Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale

Bruxelles, Éditions Labor, coll. Espace Nord, 2005
Hans-Joachim Lope
p. 248-250
Référence(s) :

Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale. Bruxelles, Éditions Labor, coll. Espace Nord, 2005.

Texte intégral

1Le but d’une histoire sociale de la « littérature francophone en Belgique » n’est certainement pas de réinventer les mythes de cette littérature ou d’en continuer la narration. Et il ne s’agit pas non plus de redéfinir le rôle de l’écrivain en tant que vates qui dévoile les secrets de la vie et « que la société a le devoir d’écouter » (p. 13). Il s’agit, au contraire, de rendre compte du phénomène littéraire dans une société concrète et de l’analyser en tant que manifestation d’une pratique sociale qui reste étroitement liée à la psychologie et à la mémoire collectives, ainsi qu’au discours identitaire du moment historique en question.

2L’étude dont nous parlons se divise en deux parties de longueur inégale : la première (« La littérature comme pratique sociale : objet et modèles ») comprend les chapitres i (« Qu’est-ce qu’une littérature ? ») et ii (« L’espace littéraire francophone »), tandis que la seconde (« Histoire de la littérature francophone en Belgique ») se compose des chapitres iii (« Une « littérature belge » avant 1830 ? »), iv (« La phase centrifuge 1830-1929), v (« La phase centripète 1920-1970 ») et vi (« Phase dialectique »). Le fil conducteur de l’argumentation va donc de la description systématique de la « sociologie des ensembles littéraires » et de « l’espace littéraire francophone » aux réalisations concrètes de l’« histoire de la vie littéraire en Belgique ». Cette dernière sera présentée, par la suite, selon la chronologie des manuels courants qui choisissent en général l’année 1830 comme point de départ. S’y ajoute une série d’aperçus panoramiques consacrés à des thèmes spéciaux et distingués sur deux colonnes par rapport au reste du texte : « L’historiographie littéraire », « La littérature dialectale », « Cinéma et littérature », etc. Même s’il regrette que le nom du « Bourguignon » Philippe de Commynes n’apparaisse dans aucun de ces chapitres, le lecteur n’hésitera pas à admettre le bien-fondé de ces options méthodologiques. Elles promettent une lecture à la fois stimulante et riche en perspectives.

3La question des ensembles littéraires reste liée à la discussion – inévitable en Belgique francophone – du problème centre et périphérie ou bien, plus concrètement, au rapport avec une France dont la proximité géographique et spirituelle constitue à la fois un problème et un défi, produisant sans cesse des forces d’assimilation et, en même temps, de différenciation. Dans le fond, il s’agit du problème général et nullement limité au domaine francophone des « littératures mineures, [...], dominées [...], périphériques [...] ou marginales » face à la domination, concentrée dans les métropoles, des capitaux, des médias et des éditeurs tout-puissants (pp. 33-34). On rappellera cependant que la proximité de la France – dont on voudrait se différencier tout en comptant sur elle comme corps de résonance – n’a que très rarement conduit les auteurs belges dans l’impasse de la soumission inconditionnelle. Même les auteurs de la génération des Rodenbach, Verhaeren et Van Lerberghe, s’ils ont joué avec plaisir la carte de l’exotisme belgo-flamand à Paris, n’ont jamais été les dupes du tout-Paris littéraire et de ses cartels de citation. Et en ce qui concerne notre actualité, il n’y a plus de doute qu’on « peut [...] à la fois refuser le lutétiotropisme [...] et se faire reconnaître à Paris » (p. 224). En effet, « la force de gravité agit entre tous les corps de l’univers [...] ; de même, aucun système littéraire n’est complètement indépendant des systèmes voisins, par lesquels il peut être attiré, et desquels il doit se différencier » (p. 35). La gravitation libère des forces centripètes et centrifuges qui conditionnent, à la fois, la dépendance et l’éloignement. Et elle crée des « poches d’originalité » facilitant la floraison extraordinaire, dans la partie francophone du royaume, de la bande dessinée, du surréalisme et du « fantastique comme singularité belge » (pp. 37 et 184-187). Peut-être, cette originalité correspond-elle aux réalités d’une société qui a pris coutume de s’organiser dans la controverse continuelle sur le nationalisme, le féderalisme, la consociational democracy, la nation politique, la Kulturnation, la nation d’État, l’État-nation, l’État national ou l’État formé par plusieurs nations. Somme toute, c’est sur cet arrière-fond que se dessine aujourd’hui quelque chose comme un système autonome de la littérature belge, parfaitement capable de définir ses propres « règles et valeurs » et de canoniser les conformismes en sanctionnant les dissidences (p. 31).

4Comme toutes les littératures, la littérature en Belgique francophone possède son propre imaginaire, un répertoire de thèmes, de stéréotypes et de symboles dont quelques-uns sont d’une vitalité étonnante. Cette copia rerum fait l’objet d’un aperçu dense et riche : les Belges avant la Belgique, le mythe unitaire, l’Ulenspiegel, l’âme belge, le symbolisme, la belle époque, la Première Guerre mondiale, l’entre-deux-guerres, la Seconde Guerre mondiale, les Européens d’après 1945, les baby-boomers des décennies suivantes, les soixante-huitards, la génération internet de nos jours, etc. (p. 218). Ces mots-clef marquent – avec d’autres – les étapes de la présentation d’une littérature belge qui se déploie aujourd’hui entre le macrocosme du monde global et le microcosme de l’État fédéral. Cependant, l’allure – forcément un peu rapide – de cette présentation donne lieu aussi, de temps en temps, à des formules raccourcies ou risquées. Tel est le cas, par exemple, pour la discussion de la prétendue nordicité – jadis tant controversée – des Belges. On se souvient que ce concept remonte aux théories de Madame de Staël lorsqu’elle définit, dans un moment historique idéologiquement favorable, les différences qui séparent, à son avis, les littératures du Nord de celles du Midi de l’Europe. Mais on hésitera à croire que les splendeurs et les misères de ce mythe se sont figées, au plus tard avec le Plat Pays de Jacques Brel, en « stéréotype exotique destiné au public étranger » (p. 153) ? C’est dire que la chanson de Brel – connue dans le monde entier – offre une image intentionnellement falsifiée afin de satisfaire un besoin d’exotisme et dans le but de rendre de bêtes étrangers encore plus bêtes. Autant dire que les Espagnols ne dansent leurs sévillanas que pour des touristes incapables de comprendre et que les Allemands, s’ils présentent de temps en temps leur pays comme une immense Bavière, ne pensent qu’à tromper les étrangers sur le vrai visage de la République Fédérale. C’est sans doute méconnaître le fait qu’il existe, dans toute collectivité, un rapport dialectique extrêmement compliqué entre auto-image et hétéro-image – une polarité productrice de contradictions qui ne permet pas, pour en revenir à la Belgique, de voir l’énorme succès du Plat Pays uniquement sous l’angle du « précipité tardif de tout l’imaginaire nordique élaboré par le xixe siècle » (p. 153). Tout comme l’Andalousie du flamenco ou la Bavière de l’Oktoberfest, l’image du Plat pays constitue un phénomène de longue durée qui a en plus l’avantage de bien se vendre et de satisfaire des nostalgies – non seulement chez les étrangers mais aussi chez les natifs. On peut se demander si une histoire exclusivement sociale de la littérature ne touche pas, ici, à ses limites. Dans une perspective anthropologique ou ethnologique, on insisterait plutôt sur le fait que la présence de ce type d’images dans la mémoire collective est beaucoup plus durable qu’on ne le pense et en tout cas indépendante de l’agenda de la politique du jour. Par ailleurs, les auteurs constatent avec justesse que la Belgique actuelle vit, elle-même, un retour de la question identitaire, un mouvement manifeste « où l’on se réapproprie son histoire et sa géographie » (p. 226). Pierre Mertens, François Weyergans, Pascal Samain par exemple représentent cette variante belge d’une tendance générale et constatable, avec les particularités nationales ou régionales qu’on sait, dans presque toutes les littératures voisines.

5À la fin de leur étude, les auteurs ouvrent une perspective intéressante et constatent, en même temps qu’un retrait temporaire de la poésie, un « brouillage des genres » dû au triomphe des médias électroniques. Il est certain que ces faits demandent une nouvelle méthodologie à la critique littéraire universitaire et qu’ils marquent, en tout cas, la fin définitive du fétichisme de la parole imprimée. On y ajoutera la professionnalisation progressive de la prose, surtout dans le domaine de la littérature moyenne où chaque nouveau livre d’Amélie Nothomb constitue désormais un événement. De même, le « ludisme dadaïsant » du minimalisme post-moderne (et post-post-moderne) réservera encore pas mal de surprises au lecteur et à la critique (p. 259). Et on n’oubliera pas non plus la présence de plus en plus visible, sur le marché du livre, d’auteurs allophones qui ont souvent, en Belgique comme ailleurs, un arrière-fond d’immigrant ou de réfugié post-colonial. Très souvent, ces auteurs doivent leur succès à des thèmes nouveaux et à des stratégies narratives inattendues, voire révolutionnaires. Ce sera un argument de plus pour éviter toute conclusion prématurée dans le cadre d’une histoire sociale de la littérature. L’avenir de la francophonie belge s’annonce donc ouvert à des influences de toutes sortes et plein de possibilités.

6On souhaiterait beaucoup de lecteurs à ce livre stimulant et ceci non seulement parmi les spécialistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hans-Joachim Lope, « Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale », Textyles, 32-33 | 2007, 248-250.

Référence électronique

Hans-Joachim Lope, « Denis (Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’histoire sociale », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/383

Haut de page

Auteur

Hans-Joachim Lope

Philipps-Universität Marburg

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org