Navigation – Plan du site
Varia

La tradition, le mythe et l’âme populaire. Gerard Walschap et le monde catholique francophone

Cécile Vanderpelen-Diagre
p. 122-133

Texte intégral

  • 1 Wauters (Karel), Het Geval Walschap. Een analyse van de beslissende fase : het debat over de kathol (...)
  • 2 Cet article a été précédemment édité en néerlandais : « Traditie, mythe en volksziel. Gerard Walsch (...)

1Dans l’entre-deux-guerres, le « cas Walschap » défraie la chronique des journaux catholiques flamands. La presse bien-pensante lui reproche essentiellement d’accorder dans ses romans une trop grande place aux tourments sexuels de ses personnages1. À la même époque, les critiques littéraires francophones de même obédience, tant belges que français, s’inquiètent de la complaisance avec laquelle les romanciers croyants François Mauriac et Julien Green décrivent les turpitudes de la chair. Bien qu’ils concernent deux champs littéraires distincts, ces houleux débats s’articulent autour d’enjeux comparables : la définition du roman, de l’écrivain et de la littérature catholiques. Pour le clergé, très impliqué dans les polémiques, ces enjeux se résument au problème de la censure. À partir de ce fond socio-littéraire commun, il est intéressant de s’interroger sur l’interpénétration entre les champs littéraires francophone et flamand. Dans cette perspective, l’accueil de Gerard Walschap par la francophonie permet d’interroger le degré de perméabilité des systèmes littéraires. Pour ce faire, cet article propose de retracer l’histoire de la réception de l’auteur de Houtekiet auprès de la critique francophone catholique en Belgique, et par voie de conséquence, en France2.

Une contrée peu visitée : la littérature flamande (1919-1929)

2Assez étrangement, force est de constater que l’œuvre de Walschap est presque totalement ignorée des revues littéraires francophones belges jusqu’à la deuxième moitié des années 1930. De la sorte, les controverses suscitées par la trilogie Adelaïde, Eric et Carla, et par Trouwen, ne trouvent aucun écho de ce côté du royaume ; d’autant que ces romans ne sont pas – et ne seront jamais – traduits en français.

3Ce désintérêt n’est pas réservé à Walschap et touche l’ensemble de la littérature flamande. En dépit de quelques articles dithyrambiques sur Guido Gezelle, ou plus rarement sur Félix Timmermans et Ernest Claes, le monde catholique n’accorde que peu d’attention au champ littéraire néerlandophone, pourtant bien structuré et, partant, visible. Plutôt que de parler de déni, il est sans doute plus adéquat d’invoquer le refoulement ; phénomène qu’on ne peut comprendre sans un petit détour par l’histoire du pays. En effet, reconnaître l’existence d’une littérature flamande institutionnalisée, c’est reconnaître la segmentation du paysage culturel, réalité qui ne cadre pas avec le modèle national unioniste défendu par la plupart des écrivains catholiques francophones.

4Cependant, depuis la Première Guerre mondiale, leur vision d’une Belgique, certes bilingue mais où le français reste dominant, se lézarde. Le suffrage universel masculin, instauré en 1918, a donné au mouvement flamand une représentation parlementaire. L’augmentation des effectifs parlementaires flamands a eu pour effet de diminuer l’influence de la grande bourgeoisie catholique francophone au sein du parti catholique et des instances dirigeantes en Flandre. Après 1930, les lois linguistiques sur l’administration, l’enseignement et la justice confirment cette perte de pouvoir. Dans ces conditions, il devient impossible pour les catholiques francophones de refuser l’évolution vers la division linguistique. S’y opposer, c’est risquer l’éclatement du pays. Refuser de parler le néerlandais, c’est s’empêcher de travailler en Flandre.

5Ces changements forcent l’intelligentsia francophone à modifier sa stratégie. Puisqu’il n’est plus possible de parler des « lettres belges », que faire de la littérature de langue flamande ? Parler des « lettres flamandes » suppose d’adopter un regard extérieur et, donc, étranger. Ce regard campe les Flamands dans une posture immuable : le cultivateur croyant (voire superstitieux) au parler et au comportement truculents. Le stéréotype participe d’une démarche politique assez répandue chez les nationalistes – toutes idéologies confondues : la défense de l’identité collective par la mise en valeur des régions. Les particularités locales sont exacerbées, puis combinées, afin de montrer la complémentarité de l’ensemble.

  • 3 Voir d’Udekem d’Acoz (Marie-Pierre), Pour le Roi et la Patrie. La noblesse belge dans la résistance(...)
  • 4 Voir Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue belge. Langues, littératures et cultures da (...)

6Ce n’est pas un hasard si c’est des rangs de la l’aristocratie francophone de Flandre que viendra l’un des principaux « passeurs » des écrivains flamands en francophonie : Roger Kervyn de Marcke ten Driesseche, né à Gand en 1896 et vivant à Bruxelles. Les lois linguistiques et la menace séparatiste ont provoqué un repositionnement de la noblesse, consciente que la pérennité de son rôle social et politique en Flandre passe par le bilinguisme3. Pénétré de ce devoir, Roger Kervyn s’emploie durant toutes les années 1930 à donner une visibilité à la littérature flamande grâce à des traductions parues dans La Revue belge et aux éditions Rex4.

  • 5 Ibidem, p. 344.
  • 6 Gerard Walschap à Marcel Lobet, [août 1932], cité dans Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la (...)
  • 7 Walschap (Gerard), « La Vie du fossoyeur », dans La Revue bleue, 71e année, 1933, pp. 337-344.

7C’est sous l’enseigne de cette dernière que paraît en 1931 la première édition française de Walschap, Volk, traduit sous le titre : Un vaincu de la vie : Teugels Gust. L’ouvrage fait partie de la collection « chefs-d’œuvre » flamands, pendant d’une collection réservée aux classiques wallons. Le catalogue de la collection reprend des œuvres dont les thèmes et la langue utilisée renforcent l’image attendue d’une Flandre « pittoresque, populaire et inoffensive »5. Le journal Le Rouge et le Noir, de tendance anarchiste rougeoyante, ne s’y trompe pas et réprouve cette littérature de piètre qualité, qui risque de discréditer la littérature flamande auprès du public francophone. Dans l’intimité, Roger Kervyn est bien obligé d’admettre « que Symphrose, Wannes Raps et Teugels Gust ne soient pas des trucs à révolutionner la pensée humaine »6. Il est en tout cas certain que ce n’était pas cette première version qui allait faire connaître Walschap dans le monde francophone. En 1933, la traduction par Kervyn de la nouvelle « La Vie du fossoyeur », dans La Revue bleue, ne suscitera pas non plus d’engouement7.

Reconnaissance de « nos frères » (1930-1939)

8Au début des années 1930, l’intérêt pour l’œuvre de Walschap commence à poindre, notamment à la faveur de la prise de conscience de l’altérité flamande, qui se manifeste, d’une part, par un désir de rapprochement et, d’autre part, par la volonté d’une meilleure connaissance des productions culturelles. Cette évolution, qui ne touche pas seulement le monde catholique, est rendue possible grâce à l’activité incessante d’hommes de lettres flamands qui s’emploient à rapporter l’actualité littéraire de leurs pairs dans les organes de presse francophones belges. Dans la deuxième moitié des années 1930, le critique, poète et essayiste flamand Jean Schepens (1909-1994) donne au vénérable Mercure de France une chronique des lettres flamandes sous le pseudonyme de Jean Baudoux. François Closset (1900-1964), professeur de littérature néerlandaise à l’Université de Liège, tient lui une chronique dans la tribune française à visée cosmopolite Les Cahiers du Sud.

  • 8 Vossen (Jean), « Les lettres flamandes. Gerard Walscap romancier », dans La Revue générale, février (...)

9C’est du côté catholique que l’intérêt pour Walschap est le plus marqué. Cette attention s’inscrit dans l’entreprise de rapprochement entre les deux communautés linguistiques prescrit par le Congrès de Malines de 1936. L’un de ses effets immédiats est la création de chroniques flamandes par plusieurs périodiques. En 1937, La Revue générale se dote d’une rubrique consacrée aux lettres flamandes, qu’elle confie à Jean-François Vossen, secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Vossen voue une grande admiration à Walschap (en 1944, il traduira Le Quatrième roi) et est très sensible à sa vision de l’existence humaine, toujours tiraillée « entre la chair et l’esprit »8

  • 9 Sneyers (Germaine), « Où en est le roman belge », dans Le « Vingtième » artistique et littéraire, 1 (...)

10De telles critiques, qui font l’impasse sur les aspects « obscurs » de l’œuvre walschappienne, sont récurrentes dans le discours francophone sur la littérature flamande et participent à l’image entretenue de la Flandre, réservoir d’une foi et d’une mystique catholique authentiques dont il faut s’inspirer. Pour Germaine Sneyers, critique au Vingtième siècle et à La Revue générale, la littérature écrite par Timmermans, Claes, Walschap ou Roelants représente, peut-être plus que celle des catholiques belges de langue française, une « voie ouverte à une littérature catholique », un « art centré sur l’universel et à tendances européennes »9.

  • 10 Eeckels (Guido), « Littérature catholique. Saboter pour construire », dans La Cité chrétienne, 5 av (...)

11L’idée d’une « ouverture européenne » est dans l’air du temps. Guido Eeckels voudrait que les catholiques imitent les intellectuels de gauche, qui, eux, ont « une mutuelle compréhension », un « sens de la communauté doctrinale », une « solidarité dans la pensée et dans l’action » qui « s’étend de l’urss aux Amériques ». Il appelle de ses vœux les catholiques à travailler à une « internationale de l’esprit »10. Eeckels gravite autour de l’Union jeune Europe (1930), mouvement européiste qui durant tout l’avant-guerre œuvre, dans un esprit internationaliste et pacifiste, au rapprochement entre les pays. En Belgique, le mouvement trouve ses plus ardents promoteurs en Lucienne et Édouard Didier. Outre un journal, Jeune Europe, le couple tient un salon où se rencontrent des élites intellectuelles de tous bords et de toutes nationalités. C’est de cette mouvance que naîtront, après l’invasion allemande, les éditions de la Toison d’Or, qui joueront un rôle primordial dans la diffusion de l’œuvre de Walschap en francophonie.

  • 11 Eeckels (Guido), « Le roman flamand. À propos d’Adelaïde », dans Revue des Jeunes, Archives Clara W (...)

12C’est Eeckels, à l’époque journaliste à l’Indépendance belge, qui écrit la première analyse conséquente en français sur Walschap et qui travaille par la suite le plus à sa connaissance de ce côté de la frontière linguistique. Dans un article dithyrambique paru à la Revue des Jeunes, il consacre le romancier innovateur absolu, voyant dans Adelaïde le prélude d’un nouvel art du roman flamand. Soulignant que l’héroïne ne s’est pas suicidée mais est morte par accident, Eeckels défend le sens catholique de l’œuvre, l’opposant à celle de Gide. Eeckels apprécie en outre que Walschap soit influencé par les auteurs russes Dostoïevski, Tolstoï et Gorki. Ainsi, il sort le roman flamand de la dangereuse influence française, trop présente, selon lui, chez Cyriel Buysse11.

  • 12 Lanneau (Catherine), « L’idole brisée : la droite belge francophone et la crise morale de la France (...)
  • 13 Brulez (Raymond), « Le cas Gerard Walschap », dans Cassandre, le 19 janvier 1935, p. 3 et R[ené]-F[ (...)

13L’axiome de la Flandre rempart contre l’ennemi français devient récurrent dans le discours catholique francophone d’alors. Non seulement la littérature flamande est érigée comme symbole des valeurs chrétiennes, populaires et régionales, mais elle est revêtue du pourvoir d’ouvrir les portes de la culture germanique et anglo-saxonne, contrepoids aux influences, parfois néfastes, de la latinité. À l’époque, toute une frange de la droite intellectuelle belge s’éloigne de la France du Front populaire. La « fille aînée de l’Église » n’assumant plus son rôle séculaire, certains se tournent vers les voisins germaniques12. Le plus actif propagandiste du rapprochement avec l’Allemagne et, par extension, avec le monde germanique, est le journaliste Paul Colin. Dans le journal d’intérêt général qu’il crée en 1934, Cassandre, il met en place, dès 1935, une chronique des lettres flamandes, qu’il confie à Raymond Brulez, journaliste parlé au Nationaal Instituut voor Radio-omroep (inr flamande), remplacé par René-Félix Lissens, secrétaire de rédaction belge et membre de la Maatschappij voor Nederlandse Letterkunde (Leyde), dont est également membre Walschap. Chacun d’eux consacrera un article très positif à Walschap, Lissens regrettant seulement qu’il se livre trop facilement au « pamphlet anticlérical »13.

  • 14 Desonay (Fernand), « La littérature belge d’aujourd’hui », dans La Revue catholique des idées et de (...)
  • 15 Walschap (Gerard), « La littérature belge d’aujourd’hui », dans Hooger leven, 26 février 1933, p. 2 (...)

14Notons que, de son côté Walschap, ne tient pas à prendre part au rapprochement entre les deux communautés linguistiques du pays. Il se méfie de toute tentative visant à chercher une unité ou des ressemblances entre les deux cultures. En 1933, il réagit avec virulence à un article de Fernand Desonay (professeur à l’Université de Liège et nationaliste belgicain convaincu) destiné à décrire au public allemand les lignes de force qui traverseraient toute la production littéraire du pays, soit le « colorisme », le régionalisme et le symbolisme14. Pour Walschap, cet argumentaire est superficiel et faux. Ces caractères ne sont pas spécifiques à la Belgique mais plutôt à la Flandre15. Du reste, il n’a jamais manifesté aucun intérêt à la production littéraire belge francophone, n’en rendant jamais compte dans Hooger Leven. Si l’on se rapporte à sa correspondance, il ne semble pas avoir entretenu de réelles relations avec ses homologues de langue française, ses désirs de diffusion le portant davantage vers les pays germaniques.

15À la veille de la Seconde Guerre mondiale, l’œuvre de Walschap n’a bénéficié que d’une seule traduction, peu représentative de son travail. L’écrasante majorité des intellectuels francophones ne parlant pas le néerlandais, ses livres ne sont pas lus. On peut donc s’interroger sur l’impact réel des nombreuses chroniques sur ses romans auprès du public. Il est toutefois certains que ces articles élogieux ont insufflé une écoute bienveillante à son égard.

Vent du nord sur la collaboration. Le succès (1940-1944)

  • 16 Gerard Walschap à Charles Depasse, 22 octobre 1942, Gerard Walschap, Brieven, 1921-1950, Walschap ( (...)

16En 1942, Walschap confie à un collègue : « Je me suis arrogé le droit de penser et d’écrire à ma façon, c’est-à-dire d’exprimer tant bien que mal ce qu’un homme de bonne volonté, épris de liberté et curieux de la vie, a sur le cœur. Peut-être existe-t-il quelque part au monde un coin obscur et ignoré où on peut faire cela impunément, mais, j’en suis très certain, ce lieu béni ne se trouve pas en Flandre. Par conséquent on m’a fait une réputation horrible. Je m’en f… J’ai trouvé, avant la guerre, dans la Hollande, l’Allemagne, la Tchécho-Slovaquie [sic] et les pays scandinaves une résonnance [sic] que la modestie ne me permet pas de qualifier. Pendant la guerre je n’ai été découvert que par des traducteurs français. »16 Effectivement : de 1940 à 1944, ce n’est pas moins de huit traductions de ces romans qui sont éditées en Belgique francophone.

  • 17 Dehan (Xavier), « Jeune Europe, le salon Didier et les Éditions de la Toison d’or (1933-1945) », da (...)
  • 18 Fincoeur (Michel), « Le monde de l’édition en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale : l’exempl (...)

17Très vraisemblablement, c’est Guido Eeckels, alors devenu rédacteur du collaborationniste Nouveau journal, qui donne l’impulsion à cet engouement. À l’instar du couple Didier, Eeckels a glissé progressivement de l’idéal européiste aux sympathies pour l’ordre nouveau17. Sa volonté de propager la littérature germanique coudoie le programme du iiie Reich. On retrouve cette volonté à l’œuvre dans la maison d’édition De Lage Landen qu’il fonde avec Louis Mellaerts et Piet Heuvelmans en juillet 1942 et qui, comme la Toison d’Or – de laquelle il est actionnaire –, fonctionne en partie grâce à des fonds allemands. En contrepartie, la Toison d’Or se doit d’éditer des traductions d’œuvres de langue germanique18.

  • 19 Humbeeck (Kris), « “Un livre profondément malsain” : le roman de L. P. Boon, Abel Gholaerts (1944) (...)

18Avec « une candeur un peu suspecte » et une « naïveté politique » déjà soulignées, Walschap se laisse emporter dans ces desseins19. Du 11 août au 22 septembre 1940, le Soir « volé » édite en feuilleton Un homme de bonne volonté. La traduction en a été confiée au belgo-allemand Guillaume Samsoen de Gerard, traducteur pour l’industrie allemande et membre du Parti rexiste depuis 1938, qui cherche à s’imposer comme agent littéraire. Les illustrations sont de la plume de Joë Meulepas, rédacteur et illustrateur au Soir.

  • 20 L. F., « Un événement littéraire. L’écrivain flamand définit à Bruxelles sa conception du roman », (...)
  • 21 Eeckels (Guido), « Précisions sur Gerard Walschap », dans Le Nouveau journal, 19 décembre 1941.

19Un peu plus d’un an plus tard, le rédacteur en chef du Soir, Raymond De Becker, introduit Walschap à l’occasion d’une conférence où il présente sa conception de l’art romanesque. L’événement a lieu à l’occasion de l’édition de Houtekiet par la Toison d’or20. Le roman est muni d’une préface élogieuse d’Eeckels qui souligne la richesse et la nouveauté d’une œuvre qui a congédié la « littérature », pour se mettre au diapason d’un langage pur et original21.

  • 22 Eeckels (Guido), « L’œuvre de Gerard Walschap. Houtekiet », dans Le Pays réel, Archives Carla Walsc (...)
  • 23 Blond (Georges), « Poètes et paysans », dans La Gerbe, 30 août 1944.
  • 24 « Houtekiet par Gerard Walschap », dans La Gerbe, 15 janvier 1941.

20Il ne fait pas de doute que la notion artistique de l’algemeen-menschelijk développée par le romancier et à laquelle fait référence Eeckels convient à l’idéologie de l’ordre nouveau, laquelle exalte le folklore et l’art populaire. Le folklore, expression nationale d’une communauté unitaire supposée, abolit les classes sociales et renforce le sentiment d’appartenance à cette unité. Il est brandi comme preuve que le régime a détruit le capitalisme, a supprimé les distinctions sociales. C’est le plus souvent à travers ce prisme idéologique qu’Houtekiet sera recensé et encensé. La plupart des critiques belges francophones mettent en exergue la puissance de la ruralité qui s’en exhale. Ils évoquent la « régénérescence » par les forces de la nature qui frappe les personnages du roman. De la même manière, ils se réjouissent de le voir « renouer avec les vieux trésors de la tradition et du mythe, qui reposent sur le fond de l’âme populaire »22. Dans la France de la Révolution nationale qui, comme la Belgique collaborationniste, célèbre le roman paysan, la littérature flamande « traditionnelle » est très prisée23. La Gerbe, tout à la gloire du national-socialisme et adepte d’une réorganisation de la France sur une base rurale, se félicite du fait que les Français puissent découvrir dans Houtekiet un « récit pur »24.

  • 25 Baert (René), « Un livre de Gerard Walschap. Houetkiet », dans Le Pays réel, Archives Clara Walscha (...)
  • 26 de Man (Paul), « Chronique littéraire. Quand l’auteur se transforme en critique », dans Le Soir, 18 (...)
  • 27 Eeckels (Guido), « L’œuvre de Gerard Walschap. Houtekiet », op. cit.

21Toutes les critiques s’accordent pour apprécier dans le roman la valorisation de la force « primitive ». Cette pureté authentique est opposée à l’art dégénéré, fruit du cosmopolitisme bourgeois, de « l’introspection tuberculeuse » française25. Dans Le Soir, Paul de Man consacre tout un article à démontrer que Walschap, bien qu’il ait été formé à l’école du roman français, a su s’extraire de sa « cérébralité statique »26. Imprégné du même état d’esprit, Eeckels n’a de cesse de montrer ce qui distingue fondamentalement Walschap de Mauriac : le désir de rendre au récit son rythme oral et direct27.

  • 28 Voir Roemans (Robert) et Van Assche (Hilda), Bibliografie van Gerard Walschap. Hasselt, Heideland-O (...)
  • 29 Gerard Walschap à Enter (Zuster Oswalde), 9 avril 1942, Gerard Walschap, Brieven, 1921-1950, op. ci (...)

22Il n’est pas inutile pour notre propos d’interroger l’influence de Mauriac et de son œuvre sur Walschap. Indéniablement, l’univers référentiel du rédacteur de Dietsche Wanrande en Belfort est profondément marqué par l’imaginaire des romans des écrivains catholiques français. Mauriac et Ghéon comptent parmi les auteurs qu’il a le plus critiqués dans ses chroniques littéraires28. Cependant, il prend soin de décourager les tentatives d’identification entre leurs romans et les siens. Pendant la guerre, alors que son succès en francophonie vient de ce qu’on le représente comme un rempart contre la « décadence » française, il tient encore plus à se distinguer. En 1942, il va même jusqu’à écrire que l’orthodoxie qui se dégage de leur prose est moindre que celle inscrite dans la trilogie Adelaïde, Eric et Carla29. Vraisemblablement, l’assimilation à un auteur français le dérange puisqu’elle le subordonne et l’insère dans le système de reconnaissance utilisé par les auteurs belges francophones, obligés de passer par une référence française pour « classer » un auteur flamand. Se revendiquer de l’école ou de l’influence de Mauriac, c’est invalider son originalité. Le romancier n’a du reste jamais cherché à rencontrer ou à échanger une quelconque correspondance avec les chantres du renouveau catholique français.

  • 30 Baert (René), « Un livre de Gerard Walschap. Houetkiet », dans Le Pays réel, Archives Clara Walscha (...)
  • 31 de Man (Paul), « Chronique littéraire. Quand l’auteur se transforme en critique », op. cit.

23Par ailleurs, le rapport à la religion de Walschap, païen et en apparence débarrassée du carcan catholique, à tout pour plaire aux adeptes du paganisme nazi. Dans les pages du Soir, René Baert défend un retour à une religion primale, à l’écoute des forces instinctives30. Pour Paul de Man, Walschap renoue utilement « les liens qui nous unissent à certaines forces de l’instinct »31. Quant à Eeckels, il est reconnaissant à Walschap d’avoir extrait le roman flamand du conformisme clérical, d’être parti en campagne contre l’hypocrisie d’un art qui ignore les côtés tragiques de la vie. Comment ne s’identifierait-il pas Walschap ? On le sait, en 1940, Walschap tourne le dos à l’Église. Cependant, l’institution, les questions morales et le rapport à Dieu demeurent ses préoccupations, voire ses obsessions. Il offre l’image d’un homme qui, posté sur le parvis de l’église, observe la cérémonie. Il ne peut s’empêcher de pester contre le culte, mais il ne peut non plus s’en éloigner. Eeckels est contraint par les événements à une position analogue. Tout en gardant une culture éthique catholique, en choisissant de s’engager dans la collaboration, il a été obligé de rompre avec le monde catholique francophone, dans sa majorité très patriote et hostile à une collaboration ouverte. Il y a donc une homologie de posture entre Eeckels et Walschap.

24Les traductions qui suivirent pendant la guerre ne rencontreront pas le succès de celle d’Houtekiet (rééditée en 1942). Cure d’aspirine et Homme et femme ne susciteront pas un grand enthousiasme. Le premier est édité par une maison gantoise et n’a sans doute pas bénéficié d’une diffusion adéquate. Homme et femme, édité par Les Écrits, ne jouira pas d’une publicité suffisante non plus. Enfin, Denise, édité par la Toison d’or, est achevé d’imprimé le 31 mai 1944, à l’heure où les journaux collaborationnistes s’apprêtent à plier bagage. Surtout, les critiques du livre ont paru lors de sa sortie en néerlandais. De plus, Eeckels manifeste de moins en moins d’intérêt pour le travail de Walschap, dont les propos de plus en plus virulents à son égard finissent par l’indisposer, voire par l’agacer. Vraisemblablement, l’essoufflement de l’admiration d’Eeckels pour Walschap a joué en la défaveur de la diffusion du romancier dans le domaine francophone.

  • 32 Poulet (Robert), « Les Lettres françaises. Le fantasme et le mythe », dans Le Nouveau Journal, 23 o (...)

25Par ailleurs, l’un des critiques les plus influents de l’époque, Robert Poulet, n’a pas témoigné de réel enthousiasme pour une œuvre qui, bien qu’il en reconnaisse la puissance et l’intérêt, pèche par excès d’intellectualisme et demeure dès lors artificielle32. En filigrane se décèle le caractère aléatoire du modèle de l’ordre nouveau : aucun canon thématique ou stylistique ne rallie tous les vœux des critiques des journaux légaux. Tandis que pour certains, comme on l’a vu, la thématique paysanne et régionaliste représente la panacée, Robert Poulet la stigmatise comme étant la résultante d’un ordre et de valeurs archaïques. Le travail de Walschap, malgré lui, se retrouve imbriqué dans cette tension. D’un côté comme de l’autre, il n’obtient qu’une reconnaissance restreinte, insuffisante pour lui assurer la pérennité du succès.

  • 33 Wellekens (Emiel), « Kronieck van Gerard Walschap », dans Gerard Walschap, Verzameld werk. Anvers-A (...)

26Après la libération, les auteurs des livres parus sous l’enseigne des Éditions de la Toison d’or seront suspectés de sympathie allemande. Cette réputation ne pouvait manquer d’atteindre la diffusion de l’œuvre de Walschap. Les autres maisons flamandes n’ayant pas divulgué correctement l’œuvre, elles ne pourront contrebalancer cette descente vers l’oubli. Les traductions qui paraîtront postérieurement ne seront pas non plus encadrées par une publicité capable d’offrir la reconnaissance de Paris, capitale culturelle de la francophonie. L’heure de gloire de Walschap en francophonie s’est arrêtée après la guerre. De toute façon, ces années n’avaient pas suffi à lui assurer une réelle visibilité en France. En décembre 1945, à la suite d’un séjour à Paris avec l’Association des lettres flamandes, à l’invitation de la Société française des gens de lettres, les Nouvelles littéraires évoquent le « romancier allemand » Gerard Walschap33 ! Pour anecdotique, l’événement est cependant significatif d’une certaine ignorance de l’actualité flamande…

Conclusions

  • 34 Voir Berg (Christian), « La fin du xixe siècle en France et en Belgique. Prolégomènes à une approch (...)

27La réception de Gerard Walschap dans l’espace littéraire francophone est tributaire du fossé qui sépare les deux sphères culturello-linguistiques du pays. En Belgique, deux sous-systèmes fonctionnent côte à côte, à partir de contraintes et de normes spécifiques34. De la sorte, il se produit une confusion identitaire lorsque des transferts entre les systèmes se réalisent. Ainsi, relatées par des critiques flamands, les éditions des ouvrages de Walschap en néerlandais sont insérées dans les « chroniques des lettres flamandes ». Une fois traduites, il leur arrive d’être transplantées dans la « chronique des lettres françaises ». La sectorisation des espaces littéraires est intégrée par les écrivains qui s’y investissent selon les probabilités qu’a chaque institution d’offrir des profits et des pertes, tant au point de vue symbolique que matériel. Walschap choisit d’investir l’espace germanique et délaisse l’horizon d’attente francophone, quitte à faire l’impasse sur les influences possibles des écrivains qui y sont intégrés et qu’il a lus et critiqués. De plus, il ne s’intéresse pas aux productions du monde francophone belge, espace de transition possible avec la France.

28Bien qu’imperméables, les deux sous-systèmes connaissent des homologies. Les polémiques autour du roman catholique – qui charrient avec elles la question de la morale en littérature et de la relation entre l’éthique et l’esthétique – canalisent l’attention des champs littéraires français, belge de langue française et flamand. Pendant la Seconde Guerre mondiale, quand tout l’espace littéraire se déploie selon une nouvelle fonctionnalité des acteurs et des enjeux, des brèches apparaissent, mettant au jour ces homologies. Certains aspects de l’œuvre de Walschap étant en congruence avec les préoccupations des animateurs culturels du pays « légal », l’auteur trouve en francophonie une reconnaissance inédite. Une fois le conflit terminé, les champs littéraires retrouvent leurs règles habituelles et l’auteur de Houtekiet est délaissé par l’espace francophone.

29Le décalage dans le temps entre les critiques venues de Flandre et de francophonie s’accompagne d’un décalage thématique. Alors qu’en Flandre l’essentiel des débats de l’entre-deux-guerres concernant Walschap se cristallise sur l’orthodoxie de ses œuvres, cette question est très peu présente chez les critiques francophones, pourtant en majorité catholiques. S’il en est ainsi, c’est parce qu’ils recherchent avant tout dans la littérature flamande des éléments permettant de se « représenter » la Flandre telle qu’ils la souhaitent : catholique, régionaliste et forte d’une puissance rustique (voire folklorique). Ce n’est pas un hasard si les premiers romans de Walschap, tous centrés sur des descriptions psychologiques, ne trouvent aucun écho dans les revues francophones. Ces considérations philosophiques et religieuses ne les intéressent pas. En revanche, toute œuvre « terrienne » est accueillie à bras ouvert. Non seulement la thématique rassure un monde francophone en recherche de repères identitaire, mais elle participe aux cadres traditionnels de la littérature catholique dominante.

Haut de page

Notes

1 Wauters (Karel), Het Geval Walschap. Een analyse van de beslissende fase : het debat over de katholieke roman (1934). Anvers, Universiteit Antwerpen, coll. Antwerp studies in literature, n˚10, 1989.

2 Cet article a été précédemment édité en néerlandais : « Traditie, mythe en volksziel. Gerard Walschap en de Franstalige katholieken (1919-1945) », dans Missinne (Lut) & Vandevoorde (Hans) (dir.), Gerard Walschap, regionalist of eurpeër ? (1922-1940). Anvers-Apeldoorn, Garant, 2006, pp. 163-183. Je tiens à remercier très chaleureusement Madame Clara Walschap qui m’a transmis de nombreux documents. Sans eux, cet article n’aurait jamais pu voir le jour.

3 Voir d’Udekem d’Acoz (Marie-Pierre), Pour le Roi et la Patrie. La noblesse belge dans la résistance. Bruxelles, Racine, 2003, pp. 38-46.

4 Voir Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue belge. Langues, littératures et cultures dans l’entre-deux-guerres. Bruxelles, P.I.E.-Pieter Lang/AML, coll. Documents pour l’Histoire des Francophonies/Europe, n˚5, 2004, pp. 257-268.

5 Ibidem, p. 344.

6 Gerard Walschap à Marcel Lobet, [août 1932], cité dans Meylaerts (Reine), L’Aventure flamande de la Revue belge, op. cit., p. 337.

7 Walschap (Gerard), « La Vie du fossoyeur », dans La Revue bleue, 71e année, 1933, pp. 337-344.

8 Vossen (Jean), « Les lettres flamandes. Gerard Walscap romancier », dans La Revue générale, février 1937, pp. 230-234.

9 Sneyers (Germaine), « Où en est le roman belge », dans Le « Vingtième » artistique et littéraire, 12 juillet 1936, p. 4 et « Le romancier flamand : Maurice Roelants », dans Le « Vingtième » artistique et littéraire, 24 novembre 1935, p. 4.

10 Eeckels (Guido), « Littérature catholique. Saboter pour construire », dans La Cité chrétienne, 5 avril 1935, pp. 347-348.

11 Eeckels (Guido), « Le roman flamand. À propos d’Adelaïde », dans Revue des Jeunes, Archives Clara Walschap, sans date, p. 381.

12 Lanneau (Catherine), « L’idole brisée : la droite belge francophone et la crise morale de la France (1934-1938) », dans Revue belge d’histoire contemporaine, vol. XXXIII, 2003, n˚1-2, pp. 177-214.

13 Brulez (Raymond), « Le cas Gerard Walschap », dans Cassandre, le 19 janvier 1935, p. 3 et R[ené]-F[élix] Lissens, « Lettres flamandes. “Sibylle” », dans Cassandre, 12 novembre 1938, p. 3.

14 Desonay (Fernand), « La littérature belge d’aujourd’hui », dans La Revue catholique des idées et des faits, 27 janvier 1933, pp. 7-11.

15 Walschap (Gerard), « La littérature belge d’aujourd’hui », dans Hooger leven, 26 février 1933, p. 282.

16 Gerard Walschap à Charles Depasse, 22 octobre 1942, Gerard Walschap, Brieven, 1921-1950, Walschap (Carla), Walschap (Bruno) et Polis (Harold) (Réd.), Amsterdam, Nijgh & Van Kitmar, 1998, n˚538, pp. 719-720.

17 Dehan (Xavier), « Jeune Europe, le salon Didier et les Éditions de la Toison d’or (1933-1945) », dans Cahiers-Bijdragen, CREHSGM, n˚17, décembre 1995, pp. 203-236.

18 Fincoeur (Michel), « Le monde de l’édition en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale : l’exemple des éditions de la Toison d’Or », dans Aron (Paul), De Geest (Dirk), Halen (Pierre) et alii (dir.), Leurs occupations. L’impact de la Seconde Guerre mondiale sur la littérature en Belgique. Bruxelles, Textyles-CREHSGM, 1997, pp. 21-60.

19 Humbeeck (Kris), « “Un livre profondément malsain” : le roman de L. P. Boon, Abel Gholaerts (1944) et le nouvel ordre littéraire », dans Ibidem, p. 63.

20 L. F., « Un événement littéraire. L’écrivain flamand définit à Bruxelles sa conception du roman », dans Le Soir, 6 novembre 1941.

21 Eeckels (Guido), « Précisions sur Gerard Walschap », dans Le Nouveau journal, 19 décembre 1941.

22 Eeckels (Guido), « L’œuvre de Gerard Walschap. Houtekiet », dans Le Pays réel, Archives Carla Walschap, s.d.

23 Blond (Georges), « Poètes et paysans », dans La Gerbe, 30 août 1944.

24 « Houtekiet par Gerard Walschap », dans La Gerbe, 15 janvier 1941.

25 Baert (René), « Un livre de Gerard Walschap. Houetkiet », dans Le Pays réel, Archives Clara Walschap, s.d.

26 de Man (Paul), « Chronique littéraire. Quand l’auteur se transforme en critique », dans Le Soir, 18 novembre 1941.

27 Eeckels (Guido), « L’œuvre de Gerard Walschap. Houtekiet », op. cit.

28 Voir Roemans (Robert) et Van Assche (Hilda), Bibliografie van Gerard Walschap. Hasselt, Heideland-Orbis NV, 1974.

29 Gerard Walschap à Enter (Zuster Oswalde), 9 avril 1942, Gerard Walschap, Brieven, 1921-1950, op. cit., p. 681.

30 Baert (René), « Un livre de Gerard Walschap. Houetkiet », dans Le Pays réel, Archives Clara Walschap, s.d.

31 de Man (Paul), « Chronique littéraire. Quand l’auteur se transforme en critique », op. cit.

32 Poulet (Robert), « Les Lettres françaises. Le fantasme et le mythe », dans Le Nouveau Journal, 23 octobre 1944.

33 Wellekens (Emiel), « Kronieck van Gerard Walschap », dans Gerard Walschap, Verzameld werk. Anvers-Amsterdam, Manteau, 1990.

34 Voir Berg (Christian), « La fin du xixe siècle en France et en Belgique. Prolégomènes à une approche systémique des champs littéraires », dans Quaghebeur (Marc) et Savy (Nicole) (dir.), France-Belgique (1848-1914). Affinités-ambiguïtés, Actes du colloque des 7, 8 et 9 mai 1996. Bruxelles, Labor-Archives du futur, 1997, pp. 461-475.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Vanderpelen-Diagre, « La tradition, le mythe et l’âme populaire. Gerard Walschap et le monde catholique francophone », Textyles, 31 | 2007, 122-133.

Référence électronique

Cécile Vanderpelen-Diagre, « La tradition, le mythe et l’âme populaire. Gerard Walschap et le monde catholique francophone », Textyles [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/366 ; DOI : 10.4000/textyles.366

Haut de page

Auteur

Cécile Vanderpelen-Diagre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org