Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Quaghebeur (Marc) (dir.), Présence/Absence de Maurice Maeterlinck | Dessons (Gérard), Maeterlinck, le théâtre du poème | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. L’arpenteur de l’invisible | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck et le drame statique… | Gorceix (Paul), Dramaturgie de la mort chez Maurice Maeterlinck… | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. Du mysticisme à la pensée ésotérique

Denis Laoureux
p. 242-244
Référence(s) :

Quaghebeur (Marc) (dir.), Présence/Absence de Maurice Maeterlinck, colloque de Cerisy-la-Salle, du 2 au 9 septembre 2000. Bruxelles, Labor, coll. Archives du futur, 2002, 495 p.

Dessons (Gérard), Maeterlinck, le théâtre du poème. Paris, Laurence Teper, 2005, 181 p.

Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. L’arpenteur de l’invisible. Bruxelles, Le Cri/Académie royale de Langue et de Littératures françaises, 2005, 648 p.

Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck et le drame statique suivi de L’Intruse, Intérieur, Le Trésor des humbles, « Préface » au Théâtre, édition, introduction et notes par Paul Gorceix. Paris, Eurédit, 2005.

Gorceix (Paul), Dramaturgie de la mort chez Maurice Maeterlinck suivi de Les Aveugles, La Mort de Tintagiles. Paris, Eurédit, 2006, 221 p.

Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. Du mysticisme à la pensée ésotérique suivi de Onirologie, Le Miracle des mères, Joyzelle, La Princesse Isabelle, Les Fiançailles, 2 t. Paris, Eurédit, 2006, 199 p. et 431 p.

Texte intégral

1L’imposante bibliographie publiée par Arnaud Rykner chez Memini en 1998 a tracé les contours de la fortune critique – près de 5 000 entrées – dont l’œuvre de Maeterlinck a fait l’objet. Dix ans après ce travail de recensement, force est de constater que le flot des études maeterlinckiennes n’est pas près de se tarir.

2La sortie de presse des Carnets de travail magistralement édités par Fabrice van de Kerckhove a coïncidé avec la parution des actes du colloque « Présence/Absence de Maurice Maeterlinck » organisé à Cerisy-la-Salle en 2000. Ces actes constituent une contribution significative par les perspectives nouvelles qu’ils ouvrent dans la compréhension de l’œuvre de Maeterlinck, et cela pour trois raisons.

3D’une part, les contributeurs ont cherché à reprendre l’examen des premiers textes de Maeterlinck à l’aune d’un appareil conceptuel renouvelé. On pourrait dire que l’innovation méthodologique a consisté à substituer une approche structurelle à une lecture thématique. Ce changement de méthode a permis de faire apparaître des éléments essentiels dans l’écriture de Maeterlinck, qu’il s’agisse du silence comme structure dynamique dans la production du sens (Delphine Cantoni), de l’impact de la pensée théâtrale de Mallarmé sur la dramaturgie maeterlinckienne (Maria de Jesus Cabral) ou de la poétique rimbaldienne dans Serres chaudes (Christian Angelet), ou encore du caractère matriciel que l’image joue dans les premiers textes de Maeterlinck (Ana Gonzalez Salvador, Arnaud Rykner).

4Il faut ajouter ensuite que ces éléments propres à la modernité du premier Maeterlinck ont été replacés dans leur contexte international. En effet, les actes comprennent également une section entièrement consacrée à la réception de l’écrivain belge en Hollande (Elisabeth Leijnse), en Autriche (Dirk Strohmann), en Russie (Anne Ducrey), en Espagne (Lídia Anoll) et au Brésil (Maria Luiza Berwanger da Silva). Si la réception maeterlinckienne en Russie et dans les pays de langue germanique était partiellement connue des spécialistes, il reste que les contributions relatives à l’Espagne et au Brésil constituent des apports nouveaux dans l’étude de l’internationalisation de Maeterlinck. Il convient de souligner ici la pertinence des analyses développées par Pierre Piret dans son examen de « la postérité de la révolution dramaturgique maeterlinckienne ». Cette contribution, qu’il faut lire en diptyque avec l’excellente étude de la « genèse » de la révolution dramaturgique également publiée par Piret, a très justement mis en lumière le rôle essentiel joué dans le théâtre maeterlinckien par des catégories non linguistiques ouvrant dans le langage une porte sur ce qui échappe à la communication verbale.

5Enfin, le colloque de Cerisy a également le mérite d’avoir élargi le champ de la recherche à l’étude du « second » théâtre de Maeterlinck (Nancy Delay), à quoi s’ajoutent des contributions (Marc Quaghebeur, Anne Neuschäfer et Richard Bales) sur la production essayiste dont le commentaire critique s’était jusqu’alors principalement limité au Trésor des humbles.

6Cet élargissement du champ de recherche à l’œuvre tardive de Maeterlinck constitue aussi l’apport principal de la somme publiée par Paul Gorceix. Ce dernier, on le sait, a consacré l’essentiel de ses travaux critiques à la fin de siècle en Belgique, et plus particulièrement à l’œuvre de Maeterlinck dont il est le commentateur attitré en France. Intitulée Maurice Maeterlinck. L’arpenteur de l’invisible, sa monographie est conçue sur le mode « l’homme et l’œuvre ». Elle se présente surtout comme une analyse interne des textes. Le propos est émaillé d’un grand nombre de citations commentées qui donnent à l’ouvrage une dimension quelque peu paraphrastique. L’auteur revient sur des thèmes dont il a fait sa spécialité : le primitivisme, l’apport des traditions mystiques et picturales flamandes, l’impact de l’idéalisme allemand, la réflexion sur le symbole, le principe d’analogie dans Serres chaudes, le dialogue du « second degré », la dramaturgie de la mort, la dimension mystique dans la pensée maeterlinckienne, etc. L’examen du premier Maeterlinck a été largement complété par l’analyse de textes aussi tardifs que peu commentés. L’auteur s’est ainsi longuement attelé au théâtre patriotique, aux farces, au cycle de pièces publiées dans les années 1920, ou encore au théâtre édité à titre posthume… Il faut également reconnaître à Gorceix le mérite de s’être consacré à l’ensemble du volumineux corpus des essais qui, du Trésor des humbles (1896) à L’Autre Monde ou le Cadran stellaire (1942), jalonnent la production de Maeterlinck. Sur ce point, le lecteur sait gré à Gorceix d’avoir évité l’écueil d’une présentation suivant l’apparition chronologique des essais. Ceux-ci résultent en effet moins de la progression logique d’une pensée de système qu’ils ne constituent un ensemble sans structure apparente, si ce n’est la diversité, parfois déconcertante, des préoccupations qui animent Maeterlinck. L’auteur s’est acquitté d’une tâche pour le moins difficile : dégager une cohérence intellectuelle dans le foisonnement des réflexions consignées par l’essayiste. Comment ? En inscrivant la multiplicité des questions soulevées par l’essayiste dans la perspective unique de « progresser dans la découverte de l’inconnu » (p. 489).

7En revanche, il faut bien reconnaître qu’en dépit de sa longueur, cette monographie de plus de 600 pages ne satisfait pas complètement le lecteur. Sur un plan méthodologique, on retrouve les thèses héritées d’une pensée déterministe qui, après avoir fait de Maeterlinck l’héritier francophone des traditions mystiques et picturales flamandes, érigent l’homme de lettres en figure de jonction entre la culture latine et le monde germanique. Il faut dire que l’attitude de Maeterlinck lui-même a nourri ce point de vue. Fallait-il y souscrire ? D’autres commentateurs ont fort pertinemment nuancé le propos en dégageant la dimension stratégique en jeu dans la mise en scène d’un écrivain par lui-même. On pourrait ajouter qu’il eut sans doute été fécond d’entreprendre cette vaste synthèse en s’appuyant sur un outillage conceptuel en phase avec l’actualité des problématiques : la dimension stratégique en jeu dans le discours identitaire, la notion d’écran, le lien avec la photographie, l’usage scénique de la lumière, le silence non comme thème mais comme structure, la matérialité des supports… Sur le plan de la recherche documentaire, cette copieuse monographie n’apporte, en soi, rien qui ne fût déjà connu. On reste dubitatif sur le fait que l’auteur ait botté en touche le travail de recherche archivistique en postulant d’autorité l’inintérêt du biographique chez Maeterlinck. Cette économie dans la recherche est d’autant plus regrettable que les archives sont, pour l’essentiel, conservées dans des institutions publiques. Une recherche documentaire aboutie aurait permis, par exemple, de mieux cerner l’évolution de la relation de Maeterlinck avec les pays germanophones. À cet égard, le chapitre intitulé « Le théâtre de guerre » n’ouvre pas vraiment de nouvelles perspectives critiques sur l’attitude des écrivains belges face à l’Allemagne de la Première Guerre mondiale. Rappelons que contrairement à d’autres hommes de lettres, Maeterlinck n’a pas vécu la guerre dans la réalité des tranchées. Son engagement fut avant tout littéraire. Il eut dès lors été intéressant de s’interroger sur la façon dont la participation et la non-participation se traduisent dans les représentations que les écrivains se font du conflit. On s’étonne, enfin, que Gorceix ait aussi peu exploité les Carnets de travail dont l’édition a pourtant révélé une foule d’éléments inédits appelés à renouveler l’étude de la dramaturgie maeterlinckienne. Il semble bien que l’évacuation des sources soit également de mise dans l’essai consacré par Gérard Dessons à ce qu’il appelle, dans une formule du reste fort à propos, le « théâtre du poème ». Cet ouvrage se présente au demeurant comme une synthèse éclairante sur les points forts de la dramaturgie du premier Maeterlinck : le silence comme langage, l’invisible comme représentation, le fameux « troisième personnage », l’acteur-marionnette sont les éléments abordés par l’auteur.

8Il est à noter qu’à l’heure où la maison Eurédit réédite Maurice Maeterlinck. Le Symbolisme de la différence publié également par Paul Gorceix, ce dernier fait paraître, chez le même éditeur, une série de trois essais consacrés, l’un au rejet du drame d’action, l’autre au mysticisme, et le dernier à la dramaturgie de la mort. Ces essais sont enrichis de textes se rapportant à leur problématique respective. Pour des raisons évidentes, ils reprennent globalement les analyses consignées dans L’Arpenteur de l’invisible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Laoureux, « Quaghebeur (Marc) (dir.), Présence/Absence de Maurice Maeterlinck | Dessons (Gérard), Maeterlinck, le théâtre du poème | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. L’arpenteur de l’invisible | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck et le drame statique… | Gorceix (Paul), Dramaturgie de la mort chez Maurice Maeterlinck… | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. Du mysticisme à la pensée ésotérique », Textyles, 32-33 | 2007, 242-244.

Référence électronique

Denis Laoureux, « Quaghebeur (Marc) (dir.), Présence/Absence de Maurice Maeterlinck | Dessons (Gérard), Maeterlinck, le théâtre du poème | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. L’arpenteur de l’invisible | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck et le drame statique… | Gorceix (Paul), Dramaturgie de la mort chez Maurice Maeterlinck… | Gorceix (Paul), Maurice Maeterlinck. Du mysticisme à la pensée ésotérique », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/373

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org