Navigation – Plan du site

Présentation

Jacques Carion et Véronique Jago-Antoine
p. 7-8

Texte intégral

1Y aurait-il encore tant à dire sur l’œuvre d’Henri Michaux ?

2Depuis les ouvrages d’André Gide, en 1941, de Robert Bréchon, en 1959 ou de René Bertelé, en 1965, les analyses se sont multipliées, les articles ont proliféré et les thèses se sont accumulées. Il ne se passe pas d’année qui ne voie s’organiser expositions et colloques, aussitôt accompagnés par la publication de catalogues, d’actes et de numéros spéciaux de revues.

3Des écrivains ont témoigné, comme Octavio Paz, André Pieyre de Mandiargues, Michel Butor, Lawrence Durrell ou Bernard Noël. Des générations de commentateurs se sont succédé, en France, d’Yves Bonnefoy à Anne-Élisabeth Halpern, en Belgique, de René Micha à Jacques Cels, en Suisse, de Jean Starobinski à Marianne Béguelin. Des études passionnantes sont venues d’Italie, avec Stephano Agosti, d’Espagne, avec Marta Segarra, des États-Unis, avec Renée Riese Hubert…

4Devant une telle abondance de discours critiques, y a-t-il encore tant à dire ? Assurément.

5Depuis qu’à la faveur du travail de Raymond Bellour, l’œuvre d’Henri Michaux se déploie largement, avec ses variantes innombrables, ses versions inédites, ses parties écartées ou jamais reprises, on apprécie mieux l’ampleur d’un texte qui parcourt l’espace du dedans jusqu’en ses extrêmes limites. Avec fureur ou dans la sérénité, mais en état de curiosité aigu et insatiable.

6On cerne davantage le créateur – qui se cachait si bien dans ses textes et ses peintures, se plaçait à distance de ses lecteurs et ne leur écrivait que d’un pays lointain depuis que Jean-Pierre Martin, entre réalité avérée et fiction, entre essai et roman, a tenté le portrait de celui qui, toute sa vie, s’effaça.

7On saisit avec plus d’acuité – grâce aux correspondances retrouvées et publiées qui lient l’auteur de Qui je fus à Franz Hellens, Herman Closson, René Bertelé ou Adrienne Monnier – certains moments d’une vie, biffés pour mieux réapparaître dans la mouvance des lignes écrites et dessinées.

8Et voilà que devant ce paysage littéraire élargi, dont tous les mouvements sont devenus visibles, il est possible d’ajuster la visée…

9Le premier point de vue que l’on va découvrir ici se fixe sur les commencements de Michaux. Il s’agit d’abord, par l’un des signataires de ces lignes, de l’évocation de moments d’écriture situés à l’aube des années vingt : fragments tenus à l’écart par l’écrivain, ils laissèrent pourtant des traces dans la suite de l’œuvre et révèlent une poétique du trouble qui n’est pas sans liens avec quelques-uns des nombreux textes lus par l’écrivain débutant. David Vrydaghs étudie ensuite la participation critique de Michaux à la littérature, dans les mêmes années, à travers des contributions à la revue Le Disque vert qui prônent l’ubiquité, l’éclatement des cadres littéraires et la rupture avec le passé.

10Avec cette analyse s’ouvre une série de séquences élaborées par de jeunes chercheurs – belges, français, anglais et québécois – qui éploient le texte de façons très diverses mais également fécondes.

11Sans quitter les années vingt, Catherine Daems parcourt ainsi articles de presse et correspondances en observant le croisement des trajectoires d’Henri Michaux et d’Odilon-Jean Périer, les avatars de la réception de leurs œuvres et ceux de leurs rapports avec le surréalisme. Parfois proche de certaines revendications de Camille Goemans et de ses amis bruxellois mais se plaçant aussitôt à distance de leur mouvement, l’auteur de La nuit remue se choisit, selon ses propres mots, « un espace incirconscrit », affranchi de toute institution comme de toute forme poétique.

12C’est en ce lieu de décentrement, de fuites et de déroutes, que Jean-François Bourgeault porte alors son questionnement sur la thématique identitaire du gras et du maigre. « Né troué », comme il se plaisait à le dire, Michaux ne cherche-t-il pas à aller sans cesse jusqu’au bout de sa faiblesse, ne se sentant bien qu’à l’épreuve de la chute et du vide ?

13« L’homme dévalant », évoqué dans Mouvements, est celui que décrit précisément Nina Parish à partir du travail de l’écrivain sur le signe graphique. La dimension gestuelle de la ligne conduit l’auteur de Par la voie des rythmes à une représentation de la nature mouvante du corps et de la créativité spontanée qui s’y manifeste – au prix d’un combat éreintant entre vitesse et inertie.

14Saisissant cette question du rythme comme une opportunité d’échappement au divorce des mots et des images, Anne-Christine Royère resserre encore l’étau critique. Son auscultation des textes, tableaux à l’appui, éclaire le parcours de celui qui, tentant « l’aventure des lignes », trouve dans la répétition ce qui peut restituer à la parole sa dimension performative, rituelle, en phase avec les mouvements initiaux de la pensée.

15Dans l’espace éclaté et traversé d’agitations que ces analyses parcourent, Jean-Pierre Bertrand et Laurent Demoulin fixent enfin leur attention sur Mon sang, un texte bref et dense qu’ils analysent au plus près – ce qu’on a fait rarement depuis les lectures de Jean-Louis Houdebine en 1967 ou de Pierre Kuentz en 1972. La minutie de leur démarche permet de dégager la signifiance mouvante et plurielle du texte, la pulsation essentielle – rythme, tension, échos sonores – qu’il impose à la lecture.

16Qu’il impose au lecteur, aussi, tenu dans les rets de stratégies textuelles complexes, tendant tour à tour – et souvent en même temps – à des effets de participation et à des processus de distanciation. Sylviane Goraj en fait la démonstration, au terme de ce dossier, à l’écoute de l’étrange voix spectrale qui inspire Je vous écris d’un pays lointain.

17Autant de façon d’aborder le texte à bonne distance, pensons-nous, ni trop près ni trop loin ; autant de points de vue qu’il serait inopportun d’enfermer dans une intention de synthèse : à travers la diversité des voix qu’ils font entendre, ils tiennent leur unité d’appartenir, pour la plupart, à une jeune recherche qui s’énonce ici en sachant ce qu’elle doit à la génération précédente. Après Jean-Claude Matthieu, Maurice Mourier, Max Loreau, Jérôme Roger et d’autres, ces nouveaux regards participent, à leur tour, à l’invention toujours continuée des mouvements tracés par Henri Michaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Carion et Véronique Jago-Antoine, « Présentation », Textyles, 29 | 2006, 7-8.

Référence électronique

Jacques Carion et Véronique Jago-Antoine, « Présentation », Textyles [En ligne], 29 | 2006, mis en ligne le 19 juillet 2012, consulté le 28 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/333

Haut de page

Auteurs

Jacques Carion

Articles du même auteur

Véronique Jago-Antoine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org