Haut de page

Auteurs

Jean-Marie Klinkenberg

Université de Liège

Articles du même auteur

François Provenzano

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org