Navigation – Plan du site

Vers de terre. La poésie sur le front belge : l’exemple du journal de tranchée Le Claque à Fond

Olivier Parenteau
p. 33-53

Texte intégral

L’esprit souffle où il veut. Comment s’étonner qu’il ait fécondé nos tranchées de l’Yser et que nous y voyions s’épanouir, parmi les moissons de l’héroïsme, les fleurs de la poésie ?
Henry Carton de Wiart, ministre de la Justice

À son poste ce soir, le poète-guerrier
Désire avidement la saveur du laurier.
Lucien Christophe

  • 1 Verhaeren (Émile), Les Ailes rouges de la Guerre. Paris, Mercure de France, 1919, p. 167.
  • 2 Boschetti (Anna), La Poésie partout. Apollinaire homme époque (1898-1918). Paris, Seuil, coll. Libe (...)
  • 3 Stengers (Jean), « La Belgique », dans Becker (Jean-Jacques), Audoin-Rouzeau (Stéphane), (éd.), Les (...)
  • 4 Estimations et commentaire du Lieutenant Général De Selliers De Moranville, citées dans Stengers (J (...)
  • 5 Pirenne (Henri), La Belgique et la Guerre mondiale, Paris, puf, 1928, p. 53.
  • 6 Hellens (Franz), « Les artistes et les écrivains au front », dans Lyr (René) (éd.), Nos héros morts (...)

1« Étant poète, il se promit d’être soldat »1 : cet alexandrin, qu’adressait Verhaeren à son défunt confrère britannique Rupert Brooke (1887-1915), rappelle que, pendant la Première Guerre mondiale, « le choix internationaliste et pacifiste, loin d’être considéré […] comme la seule position acceptable pour l’intellectuel, est, au contraire, tenu pour suspect »2. En Belgique, où l’ensemble de la population, « soulevé[e] d’indignation par la violation de la neutralité du pays, va faire front contre l’envahisseur dans un élan d’enthousiasme patriotique unanime »3, le consentement des élites à la guerre s’est affirmé avec force. Les deux tiers des engagés volontaires belges, qui sont « entre 12 000 et 20 000 » appartiennent à la catégorie des « hommes ayant obéi avant tout à un élan de patriotisme »4 et la plupart de ces futurs soldats sortent tout droit des « classes intellectuelles et industrielles, plus sensibles, plus nerveuses, plus accessibles à l’idéalisme patriotique, et en outre […] plus intimement mêlées à l’existence nationale »5. Dans ces conditions, rien d’étonnant à ce que les écrivains aient bien répondu à l’appel du volontariat : ils furent assez nombreux pour que deux ans après la guerre, Franz Hellens puisse noter avec satisfaction qu’en Belgique, le nombre de « lettrés qui s’engagèrent au mois d’août 1914 fut très grand. Ils apportaient tous à la cause qu’ils allaient défendre un enthousiasme conscient et actif. »6 Les poètes ne furent pas en reste : si les engagements de Maurice Gauchez et de Lucien Christophe, dès les premiers jours d’août 1914, sont souvent rappelés, on mentionne plus rarement que cette démarche fut aussi entreprise par d’innombrables poètes aujourd’hui oubliés, parmi lesquels figurent Émile de Bongnie, Édouard Gérard, Léon Hélène, Gaston Hubin, Victor de Laveleye, Pierre Nothomb, Georges Van Melle et bien d’autres encore.

  • 7 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de l (...)

2Cette liste, qui confirme que les poètes belges furent nombreux à se promettre d’être soldats, dissimule toutefois le phénomène inverse : en effet, étant soldats, ils furent nombreux à s’improviser poètes. Aux poètes-soldats de tous ordres, qui versifiaient avant la guerre et qui manieront alternativement l’arc et la lyre au front, se sont joints maints chantres anonymes ayant « découvert leur vocation d’écrivain ou de témoin dans la confrontation avec le réel »7. Louis Boumal, Marcel Paquot et quantité de poètes moins connus, tels Armand Colard, Fancy Lacroix, Armand Marcel et Joseph de Ramaix, ne se consacreront sérieusement à la poésie qu’une fois dans la tourmente.

3Les « jas » de l’armée du Roi Albert 1er ont énormément versifié entre 1914 et 1918 et rien ne témoigne mieux de cet engouement poétique que la place privilégiée qu’occupe la poésie dans les nombreux journaux de tranchées publiés dans les lignes belges. Ces feuilles ont joué un rôle capital pour le développement, la diffusion et le rayonnement de cette abondante production de textes poétiques.

  • 8 Est-ce parce qu’insérés dans un monde où échapper au feu devient une simple question de chance, les (...)
  • 9 Christophe publie La Rose à la lance nouée aux éditions de Vivre, 68, boulevard Rochechouart, en 19 (...)

4Si les raisons qui ont poussé tant de soldats à versifier la guerre sont difficilement appréciables8, il est en revanche clair que plusieurs de ces poètes combattants ont eu le sentiment que leurs textes ne devaient pas rester cantonnés à la sphère privée. Coupés du pays, ils ne pouvaient espérer publier leurs textes en Belgique occupée, où le milieu éditorial était paralysé. Très peu de poètes, tels Lucien Christophe ou Maurice Gauchez, jouissent de relations littéraires leur permettant de publier leurs poésies chez des éditeurs parisiens9. Du fond de leurs tranchées, même les poètes expérimentés se sentiront suffisamment écartés du monde éditorial pour juger utile la publication de journaux spécifiquement littéraires, qui diffusent leurs textes et ceux de leurs camarades dans les lignes, mais aussi dans l’ensemble de la zone des armées puis, éventuellement, à l’arrière. Ainsi, Lucien Christophe, Maurice Gauchez, sans oublier Marcel Wyseur, Émile de Bongnie, Louis Boumal, Léo Somerhausen et Herman Frenay-Cid seront les principaux animateurs du Bulletin des gens de lettres et artistes au front et, plus tard, des Cahiers de juillet, revue mensuelle de littérature et d’art publiée au front pour la défense et l’illustration de la langue française. Ces feuilles, qui paraissent et circulent dans les lignes belges dès 1916, sont toutes deux caractérisées par une politique éditoriale autarcique : elles n’ont pas ouvert leurs colonnes aux premiers venus et conséquemment, les poèmes qu’elles donnent à lire sont essentiellement rédigés par leurs responsables cités plus haut, malgré qu’on y retrouve quelques poèmes d’auteurs non mobilisés, tels Verhaeren et Hellens. Le contenu de ces journaux, très sérieux, ne s’adresse pas non plus au commun des piottes : le Bulletin, comme Les Cahiers, ont pour mission de

  • 10 Bertrand(F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918. Bruxelles, Musée Royal d (...)

hausser ou rehausser le niveau intellectuel et culturel des militaires. […] Ils s’efforceront de les rendre amateurs de bonne lecture et leur présentant une sélection de titres portant sur différentes matières (histoire, philosophie, religion, langues, romans) et leur indiqueront où ils peuvent se procurer ces ouvrages. […] Très souvent, ces mêmes feuilles ne se contenteront pas de recommander à leurs lecteurs certains ouvrages. Elles inséreront aussi des articles de fond consacrés, par exemple, à la littérature flamande au front, à la mort tragique d’Émile Verhaeren, à l’histoire des campagnes belges en Afrique, au rôle social de l’étudiant pendant la guerre10.

5Si cette presse littéraire du front belge a été abondamment distribuée et consultée – le Bulletin des gens de lettres et artistes au front, luxueusement imprimé, peut se vanter d’avoir, parmi ses membres « protecteurs », messieurs les ministres de la Guerre et des Sciences et des Arts ; il peut même compter sur les services d’une trésorière installée à Paris ! – très peu d’écrivains combattants ont été invités à y collaborer.

  • 11 Charpentier (André), Le Livre d’or des journaux du front. Feuilles bleu horizon 1914-1918. Paris, P (...)
  • 12 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de l (...)

6Ce sont les journaux de tranchées, mis sur pied par et pour les soldats, qui ont permis de consigner l’essentiel du legs poétique des combattants belges. Cette situation s’explique de deux façons. D’abord, ces feuilles, contrairement aux précédentes, sont beaucoup plus nombreuses : « la Belgique vit éclore dans les rangs de son armée, comparativement au chiffre de ses effectifs, le plus grand nombre de feuilles de tranchée »11. Ensuite et surtout, elles sont à l’abri de toutes contraintes éditoriales. Les responsables de ces publications, qui sont eux-mêmes rarement des écrivains aguerris, ne sélectionnent pas les textes qu’ils font paraître en fonction de critères esthétiques ; la valeur littéraire des poèmes et le prestige de leurs auteurs ont très peu d’incidence sur leur choix : l’important est de donner la parole aux poilus, de publier des textes qui, s’ils ne sont pas souvent remarquables, ont du moins le mérite de laisser des « traces de soi, pour soi et pour les autres, dans une guerre qui, littéralement, effa[ce] les hommes de la surface de la terre »12. Seuls les censeurs auraient pu intervenir, noircir quelque segment de texte, faire disparaître telle ou telle strophe d’un poème jugé capable d’exercer une influence fâcheuse sur l’esprit des armées ; mais les journaux de tranchées

  • 13 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918, op. cit., p. 33.

n’ont guère donné beaucoup de travail à la censure militaire belge, établie à Calais. Une vingtaine de fois seulement, pour l’ensemble des journaux concernés [ils sont plus de 200], cette dernière a dû sévir. Ce nombre restreint d’interventions résulte de ce que les rédacteurs, qui avaient été mis au courant des exigences de la censure, s’y étaient soumis par esprit de discipline ou faute de pouvoir agir autrement13.

  • 14 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918, op. cit., p. 27.
  • 15 Becker (Jean-Jacques), Audoin-Rouzeau (Stéphane), La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920. Pari (...)

7Cette subordination sans faille des rédacteurs et des collaborateurs, qui prennent la plume au nom des valeurs militaires et idéologiques officielles, n’est pas surprenante en regard du fait que la presse de tranchée belge est presque entièrement tournée vers le sol national. En effet, « les feuilles les plus nombreuses sont celles qui informent les combattants de ce qui se passe en Belgique occupée »14 et les nouvelles reçues, « fondées en particulier sur la connaissance, très dramatisée, des atrocités commises en territoire envahi »15, révoltent les soldats tout en leur fournissant de nouvelles preuves de la nécessité de leur sacrifice. De ce point de vue, rien d’étonnant à ce que les soldats qui travaillent à la libération de leur patrie et à la défense de leurs proches tiennent un discours belliqueux et parfois germanophobe, souvent empreint d’une rhétorique patriotique et revancharde qui n’est pas étrangère à celle déployée dans les grands journaux nationalistes parisiens :

  • 16 Anonyme, « Dixmude », dans Le Claque à fond, n° 13, mai 1917, p. 3.

Immobile, l’œil collé à son créneau, le guetteur observe la tranchée d’en face. Au-delà de celle-ci, il voit Dixmude la martyre se dresser fièrement ! Ses ruines majestueuses et tragiques semblent mépriser les reîtres aux casques pointus qui les occupent ! Les rayons d’un soleil couchant jettent des reflets sanglants sur la ville pantelante et glorieuse. […] Le guetteur revoit les ruées des teutons enivrés d’éther et de sang, sur les rangs toujours amaigris de nos braves régiments. […] Et le guetteur sent sourdre en lui la haine vengeresse ! Haine salutaire qui augmente toujours et qu’il transmettra en héritage sacré à ses petits. […] De grandes ombres dansent le long des ruines fumantes encore, ce sont les âmes de nos braves tombés en héros ! […] Le guetteur ému contemple ce double spectacle de vie et de mort et voit poindre de cette aurore de printemps l’indice de la Victoire prochaine et complète, de la Victoire écrasante, par laquelle l’Europe régénérée sera libérée à tout jamais de l’affreux joug allemand… Immobile, l’œil collé à son créneau, le guetteur observe la tranchée d’en face…16

8Parallèlement aux journaux de tranchées consacrés au pays occupé, de nombreuses feuilles, fondées pour divertir les soldats, versent dans un journalisme beaucoup moins officiel. C’est ainsi qu’on trouve humour et sarcasme dans Le Mythe-railleur, Le Batracien bavard, Le Canard épileptique, Le Poilu sans souci, La Vache qui tousse et Le Canard de l’Yser, dont la devise :

  • 17 Le Canard de l’Yser. n° 1, 1917.

Fervents disciples d’Épicure,
Vous qui recherchez le bon vers,
L’esprit ou la caricature,
Lisez le Canard de l’Yser17

9annonce assez bien l’esprit et la nature des textes qui y sont publiés. Mais la presse de tranchée humoristique n’est pas, elle non plus, un véhicule de contestation :

  • 18 Rouaud (Jean), « Préface », dans Turbergue (Jean-Pierre) (éd.), 1914-1918 – Les Journaux de tranché (...)

La vérité sur l’horreur, les bourreaux, les incapables, les va-t’en guerre, les planqués, les stratèges assassins, les ordres stupides, ce n’est pas à l’ordre du jour. La vie se réduit à l’essentiel qui consiste, du fond de l’horreur, à narguer la mort avec les moyens du bord, du bord du gouffre où elle se tient en équilibre précaire : elle rit et elle rime, c’est-à-dire qu’elle tient à rire, ce qui s’entend comme une plainte inversée, une attitude bravache et détachée, et elle s’applique à rimer, comptant sur ses doigts moins les syllabes du vers que les heures arrachées à la mort18.

  • 19 Charpentier (André), Le Livre d’or des journaux du front. Feuilles bleu horizon 1914-1918, op. cit.(...)

10Les historiens de la presse de tranchées s’entendent néanmoins pour affirmer que, de tous les journaux publiés dans les lignes belges entre 1914 et 1918, Le Claque à fond est sans conteste le plus populaire et le plus lu. Ce journal, qui paraît à partir du mois de mai 1916 sur les rives de l’Yser et dont le vingt-huitième et dernier numéro est publié en septembre/octobre 1918, « mérite une mention spéciale, car il fut peut-être le plus représentatif des journaux du front belge, tant par sa matière que par sa présentation »19.

  • 20 Le Claque à fond,n° 1, mai 1916. Dans son ouvrage sur les journaux de tranchées, André Charpentier, (...)
  • 21 Audoin-Rouzeau (Stéphane), À travers leurs journaux : 14-18, les combattants des tranchées. Paris, (...)
  • 22 Sur la première page du journal de tranchée français Bellica on peut lire : « Magazine héroïco-gai (...)

11Le titre complet du journal, Le Claque à fond, joyeux quand même, paraît au front sans cri à la 7e Brigade, doit être lu d’un seul tenant, car toutes ses parties sont significatives. Ce titre reprend toutes les caractéristiques fondamentales du journal de tranchée typique. D’abord, l’emploi de l’argot populaire et militaire : dans le premier numéro, mange pour tout un peloton et plus gourmand que gaiement. »20 Outre cette acception qui relève l’expression « claque à fond » est définie ainsi : « Qui du langage soldatesque, il va de soi que les rédacteurs n’ont pu être insensibles au fait que cette formule évoque le monde sinistre du front, où les balles et les hommes, justement, « claquent à fond ». La suite, « joyeux quand même », confirme cette thématique sombre tout en rappelant que la feuille qui paraît sous ce titre sera humoristique. L’humour occupe une place de choix dans les pages du Claque à fond, où, comme c’est le cas pour la majorité des feuilles de tranchées, « le désir de distraire les combattants fut très souvent mis de l’avant »21. La dernière partie du titre, « paraît au front sans cri à la 7e Brigade », doit être considérée à la fois comme une preuve d’authenticité – ce journal est édité en première ligne, où le péril n’est pas une abstraction, et sera rédigé par des combattants – et comme un indice du ton qui y sera adopté. À l’inverse du journal de tranchée belge Le Cri du cor, dont la devise, « Hurle quand bon lui semble », met en valeur la dissidence et la forfanterie, Le Claque à fond paraît « sans cri », humblement, sans acclamations22. Nous verrons que cette pondération n’est pas exempte d’un certain conformisme.

  • 23 La Rédaction, « Notre but », dans Le Claque à fond, n˚1, mai 1916.
  • 24 Cette note manuscrite de Massonet est consultable dans le dossier du Claque à fond conservé à la Bi (...)

12Le mandat du Claque à fond, mis au point par ses sept fondateurs (tous instituteurs, dont six sortis de l’École normale Charles Buls de Bruxelles), est explicitement affiché à la première page du premier numéro et peut être ramené à trois grands points. Premièrement, ce journal « sera rédigé au front par des soldats du front et traitera uniquement de questions s’y rapportant » ; deuxièmement, il sera « bienveillant, moral, spirituel, sainement joyeux » ; troisièmement, il sera « innocemment satirique, humoristique, littéraire »23. En regard du ton et des thématiques mises de l’avant dans les autres feuilles de tranchées, ce programme, qui annonce un journal volontiers bien-pensant et édifiant, n’a rien d’original. Au contraire, nombreux sont les directeurs de journaux de tranchées qui pourraient, comme le soldat Massonet, membre fondateur et illustrateur du Claque à fond, affirmer que leur journal « a fait ce qu’il devait faire : ne chanter qu’au son du canon »24. Pourquoi ce succès ? Le Claque à fond est le journal édité par les piottes de la 7e Brigade, laquelle s’est illustrée à plusieurs reprises pour sa vaillance face à l’ennemi, dont le drapeau a été décoré par le roi en personne, et que l’ensemble du corps d’armée belge s’entend pour qualifier de brigade « d’élite » ; ces titres d’honneurs militaires ne sont certainement pas étrangers à la popularité de cette publication dans les lignes belges. Le Claque à fond, contrairement à la majorité des journaux de tranchées, paraît régulièrement (une fois par mois) ; il se parcourt rapidement (toutes les livraisons ne contiennent que quatre pages), il est richement illustré, peu coûteux (abonnement annuel : 2,50 francs pour les militaires, 5,00 francs pour les civils) et peut être envoyé par la poste militaire à n’importe quel endroit de la zone des armées. En s’occupant presque exclusivement de questions se rapportant au front, ce journal rejoint tous les combattants, peu importe leur provenance, leur régiment, leur classe ou leur affectation. Enfin, l’hybridité thématique du Claque à fond, qui est remarquable, lui permet d’intéresser des lecteurs provenant de milieux sociaux et culturels très divers. Ce journal donne à lire, pêle-mêle, des blagues et autres annonces burlesques, de l’information concernant le déroulement des opérations militaires, des articles consacrés aux uniformes des soldats, des calendriers « épiques » retraçant les dates des grandes offensives, des contes, des témoignages, des textes relevant du « bourrage de crâne » et d’autres plus nuancés (mais jamais défaitistes), des détails au sujet du dernier ravitaillement ou encore sur le financement accordé aux œuvres de bienfaisance, etc.

13Le Claque à fonda aussi publié bon nombre de poésies : pour un total de vingt-huit numéros, on dénombre trente-cinq textes versifiés. Cette présence d’œuvres poétiques n’a rien d’exceptionnel étant donné la place de choix qui est réservée à la poésie dans la majorité des feuilles de tranchées belges. En revanche, il est indéniable que le type d’accueil réservé à la poésie dans Le Claque à fond est, lui, inaccoutumé. Une première particularité, qui singularise ce journal sur le terrain poétique, a trait aux poètes qui y collaborent. La publication d’une feuille de tranchées nécessite la participation active et soutenue de plusieurs soldats et, conséquemment, ces organes sont mis au point et rédigés par de petits groupes de combattants qui se fréquentent, qui appartiennent souvent à la même escouade ou à la même compagnie. Le Claque à fond n’échappe pas à cette règle et, dans un premier temps, tous les textes qui y sont publiés, proses et poésies confondues, sont écrits par les poilus de la 7e Brigade. Du côté des poètes, les uns versifient sous le couvert du pseudonymat tandis que les autres n’hésitent pas à s’identifier ; ainsi les poèmes de Criquet, de Diogène et de Carine côtoient ceux signés Capitaine de cavalerie Lambert, J. de Bentfort, Édouard Buissout ou Bertrand.

14Mais un an après sa fondation, un changement de politique éditoriale, qui ne concerne que les versificateurs, survient dans les pages du Claque à fond : les Carine, Diogène et autres poètes amateurs des premiers mois du journal s’effacent progressivement, pour ensuite disparaître complètement, au profit des poètes de tranchées les plus prestigieux du moment. Il s’agit de ceux-là mêmes qui ont leurs vers publiés dans Les Cahiers et Le Bulletin, organes qui font figure d’autorité en matière littéraire sur le front, mais qui n’appartiennent pas à la 7e Brigade : Maurice Gauchez, Gaston de Ruyter, Émile de Bongnie, Charles Conrardy, Théo Fleischman, Marcel Paquot et Marcel Wyseur.

  • 25 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918, op. cit., p. 7.
  • 26 Dans une note manuscrite en date du 1er février 1917 et adressée au conservateur de la Bibliothèque (...)

15Pourquoi les directeurs du Claque à fond ont-ils accueilli cette pléiade de poètes cotés au détriment de leurs premiers collaborateurs ? Il serait douteux qu’ils y aient été forcés par manque de vers : on s’explique mal une soudaine panne d’inspiration collective chez les poètes-soldats de la première heure, qui versifiaient régulièrement depuis un an. Il est fort probable qu’en accordant ainsi une place de choix à ces poètes célébrés d’un bout à l’autre du front belge, les responsables du Claque à fond souhaitent conférer le plus grand prestige possible à leur journal, qu’ils savent être le « journal satirique et littéraire le plus typique et certainement le plus connu du front belge »25. Les fondateurs du Claque à fond, qui sont tous normaliens, instruits et lettrés, ne pouvaient être insensibles aux classements symboliques, à la notoriété de poètes reconnus et à la fierté d’en devenir les éditeurs. Et il va de soi que pour les poètes en question, le fait de publier leurs textes dans une feuille en phase d’émergence, dont le tirage est passé, en un an, de 150 à plus de 1 000 copies par livraison26, constitue une excellente vitrine pour la promotion de leurs œuvres ; il s’agit pour eux d’une occasion à ne pas manquer.

16En regard du statut des versificateurs y ayant collaboré, il n’est pas exagéré d’affirmer que Le Claque à fond a traversé deux grandes périodes poétiques : la première, qui s’étend de mai 1916 à avril 1917 et où règnent sans partage les poètes amateurs de la 7e Brigade, la seconde, qui débute en mai 1917 pour s’achever avec la mort du journal, en octobre 1918, où s’imposent les poètes de tranchées « officiels », recrutés en divers points du front belge. À ces deux phases ne correspondent toutefois pas deux régimes poétiques entièrement distincts.

17Tous les poèmes publiés dans Le Claque à fond, de la première à la dernière livraison, quels que soient leurs auteurs, sont directement inspirés par la guerre, centrés sur la guerre et le plus souvent soutenus par l’actualité politique et militaire contemporaine de leur rédaction. Les poètes n’ont à aucun moment dégagé leurs textes de l’événement qui leur servait de cadre, pas plus qu’ils n’ont souhaité les affranchir d’indications référentielles et idéologiques explicites. Les titres que les combattants choisissent pour leurs poèmes témoignent souvent de cette volonté de versifier non pas la guerre mais la Grande Guerre : « Complainte du Boyau central », « À Saint-Georges », « Lettre à ma marraine », « Belge et Boche », « Le Kronprinz et la Rose de France », « À Guillaume, par l’entremise du Claque à fond », etc. Un bel exemple de cette poésie de circonstance est donné à lire dans le deuxième numéro du Claque à fond, imprimé en juin 1916 : sous le titre « Les petits bateaux », le poète-soldat Carine fait paraître une suite d’alexandrins consacrés à la politique de guerre sous-marine à outrance, décrétée quelques mois plus tôt par le Haut Commandement allemand. Le poème s’ouvre ainsi :

Sa majesté Guillaume, n’ayant eu sur terre,
Grâce à son fils aîné qu’insuccès et revers,
Voulut tenter la chance et savoir si Neptune
À ses projets nouveaux ferait bonne fortune.
Fit venir Von Tirpitz armé de son trident !
Lui expliqua la chose en termes fort précis,
Et de son amiral il demanda l’avis.
Celui-ci carrément répond à l’Empereur
Qu’il fallait sur les mers répandre la terreur.

  • 27 Laquelle avait soulevé une réprobation unanime, puisqu’elle stipulait que « tout navire de commerce (...)

18Ces vers de potache, conformes à une poétique d’exercice scolaire (laquelle est par ailleurs mise de l’avant dans de nombreux poèmes publiés dans les journaux de tranchées), sont destinés à illustrer un précepte : la réactualisation, sous forme poétique, de cet épisode militaire d’une violence sans précédent27 n’a d’autre fonction que de rappeler certains leitmotive issus d’un corpus de représentations du conflit commun au plus grand nombre. Les rimes, qui cadencent ces vers, rythment le débit des poncifs : d’abord, la haine de l’ennemi, justifiée par l’infériorité morale de ces « teutons d’outre-Rhin » qui guerroient à rebours des conventions et des traités :

Ainsi disséminés dans tous les océans,
Ils [les sous-marins] glorifièrent le courage allemand
En coulant coup sur coup, oh ! la sublime audace,
De quelques vieux voiliers les branlantes carcasses,
Jetant par dessus bord, sans pitié, dans les flots,
Mille femmes, cent enfants, même un matelot.
Devant un tel succès, les teutons d’outre-Rhin
De leur enthousiasme lâchèrent tous les freins.

19Ensuite, le conflit perçu comme une lutte de la Civilisation, ayant de son côté la Justice et le Droit, contre la Barbarie, qu’il convient de dompter :

Ainsi provoquée, la vieille Angleterre
Donna au vieux pirate une leçon sévère.

20Enfin, il va de soi que la supériorité militaire alliée est écrasante, à la fois sur mer :

Et lança sur les eaux de tous les océans
Quelques monstres marins, formidables Titans,
Que pouvaient faire, hélas ! contre de tels engins
Les Boches, l’amiral et tous leurs sous-marins ?

et sur terre :

  • 28 Carine, « Les petits bateaux », dans Le Claque à fond, n° 2, juin 1916.

Cela dit, le kaiser, pour la paix de chacun
Alla creuser sa tombe, en face de Verdun28.

  • 29 Matvejevitch (Prédrag), Pour une poétique de l’événement. Paris, Seghers, 1977, p. 233.

21Cette chute est intéressante car elle rappelle deux caractéristiques fondamentales de toute poésie de circonstance. La première est son asservissement par rapport à l’actualité et aux événements contemporains de sa rédaction : en juin 1916, date de publication du poème, la bataille de Verdun bat son plein et le déroulement de cette offensive est suivi de près par l’ensemble des combattants, qui la considèrent comme le gage de la percée décisive qui mènera à la victoire finale ; deuxièmement, étant astreints à l’événement dont ils cherchent à rendre compte, les vers de circonstance finissent par le servir au lieu d’être servis par lui, ils acceptent « l’occasion extérieure comme un but essentiel et se considèrent eux-mêmes comme un moyen destiné à réaliser ce but »29. En prophétisant la victoire de l’armée française tandis que la bataille fait toujours rage, le poète belge ne remplit pas seulement son devoir moral de soldat des forces alliées : il investit le poème d’une fonction inattendue. Ce dernier est moins un outil de propagande ou un moyen de stimuler le moral des troupes qu’une arme de guerre capable de « creuser sa tombe » au Kaiser, au même titre que le fusil et le canon.

  • 30 « Parmi les pires exactions figurent la destruction de Louvain (avec sa bibliothèque universitaire (...)
  • 31 Horne (John), « Atrocités et exactions contre les civils », op. cit., p. 369.

22Deux ans plus tard, en juillet 1918, dans le 26e numéro du Claque à fond, Maurice Gauchez signe « Être doux à ceux qui meurent », poème composé de dix distiques d’alexandrins consacrés au récit d’atrocités allemandes en territoire belge. Ces crimes, qui ne sont pas des rumeurs enflées par un discours propagandiste mais qui se sont bel et bien produits30, ont cimenté cette perception manichéenne du conflit que partage l’ensemble des belligérants : « chaque camp se posant comme l’incarnation de la Civilisation ou de la Kultur, l’ennemi devenant le barbare voué par sa nature à l’accomplissement d’actes atroces »31 :

Ils ont cassé la porte et sont entrés soudain
Comme le vent d’orage au détour du chemin.

La mère au creux du lit hoquetait dans un râle
Et l’enfant grelottait sous la laine d’un châle.

Ils ont crié des mots de fureur et de rage
Et rempli le taudis d’un informe tapage.

23L’opposition est totale, entre ce groupe de soldats allemands déchaîné, stigmatisé par la force brute et le cri déshumanisé, et cette famille victime, dont les deux représentants innocents, la mère et son enfant, sont symboliquement les plus démunis. L’absence de la figure masculine laisse évidemment supposer que le père est au front, parti combattre l’ennemi. Cette mise en scène est habile car le soldat lecteur de ces vers, qui se trouve lui-même coupé de sa famille restée en Belgique, s’identifie à l’absent : ce scénario permet de renforcer le mépris de l’adversaire, la volonté de le combattre et d’imaginer le pire, que Gauchez n’hésite d’ailleurs pas à formuler :

  • 32 Gauchez (Maurice), « Être doux à ceux qui meurent », dans Le Claque à fond, n° 26, juillet 1918.

La mère priait Dieu pour que Dieu les apaise
Et l’enfant sanglotait pour que ces gens se taisent.

Mais l’un d’entre eux saisit l’enfant par le bras
Et lui broya le crâne au mur crasseux et gras.

Puis ils s’en sont allés vers d’autres exploits d’armes
Ces bourreaux des petits, ces moissonneurs d’alarmes32.

24Cette scène est exemplaire d’une poésie à effet, où il s’agit moins de conjurer une expérience ou un souvenir traumatique que d’exciter les imaginations.

  • 33 Rouaud (Jean), « Préface », op. cit., p. 5.
  • 34 Les numéros inscrits entre parenthèses renvoient aux livraisons du Claque à fond où les motifs évoq (...)

25Ces deux poèmes, écrits à deux ans d’intervalle par deux poètes inégalement qualifiés, sont exemplaires du discours poétique que donne à lire Le Claque à fond : une poésie de circonstance où, pour le dire abruptement, « la nuit de l’enfer ne rehausse pas les vers de mirliton, pas plus que le sang versé ne renchérit la rime »33. Mais, il y a plus. Tout se passe en effet comme si, d’un commun accord, les différents versificateurs ayant collaboré au Claque à fond s’étaient tacitement entendus pour que leurs poésies n’abordent jamais de motifs prosaïques, c’est-à-dire relevant des menus aspects de la « vie quotidienne » du combattant des tranchées. Tandis que, dans d’autres journaux, quantité de poètes n’hésitent pas, non sans humour, à consacrer un sonnet aux rats, quelques strophes aux poux ou à composer une ballade célébrant les mérites du nouveau vaccin anti-typhique, le poète du Claque à fond, contrairement à ses prosateurs, ne s’occupera jamais d’évoquer la dernière livraison du vaguemestre (n˚2)34, de décrire l’artisanat de tranchée (n˚4) ou de donner des indications quant au maintien d’une bonne hygiène au front (n˚6) ; dans Le Claque à fond, on ne versifie pas à propos des sacs de terre (n˚10) ou au sujet des ennuis survenus lors du déménagement d’un bataillon (n˚13) ; on ne consacre pas d’alexandrins aux haricots du chef (n˚14), à l’incompétence du poilu s’étant improvisé coiffeur (n˚21), pas plus qu’à la douceur du premier café matinal (n˚27).

26La poésie, genre noble et élevé, n’est affectée qu’à l’expression et à la représentation de sentiments et de motifs sérieux et graves. Le souvenir du sol national occupé mobilise un nombre considérable de vers. Certains poètes-soldats évoquent la Belgique par les moyens d’une écriture pathétique que domine le thème de la perte :

  • 35 Carine, « Moulins de Flandres », dans Le Claque à fond, n° 12, avril 1917.

O vieux moulin qui de nos Flandres
Chantait jadis au gré du vent
Tu n’es plus qu’un monceau de cendres
Qui s’envolent papillonnant35

27Ici, l’unique indice de vie concerne ce qui n’est plus : seuls les restes, les poussières, qui ne vont pas sans rappeler les incendies provoqués par les occupants, virevoltent. Ces vers sinistres, où « Flandres » rime avec « cendres », sont d’un pessimisme peu commun ; le constat est généralement moins sombre mais les poèmes laissent tout de même souvent planer le regret engendré par l’éloignement :

  • 36 Anonyme, « Sans titre », dans Le Claque à fond, n° 9, novembre 1916.

Vers le pays meurtri, le rêve prend son envol,
Le Belge alors se lève et fouille, nostalgique,
L’horizon qui s’étend vers sa chère Belgique
Et jette un long regard sur son ciel et son sol36.

28D’autres poètes, plus rares, qui jugent certainement que ces vers défaitistes de leurs camarades manquent d’enthousiasme, poétisent le sol national dans des textes volontaires, décidés, résolument patriotiques :

  • 37 Buisseret (Édouard), « Patrie – au Général Delobbe, respectueusement », dans Le Claque à fond, n° 2 (...)

Ô Patrie, oh ! grandeur sublime contenue
Dans ces pauvres couleurs que vient seule animer,
Un peu de brise errant dans un peu de clarté,
Drapeau ! Mythe éternel ! et suprême symbole !
Quel chant suave et pur ! Quelle ardente parole
Pourrait dire aux humains à la face du ciel
Ce qui est pour notre cœur ce signe essentiel37.

29Le poète soldat se mue aussi fréquemment en poète lyrique : dans un monde où la présence féminine est abolie, les réminiscences d’amours laissées derrière soi sont innombrables. Elles peuvent être tour à tour heureuses :

  • 38 Bognie (Émile de), « Nostalgie », dans Le Claque à fond, n° 17, octobre 1917.

Les fleurs de ta chair et de mon amour
Dans la nuit d’exil redeviennent vierges
Pour se redonner quand viendra le jour…38

et inquiètes

  • 39 Bertrand (F.), « Heures ternes », dans Le Claque à fond, n° 25, juin 1918.

Il est des jours heureux marqués pour nos foyers
Qui viennent aujourd’hui lentement déployer
Devant nous, qui suons au montant de la route,
De grands rêves tachés de regrets et de doutes.
Il est des jours heureux marqués pour nos foyers
Et qui se font très longs pour longtemps nous broyer39.

  • 40 Seul Gaston du Ruyter a « osé » évoquer son passage au bordel dans le poème « Mea culpa », paru dan (...)

30L’épouse, la promise et la marraine, voire la prostituée40, sont des motifs qui reviennent de manière obsédante sous la plume des soldats : près d’un tiers des poèmes parus dans Le Claque à fond sont consacrés aux images de femmes. Absentes, elles se dérobent au présent, si ce n’est en songe :

  • 41 Anonyme, « Lettre à ma marraine », dans Le Claque à fond, n° 8, octobre 1916.

Mais j’aime mieux vous ignorer
Pour que vous occupiez mes rêves
La nuit et le jour vous aimer
Comme aujourd’hui, toujours, sans trêve41.

  • 42 Rousseau(Frédéric), La Guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18. Paris, Seu (...)

31En tant qu’« images inversées de la guerre, les femmes aimées et les femmes aimantes symbolisent l’arrière, la vie normale, la vraie vie en somme ; tout lien avec l’une d’elles est sans aucun doute aussi une promesse d’avenir »42 : le lien amoureux étant chose du passé, c’est le futur, l’espérance d’un futur volontiers « proche » qu’il importe de se figurer et qui autorise l’espoir :

  • 43 Gauchez (Maurice), « Rêve à Montmirail », dans Le Claque à fond, n° 28, septembre/octobre 1918.

Tout à l’heure, en tremblant, ma bouche sur ta bouche,
Je cueillerai la fleur de ton sourire ému43.

32Mais la guerre vient souvent compromettre le fantasme sentimental, quand elle ne vient pas littéralement mettre fin aux rêveries du poilu solitaire :

  • 44 Bentfort (J. de), « Sonnet à l’usage des jas qui ont une marraine », dans Le Claque à fond, n° 15, (...)

La nuit douce, la nuit sereine
Me fait rêver de vous marraine
Je crois voir flotter sur cette eau

Votre pure beauté de cygne…
Quand un bruit fracasse l’écho :
Une torpille dans la ligne !44

  • 45 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de l (...)

33Au patriotisme et à l’amour s’ajoute, dans le répertoire des motifs poétiques solennels, celui du combat. La mise en poème du champ de bataille, particulièrement intéressante, permet de saisir jusqu’à quel point la Grande Guerre a pu relancer, chez les poètes collaborant au Claque à fond – mais aussi chez l’ensemble des poètes combattants disséminés de part et d’autre du no man’s land –, des poésies épiques ou emphatiques de type traditionnel, où l’élan patriotique, l’héroïsme chevaleresque et le désir d’en découdre avec l’ennemi sont des motifs qui résistent au choc de la guerre des tranchées et à la violence des combats. En effet, jusqu’en 1918, le passage, du goût de l’épopée au constat d’un carnage, est exceptionnel : « ceux qui, pendant la guerre, en affirmèrent le caractère insensé furent rarissimes »45.

  • 46 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

34Les protagonistes du combat sont présentés de manière à ce que leur dénuement physique, qui témoigne de leur intervention dans la mêlée, souligne encore davantage l’éclat de leur mérite. Le poète-soldat peut écrire : « Mon courage lasse mes jambes / Mais, enivré, je vais toujours » ; ses camarades, comme lui martyrs mais braves, dépenaillés mais fiers, sont de « […] sombres héros boueux / Et sanglants, soldats déguenillés et sans gîte »46, des

  • 47 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

[…] êtres sans nom résistant avec rage
Baignés de sang, offrant leurs poitrines de fer
Et leurs ventres vides à l’effroyable carnage47.

  • 48 Prost (Antoine), « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerr (...)

35Les poètes dressent « un portrait moral du soldat qui met en valeur son courage, son enthousiasme viril, ou du moins son allant. […] D’où l’insistance sur la gaieté du soldat, le fait qu’il chante, qu’il fasse volontiers, joyeusement son métier »48 :

  • 49 Grégoire (Herman), « Le dernier assaut », dans Le Claque à fond, n° 21, février 1918.

En avant ! Partons en beauté.
L’air est joyeux, la mort jolie ;
Notre courage est indompté.
Oh ! Pour cette dernière fête,
Levons plus fièrement la tête :
En avant : partons avec fierté49.

  • 50 Romains (Jules), Verdun, cité dans Kaempfer (Jean), Poétique du récit de guerre. Paris, José Corti, (...)

36Ces combattants mythiques enjambent le parapet de la tranchée et courent fièrement en direction d’un monde « où ce n’est pas l’Intention qui règne, mais le Hasard »50. Le champ d’honneur, jamais d’horreur, est couvert par un orage d’acier volontiers menaçant, sans quoi le courage de s’y élancer serait sans support :

  • 51 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

Ils tenaient, depuis quatre jours. L’éclatement
Des obus faisaient de la digue une fournaise
Atroce, croulante, fumeuse, un coin d’enfer
[…]
Les bombes, les obus, le feu en avalanche
Pleuvaient. Les soldats aux côtés des officiers51.

37On évoque le danger qui menace un corps d’armée stoïque (à tous les échelons) tout en niant ses conséquences : le cafard, la peur, la blessure, la souffrance sont autant de motifs qui n’ont pas leur place dans ce poème. Par un souci de vraisemblance, mais aussi parce qu’il s’agit d’un passage obligé du discours héroïque, il va de soi que la mort frappe lors de ces « luttes épiques », de ces « titanesques assauts » ; mais le trépas est systématiquement ennobli :

  • 52 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

Ils tenaient ! À leurs pieds les camarades morts
Se glaçaient, étreignant leur arme encore chargée52.

38Ces dépouilles, précisément, sont glacées dans une représentation héroïsée, elles ont gardé leur maintien ; ces corps morts « vivent » toujours, les mains serrent le fusil toujours prêt à tirer…

  • 53 Ferraris (Denis), « La guerre et ses atours. Esthétique du charivari », dans Revue des sciences hum (...)

39Cette réécriture à laquelle souscrivent les poètes, grosse d’imageries d’Épinal et de clichés servis tels quels, sans remaniements, rappelle que la Grande Guerre a confronté nombre de poètes à l’esthétisation paradoxale d’un objet repoussant et de ce point de vue, il n’est pas exagéré d’affirmer qu’en « donnant une forme correcte et élégante à un tel phénomène de mort, en accordant une modification présentable, parfois pleine d’allure grâce aux vertus métaphoriques de la langue, c’est le principe même de la démarche et de la structure guerrières que l’on accueille sinon pour l’accepter du moins pour en vanter, indirectement, les effets extraordinaires. »53

  • 54 Colin (Geneviève), Becker (Jean-Jacques), « Les écrivains, la guerre de 1914 et l’opinion publique  (...)

40La mise en poème emphatique et grandiloquente d’une guerre aujourd’hui considérée comme l’acte fondateur d’un siècle barbare, a entraîné à sa suite la circulation d’un discours critique condamnatoire. Dans un article consacré à la mobilisation littéraire, intellectuelle et politique des écrivains pendant la Première Guerre mondiale, Geneviève Colin et Jean-Jacques Becker remarquaient « qu’outre le désintérêt des historiens de la littérature envers la période de la guerre, il faut aussi mentionner leur méfiance et leur condescendance. Pendant quatre ans, la littérature n’aurait été que “production de circonstance, généralement médiocre, d’où se détachent quelques comètes errantes”. »54

  • 55 Voir la note 2. Anna Boschetti note à ce sujet que « [s]i la littérature de guerre nous gêne, quelq (...)
  • 56 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de l (...)

41Certains critiques, qui sont parvenus à éviter de faire intervenir des critères moraux anachroniques dans leur travail d’analyse ou d’historicisation de la production littéraire de 1914-191855, ont été interpellés par ce phénomène : pourquoi tant de poètes témoins de la guerre se sont-ils refusés à sa réalité ? Pourquoi ont-ils préféré investir l’expérience d’un sens supérieur ? Car, en effet, « si l’héroïsation pouvait apparaître encore logique sous la plume d’écrivains combattants, notamment lorsqu’ils rendaient hommage à leurs camarades morts, on est davantage surpris de constater que les combattants, malgré leur connaissance intime de la réalité atroce du front, participèrent aussi à ce processus de banalisation de la violence et de la mort. »56

  • 57 Becker(Jean-Jacques), Audoin-Rouzeau (Stéphane), La France, la nation, la guerre : 1850-1920, op. c (...)

42Il faut d’abord ne pas perdre de vue que le fantassin de la guerre de 1914, isolé au front et coupé de la communauté nationale, est dépassé par les événements au nom desquels il risque sa vie. Ses connaissances du déroulement, des conséquences et, surtout, des représentations du conflit, lui parviennent majoritairement des grands journaux nationaux, des communiqués officiels et des ouvrages approuvés par la censure. Cette littérature propagandiste et cocardière, qui n’était pas avare de formules et d’images vantant l’héroïsme, l’éthique sacrificielle et le sens du devoir de soldats capables d’exploits remarquables, a profondément marqué l’imaginaire des combattants : « il n’est pas rare de constater que les soldats eux-mêmes, des plus instruits au moins cultivés, s’expriment parfois dans la langue même du journal dès qu’il est question de décrire le combat, d’évoquer l’ennemi, de dire le sens de la guerre et de sa propre participation à celle-ci. »57

  • 58 Rouaud (Jean), « Préface », op. cit., p. 5.
  • 59 Cochet (François), Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement. Paris, (...)

43La presse du front aurait pu apporter un contrepoids à ce raz-de-marée de représentations venues de l’extérieur des lignes mais « la vérité sur l’horreur, les bourreaux, les incapables, les va-t’en guerre, les planqués, les stratèges assassins, les ordres stupides, ce n’est pas à l’ordre du jour »58. Force est de constater que « les journaux de tranchées […] représentent bien davantage le monde de l’arrière-front que celui des tranchées »59.

  • 60 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de l (...)
  • 61 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de l (...)
  • 62 Couliou (Benoist), Marty (Cédric), « La représentation de la charge à la baïonnette, entre affirmat (...)

44Selon Nicolas Beaupré, l’assimilation de ces discours officiels, puis leur inscription dans la littérature du front, sont une façon de donner du sens à une expérience traumatisante. En transfigurant, par les moyens de la poésie, la boucherie en un assaut allégorique, le poète-soldat déjoue la mort, l’écarte symboliquement dans un monde où elle frappe réellement et constamment. Ce faisant, « les écrivains soldats répondaient à l’immense besoin de sens tout en justifiant et poursuivant le combat »60, car cette mise en texte banalisée, en tous points similaire à celle que colporte la littérature épique de l’arrière, « exprimait le consentement des écrivains combattants au système de représentation créé au sein de l’événement guerrier »61. Ne pourrait-on pas aussi considérer que ces représentations esthétisées de la guerre et des combattants ont été préconisées par les poètes-soldats parce qu’il est difficile « de repousser une image qui auréole de gloire celui ou ceux qui se l’approprient. Comment aller à l’encontre de ce qui, au regard de l’autre, suscite son admiration ? »62

  • 63 Goyet (Florence), « Le travail épique, permanence de l’épopée dans la littérature moderne », dans L (...)
  • 64 Goyet (Florence), « Le travail épique, permanence de l’épopée dans la littérature moderne », op. ci (...)

45L’attrait de la tradition, cet attachement des poètes aux motifs et aux techniques traditionnels, doit aussi être considéré comme un choix littéraire permettant de penser une situation inouïe. Les résurgences de la littérature épique apparaissent « dans des périodes où le monde est plongé dans une crise […] si profonde qu’elle ne laisse aucun repère, aucune possibilité de comprendre ce qui est en train de se passer »63 ; de ce point de vue, le recours à une poésie héroïque serait un « outil intellectuel […] permettant de problématiser une situation contemporaine par le biais d’une crise ancienne »64.

46La parole poétique des soldats belges de 1914-1918, dont Le Claque à fond constitue un réservoir exemplaire, rend compte de la guerre et, très souvent, se laisse engloutir par son sujet. Les poètes ont convoqué un certain nombre de motifs-clés, de notions, d’expressions et de mots qui renvoient à des certitudes partagées mais qui ne bousculent que très rarement les idées reçues. De même que les leitmotive thématiques qui ont structuré l’ensemble des représentations poétiques du conflit dans le Claque à fond sont assez peu nombreux, il est aussi remarquable de constater jusqu’à quel point la facture formelle des textes est, elle aussi, très peu variée : le vers est toujours régulier, la rime omniprésente, les formes fixes traditionnelles abondamment employées.

  • 65 Ambrus (Gauthier), Roulin (Jean-Marie), « La guerre n’existe pas : quelques remarques sur la relati (...)

47D’aucuns considèrent cet état de la poésie déplorable. La poésie de tranchée, détachée de la réalité, prise dans les conventions d’une grandiloquence héritée, atemporelle en quelque sorte, ne serait pas parvenue à rendre compte du choc provoqué par la première grande guerre usinière. Mais si ce régime poétique escamote l’horreur et la violence de l’événement « Guerre de 1914-1918 », il n’empêche qu’il est en interaction dynamique avec les circonstances, les contingences et les formations discursives contemporaines de sa rédaction. Examiner comment les textes poétiques dialoguent avec les discours, les images et les représentations de la guerre qui sont valorisés au moment de leur écriture, étudier et mettre en valeur le statut du social tel qu’il est représenté dans la poésie permet non seulement de donner un sens à la rhétorique épique déployée dans les poésies de tranchées mais aussi de poser avec acuité « le problème du lien entre chant poétique et action guerrière »65.

Haut de page

Notes

1 Verhaeren (Émile), Les Ailes rouges de la Guerre. Paris, Mercure de France, 1919, p. 167.

2 Boschetti (Anna), La Poésie partout. Apollinaire homme époque (1898-1918). Paris, Seuil, coll. Liber, 2001, p. 196.

3 Stengers (Jean), « La Belgique », dans Becker (Jean-Jacques), Audoin-Rouzeau (Stéphane), (éd.), Les Sociétés européennes et la guerre de 1914-1918. Paris, Publications de l’Université de Nanterre, 1990, p. 79.

4 Estimations et commentaire du Lieutenant Général De Selliers De Moranville, citées dans Stengers (Jean), « La Belgique », op. cit., p. 85.

5 Pirenne (Henri), La Belgique et la Guerre mondiale, Paris, puf, 1928, p. 53.

6 Hellens (Franz), « Les artistes et les écrivains au front », dans Lyr (René) (éd.), Nos héros morts pour la patrie. L’épopée belge de 1914 à 1918. Bruxelles, E. Van Der Elst/Société Anonyme Belge d’Imprimerie, 1920, p. 43.

7 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la littérature de guerre des écrivains combattants de 1914-1918 », dans Duménil (Anne), Beaupré (Nicolas), Ingrao (Christian) (éd.), 1914-1945. L’Ère de la guerre. Violence, mobilisation, deuil, tome I : 1914-1918. Paris, Agnès Viénot, 2004, p. 170.

8 Est-ce parce qu’insérés dans un monde où échapper au feu devient une simple question de chance, les combattants jugent que les probabilités de mener à bien un poème, genre court, sont meilleures que s’ils entreprenaient la rédaction d’un texte en prose ? Serait-ce parce qu’aux yeux des versificateurs du front, la poésie offre un cadre formel réglé, dont les contraintes faciliteraient paradoxalement l’expression du choc provoqué par l’expérience de la guerre des tranchées ? Il est en effet remarquable de constater qu’à quelques rares exceptions près, tous les poètes ont versifié en tenant systématiquement compte de la rime et en respectant scrupuleusement le compte des syllabes ; tout se passe comme si la fixité du genre permettait, en quelque sorte, d’organiser le désordre. Enfin, est-ce que le poids de la tradition littéraire, préférant que l’épopée et les faits d’armes soient immortalisés en vers, jumelé au sentiment national belge, dont la conception et les représentations flirtent très tôt avec l’imagerie d’Épinal, ne pourrait pas expliquer que bon nombre de soldats, pour mettre en texte la guerre, aient décidé de recourir à la poésie, genre noble et élevé propre à révéler l’événement dans toute sa « grandeur » ?

9 Christophe publie La Rose à la lance nouée aux éditions de Vivre, 68, boulevard Rochechouart, en 1917 ; la même année, Gauchez fait paraître Les Rafales. Poèmes 1914-1917 chez Eugène Figuière.

10 Bertrand(F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918. Bruxelles, Musée Royal de l’Armée de d’Histoire Militaire, 1971, p. 70.

11 Charpentier (André), Le Livre d’or des journaux du front. Feuilles bleu horizon 1914-1918. Paris, Presses de la Société Anonyme de l’Imprimerie de Vaugirard, 1935, p. 377.

12 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la littérature de guerre des écrivains combattants de 1914-1918 », op. cit., p. 169.

13 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918, op. cit., p. 33.

14 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918, op. cit., p. 27.

15 Becker (Jean-Jacques), Audoin-Rouzeau (Stéphane), La France, la Nation, la Guerre : 1850-1920. Paris, Éditions Sedes, 1995, p. 314.

16 Anonyme, « Dixmude », dans Le Claque à fond, n° 13, mai 1917, p. 3.

17 Le Canard de l’Yser. n° 1, 1917.

18 Rouaud (Jean), « Préface », dans Turbergue (Jean-Pierre) (éd.), 1914-1918 – Les Journaux de tranchées. La Grande Guerre écrite par les poilus. Paris, Éditions Italiques, 1999, p. 5.

19 Charpentier (André), Le Livre d’or des journaux du front. Feuilles bleu horizon 1914-1918, op. cit., p. 378.

20 Le Claque à fond,n° 1, mai 1916. Dans son ouvrage sur les journaux de tranchées, André Charpentier, ancien combattant, confirme que « Le Claque à fond, en style piotte, c’est le soldat qui vide sa gamelle et trouve toujours la ration trop petite. » (Charpentier (André), Le Livre d’or des journaux du front. Feuilles bleu horizon 1914-1918, op. cit., p. 378)

21 Audoin-Rouzeau (Stéphane), À travers leurs journaux : 14-18, les combattants des tranchées. Paris, Armand Colin, 1986, p. 16.

22 Sur la première page du journal de tranchée français Bellica on peut lire : « Magazine héroïco-gai paraissant tous les mois. Ce journal ne peut être crié – ni décrié. Tous les manuscrits vont au feu ». Même chose pour le Bochofage : « Ce journal ne peut être crié aux postes d’écoute. »

23 La Rédaction, « Notre but », dans Le Claque à fond, n˚1, mai 1916.

24 Cette note manuscrite de Massonet est consultable dans le dossier du Claque à fond conservé à la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (bdic).

25 Bertrand (F.), La Presse francophone de tranchée au front belge, 1914-1918, op. cit., p. 7.

26 Dans une note manuscrite en date du 1er février 1917 et adressée au conservateur de la Bibliothèque nationale de France, Edmond Fouss, soldat belge et co-fondateur du Claque à fond, écrit : « Le premier numéro est extrêmement rare. Nous l’avions timidement tiré à cent cinquante exemplaires tandis qu’actuellement nous tirons à plus de mille ! » Cette note est consultable dans le dossier du Claque à fond conservé à la Bibliothèque nationale de France.

27 Laquelle avait soulevé une réprobation unanime, puisqu’elle stipulait que « tout navire de commerce ennemi rencontré dans les eaux britanniques […] serait détruit sans égard pour l’équipage, pour les marchandises ou pour les passagers, même en provenance d’un pays neutre. » (Ferro (Marc), La Grande Guerre 1914-1918. Paris, Gallimard, 1969, p. 192.)

28 Carine, « Les petits bateaux », dans Le Claque à fond, n° 2, juin 1916.

29 Matvejevitch (Prédrag), Pour une poétique de l’événement. Paris, Seghers, 1977, p. 233.

30 « Parmi les pires exactions figurent la destruction de Louvain (avec sa bibliothèque universitaire historique), celle de Dinant (674 morts), les massacres de Tamines, d’Ethe, d’Andenne et d’Arlon. » (Horne (John), « Atrocités et exactions contre les civils », dans Audoin-Rouzeau (Stéphane), Becker (Jean-Jacques) (éd.), Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918. Histoire et culture. Paris, Bayard, 2004, p. 369)

31 Horne (John), « Atrocités et exactions contre les civils », op. cit., p. 369.

32 Gauchez (Maurice), « Être doux à ceux qui meurent », dans Le Claque à fond, n° 26, juillet 1918.

33 Rouaud (Jean), « Préface », op. cit., p. 5.

34 Les numéros inscrits entre parenthèses renvoient aux livraisons du Claque à fond où les motifs évoqués sont traités dans des textes en prose.

35 Carine, « Moulins de Flandres », dans Le Claque à fond, n° 12, avril 1917.

36 Anonyme, « Sans titre », dans Le Claque à fond, n° 9, novembre 1916.

37 Buisseret (Édouard), « Patrie – au Général Delobbe, respectueusement », dans Le Claque à fond, n° 24, mai 1918.

38 Bognie (Émile de), « Nostalgie », dans Le Claque à fond, n° 17, octobre 1917.

39 Bertrand (F.), « Heures ternes », dans Le Claque à fond, n° 25, juin 1918.

40 Seul Gaston du Ruyter a « osé » évoquer son passage au bordel dans le poème « Mea culpa », paru dans le 27e numéro (août 1918) du Claque à fond. Ce souvenir n’est d’ailleurs pas heureux : « Femmes, j’ai bu la coupe d’amour, / J’ai cherché dans vos bras les caresses / J’ai bu ! j’ai bu pour me griser encore / Et vos yeux m’ont fait peur en demandant de l’or ! »

41 Anonyme, « Lettre à ma marraine », dans Le Claque à fond, n° 8, octobre 1916.

42 Rousseau(Frédéric), La Guerre censurée. Une histoire des combattants européens de 14-18. Paris, Seuil, coll. Histoire, 2003, p. 265.

43 Gauchez (Maurice), « Rêve à Montmirail », dans Le Claque à fond, n° 28, septembre/octobre 1918.

44 Bentfort (J. de), « Sonnet à l’usage des jas qui ont une marraine », dans Le Claque à fond, n° 15, juillet 1917.

45 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la littérature de guerre des écrivains combattants de 1914-1918 », op. cit., p. 177.

46 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

47 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

48 Prost (Antoine), « Les représentations de la guerre dans la culture française de l’entre-deux-guerres », dans Vingtième siècle, revue d’histoire. n° 41, janvier – mars 1994, p. 24.

49 Grégoire (Herman), « Le dernier assaut », dans Le Claque à fond, n° 21, février 1918.

50 Romains (Jules), Verdun, cité dans Kaempfer (Jean), Poétique du récit de guerre. Paris, José Corti, 1998, p. 219-220.

51 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

52 Criquet, « À Saint-Georges », dans Le Claque à fond, n° 7, octobre 1916.

53 Ferraris (Denis), « La guerre et ses atours. Esthétique du charivari », dans Revue des sciences humaines. Tome LXXV, n° 204, octobre/décembre 1986, p. 7.

54 Colin (Geneviève), Becker (Jean-Jacques), « Les écrivains, la guerre de 1914 et l’opinion publique », dans Relations internationales. n° 24, hiver 1980, p. 425. Le texte qui est placé entre guillemets par les auteurs est extrait de l’ouvrage de Simon (Pierre-Henri), Histoire de la littérature française du xxe siècle, 1900-1950. Paris, Armand Colin, 1957, p. 123.

55 Voir la note 2. Anna Boschetti note à ce sujet que « [s]i la littérature de guerre nous gêne, quelques soient les qualités esthétiques des œuvres, c’est que la définition du personnage de l’intellectuel élaborée au cours du siècle implique, comme trait constitutif, un souci d’universalité sur le plan éthique, condamnant la guerre ainsi que toute autre forme de violence et de discrimination. » (Boschetti (Anna), La Poésie partout. Apollinaire, homme-époque (1898-1918), op. cit., p. 198)

56 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la littérature de guerre des écrivains combattants de 1914-1918 », op. cit., p. 179.

57 Becker(Jean-Jacques), Audoin-Rouzeau (Stéphane), La France, la nation, la guerre : 1850-1920, op. cit., p. 311.

58 Rouaud (Jean), « Préface », op. cit., p. 5.

59 Cochet (François), Survivre au front 1914-1918. Les poilus entre contrainte et consentement. Paris, 14-18 Éditions, 2005, p. 23.

60 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la littérature de guerre des écrivains combattants de 1914-1918 », op. cit., p. 182.

61 Beaupré (Nicolas), « Témoigner, combattre, interpréter : les fonctions sociales et culturelles de la littérature de guerre des écrivains combattants de 1914-1918 », op. cit., p. 179.

62 Couliou (Benoist), Marty (Cédric), « La représentation de la charge à la baïonnette, entre affirmation nationale et affirmation de soi », dans Cazals (Rémy), Picard (Emmanuelle), Rolland (Denis) (éd.), La Grande Guerre, pratiques et expériences. Paris, Privat, 2005, p. 153.

63 Goyet (Florence), « Le travail épique, permanence de l’épopée dans la littérature moderne », dans Labarthe (Judith) (éd.), Formes modernes de la poésie épique. Nouvelles approches. Bruxelles, Berlin/Bern/Frankfurt/New York/Oxford/Vienne, Peter Lang, 2004, p. 265.

64 Goyet (Florence), « Le travail épique, permanence de l’épopée dans la littérature moderne », op. cit., p. 265.

65 Ambrus (Gauthier), Roulin (Jean-Marie), « La guerre n’existe pas : quelques remarques sur la relation entre guerre et poésie à la fin du xviiie siècle », dans Cahiers Roucher-André Chénier, n° 19, 2000, p. 108.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Parenteau, « Vers de terre. La poésie sur le front belge : l’exemple du journal de tranchée Le Claque à Fond », Textyles, 32-33 | 2007, 33-53.

Référence électronique

Olivier Parenteau, « Vers de terre. La poésie sur le front belge : l’exemple du journal de tranchée Le Claque à Fond », Textyles [En ligne], 32-33 | 2007, mis en ligne le 15 décembre 2010, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://textyles.revues.org/283 ; DOI : 10.4000/textyles.283

Haut de page

Auteur

Olivier Parenteau

Université McGill

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Revues.org