Navigation – Plan du site

Présentation

Léon Ingber
p. 9-11

Texte intégral

1Voilà déjà un certain nombre d’années que les rapports entre le droit et la littérature retiennent l’attention des spécialistes.

  • 1 Simonin (Anne), « Éloge de l’éclectisme. Penser le champ “Droit et Littérature” à partir des listes (...)

2Comme le rappelle Anne Simonin, dans sa contribution aux actes de ce colloque1, un véritable mouvement intellectuel « Droit et Littérature » s’est développé aux États-Unis depuis les années septante.

  • 2 Ost (François), Van Eynde (Laurent), Gérard (Philippe) et van de kerchove (Michel) (éd.), Lettres e (...)

3Prenant la mesure de l’importance et de la diversité des relations qui, au fil du temps, se sont nouées entre les multiples aspects du phénomène juridique et les innombrables facettes de l’expression littéraire, nos collègues François Ost, Laurent Van Eynde, Philippe Gérard et Michel Van de Kerchove ont publié, en 2001, un recueil qui, à la fois, se situe dans le prolongement du courant américain « Droit et Littérature » et, en même temps, analyse les relations complexes et variées qui s’établissent entre les règles de droit et les œuvres littéraires, de l’Antiquité à nos jours2.

4Grâce au colloque « Droit et Lettres en Belgique », un important pas supplémentaire a été franchi. Les relations entre la littérature et le droit en Belgique comportent, en effet, des spécificités qu’il importe d’analyser et de mettre en évidence.

  • 3 Dozo (Bjorn-Olav), « La présence des juristes dans l’institution littéraire belge. Examen de l’évol (...)

5La première de ces spécificités a été étudiée par Björn-Olav Dozo : la présence des juristes au sein de l’institution littéraire belge3. En s’appuyant sur une méthodologie scientifique très rigoureuse, Björn-Olav Dozo démontre, à la fois, la diversité sociale et professionnelle des écrivains belges et la place particulièrement importante de ceux qui ont entrepris des études de droit ou exercé des professions juridiques dans le monde des écrivains belges.

6Mais pour éclairer les relations complexes du droit et de la littérature en Belgique, il ne suffit pas de relever la formation et l’activité professionnelle des écrivains de notre pays.

7Le contenu des livres, les thèmes abordés, les sujets traités, les préoccupations des personnages incitent également à jeter des ponts entre le droit et les lettres.

  • 4 Aron (Paul), « Littératures judiciaires ».

8L’étude de Paul Aron illustre de façon remarquable cette approche aux multiples facettes4. L’auteur distingue les fictions judiciaires, le théâtre du prétoire, les revues du Jeune Barreau et le journalisme judiciaire. Il met ainsi en évidence la propension des avocats et des magistrats à prendre la plume pour rédiger non seulement des conclusions ou des jugements mais aussi des essais littéraires ou des romans, voire même des recueils de poèmes.

  • 5 Vanhaesenbrouck (Karel), « Le droit d’être oublié. Sur Alost, spectacle de Victoria et de Pol Heyva (...)

9La contribution de Paul Aron met en évidence une réalité que Karel Vanhaesebrouck analyse dans son article5, centré sur une pièce de théâtre inspirée par un double infanticide atroce : l’interaction entre la vie du droit et les faits qu’il est amené à gérer ainsi que les interférences entre la réalité humaine et la fiction théâtrale, dans le cadre d’une action judiciaire.

  • 6 Denis (Benoît), « L’écrivain et ses doubles. Les Deux Consciences de Camille Lemonnier ».

10Comme d’autres l’ont déjà suggéré, Benoît Denis insiste sur la place stratégique qu’occupent les procès littéraires. Fort à propos, il s’appuie sur Camille Lemonnier, poursuivi à plusieurs reprises pour outrage aux bonnes mœurs et, plus particulièrement, sur le roman Les Deux Consciences6. Des questions fondamentales y sont abordées, qui mettent en évidence l’extraordinaire richesse des relations entre droit et littérature : peut-on admettre d’éventuelles limites à la liberté de pensée dans une société bourgeoise respectueuse d’un ordre moral ? L’exigence d’une totale liberté d’écrire peut-elle être remise en question par les cours et tribunaux ? On devine sans peine la réponse de Camille Lemonnier…

  • 7 Fréché (Bibiane), « L’épuration des Lettres en Belgique francophone ».

11La relation entre le droit et la littérature se poursuivra, parfois de manière tragique, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. Comme la société civile, le milieu littéraire se divisera entre les collaborateurs pronazis et les résistants à l’occupation allemande. L’analyse à laquelle se livre Bibiane Fréché7 met en évidence l’impossibilité morale de séparer le droit et la justice de la production littéraire lorsqu’elle apporte son soutien à l’humainement inacceptable.

  • 8 Verstraete-Hansen (Lisbeth), « En quête du juste : droit, démocratie et littérature dans l’œuvre de (...)

12C’est dans cette perspective que se situe l’œuvre d’un auteur d’une sensibilité exacerbée et d’un grand talent : David Scheinert8. Ses romans, que Lisbeth Verstraete-Hansen étudie, illustrent la fragilité du droit, l’aspiration à un monde meilleur, la nécessité du débat démocratique. La littérature est, tout naturellement, le reflet de ces réalités.

13Nous avons cette chance et ce bonheur, en Belgique, de connaître un droit et une littérature qui, malgré les difficultés, les incohérences, voire les absurdités, se soutiennent, se comprennent, se complètent et permettent d’espérer une société plus juste et plus belle.

Haut de page

Notes

1 Simonin (Anne), « Éloge de l’éclectisme. Penser le champ “Droit et Littérature” à partir des listes de Legal Novels (1900-1987) ».

2 Ost (François), Van Eynde (Laurent), Gérard (Philippe) et van de kerchove (Michel) (éd.), Lettres et lois. Le droit au miroir de la littérature. Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2001.

3 Dozo (Bjorn-Olav), « La présence des juristes dans l’institution littéraire belge. Examen de l’évolution des trajectoires scolaires et professionnelles des écrivains dans l’entre-deux-guerres ».

4 Aron (Paul), « Littératures judiciaires ».

5 Vanhaesenbrouck (Karel), « Le droit d’être oublié. Sur Alost, spectacle de Victoria et de Pol Heyvaert ».

6 Denis (Benoît), « L’écrivain et ses doubles. Les Deux Consciences de Camille Lemonnier ».

7 Fréché (Bibiane), « L’épuration des Lettres en Belgique francophone ».

8 Verstraete-Hansen (Lisbeth), « En quête du juste : droit, démocratie et littérature dans l’œuvre de David Scheinert ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Léon Ingber, « Présentation », Textyles, 31 | 2007, 9-11.

Référence électronique

Léon Ingber, « Présentation », Textyles [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://textyles.revues.org/303

Haut de page

Auteur

Léon Ingber

Université libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org