Navigation – Plan du site
Chroniques
Échos

Robert Jouanny est décédé

Pierre Halen
p. 154

Robert Jouanny, professeur émérite de l’Université de Paris 4, est décédé en ce mois de février 2007, à l’âge de quatre-vingt-un ans. Il fut l’un de ceux qui firent le plus, en France, pour les littératures francophones ; c’est à lui qu’on doit, par exemple, d’avoir vu l’œuvre de Senghor figurer au programme de l’agrégation. Cet humaniste qui avait d’abord été attiré par la Grèce et le symbolisme s’ouvrit aussi à la Belgique. On lui doit de nombreux articles sur des œuvres aussi diverses que celles de Scutenaire, d’Hergé, de Baillon, de Detrez, de Compère et, surtout, de Simenon et de Bauchau. « Ambiguïté du port chez Simenon » (1990), « Manger en Flandre, de Brueghel à De Coster » (1991), « Le regard de Maigret sur les femmes » (1998), « Un premier regard romanesque sur le Congo belge » (1999), etc. : autant d’études éclairantes, solides, attentives.

L’ouverture caractérisait ce lettré qui s’intéressa aussi à la bande dessinée, au roman-photo, à la peinture surréaliste, à la poésie haïtienne, etc. Il vit dans l’ouverture qu’apportaient les corpus francophones l’espoir d’un nouvel humanisme en même temps qu’un changement radical dans l’identité littéraire française. C’est ainsi qu’il étudia ces Singularités francophones (PUF, 2000) que constituaient désormais les nombreux auteurs de toutes provenances qui avaient choisi le français comme langue d’écriture. Ces mêmes Écrivains francophones d’Europe (Lecce, 2005) sont d’ailleurs au centre de sa dernière publication majeure. Ce fut, au sens le plus fort, un « honnête homme » et, pour beaucoup de jeunes collègues, un ami dont on oubliait la position magistrale : il encourageait, sans cesser d’être exigeant.

  • Revues.org