Navigation – Plan du site

Éloge de l’éclectisme. Penser le champ « Droit et Littérature » à partir des listes de Legal Novels (1900-1987)

Anne Simonin
p. 12-27

Texte intégral

1Quel point commun entre Lucien de Rubempré, Oliver Twist, et Ivanhoe ? En sus d’être des titres d’œuvres considérées comme des chefs-d’œuvre, Lucien de Rubempré, Oliver Twist, et Ivanhoe appartiennent à la catégorie A des listes de Legal Novels ou romans judiciaires établies par John Henry Wigmore à l’intention des juristes.

  • 1 Wambaugh (Eugene), « Summer Reading for Lawyers », dans Law Book News, vol. 1, 1894, pp. 199-200 ; (...)

2En publiant, en 1900, dans The Brief, sinon la première, du moins la plus élaborée des « List of Legal Novels », John Henry Wigmore inventait un genre, le roman judiciaire, un terme, « Legal Novels », et un exercice appelé à faire florès : les listes de Legal Novels ont, en effet, eu un avenir dans le monde anglo-saxon, puisque, et cette recension ne prétend pas être exhaustive, j’en dénombre au moins seize jusqu’en 19871.

  • 2 Pour une mise au point récente sur l’histoire de ce mouvement d’idées, consulter Michaut (Françoise (...)

3C’est à la lecture croisée de cinq de ces listes, trois listes publiées par John Henry Wigmore en 1900, 1908 et 1922 et deux listes retravaillées par Richard H. Weisberg en 1976 et 1978, qu’est consacré cet article, qui ambitionne également de poser les jalons d’une autre histoire du mouvement « Droit et Littérature », l’un des domaines de recherche les plus féconds depuis les années soixante-dix aux États-Unis2.

  • 3 Cité par Biet (Christian), dans Droit et Littérature sous l’Ancien Régime. Le jeu de la valeur et d (...)
  • 4 Ward (Ian), Law and Literature. Possibilities and Perspectives. Cambridge, Cambridge University Pre (...)
  • 5 Patanzakos (Michael), « Ad Humanitatem Pertinent : A Personnal Reflection on the History and Purpos (...)

4L’empire du mouvement « Droit et Littérature » pourrait-on écrire, en paraphrasant Ronald Dworkin, « se définit par une attitude, et non par un territoire, un pouvoir ou des principes »3. Une « attitude » inséparable d’une posture éthique, clairement explicitée dans les introductions aux listes de Legal Novels : « Parmi les caractéristiques fascinantes du mouvement “Droit et Littérature”, écrit Ian Ward, l’une des plus passionnantes et des plus précieuses est celle qui veut que, contrairement à d’autres approches théoriques des problèmes du droit, “Droit et Littérature” ambitionne de mieux éduquer »4 et de cultiver chez les juristes un « humanisme rebelle »5, en soulignant l’existence du lien qui unit application du Droit et Justice.

  • 6 Sur John Henry Wigmore, consulter Roalfe (William R.), John Henry Wigmore. Scholar and Reformer. Ev (...)
  • 7 Bourdieu (Pierre), « Mais qui a créé les créateurs ? », dans Questions de sociologie. Paris, Minuit (...)

5Au cœur de l’entreprise des listes des Legal Novels, deux hommes, John Henry Wigmore (1863-1943), et Richard H. Weisberg. Le premier a inventé un genre passé assez inaperçu au début du xxe siècle ; le second, professeur en exercice à la Benjamin N. Cardozo School of Law, en a assuré la « reprise », exhumant et complétant (« revisited »), au milieu des années soixante-dix, les listes de Legal Novels, et accordant une importance nouvelle à ce qui jusqu’alors avait été considéré comme le divertissement sans conséquence d’un grand juriste réputé à la fois pour sa science encyclopédique et le caractère débordant de son imagination6. En « reprenant » les listes de Legal Novels, Weisberg a créé un créateur (John Henry Wigmore)7 et rendu possible une histoire du champ « Droit et Littérature » dans la longue durée, histoire dans laquelle la littérature du xixe siècle joue un rôle essentiel et trop méconnu.

  • 8 Voir en particulier Weisberg (Richard H.), The Failure of the Word. The Protagonist as Lawyer in Mo (...)
  • 9 L’intérêt de John Henry Wigmore pour la dimension juridique des romans victoriens se trouve pleinem (...)

6Le mouvement « Droit et Littérature » est, entre autres, célèbre pour ses analyses de Franz Kafka (1883-1924) et d’Albert Camus (1913-1960)8. Des raisons chronologiques justifient que ce ne soient pas ces auteurs, le dernier en particulier, qui aient retenu l’attention du doyen Wigmore. En revanche, il eût pu s’intéresser à Herman Melville (1819-1891) ou Dostoïevsky (1821-1881), deux auteurs appelés à faire partie du canon du « Droit et Littérature ». Or, ce ne sont pas ces auteurs phares de la modernité qui sont au cœur des Legal Novels, mais une population d’écrivains assez méprisés jusqu’à une date récente par la critique universitaire : les romanciers « victoriens »9. Ce farouche libéral qu’était John Henry Wigmore pourrait ainsi bien avoir été à l’origine d’une révolution, la transmutation de romans victoriens en Legal Novels faisant d’auteurs de livres populaires à forts tirages, les plus sûrs propagandistes du thème de la réforme de la Common Law. Sans les livres de Charles Reade, les idées de Jeremy Bentham eussent-elles jamais triomphé dans l’Angleterre victorienne ?

  • 10 Wigmore (John Henry), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, pp. 578-579.

De grands mouvements de réforme juridique ont été aidé ou réfléchi par les œuvres des romanciers. C’est une chose de savoir que l’emprisonnement pour dettes a été aboli ou d’apprendre par cœur le catalogue des réformes du xixe siècle dans les Essais choisis de l’histoire du droit anglo-américaine, […]. C’en est une autre, et c’est une chose nécessaire, de connaître l’esprit du temps, de comprendre le fonctionnement de vieilles lois abrogées, de sentir leur implication dans la vie humaine et d’apprécier les violents conflits qu’elles ont suscités, et les leçons que l’on peut aujourd’hui en tirer. Ce sens profond de la réalité des lois n’est donné que par les romans. Deux grandes figures se détachent particulièrement, celles de Charles Dickens et de Charles Reade […]. La réforme des prisons doit-elle davantage aux Essais de Bentham, ou au roman de Charles Reade, Never Too Late To Mend ?10

Pourquoi le Droit a besoin de la Littérature

  • 11 « Quelqu’un disait de Lord Acton qu’il était l’auteur de grands livres jamais écrit. On pourrait di (...)
  • 12 Wambaugh (Eugene), « Summer Reading for Lawyers » , op. cit.

7En 1892, Eugene Wambaugh (1856-1940), professeur de droit privé, puis de droit public, à l’Université d’Harvard, dont Félix Frankfurter, qui fut l’un de ses élèves, écrira qu’il était un homme souffrant d’une « perversité géniale », celle d’écrire peu, et de publier encore moins11, faisait paraître dans le Iowa Law Bulletin une liste de « Lectures faciles pour les étudiants en droit ». Cette liste recensait dix-sept romans, afin d’attirer l’attention sur ces « nombreux romans dont l’intrigue se noue autour de questions juridiques, dont certains décrivent des procès ou des scènes d’un intérêt particulier pour les juristes »12. Elle ne se limitait du reste pas au seul roman, puisque étaient également mentionnés des biographies, des essais, des livres d’histoire…

  • 13 Archives Wigmore, Northwestern University. Box 122/ F 15: Eugene Wambaugh.

8Ce n’est pas inspiré par cette liste, et mû par le désir de la compléter, que John Henry Wigmore va publier, en 1900, sa première liste de Legal Novels. Une lettre d’Eugene Wambaugh, du 12 octobre 1897, figurant dans ses archives, ne laisse à ce sujet aucun doute : « Mon cher Wigmore, […] ce que vous avez en tête est un article intitulé “Light Reading for Law Students”. Si je retrouve une copie de l’article original, je vous l’enverrai […]. »13 La liste d’Eugene Wambaugh n’est, pour Wigmore, qu’une source documentaire, une alluvion dans un projet beaucoup plus vaste : l’invention d’un genre, le roman judiciaire ou Legal Novels.

  • 14 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit.

Et qu’est-ce que, s’il vous plaît, une Legal Novel ? Dans la mesure où il n’existe probablement pas tant d’« illegal novels » ? […] Une Legal Novel au sens entendu ici est tout simplement un roman qui doit retenir l’attention du juriste, plus que de toute autre personne14.

  • 15 Ibidem, p. 574 et p. 587, note 4. Cette définition très restreinte est d’autant plus étonnante que (...)
  • 16 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, p. 575.

9Un roman judiciaire ou Legal Novel au sens où l’entend Wigmore a un sens très précis, pour ne pas dire extrêmement restreint. C’est un roman de langue anglaise, ou un roman étranger obligatoirement traduit en anglais. Ce n’est donc ni une pièce de théâtre, ni un poème, mais ce peut être une nouvelle15. Ce roman de langue anglaise a pour seconde caractéristique de devoir « retenir l’attention du juriste ». « Que les choses soient claires, nous ne destinons pas cette liste aux profanes. »16 La qualité du lecteur – le juriste – est donc un élément essentiel dans la définition du genre :

  • 17 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1900], op. cit, p. 124

Tout juriste doit avoir une certaine connaissance [des Legal Novels], non pour améliorer sa culture générale, mais à cause de ses obligations professionnelles qui exigent de lui qu’il soit familier avec les traits de sa profession passés dans le sens commun, et dans la littérature. En second lieu, dans la mesure où un certain laps de temps peut être consacré à la lecture divertissante de fictions, le jeune juriste peut considérer qu’il vaut la peine de passer ce laps de temps à lire des romans qui peuvent accidentellement se révéler utiles d’un point de vue professionnel, et lui montrer comment le droit et ses œuvres apparaissent aux profanes17.

  • 18 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, p. 586 et « One Hundred Legal Novel (...)

10Romans de langue anglaise à l’usage exclusif d’initiés, la première liste de Legal Novels établie par Wigmore en 1898 était manuscrite et ne devait pas faire l’objet d’une publication ; il faudra attendre 1927 pour qu’une liste de Legal Novels soit publiée ailleurs que dans une revue de droit18. Les Legal Novels ne constituent cependant pas une littérature ésotérique. Leur raison d’être est de renouer les liens trop distendus entre les juristes et le monde ordinaire :

  • 19 Ibidem, p. 579.

Le roman – la véritable œuvre de fiction – est un catalogue de personnages d’après nature. Et un juriste doit connaître la nature humaine. Il doit traiter de façon compréhensive avec ses types, ses motivations. Il ne peut tous les trouver dans son entourage proche ; la vie n’est pas suffisamment longue, la diversité suffisamment large pour qu’il apprenne à les connaître par expérience personnelle avant d’en avoir besoin. Pour acquérir cette connaissance, il doit avoir recours à la fiction, qui est une galerie de portraits d’après nature19.

  • 20 Roalfe (William R.), John Henry Wigmore, op. cit., p. 50.

11Formé à Harvard (1884-1886), Wigmore a été, lors de son arrivée à la faculté de droit de Northswestern (Chicago), dont il sera l’inamovible doyen entre 1901 et 1934, un fervent partisan de la méthode du « cas ». Il a aussi très vite perçu les limites de cette approche du droit, et considéré que « la méthode du cas ne satisfaisait pas tous les besoins de l’éducation juridique et ne devait pas être considérée comme une méthode exclusive d’enseignement »20.

  • 21 Ferguson (Robert A.), Law and Letters in American Culture. Cambridge MA, Harvard University Press, (...)

12Imposée par le professeur Columbus Langdell (1826-1906) à Harvard à partir de 1870, et devenue le mode d’enseignement courant de la Common Law, d’où le nom de « système Langdell », l’étude de cas a permis l’autonomie des études juridiques et la formation de spécialistes. Le triomphe de cette méthode a aussi joué un rôle essentiel dans la dévaluation de la figure du « juriste-écrivain », jusqu’alors dominante dans la culture américaine21. Ainsi que l’analyse Charles W. Collier :

  • 22 Collier (Charles W.), « The Use and Abuse of Humanistic Theory in Law : Reexamining the Assumptions (...)

Une conséquence essentielle de la méthode des cas de Langdell a été, pour les études juridiques, que l’on n’avait pas besoin de s’aventurer au-delà de la décision des cours. Si, comme l’affirmait Langdell, le droit était une science auto-suffisante, avec les bibliothèques comme laboratoires et les cas comme spécimen, seule l’étude des décisions judiciaires était nécessaire […]. Pour la réponse définitive de toutes les questions juridiques, […] il était, en bref, « inutile de considérer ce qui était en train de se produire dans le monde réel », et absolument inutile de s’intéresser à d’autres disciplines, ou d’étudier des sources ou des documents non judiciaires22.

  • 23 Hitchler (Walter Harrisson), « The Reading of Lawyers », dans Dickinson Law Review, vol. XXIII, n˚1 (...)
  • 24 Llewellyn (Karl L.), « On What is Wrong with So-Called Legal Education », dans Columbia Law Review, (...)

13Un contemporain de la parution des listes de Legal Novels de Wigmore est formel : « Nous vivons dans l’ère des cas […]. Le résultat est que la pratique du droit est devenue, dans une large mesure, la recherche mécanique des précédents, au lieu d’être une application réfléchie et un acte de confiance dans les principes de la conduite humaine et dans les interprétations qui sous-tendent les précédents. […]. Le résultat est dévastateur. »23 Or, « pour lutter avec les loups, il faut connaître les loups […] et l’étude des loups est une dimension incontournable d’une formation juridique digne de ce nom », écrira, en 1935, l’un des pères du réalisme juridique américain, poète à ses heures, Karl Llewellyn24. Que dit d’autre John Henry Wigmore quand il plaide en faveur des Legal Novels, sinon que le Droit, pour être justement appliqué à ces loups que sont aussi les hommes, a besoin de la Littérature ?

Penser/Classer la Littérature pour les juristes

  • 25 Wigmore (John H.), « A List of One Hundred Legal Novels », [1922], p. 39 : Wigmore sait que sa list (...)

14D’un nombre initialement très limité de titres – 17 romans dans la liste Wambaugh –, la taille des listes de Legal Novels va croître au fil du temps : la première liste, publiée par John Henry Wigmore en 1900, contient 100 titres ; celle de 1922, qui pourtant s’intitule « A List of One Hundred Legal Novels », en contient 12125 ; celle de 1908 atteindra le chiffre inégalé de 377 titres.

  • 26 Roalfe (William R.), John Henry Wigmore, op. cit., p. 101.
  • 27 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, note 4, p. 587.

15John Henry Wigmore était un formidable lecteur : « À partir de l’année 1912, et jusqu’en février 1943, un mois avant sa mort, il dressera la liste des livres non juridiques lus par lui. Ensemble, ces listes contiennent 2 150 titres, soit une moyenne de 179 titres par an […]. »26 Si la liste de 1900 est son seul ouvrage, en revanche, c’est « avec la coopération de virtuellement l’ensemble de la faculté de droit de Northwestern »27, que Wigmore établira la liste de 1908, aidé dans ce qui est devenu une entreprise titanesque par des « comités » organisés par nom d’auteurs.

  • 28 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], p. 574.

16Les listes de Legal Novels ont d’abord une finalité pratique : faciliter la vie des étudiants en droit et des juristes, en leur permettant de repérer le plus rapidement possible les textes littéraires qui offrent pour eux le plus d’intérêt. D’où la volonté non seulement de sélectionner des titres, mais de les présenter classés en quatre grande catégories :
1 - la catégorie A, regroupant les « romans dans lesquels une scène de procès est décrite, pouvant parfois contenir un interrogatoire extensif » ;
2 - la catégorie B, « les romans décrivant un portrait-type de juriste, ou des traits de la vie professionnelle » ;
3 - la catégorie C, les romans « dans lesquels les méthodes judiciaires de détection, poursuite, et la sanction du crime sont décrites en détail » ;
4 - la catégorie D, enfin, rassemblant les romans « dans lesquels des points de droit affectant les droits ou la conduite des personnages sont partie intégrante de l’intrigue »28.

  • 29 Ibidem, p. 574.

17John Henry Wigmore ne masque pas ce que ces quatre catégories peuvent avoir de discutable : « Insistons sur le fait qu’une telle classification est seulement indicative dans la mesure où la catégorie dans laquelle se trouve rangé un roman particulier peut être sujette à des interprétations différentes. »29 Leur intérêt ne réside pas dans leur pouvoir taxinomique. Ce dernier est faible puisque, comme le montre le tableau suivant, environ 30 % des titres sélectionnés par Wigmore ne peuvent être placés dans une des catégories définies par lui et apparaissent dans deux, voire trois ou quatre, catégories différentes :

Les Listes de Legal Novels en chiffres

Les Listes de Legal Novels en chiffres
  • 30 Perec (Georges), « Penser/Classer », dans Penser/Classer. Paris, Hachette, 1985, pp. 163-164.

18Rien là qui eût étonné cet adepte des classements ratés en tous genres qu’était Georges Perec : « Mon problème avec les classements, c’est qu’ils ne durent pas ; à peine ai-je fini de mettre de l’ordre que cet ordre est déjà caduc. […] l’abondance des choses à ranger, la quasi-impossibilité de les distribuer selon des critères vraiment satisfaisants font que je n’en viens jamais à bout, que je m’arrête à des rangements provisoires et flous, à peine plus efficaces que l’anarchie initiale. Le résultat de tout cela aboutit à des catégories vraiment étranges […]. »30

  • 31 Weisberg (Richard H.), « Wigmore’s Legal Novels revisited » [1976], op. cit, p. 18.

19Le grand intérêt des catégories de Wigmore ne réside donc pas dans leur pouvoir de classification, mais dans le fait d’avoir été maintenues et amendées, « reprises » au sens kierkegaardien du terme, par Richard H. Weisberg dans un article publié dans la Northwestern Law Review en 197631, – la revue même où John Henry Wigmore avait fait paraître les premières listes de Legal Novels. Cette « reprise » des catégories de Wigmore par Weisberg à un demi-siècle d’écart permet de retracer l’évolution de l’intérêt littéraire du droit sur la longue durée.

  • 32 Exactement 87 % des titres de la liste Wigmore de 1900 ; 76 % des titres de la liste Wigmore de 190 (...)

20Le Tableau Les Listes de Legal Novels en chiffres, qui répartit l’ensemble des titres dans les différentes catégories, révèle l’importance quantitative de la catégorie A. Si l’on additionne la catégorie A à la catégorie C, on s’aperçoit que plus des deux tiers des titres des listes Wigmore et Weisberg concernent le procès et la procédure criminelle32. Les listes de Legal Novels sont destinées au premier chef à un certain type de juriste : les pénalistes.

  • 33 Roalfe (William R.), « John Henry Wigmore, Scholar and Reformer », dans The Journal of Criminal Law (...)
  • 34 Papke (David Ray), « The Writer on Wall Street : an Interview with Louis Auchincloss », dans ALSA F (...)
  • 35 Voir en particulier les résultats de l’enquête de Gemmette (Elizabeth Villiers), « Law and Literatu (...)

21Que John Henry Wigmore ait été particulièrement intéressé par la vision littéraire du droit criminel n’a rien de surprenant, dans la mesure où il est considéré comme le « père fondateur » du droit criminel aux États-Unis33. Alors que les affaires d’héritage et de successions sont une source d’inspiration majeure pour les auteurs de fiction, Charles Dickens en particulier, l’intérêt dominant du mouvement « Droit et Littérature » pour le droit pénal ne se démentira pas. Il se corrigera seulement, en rééquilibrant l’attention portée au procès, par celle désormais accordée aux juristes, aux avocats en particulier. Les ouvrages entrant dans la seule catégorie B représentant moins de 10 % des listes Wigmore ; ils sont 17 % dans la liste Weisberg de 1978. Comment expliquer ce déplacement de l’intérêt littéraire des juristes du procès, vers un de ses acteurs, l’avocat ? Selon David Ray Papke, l’intérêt suscité par le mouvement « Droit et Littérature » aux États-Unis dans les années soixante-dix est indissociable du scandale du Watergate, où beaucoup d’avocats se trouvèrent compromis. Posée de façon aiguë, la question de la formation et de l’éthique perdue des juristes34, fut en partie résolue par la création, dans toutes les universités de droit américaines d’un enseignement « Droit et Littérature »35.

  • 36 Weisberg (Richard H.), « Wigmore’s Legal Novels revisited » [1976], op. cit, p. 18. À la catégorie (...)

22L’apport fondamental de Richard H. Weisberg concernant les listes de Legal Novels réside non pas tant dans les variations, somme toute minimes, de définition des catégories36, mais dans le renouvellement de la population d’auteurs conseillés.

23En substituant aux auteurs les plus cités des listes Wigmore, Scott-Balzac-Dickens-Dumas, un nouveau canon, Shakespeare-Melville-Kafka-Camus, Weisberg n’a pas seulement élargi les frontières des Legal Novels – le théâtre en fait désormais partie –, ou simplement réaménagé la bibliothèque du mouvement « Droit et Littérature ». Il a doté le mouvement « Droit et Littérature » d’une autre tradition. Il a fait d’un mouvement ancré dans une littérature « middlebrow », une littérature moyenne, sans grande prétention intellectuelle, un compagnon de route de la modernité, un champ d’expérimentation pour la critique textuelle, perspective – est-il besoin de le préciser ? – absolument étrangère à John Henry Wigmore.

Les Listes de Legal Novels ou l’éducation victorienne du juriste ?

  • 37 Sutherland (John), The Longman Companion to Victorian Fiction. Longman Group UK, 1968. En ce qui co (...)
  • 38 Posner (Richard A.), « A Literary Eduction for Lawyers ? », dans Law and Literature. Harvard Univer (...)
  • 39 Voir l’article célèbre, et d’une ironie féroce, de Fish (Stanley), « Don’t Know Much About the Midd (...)

24Un tiers au moins des auteurs présents dans les listes Wigmore appartiennent à une population scrutée par John Sutherland : celle des auteurs victoriens37. Une analyse quantitative, et dépassionnée, du corpus des Legal Novels donnerait ainsi raison à Richard A. Posner, dressant le constat féroce de décès du mouvement « Droit et Littérature » en 1998 : « La plupart des bien-pensants avaient défendu l’idée que l’immersion dans les monuments de la civilisation occidentale améliorerait l’individu [juriste]. Ce point de vue apparaît désormais comme une explosion de piété victorienne, une de plus. »38 Il est établi que Richard A. Posner ignore tout du Moyen-Âge39. Reste à démontrer que les subtilités du roman victorien semblent également lui avoir échappé.

  • 40 Sutherland (John), « Who Were They ? », dans Victorian Fiction. Writers, Publishers, Readers. Palgr (...)
  • 41 Ibidem, p. 170.

25John Sutherland dégage trois grandes caractéristiques des 878 auteurs victoriens qu’il étudie :
1) des dates de naissance courant sur un siècle, comprises donc entre 1790 et 1870 ;
2) le rôle fondamental des femmes : « La fiction victorienne est un cas unique de profession/industrie/divertissement dans lequel les femmes jouent un rôle aussi important que les hommes. »40
3) l’importance de la formation juridique : « Un sur cinq des auteurs victoriens hommes était un juriste, et dans la grande majorité des cas, un avocat raté : “Avoir passé le Barreau sans avoir jamais exercé” est ainsi le prélude le plus commun à une carrière de romancier victorien. »41

  • 42 1 auteur victorien femme dans la liste Wigmore de 1900 ; 8 dans celle de 1908 et 2 dans celle de 19 (...)

26La population d’auteurs présents dans les listes de Legal Novels est différente. Il s’agit d’auteurs victoriens tardifs, nés après 1815 ; les femmes sont, parmi eux, sous-représentées42 ; les individus ayant reçu une formation juridique sont, en revanche, sur-représentés : des quatre auteurs du canon Wigmore, trois (Walter Scott, Charles Dickens, Honoré de Balzac) sont des juristes.

27Plus de la moitié des titres qui intéressent Wigmore, et les comités de la Faculté de Northwestern (liste de 1908), ne sont pas mentionnés par John Sutherland dans la fiche qu’il consacre à chaque auteur. On peut donc en déduire que si Wigmore et Sutherland s’intéressent au même groupe d’écrivains, les romanciers victoriens, ils ne s’intéressent pas, parmi ce groupe, aux mêmes auteurs, et, quand ils s’intéressent aux mêmes auteurs, ils n’en lisent pas les mêmes œuvres. Et quand, une fois sur deux, ils lisent le même livre, ils le lisent de façon très différente. Autrement dit, la vision Wigmore et la vision Sutherland de l’œuvre des romanciers victoriens sont extrêmement différentes.

  • 43 Sutherland (John), The Longman Companion to Victorian Fiction, op. cit., pp. 603-604.

28De Robert-Louis Stevenson (1850-1914), John Sutherland rappelle qu’il fut un avocat n’ayant jamais exercé, ayant été pris d’une véritable frénésie de voyages qui le menèrent principalement en France et aux États-Unis et furent la source de nombreux livres. Kidnapped, publié la même année que Dr Jekyll and Mr Hyde, en 1886, est considéré par lui comme l’un de ses meilleurs romans. L’action se déroule en 1751, après la révolte écossaise. David Balfour s’installe avec son oncle qui va essayer de détourner son héritage, le faisant enlever par un capitaine de corvette de ses amis. David réussit à s’échapper. Bon roman d’aventures, et bonne étude de mœurs, Kidnapped aura une suite, David Balfour (1892-1893) : on retrouve le héros essayant d’obtenir en vain la libération de son ami James Stewart condamné à être pendu pour « raisons politiques » à la suite de faux témoignages. Stewart mourra, mais le héros réussira à épouser l’héroïne longtemps souffrante43.

  • 44 Le livre de Stevenson que Wigmore a en tête est, en réalité, Weir of Hermiston. Voir Tadié (Jean-Yv (...)

29Kidnapped et David Balfour intéressent John Henry Wigmore pour des raisons très différentes : à cause des recherches entreprises par Stevenson afin de donner la version la plus exacte possible des événements juridiques de la vie du héros, en particulier du procès qui lui est intenté. Wigmore considérait que le chef-d’œuvre de Stevenson était un livre qu’il n’avait jamais terminé, Le Juge Clerk44.

  • 45 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels » [1908], op. cit, pp. 585-586.

30Mettant en scène un juge confronté à un dilemme éthique, la condamnation à mort de son propre fils, Le Juge Clerk repose sur une idée qui n’est pas neuve, ayant déjà été exploitée par Edward Lytton-Buwler dans Paul Clifford (1830). Reste que, selon Wigmore, Stevenson aurait traité cette intrigue avec un souci inégalé du détail juridique : « Est-ce qu’il existe un livre, écrivait Stevenson, pouvant me renseigner sur la chose suivante : le juge Clerk juge un prévenu. De nouvelles preuves étant apparues, le fils du Juge Clerk se trouve inculpé. Évidemment, le juge Clerk est exclu du procès qui suit, et le cas est transféré au Procureur général (Lord Justice-General). Mais où devrait se dérouler le procès ? À Édimbourg, je pense, ce qui ne m’arrange guère. »45

  • 46 Ibidem, p. 587.

31Autrement dit, ce qui intéresse Wigmore dans le roman victorien, ce n’est ni l’exotisme, ni le romantisme des situations, mais l’aspect réaliste de la loi, saisie dans ses dimensions historiques, sociales et juridiques : « Ainsi, dans les mains des maîtres, le droit contenu dans une Legal Novel peut être après tout aussi vrai que lorsqu’il est produit par le scribe. »46

  • 47 Sutherland (John), Victorian Fiction, op. cit., p. 171.

32Soucieux d’expliquer le lien manifeste existant entre les fictions victoriennes et le droit, « le large pont entre le droit victorien et les fictions victoriennes », John Sutherland avance deux explications : la formation des juristes accordant une large place à la lecture et aux dîners mondains, où les discussions juridiques tiennent une grande place ; les vacances « ridiculement longues » dont bénéficiaient les jeunes avocats, en général très endettés. D’où le passage à l’écriture, les auteurs de fiction étant, à cette époque, réputés gagner rapidement beaucoup d’argent. Visiblement peu convaincu par ses propres arguments, il conclut sur cette phrase sibylline : « Au final, même si cela est difficile à établir, il existe probablement une affinité entre la mentalité des juristes et les fictions victoriennes, toutes deux formées par l’étude des cas et les canons de la justice poétique. »47 Cette « affinité » entre « la mentalité des juristes » et « les fictions victoriennes », Kieran Dolin la place au cœur de sa réflexion sur le roman victorien, en liant l’obsession de la loi qui hante les fictions victoriennes au mouvement de réforme de la Common Law symbolisé par le nom de Jeremy Bentham.

  • 48 Dolin (Kieran), « The modern Western Nomos », dans Fiction and the Law, op. cit., pp. 21-40. Voir a (...)

33La seconde moitié du xixe siècle aurait ainsi vu l’émergence d’un nouvel univers normatif, un nomos (Robert Cover), attribuant à la Loi une fonction nouvelle, une fonction instrumentale. C’est parce que la Loi apparaît comme le moyen « de réaliser consciemment des buts sociaux particuliers », et non plus seulement comme un mode abstrait de régulation de la vie sociale, que la fiction s’en empare, dénonçant, et réparant, grâce à elle les injustices sociales, négociant « l’affranchissement littéraire » des classes moyennes et populaires. D’où le grand nombre de fictions victoriennes « réformistes » (Reade, Stevenson), coexistant avec des œuvres plus conservatrices (Trollope) où percent l’anxiété de voir détruit le système traditionnel de la Common Law48.

34Les fictions victoriennes ne sont pas au cœur des Legal Novels : les listes de Legal Novels sont le cœur de la fiction victorienne tardive.

  • 49 Sutherland (John), Victorian Fiction, op. cit., p. 159.

35« Pour la plupart des commentateurs et des critiques, écrit John Sutherland, le roman victorien est quelque chose qui apparaît quasi-magiquement sur les étagères des bibliothèques, dans la section “Littérature classique” des librairies, […] fruit du “génie” de Dickens, de la “sensibilité morale” de George Eliot, du goût de la “satire” de Tackeray ou de “l’art” de Henry James. »49 Autrement dit, tout le monde sait ce qu’est un roman victorien, mais personne n’est capable de définir ce qui le caractérise précisément. Personne, sauf John Henry Wigmore dont les listes de Legal Novels rendent possible la définition matérielle d’un genre insaisissable : une fiction victorienne est un roman rédigé par un auteur anglais du xixe siècle inscrit sur une des listes de John Henry Wigmore.

  • 50 Goodrich (Peter), « Law by Other Means », dans Cardozo Studies in Law and Literature, vol. 10, n˚2, (...)
  • 51 Cover (Robert), « Nomos et narration », op. cit, p. 70.

36Si l’on entreprenait l’étude des fictions victoriennes tardives en appliquant cette définition, la vision d’ensemble de cette littérature en sortirait probablement bouleversée, puisque là où il semble convenu de voir une littérature plutôt médiocre que mineure, surgirait une littérature laboratoire du droit par d’autres moyens que la loi50 : « Aucun ensemble de prescriptions juridiques n’existe indépendamment des narrations qui le situent et lui donnent sens. À chaque constitution correspond une épopée, à tout décalogue une écriture. Une fois replacé dans le contexte des narrations qui lui donne sens, le droit n’est plus seulement un système de règles à observer mais il devient le monde dans lequel nous vivons. »51

  • 52 Gemmette (Elizabeth Villiers), « Law and Literature : an Unnecessarily Suspect Class in the Liberal (...)

37Drôle d’exercice que cette publication successive de listes de prescriptives de lecture pour les juristes. Peu étudiées en tant que telles à ma connaissance52, les listes de Legal Novels n’en offrent pas moins la première théorie d’un genre, le roman judiciaire ; une réévaluation de l’importance intellectuelle d’une littérature populaire ainsi que la possibilité d’envisager une autre articulation des rapports entre Droit et Littérature.

  • 53 Pantazakos (Michael), « Ad Humanitatem Pertinent », op. cit, p. 38. Richard H. Weisberg fait justem (...)

38Non pas tant « Law in Literature » et « Law as Literature », le Droit dans et le Droit comme Littérature, les deux grandes divisions qui structurent le mouvement « Droit et Littérature »53, mais « Law as it is » and « Law as it ought to be », le Droit tel qu’il est et le Droit tel qu’il devrait être, selon la formule de John Austin, exemplifiée par les romans dédaignés des romanciers victoriens tardifs. Et si le futur du mouvement « Droit et Littérature » reposait dans leur passé ?

Haut de page

Notes

1 Wambaugh (Eugene), « Summer Reading for Lawyers », dans Law Book News, vol. 1, 1894, pp. 199-200 ; Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », dans The Brief, vol. 2, janvier 1900, pp. 124-127. Accès : http://tarlton.law.utexas.edu. Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », dans Illinois Law Review, vol. II, n˚9, avril 1908, pp. 574-593. Wigmore (John H.), « A List of One Hundred Legal Novels », dans Illinois Law Review, vol. 17, n˚1, mai 1922, pp. 26-41 ; Wigmore (John H.), « One Hundred Legal Novels », dans Library Journal, vol. 52, 15 février, 1927, pp. 189-190 ; Anonyme, « A List of Books for Prospective Law Students Now in Service Prepared by a Committee of the Faculty of Harvard Law School », dans Harvard Law Review, vol. 58, n˚4, avril 1945, pp. 589-604 ; Anonyme, « Law and Literature », section IX, dans A Catalogue of the Law Collection at New York University with Selected Annotations, 1953, pp. 1141-1153 ; Davenport (William H.), « A Bibliography : Readings in Legal Literature », dans American Bar Association Journal, vol. 41, octobre 1955, pp. 939-843 et suppléments dans American Bar Association Journal, vol. 43, septembre 1957, pp. 813-815 et novembre 1957, p. 1018 ; Marke (Julius J.), « Fiction, Plays, Poetry, etc. » et « Law and Literature », dans Dean’s List of Recommended Reading. Oceana Publications, 1958, pp. 81-95 et pp. 125-127. Voir également l’édition de 1984 pour la mise à jour des listes concernées. Weisberg (Richard H.), « Wigmore’s Legal Novels Revisited : New Resources for the Expansive Lawyer », dans Northwestern Law Review, vol. 71, 1976-1977, pp. 17-29 ; Kretschmann (Karen L.) and Helburn (Judith), « Legal Novels : an Annotated Bibliography », dans Tarlton Law Library Legal Bibliography Series, n˚13, 1976 [première version, non consultée]. La version de 1979 est accessible sur le site internet indiqué supra. Weisberg (Richard H.) et Kretschman (Karen L.), « Wigmore’s Legal Novels Expanded : a Collaborative Effort », dans New York State Bar Journal, vol. 50, n˚2, février 1978 ; Suretsky (Harold), « Search for a theory : an Annotated Bibliography of Writings on the Relation of Law to Literature and the Humanities » ; « A New List of Recommended Reading for Prospective Law Students », dans Michigan Law Review, vol. 83, n˚4, 1985, pp. 663-669. Weisberg (Richard H.), « Appropriate Stylistic Models : A list of Legal Novels », dans When Lawyers Write. Boston, Little, Brown and Cie, 1987, pp. 301-309. Je ne suis pas parvenue à trouver et à consulter la liste de Weisberg (Richard H.) et Danzig (Richard), « Reading List on Law and Literature », dans The Bulletin of the National Endowment for the Humanities, avril 1977.

2 Pour une mise au point récente sur l’histoire de ce mouvement d’idées, consulter Michaut (Françoise), « Le mouvement “Droit et Littérature” aux États-Unis », dans Mélanges Paul Amselek. Bruxelles, Bruylant, 2005, pp. 565-592. Voir aussi Sansonne (Arianna), Diritto e Letteratura. Un’ Introduzione Generale. Milano, Dott. A. Giuffré editore, 2001.

3 Cité par Biet (Christian), dans Droit et Littérature sous l’Ancien Régime. Le jeu de la valeur et de la loi. Paris, Honoré Champion, 2002, p. 26.

4 Ward (Ian), Law and Literature. Possibilities and Perspectives. Cambridge, Cambridge University Press, 1995, p. 23. Les traductions des citations de langue anglaise que l’on trouvera au fil du texte sont les miennes.

5 Patanzakos (Michael), « Ad Humanitatem Pertinent : A Personnal Reflection on the History and Purpose of the Law and Literature Movement », dans Cardozo Studies in Law and Literature, vol. 7, n˚1, spring-summer 1995, pp. 31-71.

6 Sur John Henry Wigmore, consulter Roalfe (William R.), John Henry Wigmore. Scholar and Reformer. Evanston, Northwestern University Press, 1977.

7 Bourdieu (Pierre), « Mais qui a créé les créateurs ? », dans Questions de sociologie. Paris, Minuit, 1984, pp. 207-222.

8 Voir en particulier Weisberg (Richard H.), The Failure of the Word. The Protagonist as Lawyer in Modern Fiction. New Haven, Yale University Press, 1984.

9 L’intérêt de John Henry Wigmore pour la dimension juridique des romans victoriens se trouve pleinement confirmé par Dolin (Kieran), Fiction and the Law. Legal Discourse in Victorian and Modernist Literature. Cambridge, Cambridge University Press, 1999.

10 Wigmore (John Henry), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, pp. 578-579.

11 « Quelqu’un disait de Lord Acton qu’il était l’auteur de grands livres jamais écrit. On pourrait dire la même chose d’Eugene Wambaugh. » (Frankfurter (Félix), « Eugene Wambaugh », dans Harvard Law Review, vol. 54, n˚1, novembre 1940, p. 7)

12 Wambaugh (Eugene), « Summer Reading for Lawyers » , op. cit.

13 Archives Wigmore, Northwestern University. Box 122/ F 15: Eugene Wambaugh.

14 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit.

15 Ibidem, p. 574 et p. 587, note 4. Cette définition très restreinte est d’autant plus étonnante que Wigmore, dans ses cours de Littérature juridique, demandait à ses étudiants de lire Shakespeare et la Bible. Voir Roalfe (William R.), John Henry Wigmore, op. cit., p. 167. Aucun roman policier non plus, alors que Wigmore en lisait beaucoup, voir ibid., p. 100.

16 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, p. 575.

17 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1900], op. cit, p. 124

18 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, p. 586 et « One Hundred Legal Novels » [1927], op. cit.

19 Ibidem, p. 579.

20 Roalfe (William R.), John Henry Wigmore, op. cit., p. 50.

21 Ferguson (Robert A.), Law and Letters in American Culture. Cambridge MA, Harvard University Press, 1984, pp. 273-290. 

22 Collier (Charles W.), « The Use and Abuse of Humanistic Theory in Law : Reexamining the Assumptions of Interdisciplinary Legal Scholarship », dans Duke Law Journal, vol. 41, n˚2, novembre 1991, p. 200. Voir aussi l’article lumineux de Wambaugh (Eugene), « Professor Langdell. A View of his Career », dans Harvard Law Review, vol. XX, novembre 1906, pp. 1-2.

23 Hitchler (Walter Harrisson), « The Reading of Lawyers », dans Dickinson Law Review, vol. XXIII, n˚1, octobre 1928, pp. 1, 5-6.

24 Llewellyn (Karl L.), « On What is Wrong with So-Called Legal Education », dans Columbia Law Review, vol. 35, n˚5, mai 1935, p. 658.

25 Wigmore (John H.), « A List of One Hundred Legal Novels », [1922], p. 39 : Wigmore sait que sa liste excède le chiffre rond de 100, mais admet seulement que : « Deux ou trois titres au-delà de la centaine ont été ajoutés pour faire bonne mesure. »

26 Roalfe (William R.), John Henry Wigmore, op. cit., p. 101.

27 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], op. cit, note 4, p. 587.

28 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels », [1908], p. 574.

29 Ibidem, p. 574.

30 Perec (Georges), « Penser/Classer », dans Penser/Classer. Paris, Hachette, 1985, pp. 163-164.

31 Weisberg (Richard H.), « Wigmore’s Legal Novels revisited » [1976], op. cit, p. 18.

32 Exactement 87 % des titres de la liste Wigmore de 1900 ; 76 % des titres de la liste Wigmore de 1908 ; 95,8 % des titres de la liste Wigmore de 1922 ; 71,4 % de la Liste Weisberg de 1976 et 83,6 % de la Liste Weisberg-Kretschmann de 1978.

33 Roalfe (William R.), « John Henry Wigmore, Scholar and Reformer », dans The Journal of Criminal Law, and Policy Science, vol. 53, n˚3, septembre 1962, p. 278.

34 Papke (David Ray), « The Writer on Wall Street : an Interview with Louis Auchincloss », dans ALSA Forum, vol. 5, n˚3, 1981. Voir aussi Skeel, Jr (David A.), « The Lawyer as Confidence-Man », dans Columbia Law Review, vol. 101, n˚7, novembre 2001, pp. 1750-1762.

35 Voir en particulier les résultats de l’enquête de Gemmette (Elizabeth Villiers), « Law and Literature : Joining the Class Action », dans Valparaiso University Law Review, vol. 29, 1995, pp. 665-859.

36 Weisberg (Richard H.), « Wigmore’s Legal Novels revisited » [1976], op. cit, p. 18. À la catégorie A reprise sans grand changement, Weisberg associe une catégorie B regroupant « les œuvres dans lesquelles, même en l’absence d’un procès formel, un juriste est la figure centrale de l’intrigue ou de l’histoire, jouant fréquemment mais pas toujours le rôle principal » ; une catégorie C rassemblant « les œuvres dans lesquelles un corps de lois spécifiques, souvent une seule loi ou une procédure, deviennent un principe organisationnel » ; une catégorie D : « les œuvres dans lesquelles, alors même que leur cadre général n’est pas juridique, les relations entre le droit, la justice et l’individu deviennent un thème central ».

37 Sutherland (John), The Longman Companion to Victorian Fiction. Longman Group UK, 1968. En ce qui concerne les listes Wigmore : 20 auteurs sur 50 dans la liste de 1900 (soit 40 %) sont des « victoriens » ; 39 sur 110 dans la liste de 1908 (soit 35,4 %) ; 20 sur 66 dans la liste de 1922 (soit 30,3 %).

38 Posner (Richard A.), « A Literary Eduction for Lawyers ? », dans Law and Literature. Harvard University Press, 1998, pp. 305-333. La citation est page 309.

39 Voir l’article célèbre, et d’une ironie féroce, de Fish (Stanley), « Don’t Know Much About the Middle Ages : Posner on Law and Literature », dans Doing What Comes Naturally. Change, Rhetoric and the Practice of Theory in Literary and Legal Studies, Duke University Press, 1989, pp. 294-311. Pour l’analyse la plus fine de la position du juge Posner, actif promoteur du champ de recherche Droit et Économie dont il souhaitait maintenir la prééminence, au détriment du mouvement Droit et Littérature, lire Papke (David Ray), « Problems With An Uninvited Guest : Richard A. Posner and the Law and Literature Movement », dans Boston University Law Review, vol. 69, 1989, pp. 1067-1088.

40 Sutherland (John), « Who Were They ? », dans Victorian Fiction. Writers, Publishers, Readers. Palgrave MacMillan, 2006, p. 167. Si les femmes représentent 35,5 % des auteurs victoriens, la vieille fille victorienne est l’auteur le plus prolifique, avec une moyenne de 24 titres (contre un peu moins de 16 pour les hommes), Ibidem, pp. 169-171.

41 Ibidem, p. 170.

42 1 auteur victorien femme dans la liste Wigmore de 1900 ; 8 dans celle de 1908 et 2 dans celle de 1922, soit moins de 10 % de femmes.

43 Sutherland (John), The Longman Companion to Victorian Fiction, op. cit., pp. 603-604.

44 Le livre de Stevenson que Wigmore a en tête est, en réalité, Weir of Hermiston. Voir Tadié (Jean-Yves), « Stevenson » , Le Roman d’aventures, Paris, PUF, 1982, p. 147.

45 Wigmore (John H.), « A List of Legal Novels » [1908], op. cit, pp. 585-586.

46 Ibidem, p. 587.

47 Sutherland (John), Victorian Fiction, op. cit., p. 171.

48 Dolin (Kieran), « The modern Western Nomos », dans Fiction and the Law, op. cit., pp. 21-40. Voir aussi Cover (Robert), « Nomos et narration » [1983], article traduit par Michaut (Françoise), dans Le Droit dans tous ses états. L’œuvre de Robert M. Cover. L’Harmattan, 2001, pp. 69-149.

49 Sutherland (John), Victorian Fiction, op. cit., p. 159.

50 Goodrich (Peter), « Law by Other Means », dans Cardozo Studies in Law and Literature, vol. 10, n˚2, winter 1998, p. 114.

51 Cover (Robert), « Nomos et narration », op. cit, p. 70.

52 Gemmette (Elizabeth Villiers), « Law and Literature : an Unnecessarily Suspect Class in the Liberal Arts Component of the Law School Curriculum », dans Valparaiso University Law Review, vol. 23, 1989, pp. 284-287.

53 Pantazakos (Michael), « Ad Humanitatem Pertinent », op. cit, p. 38. Richard H. Weisberg fait justement remarquer que ce n’est pas Benjamin Cardozo qui est le « père » de la division du champ entre « Law as » et « Law in Literature », mais Ephraim London, un avocat new-yorkais qui, en 1960, a publié deux volumes toujours disponibles sous le titre The World of the Law, le premier, intitulé Law in Literature, contenant une sélection de nouvelles concernant la loi, le second, intitulé Law as Literature rassemblant ses opinions judiciaires favorites. Voir Weisberg (Richard H.), « Literature’s Twenty-Year Crossing into the Domain of Law: Continuing Trespass or Right by Adverse Possession? », dans Freeman (Michael) et Lewis (Andrew D. E.), Law and Literature, Current Legal Issues, vol. 2, 1999, Oxford University Press, p. 50.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Les Listes de Legal Novels en chiffres
URL http://textyles.revues.org/docannexe/image/314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 726k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Simonin, « Éloge de l’éclectisme. Penser le champ « Droit et Littérature » à partir des listes de Legal Novels (1900-1987) », Textyles, 31 | 2007, 12-27.

Référence électronique

Anne Simonin, « Éloge de l’éclectisme. Penser le champ « Droit et Littérature » à partir des listes de Legal Novels (1900-1987) », Textyles [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/314 ; DOI : 10.4000/textyles.314

Haut de page

Auteur

Anne Simonin

CNRS – Maison Française d’Oxford

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org