Navigation – Plan du site
Varia

« Sire, y a-t-il des Belges ? » Un siècle de relations littéraires intra- et internationales en Belgique (1850-1950)

Présentation d’un projet de recherche
Francis Mus, Reine Meylaerts et Lieven D’Hulst
p. 224-233

Texte intégral

Présentation générale et état de la question

1Bien que la Belgique soit souvent caractérisée comme le « carrefour de l’Europe », l’étude des relations littéraires dans la construction d’une identité littéraire (belge ou autre) est le parent pauvre de l’historiographie littéraire.

  • 1 Les revues néerlandophones belges ne seront pas laissées de côté : elles rempliront la fonction de (...)

2Le projet de recherche que nous présentons ici se veut une analyse de la structure et de l’évolution d’un siècle (1850-1950) de contacts littéraires intranationaux (flamands, allemands) et internationaux (néerlandais, français, allemands, anglais, américains) tels qu’ils sont élaborés dans un nombre important de revues et de journaux francophones belges1. Ainsi, le projet veut contribuer à l’élargissement de l’étude des identités littéraires dites « nationales » et au renouvellement de l’historiographie littéraire dans des espaces géopolitiques multiculturels comme la Belgique. De cette façon sera mis à nu le rôle fondamental et complexe de contacts interculturels dans la dialectique d’une construction identitaire littéraire « belge » – ou autre – et en particulier la façon – toujours problématique – selon laquelle l’autodéfinition d’une littérature « belge » a pu prendre forme et évoluer par le biais de relations littéraires complexes avec d’autres littératures et cultures, qu’elles soient plurilingues (flamandes, néerlandaises, allemandes, anglaises, américaines) ou monolingues (françaises).

3En même temps, la visée interculturelle du projet présente une dimension « européenne », voire « internationale » : quels étaient, entre 1850 et 1950, les partenaires majeurs de cette littérature européenne « mineure », l’« enfant terrible » des nations européennes ? Comment les contacts littéraires évoluaient-ils dans une région-clé de l’Ancien Continent et qu’est-ce que cela révèle sur les hiérarchies culturelles en Europe et, éventuellement, au-delà ? Comment ces relations hiérarchiques reflètent-elles (ou non) des motifs plus larges de prestige et de relations sociopolitiques, économiques et culturelles ?

  • 2 Berg(Christian) et Halen (Pierre) (éd.), Littératures belges de langue française. Histoire & Perspe (...)
  • 3 Halen(Pierre), « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », dan (...)
  • 4 Bertrand(Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît) et Grutman (Rainier) (éd.), Histoire de la li (...)
  • 5 Vanderpelen-Diagre(Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. Bruxelles, Complexe, 2004.
  • 6 Denis(Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’Histoire sociale. Bruxell (...)
  • 7 Gnocchi(Maria Chiara), Des Belges à Paris. Étude des choix éditoriaux et des orientations esthétiqu (...)
  • 8 Aron(Paul), « La Belgique francophone, carrefour du cosmopolitisme européen », dans Pluet-Despatin (...)
  • 9 Lysøe(Éric), Le diable en Belgique. Bologne, CLUEB, 2001.
  • 10 Alamán(Ana Pano), L’Hystérie de la « Belgité ». Bologne, CLUEB, 2002.
  • 11 Voir Even-Zohar (Itamar), Polysystem Studies. Special Issue of Poetics Today. Durham, Duke Universi (...)
  • 12 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), « La génération de 1880 et la Flandre », dans Weisgerber (Jean) (éd. (...)
  • 13 Thiesse(Anne-Marie), La Création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècles. Paris, Seuil, (...)

4La proposition de recherche participe ainsi au regain d’intérêt pour l’étude de la littérature belge francophone, intérêt dont témoignent nombre de publications, entre autres celles de Berg et Halen (2000)2, Halen (2001)3, Bertrand, Biron, Denis et Grutman (2003)4, Vanderpelen (2004)5, Denis et Klinkenberg (2005)6, Gnocchi (2003)7, Aron (2002)8, Lysøe (2001)9, Alamán (2002)10, etc. Ces études partagent, de façon plus ou moins prononcée, l’hypothèse selon laquelle la langue et/ou les structures territoriales « nationales » fonctionnent avant tout comme des facteurs de définition de la littérature (francophone belge). Il s’ensuit qu’elles étudient leur objet plutôt d’un point de vue « national », monolingue (littérature francophone belge) ou qu’elles le considèrent sous un angle monolingue bilatéral (ses relations avec la littérature française ou, moins fréquemment, avec la littérature francophone suisse ou québécoise). Le présent projet se distingue de ces études par son approche comparatiste, interculturelle et multilingue. En effet, comme tous les systèmes littéraires, la littérature belge francophone se structure à l’aide de caractéristiques (linguistiques, discursives, génériques, thématiques, etc.) récurrentes, endogènes et exogènes. Ces dernières sont empruntées à des modèles variables et adaptées à des systèmes politiques, géographiques, institutionnels, littéraires étrangers11. Jusqu’à présent, ces relations complexes et la façon dont elles soutiennent ou entravent la quête d’une identité littéraire (« belge ») sont restées inexplorées dans l’historiographie littéraire. Le projet aboutira par conséquent à un affinement nécessaire du concept de « littérature francophone belge » et du binôme oppositionnel « centre » (France) vs. « périphérie » (Belgique). En d’autres termes, il s’agit d’une tentative de surmonter la projection de catégories de recherche réductionnistes, monolingues et fédéralisées sur des objets de recherche littéraires et culturels passés et présents12. Ainsi, le projet se veut une illustration du fait que les frontières littéraires ne coïncident pas nécessairement avec les frontières politiques et linguistiques et que les relations littéraires intra- et internationales en Belgique constituent un vrai laboratoire pour ce type d’études comparatistes13.

  • 14 Voir par exemple Frickx (Robert) (éd.), Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940. Bru (...)
  • 15 Ces dernières années, ces questions gagnent tout de même en importance. Dans ce contexte, citons, à (...)
  • 16 Voir Bourdieu (Pierre), « Champ littéraire et rapports de domination. Un entretien de Jacques Duboi (...)
  • 17 Voir Casanova (Pascale), La République mondiale des Lettres. Paris, Seuil, 1999 et Damrosch (David) (...)

5Le projet entre aussi en dialogue avec plusieurs initiatives – plus isolées14 – orientées vers l’étude du fonctionnement de la littérature francophone belge et de sa construction identitaire par le biais d’un réseau complexe de relations littéraires. Les traductions et les contacts interculturels n’ont pas encore reçu l’attention qu’ils méritent : dans le contexte des recherches belges et internationales, ils restent pour la plupart un terrain vierge15. L’analyse des relations littéraires intra- et internationales pourra par conséquent mener à des hypothèses nouvelles. Ce type de recherches se veut également une contribution originale à l’historiographie de la littérature francophone belge en particulier et de l’identité littéraire de cultures multilingues en général. En effet, le projet situe ces traditions et ces questions dans un contexte théorique et comparatiste plus large, permettant d’offrir un outil de recherche plus performant pour l’étude de la construction identitaire en général dans des contextes qui dépassent l’analyse de la cartographie de relations intranationales et internationales de la littérature francophone belge. L’étude de la littérature francophone, de la traduction et de l’identité culturelle en Belgique ne traite en effet pas uniquement de problèmes « locaux » d’une « petite » littérature : la recherche internationale s’intéresse de plus en plus à des littératures de nations plus « petites » et moins homogènes16 qui fonctionnent comme un laboratoire pour les modèles littéraires en vigueur et pour l’analyse de mondes littéraires passés et présents ainsi que de leurs dynamiques interculturelles17. En tant que structure géopolitique multilingue et multiculturelle, la Belgique est le laboratoire par excellence pour l’étude comparatiste des interactions et des oppositions entre les discours littéraires de plusieurs communautés langagières ; elle peut, par conséquent, avoir une valeur d’exemple pour des situations européennes et non-européennes similaires (la Suisse, le Canada, l’Espagne, les Caraïbes, bref des contextes « globaux »…).

Trois approches

6À cette fin, c’est-à-dire afin de dessiner la cartographie de contacts interculturels et d’élaborer l’analyse du processus de construction d’une identité littéraire « belge » ou autre, trois angles de recherche corrélés seront choisis :

  • 18 Bibliographie belge et Aron (Paul) et Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de Langue (...)

7(1) L’étude de traductions littéraires dans un nombre représentatif de revues et de journaux francophones belges entre 1850 et 1950 : dans une première phase quantitative, un nombre représentatif de revues et de journaux francophones belges seront analysés en vue de leur ouverture envers des littératures étrangères en traduction. À l’aide de banques de données et de bibliographies18, nous arriverons à un échantillonnage des principales tendances littéraires (avant-garde vs publications conservatrices, prestigieux vs périphérique, etc.), des évolutions sociétales (alphabétisation, industrialisation, question linguistique, conflits internationaux comme celui de 1870 ou guerres mondiales, etc.), des oppositions idéologiques (catholique vs libéral vs socialiste vs flamingant, etc.), des oppositions géopolitiques (la Flandre, la Wallonie, la Belgique, la France, etc.), etc.

8Certaines revues combinent plusieurs de ces paramètres, notamment : Le Constitutionnel du Limbourg belge (1857-1871), L’avenir des Flandres (1869-1873), Le Flambeau (1918-1940), La Revue franco-belge (1922-1940), Uylenspiegel (1856-1864), L’Art universel (1873-1876), La Jeune Belgique (1881-1897), L’Art moderne (1881-1914), La Wallonie (1886-1892), La Revue Blanche (1889-1903), Durendal (1894-1919), La Belgique (1856-1860), La Renaissance d’Occident (1920-1940), La Revue Belge (1924-1940) etc.

9Les critères de distribution et de continuité sont importants, aussi bien d’un point de vue synchronique et diachronique. Des journaux et des revues de premier plan comme La Revue Générale (1865), Le Peuple (1885), Le Soir (1887), La Libre Belgique (1915), L’Indépendance belge (1831-1940), La Métropole (1984-1974), Le Vingtième Siècle (1895-1940), Le Thyrse (1899-1968) et, dans une moindre mesure, La Revue de Belgique (1869-1914), Le Journal de Liège (1814-1924), Le Précurseur (1836-1902), et La Nation belge (1918-1956) couvrent l’ensemble (ou du moins une grande partie) de la période en question (diachronie) et dépassent de la sorte les paramètres traditionnels de l’historiographie littéraire. Ils atteignent aussi un nombre non négligeable de lecteurs (en synchronie ou en diachronie) dans la totalité du territoire belge.

10Cet aperçu permettra d’identifier les secteurs-clés de la littérature traduite : y a-t-il des périodes spécifiques et/ou des secteurs littéraires spécifiques (avant-garde, périphérique, catholique, etc.) qui sont davantage marqués par l’importation littéraire que d’autres ? Quelles sont les littératures sources privilégiées, tant synchroniquement que diachroniquement ? Que révèlent-elles à propos des relations littéraires européennes, leurs hiérarchies, leur évolution ? Quel est, dans cette perspective, le rôle de la France comme littérature intermédiaire ? Quels sont les genres dominants ? Qui sont les auteurs ayant le plus de succès en traduction ? Comment ces aspects évoluent-ils (ou non) sur le plan diachronique ? La cartographie en question doit tenir compte de tous ces facteurs. Elle permettra de formuler des hypothèses de recherche sur la structure et l’évolution des relations intra- et internationales dans la littérature francophone belge.

11L’identification de ces secteurs-clés permettra d’analyser un ensemble de traductions représentatives. Des aspects macrostructurels (titres, chapitres, paragraphes…), des éléments narratologiques (narrateur, espace, point de vue, caractères, etc.) tout comme des aspects microstructurels (surtout les éléments lexico-sémantiques) méritent l’attention ici. En ce qui concerne les options textuelles de la traduction, l’analyse portera par exemple sur les stratégies qui maintiennent ou mettent en vedette la couleur locale (par exemple les noms de lieux ou les noms propres), les registres de langue (populaire, régional, dialectes, belgicismes, germanismes, anglicismes, français standard), les références aux relations socio-culturelles (problématiques) entre les langues et les cultures (par exemple la présence ou l’absence d’éléments hétérolingues dans le texte traduit), les mécanismes de censure, etc.

12Vu que la notion de « langue » est un concept lourdement connoté en Belgique et que la quête d’une identité littéraire « belge », qui se distingue de son corrélat français, hante les acteurs littéraires francophones, des traits langagiers spécifiques possèdent souvent des connotations littéraires et sociopolitiques. Les relations dynamiques, hiérarchiques entre les différentes langues et littératures impliquées peuvent avoir une influence sur les modalités et les fonctions de traduction. Jusqu’à quel point un texte fictionnel traduit peut-il être dit « belge », « français », « flamand », « allemand », « anglais », « américain » dans un contexte donné ? Quelle est la fonction de ces stratégies de traduction dans la construction d’une identité nationale (« belge ») ou internationale (« française », « européenne ») ? Comment ces stratégies évoluent-elles ? Sont-elles liées à des genres spécifiques ? Comment interfèrent-elles avec des caractéristiques similaires dans les textes originaux ? etc. Les réponses à ces questions sont intimement liées aux contextes sociétaux, socioculturels et littéraires qui définissent la légitimité des langues et des cultures impliquées dans la construction d’une identité littéraire. Les hiérarchies symboliques variables entre les différentes langues, littératures et cultures sont, pour ainsi dire, confortées dans les valeurs qu’elles représentent à un moment donné dans les traductions littéraires. Bref, les traductions véhiculent une grande importance symbolique : elles peuvent accentuer les oppositions idéologiques et socioculturelles d’une société et représenter une prise de position concernant l’identité culturelle. Elles sont capables de révéler, selon une perspective « régionale », « nationale » ou « supranationale », des aspects essentiels de la construction et de la dynamique d’une identité culturelle dans une société multiculturelle (la Suisse, le Canada, l’Espagne, les Caraïbes, ou des contextes dits « globaux »…).

  • 19 Anderson(Benedict), Imagined communities: Reflections on the origin and spread of nationalism. Lond (...)

13Soulignons que, au-delà de l’analyse des traductions, nous cherchons à reconstruire la perception identitaire, et non l’identité réelle, ontologique, telle qu’elle est (serait). C’est que nous croyons avec Anderson19 que l’identité est avant tout une construction (l’« imaginaire » national) qui ne se réfère pas à une essence qui serait donnée d’avance. Le mythe nordique, par exemple, sert principalement un but stratégique dans la mesure où il permet d’instaurer un critère de démarcation (sur le plan thématique) par rapport à la littérature française (hexagonale).

  • 20 Voir Maingueneau (Dominique) et Amossy (Ruth) (éd), L’Analyse du discours dans les études littérair (...)
  • 21 Angenot(Marc), 1889. Un état du discours social, op. cit.

14(2) L’analyse du discours critique ayant trait à d’« autres » littératures et cultures : les traductions ne fonctionnent en effet qu’en combinaison avec d’autres discours sociaux20. Elles n’acquièrent sens que dans les contextes discursifs et institutionnels dans lesquels elles sont intégrées, lues et propagées (ou censurées). D’où l’importance d’une seconde ligne de recherche : l’étude du « dicible »21 par rapport à d’« autres » littératures et cultures filtré par les périodiques ou journaux en question. Plus spécifiquement, il est important d’analyser le discours critique relatif aux relations littéraires et aux cultures étrangères en vue de découvrir des tropes et des structures d’argumentation qui sont représentatives des tensions caractérisant la construction d’une identité littéraire (« nationale »), tant sur le plan synchronique que diachronique. L’analyse cherchera à épingler les stratégies discursives et les positions qui sont représentatives des dichotomies qui caractérisent le discours interculturel francophone belge, tant synchroniquement que diachroniquement. En outre, la division dans l’analyse entre textes critiques et textes fictionnels mesurera la force de transmission « identitaire » de ces types de discours. Est-ce qu’une fiction permet d’articuler plus nettement l’identité littéraire d’une littérature ? Si tel est le cas, est-ce dû à des raisons intrinsèques à la fiction ou plutôt à des raisons circonstancielles, les textes fictionnels échappant plus facilement à la censure, par exemple ? Si non, quelles raisons invoquer ? Ou encore : à un moment donné, et dans un contexte précis, qu’est-ce qui (ne) peut / doit (pas) être écrit sur d’« autres » littératures et cultures dans le discours socioculturel en général et littéraire en particulier ? Comment ces discours interfèrent-ils (ou pas) avec la construction d’une identité spécifiquement littéraire francophone « belge » ? Les concepts de « Belgique », « belge », « Flandre », « flamand », « hollandais », « France », « français », « Allemagne », « allemand », « Angleterre », « anglais » sont-ils éminemment présents dans le discours francophone belge ? Comment leur présence et leurs acceptions évoluent-elles, par exemple avant et après la Première et la Seconde Guerre mondiale, sous l’influence de la question linguistique ? Quelles dichotomies positives/négatives sont responsables de la structuration de ces discours ? Comment sont-elles liées à la situation multilingue et multiculturelle dans laquelle des phénomènes littéraires luttent pour la définition d’identités dominantes ? Y a-t-il des médias qui sont caractérisés par une certaine forme de multilinguisme comme, par exemple, des éléments discursifs non traduits ? Est-ce qu’ils véhiculent des valeurs positives ou négatives ? La position et l’évolution du « dicible » par rapport à l’« autre » interfère avec la dialectique et les relations hiérarchiques entre la construction discursive ou institutionnelle d’une identité « belge » (ou alternative).

  • 22 Bourdieu(Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992.

15(3) L’analyse du rôle et des positions des différents acteurs (traducteurs, critiques, auteurs, éditeurs) dans ces contacts interculturels. Quels sont les traducteurs et les critiques importants, d’un point de vue quantitatif ou en termes de poids symbolique ? Remplissent-ils d’autres fonctions (par exemple celle d’auteur, d’écrivain, de journaliste, de prêtre, etc.) dans le champ littéraire et publient-ils en différentes langues ? Les données recueillies sur les traducteurs, auteurs, critiques en tant qu’individus sociobiographiques, en tant qu’agents littéraires et culturels dans des institutions et des contextes spécifiques permettront de corroborer l’interprétation des différentes stratégies de traduction et/ou pratiques discursives et de concrétiser des mécanismes et des instances spécifiques d’interculturalité. Ce type de questions pourrait aussi être utilisé pour analyser le rôle des acteurs interculturels dans des secteurs multiculturels, des nations etc. en dehors de la Belgique. L’on procèdera aussi à l’analyse des dimensions structurées et structurantes de l’habitus (traductionnel et interculturel22) de ces acteurs. Comment ces derniers intériorisent-ils les structures institutionnelles et discursives et comment cette intériorisation est-elle exprimée dans des perceptions et des pratiques concernant leurs activités interculturelles ? Chaque individu est le produit complexe d’un processus de socialisation multiple, partagé sur une série de situations. Puisque les institutions linguistiques ou culturelles belges évoluent fréquemment et qu’elles sont l’objet de perceptions et de positions discordantes, une analyse qui prendra en compte le concept d’« habitus » constituera une partie essentielle du projet. Dans ce contexte, la distinction entre stratégie et tactique, établie par Michel de Certeau, fournit un autre moyen permettant d’expliquer les pratiques des acteurs. Est-ce que la position d’infériorité intériorisée des Belges francophones envers les Français reste égale entre 1850 et 1950 ? Jusqu’à quel degré les acteurs périphériques (francophones belges) se conforment-ils à une certaine représentation intériorisée de la norme du centre parisien ? Les acteurs interculturels sont-ils forcés de naviguer entre les pratiques et les perceptions parfois extrêmement divergentes quant à la traduction et aux contacts interculturels ? Qui a accès au rôle de traducteur ? Comment les choix traductionnels stylistiques d’un traducteur donné sont-ils liés à un certain habitus (interculturel) ? Les réponses à ces questions sont intimement liées aux relations entre les niveaux (plus ou moins) individuel et (plus ou moins) collectif, à l’intériorisation des structures (discursives et institutionnelles) par les individus. Par conséquent, les positions et perceptions divergentes des agents interculturels constituent l’une des clés d’interprétation les plus pertinentes pour l’historiographie littéraire en Belgique ; « Elle sera plurilingue ou ne sera pas ».

  • 23 Quaghebeur (Marc), « Littérature et fonctionnement idéologique en Belgique francophone », dans Sojc (...)
  • 24 Voir PMLA Special Topic: Globalizing Literary Studies, n˚116.1, 2001; PMLA Special Topic: America: (...)

16L’historiographie des relations littéraires intra- et internationales en littérature francophone belge donne aussi une idée de certains aspects méthodologiques des études littéraires. En 1980 déjà, Hans-Joachim Lope a critiqué le réductionnisme monolingue des études de la littérature franco-belge. Ce constat a mené à des tentatives de dépassement23. Le projet de recherche en cours entre en dialogue avec cette problématique et constate un certain degré d’amnésie historiographique. L’historiographie prête peu ou pas d’attention à l’interculturalité et au plurilinguisme puisque ses concepts se basent sur des prémisses monolingues. De cette façon, l’historiographie perd de vue le potentiel identitaire souvent divergeant qui peut accompagner les traductions et les relations interculturelles dans un espace multilingue. Le tournant multilingue et son attention à la diversité linguistique et aux identités pluriformes et multilingues permettront de générer de nouvelles idées quant aux dynamiques et aux (re)définitions continues de littératures dans un monde globalisé24. Non seulement les paradigmes nationaux et temporels, mais aussi le paradigme linguistique de la recherche littéraire feront l’objet d’une reconstitution. La traduction est une activité-clé dans la recherche du multilinguisme et de la multiculturalité. Elle jette une lumière sur les interactions entre les « langues (nationales) » et les « littératures (nationales) » dans la (re)définition des mondes présents et passés. Comment des tendances globalisantes, multilingues dans les études littéraires ont-elles contribué à une meilleure compréhension du fonctionnement de la « littérature » ? Jusqu’à quel degré les modèles et les institutions que nous utilisons créent-ils l’illusion de « cultures littéraires nationales unifiées » ? Par ce questionnement, la recherche tentera d’entrer dans un dialogue existant et de gagner de nouvelles idées à propos de la situation belge. Elle confrontera tant la recherche diachronique que synchronique dans des cultures multilingues avec des idées dans le monde global et ses dynamiques, des idées concernant des cultures et littératures qui ont été identifiées comme monolingues (par exemple américaine) jusqu’à présent. Elle refusera donc l’idée selon laquelle la globalisation, le multilinguisme et la multiculturalité constitueraient des phénomènes purement récents ou exceptionnels.

Haut de page

Notes

1 Les revues néerlandophones belges ne seront pas laissées de côté : elles rempliront la fonction de contrepoids dans l’analyse quant aux questions de recherches précises.

2 Berg(Christian) et Halen (Pierre) (éd.), Littératures belges de langue française. Histoire & Perspectives (1830-2000). Bruxelles, Le Cri, 2000.

3 Halen(Pierre), « Notes pour une topologie institutionnelle du système littéraire francophone », dans Diop (Papa Samba) et Lüsebrink (Hans-Jürgen) (éd.), Littératures et sociétés africaines. Regards comparatistes et perspectives interculturelles. Tübingen, Günther Narr, 2001, pp. 55-68.

4 Bertrand(Jean-Pierre), Biron (Michel), Denis (Benoît) et Grutman (Rainier) (éd.), Histoire de la littérature belge (1830-2000). Paris, Fayard, 2003.

5 Vanderpelen-Diagre(Cécile), Écrire en Belgique sous le regard de Dieu. Bruxelles, Complexe, 2004.

6 Denis(Benoît) et Klinkenberg (Jean-Marie), La Littérature belge. Précis d’Histoire sociale. Bruxelles, Labor, 2005.

7 Gnocchi(Maria Chiara), Des Belges à Paris. Étude des choix éditoriaux et des orientations esthétiques de la collection « Prosateurs français contemporains » chez Rieder (1921-1939). Doctoral Thesis ulb et Università degli Studi di Bologna. Promoteurs : Aron (Paul) et Imbroscio, 2003.

8 Aron(Paul), « La Belgique francophone, carrefour du cosmopolitisme européen », dans Pluet-Despatin (Jacqueline), Leymarie (Michel) et Mollier (Jean-Yves) (éd.), La Belle Epoque des revues, 1880-1914, Éditions de l’IMEC, 2002, pp. 325-334.

9 Lysøe(Éric), Le diable en Belgique. Bologne, CLUEB, 2001.

10 Alamán(Ana Pano), L’Hystérie de la « Belgité ». Bologne, CLUEB, 2002.

11 Voir Even-Zohar (Itamar), Polysystem Studies. Special Issue of Poetics Today. Durham, Duke University Press, 1990.

12 Voir Klinkenberg (Jean-Marie), « La génération de 1880 et la Flandre », dans Weisgerber (Jean) (éd.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langues (1880-1950). Bruxelles, Labor, 1991, pp. 101-110.

13 Thiesse(Anne-Marie), La Création des identités nationales. Europe xviiie-xxe siècles. Paris, Seuil, 2001.

14 Voir par exemple Frickx (Robert) (éd.), Les Relations littéraires franco-belges de 1914 à 1940. Brussel, vub Press, 1990, Weisgerber (Jean) (éd.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langues (1880-1950), op. cit.; Dirkx (Paul), « Paris and Amsterdam as Translational Go-Betweens. The Evolution of Literary Translation in Belgium after World War II », dans Jansen (Peter) (éd.), Translation and the Manipulation of Discourse. Leuven, The CERA Chair for Translation, Communication and Cultures, 1995, pp. 9-24 ; Dirkx (Paul), « Une périphérie ? », Berg (Christian) et Halen (Pierre) (éd.), Littératures belges de langue française. Histoire & Perspectives (1830-2000), op. cit., pp. 341-359 ; Halen (Pierre), « Situation d’une littérature francophone : les “lettres belges” », dans ibidem, pp. 321-339 ; Piret (Pierre), « Une francophonie multilatérale ? L’exemple du théâtre », dans ibidem, pp. 413-437; Capelle (A.), « Translation in 19th Century Belgium », dans Robyns (Clem) (éd.)., Translation and the (Re)production of Culture. Leuven, The CERA Chair for Translation, Communication and Cultures, 1994, pp. 7-17; Aron (Paul), De Geest (Dirk), Halen (Pierre) et Vanden Braembussche (Antoon) (dir.), Leurs Occupations. ’impact de la Seconde Guerre Mondiale sur la littérature en Belgique. Bruxelles, Textyles Éditions, 1997.

15 Ces dernières années, ces questions gagnent tout de même en importance. Dans ce contexte, citons, à titre d’exemple, deux ouvrages récents qui touchent à cette problématique : Leonardy (Ernst) et Roland (Hubert) (dir.), Deutsch-belgische Beziehungen im kulturellen und literarischen Bereich. Les relations culturelles et littéraires belgo-allemandes 1890-1940, Frankfurt am Main, Peter Lang, coll. Studien und Dokumente zur Geschichte der romanischen Literaturen, 1999 et Roland (Hubert) et Schmitz (Sabine) (éd.), Pour une iconographie des identités culturelles et nationales. Ikonographie kultureller und nationaler Identität. Frankfurt am Main, Peter Lang, 2004.

16 Voir Bourdieu (Pierre), « Champ littéraire et rapports de domination. Un entretien de Jacques Dubois avec Pierre Bourdieu », dans Klinkenberg (Jean-Marie) (éd.), L’Institution littéraire. Textyles. Revue des Lettres belges de langue française, n˚15, 1998, pp. 12-16.

17 Voir Casanova (Pascale), La République mondiale des Lettres. Paris, Seuil, 1999 et Damrosch (David), What is World Literature? Princeton & Oxford, Princeton University Press, 2003.

18 Bibliographie belge et Aron (Paul) et Soucy (Pierre-Yves), Les Revues littéraires belges de Langue française de 1830 à nos jours. Essai de Répertoire. Bruxelles, Labor, 1993.

19 Anderson(Benedict), Imagined communities: Reflections on the origin and spread of nationalism. Londres, Verso, 1991.

20 Voir Maingueneau (Dominique) et Amossy (Ruth) (éd), L’Analyse du discours dans les études littéraires. Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2004 et Angenot (Marc), 1889. Un état du discours social. Québec, Le Préambule, 1989.

21 Angenot(Marc), 1889. Un état du discours social, op. cit.

22 Bourdieu(Pierre), Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire. Paris, Seuil, 1992.

23 Quaghebeur (Marc), « Littérature et fonctionnement idéologique en Belgique francophone », dans Sojcher (Jacques) (éd.), La Belgique malgré tout. Numéro spécial de la Revue de l’Université Libre de Bruxelles. Bruxelles, ulb, 1980, pp. 501-525 ; Klinkenberg (Jean-Marie), « La génération de 1880 et la Flandre », dans Weisgerber (Jean) (éd.), Les Avant-gardes littéraires en Belgique. Au confluent des arts et des langues (1880-1950), op. cit., pp. 101-110 ; Lambert (José), « De verspreiding van Nederlandse literatuur in Frankrijk », dans Ons Erfdeel, n˚23/1, 1980, pp. 74-86 ; Grutman (Rainier), « Le bilinguisme littéraire comme relation intersystémique », dans Canadian Review of Comparative Literature/Revue Canadienne de Littérature Comparée, n˚17, 1990, pp. 198-212.

24 Voir PMLA Special Topic: Globalizing Literary Studies, n˚116.1, 2001; PMLA Special Topic: America: The Idea, the Literature, n˚118.1, 2003 et Sollors (Werner) (éd.), Multilingual America: transnationalism, ethnicity, and the languages of American literature. New York, new York University Press, 1998.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Mus, Reine Meylaerts et Lieven D’Hulst, « « Sire, y a-t-il des Belges ? » Un siècle de relations littéraires intra- et internationales en Belgique (1850-1950) », Textyles, 32-33 | 2007, 224-233.

Référence électronique

Francis Mus, Reine Meylaerts et Lieven D’Hulst, « « Sire, y a-t-il des Belges ? » Un siècle de relations littéraires intra- et internationales en Belgique (1850-1950) », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 23 mai 2017. URL : http://textyles.revues.org/343 ; DOI : 10.4000/textyles.343

Haut de page

Auteurs

Francis Mus

KULeuven

Articles du même auteur

Reine Meylaerts

KULeuven

Articles du même auteur

Lieven D’Hulst

KULeuven

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org