Navigation – Plan du site

Avant-propos

Laurence Brogniez
p. 7-8

Texte intégral

1Depuis quelques années, des groupes de recherche à vocation interdisciplinaire proposent en Europe travaux, séminaires et colloques autour du thème « Droit et littérature ». En Belgique, c’est aux Facultés universitaires Saint-Louis que se sont organisées les recherches, sous la direction de François Ost et de Laurent Van Eynde, autour d’un questionnement sur les conditions d’ouverture et d’articulation réciproques des deux disciplines. Rencontres et publications ont créé une dynamique de recherche qui invite à poursuivre ce questionnement dans de nouvelles directions en lui proposant d’autres objets d’étude.

2Dans le cadre de sa 6e journée d’études, organisée sous la forme d’un colloque de deux jours aux Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur, Textyles a proposé d’aborder la question en la confrontant aux spécificités du champ littéraire belge. Plusieurs thématiques, où se croisent lettres et droit, nous semblaient en effet susceptibles d’éclairer des aspects méconnus ou peu traités de notre histoire littéraire. Des phénomènes qui méritaient développement et à propos desquels spécialistes de la littérature et du droit ont été invités à échanger leurs points de vue et à apporter leurs lectures respectives.

3Parmi les sujets abordés lors de cette rencontre : la « sur-représentation » (réelle ou fantasmée) des juristes parmi le personnel littéraire belge, la présence et l’importance de la littérature dans la formation des juristes, la place des lettres dans la presse judiciaire (Journal des Tribunaux, Journal des Procès, etc.), la « littérature judiciaire » (Picard, Maus, Demolder, Destrée…) et les rapports entre écriture littéraire et écriture du droit, la représentation de la justice dans la littérature, la confrontation des écrivains avec la justice (procès littéraires, affaires de censure ou de plagiat, etc.), l’émergence et la défense du droit d’auteur (sociétés d’écrivains, etc.).

4Si, grâce à la participation de plusieurs juristes (Séverine Dusollier, François Ost, René Robaye, Xavier Thunis, etc.), les débats ont souvent dépassé les frontières du champ belge comme celles du domaine des lettres au sens strict du terme, nous avons choisi de réunir dans ce volume les contributions plus spécifiquement axées sur la problématique qui est la nôtre, celle de la littérature belge. Le présent numéro ne reflète donc que partiellement la richesse et la diversité des échanges.

5Nous avons cependant choisi de publier, en ouverture au dossier, l’intervention d’Anne Simonin qui, par sa dimension à la fois théorique et historique, nous semblait proposer une entrée en matière pertinente quant à la définition – problématique – du champ d’étude envisagé.

6Nous tenons également à remercier les participants dont les communications ne figurent pas dans le présent numéro pour l’éclairage enrichissant qu’ils ont apporté à nos débats lors du colloque : Christian Biet (Université de Paris x-Nanterre), qui, pour introduire la communication de Karel Vanhaesebrouck sur la pièce Aalst, a souligné les rapports, à travers l’histoire et dans la création contemporaine, entre théâtre et droit ; Emmanuelle Danblon (ulb/fnrs), qui, par ses analyses d’exemples tirés de la presse judicaire belge, s’est attachée à démonter « La rhétorique du discours juridique » ; Jérôme de Brouwer (ucl), pour avoir présenté son projet de recherche, mené dans le cadre du séminaire doctoral « Histoire et narrativité », sur les représentations de la justice et du monde judicaire, et plus particulièrement de la peine de mort en Belgique ; Séverine Dusollier (fundp), pour avoir esquissé une synthèse sur l’histoire du droit d’auteur (« Le Droit à la défense des auteurs : droit d’auteur et œuvres littéraires ») ; Pierre Halen (Université de Metz), qui, par l’analyse de plusieurs parcours d’écrivains, a invité à une remise en perspective de l’idée de la « sur-représentation des magistrats dans le corpus des auteurs coloniaux » ; Emmanuel Pierrat, avocat spécialisé en droit de la propriété intellectuelle et écrivain, pour avoir parlé de la place qu’occupe, au sein de ses curiosités de bibliophile et de collectionneur, « La Belgique, terre de refuge pour éditeurs et écrivains français censurés » ; Xavier Thunis, enfin, professeur de droit aux fundp, pour avoir proposé une analyse comparée de l’usage des figures de style dans le discours juridique et dans le discours littéraire (« Tours et détours de l’écriture juridique »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Brogniez, « Avant-propos  », Textyles, 31 | 2007, 7-8.

Référence électronique

Laurence Brogniez, « Avant-propos  », Textyles [En ligne], 31 | 2007, mis en ligne le 15 septembre 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://textyles.revues.org/300

Haut de page

Auteur

Laurence Brogniez

FUNDP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org