Navigation – Plan du site
Varia

À l’origine de l’utopie communautaire de Raymond de Becker. Le serment de Tamié (juillet 1933)

Étienne Deschamps et Geneviève Duchenne
p. 134-149

Texte intégral

  • 1 Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », dans Bulletin des amis d’André Gide, vol. 23, jan (...)

1Souvent évoquée par les historiens et les philologues, la figure du publiciste belge Raymond De Becker (Schaerbeek, 30 janvier 1912 – Paris, 1969) reste pourtant mal connue. En effet, à ce jour elle n’a encore fait l’objet d’aucun travail biographique exhaustif. La raison principale de cette lacune est bien mise en perspective par Pierre Masson, un « ami d’André Gide », qui à propos de De Becker écrit : « son histoire reste à écrire car il semble que son passage du christianisme prophétique au fascisme virulent ait fait de lui un personnage non seulement sulfureux mais tabou »1. S’il ne peut être question, dans le cadre de ce bref article, de retracer la vie de cette personnalité marquante de la Belgique des années 1930, nous voulons néanmoins tenter de lever un coin du voile en revenant sur la geste fondatrice de son « christianisme prophétique » : le serment de Tamié.

  • 2 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts. Bruxelles, Éditions de la Toison d’Or, 1942 (...)
  • 3 Au sujet de Jacques Maritain (Paris, 18 novembre 1882 – Toulouse, 28 avril 1973), qualifié par cert (...)
  • 4 Ce dossier de correspondance (1933-1936, 1950) – il comprend une trentaine de lettres manuscrites d (...)
  • 5 Julliard (Jacques), « Le fascisme en France », dans Annales. Économies. Sociétés. Civilisations, n° (...)
  • 6 Voir Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration, op. cit.(...)
  • 7 Voir, à ce sujet, Dard (Olivier) et Deschamps (Étienne) (dir.), Les Relèves en Europe d’un après-gu (...)

2L’épisode, relaté par De Becker dans l’ouvrage autobiographique qu’il publie en 19422, est loin d’être anecdotique. Il procède, comme en atteste la correspondance échangée de 1933 à 1936 entre le philosophe français Jacques Maritain3 et le jeune Belge, d’un cheminement intellectuel et spirituel long et ambitieux4. Par ailleurs, évoquer le serment de Tamié permet, d’une part, d’en relever la portée symbolique et, d’autre part, de mettre en perspective l’engagement politique d’un intellectuel catholique dans les années 1930. Puisque « les idées ne se promènent pas toutes nues dans la rue »5 et que le parcours de De Becker présente certaines aspérités6, il convient de revenir sur l’un des moments marquants, ou à tout le moins symptomatique, d’une quête de rénovation de la Res publica qui mobilise, dans l’Europe de l’entre-deux-guerres, de nombreuses chapelles dites « non-conformistes »7.

  • 8 Voir Sauvage (Pierre), Jacques Leclercq (1891-1971). Un arbre en plein vent. Louvain-la-Neuve, Ducu (...)
  • 9 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 90. L’emphase est de Raymond D (...)
  • 10 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), s.l., s.d. (n°94).

3Durant l’hiver 1932-1933, Raymond De Becker, encouragé par son directeur de conscience, le chanoine Jacques Leclercq8, décide de rejoindre un ermitage dépendant de l’abbaye cistercienne de Tamié, en Haute-Savoie. À l’époque, le jeune homme, déjà auréolé d’un certain succès journalistique dans les milieux catholiques, explore les voies lui permettant de réaliser son « rêve », à savoir fonder « un groupe de laïcs agissant dans le monde à des fins politiques et sociales mais avec des moyens avant tout spirituels ; l’idée d’un ordre nouveau, d’un type spécial de vie monastique dans le monde »9. En réalité, cette retraite mystique a surtout pour objectif de réfléchir à la poursuite d’une action politique déjà éprouvée au sein des Jeunesses politiques (1929-1931) et poursuivie à travers L’Esprit nouveau (1931-1936)10.

  • 11 Pour une histoire du mouvement et de la revue L’Esprit nouveau, voir la synthèse de Deschamps (Étie (...)
  • 12 Voir « Pour un programme », dans L’Esprit nouveau, n° spécimen, 1931, p. 5.
  • 13 De Becker (Raymond), « Faut-il passer à l’action ? », dans Esprit, 1er juillet 1934, pp. 599-610.

4Rappelons ici brièvement que le programme de L’Esprit nouveau – nom d’une revue et du mouvement qui l’a portée – défend l’engagement politique de la jeune génération catholique et l’instauration d’un régime nouveau11. Farouchement opposé au libéralisme intellectuel, économique et politique autant qu’au collectivisme stalinien, L’Esprit nouveau défend l’idéologie d’une troisième voie et entend œuvrer pour l’intégration de valeurs spirituelles dans la conduite de l’État et pour la collaboration des corps professionnels et intermédiaires organisés dans un ordre corporatif12. Son action se veut révolutionnaire parce qu’elle réclame un renversement complet des esprits, des mœurs et des institutions pour construire une « Cité nouvelle »13. Sa doctrine est le personnalisme en ce qu’elle aspire à créer un ordre social par lequel la personne humaine pourra s’épanouir librement.

  • 14 Docteur en droit de l’Université catholique de Louvain en octobre 1926, Marcel Laloire (Uccle, 2 dé (...)
  • 15 Romancier et psychanalyste, Henry Bauchau (Malines, 22 janvier 1913) vit aujourd’hui à Louveciennes (...)
  • 16 De Becker (Raymond), Le Christ, Roi des Affaires. Louvain, Éditions Jicistes, 1931.
  • 17 De Becker (Raymond), Pour un ordre nouveau. Bruxelles, Éditions contemporaines, 1932.
  • 18 D’autres écrits portent encore l’empreinte de cet engouement. De Becker (Raymond), « Christianisme (...)
  • 19 De Becker (Raymond), Pour un ordre nouveau, op. cit., pp. 14-15. À propos de l’engagement européist (...)

5C’est essentiellement De Becker, secondé par Marcel Laloire14 et par Henry Bauchau15, qui porte la revue et définit la doctrine du mouvement. Polémiste hors pair, il exprime aussi sa volonté d’instaurer un ordre nouveau catholique dans deux brochures : Le Christ, roi des Affaires (1930)16 et Pour un Ordre nouveau (1932)17. Illustrées par Hergé, elles témoignent de l’abstraction de la pensée politique de De Becker et de son attachement à un régime autoritaire, corporatiste et régionaliste de type médiéval18. Très marqué par la lecture de certains ouvrages – Histoire du Christ (1922) de l’écrivain italien Giovanni Papini, Un nouveau Moyen Age (1927) du philosophe russe Nicolas Berdaieff, Nouvelle découverte de l’Amérique (1930) du romancier américain Waldo Frank, Révolution personnaliste et communautaire (1935) du philosophe français Emmanuel Mounier, ou encore Humanisme intégral (1936) du philosophe français Jacques Maritain –, Raymond De Becker considère la chrétienté médiévale comme la seule tentative historique pour réaliser un ordre politique international sur la base d’une unité spirituelle. C’est en ce sens qu’il faut comprendre sa fascination pour les nouveaux régimes totalitaires et son ouverture européenne : « La jeunesse européenne veut de l’ordre et c’est tout », martèle-t-il en guise de sentence en 193219.

  • 20 « Raymond De Becker nous quitte », dans L’Esprit nouveau, janvier 1933, p. 1.
  • 21 Entretien avec Henry Bauchau, Paris, 15 janvier 2005.
  • 22 cejrm, Lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), s.l., s.d. [1933] (n°94).
  • 23 Raymond De Becker, accompagné d’Henry Bauchau, se rendra souvent à Meudon pour y faire visite à Jac (...)
  • 24 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 127.

6Alors que le programme de L’Esprit nouveau suscite de nombreux commentaires enthousiastes tant en Belgique qu’à l’étranger, Raymond De Becker, âgé de vingt ans, quitte le mouvement20 pour se retirer à Tamié. Désabusé par les moyens politiques habituels, il croit en sa vocation. Car il est à la recherche d’une forme nouvelle de vie chrétienne. Il est bientôt rejoint dans sa thébaïde par le poète Théo Léger et par l’écrivain Henry Bauchau21. « L’idée de constituer une petite cellule d’amis pour la vie d’union à Dieu et la préparation à l’action dans le temporel [… »22 prend doucement forme, explique Raymond De Becker à Jacques Maritain23. Partageant leur temps entre l’étude, la prière et les travaux manuels, les trois jeunes gens réfléchissent en effet aux moyens d’instaurer un « nouveau monachisme » : « Le monachisme contemporain ne nous paraissait plus correspondre à l’idée primitive », se souviendra plus tard De Becker. « Lié complètement à l’état sacerdotal, il ne correspondait point à notre volonté de rester des laïcs », ajoutera-t-il, avant de préciser : « De plus, sa fonction sociale nous semblait complètement avoir disparu et nous imaginions que c’était notre mission de retrouver de nouvelles formes d’action sociale par laquelle [sic] la vie religieuse pourrait à nouveau s’exprimer dans le monde. »24 Opposés au régime moderne et renvoyant dos-à-dos les expériences du fascisme et du communisme, De Becker, Léger et Bauchau reconnaissent en revanche aux principes fondamentaux du christianisme une stabilité en dehors du temps et de l’espace. Mais pour utiles qu’ils les jugent, aucune des grandes congrégations (Cisterciens, Chartreux, Bénédictins, Dominicains, Franciscains et Jésuites) ne leur paraît en mesure de mener l’action pour opérer la rechristianisation du monde contemporain. Aussi ces « apôtres d’un monde nouveau » cherchent-ils à renouer avec l’authentique tradition de l’Église pour revenir, en les adaptant certes aux besoins du temps présent, aux principes de la civilisation et de l’ordre chrétien qu’ils jugent par trop dévoyés par les idéaux de la Réforme, de la Renaissance et de la Révolution française. Ce qui implique à leurs yeux une démarche proprement révolutionnaire qui doit passer par une rupture de pensée autant que par une rupture de vie. D’où la première étape d’un cheminement qui devra leur permettre de « se mettre en présence de tout son être en face de Dieu » à travers l’expérience de la retraite et de la solitude. Solitude elle-même indispensable à la préparation d’une révolution spirituelle et sociale et à l’éclosion d’une nouvelle aristocratie spirituelle placée au service des masses. Fortement inspirés par les communautés monastiques primitives et par leur organisation collective, De Becker et ses amis sont décidés à explorer les voies d’un nouveau type de vie monastique dans le monde sans être du monde à l’instar des oblats ou des cénobites des temps anciens. Car plutôt que de former un ordre contemplatif, ils sont résolus à représenter par rapport à la société contemporaine ce qu’étaient la chevalerie ou les ordres militaires par rapport au Moyen Âge.

  • 25 Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., pp. 40-51 ; Biebuyck (Jacques), Journal (...)

7Rapidement, le bruit de la retraite des trois jeunes Belges se répand. L’aventure mystique suscite l’enthousiasme25. Un jeune « routier » français, Michel Levesque, proche de l’écrivain André Gide, qui campe dans la région avec sa troupe, se souviendra avec enthousiasme de l’attraction exercée par ce trio singulier :

  • 26 Notes de Levesque (Michel) citées dans Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., (...)

J’ai fait la connaissance de Raymond De Becker en 1932 [sic] lors d’un camp scout à Tamié, en Savoie, chez les Trappistes. Raymond De Becker logeait à côté de l’abbaye dans une petite maison qu’il appelait « la porte du ciel ». Il y vivait avec deux de ses disciples pour préparer « un monde meilleur », purement chrétien, contre le communisme et le catholicisme. […] Tous nous cherchions la vraie révolution. Un de nous apprit que trois jeunes Belges catholiques s’étaient retirés du monde […] pour élaborer en paix un plan de révolution chrétienne. […] Au mois d’août, comme nous allions camper dans la région, nous fîmes un détour pour aller les voir. […] Le lendemain après la messe nous étions assis dans un champ, attendant le petit-déjeuner, quand Raymond De Becker s’avance sinueusement vers nous. […] Je suis fasciné par ce type qui, comme si de rien n’était, commence déjà à nous exposer ses projets. Il parle avec beaucoup de facilité. […] Il a envisagé toutes nos questions et prévu nos demandes. Il critique impitoyablement le catholicisme actuel. Le christianisme seul, dit-il, peut rétablir l’ordre. Un état chrétien s’impose. Mais avant de faire la révolution dans le monde, il faut la faire en soi. Il s’agit de retrouver le christianisme du Moyen Âge et de l’adapter à notre époque26.

  • 27 Entretien avec Henry Bauchau, Paris, 15 janvier 2005.
  • 28 Entretien avec Henry Vellut, Bruxelles, 16 janvier 2005.
  • 29 Biebuyck (Jacques), « Raymond De Becker », dans Journal de l’homme obscur, op. cit., p. 54.
  • 30 Peeters (Benoît), Hergé, fils de Tintin. Paris, Flammarion, coll. Grandes Biographies, 2002 pp. 84- (...)
  • 31 Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., pp. 41-42.
  • 32 Levesque (Michel), « Journal », dans Bulletin des Amis d’André Gide, n°62, avril 1984, p. 246. Ces (...)
  • 33 Lettre de De Becker (Raymond) à Gide (André), Bruxelles, s.d. [septembre 1934] publiée dans Masson (...)

8À l’évidence, le charisme énigmatique et l’enthousiasme prophétique du jeune De Becker impressionnent vivement ses contemporains – Henry Bauchau27, Henry Vellut28, Jacques Biebuyck29, Hergé30, mais aussi ses aînés Maritain, Mounier, Berdaieff et Gide. Ce dernier, que Raymond De Becker rencontre quelques semaines plus tard à Bluffy par l’intermédiaire de Michel Levesque31, aurait d’ailleurs affirmé : « Si, il y a quarante ans, j’avais rencontré en Savoie un mouvement comme le vôtre, ma vie aurait peut-être été différente… C’est cela qui me donne confiance dans l’avenir : de tous côtés la jeunesse se réveille, se rend compte. »32 Aussi Gide encourage-t-il le jeune homme à raconter son expérience de Tamié. Mais si De Becker s’exécute et soumet un manuscrit intitulé « Confession d’un jeune catholique » dont on a malheureusement perdu la trace33, l’écrivain français répond toutefois par une mise en garde. Il jugera d’ailleurs, a posteriori, sa lettre suffisamment significative pour la publier dans son ouvrage Littérature engagée :

  • 34 Gide (André), Littérature engagée. Paris, Gallimard, 1950, pp. 44-46. Cette lettre avait par ailleu (...)

Je serais de tout cœur avec vous si vous ne cherchiez pas à suspendre votre vie, votre raison de vivre, à des dogmes que l’esprit d’examen, développé par l’instruction, est appelé à ruiner tôt ou tard. Est-il nécessaire pour suivre les préceptes de Celui qui guide votre charité et en communion de qui vous voulez vivre, de croire qu’il est né d’une vierge, qu’il est ressuscité le troisième jour, etc.34 ?

  • 35 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 132.
  • 36 Ibidem, p. 134.

9Mais si l’aventure de Tamié suscite l’admiration de certains, d’autres, à l’instar des autorités ecclésiastiques savoyardes, s’inquiètent d’une expérience jugée « hérétique et révolutionnaire »35. Anticipant les difficultés, les trois jeunes gens décident de prononcer un serment qui, les liant les uns aux autres, impliquerait d’observer, pendant une période de deux ans, la pauvreté et la chasteté et de se soumettre à la discipline du groupe. Ayant attiré l’attention de sa hiérarchie sur l’intention du trio, l’abbé de Tamié, Dom Alexis Presse, se voit contraint de refuser de célébrer une cérémonie durant laquelle le serment doit être prononcé. C’est finalement le prêtre d’Annecy qui, en juillet 1933 au cinquième dimanche de la Pentecôte, préside un office qui n’est « pas loin de ressembler à un mariage clandestin »36. En présence de quatre témoins, Raymond De Becker, Henry Bauchau et Théo Léger jurent, à tour de rôle, sur la Bible et sur un crucifix, de respecter l’engagement suivant :

  • 37 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Tamié, s.d. (juillet 1933) (n°126).

Je remets ma vie aux mains du Père afin que son règne arrive. Je remets ma vie aux mains du Fils, afin que par sa divine humanité Il me donne le sens de la Rédemption de l’Univers et la force d’agir dans le monde sans être du monde. Je remets ma vie aux mains de l’Esprit, afin qu’Il me donne plus abondamment ses dons et spécialement ceux de force, de sagesse et d’amour. Je me consacre à la Bienheureuse Vierge Marie, par qui la Rédemption a commencé et par qui elle doit s’achever afin qu’elle garde mon corps dans la chasteté et mon âme dans l’humilité. Je renonce au mariage et à toute propriété. Je jure, avec la grâce de Dieu, pour un temps de deux ans et avec l’espoir de continuer toute ma vie, de ne pas abandonner les frères qui ont prononcé le même serment, de servir la vérité dans le monde, dans la sainte pauvreté, conformément aux directives de l’Église catholique et dans l’observance des règles qui me sont données37.

  • 38 Ibidem.
  • 39 Hellman (John), Emmanuel Mounier and the new Catholic Left (1930-1950). Toronto, University of Toro (...)
  • 40 Il s’agit de ses compagnons de retraite, Théo Léger et Henry Bauchau, mais aussi de Théodore (Teddy (...)

10Inquiets par la tournure des événements, les familles d’Henry Bauchau et de Théo Léger, prétextant les obligations militaires de leurs fils, les rappellent en Belgique. « C’est la bagarre totale avec les parents », écrit De Becker à Maritain : « On nous coupe les vivres. On coupe ceux qu’on donnait à maman. Tout cela pour nous détourner de notre vocation. Je voudrais vous expliquer tout cela, mais par lettre c’est impossible. Je vous demande aussi aide pour que nous puissions tenir le coup. Il nous faut encore 400 francs par mois pour que maman soit dégagée de tous liens et que nous aussi soyons libres. Pourriez-vous m’aider à trouver des articles, un travail quelconque, si humble fût-il, qui puisse être fait ici, de telle manière que nous puissions continuer notre œuvre de silence, de prière et d’études. »38 Mais Henry Bauchau et Théo Léger regagnent la Belgique. Raymond De Becker poursuit donc seul son pèlerinage dans le Sud de la France39. En octobre 1933, il est à Bluffy où il rencontre Gide avant de rejoindre finalement « ses frères de Belgique »40.

  • 41 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., pp. 158-162.
  • 42 Biebuyck (Jacques), Journal de l’homme obscur, op. cit., p. 54.

11De retour au pays, De Becker lance le groupe Communauté pour rassembler de jeunes laïcs désireux, comme lui, de vivre conformément aux préceptes de l’Évangile. En octobre 1934, sous les regards attentifs de l’abbé Jacques Leclercq41, Raymond De Becker installe sa « communauté » à Louvain, dans la maison de sa mère qui tient une pension située au n°33 du boulevard de Diest. Il y sera rapidement rejoint par Henry Bauchau, par Jo André et par Jacques Biebuyck qui notera bien plus tard : « En 1935, le hasard d’une annonce me fit choisir la chambre offerte en location par une dame De Becker, boulevard de Diest, à Louvain. Son fils Raymond était alors un jeune homme assez agité, éperdu, à la fois, de mystique et de politique. Avec deux amis, encouragés d’abord par le chanoine Leclercq, – qui tenta ensuite de les freiner, – il avait vécu plusieurs semaines aux portes de la Trappe de Tamié. »42 Outre le partage d’une vie commune rythmée par l’étude, par les offices, par le travail manuel et par le repos des promenades, l’ambition de ces jeunes hommes est de diffuser leurs idées révolutionnaires d’ordre religieux à travers les revues, les journaux, la radio, le théâtre et le cinéma. Elle est aussi, par une politique d’entrisme, de pénétrer dans les organisations catholiques et syndicales dans l’espoir d’y faire des émules.

  • 43 cejrm, Dossier de correspondance Raymond De Becker (1933-1936, 1949) : Lettre de De Becker (Raymond (...)
  • 44 Communauté. Thèses. Directions. Statuts, Louvain, s.d., 18 p. 
  • 45 Au sujet d’Emmanuel Mounier (1905-1950), fondateur du personnalisme et de la revue Esprit et maître (...)
  • 46 Mounier (Emmanuel), « Les événements et les hommes », dans Esprit, n°6, mars 1933, p. 1027.
  • 47 « Vers l’action organique : Communauté », dans Esprit, n°29, 1er février 1935, pp. 759-765.
  • 48 Voir Mounier (Emmanuel), Emmanuel Mounier et sa génération. Lettres, carnets et inédits. Saint-Maur (...)

12Pour régir la vie du/en groupe, dont les membres se qualifient de « compagnons » après avoir abandonné le terme de « frères », Raymond De Becker élabore, en étroite collaboration avec Maritain et Mounier43, un programme qui fait office de « règle » de type monastique. Ce sont les Thèses et Propositions44. Mounier45 qui reconnaissait déjà une grande parenté entre L’Esprit nouveau et sa revue Esprit46 répercute le programme de Communauté47 et envisage de créer à Paris un centre de liaison pour les mouvements personnalistes. Il désire y intégrer Communauté48. Car le mouvement se présente comme « un organe de combat de la révolution personnaliste » à la recherche d’une troisième force susceptible de rassembler des jeunes de tendances diverses en quête d’un ordre nouveau :

  • 49 Communauté, n°2, mai 1936, p. 2.

Communauté n’est pas un parti, ni davantage une ligue ou un mouvement de masse ; elle est une organisation minoritaire s’adressant à une élite, non point aux prétendues élites fondées sur l’argent, le diplôme ou l’hérédité, mais à l’élite de ceux qui veulent engager leur vie dans le sens des opinions qu’ils professent.
Les membres de communauté agissent dans les partis ou en créent, y défendent son programme et y font rayonner son style de vie, mais communauté comme telle restera toujours une organisation minoritaire, à la fois plus souple et plus exigeante, une école de chefs49.

  • 50 Nicaise (Henri), « Jeunes catholiques en action », dans La Cité chrétienne, 5 septembre 1935, pp. 6 (...)
  • 51 Sauvage (Pierre), « Jacques Maritain et la Belgique dans l’entre-deux-guerres », dans Hubert (Berna (...)
  • 52 Maritain (Jacques), Mounier (Emmanuel), Petit (Jacques), Jacques Maritain – Emmanuel Mounier (1929- (...)
  • 53 À propos du mouvement Esprit en Belgique, voir Jadoulle (Jean-Louis), « Les Groupes Esprit de Belgi (...)

13Groupement d’« élites », Communauté rassemblera de jeunes catholiques (Jules Parfait, Émile Hambresin), socialistes (Léo Moulin, Raoul Piron) et même des anarchistes (War Van Overstraeten, Ernest Tanrez) prêts à défendre, chacun dans leur sphère respective, l’avènement d’une communauté personnaliste universelle et corporative50. En avril 1935, Communauté tiendra à Paris son premier congrès sous la présidence de Mounier. Mais, alerté depuis des mois par Maritain inquiet du « manque de proportion et d’équilibre de ce que [De Becker] entreprend »51, Mounier tiendra à mieux définir, sans toutefois y parvenir, la forme des rapports entre les « Amis d’Esprit » et ceux de Communauté tentés par l’action52. À cet égard, la correspondance échangée entre un membre de la section bruxelloise d’Esprit, Guy Malengreau, et Mounier témoigne bien des divergences grandissantes entre les deux mouvements53. Renonçant à son engagement au sein d’Esprit qui a délaissé l’action immédiate, Malengreau vante les mérites du groupe Communauté de Raymond De Becker et de L’Avant-Garde :

  • 54 Archives du monde catholique (arca), Papiers Guy Malengreau, lettre de Malengreau (Guy) à Mounier ( (...)

En Belgique, je m’excuse immédiatement de faire l’éloge de ma maison, tant pis, je suis sincère, je crois que les membres d’Esprit, certains entendons-nous, ont fait meilleure besogne. Un seul exemple : le groupe « Communauté » de De Becker et l’A.-G. Je ne sais si vous réalisez ce que ces groupes, je parle surtout du premier, ont déjà réalisé et le rôle qu’ils jouent actuellement dans les affaires publiques. Je ne puis vous donner des détails, et ce groupe a d’ailleurs été favorisé par les circonstances, mais vous vous en rendrez compte vous-même d’ici peu. Réussiront-ils ou ne réussiront-ils pas (ce que je crains hélas, bien que je croie au miracle) peu importe. Or faites cette constatation, ceux dont je parle (je le fais d’autant plus librement que jusqu’ici des circonstances malheureuses m’ont empêché d’être des leurs), il y a longtemps qu’on ne les voyait plus aux réunions d’Esprit. Ils ont compris qu’il fallait dépasser le temps de la discussion54.

  • 55 arca, Papiers Guy Malengreau, lettre de Mounier (Emmanuel) à Malengreau (Guy), Paris, 24 octobre 19 (...)

14À cette lettre « sincère », Mounier rétorquera qu’il est, lui aussi, favorable à la mise en place de groupes d’action « dans la cité politique » qui constitueraient « une force à opposer aux fascistes et aux communistes »55. Mais, revenant sur l’importance du spirituel et de l’éternel, Mounier poursuit :

  • 56 Ibidem.

Communauté, L’Avant-Garde, je sais bien leur mérite, bien que je n’entende plus parler de Communauté depuis un an. Je me sens si peu « propriétaire » des idées d’Esprit que je me demande, sans fausse humilité, où ils seraient sans Esprit. De Becker, lui-même, avec qui j’ai rédigé les « Positions » de Communauté a, je crois, profité de notre travail, et Esprit ne sera pas absent de l’action qu’il pourra mener. Je crois donc qu’il est dangereux de dire : « passez à l’action ou je vous quitte ». Mais l’œuvre immense à accomplir comporte plusieurs engagements également valables. J’ai telle vocation : travaillons en jonction avec vous qui êtes à l’action plus utiles que tout. Les chefs de Communauté ont en effet déserté les groupes Esprit. Je crois que ce fût un grave tort et un mal, et pour eux et pour nous. Ils consolidaient par cette décision cette coupure entre l’intelligence et l’action que nous combattons ensemble eux et nous, ils risquaient de laisser ici le champ libre à des « intellectuels » déformés, et en eux, à une simplification de leur âme et de leur action56.

  • 57 Ibidem. Les italiques sont d’Emmanuel Mounier.
  • 58 arca, Papiers Guy Malengreau, lettre de Malengreau (Guy) à Mounier (Emmanuel), Louvain, 29 octobre (...)
  • 59 Lettre de De Becker (Raymond) à Gide (André), Bruxelles, s.d. (septembre 1934) publiée dans Masson (...)
  • 60 cejrm, Dossier de correspondance De Becker (Raymond) (1933-1936, 1949), lettre de De Becker (Raymon (...)
  • 61 Outre, la description qu’en propose Berdaieff (Nicolas), Essai d’autobiographie spirituelle. Paris, (...)
  • 62 Voir Chaubet (François), Paul Desjardins et les décades de Pontigny. Villeneuve-d’Ascq, Presses uni (...)
  • 63 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Bruxelles, 26 septembre 1936.

15Et si Mounier ajoute qu’il est toujours ouvert à un rapprochement avec Communauté57, les tentatives de Guy Malengreau pour réconcilier les deux hommes s’avèreront vaines58. Il est vrai que De Becker a changé. Alors qu’il ne cache plus son homosexualité – il s’en était déjà confidentiellement ouvert à Gide59 et à Maritain60 –, il traverse une crise mystique et prend peu à peu ses distances avec le catholicisme. Par ailleurs, son langage se fait plus virulent. En 1935, lors de la décade de Pontigny61, Raymond De Becker se sent encore suffisamment proche de son expérience de Tamié pour en tracer le récit62. En revanche, revenant en septembre 1936 d’un séjour d’un mois en Allemagne63, le ton est désormais tout autre :

  • 64 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 202.

Lorsque je retournai à Pontigny et qu’à la demande de Paul Desjardins je racontais mes impressions d’Allemagne, la consternation se peignit sur de nombreux visages. Comme la conversation avait porté dans la suite sur le conflit entre les démocraties et les fascismes, je m’étais écrié : « S’il faut choisir un jour entre la démocratie et le fascisme, nous choisirons ce dernier ». Là-dessus, Madame la Secrétaire d’État Blum avait poussé un cri et s’était trouvée mal. Des jeunes gens de l’Action française m’avaient témoigné leur sympathie64.

  • 65 Voir « Aurons-nous la guerre ? Le coup d’Hitler marque la faillite de Versailles et de Genève », Co (...)
  • 66 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 161. À noter que Hellman (John (...)

16Le message de Communauté, qui publie dès mai 1936 un bulletin mensuel, se fait dès lors plus dur. Car il s’agit désormais de défendre la création d’un ordre national où la liberté serait équilibrée par la hiérarchie et par l’autorité, ainsi qu’un ordre international à ériger loin des ornières boueuses de Versailles dans le respect et dans l’égalité des patries65. Dès ce moment, et symboliquement, les relations qu’entretient Raymond De Becker avec Jacques Maritain s’interrompent : « Je conservai avec Maritain les relations les plus suivies pendant plusieurs années, écrira De Becker, elles ne s’espacèrent qu’au moment où il apparut que le national-socialisme devait nécessairement nous séparer. »66

  • 67 Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration, op. cit., p.  (...)

17Écrit en 1942, ce constat pose évidemment la question des choix opérés par De Becker au seuil de la seconde Occupation allemande. Son ouverture européenne et sa soif de rénovation spirituelle et autoritaire de l’Europe l’amènent à se fourvoyer sur les intentions du iiie Reich. Illusions déçues qui obligent, toutefois, l’historien, à nuancer l’affirmation selon laquelle « les choix de Raymond De Becker ne composent pas un parcours politique cohérent. L’éclectisme conditionne son rapport aux mouvements de pensée. [… Il est certain que ses textes théoriques ne construisent pas un système philosophique logique et complet »67. Les « choix » qui conduisent Raymond De Becker à prendre, dès l’été 1940, la direction du Soir « volé », découlent, nous semble-t-il, directement des options défendues dès le début des années 1930 et contenues dans Communauté.

18Condamné à mort par le Conseil de Guerre de Bruxelles en 1946 – peine qui sera commuée, l’année suivante, en détention à perpétuité –, Raymond De Becker se tourne, une nouvelle fois, vers Jacques Maritain. En septembre 1949, alors qu’il est incarcéré à la prison de Saint-Gilles, il lui confesse :

  • 68 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Prison de Saint-Gilles, 25 septembre 194 (...)

Pour moi, l’essentiel s’est produit quand j’ai quitté le catholicisme ; il s’était déjà produit lorsque j’avais abandonné les exigences dont l’aventure de Tamié avait été le symbole. Tout le reste ne fut que conséquence inévitable, y compris cette sorte d’aliénation dont tous ceux qui participèrent aux événements d’alors furent les victimes, d’une manière ou d’une autre. Et cependant, je sais qu’il serait faux de regretter le passé. Je devais quitter le catholicisme ; il s’était défait en moi à l’instant même où je voulais trouver en lui une chose qu’il ne m’offrait pas. Ma raison était minée par le doute ; je ne parvenais à y concilier les exigences contradictoires de ma nature. L’expérience qui suivit fut tragique, mais belle à sa manière. Sous le choc des événements, j’ai le sentiment de m’être révélé à une conscience véritable, plus libre et plus responsable, plus sincère et plus large68.

  • 69 cejrm, lettre de Maritain (Jacques) à H. Bauchau, s.l., 31 janvier 1950.
  • 70 cejrm, lettre de Bauchau (Henry) à Maritain (Jacques), Paris, 13 janvier 1950.
  • 71 cejrm, lettre de Bauchau (Henry) à Maritain (Jacques), Paris, 3 février 1950.

19Après avoir marqué quelques réserves69, Maritain, également sollicité par Henry Bauchau70, signera une attestation demandant aux autorités belges de « commuer sa peine ». Aussi le philosophe français, à l’instar de l’abbé Leclercq d’ailleurs, écrira qu’il a « connu Raymond De Becker avant la guerre », qu’il avait « espéré à l’époque qu’il arriverait à équilibrer son jugement et à éviter que ses sentiments généreux ne dévient intellectuellement », que « ses idées pacifistes, jointes à l’instabilité de son tempérament, ont sans doute été responsables des erreurs dans lesquelles il est tombé… »71

20Au moment de conclure, il convient de formuler deux remarques.

  • 72 À propos de l’influence que Raymond De Becker exerça sur Henry Bauchau, voir Quaghebeur (Marc), « R (...)
  • 73 Biebuyck (Jacques), Journal de l’homme obscur, op. cit., p. 54.
  • 74 Parfait (Jules), « Troisième force et jeunesse belge », dans Esprit, n°41, 1er février 1936, p. 788 (...)

21Premièrement, l’influence qu’exerça Raymond De Becker sur sa génération a certainement été occultée par sa lente dérive intellectuelle. Il subjugue ses contemporains72 par sa forte personnalité : « Raymond De Becker rayonnait d’une aura magnétique. Ses yeux noirs luisants, son nez fort, sa bouche lippue, sa parole pressée, intense en faisait un personnage fascinant. […] Curieux garçon, traversé d’éclairs névrotiques, doué d’un don d’imitation et de mémoire qui lui tenait lieu de culture ; il se bourrait d’une lecture hâtive et désordonnée. Il n’était encore qu’avide d’intensité et de briller. »73 Il fascine aussi par la détermination de son militantisme religieux et politique : « ce qui a véritablement marqué l’éveil politique de notre jeunesse catholique », remarque encore Jules Parfait, « c’est la naissance de L’Esprit nouveau. C’est lui qui a donné l’impulsion au courant personnaliste qui éclôt aujourd’hui. »74

22Deuxièmement, si le publiciste a participé activement aux débats relatifs aux réformes de structure à mener dans la société européenne des années 1930, sa tentative de créer en Belgique, une petite communauté chrétienne conçue comme un ordre social alternatif va tourner court. Porté par sa foi, sans doute n’a-t-il pas bien mesuré les difficultés matérielles et la part d’utopie que son projet recèle. Mais bien qu’éphémère, le mouvement Communauté est pourtant très symptomatique des préoccupations d’une frange militante de la jeunesse catholique de l’entre-deux-guerres. De Becker n’en est d’ailleurs pas à sa première expérience politique. Mais désireux d’incarner une nouvelle chrétienté dans la cité, il croit cette fois pouvoir renouveler le catholicisme social à partir de l’option communautaire. Décidé à quitter les luttes politiques partisanes, il est très influencé par la pensée personnaliste d’Emmanuel Mounier et par la philosophie thomiste de Jacques Maritain. Mais son projet est loin d’être isolé. Car, ailleurs en Europe, se développent, au même moment, d’autres expériences de vie en communauté laïque. En rupture avec la modernité issue des Lumières et de la révolution industrielle, ces projets veulent, à des degrés variables, renouer avec la tradition communautaire perdue des premiers chrétiens. La plupart cherchent également une mystique de nature chevaleresque et médiévale. C’est bien ainsi qu’il faut comprendre la « règle » que De Becker élabore pour Communauté. S’inspirant des vœux monastiques, il insiste aussi pour que les premiers compagnons, à travers la cérémonie du « serment », prennent l’engagement formel de s’y plier. Ce faisant, la vie en commun apparaît à la fois comme le motif et comme le modèle possible de l’engagement spirituel et politique des membres de Communauté. Mais sans doute est-elle aussi à voir comme une formule originale de sociabilité intellectuelle dans l’entre-deux-guerres, à mi-chemin entre le désir de certains catholiques d’affronter les enjeux de la Res publica et leur besoin de retrait hors du monde dans une période troublée.

Haut de page

Notes

1 Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », dans Bulletin des amis d’André Gide, vol. 23, janvier 1995, p. 40. À propos du parcours intellectuel de Raymond De Becker, voir Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), « La révolution avortée du fascisme occidental. Raymond De Becker, mémorialiste », dans Laserra (Annamaria) (dir.), Histoire, mémoire, identité dans la littérature non fictionnelle. L’exemple belge. Actes du colloque de Salerne, novembre 2004. Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. Documents pour l’histoire des francophonies/Théorie, n°7, 2006, pp. 57-71 ; Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration. Bruxelles, Labor, coll. Quartier libre, 2006, pp. 13-36 ; Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle. L’européisme dans la Belgique de l’entre-deux-guerres (1919-1939), thèse de doctorat en histoire. Université catholique de Louvain, 2006, pp. 214-231 et pp. 823-824.

2 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts. Bruxelles, Éditions de la Toison d’Or, 1942, pp. 108-154. Dans cet ouvrage, l’auteur règle sans doute plus ses comptes « en y célébrant les amitiés et en y dénonçant les trahisons » qu’il ne cartographie le réel. Voir Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), « La révolution avortée du fascisme occidental. Raymond De Becker, mémorialiste », op. cit., pp. 57-71. Il n’empêche que son récit demeure essentiel pour comprendre tant le cheminement intellectuel de l’homme que celui de toute une génération dans la Belgique de l’entre-deux-guerres.

3 Au sujet de Jacques Maritain (Paris, 18 novembre 1882 – Toulouse, 28 avril 1973), qualifié par certains de « plus grand intellectuel catholique du xxe siècle », voir la rubrique que lui consacre Chenaux (Philippe) dans Julliard (Jacques) et Winock (Michel) (dir.), Dictionnaire des intellectuels français. Les personnes, les lieux, les moments. Paris, Seuil, 2002, pp. 909-910. Voir aussi, Chenaux (Philippe), Entre Maurras et Maritain : une génération intellectuelle catholique (1920-1930). Paris, Les Éditions du Cerf, 1999.

4 Ce dossier de correspondance (1933-1936, 1950) – il comprend une trentaine de lettres manuscrites de Raymond De Becker à celui qui est alors son confident – est conservé au Centre d’études Jacques et Raïssa Maritain (cejrm) de Kolbsheim (France).

5 Julliard (Jacques), « Le fascisme en France », dans Annales. Économies. Sociétés. Civilisations, n°4, juillet/août 1984, p. 855.

6 Voir Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration, op. cit., pp. 13-36.

7 Voir, à ce sujet, Dard (Olivier) et Deschamps (Étienne) (dir.), Les Relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre. Racines, réseaux, projets et postérités. Bruxelles, PIE-Peter Lang, coll. Euroclio. Études et documents, n°33, 2005.

8 Voir Sauvage (Pierre), Jacques Leclercq (1891-1971). Un arbre en plein vent. Louvain-la-Neuve, Duculot, 1992, p. 262, note 311.

9 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 90. L’emphase est de Raymond De Becker.

10 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), s.l., s.d. (n°94).

11 Pour une histoire du mouvement et de la revue L’Esprit nouveau, voir la synthèse de Deschamps (Étienne), « L’Esprit nouveau (1931-1936). Des nouvelles relèves catholiques dans la Belgique de l’entre-deux-guerres », dans Dard (Olivier) et Deschamps (Étienne) (dir.), Les Relèves en Europe d’un après-guerre à l’autre, op. cit., pp. 107-114.

12 Voir « Pour un programme », dans L’Esprit nouveau, n° spécimen, 1931, p. 5.

13 De Becker (Raymond), « Faut-il passer à l’action ? », dans Esprit, 1er juillet 1934, pp. 599-610.

14 Docteur en droit de l’Université catholique de Louvain en octobre 1926, Marcel Laloire (Uccle, 2 décembre 1903 – Uccle, 16 mai 1976) s’engage, très jeune, dans l’action catholique : en 1921, il est membre de la Jeune Garde catholique d’Uccle ; en 1923, il gravite, dans le giron de l’Association catholique de la jeunesse belge (acjb) et, en novembre 1925, il rejoint le groupe de « L’Autorité ». Collaborateur à La Nouvelle Équipe, il lance, à la veille des élections législatives du 26 mai 1929, Les Jeunesses politiques qui deviennent, après sa rencontre avec Raymond De Becker, L’Esprit nouveau. Devenu secrétaire du ministre de la Défense nationale – d’abord Paul Crokaert (juin 1932), puis Georges Theunis (octobre 1932) – Laloire publie un opuscule, Les Jeunes et la Transformation du régime. Recueil des rapports présentés au premier congrès politique de la jeunesse catholique (Bruxelles, Éditions universelles, s.d. [1933]), dans lequel il plaide pour un renouvellement des cadres et des structures du parti catholique. Correspondant belge pour la revue française La Vie intellectuelle, il est rattaché, en 1933, au cabinet d’Henry Carton de Wiart, ministre de la Prévoyance sociale, et s’ouvre, de plus en plus résolument, à l’ancien belligérant. Durant l’été 1934, il effectue un voyage en Allemagne dont il revient littéralement fasciné – en témoigne l’ouvrage qu’il publie à son retour Nouvelle Allemagne : réformes sociales et économiques (Bruxelles, Éditions universelles, s.d. [1934]). Dès lors, il s’intéresse de près au corporatisme et écrit, sur ce sujet, dans de nombreux journaux et revues. Il s’attache aussi aux problèmes de réformes de structures qui animent les cercles non-conformistes des années 1930. Voir la notice biographique de Marcel Laloire rédigée par son frère René Laloire (Collection du Prof. M. Dumoulin, Université catholique de Louvain).

15 Romancier et psychanalyste, Henry Bauchau (Malines, 22 janvier 1913) vit aujourd’hui à Louveciennes, dans la banlieue parisienne. Dans les années 1930, il étudie le droit à la Faculté Saint-Louis de Bruxelles. À cette époque, il collabore régulièrement à L’Esprit nouveau et deviendra membre du comité de rédaction puis rédacteur en chef de La Cité chrétienne. Une profonde amitié le lie à De Becker jusqu’à ce que les positions politiques de celui-ci se radicalisent. Voir Entretien avec Henry Bauchau, Paris, 15 janvier 2005. À propos de l’écrivain, voir Watthée-Delmotte (Myriam), Bauchau avant Bauchau. En amont de l’œuvre littéraire. Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, 2002.

16 De Becker (Raymond), Le Christ, Roi des Affaires. Louvain, Éditions Jicistes, 1931.

17 De Becker (Raymond), Pour un ordre nouveau. Bruxelles, Éditions contemporaines, 1932.

18 D’autres écrits portent encore l’empreinte de cet engouement. De Becker (Raymond), « Christianisme et révolution », dans La Vie intellectuelle, t. 22, n°3, 30 juin 1933, pp. 383-388 ; De Becker (Raymond), « L’idée catholique, fondement de l’ordre nouveau », dans Laloire (Marcel), Les Jeunes et la Transformation du régime. Recueil des rapports présentés au premier congrès politique de la jeunesse catholique. Bruxelles, Édition universelle, s.d., [1933], pp. 159-174.

19 De Becker (Raymond), Pour un ordre nouveau, op. cit., pp. 14-15. À propos de l’engagement européiste de Raymond De Becker, voir Duchenne (Geneviève), Esquisses d’une Europe nouvelle, op. cit., pp. 214-231.

20 « Raymond De Becker nous quitte », dans L’Esprit nouveau, janvier 1933, p. 1.

21 Entretien avec Henry Bauchau, Paris, 15 janvier 2005.

22 cejrm, Lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), s.l., s.d. [1933] (n°94).

23 Raymond De Becker, accompagné d’Henry Bauchau, se rendra souvent à Meudon pour y faire visite à Jacques Maritain. Voir Entretien avec Henry Bauchau, Paris, 15 janvier 2005. Sur ses relations intellectuelles et amicales avec Jacques Maritain et Nicolas Berdaieff, voir De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., pp. 89-90 et pp. 160-171. À propos du rayonnement de Jacques Maritain, voir Chenaux (Philippe), « Le milieu Maritain », dans Racine (Nicole) et Trebitsch (Michel) (dir.), Sociabilités intellectuelles. Lieux, milieux, réseaux. Les Cahiers de l’Institut d’histoire du temps présent, n°20, mars 1992, pp. 160-171.

24 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 127.

25 Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., pp. 40-51 ; Biebuyck (Jacques), Journal de l’homme obscur. Louvain-la-Neuve, Edime, s.d., p. 54.

26 Notes de Levesque (Michel) citées dans Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., pp. 39-40.

27 Entretien avec Henry Bauchau, Paris, 15 janvier 2005.

28 Entretien avec Henry Vellut, Bruxelles, 16 janvier 2005.

29 Biebuyck (Jacques), « Raymond De Becker », dans Journal de l’homme obscur, op. cit., p. 54.

30 Peeters (Benoît), Hergé, fils de Tintin. Paris, Flammarion, coll. Grandes Biographies, 2002 pp. 84-85.

31 Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., pp. 41-42.

32 Levesque (Michel), « Journal », dans Bulletin des Amis d’André Gide, n°62, avril 1984, p. 246. Ces propos tenus par le romancier français sont aussi rapportés par De Becker : « André Gide […] m’ayant retrouvé dans un ermitage forestier de Bluffy, localité où il avait écrit Les Cahiers d’André Walter, me disait avec la complaisance dont il était coutumier : “Si je vous avais alors rencontré, toute ma vie eut été changée !” » (De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 168)

33 Lettre de De Becker (Raymond) à Gide (André), Bruxelles, s.d. [septembre 1934] publiée dans Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., pp. 45-46. Dans cette lettre, De Becker explique qu’il travaille sur un autre manuscrit « Christianisme et Révolution ». Ces ouvrages ne paraîtront pas bien qu’il en soit encore question dans la correspondance échangée avec Maritain. Voir cejrm, Dossier de correspondance De Becker (Raymond) (1933-1936, 1949). Ces « disparitions » posent la question de l’existence de Papiers Raymond De Becker. De l’aveu même de ce dernier, comme de ses anciens amis – Bauchau et Vellut – il remplissait les pages de cahiers entiers. La première partie de la « Confession d’un jeune catholique » se composait, d’ailleurs, des notes de son journal intime (1927-1932). Que sont devenus ces notes et ces manuscrits ? Ont-ils été détruits lors de son arrestation par les Allemands en 1943 ? Qu’est-il advenu de sa correspondance et des documents relatifs à son infatigable activité de publiciste ? Le mystère reste entier.

34 Gide (André), Littérature engagée. Paris, Gallimard, 1950, pp. 44-46. Cette lettre avait par ailleurs déjà été publiée en appendice des Pages de Journal (1929-1932). Paris, Éditions de la Nouvelle Revue française, 1934, pp. 198-201.

35 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 132.

36 Ibidem, p. 134.

37 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Tamié, s.d. (juillet 1933) (n°126).

38 Ibidem.

39 Hellman (John), Emmanuel Mounier and the new Catholic Left (1930-1950). Toronto, University of Toronto Press, 1981, p. 130.

40 Il s’agit de ses compagnons de retraite, Théo Léger et Henry Bauchau, mais aussi de Théodore (Teddy) d’Oultremont, d’Yves de Steenhault, de Jean Bauchau – frère d’Henry – et de Mary Kosireff, compagne de Jean Bauchau. Cf. cejrm, « Communauté », novembre-décembre 1933. À l’époque, Jean Bauchau a déjà connu une première expérience de vie communautaire et agricole au sein de la Société de Saint-Louis qu’anime Eugène Primard au Rotoir (Boissy-le-Sec), en région parisienne.

41 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., pp. 158-162.

42 Biebuyck (Jacques), Journal de l’homme obscur, op. cit., p. 54.

43 cejrm, Dossier de correspondance Raymond De Becker (1933-1936, 1949) : Lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Louvain, s.d. (mars 1934) ; Archives du monde catholique (arca), Louvain-la-Neuve, Papiers Guy Malengreau, lettre de Mounier (Emmanuel) à Malengreau (Guy), 24 octobre 1936. Voir également les conclusions de Loubet del Bayle (Jean-Louis), dans Les Non-Conformistes des années 30. Une tentative de renouvellement de la pensée politique française. Paris, Seuil, 1969, p. 151.

44 Communauté. Thèses. Directions. Statuts, Louvain, s.d., 18 p. 

45 Au sujet d’Emmanuel Mounier (1905-1950), fondateur du personnalisme et de la revue Esprit et maître à penser de toute une génération, voir, entre autres, Winock (Michel), « Esprit ». Des intellectuels dans la Cité (1930-1950). Paris, Seuil, 1996.

46 Mounier (Emmanuel), « Les événements et les hommes », dans Esprit, n°6, mars 1933, p. 1027.

47 « Vers l’action organique : Communauté », dans Esprit, n°29, 1er février 1935, pp. 759-765.

48 Voir Mounier (Emmanuel), Emmanuel Mounier et sa génération. Lettres, carnets et inédits. Saint-Maur, Éditions Parole et Silence, 2000, pp. 145 et suiv. Voir aussi Winock (Michel), « Esprit », op. cit., p. 169.

49 Communauté, n°2, mai 1936, p. 2.

50 Nicaise (Henri), « Jeunes catholiques en action », dans La Cité chrétienne, 5 septembre 1935, pp. 608-609.

51 Sauvage (Pierre), « Jacques Maritain et la Belgique dans l’entre-deux-guerres », dans Hubert (Bernard) (dir.), Jacques Maritain en Europe : la réception de sa pensée. Paris, Beauchesne, 1996, pp. 154-155.

52 Maritain (Jacques), Mounier (Emmanuel), Petit (Jacques), Jacques Maritain – Emmanuel Mounier (1929-1939). Paris, Desclée de Brouwer, 1973, pp. 109 et suiv.

53 À propos du mouvement Esprit en Belgique, voir Jadoulle (Jean-Louis), « Les Groupes Esprit de Belgique durant l’entre-deux-guerres », dans de Bosschere (Guy), Deguelle (Camille), Dethier (Hubert) (et alii), Emmanuel Mounier en Belgique. 70 ans d’Esprit. Bruxelles, Wolu-Culture, coll. Secteur Lettres, 2002, pp. 49-63 ; Mabille (Xavier), « Mounier, Esprit et la Belgique », dans de Bosschere (Guy), Deguelle (Camille), Dethier (Hubert) (et alii), Emmanuel Mounier en Belgique, op. cit., pp. 66-67.

54 Archives du monde catholique (arca), Papiers Guy Malengreau, lettre de Malengreau (Guy) à Mounier (Emmanuel), Louvain, 19 octobre 1936.

55 arca, Papiers Guy Malengreau, lettre de Mounier (Emmanuel) à Malengreau (Guy), Paris, 24 octobre 1936.

56 Ibidem.

57 Ibidem. Les italiques sont d’Emmanuel Mounier.

58 arca, Papiers Guy Malengreau, lettre de Malengreau (Guy) à Mounier (Emmanuel), Louvain, 29 octobre 1936 : « Je regrette que C. [Communauté] ait rompu toute relation avec E. [Esprit]. Comme je suis resté en excellents termes avec De Becker, je lui en parlerai à l’occasion. Ils ne peuvent que tirer avantage d’un rapprochement, ce n’est peut-être pas le cas d’Esprit, à moins que C. ne tombe pas trop dans l’esprit bourgeois. Certains compromis peuvent être dangereux. »

59 Lettre de De Becker (Raymond) à Gide (André), Bruxelles, s.d. (septembre 1934) publiée dans Masson (Pierre), « Autour de Raymond De Becker », op. cit., pp. 45-46.

60 cejrm, Dossier de correspondance De Becker (Raymond) (1933-1936, 1949), lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Bruxelles, s.d. (1934) : « L’homosexualité […] coïncide souvent […] avec une vocation sociale, réformatrice, qui, en dehors du christianisme, devient anarchie, nihilisme, mais en lui peut se transformer en sens révolutionnaire authentique. Je ne crois pas que la plupart des homosexuels soient des contemplatifs. Ce sont des mystiques, mais des mystiques de type activiste. L’homosexualité révèle une avidité d’âme, d’une capacité d’amour plus grande que la moyenne. Il n’y a que Dieu qui peut les satisfaire, mais pour le plus grand nombre d’entre eux, Dieu ne se révèle que dans les hommes ». L’emphase est de Raymond De Becker.

61 Outre, la description qu’en propose Berdaieff (Nicolas), Essai d’autobiographie spirituelle. Paris, Buchet-Chastel, 1979, pp. 337-341, voir Chaubet (François), « Entre passé et avenir : les décades de Pontigny ou la recherche d’une nouvelle concorde européenne », dans Vandenbussche (Robert) et Michel (Alain-René) (éd.), L’Idée de paix et ses représentations au xxe siècle. Colloque organisé à Lille les 27, 28 et 29 mai 1999. Villeneuve-d’Ascq, Université de Lille iii, 2001, pp. 107-118.

62 Voir Chaubet (François), Paul Desjardins et les décades de Pontigny. Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2000, pp. 221-222 et p. 280.

63 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Bruxelles, 26 septembre 1936.

64 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 202.

65 Voir « Aurons-nous la guerre ? Le coup d’Hitler marque la faillite de Versailles et de Genève », Communauté, n°1, avril 1936, p. 1 ; « Paix à l’extérieur », Communauté, n°1, avril 1936, p. 2 ; Piron (Raoul), « Avenir et mission de l’Europe », Communauté, n°2, mai 1936, p. 3 ; Van Huffel (Léon), « L’entente avec l’Allemagne », Communauté, n°2, mai 1936, p. 3 ; Ernestan, « Vie et mort de la Société des nations », Communauté, n°2, mai 1936, p. 3 ; Van Overstraeten (War), « Pour une politique d’indépendance », Communauté, n°3, juin 1936, p. 4 ; Pijl, « Où va l’Europe ? Le jeu post-locarnien », Communauté, n°4, juillet 1936, p. 1 ; De Becker (Raymond), « À la sdn. Ce n’est pas à Genève que l’on affermira la paix », Communauté, n°4, juillet 1936, p. 5.

66 De Becker (Raymond), Le Livre des vivants et des morts, op. cit., p. 161. À noter que Hellman (John), The Communitarian Third Way, op. cit., pp. 129-130, estime que Jacques Maritain, dont la femme Raïssa était d’origine russe et de confession juive, a été effrayé par les invectives répétées de Raymond De Becker contre « l’internationalisme juif ».

67 Aron (Paul) et Vanderpelen-Diagre (Cécile), Vérités et mensonges de la collaboration, op. cit., p. 36.

68 cejrm, lettre de De Becker (Raymond) à Maritain (Jacques), Prison de Saint-Gilles, 25 septembre 1949.

69 cejrm, lettre de Maritain (Jacques) à H. Bauchau, s.l., 31 janvier 1950.

70 cejrm, lettre de Bauchau (Henry) à Maritain (Jacques), Paris, 13 janvier 1950.

71 cejrm, lettre de Bauchau (Henry) à Maritain (Jacques), Paris, 3 février 1950.

72 À propos de l’influence que Raymond De Becker exerça sur Henry Bauchau, voir Quaghebeur (Marc), « Revisitées, les confessions de La Sourde Oreille inventent pour l’écrivain la légende de son futur », dans Halen (Pierre), Michel (Raymond) et Michel (Monique) (éd.), Henry Bauchau, une poétique de l’espérance. Actes du colloque international de Metz (6-8 novembre 2002). Bern/Berlin/Bruxelles/Frankfurt/M/New York/Oxford/Wien, Peter Lang, coll. Recherches en littérature et spiritualité, vol. 7, 2004, pp. 141-143.

73 Biebuyck (Jacques), Journal de l’homme obscur, op. cit., p. 54.

74 Parfait (Jules), « Troisième force et jeunesse belge », dans Esprit, n°41, 1er février 1936, p. 788.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Deschamps et Geneviève Duchenne, « À l’origine de l’utopie communautaire de Raymond de Becker. Le serment de Tamié (juillet 1933)  », Textyles, 31 | 2007, 134-149.

Référence électronique

Étienne Deschamps et Geneviève Duchenne, « À l’origine de l’utopie communautaire de Raymond de Becker. Le serment de Tamié (juillet 1933)  », Textyles [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/390 ; DOI : 10.4000/textyles.390

Haut de page

Auteurs

Étienne Deschamps

Groupe d’études histoire de l’Europe contemporaine – UCL

Geneviève Duchenne

Groupe d’études histoire de l’Europe contemporaine – UCL

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org