Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Verstraete-Hansen (Lisbeth), Littérature et engagements en Belgique Francophone. Tendances littéraires progressistes, 1945-1972

Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2006
Denis Saint-Amand
p. 244-245
Référence(s) :

Verstraete-Hansen (Lisbeth), Littérature et engagements en Belgique Francophone. Tendances littéraires progressistes, 1945-1972. Bruxelles, PIE-Peter Lang, 2006, 310 p.

Texte intégral

1Ce travail trouve son origine dans un constat régulièrement relayé par les études menées sur la littérature francophone de Belgique, en particulier sur la période postérieure à la Seconde Guerre mondiale : les écrivains belges ne sont pas engagés. Seuls quelques auteurs (Charles Paron et David Scheinert en tête) apparaissent sporadiquement comme des exceptions à la règle, mais leur production dépasse rarement le stade de la mention. Lisbeth Verstraete-Hansen entend réinterroger cette vérité établie et la nuancer.

2Dans la première partie de l’étude, intitulée Historiographie, l’auteur se penche sur les différents appareils métadiscursifs qui, de l’après-guerre à nos jours, ont permis une classification des Lettres belges, en accordant une attention aux explications mobilisées par la critique pour justifier l’absence de littérature belge « engagée ». Se fondant principalement sur les travaux de Marc Quaghebeur (très présents tout au long du chapitre), Lisbeth Verstraete-Hansen en arrive à la conclusion que les auteurs belges engagés (la tendance « progressiste ») constituent une troisième voie dans le discours historiographique, moins balisée et située entre les pôles du lundisme et de la déshistoire. L’auteur montre que si l’esthétique et l’idéologie lundistes sont certes dominantes dans la période, elles n’en sont pas moins contestées. L’examen d’un ensemble de revues « traditionalistes » (Le Thyrse en tête) permet d’expliquer que le progressisme n’est pas la seule voix contestataire de l’hégémonie lundiste. Lisbeth Verstraete-Hansen distingue les tendances traditionaliste et progressiste : elles sont toutes deux dominées et en quête de légitimité, mais elles s’opposent sur le plan de la conception de la « fonction sociale de la littérature » – les progressistes plaçant évidemment celle-ci au cœur de leur projet artistique –, et la valeur qu’elles accordent à la littérature nationale n’est pas motivée par les mêmes raisons – les progressistes voient dans cet héritage des modèles de mobilisation sociale.

3La deuxième partie, Conceptions littéraires, volet central de l’ouvrage, s’ouvre sur une approche de différents lieux de sociabilité de l’engagement littéraire belge. L’auteur se penche successivement sur l’édition belge des Lettres françaises (1949-1950), dans laquelle Paron encourage ses pairs à se faire guides du peuple ; le premier (et seul ?) numéro de la revue Certitudes (1953), fondé sur la mythologie d’Uylenspiegel (« J’ai mis vivre sur mon drapeau ») et à laquelle contribue Scheinert ; la revue Les Aubes (1953-1957), gérée par le quatuor Paron, Scheinert, Jospa et Versou et avant tout désireuse de valoriser les écrivains locaux ; l’association socialiste des écrivains et des artistes (1955-1962) et, enfin, le Groupe du Roman (1964-1972). L’examen minutieux de ces vecteurs d’institutionnalisation permet d’établir un bilan diachronique du petit monde progressiste. On perçoit comment celui-ci, en plus d’éprouver des difficultés à s’imposer au sein du champ littéraire, doit composer avec les luttes intestines qui le gangrènent. Dans les figures de Charles Paron et de David Scheinert s’incarnent les aléas de l’engagement littéraire de gauche : les prises de position sans cesse débattues ; la gestion du rapport des modèles français du réalisme socialiste et de la « littérature engagée », auxquels il est difficile d’emboîter le pas ; le prosélytisme pour une écriture au rôle social ; la question délicate de la nation. Lisbeth Verstraete-Hansen explore l’évolution de la gestion de ces problématiques au fur et à mesure du renouvellement des revues et des groupes. Cet examen du discours des lieux de sociabilité engagés est particulièrement appréciable et offre un regard idéal sur le déplacement des enjeux et des priorités de l’engagement.

4Enfin, la troisième et dernière partie, Écrire, est consacrée à une approche des trajectoires bio et bibliographique des deux auteurs qui ont servi de fil rouge à l’ouvrage, et à la lecture sociopoétique d’une de leurs œuvres respectives. En analysant Les Chiens de la Senne de Charles Paron et Le Mal du Docteur Laureys de David Scheinert, Lisbeth Verstraete-Hansen choisit d’étudier des romans dont l’action se déroule sur le sol belge. Dans ces deux textes, des problématiques sociales sont au cœur de l’intrigue : d’un côté, on découvre les divergences surgissant au sein d’un groupe de sept manifestants socialistes acculé par la gendarmerie bruxelloise, puis la réconciliation au moment d’affronter l’ennemi ; de l’autre, dans une Belgique préoccupée par la Question Royale, une jeune Russe en pleine déréliction, épouse d’un médecin sadique et collabo, sera sauvée par la rencontre d’un troisième personnage, incarnation des idéaux de gauche. L’auteur expose remarquablement comment ces romans, qui constituent des prises de position sur le plan idéologique, s’engagent en outre contre une norme académique puriste et désintéressée de la réalité sociale.

5En s’appuyant à la fois sur une méthodologie sociologique traditionnelle, qui lui permet d’objectiver les données amassées, et en accordant une importance toute particulière au texte en tant que cristallisation des valeurs défendues par les auteurs progressistes, Lisbeth Verstraete-Hansen livre l’étude quasi-intégrale d’une réalité qui a pu échapper à la critique et écrit de cette façon une nouvelle page de l’histoire de la littérature francophone de Belgique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Saint-Amand, « Verstraete-Hansen (Lisbeth), Littérature et engagements en Belgique Francophone. Tendances littéraires progressistes, 1945-1972 », Textyles, 32-33 | 2007, 244-245.

Référence électronique

Denis Saint-Amand, « Verstraete-Hansen (Lisbeth), Littérature et engagements en Belgique Francophone. Tendances littéraires progressistes, 1945-1972 », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/377

Haut de page

Auteur

Denis Saint-Amand

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org