Navigation – Plan du site
Chroniques

Revues

Pierre Halen
p. 173-176

Echinox

Le n° 18 des Cahiers Echinox (2010, 424 p.), élaborés par le Centre de recherche sur l’Imaginaire de l’Université de Cluj-Napoca, est consacré à La Culture des Balkans, espace ici assez largement conçu, Grèce et Bulgarie inclus, et l’évocation de Byzance ouvrant encore le lieu jusqu’en Perse. Riche de traditions qui remontent à l’Antiquité, de langues et d’usages syncrétiques, cet espace culturel méritait assurément la trentaine de contributions variées qui sont ici rassemblées. La riche section de comptes rendus qui, comme dans chaque livraison, suit le dossier, n’évoque que très peu les lettres belges, et c’est à peine si l’on y trouve nom d’Amélie Nothomb ou, à l’occasion d’une recension d’un numéro de la revue Études littéraires africaines, une évocation des intellectuels belges qui ont joué un rôle au Katanga. Pourtant, à côté d’ouvrages concernant la Roumanie ou l’Europe centrale, les comptes rendus se penchent sur de nombreux livres ou numéros de revue traitant de théorie littéraire, de littérature européenne ou comparée, mais aussi de francophonie. Les recensions, essentiellement descriptives, montrent un bel esprit d’ouverture et une évidente sensibilité à l’égard de ce que pourrait être un humanisme lettré en Europe aujourd’hui. Les cahiers d’Echinox sont disponibles aux Presses universitaires de Valenciennes (diffusion Les Belles Lettres). Renseignements : <corinbraga@yahoo.com>.

Traces

Après trois ans de silence, la revue Traces. Travaux du Centre d’Études Georges Simenon, reprend sa publication avec un numéro 18, daté de 2009 et sorti de presse au printemps 2010. Au menu de cette livraison, une importante contribution apportée par Laurent Demoulin, conservateur du Fonds Simenon à l’Université de Liège qui publie la revue : l’édition de la « correspondance plurielle » échangée entre Georges Simenon et le professeur Maurice Piron (1914-1986), qui fut la cheville ouvrière de la fondation du Centre d’études et du Fonds au début des années 1970. La correspondance entre les deux « confrères » (ils sont tous deux membres de l’Académie Royale de Langue et de Littérature françaises) s’étend jusqu’en 1985, soit pendant une quinzaine d’années, au cours desquelles la relation entre les deux épistoliers devient de toute évidence une amitié profonde. Bien qu’elles fassent silence sur certains faits biographique qu’on aurait pu s’attendre à y voir évoqués, comme la mort de Marie-Jo, les lettres contiennent de nombreuses observations qui intéresseront les simenoniens, relativement à l’écriture, à son contexte, à ses modalités, qu’il s’agisse de perspectives générales ou d’aperçus sur un ouvrage en projet. La qualité littéraire de ces échanges est soulignée par Laurent Demoulin. Quelques lettres de M. Piron font défaut, dont on peut supposer qu’elles contenaient des propos à caractère plus privé. La transcription des quelques lettres manuscrites a été faite avec soin, et les notes, toujours précises et détaillées, sont fort claires (à lire avec des lunett es, toutefois, en raison de la taille de la police ici utilisée). Sans doute cette correspondance ne contient-elle pas de révélations bouleversantes, mais elle constitue à elle seule un aperçu très éclairant sur ce qu’on peut appeler la fin de carrière littéraire de Simenon, et sur ses conditions. Trois articles s’ajoutent à cet ensemble de lettres : ils sont consacrés respectivement au Passage de la ligne (1958), au roman « sans Maigret » Les Pitard (1935), enfin aux relations entre Simenon et Luc Lafnet, ami liégeois décédé en 1939, qui s’installa à Paris à la même époque que Simenon. Une très belle livraison, malheureusement sans index ni… table des matières.

Les numéros 1 à 17 sont encore disponibles. Pour tout renseignement : voir : <http://www.ulg.ac.be/libnet/simenon.htm>. Ou s’adresser à Laurent Demoulin (<ldemoulin@ulg.ac.be>).

Francophonie vivante

La revue de l’Association Charles Plisnier nous a fait parvenir ses dernières livraisons. Le numéro de mars 2009 (49e année, n° 1) propose un dossier consacré au français en Belgique, « titre simple », certes, mais qui renvoie bien à la langue française qu’il s’agit de défendre et d’illustrer. On y trouve, après le compte rendu d’un entretien avec André Goosse dont l’intérêt s’étend au-delà du cadre belge, un aperçu des saveurs lexicales appelées « belgicismes ». Ensuite vient une présentation rapide d’associations culturelles francophones en Flandre à laquelle fera écho, plus loin, une évocation de la « presse moribonde » : la presse flamande de langue française, bel article richement illustré de témoignages du passé. Réforme de l’orthographe, argots scolaires, jargons administratifs font l’objet d’intép 2essants aperçus, la littérature n’étant pas oubliée puisque Michel Voiturier revient sur la question de l’« écrire belge », que relaie ensuite à sa manière Eugénie De Keyser à propos des marionnettes bruxelloises.

Le deuxième numéro (juin 2009) s’intéresse à la Mer et aux « Gens de mer » et commence par raviver José Gers, écrivain marin et bourlingueur, décédé en 1961. Sinon par divers comptes rendus de lecture, cette livraison fait toutefois peu de place aux lettres belges. C’est davantage le cas du n° 3 (septembre 2009), consacré aux « Traces d’écrivains », traces matérielles (demeures, plaques, papiers…). Y sont évoqués notamment Marguerite Yourcenar, Maurice Carême et Suzanne Lilar, le poète un peu oublié aujourd’hui qu’est Jacques-André Saintonge, et un autre poète, davantage méconnu encore, Georges Baccus. Une liste de quelques « lieux de mémoires des écrivains » complète ces évocations.

Les Pieds dans le plat est le titre choisi pour la dernière livraison (n° 4, décembre 2009) ; qu’on se rassure : il s’agit de bonne chère, non de provocation… de mauvais goût. Italie et francophonie, titre du premier numéro pour 2010 (50e année, mars), propose de semblables explorations dans les sociétés et les plaisirs, à partir de voyages de Belges en Italie, de Roger de la Pasture à l’immigration d’Italiens en Belgique, à commencer par Louis Guichardin alias Ludovico Guicciardini au xvie siècle, auteur d’une Description des Pays-Bas. Les émigrants de l’après-guerre, et leurs « plumes italiennes », connues (Malinconi, Barboni, Tessa, Rosi, Palumbo, Bucciarelli…) ou moins connues (Archangelo Petranto), ne sont bien sûr pas oubliées, avec une attention spéciale pour ceux qui ont évoqué la mémoire de la mine (Santocono, Mattiato, Carracillo). Un portrait du poète Michel Pourtois et de son œuvre s’ajoute à ces évocations italiennes et valdôtaines.

Divers comptes rendus et chroniques lestent chacun des numéros de Francophonie vivante, revue qui, sous la houlette de Marie-Ange Bernard, porte bien son adjectif. Le deuxième numéro pour 2010 (n° 2, juin) se consacre au monde des jardins, lieux de culture s’il en est. Michel Voiturier y évoque une promenade littéraire éclectique, se référant tour à tour, notamment, à Guy Goffette, Franz Hellens ou Max Elskamp. Marie-Ange Bernard parle quant à elle de Marie Gevers, de Paul Willems, de Charles Bertin, de Françoise Humblet… autres auteurs jardiniers, ou à tout le moins promeneurs. On s’abonne à la Maison de la Francité, Rue Joseph II, 18 – 1040 Bruxelles ou chez <jean.pirlet@skynet.be> ; rédaction : <m.a.bernard@skynet.be>).

Présence francophone

Le n° 74 (2010) de Présence francophone propose un dossier dont le titre assez long suggère un objet relativement composite : Identités monstrueuses : violences et invectives dans le roman francophone européen. Parmi les quatre études proposées, en dehors de celles qui sont consacrées respectivement à Marcel Proust, Jacques Chessex et San Antonio, l’article de David Vrydaghs intéresse les lettres belges : il est consacré à « L’irruption de la violence dans Saint-Germain ou la négociation : l’esthétique néoclassique belge en question ». Les études du roman de Francis Walder, qui obtint le Goncourt en 1958, ne sont pas si nombreuses qu’il ne faille attirer l’attention sur celle-ci, qui remet en question l’image globale d’un « discours lisse » répandue dans la critique récente et y voit plutôt une « voix que les néoclassiques ne voulurent pas entendre ». Des « Études de littérature » complètent ce numéro, s’intéressant notamment à la littérature de l’immigration (d’un point de vue théorique et général) et aux Carnets d’Orient de Ferrandez. <http:www.holycross.edu/departments/mll/pf/pf.htm>.

Nord’

La Revue de critique et de création littéraires du Nord / Pas-de-Calais consacre le dossier de son n° 55 à un écrivain, Michel Quint, dont la présentation de Martine Aubry souligne les attaches profondes avec sa région. Homme de théâtre et romancier, essayiste aussi, à qui l’on doit Sur les pas de Jacques Brel, Michel Quint est aussi l’auteur d’Effroyables jardins, un « petit roman » à grand succès, présenté ici par Vic Nachtergaele. Dans les comptes rendus, on épingle en particulier la recension d’une réédition des Chroniques de la fin d’un monde de Pierre Mac Orlan, où l’auteur évoque, parmi ses auteurs de prédilection, Max Elskamp, Guido Gezelle et Charles De Coster. Ce n’est pas le seul ouvrage dont il est ici rendu compte, à témoigner des relations culturelles et littéraires entre « les Flandres » ; les numéros de la revue Septentrion, bien sûr, s’en nourrissent. Site : <www.revue-nord.com>. Pour des abonnements (22/25-euros en 2008) ou des commandes : Société de Littérature du Nord, 39, rue Nicolas Leblanc, F-59000 Lille. On peut s’adresser à la rédaction : <yledun@nordnet.fr>.

L’Arbre à Paroles

La dernière livraison pour 2009 de la revue de la Maison de la Poésie (n° 145, automne 2009) présente une suite de contributions Autour de Namur ; il ne s’agit pas d’abord de la ville de Namur comme thème ou épicentre de la production poétique, mais bien du poète Yves Namur, né (comme Henri Michaux ou Jean-Claude Pirotte) dans la ville du même nom, et dont l’œuvre est désormais considérable : une trentaine de titres, couronnés de divers prix. Une œuvre dont Francis Chenot salue d’abord l’unité : elle semble bien, en effet, le résultat d’une démarche continue et réfléchie, où « le métaphysique rejoint le poétique », et où un certain agnosticisme de la parole finit par prendre des accents de spiritualité inquiète. Quant à Namur, « ville aux lèvres éteintes », elle fait ensuite l’objet d’une suite de poèmes, notamment par Alain Dantinne. ar Pour l’hiver 2009-2010, L’Arbre à paroles propose un ensemble tout différent au moins par le thème : l’œuvre de Beckett (Entre Beckett et l’utopie. La poésie est un théâtre). Bel ensemble, où les poètes font écho à l’écriture du grand Irlandais, la laisse se réverbérer, en montrent enfin la teneur essentielle, hors les planches. Renseignements : <editions@maisondelapoesie.com>.

Études françaises

La revue Études françaises de l’Université de Montréal s’intéresse, dans sa troisième livraison pour 2009 (45/3, 2009), aux « Figures de l’héritier dans le roman contemporain ». Passionnant objet, en réalité, bien mis en évidence dans plusieurs contributions à portée générale, notamment, pour l’horizon anthropologique, l’essai liminaire de Laurent Demanze ou, pour un point de vue général sur la littérature française, celle de Dominique Viart. Se superposent ici une inquiétude particulière, celle d’une littérature française à la recherche d’elle-même à partir des années 1970 et 1980, et un souci plus global, touchant le rôle du récit, et spécialement du récit concernant les « ascendants », dans une post-modernité qui semble apaiser sa nostalgie de l ote Histoire au moyen des « vies minuscules » qui produisent la filiation. Les deux études d’auteurs québécois (Victor Lévy-Beaulieu et Réjean Ducharme) élargissent un peu le champ. Il s’agit d’une perspective qui, à certains égards, rejoint des réflexions récentes dans les lettres belges (à propos des « dynasties » littéraires). Une étude de Valérie Stiénon sur Roland Barthes et une autre, qui s’intéresse à l’une des réinterprétations littéraires africaines des légendes consacrées à Chaka, sont proposées au titre d’« exercices de lectures », mais prolongent aussi à leur manière le dossier principal.

La première livraison pour 2010 (46/1) propose diverses réflexions sous le titre Responsabilité de la littérature : vers une éthique de l’expérience. La question est sans doute aussi ancienne que la littérature elle-même, mais il n’est nullement intempestif de la poser à nouveau dans un contexte où, les doctrines de l’engagement ayant montré les limites qu’on sait, l’exercice de la littérature exige de nouvelles raisons pour justifier son existence, même universitaire. Ceci suppose de se penser sur les œuvres en s’interrogeant à nouveau sur le « monde protégé » qu’est le monde du lecteur. Responsabilité, compassion, regard : rien qui ne ressortisse, en effet, à l’éthique. Ce périodique est à présent disponible également au format électronique, via le site <www.erudit.org/erudit/revues.html>. On trouve la revue Études françaises à la Librairie du Québec à Paris (Rue Gay-Lussac, 30, 75005 Paris) ou chez l’éditeur, les presses de l’Université de Montréal <pum@umontreal.ca>.

FrancoFonie

Imprimée au format a4 et reliée de la manière la plus conventionnelle, la revue FrancoFonie ne joue certainement pas sur de séduisantes apparences graphiques. Elle a un côté « document de travail », mais il s’agit d’un document de travail très rigoureusement édité, et dont le sérieux est à la hauteur d’une belle ambition intellectuelle. Cette « revue du Centre d’Études des Francophones en Flandre », qui en est à son numéro 2 (été/zomer 2010), n’a pas pour objet la littérature, mais une problématique socio-linguistique générale, dont les dimensions politique et, par ailleurs, culturelles, sont d’un intérêt évident pour les lettres belges dans leur ensemble, et non seulement en raison d’un passé fameux, situé en Flandre. Revue intellectuelle, mais dès lors aussi citoyenne, elle participe à sa manière, et sa manià 8re est délibérément scientifique, aux débats sur les destinées « communautaires ». Au sommaire de ce deuxième numéro, rédigé dans les deux langues, plusieurs approches concernant « Les francophones en Flandre aujourd’hui », un entretien avec Henri-Floris Jespers, et deux recensions d’ouvrages importants publiés en néerlandais. On ne saurait assez recommander cette publication d’une tenue irréprochable, un peu déguisée sous son aspect de syllabus sorti d’une boutique de photocopies de quelque site universitaire. Rédaction : Paul Dirkx. On peut s’adresser au ceff (Rue de l’Orient, 77, B-1040 Bruxelles), <info@ceff-sfv.be> ou <www.ceff-sfv.be>.

  • Revues.org