Navigation – Plan du site

Littératures judiciaires

Paul Aron
p. 47-60

Texte intégral

1L’univers ritualisé de la justice a engendré une mythologie largement exploitée par la littérature (thèmes du crime et de la vengeance, du mensonge et de la vérité, du masque et du dévoilement…). Le développement du roman policier, à partir du xixe siècle, donne naissance à une représentation de la vie des cours et tribunaux, où les figures de l’enquêteur, du défenseur, du juge, de l’accusateur acquièrent une notoriété considérable. Les premiers romans d’Émile Gaboriau, souvent considéré comme un des pères du roman policier, ont été qualifiés de « romans judiciaires » ; l’expression a également été utilisée à propos de La Bête humaine de Zola, le criminel marqué du sceau de l’hérédité y relevant des catégories mises en place par le criminologue Cesare Lombroso. Plus généralement, la rhétorique argumentative des procès fascine nombre d’écrivains et leurs lecteurs, que ce soit dans le genre romanesque (Marguerite Yourcenar, L’Œuvre au noir, 1968), dans l’essai théâtralisé (Jean-Claude Carrière, La Controverse de Valladolid, 1992) ou dans les adaptations radiophoniques et télévisées des grands procès (Frédéric Pottecher). Le cinéma a naturellement accompagné ce mouvement. Le judiciaire a donc inspiré une grande variété de formes et de genres dans la littérature française des deux derniers siècles sans pour autant donner lieu à un courant littéraire identifiable de ce point de vue.

2Il en va généralement de même en Belgique. Toutefois, le fait que certains avocats ont tenté, à la fin du xixe siècle, de créer un genre littéraire nourri par la vie des cours et des tribunaux paraît mériter quelque attention. Il en est résulté, à mon sens, une relation singulière de proximité entre droit et littérature et, en conséquence, la naissance d’une tradition qui s’est poursuivie tout au long du xxe siècle. Quelques textes semblent précéder le mouvement. Ainsi les Anecdotes judiciaires d’un certain H. Vandermaesen (Liège, Collardin, 1843), mais il s’agit d’un recueil peu significatif de souvenirs personnels entremêlés de considérations juridiques. Le genre littéraire dont je parle est plus ambitieux, car il est lié au rôle que le Barreau veut jouer dans la vie publique à partir des années 1865.

3Ce qui fait la spécificité du discours juridique de la fin du siècle est son lien fort et revendiqué avec la vie littéraire. Deux facteurs expliquent sans doute cette situation nouvelle. Le premier est d’ordre général. Il tient à la formation littéraire et historique des candidatures en droit où les étudiants suivent les mêmes cours que ceux qui font la philosophie et lettres. S’ajoute à cela un héritage scolaire orienté par la rhétorique et les compétences de l’art oratoire. Même si le fait n’a pas encore été étudié, il est probable que cette formation est d’ailleurs restée plus traditionnelle que celle qui se donnait en France, où le tournant vers les humanités modernes et l’histoire littéraire se joue dès les années 1890. Le poids des grands collèges jésuites joue sans doute un rôle conservatoire en Belgique. La formation littéraire des juristes ne sera mise en cause qu’entre les deux guerres, au moment précisément où le rôle du latin dans les humanités commence à se réduire ; elle conduira à l’organisation de candidatures séparées dans les années 1960.

  • 1 Article Ier du règlement de 1848, cité dans Le Jeune Barreau, n˚1, 29 novembre 1924, p. 5.

4Le second facteur repose sur une hypothèse personnelle concernant l’histoire d’une institution de la vie judiciaire qui a beaucoup compté dans la formation de l’habitus professionnel des avocats belges. La Conférence du Jeune Barreau a été fondée dans les années 1848. Elle organise un complément à la formation des avocats, jugée sans doute trop théorique, sous la forme d’exposés publics destinés à leur permettre de « s’exercer dans l’art de la parole et de la discussion »1. Lorsque Edmond Picard est nommé à la tête des Conférences du jeune Barreau en 1868, il leur imprime un tournant qui outrepasse largement ce premier programme strictement professionnel. Sous son égide, les juristes vont prendre conscience de la place qu’ils occupent dans le destin artistique et culturel du pays.

  • 2 Thiesse (Anne-Marie), La Création des identités nationales, Europe xviii-xxe siècles. Paris, Seuil, (...)
  • 3 Par exemple : Warnkoenig (Léopold Auguste), Histoire du droit belgique, contenant les institutions (...)
  • 4 Picard (Edmond), Pandectes, vol. I. Bruxelles, Larcier, 1878, p. x.
  • 5 Picard (Edmond), Pandectes, vol. III. Bruxelles, Larcier, 1879, p. xxix.
  • 6 Ibidem.

5Pays jeune, la Belgique manque de monuments identitaires. Si se diffusent alors des « mythes nationaux » illustrant le passé national (figures de la résistance contre les Espagnols au xvie siècle ou communiers flamands, par exemple), contrairement à la plupart des nations qui trouvent leur indépendance au xixe siècle2, la Belgique ne dispose pas d’œuvres littéraires susceptibles de réaliser une symbolique fondatrice. Or ce que la littérature ne peut lui donner, le droit, lui, le peut à travers des traditions et des coutumes multiséculaires et ancrées dans l’histoire des villes et des communes. Ainsi lorsqu’au moment du jubilaire du pays paraissent les trois volumes intitulés Patria Belgica, qui tentent de faire le bilan moral et matériel du jeune État, le volume consacré à la Belgique morale et intellectuelle envisage successivement l’histoire des religions, la philologie, le théâtre, la musique, la vie littéraire, etc. Mais seul le chapitre consacré à l’histoire de la science du droit mobilise l’adjectif « national » pour désigner la continuité qu’il croit pouvoir dessiner à travers l’histoire. Ce lien entre le passé et le présent avait déjà été suggéré par l’Histoire des institutions et du droit de la Flandre au Moyen Âge et surtout par les recueils de « l’Ancien droit belgique »3. Mais le projet de Picard est bien plus ambitieux. Ses célèbres Pandectes, publiées de 1878 à 1933 en 136 volumes, sur le modèle des codes Dalloz, érigent la jurisprudence locale en monument historique, établissant ainsi en son domaine l’équivalent de ce qu’Henri Pirenne réalise dans le domaine historique et politique. Ici, insiste le maître d’œuvre : « Lois, jurisprudence, doctrine, tout y est belge et rien que belge »4. La préface du second volume défend, en liaison avec ce caractère national, une vision innovante et évolutive du droit. Et le domaine dans lequel Picard prétend réaliser un véritable apport aux conceptions juridiques de son époque est la reconnaissance des droits intellectuels, que l’on appelle aujourd’hui le droit d’auteur et qu’il nomme « le droit d’invention ». Dès le troisième volume, en 1879, c’est une œuvre littéraire qui sert de préface. Le Paradoxe sur l’avocat fait à la fois l’apologie du métier d’avocat et une analyse des qualités qu’il requiert : « Pour que l’avocat soit d’une manière constante dans cette situation psychologique qui lui fait voir, d’un œil chevaleresque, ce qui s’y produit [dans la vie sociale], la culture de la science et de l’art est indispensable »5. Et d’insister : « Je souhaiterais que tout avocat fût doublé d’un artiste, ou tout au moins d’un amateur d’art. »6

6Tel sera le programme de la revue L’Art moderne, fondée deux ans plus tard pour être le vecteur de l’intervention des avocats esthètes dans tous les domaines de la vie littéraire et sociale. Ainsi, contrairement à ce que l’on imagine parfois, pour Picard, la vie culturelle ne relève pas d’un désir de divertissement ou de loisir mondain, mais bien du projet conscient et obstiné d’installer un Barreau humaniste au cœur de la vie sociale.

7Les effets sur la vie littéraire qui découlent de ce projet seront à la fois l’œuvre d’un individu et de sa génération.

8Picard lui-même inaugure le mouvement dans ses introductions aux Pandectes. Il publie ainsi des « Scènes de la vie judiciaire » sous les titres suivants : Paradoxe sur l’avocat, La Forge Roussel, L’Amiral, Le Juré. Souvent autobiographiques, ou nourris par des événements vécus par l’auteur, ces récits mettent en scène des dialogues moraux où le droit tient une place majeure. Picard en fait le vecteur de ses opinions sur le droit naturel, sur le droit évolutif et social, sur la nation et sur l’histoire. Il s’agit, dans son esprit, de trouver une forme littéraire didactique qui rende le propos agréable, à la manière des contes philosophiques du siècle précédent.

9Il est difficile de juger ces œuvres sans risquer l’anachronisme. Si, du point de vue littéraire, leur intérêt était et reste mineur, elles ne furent pas sans influence. Quelques avocats y trouvèrent la justification d’une vie plus aventureuse et arguèrent de l’exemple de Picard pour arracher à leurs parents l’autorisation d’effectuer des études de droit par correspondance en faisant le tour du monde à bord de navires marchands. Toute une génération d’avocats, dont certains s’imposèrent dans la vie littéraire, y vit également un encouragement à suivre leurs penchants artistiques. Outre Verhaeren, Rodenbach et Maeterlinck, ils furent nombreux à publier de la poésie ou des contes. Le dépouillement de la revue mensuelle Le Palais, organe des conférences du jeune Barreau entre 1883 et 1890 – période où ce périodique s’ouvrit largement à des questions non juridiques –, donne une idée assez exacte de l’ampleur du mouvement.

10A posteriori, on peut ranger ces contributions en deux séries. La première comprend les textes juridiques ou les comptes rendus de procès dus à des auteurs qui se feront un nom dans le champ littéraire ; la seconde indique les essais littéraires proprement dits.

Émile Verhaeren, « Le procès Pelzer », 1882-1883, p. 9
Arthur James, « Un mot sur Pandore », 1883-1884, pp. 103, 219
Eugène Demolder, « En correctionnelle », 1884-1885, p. 116
Charles Dumercy, « Sentences arbitraires », 1884-1885, p. 56 ; 1886-1887, pp. 134, 229, 271
Eugène Demolder, « Causeries… », 1886-1887, pp. 27, 56, 110, 226
Georges Rodenbach, « La Recherche de la paternité », 1885-1886, p. 79
Eugène Demolder, « Croquis judiciaires », 1885-1886, pp. 37, 67, 99, 112, 208, 255
Arthur James, « Le Juré », 1887-1888, p.255
Jules Destrée, « En province », 1885-1886, pp. 84 et 129
Paul Errera, « Le nouvel-an », 1885-1886, p. 30
Félix Fuchs, « Après lire », 1885-1886, p. 113
Québé (Franz Silvercruys), « Scène de la vie pénitentiaire », 1887-1888
Champal, « Dialogue des morts imité de Fénelon », 1887-1888
Léopold Courouble, « Causerie », 1887-1888
Me Chamaillac, « Les odeurs du prétoire », 1887-1888

11Les essais littéraires des avocats peuvent sans doute à leur tour être divisés en deux catégories : ceux qui évoquent directement le monde du prétoire, et dont le modèle est le Juré de Picard, et ceux qui rapportent des anecdotes, des voyages ou des événements culturels, et dont le modèle est Monseigneur le Mont-Blanc de Picard encore. Je laisserai de côté les récits de voyage, les textes à usage professionnel (éloges et hommages à des confrères) ou les écrits relevant d’une littérature de l’intime (poèmes, dédicaces). Il reste quatre autres catégories que je distingue par leurs caractéristiques génériques.

12I. - Voici deux exemples de la première catégorie, que j’appellerai des fictions judiciaires.
Dans Le Secret de Frédéric Marcinel (1901), Jules Destrée poursuit en quelque sorte l’inspiration du Juré. Il examine l’évolution d’une conscience. Frédéric Marcinel est un gendarme ardennais lié d’amitié avec le juge Louvrier. L’un est laïc, le second catholique. Un jour, le gendarme emmène son ami visiter une famille extrêmement pauvre et il révèle son « secret ». La misère dans laquelle cette famille est tombée est en effet la conséquence de l’arrestation d’un ouvrier « ni bon, ni mauvais, pareil à bien d’autres ». Mais pris dans une bagarre et condamné à une lourde peine « pour l’exemple », l’homme ne peut plus assurer la subsistance des siens. S’ensuit une longue conversation sur la parole de l’Évangile « Tu ne jugeras point. » Louvrier admet peu à peu l’idée que le suivi d’une décision de justice importe autant que la peine elle-même et que la prison est dépourvue de vertus éducatives. Il en arrive aussi à douter de la sûreté de ses jugements. La suite du récit se déroule au Palais. Louvrier se range progressivement aux arguments de son collègue Jacquard en faveur d’une évolution du droit. Leurs conversations portent sur la récidive, sur l’élasticité des textes légaux et sur la condamnation conditionnelle. « Il faut cesser de punir » devient le leitmotiv du livre et Louvrier admet que la loi demande toujours à être appliquée avec discernement et respect des situations humaines. Au cours d’une dernière visite à Frédéric Marcinel, devenu une sorte de sage tolstoïen, il comprend enfin que l’acte de justice doit correspondre d’abord à une impulsion humaine et naturelle et non pas à l’application de principes abstraits.

  • 7 C’est d’ailleurs à ce titre qu’elle prend place dans l’étude de « l’écrivain » Destrée que donne Ra (...)

13Ce récit offre toutes les caractéristiques du roman à thèse : les personnages sont de simples porte-parole de l’auteur et l’anecdote est orientée par sa morale positive. Reste que le choix formel de ne précisément pas en faire un essai doit être accepté pour ce qu’il est : un souci de créer une œuvre littéraire7.

14Plus troublante est la seule œuvre de création à plusieurs mains qu’inspirent les idées de Picard. Maître Deforges est rédigé par un collectif dont les membres sont pour la plupart issus de son cabinet ou sont des proches. Les auteurs en sont : Thomas Braun, Jacques Des Cressonnières, Jules Destrée, Georges Dubois, Maurice Duvivier, Charles Gheude, Léon Hennebicq, Paul Jamar, Paul-Émile Janson, Henri Jaspar, Frédéric Ninauve, Paul Spaak – soit, pour la plupart, de brillants avocats progressistes du moment, dont certains feront carrière en politique, au parti socialiste ou au parti libéral, et d’autres au Barreau. Publié en 1901, par la maison Larcier, il s’agit d’un roman-feuilleton parodique et satirique. Le titre est naturellement une plaisanterie, puisqu’il fait allusion au célèbre Maître de forges, le roman à succès de Georges Ohnet. Chaque auteur a écrit un chapitre, vraisemblablement sans avoir pris connaissance des chapitres antérieurs, mais les parties de l’ouvrage ne sont pas attribuées à leurs rédacteurs respectifs, ce qui est à la fois dommage eu égard aux différences de ton, mais significatif également du fait que tous ont accepté de cosigner l’ouvrage. L’intrigue, un peu confuse, se résume en quelques phrases. Il s’agit d’une enquête sur la mort d’un rentier bruxellois. Le juge Darrest commence par arrêter le fils de la digne veuve qui fréquentait la victime, mais celui-ci sera relâché suite à la brillante défense assurée par l’avocat Deforges et son assistant Félix Gérolson, qui est l’assassin véritable. Gérolson courtise la fille de son patron, et il est aidé dans sa conquête du grand monde par son oncle, le banquier Zabulon. Celui-ci fait nommer Deforges administrateur d’une banque d’affaire qui tombe en faillite frauduleuse peu de temps après. Il sera défendu en justice par Gérolson. Le lecteur ne saura jamais quelle sera l’issue du procès, car le roman s’interrompt volontairement ici.

15Ce résumé ne rend pas compte des deux caractéristiques majeures du roman. D’abord, il offre une image particulièrement amère du fonctionnement de la justice. Les promotions sont dues aux intrigues politico-mondaines, les juges et les avocats sont, sinon corrompus, du moins aisément corruptibles et carriéristes ; les principaux forfaits demeurent impunis et seuls trinquent de pauvres innocents. L’étrange volupté que les auteurs semblent prendre à piétiner les valeurs qu’ils sont censés incarner se retrouve dans le décor. Alors que les avocats progressistes figurent parmi les amateurs de l’Art nouveau, ils font ici la caricature de l’architecture bruxelloise qui était à la mode quinze ans plus tôt. C’est ainsi que l’oncle Zabulon loge dans une sombre demeure bâtie à son image :

  • 8 Collectif, Maître Deforges. Bruxelles, Larcier, 1901, p. 252.

À l’intérieur, c’était comme sur la façade le même obsédant, le même affolant ondoyement de tous les motifs architecturaux qui se bousculaient et s’enlaçaient dans le désordre d’une tentaculaire poursuite, dans la déroute d’une universelle confusion, dans une commune intention de recherche et de tape-à-l’œil. Cela faisait penser tour à tour aux ténias plats et flasques qui se prélassent dans l’eau-de-vie à la vitrine des pharmaciens, à quelque mollasse macaroni suspendu à d’invisibles fourchettes, à des enlacements de frétilleux lombrics ou d’anguilles crispées, à l’enchevêtrement des algues, et enfin surtout aux folles arabesques dont l’incompréhensible lacis toujours a tenu dans les cerveaux sémitiques la place robuste, grave et humaine, équilibrée des arts aryens, essentiellement représentatifs et plastiques ceux-ci8.

  • 9 Ibidem, p. 65.
  • 10 Ibidem.
  • 11 Ibidem, p. 123.
  • 12 Ibidem, p. 249.

16Sur sa table, des numéros du Studio, de La Revue blanche et de L’Art moderne achèvent de donner le ton de cette étrange dénonciation du cosmopolitisme artistique. Celle-ci se double, on l’aura deviné, d’une charge antisémite qui n’est, soulignons-le, pas le fait d’un seul contributeur, mais de plusieurs même si c’est à des degrés divers. Gérolson bénéficie en effet, si l’on ose dire, d’une série de qualifications particulièrement gratinées. L’avocat est issu d’un milieu de juifs polonais pauvres. Ses aïeux ont fait fortune à Bruxelles en découvrant – la phrase est en italiques dans le texte – « cette chose inouïe, incroyable, presque absurde, que les Goym ne savaient plus la distinction des races »9. C’est dès lors la fête dans la boutique, « les chandelles allumées projetèrent sur les murs blanchis de hideux profils hircins tordus par des ricanements d’hyène à qui on ouvrirait la bergerie »10. L’avocat Gérolson semble rompre un moment avec les corruptions dont ses ancêtres ont fait leur moyen de subsistance, mais à l’occasion sa vraie nature réapparaît. Me Deforges découvre ainsi « la joie mauvaise qui flambait dans ses yeux d’Oriental. Il devine que le Sémite, l’Étranger primitif soudain réapparu, n’aurait aucun scrupule à profiter de ce hasard inespéré pour se sauver. »11 Victime à son tour d’un chantage, Gérolson est décrit ensuite « gardant l’échine courbée d’un air craintif, avec un mouvement qui semblait ancestral »12. Ces descriptions, que Picard n’aurait pas reniées vingt ans plus tôt, semblent un peu anachroniques au moment où l’innocence de Dreyfus a éclaté et où Picard lui-même, tout à ses amours avec Judith Cladel, a mis une sourdine à son antisémitisme. Elles correspondent néanmoins très certainement aux obsessions de plusieurs avocats, et on ne s’étonnera pas ainsi de constater que les très sérieuses Pandectes belges présentes chez tous les juristes belges à qui elles donnent l’« Inventaire général du droit belge à la fin du xixe siècle », arborent dès la fin de la Grande Guerre, au moment où Léon Hennebicq en a pris la direction effective, le nouveau sous-titre flamboyant : « Synthèse du droit d’une nation de race européo-américaine au xxe siècle » (1921 et suivantes).

17Plus anecdotique, et sans plus guère d’incidence sur la vie littéraire est un autre genre, celui des anecdotes et des portraits. Abondamment pratiqué par le bouillant Charles Dumercy au tournant des xixe et xxe siècles, on en trouve encore la trace dans les écrits de Jean-Pierre Paulus (Croquis de personnalités judiciaires, Larcier, 1947 et Flâneries judiciaires, Nicholson & Watson, 1947) ou de René Lyr (Croquis d’audience, La Caravelle, 1950).

  • 13 Picard (Edmond), Discours sur le Renouveau au théâtre. Bruxelles, Vve F. Larcier, P. Lacomblez, 189 (...)

18II. Une seconde forme littéraire inspirée par l’art oratoire de l’avocat se dessine dans les textes d’Edmond Picard consacrés au théâtre. En 1895, l’architecte Alban Chambon (l’architecte de l’hôtel Métropole) aménage une petite salle de théâtre dans l’hôtel de maître qu’occupe l’avocat. Elle est inaugurée le 18 décembre 1895 avec le drame d’Ibsen Le Petit Eyolf mis en scène par Aurélien Lugné-Poe et son Théâtre de l’Œuvre avec Suzanne Desprès. On y joue également, au cours de la même séance, Les Flaireurs de Charles Van Lerberghe, qui n’eut guère de succès. Ne pouvant convaincre Lugné de s’installer à demeure, Picard se rabat sur Gaston Mouru de Lacotte, à qui est confié le soin d’organiser, à ses risques et périls, mais avec l’appui des cercles littéraires et artistiques de toutes les grandes villes, une programmation d’avant-garde largement ouverte aux nouveaux auteurs belges. En avril 1896, la troupe réunie par Gaston Mouru de Lacotte représente deux pièces de Maeterlinck, Intérieur, qui avait été créé par Lugné-Poe au Théâtre de l’Œuvre un an plus tôt, et La Mort de Tintagiles, dont ce fut la première représentation. Cet intérêt pour le théâtre symboliste avait en quelque sorte été préparé par les réflexions que l’avocat Eugène Robert livra au numéro spécial du dixième anniversaire de L’Art moderne (1891). Il y insistait sur l’évolution récente de la langue française que les genres littéraires ont assouplie et transformée de manière à oublier la « rhétorique de l’École ». Il faisait ainsi un parallèle entre « l’art de parler » et « le plus difficile et le plus merveilleux des phénomènes artistiques : le rendu instantané des générations psychiques par la parole » qui guide les recherches en poésie et dans le théâtre. Picard réalise concrètement ce passage entre la scène et le prétoire. En 1897, il publie en effet son Discours sur le Renouveau au théâtre. Il y prône notamment une diction nouvelle et singulière qui pourrait se passer des artifices scéniques qui encombrent le théâtre et contre lesquels Maeterlinck avait tenté de réagir également. Il défend ainsi le « monodrame », défini comme « un genre de littérature dramatique sans décors et sans acteurs », une lecture à une voix soutenue par « une mimique sobre mais saisissante, une accentuation pénétrante »13.

  • 14 Voir Picard (Edmond) et Thébaut (Henri), Le Juré. Monodrame lyrique en cinq actes. Bruxelles-Paris, (...)

19Passant de la théorie à la pratique, Picard rédige lui-même un exemple de ce que j’appellerais un théâtre du prétoire. En 1904, il reprend en effet la trame d’un des récits des Scènes de la vie judiciaire, l’histoire d’un médecin qui a voté la mort en cour d’assises et qui est peu à peu envahi par le remords et mené au suicide. Le Juré est une pièce influencée par l’esthétique de la mort de Van Lerberghe et Maeterlinck, et certainement aussi par Edgar Poe, mais ce drame peut être considéré aussi comme une sorte de transfert de l’art oratoire dans le monde du théâtre à un moment stratégique où ce dernier est en quête d’une nouvelle relation entre l’acteur, le texte et la mise en scène. En 1910, son texte prend encore une nouvelle ambition14. Henri Thiébaut compose une musique d’accompagnement pour une version réduite par l’auteur. Mais cette musique, d’inspiration wagnérienne par les leitmotivs qui la structurent, offre ceci de particulier qu’elle entre en dialogue avec un récitatif toujours parlé et non chanté. Un chœur discret d’enfants accompagne par ailleurs certains passages particulièrement tragiques. Ainsi conçu, cet espèce d’oratorio très original constitue une véritable innovation, à certains égards comparable aux expériences contemporaines de « théâtre chanté » ou musical.

  • 15 J’en donne de nombreux exemples dans Aron (Paul), La Mémoire en jeu. Une histoire du théâtre de lan (...)
  • 16 Omnia fraterne. Bruxelles, Larcier, 1891.
  • 17 Voir Aron (Paul), « Le prince Malin, la princesse Malsaine et autres pastiches de Maurice Maeterlin (...)

20III. Revues et divertissements. Selon une tradition bien ancrée dans les milieux universitaires, la fin des études donnait lieu à une fête où l’on parodiait les enseignements reçus. Les « revues » estudiantines étaient d’autant plus en vogue en Belgique qu’elles rencontraient également de grands succès au théâtre15. Les avocats fraîchement diplômés qui constituaient le Jeune Barreau en ont également monté un grand nombre. La première, la plus célèbre et dont le souvenir s’est perpétué pendant plus de trente ans, a été créée le 14 février 1891 sous le titre Omnia fraterne16. Il s’agissait d’une désopilante parodie des opéras de Wagner, alors à la pointe de l’actualité, mais aussi de pastiches des essais littéraires du jeune confrère Maurice Maeterlinck17. Suivront Caveant consultes (1898) ou Gnôthi seaûton (1899) qui sont des revues assez classiques à usage interne. Puis Le Massacre des Innocents (1907), qui est également une parodie de la Salomé de Strauss créée en français à la Monnaie le 25 mars 1907. De nombreux textes de la même veine figurent encore dans les revues professionnelles. Un dépouillement du Jeune Barreau (1924-1932), revue fédérant les organisations de Bruxelles, Liège, Anvers et Mons, donne à lire « Servais chaud !… ou un Dialogue avec Fin » (1924), un résumé de trois revues théâtrales en 1925, dont « Le Trésor des humbles », et « C’était un procès », ainsi que quelques essais littéraires, poèmes et saynètes de Charles Dumercy ou de Marcel Thiry lues lors des conférences du Jeune Barreau à Anvers et à Liège. Il est clair néanmoins que dans l’entre-deux-guerres, la veine s’est tarie, que les publications sont de moins en moins luxueuses, mais, surtout, qu’elles ont perdu la capacité d’être accessibles également à ceux qui suivent la vie culturelle autant que la vie judiciaire. C’est en effet cette capacité d’ouverture qui faisait la spécificité des premières grandes revues.

21IV. Indirectement, Picard est encore à l’origine d’un autre genre littéraire dont les réalisations belges sont peu connues : le journalisme judiciaire. L’avocat bruxellois fut en effet un des défenseurs des frères Pelzer, deux Juifs d’origine verviétoise (ou, si l’on préfère : deux Verviétois d’origine juive). Ceux-ci furent condamnés en 1882 pour le meurtre de Guillaume Bernays. Véritable mélodrame, avec déguisements, appels à la presse, errements judiciaires etc., l’affaire Pelzer fit grand bruit. La mort d’un juré, suite à la malédiction lancée par un des deux frères après sa condamnation, inspira à Picard son récit Le Juré. Défendus par quelques-uns des plus grands avocats de leur temps, les frères Pelzer ont toujours clamé leur innocence. Liés par des relations d’amitié avec nombre de personnalités influentes de la vie bruxelloise (la veille de son arrestation, Armand Pelzer dînait chez un ami médecin avec Maurice Kufferath, rédacteur à L’Indépendance belge et futur directeur du Théâtre de la Monnaie, et Léon Dommartin, journaliste à La Chronique), les Pelzer sont restés en relation avec l’ancien ministre de la justice Jules Le Jeune et son disciple Edmond Picard. Le doute sur la culpabilité subsista longtemps. Le journaliste Gérard Harry, le talentueux rédacteur en chef du Petit bleu, le quotidien bruxellois le plus populaire, entra en relation épistolaire avec Léon Pelzer pendant son emprisonnement à Louvain. Il joua un certain rôle dans sa libération en octobre 1911. Mais surtout, il écrivit un formidable récit publié en 1927 aux Éditions de la « Revue belge » de Pierre Goemaere, qui inaugure en Belgique, à ma connaissance, le genre du récit historique des grands procès dont, en France, des avocats comme Maurice Garçon ou un journaliste fils d’avocat comme Frédéric Pottecher reprendront l’exemple.

  • 18 Au point que Vanham (Ivan), 159, rue de la Loi. Liège, a.tt.m., 1999, se permet de reprendre l’esse (...)

22L’Affaire Pelzer allie les chapitres typiquement journalistiques (« La recherche du disparu »), avec la publication de documents bruts, un compte rendu détaillé du procès rédigé à partir des documents parus dans la presse et les conclusions auxquelles l’auteur est personnellement parvenu. L’ensemble reste passionnant, autant comme document sur la vie bruxelloise de la fin du siècle que sur le procès lui-même18.

23Trois ouvrages au moins arriment ce genre de chroniques juridico-historiques au genre littéraire du roman, en utilisant l’expression « roman judiciaire » : Firmin Van den Bosch, Le Crime de Luxhoven (G. Mertens-Rivière, 1912) ; Maurice Level, L’Épouvante (Rex, 1933) ; Armand Geradin, L’Affaire Magnus (Durendal, 1946). Mais l’auteur qui a publié les meilleurs textes de cette veine est un auteur de théâtre nommé Henri Soumagne (pseudonyme d’Henri, Félix, Maurice Wagener, 1891-1951). On lui doit notamment L’Autre Messie (1924) et Bas-Noyard (1924), des pièces de théâtre expressionnistes. Ses essais ultérieurs ont toutefois été très mal accueillis, et c’est un auteur déçu et mis à l’écart de la vie littéraire qui cherche dans les années 1930 une nouvelle voie. Il rédige de brefs récits pour Cassandre qu’il publie sous le titre de Pour ou contre (1935-1936 et 1938). Ces chroniques sont des fictions fondées sur des anecdotes ou des faits d’audience réels, mais transposés et déguisés pour des raisons évidentes. C’est en songeant au succès obtenu par ces chroniques que Soumagne en arrive, pendant la Seconde Guerre mondiale, à rédiger trois grands récits documentaires sur des affaires judiciaires qui ont marqué la Belgique. Le Seigneur de Bury est consacré à Hippolyte Visart de Bocarmé ; L’Étrange M. Courtois au commissaire de police corrompu de la Ville de Bruxelles des années 1880 et Chiennes d’enfer rapporte l’affaire Vandersmissen. Je m’arrêterai brièvement sur ce dernier ouvrage.

24Chiennes d’enfer est une expression qui désigne la presse. Le « quatrième pouvoir » joue en effet un rôle essentiel dans l’affaire, à la fois par l’ampleur médiatique qu’elle lui a donné et par son rôle de relance de l’enquête et d’expression de l’opinion publique. L’histoire est celle d’un double procès. Nous sommes dans les années 1870. Gustave Vandermissen, avocat alostois issu d’une bonne famille libérale, mais rallié au parti catholique, épouse une actrice : Alice Renaud. Malgré les objurgations de sa famille, qui lui représente les dangers d’un mariage avec une fille de mauvaise vie, sur laquelle circulent déjà bien des ragots, Vandersmissen épouse la belle Alice, dont il aura une fille, Marguerite. Leur idylle dure cinq ans. Mais un aristocrate français, ruiné et escroc impénitent, réussit à la fois à capter les largesses du mari et l’amour de la femme. Arrêté, il se venge en révélant qu’elle était sa maîtresse. S’ensuit un premier procès, raconté tout du long, qui se termine par la condamnation du maître-chanteur. Vandersmissen décide de divorcer. Il jure devant le conseil de l’ordre qu’il a rompu tous liens avec la coupable. Mais en réalité, il continue de la voir, et, lasse des reproches et des menaces de son mari, celle-ci révèle leurs entrevues nocturnes. Acculé à devoir avouer sa forfaiture, Vandermissen la tue. Il est condamné à quinze ans de prison, qui seront réduits à dix lors du procès en appel.

25La dimension « policière » du récit s’essouffle rapidement. Mais l’intérêt du lecteur se porte sur la description du milieu du théâtre et des loisirs de la bonne société qui est très réaliste. Le morceau de bravoure du livre est l’assassinat, rapporté « comme si on y était », et de manière, si l’on ose dire, très vivante. L’anecdote se lie par ailleurs à l’histoire de la littérature. D’une part, la mésalliance de l’avocat et la réprobation publique sont analogues à ce que raconte Rodenbach dans Bruges-la-morte, au point que l’affaire Vandermissen peut sans doute être considérée comme une des sources probables des amours d’Hugues Viane avec Jane Scott. D’autre part, Alice, âgée de dix-sept ans, a été la maîtresse de Félicien Rops. La belle lettre enflammée qu’elle envoie à son futur mari, et dont elle reprendra les mots pour écrire à son amant, est d’un style particulièrement relevé. Elle se termine par les phrases suivantes : « Mais je ne sais pourquoi vraiment je vous raconte tout cela ; mais par une singulière folie de ma nature, je ne sais pas écrire ce qu’on appelle une lettre dans le monde ; je prends une plume, je bavarde à tort et à travers et de travers le plus souvent ; mais aujourd’hui, j’y prends vraiment un plaisir extrême ; je m’ennuie tant, tant qu’il faudra bien me passer ces bavardages d’aliénée tranquille. » Au féminin près, il se fait que ce texte plagie très précisément une des lettres que Rops lui a envoyées…

Perspectives

26Ce rapide exposé, destiné à défricher un chantier qui n’a pas encore été étudié, me paraît surtout intéressant dans la mesure où il impose une extension de l’espace littéraire traditionnel. Il force à prendre en considération un corpus intermédiaire, entre littérature et essai, qui comprend des anecdotes, des textes mémoriels, des récits historiques, de la littérature commerciale et juridique. Les « journalistes écrivains » ont en effet été rarement répertoriés par l’histoire littéraire : d’Auguste Dewinne, chroniqueur de la misère dans les Flandres au début du siècle, qui fit paraître ses reportages dans Le Peuple, à Philippe Toussaint, rédacteur du Journal des procès et collaborateur de la RTBf-radio jusqu’à son décès, il est en effet une longue série de personnalités peu ou mal identifiées par l’institution littéraire qui mériteraient qu’on les étudie. Le discrédit qui entoure leurs textes révèle une problématique de la légitimité littéraire qui reste habituellement dans l’implicite.

27À l’inverse, les textes littéraires des avocats devraient pouvoir être mis en relation avec un surcroît de légitimité dans leur carrière professionnelle. Si pour Picard, la rédaction de textes artistiques ou littéraires représente certainement une valeur ajoutée au parcours de l’avocat-humaniste, les motivations de ses confrères restent pourtant à étudier. Les instruments de mesure sociologiques de ce fait sont difficiles à construire. Autant les gratifications symboliques sont parfaitement lisibles dans le monde littéraire quand elles se traduisent par des prix, la participation à des sociétés d’auteurs ou la reconnaissance académique, autant, dans le monde du barreau, on mesure mal l’influence d’une publication littéraire pour la carrière d’un futur bâtonnier ou d’un juge de cassation. Tout porte à croire qu’elle n’est cependant pas nulle. En préciser la portée permettrait de comprendre nombre de pratiques présentées comme un simple « goût » spontané pour les belles-lettres.

28Une dernière observation pour conclure. Le dialogue entre juristes et littéraires se construit sur des positions asymétriques. La compétence professionnelle de l’écrivain semble moins spécifique que celle des autres métiers. L’avocat prétend pouvoir investir librement le domaine littéraire, tandis que l’écrivain hésite à aborder les aspects techniques du droit. Un des paradoxes de la « littérature des juristes » est qu’elle a peut-être contribué à réduire ainsi l’espace social dévolu aux professionnels de l’écriture. Tel est bien le sens des protestations de La Jeune Belgique en faveur de l’art pour l’art auquel, dans les années 1881-1886 au moins, L’Art moderne semblait préférer un art d’utilité sociale. Que les seuls écrivains qui aient réussi à s’imposer en Belgique et à l’étranger à l’époque, les Verhaeren, Rodenbach et Maeterlinck, aient été précisément des juristes trouve peut-être ainsi une explication nouvelle. Eux seuls étaient à même de s’imposer, à la fois parce que leurs confrères les respectaient par esprit de corps, et parce qu’ils ont pu prendre conscience du « métier » spécifique de l’écrivain. Ils étaient les seuls à même de réduire l’asymétrie stérilisante de la relation entre les hommes de lettres et les juristes.

Haut de page

Notes

1 Article Ier du règlement de 1848, cité dans Le Jeune Barreau, n˚1, 29 novembre 1924, p. 5.

2 Thiesse (Anne-Marie), La Création des identités nationales, Europe xviii-xxe siècles. Paris, Seuil, 1999.

3 Par exemple : Warnkoenig (Léopold Auguste), Histoire du droit belgique, contenant les institutions politiques et la législation de la Belgique sous les Francs. Bruxelles, H. Tarlier, 1837 ; Britz (M. J.), Code de l’ancien droit belgique ou histoire de la jurisprudence et de la législation, suivie de l’exposé du droit civil des provinces belgiques. Bruxelles, A. Van Daele, 1847 ou De Croos (Pierre), Histoire du droit criminel et pénal dans le comté de Flandre depuis les temps les plus reculés jusqu’à la fin du xviie siècle. Ancien droit Belgique. Bruxelles, Larcier, 1878.

4 Picard (Edmond), Pandectes, vol. I. Bruxelles, Larcier, 1878, p. x.

5 Picard (Edmond), Pandectes, vol. III. Bruxelles, Larcier, 1879, p. xxix.

6 Ibidem.

7 C’est d’ailleurs à ce titre qu’elle prend place dans l’étude de « l’écrivain » Destrée que donne Raymond Trousson dans Detemmerman (Jacques), Dumont (Georges-Henri), Jones (Philippe), Troussson (Raymond), Destrée le multiple. Bruxelles, arllf, 1995, pp. 15-45.

8 Collectif, Maître Deforges. Bruxelles, Larcier, 1901, p. 252.

9 Ibidem, p. 65.

10 Ibidem.

11 Ibidem, p. 123.

12 Ibidem, p. 249.

13 Picard (Edmond), Discours sur le Renouveau au théâtre. Bruxelles, Vve F. Larcier, P. Lacomblez, 1897, p. 116.

14 Voir Picard (Edmond) et Thébaut (Henri), Le Juré. Monodrame lyrique en cinq actes. Bruxelles-Paris, Rouart-Lerolle, 1910.

15 J’en donne de nombreux exemples dans Aron (Paul), La Mémoire en jeu. Une histoire du théâtre de langue française en Belgique. Bruxelles, La Lettre volée/Théâtre National de la Communauté française de Belgique, 1995.

16 Omnia fraterne. Bruxelles, Larcier, 1891.

17 Voir Aron (Paul), « Le prince Malin, la princesse Malsaine et autres pastiches de Maurice Maeterlinck », dans La Monnaie symboliste, sous la dir. de Manuel Couvreur et Roland Van der Hoeven, Bruxelles, Cahiers du Gram, 2003, pp. 259-286.

18 Au point que Vanham (Ivan), 159, rue de la Loi. Liège, a.tt.m., 1999, se permet de reprendre l’essentiel du récit de Harry sans même le citer, d’y ajouter quelques documents iconographiques et de présenter le tout comme une enquête originale. L’affaire a aussi partiellement inspiré Paul Bourget dans son roman André Cornelis (1887), porté au cinéma en 1927 par Jean et Henriette Kemm. Signalons pour être complet que Harry lui-même en a tiré d’un épisode un récit romancé : « Le Revenant » (dans La Grande Revue, Paris, 1912, en volume, Bruxelles, La Feuille littéraire, 1918).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Aron, « Littératures judiciaires », Textyles, 31 | 2007, 47-60.

Référence électronique

Paul Aron, « Littératures judiciaires », Textyles [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 22 août 2017. URL : http://textyles.revues.org/337 ; DOI : 10.4000/textyles.337

Haut de page

Auteur

Paul Aron

FNRS – Université libre de Bruxelles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org