Navigation – Plan du site

La remémoration de la guerre 1914-1918 chez Henry Bauchau : l’écriture de l’incendie de Louvain

Isabelle Vanquaethem
p. 127-142

Texte intégral

  • 1 Bauchau (Henry), La Déchirure. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2000 [1re édition : 1966].
  • 2 Bauchau (Henry), « La connivence des temps », dans L’Écriture à l’écoute. Essais réunis et présenté (...)
  • 3 Bauchau (Henry), « La circonstance éclatante », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 18.

1Dès La Déchirure1, le premier roman d’Henry Bauchau publié en 1966, le souvenir d’épisodes épars de la guerre 1914-1918 fait irruption, preuve de l’importance de cet événement dans l’enfance de l’écrivain et de l’impérieuse nécessité que celui-ci éprouve de revenir sur son passé dans son œuvre. L’évocation se fait de manière indirecte, par le biais d’un roman dont la Première Guerre mondiale est loin de constituer le sujet principal. La Déchirure raconte à la première personne l’histoire d’un narrateur qui doit affronter l’agonie et la mort de sa mère. Cet événement le projette face à son passé, fait rejaillir le temps de la psychanalyse qu’il a vécue avec la bien nommée « Sibylle », mais aussi un passé plus lointain, celui de son « enfance reconstruite après le temps des séances »2 et bouleversée par la catastrophe de 1914-1918. Ainsi la guerre ne se profile-t-elle pas à l’avant-plan, mais forme, en filigrane, une trame qui éclaire en profondeur l’œuvre d’Henry Bauchau. Marqué par la guerre, le passé lointain de l’écrivain constitue le point de départ de son écriture, pour laquelle il déclare n’être « armé que du sabre de la petite enfance et de son éclat passager »3.

  • 4 Le brassage important de la matière biographique de l’auteur dans son roman est tel qu’il permet de (...)
  • 5 Voir la notice biographique, « Henry Bauchau. La vie, l’œuvre, l’époque », rédigée par Henry Baucha (...)

2La proximité4 entre les scènes rapportées par le narrateur dans La Déchirure et celles qu’Henry Bauchau a lui-même vécues dans sa prime enfance provoque d’emblée la tentation d’assimiler le lointain passé du narrateur à celui de l’écrivain. Henry Bauchau, né en 1913, a en effet vécu, lorsqu’il était seulement âgé d’un an, l’invasion allemande à Louvain5. Événement qu’il présente en insistant sur la violence des Allemands, l’incendie volontaire de nombreux bâtiments et l’exécution de dizaines de civils innocents :

  • 6 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 55.

L’irruption inattendue et brutale de la guerre, dans un pays qui ne la connaissait plus depuis quatre-vingts ans, fut pour tous un événement bouleversant. L’incendie, les fusillades, les prises d’otage le rendirent encore plus traumatisant pour la population de Louvain dont ma famille faisait partie. Les récits du drame, la présence parmi nous de la jeune servante qui m’avait porté et plus tard le spectacle de la ville en ruine ont été, durant mon enfance, des éléments majeurs dans l’élaboration de mon roman familial6.

  • 7 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., pp. 37-47. « Sainpierre est en réalité Louvain », Ibidem.
  • 8 Ibidem, pp. 142-144.
  • 9 Ibidem, pp. 125-127.

3Cet incendie, devenu dans La Déchirure « l’incendie de Sainpierre »7, constitue l’une des principales images de la guerre 1914-1918 dans le roman, conjointement à celle de la retraite des soldats allemands après leur défaite8, ou encore à celle d’un contrôle militaire alors que le narrateur, enfant, est dans la voiture qui le mène à la maison paternelle des « Genêts » où sa famille se réfugie durant l’occupation9. Nombre de convergences tendent donc à rapprocher le « je » narrateur de celui de l’écrivain, détenteurs d’une mémoire commune.

  • 10 Paraphrase d’un vers tiré de Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud. Lausanne, Édit (...)
  • 11 Ibidem, p. 99.
  • 12 Comme l’écrit Marc Quaghebeur, le projet d’écriture d’Henry Bauchau est en partie sous-tendu par «  (...)
  • 13 Bauchau (Henry), Le Présent d’incertitude (Journal 2002-2005). Arles, Actes Sud, 2007, p. 82. Il es (...)
  • 14 Ibidem, p. 239.
  • 15 Ibidem, p. 229.
  • 16 Watthee-Delmotte (Myriam), « Sens et contresens d’un imaginaire guerrier : l’œuvre d’Henry Bauchau  (...)
  • 17 Bauchau (Henry), La Sourde oreille ou le rêve de Freud, op. cit., p. 90.

4Quels sont les principaux traits constitutifs de la mémoire de la Grande Guerre chez Henry Bauchau ? L’incendie de Louvain marque l’existence de l’écrivain, venant « déclencher l’Histoire dans [sa] pauvr[e] histoir[e] »10 : « La ville a pris feu dans ta vie qui commence, elle s’effondre sur elle, avec ses milliers de poutres et de maisons »11, écrit le poète en 1978 dans La Sourde oreille ou le rêve de Freud. À la suite de cette intrusion première de l’Histoire dans sa vie, l’auteur belge, lorsqu’il s’engage dans la voie littéraire, fonde l’édification de son écriture à la croisée de son histoire individuelle et de l’Histoire collective12. À l’intersection de celles-ci, l’incendie de Louvain a notamment séparé l’enfant de sa mère pendant deux ou trois mois, événement capital de l’existence de Bauchau par lequel il s’est senti définitivement exilé de la chaleur maternelle et qui a marqué son entrée au sein de ce qu’il appelle le « peuple du désastre »13, celui des personnes marquées par un sentiment de carence ontologique. Plus largement, la guerre 1914-1918 a constitué une expérience majeure de « la violence de l’événement »14, prise de conscience du fond de sauvagerie de l’humanité qui forme l’un des principaux enjeux de l’œuvre de l’écrivain : « Que faire de ce fonds sauvage en nous pour qu’il ne dégénère pas en violences inutiles et en guerre ? Du sommet de mes quatre-vingt-douze ans en train de s’écrouler, je me pose toujours la question »15, écrit-il dans son dernier journal, Le Présent d’incertitude. Par ailleurs, la guerre apparaît également comme une occasion de montrer la bravoure des hommes du front. Le poids de cette valeur, chez un homme qui, après la campagne des dix-huit jours, cultive le sentiment d’avoir failli à son devoir et trahi l’héritage des anciens, le tourne vers des œuvres – Gengis Khan, Le Régiment noir, Antigone, et dans une moindre mesure, Œdipe sur la route – où se déploie de manière récurrente un « imaginaire guerrier »16 et qui interrogent la possibilité de l’héroïsme à notre époque : « Offensive ! Tu as cinq ans, c’est un mot difficile, tu n’oses pas demander qu’on t’explique. Tu sens qu’il est vêtu de gloire et de salive. Tu l’aimes sans raison, tu vas l’aimer toujours »17, écrit Bauchau à propos de sa fascination pour les guerres. Concernant le premier conflit mondial, la question qui nous intéresse est la suivante : comment Bauchau intègre-t-il cet événement traumatique dans sa première œuvre romanesque ?

  • 18 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 37.
  • 19 Voir la notice biographique : « Henry Bauchau. La vie, l’œuvre, l’époque », op. cit., pp. 335-336 : (...)

5D’emblée, une première interrogation surgit : quel souvenir Henry Bauchau a-t-il pu garder d’un événement qui a eu lieu à un âge où sa mémoire n’était pas même structurée ? Question qu’il formule d’ailleurs dans la pensée du narrateur de son roman : « Que peut-on savoir encore de l’incendie de Sainpierre ? »18. Assurément, l’auteur ne cherche pas à léguer à ses lecteurs un témoignage véridique par la narration de ce fait marquant qu’il décrit lui-même comme « imaginaire »19. En le racontant, il tente plutôt de poser un regard intime sur l’événement historique, de créer un discours qui soit guidé par les sensations, les images, bref, le retentissement intérieur que cet événement ne cesse d’avoir dans le présent. Raconter pour Bauchau implique de sortir du langage rationnel pour lui préférer le langage du sentiment. Élevé dans une famille d’ingénieurs pour qui la langue doit être maîtrisée et efficace, Henry Bauchau, se découvrant écrivain, s’engage dans cette voie – voix – en espérant fuir une parole si normée :

  • 20 Bauchau (Henry), Journal d’Antigone (1989-1997). Arles, Actes Sud, 1999, p. 196.

Dans toute la famille paternelle on parlait pour communiquer des faits, plus rarement des opinions. On ne parlait pas de ses sentiments[,] « cela ne se fait pas », c’était une lignée dominée par l’esprit industriel et l’efficacité. C’était la lignée dominante et les femmes devaient se conformer autant que possible à cette froideur et à cette sobriété d’expression20.

  • 21 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 204.

6De même – pour souligner une nouvelle fois les convergences existant entre le vécu de l’écrivain et celui de son personnage – le narrateur de La Déchirure a dû éprouver dans son enfance la froideur de la langue convenue des « grandes personnes », « les mots du monde comme ça »21, plutôt que la chaleur d’une langue maternelle susceptible de traduire l’émotion qui lui fit toujours défaut :

  • 22 Ibidem, pp. 18-19.

Et c’était la parole qui avait été blessée jadis quand elle accourait vers la mère, le grand accueil et la terre familière. Elle s’était soudain trouvée devant une femme froide, presque inconnue et les mots en étaient demeurés interdits22.

  • 23 Florence (Jean), « Lecture de La Déchirure. Psychanalyse, fiction et vérité », article cité, p. 293

7Henry Bauchau cherche donc par tous les moyens à se réapproprier dans ses écrits une langue se singularisant par l’intensité des sensations, la mise en avant de la subjectivité et de ses fantasmagories intimes. Dans ce contexte, la prétention de l’écrivain n’est pas de faire mémoire de la guerre 1914-1918 – « l’œuvre n’a aucun message à fournir, aucune leçon à donner »23 – mais plutôt de réexplorer cette période à des fins personnelles : la remémoration aide à la reconstruction d’une identité personnelle défaillante.

L’écriture, creusement de la psychanalyse

  • 24 Bauchau (Henry), Jour après jour. Journal 1983-1989. Bruxelles, Les Éperonniers, 1992, p. 64.
  • 25 Ibidem, p. 9 (Épigraphe du journal).
  • 26 Ibidem, p. 176.

8Sous-jacent à la remémoration de l’enfance qui se fait jour lors de l’analyse avec la Sibylle est le travail de l’oubli : « Ah ! la mémoire a bien des trous. Elle a des blancs qui étincellent. »24 Et c’est avec cette mémoire trouée que Bauchau parcourt en aveugle son passé, ayant fait sienne la phrase de Saint Jean de la Croix : « Pour aller où tu ne sais pas, va par où tu ne sais pas. »25 Cette phrase entre pour l’écrivain en intime résonance avec son expérience psychanalytique, et plus précisément encore, avec la période qui lui a succédé : « À la fin de ma première psychanalyse, écrit-il, j’avais l’impression de ne plus rien savoir. Peu à peu, je me suis rendu compte que j’avais perdu mon savoir, mais que je savais autre chose. »26 Plus loin dans son journal, il analyse la spécificité de son écriture en regard de l’expérience qu’il a vécue :

  • 27 Ibidem, p. 127.

À mes yeux, le « Pour aller où tu ne sais pas, va par où tu ne sais pas » de Saint Jean de la Croix est la voie que « l’après psychanalyse » ouvre à ceux qui en ont eu besoin. Quand j’écris, je ne sais pas et ne désire pas savoir où je vais. Je le découvre peu à peu27.

  • 28 Bauchau (Henry), La Grande Muraille. Journal de La Déchirure (1960-1965). Arles, Actes Sud, coll. B (...)
  • 29 Bauchau (Henry), « La circonstance éclatante », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 19.
  • 30 Ibidem, p. 24.

9La Déchirure, œuvre de l’après-psychanalyse – Bauchau dit que son projet initial était de « montrer ce qu’une psychanalyse devient dix ans après »28 – fait émerger le cours d’une écriture qui s’enfonce « par où elle ne sait pas », « dans des espaces et des profondeurs où tout était hautement inexplicable »29, et plonge tout entière dans un passé obscur, orientation temporelle qui fonde l’herméneutique psychanalytique. Pour redécouvrir le passé, pour que jaillisse le souvenir, la parole, déliée lors de la psychanalyse que Bauchau a vécue avec Blanche Reverchon-Jouve, a servi de premier éclaireur dans le labyrinthe de la mémoire. Cependant, Bauchau ne se satisfait pas de cette parole oralisée. Comme l’a révélé la vision de la Sibylle (alias Blanche), le levier de son analyse, « c’est l’écriture »30, c’est-à-dire une parole intérieure recueillie dans l’empreinte du texte.

  • 31 Bauchau (Henry), « L’écriture à l’oreille enfantine », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 123
  • 32 Ibidem.

10« Qu’est-ce qui va de la psychanalyse vers l’écriture, chez les anciens analysants et chez les nombreux psychanalystes qui écrivent ? »31 , demande Bauchau. L’écriture, parce qu’elle est « le plus originel »32, apparaît, plus encore peut-être que les séances d’analyse sur le divan, comme la voie privilégiée pour brasser les résidus de l’inconscient :

  • 33 Bauchau (Henry), « Rencontres avec Freud », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 137.

Je m’aperçois non sans surprise que l’écriture est pour moi une aventure spirituelle mais aussi une façon de continuer par d’autres voies ma psychanalyse ce qui m’entraîne souvent, et sans que je le souhaite, à contre-courant des tendances principales de la littérature contemporaine33.

  • 34 Sur le passage de l’analyse à l’écriture, je renvoie à l’article de Lasvergnas (Isabelle), « La mét (...)
  • 35 Journaux qui ne sont initialement pas destinés à la publication.

11Relais de l’analyse, l’écriture34 permet à Bauchau de creuser plus loin en lui-même, d’accéder à ce que la parole ne peut saisir, de pénétrer plus avant dans son roman singulier, de revivifier constamment la mémoire. Elle permet de remettre au jour le temps des séances pour continuer à explorer les profondeurs de la mémoire et les significations des réminiscences enfantines. Par l’écriture, l’écrivain, qui a été analysé, peut devenir l’analyste de lui-même, ce que Bauchau parvient à faire dans ses journaux35, dans ses articles sur la naissance de son œuvre, mais surtout dans son roman, avec, en guise d’autre soi, son double, le narrateur de La Déchirure. C’est ce dédoublement de soi qui fait de l’écriture le medium qui convient le mieux à Bauchau pour investiguer sur son identité problématique.

  • 36 Bauchau (Henry), « La circonstance éclatante », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 18.
  • 37 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 47.

12Partie de l’« obscurité initiale »36, l’écriture de soi se faisant investigation sur soi est particulièrement tangible lorsque Bauchau-écrivain interprète sa propre histoire, opération qui montre combien le passé lointain a subi le filtre de la psychanalyse. Sans cesse succède à la narration des faits le geste interprétatif du sujet. Parlant de l’incendie de Louvain, le narrateur analyse : « C’est cette nuit-là [la nuit de l’incendie] qu’apparaît l’absence de maman. C’est là qu’elle commence à manquer. »37 Peu à peu, l’écriture affine l’interprétation, donne des significations et une physionomie nouvelles à ce passé lointain qu’a vécu Bauchau, qui y reconnaît les traces de son évolution personnelle :

  • 38 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 57.

Ayant vécu, dans le désastre de Louvain, l’absence de la mère, n’ayant pu rétablir avec elle qu’un lien blessé et qui semble dorénavant peu assuré, j’éprouve de plus en plus, durant les années décisives de l’enfance qui vont de deux à cinq ans, que la langue maternelle est menacée. Je réagis à ce nouveau péril par un amour pour elle d’autant plus profond qu’il doit demeurer secret38.

13Période marquée par le manque de la mère et par l’amour d’une langue maternelle menacée qui présage de la vocation d’écrivain d’Henry Bauchau, la guerre 1914-1918 constitue également pour celui-ci le moment de la faiblesse du père :

  • 39 Ibidem, p. 80.

Banale histoire pourtant, [mon père] voulait être officier, sa famille l’en a empêché et il ne s’est pas rebellé.
Dans ma petite enfance, au retour des vainqueurs en 1918, j’ai senti son regret et sa honte39.

14L’événement historique a donc été révélateur d’une faille du sujet Bauchau, consécutive à l’ébranlement de ses repères d’enfance : la mère, la langue maternelle et l’imago paternelle. À l’Histoire officielle correspond pour l’écrivain une histoire personnelle lourde de valeur symbolique.

Souvenir et sensation

  • 40 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 86.

15Afin de se frayer un chemin vers le passé, l’écriture bauchalienne tente de le revivifier par l’intermédiaire des sensations, qui apparaissent comme une voie d’accès privilégiée pour faire émerger le souvenir. Henry Bauchau, dans son journal, note à propos de La Déchirure que « c’est de l’enfance, des faits et des sensations de l’enfance qu’il faut partir »40. Plus loin, il insiste encore sur le rapport privilégié qui le lie au registre esthésique – celui des sensations, du ressenti – pour fonder son entreprise scripturale :

  • 41 Ibidem, p. 93.

Ce n’est pas par l’intelligence que mon travail peut se construire. Je sens bien que beaucoup de gens me sont très supérieurs à cet égard. C’est par la véracité, la force de la sensation et de l’imagination du réel. Toutes choses que la vie émousse constamment et qu’il faut continuellement retrouver41.

16Dans la découverte sensualiste du passé, les couleurs apparaissent notamment comme une porte d’entrée incontournable pour retrouver le décor de l’enfance et celui de la guerre, ainsi qu’en témoigne cet épisode rapporté dans Jour après jour :

  • 42 Bauchau (Henry), Jour après jour, op. cit., pp. 99-100.

Temps superbe. J’ai été cueillir des mûres avec Dominique, ce qui nous a rappelé à tous les deux les souvenirs de la guerre […] pour moi ceux de la plus lointaine, quand, dans la période de pénurie de 1918, nous allions tous cueillir des mûres, car c’était le seul fruit à confiture que l’on pouvait se procurer, en dehors du ravitaillement. […] Il me reste de ces jours enfouis la couleur bleu foncé des mûres, qui emplit toujours mon regard, le rouge de nos écorchures, le blanc teinté d’un peu de jaune ou de gris de nos paniers. […]
La fin de la guerre approchait, on ne nous en parlait presque pas, mais nous le sentions à quelque chose de plus tendu et de déjà presque triomphant chez les adultes. Quelques mois plus tard, après l’armistice et la victoire, j’ai vu sur une route passer un détachement de chasseurs alpins français. Nous étions déjà habitués au bleu horizon, mais je ne connaissais pas ce bleu-là, plus sombre, plus terrible. C’était le bleu des mûres, leur sang rouge sur les mains quand on les cueillait42.

  • 43 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 143.
  • 44 Ibidem, p. 125.
  • 45 Ibidem, p. 38.
  • 46 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 104 : « je suis de plus en plus attiré par la nai (...)

17Constamment, par petites touches impressionnistes, les couleurs reviennent pour évoquer le souvenir de la guerre : le « [g]ris, indéfiniment gris de poussière et de fatigue »43 du costume des soldats allemands revenant du front après leur défaite, « les lignes parallèles, les longues lignes de peinture froide, une blanche, une rouge, qui recouvraient les portes des garages, des écuries et des communs dans la grande cour carrée des Genêts »44, maison où le narrateur de La Déchirure doit séjourner durant la période de la guerre, ou encore « le blanc, un blanc d’époque en longues robes corsetées sur l’immense feuillage de l’été »45 qui précède le déclenchement de l’incendie de Sainpierre.
Bauchau parle de retrouver les « sensations de l’enfance », d’être à l’écoute de ses impressions anciennes. Néanmoins, il apparaît bien que ce ne sont pas seulement les émotions vécues antérieurement qui sont recherchées ici. Le narrateur vit dans le présent les sensations de l’événement passé comme s’il vivait celles-ci pour la première fois. L’écriture ne cherche pas à restituer la sensation, mais elle se situe à sa « naissance »46. Le présent déroutant qu’utilise la narration pour décrire l’impression ou pour détailler la perception en montre le caractère vécu hic et nunc par le narrateur :

  • 47 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 41. Je souligne.

Malgré le feu, qui commence à s’allumer de tous côtés dans la rue de la Gare, et les tourbillons de fumées qui s’élèvent de tant d’années, je peux les voir encore très distinctement [les grands-parents maternels], assis par terre dans la serre, où le raisin, qui commence à mûrir, embaume. Le jour tombe, grand-mère, qui sent Louise terrifiée, dit son chapelet avec elle à mi-voix47.

  • 48 Ibidem, p. 45.
  • 49 Ibidem, p. 46.
  • 50 Blanchot (Maurice), Le Livre à venir. Paris, Gallimard, coll. Idées nrf, 1971 [1re édition : 1959], (...)

18De manière insistante, la relation de l’incendie de Sainpierre est jalonnée des traces d’une subjectivité qui s’énonce au présent et ne cesse de dire sa difficulté à suivre les événements et les personnages : « Je les perds de vue, à cause du hublot trop étroit et de la fumée à chaque instant plus épaisse »48, « Je les distingue à peine à ce moment, où les fumées de la ville se mêlent aux brumes de l’aube »49. Incontestablement, ces traces laissent l’impression vive que le temps ramène l’affect lié au passé, non pas comme « un double, un écho d’une sensation passée… mais [comme] cette sensation elle-même »50, sensation en mouvement vécue dans le présent comme pour la première fois. Dans la sensation coïncident donc de manière simultanée le présent et ce qu’elle fait revivre du passé, faisant d’elle la pierre angulaire de l’écriture du souvenir dans l’œuvre d’Henry Bauchau.

Une écriture transgénérique

  • 51 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 181.
  • 52 Gonzàlez-Salvador (Ana), « Tout dire du dedans », dans Soncini-Fratta (Anna) (éd.), Henry Bauchau. (...)
  • 53 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 39.

19Rapport de liberté avec les mots, l’écriture bauchalienne doit néanmoins se soumettre à la « règle fondamentale », à savoir qu’« il faut tout dire »51. Cette règle, apparemment contradictoire, car l’écriture porte toujours en son sein un inévitable inachèvement, Bauchau semble l’interpréter dans son œuvre comme l’obligation de creuser au maximum son intériorité. Tout dire, c’est bien pour lui « tout dire du dedans »52, en allant « dans le sens de l’intériorisation »53 qui fonde son mouvement naturel. Notamment, dans cette entreprise difficile, l’écriture multiplie les manières d’aborder une circonstance en se servant du faisceau des divers genres littéraires. Pour parvenir à tout dire, Henry Bauchau dit par tous les moyens littéraires possibles, ce dont découle un inéluctable ressassement du même.

  • 54 Les évocations de 1914-1918 dans l’œuvre du diariste ne se limitent pas au journal de La Déchirure, (...)
  • 55 Voir Bauchau (Henry), L’Écriture à l’écoute, op. cit., notamment « La circonstance éclatante » (pp. (...)
  • 56 Bauchau (Henry), « Discours de M. Henry Bauchau lors de sa Réception à l’Académie royale de langue (...)
  • 57 Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud, op. cit.
  • 58 Ibidem, p. 90.

20Ainsi esquissée la conception de l’écriture pour Bauchau, il s’agit d’interroger plus avant à quoi lui sert de ressasser son expérience de la Première Guerre mondiale. Certes, un événement traumatique entraîne toujours son propre ressassement. L’intérêt porté à celui-ci dans l’œuvre de Bauchau vient pour beaucoup du fait que l’auteur multiplie non seulement les témoignages sur cet événement mais également les manières de l’aborder. D’un point de vue générique, tant les journaux54 que les articles de l’écrivain sur son œuvre propre55, tant les discours officiels56 ou le poème57 que le roman sont convoqués pour évoquer « la guerre très vieille »58. Le roman a cependant priorité sur les autres représentations de la guerre dans l’œuvre du fait qu’il est le lieu du premier surgissement du souvenir, que les autres genres ne font ensuite que décliner.

  • 59 Florence (Jean), « Lecture de La Déchirure. Psychanalyse, fiction et vérité », article cité, p. 304
  • 60 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 64.

21Si le journal, écrit au même moment que La Déchirure, apparaît comme un canal nécessaire pour explorer et interpréter le passé, il n’en est pas moins secondaire par rapport au roman. À cet égard, il ne faut pas oublier que les journaux ont été publiés pour « seconder » l’œuvre romanesque, mais ne constituent pas à l’origine une œuvre en soi, destinée à être partagée avec le public. Spécificité de cette forme littéraire, elle impose un rapport de soi à soi là où le roman fait émerger le rapport de soi à un autre, double de soi : le narrateur en l’occurrence. C’est dans cette distance que la narration d’une personnalité problématique est rendue possible, car, voulant se raconter, on en arrive peut-être toujours à « construire une autre histoire »59. Lorsqu’il se fait autofiction, le roman est seul capable de représenter la difficulté de raconter un « je » qui échappe sans cesse. En outre, le récit rend non seulement prégnante la présence de l’autre en soi, mais souligne également l’importance de l’autre dans la découverte de soi. L’ouverture à l’autre dans la construction de soi, mise en lumière dans l’expérience analytique, constitue un schéma essentiel pour Henry Bauchau, qui sait qu’ « [o]n ne se nourrit pas de soi-même »60. Le roman apparaît donc à cet égard comme le plus apte à configurer le rapport de soi à un autre (que) soi. Cette distance nécessaire entre Bauchau et le narrateur de son roman est d’ailleurs rejouée dans le sein même du livre, par un jeu d’emboîtements complexes découlant du fait que le narrateur ne cesse de raconter des micro-récits portant sur l’enfance, au même titre que Bauchau est lui aussi, en tant qu’auteur du livre, un raconteur d’intrigues. Ainsi, pour narrer son expérience de l’incendie de Sainpierre, le narrateur se place en dehors du tableau qu’il est en train de décrire, focalisation grâce à laquelle il parvient à mettre en mots la scène qu’il se remémore, et ce moment où Louise, la servante, veut le déposer au milieu des flammes :

  • 61 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 45.

Elle sanglote, l’odeur de roussi de ses vêtements l’écœure et plus encore le poids de cet enfant, qui est en train de sucer sa vie. […] Elle ne veut plus, elle ne peut plus avancer avec cet enfant qui crie. Il faut l’abandonner, l’offrir au feu à sa place, avant qu’il ne soit trop tard61.

  • 62 Voir Pierre Jean Jouve : « Qu’est-ce que l’imagination ? C’est un rapport de liberté avec l’inconsc (...)
  • 63 Blanchot (Maurice), Le Livre à venir, op. cit., p. 271.
  • 64 Ibidem, p. 273.

22D’autre part, le journal impose un lien au temps qui entrave la recherche d’un « rapport de liberté avec l’inconscient »62, objet d’investigation du romancier. « Le journal intime qui paraît si dégagé des formes, si docile aux mouvements de la vie et capable de toutes les libertés, puisque pensées, rêves, fiction, commentaires de soi-même, événements importants, insignifiants, tout y convient, dans l’ordre et le désordre qu’on veut, est soumis à une clause d’apparence légère, mais redoutable : il doit respecter le calendrier. »63 Le récit seul permet de brouiller les pistes temporelles, de « déchirer le tissu des événements »64, pour parvenir à raconter non seulement l’action d’un cheminement inquiet dans le passé et le présent, mais aussi celle du hors-temps, de l’oubli – dimensions temporelles qui apparaissent toutes hautement indispensables dans la narration complexe d’un passé problématique, comme le fut la guerre pour Henry Bauchau.

  • 65 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 38.

23Aussi le roman, dans lequel fait irruption de manière privilégiée le souvenir de la Grande Guerre, semble-t-il, en tant que fiction, convenir tout particulièrement à l’évocation de l’expérience traumatisante de l’incendie de Sainpierre. Les fumées ont en effet laissé pour toujours au narrateur « une vision confuse de la réalité »65, et celui-ci n’hésite pas, dans son récit, à sortir des frontières trop étriquées du réel pour y adjoindre les dimensions plus vastes du rêve, de l’épique ou du mythe.

  • 66 Ibidem, p. 46. Je souligne.

Je le vois très bien [grand-père], le visage et la barbe noircis, les yeux qui pleurent sous le lorgnon, au point de paraître saigner. Il a dû jeter son chapeau de paille qui prenait feu et il se protège avec sa veste dont les manches nouées autour de la tête le font ressembler à Moïse. Sur la chemise maculée on reconnaît la double ligne rouge des bretelles et on voit saillir en dessous les vastes épaules impatientes. Il tend les mains vers [Louise] et dit : Viens. […] À travers la fumée je ne vois plus que le très gros plan de ce visage tourné vers elle, avec ces yeux qui savent, cette bouche qui commande et toute cette chose de l’homme à laquelle il est impossible de ne pas obéir […]. Lui, très vite, est redevenu vieux, une sorte de grand-père, une sorte de grand-prêtre66.

  • 67 Ibidem, p. 204.
  • 68 Ibidem, p. 52.

24Ce qui importe dans le roman, c’est le plaisir de raconter, de faire jaillir un monde, « le monde réel, celui du jeu »67, libéré des contraintes réalistes, et de le partager. La qualité de conteur constitue à ce titre un enjeu primordial pour Bauchau comme pour le personnage de La Déchirure, en tant que modèle hérité d’un père dont la plus grande force était de pouvoir raconter des histoires, « qui étaient une Chine cachée, une Chine intérieure »68, une possibilité d’évasion pour l’enfant que fut le narrateur.

  • 69 Ibidem, p. 17.
  • 70 Ibidem, p. 202.

25Mais le plaisir des histoires racontées et à raconter ne semble pas être la seule prérogative du roman bauchalien. Il permet également de donner la prépondérance au signifiant, au mot, et partant, à la mise en image par le mot. En premier, « [i]l y avait le mot »69. En premier est « [l]a découverte des mots et de leurs rapports singuliers avec les objets et les sensations »70. Plus loin, le narrateur explicite davantage la primauté du mot sur la sensation, l’un engendrant l’autre, et non le contraire :

  • 71 Ibidem, p. 217.

Les mots ont peut-être élargi la vie d’Olivier, il semble qu’ils aient créé la mienne. Avec eux, pour la première fois, fabuleusement, je vis.
Grâce aux mots, le registre des sensations augmente sans mesure71.

26Cet engendrement des sensations par le travail sur les mots cerne bien l’expérimentation du langage auquel Bauchau s’adonne lorsqu’il commence à écrire l’épisode de l’incendie de Sainpierre. Il pénètre peu à peu dans la matière de l’enfance par le biais des mots, qui suscitent les sensations :

  • 72 Ibidem, p. 38.

Cela commence par le blanc, un blanc d’époque, en longues robes corsetées sur l’immense feuillage de l’été. Ensuite, et déjà dans l’effroi de la gare bombardée, c’est le vert sombre et les croix rouges des ambulances. Puis la retraite des nôtres dans une grande diversité de couleurs, une fantaisie de mouvement qui fait encore penser à des jeux, ou à un bal en plein air, qui s’exténue et soulève à l’aube ses dernières poussières72.

  • 73 Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud, op. cit., p. 99.
  • 74 Ibidem, p. 101.
  • 75 Ibidem, p. 113.
  • 76 Ibidem, p. 37.

27Ce qui vient d’abord à la plume de l’écrivain lorsqu’il veut évoquer l’épisode douloureux de l’incendie de Louvain, ce ne sont pas seulement des signifiants sous forme de mots, comme celui, énigmatique, de Sainpierre – qui permet à Bauchau d’associer l’incendie au « sein de pierre »73 de sa mère, puisque l’incendie est le lieu où se joue la distance irrémédiable entre la mère et son fils –, mais ce sont également des signifiants entendus comme « images », mises en forme de la réalité. « Ouvrier des mots »74, l’écrivain est aussi « tailleur d’images »75, tout comme le narrateur qui avoue d’emblée que, de tout le chaos des flammes, « il ne reste que des images. Des images brouillées »76. Et c’est bien le régime de l’image qui commande l’évocation de l’incendie juste après la rêverie du narrateur sur des inondations que survole son avion en route vers le lieu où agonise la mère.

28Ainsi Bauchau témoigne-t-il dans son journal de ce rapprochement entre deux imageries antagonistes comme moteur organisationnel de son écriture :

  • 77 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 204.

[je] me sens un peu en difficulté pour le roman. Il est certain que je ne puis placer si près l’incendie de Sainpierre. Il faut donc l’éloigner et peut-être l’introduire dans le passage de l’avion où il prendrait sa force par la proximité des inondations survolées77.

29Ce passage par le journal permet de décoder l’avènement du roman dans l’esprit de son auteur, et offre des clefs essentielles pour observer le passage d’un événement de sa préfiguration à sa configuration dans le genre romanesque. Les sous-titres ou titres principaux de certains journaux, Journal de La Déchirure ou Journal d’Antigone, sont significatifs à cet égard. Quant au roman lui-même, il permet de mettre en mots, de faire image, pour parvenir à retrouver les traces mémorielles de son enfance. L’irréductibilité du « différer », du « à-retardement » inhérent à toute mémoire, se voit ainsi compensée par la force des images et des mots pour vivre et faire vivre une nouvelle fois le passé.

  • 78 Bauchau (Henry), Jour après jour, op. cit., pp. 16-17.
  • 79 Bauchau (Henry), « Discours de M. Henry Bauchau lors de sa Réception à l’Académie royale de langue (...)

30Faire récit, comme le fait Henry Bauchau de son expérience de la guerre 1914-1918, renvoie enfin et surtout au désir de trouver une certaine cohérence dans ce qui se présentait initialement comme chaotique. L’événement passé se constitue en expérience. Ainsi, la faille du sujet Bauchau – la langue menacée, l’absence de la mère, la défaillance de l’imago paternelle – est dépassée car réinvestie de sens : l’événement est vu désormais comme une période de mort symbolique, parmi celles, nombreuses, que le sujet doit éprouver pour pouvoir renaître. La Grande Guerre, période de « terreurs enfantines »78 inexprimées pour l’enfant Bauchau, se mue au fil de son œuvre en une expérience nécessaire dans « une existence qui fut peut-être, comme toutes celles où s’unissent l’action, le rêve et la pensée, pleine de morts difficiles et de renaissances laborieuses »79.

  • 80 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 46.
  • 81 Ibidem, p. 139.
  • 82 Ibidem, p. 43.
  • 83 Ibidem, p. 39.
  • 84 Ibidem, p. 43.

31Le schéma initiatique, principe fondateur de l’imaginaire bauchalien, contamine ainsi l’ensemble de La Déchirure, et particulièrement le récit de « l’incendie de Sainpierre ». Le vocabulaire utilisé, singulièrement explicite à cet égard, convoque le registre du sacré inhérent à toute initiation. C’est avec le vieux grand-père maternel, « une sorte de grand-prêtre »80, que le narrateur-enfant, ailleurs qualifié de « Prétendant »81, doit « traverser l’incendie »82, affronter l’épreuve du feu « pour apprendre à devenir ou à ne pas devenir froussard »83. Il lui faut aussi « traverser la nuit, la ville béante et les cendres du matin, pour chercher obstinément l’espace libre »84. Le grand-père remplit auprès du narrateur néophyte le rôle de guide, au cours de l’incendie de Sainpierre mais également ailleurs dans le roman, jusqu’au moment où, ayant accompli la tâche qui lui était dévolue, à savoir l’initiation de son petit-fils, il laisse place à celui-ci. Dès lors,

  • 85 Ibidem, p. 229.

Derrière la justice et la majesté renversées [du grand-père], une autre justice et une force nouvelle apparaissaient. Place libre, le jeune [le petit-fils] s’affirmait avec sa tête puissante. Il ne triomphait pas seul, dans son camp était le soleil, la terre et les saisons proliférantes85.

  • 86 Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud, op. cit., p. 95.

32Cette opération, qui consiste à déplacer l’événement historique dans le sacré permet surtout de dépasser le passé douloureux. L’initiation est pour Bauchau une structure qui permet de donner sens aux épreuves pénibles du passé, car elle ne fait pas de celui-ci une période définitivement sclérosée, mais bien un lieu fondateur de la personnalité de l’écrivain. « [A]vec la clef d’enfance », Henry Bauchau peut s’ouvrir « à ce qui doit venir après »86. Cette conception dynamique des obstacles vécus inscrit définitivement l’écrivain dans une tradition littéraire tournée vers l’espérance.

  • 87 Watthee-Delmotte (Myriam), « Sens et contresens d’un imaginaire guerrier : l’œuvre d’Henry Bauchau  (...)
  • 88 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 61.

33Grâce à la configuration, opérée par la narration, des événements de la Grande Guerre et spécifiquement de l’incendie de Louvain, Bauchau peut se construire dans le présent une « identité narrative ». Ce concept de Paul Ricœur renvoie à l’identité d’un ipse, d’un soi se racontant, identité dont la première caractéristique est d’être mouvante, du fait même que les intrigues qu’on raconte sur soi-même sont toujours susceptibles de varier. Avoir une identité narrative, c’est donc être capable de raconter des histoires sur soi-même et, en retour, à la lumière de ces histoires, de concevoir sa propre identité. Ainsi, à travers la narration de la guerre 1914-1918 dans ses romans, ses articles, ses journaux, Bauchau se construit une identité éclairée par la signification de cet événement, identité certes multiple, mais autant que possible ancrée dans le présent et ouverte à l’éventualité du futur. La fiction, à cet égard, ouvre à Bauchau une voie précieuse, car elle permet de mettre à distance, « d’“énigmatiser”, c’est-à-dire de mettre en intrigue par un système de personnages et une dynamique événementielle, un nœud herméneutique douloureux »87, à savoir l’impact de la Première Guerre mondiale sur la petite enfance de l’écrivain belge, et par là, de pouvoir dépasser ce nœud. Dans la reconfiguration des événements opérée grâce à la fiction, il apparaît que non seulement l’auteur crée son œuvre, mais qu’il se laisse également découvrir par celle-ci : « dans le mouvement créateur de l’écriture, confie Henry Bauchau, je ne me suis pas senti le créateur mais le créé »88.

Haut de page

Notes

1 Bauchau (Henry), La Déchirure. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 2000 [1re édition : 1966].

2 Bauchau (Henry), « La connivence des temps », dans L’Écriture à l’écoute. Essais réunis et présentés par Isabelle Gabolde. Arles, Actes Sud, 2000, p. 113.

3 Bauchau (Henry), « La circonstance éclatante », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 18.

4 Le brassage important de la matière biographique de l’auteur dans son roman est tel qu’il permet de qualifier La Déchirure d’autofiction littéraire, ou de « fiction autobiographique » (Florence (Jean), « Lecture de La Déchirure. Psychanalyse, fiction et vérité », dans Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 300).

5 Voir la notice biographique, « Henry Bauchau. La vie, l’œuvre, l’époque », rédigée par Henry Bauchau à la fin de la réédition du Régiment noir, Bruxelles, Les Éperonniers, coll. Passé Présent, 1987, p. 335 : « 1914-1919 Se trouve chez ses grands-parents maternels lors de l’invasion allemande, alors que ses parents et son frère aîné sont à Malines, puis à Anvers. Incendie à Louvain dont ses grands-parents se sauvent avec lui à grand-peine. »

6 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 55.

7 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., pp. 37-47. « Sainpierre est en réalité Louvain », Ibidem.

8 Ibidem, pp. 142-144.

9 Ibidem, pp. 125-127.

10 Paraphrase d’un vers tiré de Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud. Lausanne, Éditions de l’Aire, 1981 ; réédité dans Bauchau (Henry), Heureux les déliants. Poèmes 1950-1995. Bruxelles, Labor, coll. Espace Nord, 1995, p. 93 : « Hitler va prendre le pouvoir, va déclencher l’Histoire dans vos pauvres histoires. »

11 Ibidem, p. 99.

12 Comme l’écrit Marc Quaghebeur, le projet d’écriture d’Henry Bauchau est en partie sous-tendu par « une solide remémoration de l’histoire personnelle, et de l’histoire européenne, d’un jeune belge des années 14-45 » (Quaghebeur (Marc), « Revisitées, les confessions de La Sourde Oreille inventent pour l’écrivain la légende de son futur », dans Halen (Pierre), Michel (Raymond), Michel (Monique) (éd.), Henry Bauchau, une poétique de l’espérance. Actes du colloque international de Metz (6-8 novembre 2002). Berne, Peter Lang, coll. Recherches en littérature et spiritualité, 2004, pp. 134-135).

13 Bauchau (Henry), Le Présent d’incertitude (Journal 2002-2005). Arles, Actes Sud, 2007, p. 82. Il est à souligner que ce dernier journal regorge d’allusions au premier conflit mondial et à ses conséquences dans la vie de l’écrivain (voir notamment p. 32, p. 82, p. 113, p. 221, p. 239).

14 Ibidem, p. 239.

15 Ibidem, p. 229.

16 Watthee-Delmotte (Myriam), « Sens et contresens d’un imaginaire guerrier : l’œuvre d’Henry Bauchau », dans Van Ypersele (Laurence) (éd.), Imaginaires de guerre. L’histoire entre mythe et réalité. Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant, « Transversalités » n˚3, 2003, pp. 451-466.

17 Bauchau (Henry), La Sourde oreille ou le rêve de Freud, op. cit., p. 90.

18 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 37.

19 Voir la notice biographique : « Henry Bauchau. La vie, l’œuvre, l’époque », op. cit., pp. 335-336 : [à propos de l’incendie de Louvain] « Événement traumatique imaginaire (récits colorant toute l’enfance) et réel (la longue séparation d’avec la mère). »

20 Bauchau (Henry), Journal d’Antigone (1989-1997). Arles, Actes Sud, 1999, p. 196.

21 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 204.

22 Ibidem, pp. 18-19.

23 Florence (Jean), « Lecture de La Déchirure. Psychanalyse, fiction et vérité », article cité, p. 293.

24 Bauchau (Henry), Jour après jour. Journal 1983-1989. Bruxelles, Les Éperonniers, 1992, p. 64.

25 Ibidem, p. 9 (Épigraphe du journal).

26 Ibidem, p. 176.

27 Ibidem, p. 127.

28 Bauchau (Henry), La Grande Muraille. Journal de La Déchirure (1960-1965). Arles, Actes Sud, coll. Babel, 2005, p. 156.

29 Bauchau (Henry), « La circonstance éclatante », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 19.

30 Ibidem, p. 24.

31 Bauchau (Henry), « L’écriture à l’oreille enfantine », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 123.

32 Ibidem.

33 Bauchau (Henry), « Rencontres avec Freud », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 137.

34 Sur le passage de l’analyse à l’écriture, je renvoie à l’article de Lasvergnas (Isabelle), « La méthode psychanalytique. Entre la mémoire et le texte », dans Chiantaretto (Jean-François) et Robin (Régine) (éd.), Témoignage et écriture de l’histoire. Décade de Cerisy, 21-31 juillet 2001. Paris, L’Harmattan, coll. Questions contemporaines, 2003, pp. 257-275.

35 Journaux qui ne sont initialement pas destinés à la publication.

36 Bauchau (Henry), « La circonstance éclatante », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 18.

37 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 47.

38 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 57.

39 Ibidem, p. 80.

40 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 86.

41 Ibidem, p. 93.

42 Bauchau (Henry), Jour après jour, op. cit., pp. 99-100.

43 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 143.

44 Ibidem, p. 125.

45 Ibidem, p. 38.

46 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 104 : « je suis de plus en plus attiré par la naissance de la sensation, par sa sincérité et son exactitude, compte tenu de l’abandon nécessaire à la venue des mots. »

47 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 41. Je souligne.

48 Ibidem, p. 45.

49 Ibidem, p. 46.

50 Blanchot (Maurice), Le Livre à venir. Paris, Gallimard, coll. Idées nrf, 1971 [1re édition : 1959], p. 22.

51 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 181.

52 Gonzàlez-Salvador (Ana), « Tout dire du dedans », dans Soncini-Fratta (Anna) (éd.), Henry Bauchau. Un écrivain, une œuvre. Actes du colloque de Noci. Bologna, Éditions Clueb, 1993, pp. 81-91.

53 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 39.

54 Les évocations de 1914-1918 dans l’œuvre du diariste ne se limitent pas au journal de La Déchirure, écrit au moment où surgit la Grande Guerre dans l’œuvre du romancier. Ainsi, dans Jour après jour, datant des années 1980, Henry Bauchau évoque à sept reprises le retentissement de la guerre sur son enfance et sur sa vie.

55 Voir Bauchau (Henry), L’Écriture à l’écoute, op. cit., notamment « La circonstance éclatante » (pp. 15-32), « Jean Amrouche ou la Déchirure » (pp. 51-74), « La pauvreté du père » (pp. 79-84).

56 Bauchau (Henry), « Discours de M. Henry Bauchau lors de sa Réception à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (à propos de Robert Vivier). Séance publique du 25 mai 1991 », dans Bulletin de l’Académie de langue et de littérature françaises, tome LXIX, n˚1-2, 1991, pp. 32-54.

57 Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud, op. cit.

58 Ibidem, p. 90.

59 Florence (Jean), « Lecture de La Déchirure. Psychanalyse, fiction et vérité », article cité, p. 304.

60 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 64.

61 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 45.

62 Voir Pierre Jean Jouve : « Qu’est-ce que l’imagination ? C’est un rapport de liberté avec l’inconscient et un charme jeté sur le monstre », cité dans Bauchau (Henry) « La lumière Antigone », dans Armel (Aliette), éd., Antigone. Paris, Éditions Autrement, coll. Figures mythiques, 1999, p. 99.

63 Blanchot (Maurice), Le Livre à venir, op. cit., p. 271.

64 Ibidem, p. 273.

65 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 38.

66 Ibidem, p. 46. Je souligne.

67 Ibidem, p. 204.

68 Ibidem, p. 52.

69 Ibidem, p. 17.

70 Ibidem, p. 202.

71 Ibidem, p. 217.

72 Ibidem, p. 38.

73 Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud, op. cit., p. 99.

74 Ibidem, p. 101.

75 Ibidem, p. 113.

76 Ibidem, p. 37.

77 Bauchau (Henry), La Grande Muraille, op. cit., p. 204.

78 Bauchau (Henry), Jour après jour, op. cit., pp. 16-17.

79 Bauchau (Henry), « Discours de M. Henry Bauchau lors de sa Réception à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (à propos de Robert Vivier) », op. cit., p. 54.

80 Bauchau (Henry), La Déchirure, op. cit., p. 46.

81 Ibidem, p. 139.

82 Ibidem, p. 43.

83 Ibidem, p. 39.

84 Ibidem, p. 43.

85 Ibidem, p. 229.

86 Bauchau (Henry), La Sourde Oreille ou le rêve de Freud, op. cit., p. 95.

87 Watthee-Delmotte (Myriam), « Sens et contresens d’un imaginaire guerrier : l’œuvre d’Henry Bauchau », dans Van Ypersele (Laurence) (éd.), Imaginaires de guerre. L’histoire entre mythe et réalité, op. cit., p. 466.

88 Bauchau (Henry), « Jean Amrouche ou la Déchirure », dans L’Écriture à l’écoute, op. cit., p. 61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabelle Vanquaethem, « La remémoration de la guerre 1914-1918 chez Henry Bauchau : l’écriture de l’incendie de Louvain », Textyles, 32-33 | 2007, 127-142.

Référence électronique

Isabelle Vanquaethem, « La remémoration de la guerre 1914-1918 chez Henry Bauchau : l’écriture de l’incendie de Louvain », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 25 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/312 ; DOI : 10.4000/textyles.312

Haut de page

Auteur

Isabelle Vanquaethem

Université catholique de Louvain

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org