Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

De Haes (Frans), Les Pas de la voyageuse. Dominique Rolin

Bruxelles, AML éditions/Éditions Labor, 2006
Paul Aron
p. 247-248
Référence(s) :

De Haes (Frans), Les Pas de la voyageuse. Dominique Rolin. Bruxelles, AML éditions/Éditions Labor, 2006, 268 p.

Texte intégral

1S’il risque de passer un peu inaperçu dans la tourmente éditoriale de son distributeur, les éditions Labor, l’essai de Frans De Haes sur Dominique Rolin ne peut être ignoré par ceux qui s’intéressent à la littérature belge en général et à cet auteur majeur en particulier. Il s’agit en effet d’un ouvrage exceptionnel, qui s’impose par l’ampleur de son information autant que par la rigueur de son écriture. Frans De Haes a, littéralement, placé ses pas dans ceux de Rolin. Il parcourt toute son œuvre de fiction, depuis les premiers textes parus dans les périodiques belges entre les deux guerres jusqu’aux derniers romans publiés. Son essai est magistralement orchestré. S’il respecte une certaine chronologie, il s’en libère souplement lorsqu’il juge bon d’approfondir tel ou tel parcours de sens ou image significative. Un thème renvoie ainsi à un autre, rebondit de texte en texte, puis fait place à un détail biographique ou à un objet, dont la portée est mesurée à sa juste valeur, et à son tour inscrite dans le projet général de la romancière. La méthode réussit cet exploit d’éclairer constamment l’œuvre de Rolin en lui demeurant fidèle, voire quelquefois mimétique. Le regard du critique est sympathique au sens premier du mot : il trouve les mots justes qui accompagnent les émotions de l’écrivain, sans jamais se substituer à l’expression rigoureuse qu’elle en a donnée. Les caractéristiques de l’œuvre rendent la démarche critique d’autant plus remarquable. Rolin creuse en effet indéfiniment une matrice fictionnelle somme toute très mince, que De Haes décrit en deux pages (163 et 164), puisque, comme elle le dit elle-même, elle est le résultat du « travail d’une écriture en chambre, organiquement rythmée par le corps et la pensée ». Mais parce que les mots en sont la matière ductile, les souvenirs et le roman familial de l’écrivain s’organisent en récits différenciés, qui captent les modes littéraires tout en obéissant aux impératifs exigeants de la romancière. Très curieusement, celle-ci a parcouru à rebours le trajet de la majorité des écrivains : elle est allée de la fiction vers l’autofiction et vers l’autobiographie. Mais, et c’est une des thèses majeures de l’essai que d’insister sur ce point, autant les premières fictions contenaient déjà tout l’imaginaire autobiographique de l’auteur, autant ses oeuvres rigoureusement autobiographiques échappent aux catégories pour renouveler, dans leur forme même, le genre romanesque. De Haes suggère que la conscience aiguë de l’actualité littéraire dont l’œuvre de Rolin témoigne dès la fin des années cinquante n’est pas étrangère à son long compagnonnage avec Philippe Sollers. En quelques pages, il caractérise le trajet de ce dernier, et éclaire ainsi, bien au-delà de l’anecdote, les enjeux littéraires de leur relation.

2Un essai comme celui-ci tient par son propos entier. On ne saurait donc, sans le dénaturer, indiquer sommairement ses apports ponctuels, même s’il faudrait insister sur les pages magistrales consacrées aux œuvres d’art (Bruegel, Canaletto ou Vermeer) ou à celles qui touchent à la dynastie féminine des Cladel. On insistera toutefois sur les données biographiques précises qu’il livre au lecteur concernant la famille Rolin-Cladel, en ce compris les mythologies familiales plus ou moins occultées (l’ascendance juive) ou les étonnantes naïvetés de la collaboratrice de la revue Cassandre sous l’occupation. Mais les anecdotes familiales ou les faits biographiques que révèle De Haes sont ceux qu’il juge pertinents pour comprendre l’œuvre de Rolin : ce sont ceux qui alimentent sa mémoire de romancière. Il laisse donc de côté ce qui pourrait intéresser des chercheurs moins enclins à adhérer pleinement à l’imaginaire singulier dont il traite. Ainsi, pas un mot sur les tirages de ses œuvres, sur les contrats qu’elle a signés avec ses éditeurs, sur les conditions financières et économiques de sa carrière. On ne saura pas comment l’épouse de Bernard Milleret, qui semble vivre dans la dèche au début des années cinquante, organise ensuite sa vie entre Paris et Venise ; rien non plus sur le contexte dans lequel a lieu son baptême catholique tardif (1986). De Haes s’interdit également de sortir du cercle dans lequel Rolin définit sa création (le cercle des origines familiales et le cercle de ses amours) : on est pourtant frappé du parallèle entre sa découverte progressive d’une écriture du corps, d’une anatomie de la conscience, avec le langage que découvrent des auteurs belges exilés à Paris comme elle, tels Hubert Juin ou Marcel Moreau. Il y a là, je crois, matière à prolongements de l’essai de De Haes. Reste, et il faut y insister, que celui-ci a écrit un grand livre dans une langue à la fois simple et somptueuse, un livre éclairé de quelques références essentielles (comme les Confessions de saint Augustin) et d’une connaissance discrète et profonde de la littérature contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « De Haes (Frans), Les Pas de la voyageuse. Dominique Rolin », Textyles, 32-33 | 2007, 247-248.

Référence électronique

Paul Aron, « De Haes (Frans), Les Pas de la voyageuse. Dominique Rolin », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://textyles.revues.org/381

Haut de page

Auteur

Paul Aron

FNRS-ULB

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org