Navigation – Plan du site
Chroniques
Comptes rendus

Lambersy (Werner), Sempoux (André), Hubin (Christian), Quaghebeur (Marc), La Poésie brève, sous la direction de Ginette Michaux

Carnières-Morlanwelz, Éd. Lansman, coll. Chaire de poétique, 2001
Gérald Purnelle
p. 240-241
Référence(s) :

Lambersy (Werner), Sempoux (André), Hubin (Christian), Quaghebeur (Marc), La Poésie brève, sous la direction de Ginette Michaux. Carnières-Morlanwelz, Éd. Lansman, coll. Chaire de poétique (Université Catholique de Louvain, Faculté de Philosophie et Lettres), 2001, 167 p.

Texte intégral

1En mars 2000, dans sa huitième édition, la Chaire de poétique de l’Université Catholique de Louvain a substantiellement changé sa formule, puisque ce furent plusieurs écrivains, et non plus un seul, qui furent invités à parler de leur création littéraire. En l’occurrence, un thème de prime abord formel rapprochait quatre poètes par ailleurs différents les uns des autres. Le volume paru en 2001 rassemble les quatre interventions, chacune étant précédée d’une présentation par un universitaire. Dans une courte introduction, Ginette Michaux, qui dirige cette Chaire, lance plusieurs pistes en situant la poésie brève dans la question du fragmentaire et de la totalité, puis en suggérant aux poètes de réfléchir aux « rapports de la poésie brève occidentale avec les poésies d’Extrême-Orient ».

2Chacun à sa façon, les quatre poètes invités écrivent une poésie qui ressortit à la catégorie élue, qu’il s’agisse de leur mode d’écriture dominante, ou que la poésie brève constitue, pour l’un, un moment de son parcours, pour l’autre, son évolution toujours plus radicalisée.

3On constate que les quatre poètes diffèrent dans leur façon d’accomplir l’exercice qui leur était demandé. À des degrés divers, Lambersy, Sempoux et Quaghebeur donnent à leur réflexion une dimension autobiographique, ce qu’évite volontairement Hubin. Chacun aborde la question de la forme brève à sa manière, peut-être plus incidemment pour le premier, plus frontalement pour les deux ou trois derniers.

4Werner Lambersy dit préférer les poèmes brefs qui « disent en peu de mots des choses extrêmement profondes » et « déclenchent une sorte de choc » (p. 16) ; il trouve à ses poèmes deux fonctions : « s’occuper de l’essentiel » (p. 18) et « échapper au discours » (p. 38).

5André Sempoux rappelle le rôle qu’a joué dans l’élaboration de son écriture la poésie d’Ungaretti, qui fit l’objet de ses recherches universitaires, et singulièrement son poème ultra-court « M’illumino / d’immenso », en analysant les controverses qu’il a soulevées. Il retrace les liens que sa poésie a toujours entretenus avec l’œuvre de son ami le peintre René Carcan. En prenant ses distances à l’égard du haïku, il illustre par l’exemple la façon dont il en vient progressivement, dans l’écriture du poème, à cet « art du dépouillement […] sans recherche de symbole ni commentaire des sensations » (p. 63) vers lequel il tend.

6Chez Christian Hubin, la forme brève procède d’abord d’une suspicion à l’égard de l’image (p. 92) ; elle vient donc dans la deuxième partie de son œuvre, où désormais le poète ne cherche plus l’aboutissement et fait du poème le suspens du désir (p. 93) : « Le poème bref doit plus que tout préserver cette consternation légère entre apparition et inexistence. » (p. 96)

7Plus longue que la précédente, la contribution de Marc Quaghebeur est tout aussi riche et substantielle. Il y décrit et analyse minutieusement, livre par livre, son propre parcours poétique, en écho aux moments de sa vie ; il y met l’accent sur tous les aspects formels, linguistiques, rythmiques, métriques et typographiques, mais cette réflexion est constamment connectée aux questions de l’histoire, de l’histoire littéraire, de la littérature belge, de son travail avec les plasticiens, des faits biographiques. La forme brève a pour fonction de « restituer la plénitude et la déchirure de l’instant » (p. 126), et, pour Marc Quaghebeur, « un poème doit être vu, lu et entendu » (p. 164).

8En conclusion, s’agissant d’un genre qui peut être controversé ou mal compris, en raison de sa brièveté même (voir ce que Sempoux dit des détracteurs d’Ungaretti), les quatre interventions ont l’utilité de faire percevoir le point de vue des créateurs, chez lesquels on surprend bien des mots clés communs. Avec franchise et lucidité, tous montrent que la forme brève est, chez eux, tout autre chose qu’une prétention suspecte à un hypothétique rapport inverse proportionnel de la quantité et de la densité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérald Purnelle, « Lambersy (Werner), Sempoux (André), Hubin (Christian), Quaghebeur (Marc), La Poésie brève, sous la direction de Ginette Michaux », Textyles, 32-33 | 2007, 240-241.

Référence électronique

Gérald Purnelle, « Lambersy (Werner), Sempoux (André), Hubin (Christian), Quaghebeur (Marc), La Poésie brève, sous la direction de Ginette Michaux », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 13 juin 2013, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/367

Haut de page

Auteur

Gérald Purnelle

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org