Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Traces. Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n˚17, Les derniers romans

2006
Marc Lits
p. 241-242
Référence(s) :

Traces. Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n˚17, Les derniers romans, 2006, 184 p.

Texte intégral

1De plus en plus régulièrement, la revue Traces consacre sa livraison annuelle à des actes de colloques internationaux portant sur un aspect spécifique de l’œuvre du romancier liégeois. En avril 2006, Bernard Alavoine réunissait les simenoniens à Amiens autour des dix dernières années de la création romanesque de Simenon, entre 1962 et 1972, période qui comprend dix-neuf « romans durs », de La Porte aux Innocents, et dix-sept « Maigret », de Maigret et les braves gens à Maigret et Monsieur Charles. L’idée est intéressante à double titre, d’une part, parce que ce pan de l’œuvre a peu été pris en compte par la critique qui a souvent estimé que plus rien d’essentiel n’avait été publié par Simenon à la fin de sa carrière ; de l’autre, parce qu’on risquait d’y déceler un jugement assez sévère de l’auteur sur une époque avec laquelle il ne se sentait plus en phase. Les démarches retenues sont bien sûr très variables, les unes s’attachant à une lecture psychologisante d’un seul roman, comme Le Chat, d’autres recherchant une thématique commune aux romans de la fin. Mais il est clair que la nostalgie, le regret du passé, d’un temps à jamais révolu sont des tonalités qui dominent, sans surprise, à un moment où l’écrivain se retranche de plus en plus du monde environnant. Cela transparaît, pour Philippe Blondeau, dans la saisie d’une ville parisienne en mutation, où les personnages (et donc l’auteur, puisque la plupart de ses analyses sont sous-tendues par un postulat implicite sur la part autobiographique des romans analysés) ne retrouvent plus les quartiers de leur jeunesse. L’atmosphère des rues de Paris n’est plus la même, et les nouveaux grands ensembles favorisent l’anonymat, faisant de la ville un univers étouffant, carcéral. Seule la vie nocturne permet encore à des personnages plus ambigus d’exister. Cette nostalgie du vieux Paris habite évidemment les derniers « Maigret » analysés par Patrick Berthier. Le commissaire Maigret aussi vieillit, même si le romancier l’a souvent nié, lui gardant un âge indéterminé, et le situant très peu par rapport à des faits historiques, pour éviter de le dater. Si certains autobus à plate-forme circulent encore dans les enquêtes parisiennes, la disparition des Halles, de leur faune misérable, mais aussi des troquets où se réfugier, où se saouler pour oublier, tout cela enlève l’envie de Maigret (et de Simenon) d’encore poursuivre son chemin, dans un lieu sans âme, où l’on ne peut plus que regretter le temps de sa jeunesse.

2L’usure du temps se marque aussi dans le couple, qui n’arrive pas à vieillir. Alain Schaffner montre comment les métaphores animales du Chat illustrent le drame de la vieillesse, dans un décor lui aussi marqué par la décrépitude. Et si Michel Lemoine épluche minutieusement les trois romans où sont mis en scène des jeunes (sur les vingt-sept du corpus défini, cette rareté est déjà significative), on ne peut dire qu’ils sont habités par l’esprit de mai 1968 et le goût de la révolution. Ce sont davantage leurs tourments intérieurs qui intéressent Simenon, comme dans La Disparition d’Odile qui fait sans doute écho au drame de sa fille Marie-Jo. Pourtant, Paul Mercier tente d’établir le lien entre les modèles dominants d’une époque en transformation accélérée et les choix romanesques de Simenon, puisqu’il se réfère à La Société du spectacle de Guy Debord pour analyser le roman La Prison, publié en 1968. Mais s’il y décèle une certaine forme de contestation sociale et de libération des mœurs, il s’agit moins d’une réflexion globale sur les évolutions de la société que d’une mise en scène des tourments intérieurs de l’auteur, tenté à cette époque par le suicide et inquiété par les problèmes d’alcoolisme de son fils. À nouveau donc, c’est la lecture biographique qui prime sur la lecture sociale, du moins dans l’option des exégètes. C’est le même choix qu’effectue Bernard Alavoine, pour analyser Le Confessionnal et Les Innocents, « reflétant probablement les états d’âme du romancier » (p. 27). La Cage de verre, analysé par Pierre Somville en parallèle avec L’Étranger de Camus, est peut-être emblématique de ces dix années de création, sinon de l’ensemble de la carrière de Simenon. Le monde extérieur existe, bien sûr, mais il est de peu de poids face aux tourments intérieurs, personnels, privés, qui font la trame centrale de ces histoires. Et plus le temps passe, plus il est difficile de sortir de sa cage, d’aller vers le monde. Ce n’est pas contradictoire avec le thème des migrations que Paul Dirkx analyse finalement dans ces romans de la fin. Si le romancier change sans cesse de lieu d’habitation, si ses héros cherchent à quitter leur milieu, parce qu’ils ne peuvent y trouver la moindre satisfaction, cette émigration signifie d’abord l’échec de l’existence antérieure, mais elle se révèle elle aussi être un échec. Puisque le problème n’est pas à l’extérieur, mais au plus profond de chacun des non-héros de la quête simenonienne.

3Comme dans les numéros précédents, la revue propose quelques autres articles. Elle s’ouvre sur un hommage à deux arpenteurs inlassables de l’œuvre, Pierre Deligny et Claude Menguy. Pierre Somville traque le goût des couleurs vives dans quelques romans, où le rouge, le jaune, le bleu, le vert ne sont pas purement décoratifs, mais sont signifiants, de manière métonymique ou métaphorique, de personnages et de lieux. Enfin, Véronique Vary démontre que Maigret et les vieillards ne répond pas aux canons de l’enquête policière classique, en ne respectant pas l’ordre habituel du récit du crime (qui est d’ailleurs un suicide) et de l’enquête. Ce qui intéresse l’enquêteur, c’est moins de trouver le coupable que de s’immerger dans un milieu social, pour une fois de type aristocratique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « Traces. Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n˚17, Les derniers romans », Textyles, 32-33 | 2007, 241-242.

Référence électronique

Marc Lits, « Traces. Travaux du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège, n˚17, Les derniers romans », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/372

Haut de page

Auteur

Marc Lits

UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org